Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Images d’Égypte

 | 
Jean-Claude Vatin

Caricatures et stéréotypes

La caricature politique en Égypte

Amr Helmy Ibrahim

Note de l’auteur

Note portant sur l'auteur1

Texte intégral

1Ni très nombreux ni très jeunes les caricaturistes "politiques" égyptiens ne se reproduisent pratiquement plus.

2Bahgat, Higâzî, Mustafâ Husayn, Nâgî, ont dépassé les 50 ans. Maher Daoud, Amr Abd al-Sami', Ra'ûf Abduh, Mohieddine al-Labbâd, Ramsis, Ezz al-Arab, Salah Chafi', Essâm Hanafi, Nabil Tâg, ont dépassé 45 ans. Toughân est à la retraite. Fondée il y a deux ans, l'Association égyptienne des Caricaturistes a un président prestigieux de 75 ans : Muhammad 'Abd al-Monaym Rakha et un vice-président célèbre de 65 ans : Zohdi.

3Il y a certes une armée de jeunes - de 25 ans à 35 ans - qui propose, souvent gratuitement, ses services aux principales revues qui publient des caricatures, mais les thèmes "politiques" les mobilisent peu. La plupart d'entre eux n'ont qu'un modèle : Mustafâ Husayn. Mais ne les intéressent que son style et le côté socio-psychologique de son oeuvre.

4Interrogé sur les raisons de ce phénomène, l'un des plus imaginatifs parmi les caricaturistes de la génération intermédiaire - il a préféré garder l'anonymat - évoque la cassure de 1954, année où Nasser interdit toutes les publications que n'enthousiasme pas "la révolution bénie" et met à ses ordres tous les journalistes des organes maintenus ou créés. Mais il dénonce également une dégradation générale de la créativité graphique qui se serait accentuée dans les années 70 ainsi qu'un envahissement du dessin par la bulle. En même temps que les mots prennent le pas sur le trait, le socio-politique puis le social chassent le politique.

5Nous avons pris cette appréciation pour point de départ et la première question que nous nous sommes posée a été celle du rapport du discours au graphisme.

Le dialecte et la politique entre l'affrontement et l'alliance

6S'il fallait résumer la situation en une formule, on dirait que la politique comme discours ne se dit pas dans le dialecte alors que le politique s'y exprime avec exubérance.

7Dans son introduction au dernier recueil de caricatures de Bahgat ‘Uthman, Salah Issa rappelle la démarche du caricaturiste dans l'un des premiers recueils auxquels il doit sa célébrité, Al-Magmaa al-loghawi (l'Académie de langue arabe), en ces termes : "Il tournait en dérision la rhétorique creuse, le mimétisme, le formalisme qui créaient un fossé entre la langue et la vie. Il dénonçait un maniérisme de l'expression qui masquait l'absence de contenu".

8Mais Bahgat aboutit dans "Hekouma we ahâli wa khelâfo" ("Gouvernement, gens et autres", Kétâb 'al-ahâli, n° 13, mars 87) soit à des séries muettes, soit à des séries qui, bien que commentées en dialecte, restent trop lourdement prévisibles et didactiques.

9On pouvait espérer que le développement des séries silencieuses de Bahgat marquerait un double dépassement. Celui de la rhétorique politique, généralement assimilée, quelle que soit sa tendance et son idéologie, à une langue de bois. Celui de la reconnaissance narcissique d'une expression identitaire plus ou moins authentique produit de la complicité qui se crée immanquablement entre le producteur et le décrypteur de la part la plus marquée d'un dialecte. Le simple fait de comprendre donne alors le sentiment d'accéder à un réseau, de partager un style, de "faire" du simple fait qu'on a adhéré à une "formulation". Ce développement aurait impliqué une évolution du graphisme et un renouvellement incessant des situations.

10Il n'en sera rien. Bahgat redevient bavard et de surcroît dans une langue finalement relativement standardisée dont la tonalité pédagogique prédispose peu au rire.

11Les difficultés que rencontre ce caricaturiste, l'un des plus doués de sa génération, tiennent à la fois à la situation sociolinguistique du pays et à la mouvance politique où il se situe et qui regroupe pêle-mêle des nassériens, des marxistes, des communistes, des socialistes et des progressistes sans ancrage idéologique bien précis. Difficultés qu'on peut résumer dans cette "double contrainte" : il faut à la fois parler la langue des gens et, en "ancrant" cette langue dans un patrimoine classique, en faire un instrument de rassemblement et de "conscientisation". Nasser et, dans une moindre mesure, Sadate, ont pu, à partir de leur position privilégiée, résoudre en partie la contradiction en créant pour un temps un nouveau langage politique. Les caricaturistes et, d'une manière générale, les écrivains et les journalistes ne peuvent pas, même dans le cas utopique où ils auraient un langage commun, disposer d'un pouvoir comparable dans un pays où près des deux tiers de la population est, de fait, analphabète.

Fig. 1 Le journal Al-Ahâli
Le gouvernement et Al-Ahâli

Fig. 2 BAHGAT 'UTHMAN

Fig. 3 BAHGAT ‘UTHMAN

12(La démocratie :

  • 80 % Élections de l'Assemblée des conseillers. Alors, pourquoi ils sont députés du peuple, ils mangent à notre place, ils boivent à notre place et ils votent également à notre place.

  • 80 % Élections de l'Assemblée des conseillers. Il y a 15 ans, le résultat était de 99 %, donc, encore 300 ans, et on dira le résultat exact.

  • 80 % Élections de l'Assemblée des conseillers. Tu ne remarques pas que son nom est un peu long Mohamed Zaki Badr al-Nabawi Abu Bâcha.)

13Interviewé sur cette question nodale de la langue, Salah Jahine, qui a pourtant écrit l'essentiel de son oeuvre en dialecte, répond de manière évasive et, en définitive, assez contradictoire :

La langue du drame contemporain, qui cherche nécessairement à toucher les gens, doit incontestablement ancrer ses racines dans le patrimoine arabe. C'est ce que je fais pour ma part. Je lis des oeuvres du patrimoine ancien, puis je m'efforce de les transposer, par l'intermédiaire du théâtre contemporain. Elles en deviennent alors plus compréhensibles et plus proches du public que ne le serait la langue parlée. C'est ce qui nous explique le succès constant que connaissent certaines oeuvres théâtrales montées dans les années soixante. Celles par exemple de l'irremplaçable Farag (Alfred Farag) qui s'inspiraient du patrimoine pour traiter des questions contemporaines. Bien qu'elles fussent en arabe classique, lorsque nous les écoutions, nous étions saisis d'admiration en découvrant que nous les comprenions mieux que si elles eussent été en dialecte. Et de conclure: Il est absurde de dire que nous sommes dans le siècle du dialecte ou dans celui de la langue classique. La seule chose que nous puissions dire, c'est que nous vivons le siècle des analphabètes, qui constituent 70 % de la population de ce pays. Et dans un monde d'analphabètes, la seule langue qui puisse être comprise est celle du temps présent.
(Al-Ahrâm, 1.5.86 in Revue de la presse égyptienne, (23), 2-86, p. 172-3).

14On comprend dès lors pourquoi Salah Jahine disait de lui-même dans les années qui ont précédé sa mort qu'il était un "fantôme du passé". La problématique qu'il pose a un sens dans les années soixante, auxquelles il se réfère, et encore n'en a-t-elle que pour ceux qui accèdent à l'instruction et à une forme panarabe de culture, en adhérant peu ou prou à la démarche du régime nassérien, mais elle n'a plus grand sens aujourd'hui où l'on comprendrait à la limite que ses conclusions s'imposent dans le roman historique, tel que le pratique un Gamal al-Ghitani ou la nouvelle telle que la conçoit Khaïry Chalabi. L'art éminemment éphémère, médiatique et populaire de la caricature ne peut en aucun cas s'en accommoder.

15C'est probablement pour cet ensemble de raisons que la rupture ne pouvait venir que d'ailleurs. D'une autre mouvance. Du couple Mustafâ Husayn/Ahmad Ragab. Ce dernier étant responsable de l'essentiel des bulles du premier.

16C'est peut-être avec le personnage de "Kamboura" que s'éclaire le mieux le rapport de la politique et de la langue et la manière avec laquelle le couple Husayn/Ragab illustre et exprime sa rupture avec les autres caricaturistes. Rupture qui se trouve être à l'image d'une rupture plus importante au sein de la société égyptienne entre le discours et la pratique.

17L'arriviste Kamboura est certes un faux monâdél (combattant), un faux doctôr (détenteur d'un doctorat), un faux résistant (Al-Ragol ‘alladi kâfaha ‘al émbérâtoréya-l-britânéya fil ‘oranse), - n'a-t-il pas affamé les Anglais en les privant de biscuit et de corned beef ? -, un vrai charlatan, - n'a-t-il pas enduit de henné la queue des oiseaux ? -, et un affairiste malhonnête qui "récupère" les slogans les plus sacrés de l'histoire de la lutte nationale (Bél khanzira, bél témsâha hankammél él méchwâr = Avec la truie. (mercedes aux angles arrondis) et "la" crocodile (mercédès aux angles droits) nous poursuivrons la lutte), il n'en tient pas moins un discours délicieux, réaliste et à plus d'une reprise, "juste".

18Il manifeste d'autre part dans l'énonciation, le ton, les inflexions de ce discours la part la plus vivante, la plus active, la part "mutante" et moderne du dialecte qui, ici, se confond avec la représentation majoritaire de l'authenticité linguistique. C'est donc aussi, heureusement ou malheureusement, une forme de légitimité que manifeste son discours.

19Enfin la contradiction entre le discours et la pratique est relayée par les contradictions de l'apparence, les insignes de la piété - le chapelet, la grande abâya, la soumission aux rites de l'islam - côtoient la bouteille d'alcool, les signes conventionnels de la débauche sexuelle et surtout une morale qu'aucune religion au monde ne saurait tolérer.

20De fait, Mustafâ Husayn reprend ici une thématique qui n'est pas sans rappeler celle des Frustrés de Claire Brétécher qui avait dû l'essentiel de son succès en son temps à la justesse avec laquelle elle exprimait le divorce hypocrite entre le discours des "gens de gauche" et leur comportement quotidien effectif. Mais l'impact de Mustafâ Husayn est sans commune mesure avec celui de Brétécher car le divorce qu'il illustre à travers Kamboura et d'autres personnages qu'il a créés ne se limite pas à une catégorie ou à une sensibilité sociale. Il n'épargne pratiquement personne.

21Les attaques ad hominem sont évitées encore que tout lecteur égyptien reconnaisse sans mal dans "Limo Halimo" le chanteur adulé du régime nassérien Abdel Halim Haféz et à travers la chanson à laquelle il est fait allusion, "Hékâyéte chaab", les discours de Nasser de l'époque Port-Saïd/Haut-Barrage où, selon ses opposants, l'action politique ne consistait pas à faire mais à dire qu'on avait fait, voire à le chanter.

22Ayant perdu une première fois les élections, Kamboura décide de se "former" avant de se représenter. Son premier souci est de maîtriser ce que le peuple égyptien appellerait, s'il lisait les intellectuels occidentaux, "la langue de bois". Mais qu'on ne s'y trompe pas. Il ne s'agit pas d'un quelconque discours "soviétique" comme voudraient le faire croire les "démocraties occidentales" pour se rassurer sur leur prétendu "sens de la liberté" ou pour faire croire au monde qu'elles échapperaient aux stéréotypes du langage politique. La langue de bois n'est pas en effet le monopole des discours "communistes", "sous-développés" ou "totalitaires". Elle apparaît partout où s'installe un divorce entre le discours relayé à satiété par les médias - qu'il soit de pouvoir ou de contre-pouvoir -, reproduit par les institutions, "reconnu" sans réflexion ni critique par ces parasites de tous les pouvoirs que sont les "intellectuels" et dans lequel l'écrasante majorité des hommes, sous toutes les latitudes, ne peuvent pas se reconnaître. C'est donc au plus important et au plus "grotesque" des mots de la langue de bois universelle que s'attaque Mustafâ Husayn, le plus trompeur de tous, celui qui fait le plus de victimes, à l'est, à l'ouest, au sud comme au nord, à la sempiternelle démocratie.

23"Cette fois, Abaaziz, je ne veux pas me faire avoir aux élections. Il faut que tu me trouves une tête, un type qui m'apprenne et me fasse comprendre les mots alambiqués de ces minables effendis (messieurs)… Tiens, par exemple, cette histoire de démocratie, je te jure qu'il y a à peine une heure ça me donnait envie, je croyais que la démocratie était une variété d'œufs de poisson", dit Kamboura. Ce qu'il dit est énorme mais pas assez pour ne plus être drôle. Cela n'empêche d'ailleurs pas le couple Husayn/ Ragab, à la veille de la réélection du président de la république, d'être cohérents avec ce qu'ils dénoncent et loin de jouer aux héros de faire acte d'allégeance au régime (Akhbâr du 4.10.87).

24Le mal est trop profond pour se permettre des prises de position fracassantes sur le petit théâtre des "lettrés". Le professeur demandé par Kamboura est là : "Monsieur prend sa leçon de politique". Monsieur dit au professeur : "Je veux que tu y ailles petit à petit Je vois que tu as apporté des livres et des cahiers… Moi, mon vieux, l'arabe c'est pas mon truc… Mais si tu m'expliques les choses dans la langue de l'Oranse avec laquelle je parlais au Sergent-Major (anglais) alors tout ira pour le mieux…". Le but n'est-il pas de "leur" donner "une bouchée de mots", ou "deux bouchées de bons mots". Exemple de "deux bouchées de mots comme le miel" : "Nous avions promis un œuf au plat pour chaque citoyenAujourd'hui nous promettons une voiture, une villa et une piscine pour chaque citoyen ou bien non la villa et la piscine sont des produits provocants (éstéfzâzéya), disons simplement un appartement et une bassine pour se laver à chaque citoyen La bassine m'a dit…" La dernière phrase est le début d'une chanson très populaire bien qu'interdite d'antenne pour cause de deuxième lecture à connotations sexuelles. Quant aux autres phrases, elles constituent comme on s'en doute un pastiche des premières velléités socialisantes et égalitaires du régime nassérien et, par la suite, de tous les programmes électoraux des différents partis créés par les officiers-présidents égyptiens depuis 1952.

Fig. 4-10 MUSTAFA HUSAYN - Kamboura fil Barlamâne

25Bref, il peut difficilement y avoir un discours structuré qui du fait qu'il s'exprime dans une langue figée et lourdement connotée par des échecs historiques retentissants ne soit pas un discours grotesque. Et de tous ces discours grotesques, il semble que la palme revienne indiscutablement au discours politique.

26Pour aborder le politique autrement que sous l'angle d'une dérision tous azimuts et de l'inévitable nihilisme qui finit tôt ou tard par s'y attacher, il faut donc emprunter d'autres voies, surtout lorsqu'on est caricaturiste, c'est-à-dire qu'on est tenu d'exprimer le sens d'abord par le graphisme.

Fig. 10 MUSTAFA HUSAYN
(A gauche, l'auteur de la caricature disant à Moubarak : "Voilà un vrai cadeau, va rayyis (dénomination populaire du président), comment pourrais-je refuser". A l'intérieur du couvercle de l'écrin, on peut lire "La Démocratie".)

27Quelques dessinateurs vont trouver le chemin d'un graphisme politique original, c'est le cas notamment de Nabil Tâg qui réalise depuis 1981 la couverture de l'hebdomadaire Al-Ahrâm al-Iqtissadi (l'Ahrâm économique), qui passe pour avoir eu à travers ses différentes équipes rédactionnelles l'une des attitudes critiques les plus avancées et les plus construites de la presse égyptienne non seulement dans le domaine des politiques économiques mais peut-être surtout sur les plans social et culturel.

Fig. 11 NABILTAG
Qui veut acheter le canal de Suez ? (mai 1987)

Fig. 12 NABIL TAG
(Al-Ahrâm al-Iqtissadi - Reprises de Nazar)

Fig. 13 NABIL TAG - Reprises de Nazar

28Elève des Beaux-Arts, peintre puis illustrateur avant d'être caricaturiste, Nabil Tâg, de son vrai nom Nabil Tâg al-Arafine al-Maghâzi al-Laqat, a passé en Suisse plus de dix ans au terme desquels il est devenu francophone et, nous dit Mohieddine al-Labbâd dans Nazar (p. 14/15), intraitable sur son égyptianité et son mauvais caractère… Ses couvertures de YAhrâm al-Iqtissadi auraient suscité des protestations de l'ambassadeur des Etats-Unis au Caire ce qui, on s'en doute, n'est pas un mince honneur. Fortement sensibilisé à la trahison chronique des clercs et surtout à la propension irrépressible des nantis à vendre tout ce qui est vendable du patrimoine national et des valeurs culturelles du groupe qui les a fait exister, Nabil Tâg s'est trouvé un style graphique d'autant plus efficace qu'il est silencieux et que ses dessins fourmillent de trouvailles qui témoignent d'une culture solide et d'une connaissance exacte et extrêmement réaliste des rapports de force politiques et sociaux.

29Un autre maître du trait qui arrive à s'exprimer sans bavardage est Mohieddine al-Labbâd de l'hebdomadaire Sabâh al-Khayr. C'est d'ailleurs après avoir observé de près un certain nombre de ses œuvres qu'on peut se risquer à dégager quelques conditions générales d'efficacité de la caricature, qu'elle soit ou non politique (Caric. 14 à 19). Plutôt que d'avoir de longues phrases plus ou moins redondantes avec les signes graphiques, l'artiste choisit les signes qui suggèrent dans un certain ordre et selon une certaine succession des énoncés/clés, des phrases qui viennent tout naturellement à l'esprit de celui qui regarde la caricature. Ces phrases sont d'ailleurs souvent des expressions courantes tirées de ce que serait une conversation autour du thème traité. Ainsi la caricature rend compte du discours public quotidien non écrit et échappe à la langue de bois. Par exemple, la caricature 14 peut très naturellement suggérer les énoncés suivants en dialecte : "El Arab béyehébbou 'amrîka we héya bétéddîhom ala 'afâhom" (= Les Arabes aiment les Etats-Unis et ils en reçoivent des coups sur la nuque / Recevoir un coup sur la nuque dans le dialecte égyptien équivaut très exactement à se faire maltraiter sans broncher et accepter de passer pour un con).

30La caricature 15 joue sur des énoncés canoniques, "valorisant" plus ou moins ironiquement les moustaches : "Chanab yo'af fo'ih él sa'r" (= Des moustaches sur lesquelles peut se tenir un faucon), "Barémli chañabâto" (= il m'a enroulé ses moustaches = il fait l'important). La citation du langage quotidien n'empêche pas, sur les mêmes caricatures, des jeux où les signes graphiques renvoient à d'autres signes graphiques, par exemple, la relation des moustaches et des lunettes ou le retour "dans l'œil" des pointes de la moustache.

31Le "sobhânak ONE" de la caricature 16 tire tout son piment de l'expression centrale de nombreuses prières musulmanes, fondement premier de la religion islamique "wahéd 'ahad", deux variantes redondantes de l'expression de l'unicité absolue de Dieu. Le doigt levé qui accompagne le geste de l'homme accroupi est enfin parfaitement ambigu puisqu'il désigne simultanément le mouvement de piété fort courant exprimant la reconnaissance par le fidèle de l'unicité de Dieu et le mouvement de prière profane, également fort courant, où l'on demande ne fût-ce qu'un exemplaire ou une unité de la chose.

32Les deux "La culture de l'enfant" posent le problème à travers la relation de ce qui est dit à celui qui le dit. Ce n'est en effet qu'en situant l'auteur du message qu'on peut donner au message son vrai sens et savoir s'il s'agit d'une expression authentique ou d'une manœuvre de récupération. Al-Labbâd est probablement le seul à aller aussi loin dans la recherche des thèmes et des formes qui permettent de dénoncer sans trop de discours les méfaits des modèles de surconsommation nord-américains. Il n'hésite pas d'ailleurs, quoiqu'avec beaucoup de discrétion à dévoiler la dimension brutalement sexuelle de la pressurisation des énergies vitales d'un peuple qu'entraîne une domination économique et culturelle (Caric. 20).

33Ainsi peut-on dire, en conclusion de ce premier tour d'horizon, que la situation linguistique de l'Égypte appelle deux types efficaces de caricatures : celui d'une complicité sans faille de la langue quotidienne avec les signes, objet d'un large consensus, des représentations quotidiennes de l'interdit ou du conflit ; celui d'un graphisme constamment attentif à éviter les deux écueils de la complicité narcissique et du didactisme, un graphisme qui trouve des relations nouvelles entre des signes connus et des réalités anciennes.

Fig. 14-20 MOHIEDDINE AL-LABBAD - Nazar, p. 27

Fig. 15 Nazar, p. 31

Fig. 16 Nazar, p. 77

Fig. 17 Nazar, p. 113

Fig. 18 Nazar, p. 109

Conditions d'efficacité de la caricature

La loi du rébus

34Un signe graphique doit être à la fois métonymique et ambigu. Ainsi avons-nous par exemple dans la caricature 19 trois métonymies distinctes :

    • L'ensemble des personnages représente la production culturelle américaine destinée à l'exportation,

    • L'ensemble des personnages représente - par association avec un clip TV - l'armée en parade,

    • L'ensemble de la mise en scène représente la rhétorique nationaliste dans sa totalité.

35D'une certaine façon, chacun des signes graphiques d'une caricature participe à une partie de la phrase ou de l'idée qu'exprime la caricature soit par représentation directe, soit par métonymie, soit par association connotative, soit par homonymie.

La loi du déplacement

36La signification globale d'une caricature n'est placée que du fait qu'un certain nombre d'éléments signifiants sont déplacés. Autrement dit la caricature fonctionne du fait d'une série cohérente de dysfonctionnements.

La loi de l'attente d'un changement

37Que la caricature produise le rire, l'étonnement, le sourire ou l'adhésion simple, elle modifie l'angle sous lequel on voit habituellement les choses. Cette modification est probablement la raison pour laquelle on "cherche" une caricature.

38Ces trois premières "lois" constituent des conditions de production de la caricature, les trois dernières que nous postulerons constituent plutôt des conditions de sa réception.

Les évidences partagées par le public visé

39Il importe que sur les événements traités par la caricature, l'information ait été plus ou moins orientée dans le même sens pour tout le public concerné, qu'il y ait des personnages et des objets immédiatement reconnaissables et occupant pour tous les mêmes positions relatives dans l'espace symbolique.

Le respect de la marge de tolérance du public

40Le déplacement de signes dont la fonction métonymique ou métaphorique est transparente, ne doit pas violer le seuil de tolérance du public sous peine de produire l'effet inverse de celui qui est recherché. Ainsi ces deux caricatures de Amr 'Abd al-Samii (Carie. 21 et 22). Un musulman, même très orthodoxe, rira de la première mais peu de musulmans, mêmes laxistes et peu pratiquants, riront de la deuxième.

La reconnaissance par le public d'un style

41S'il y a style il y a code et une grande partie de l'effet de violence s'en trouve désamorcée. Cette condition est certes remplie dans toutes les caricatures que nous avons sélectionnées mais dans la seconde (Caric. 22) elle ne suffit pas.

Fig. 19 Nazar, p. 80/81
(Notre égyptianité, notre patriotisme, Dieu les protège. Allah ! Allah !)

Fig. 20 - Nazar.
(Titre de l'ouvrage dans la bulle ; nom de l'auteur sur la bouteille. "Délicieuse, rafraîchissante et symbole de domination".)

42A l'exception de la loi du déplacement, ces conditions n'ont pas seulement pour effet de réduire la liberté du caricaturiste, elles ont tendance à figer sa production et à l'inciter à se répéter. L'artiste se sclérose en répondant à la représentation qu'il se fait de l'attente du public. Il tend progressivement à exploiter les événements plutôt qu'à essayer d'en modifier la perspective. Ce défaut, très répandu parmi les caricaturistes égyptiens, est d'autant plus accusé qu'ils abordent des thèmes politiques. Et ce n'est pas forcément par docilité ou par peur. Pendant longtemps la plupart des caricaturistes comme d'ailleurs la plupart des journalistes s'ils se situaient plutôt sur la gauche du régime que sur sa droite avaient, lorsqu'ils avaient gardé leur emploi, un régime dont les grandes lignes politiques correspondaient grosso modo à leurs propres convictions. Leurs défauts et leurs carences seraient plutôt imputables à leur volontarisme et à une vision quelque peu rigide et stéréotypée des réalités socio-politiques. Mais cette rigidité à quoi tient-elle ?

Fig. 21 AMR ABD AL-SAMII - (Al-Ahrâm al-Iqtissadi, 27/4/1987)
(Les affaires de la pensée.
Comment peut-il y avoir des groupes "fondamentalistes" ('ossouliyîne) dans le pays sans qu'on invite les enfants de bonne souche (expression ayant en arabe la même racine - 'ossoul - que "fondamentalistes") comme nous à s'y joindre ?)

Fig. 22 AMR ABD AL-SAMII - (Al-Ahrâm al-Iqtissadi, repris dans l'édition du 15/8/1987 de l'Ahrâm international)
(Sur la question des investissements relatifs à des "projets clés-en-mains". Mon petit Hag (ayant accompli le pèlerinage), il faut que nous donnions aux projets que nous achetons des noms musulmans…
Par exemple, si nous achetons le Haut-Barrage (el-sadd el-âli), il faut l'appeler "Etouffe-chrétien" (littéralement: le barrage de la gorge = sadd él-hanak))

Divorces, décalages et provocations ou comment être sérieux

43La caricature, écrit Salah Issa (Hekouma we 'ahâli, p. 13), répond à une spécificité de la personnalité égyptienne. Il est pour le moins aventureux de confirmer ou d'infirmer l'existence d'une personnalité égyptienne mais il est vrai que malgré les différences des styles et des thèmes d'une communauté à l'autre la caricature présente une constante troublante : pour exagérer sans perdre pied, pour déformer sans rendre méconnaissable, il faut exploiter le décalage entre la représentation qu'une communauté a d'elle-même et l'image qu'elle offre à qui la regarderait sans vraiment s'y intéresser, à qui la dessinerait comme objet d'étude, influencé uniquement par la perspective et la lumière, au mieux par sa curiosité d'entomologiste. Or, bien exprimé, ce décalage est justement ce qui produit à une époque donnée, pour une communauté donnée, des styles dont le principal point commun est qu'un étranger reconnait à travers eux cette communauté et cette époque. Ces styles, pour les étrangers, identifient plus sûrement une communauté que ne le feraient des années de descriptions anthropologiques et des montagnes d'archives.

44Comme l'écrit Bergson en 1900 dans Le Rire, " (la caricature) est un art qui exagère et pourtant on la définit très mal quand on lui assigne pour but une exagération, car il y a des caricatures plus ressemblantes que des portraits, des caricatures où l'exagération est à peine sensible et inversement on peut exagérer à outrance sans obtenir un véritable effet de caricature" (p. 27 des Oeuvres complètes, P.U.F.).

45C'est peut-être en effet en exprimant cette contradiction, ce décalage entre la représentation d'elle-même qu'elle maîtrise et celle qui lui échappe, qu'une communauté manifeste le plus profondément sa spécificité. Peut-être parce qu'elle apporte par cette expression une solution originale à un problème humain essentiel et assez général, quoique diversement vécu selon que ce décalage plus ou moins important, fait partie des contradictions dynamisantes d'une société ou va jusqu'à devenir un divorce.

46La caricature classique semble d'autant plus florissante dans une société que le décalage entre l'image maîtrisée qu'une communauté a d'elle-même et celle qui lui échappe, est plus grand.

47Depuis l'expédition de Bonaparte. Depuis surtout le khédive Ismaïl, son Parlement, son Opéra, son Eugénie, ses journaux, son Canal. Depuis aussi cette confiscation de l'expression et du discours publics dans le premier tiers du siècle par, d'un côté une armée d'imitateurs patentés qualifiés abusivement de "génération pionnière et moderniste" (= jîl ‘al rowwâd), par la résistance sur fond de religion ou de religiosité au viol des premiers, de l'autre. Depuis ce temps, le décalage est devenu divorce et l'écart n'a plus cessé de se creuser entre des images de plus en plus volontaristes que les groupes qui parlent haut et fort donnent à la communauté et celle que renverrait cette communauté à un observateur désintéressé. Le terrain ne peut pas être plus favorable à la caricature.

48Il y en a qui n'aiment pas qu'on établisse un rapport trop étroit entre la caricature et la nokta ou la 'afcha… Ils ont d'autant plus sûrement tort que nakata la racine de nokta exprime en arabe une donnée tout à fait essentielle à la définition du genre : remuer la terre avec une tige ou ce qui peut lui ressembler, par analogie réfléchir ; se dit aussi d'un cheval lorsqu'il bondit et de quelqu'un ou de quelque chose qu'on jette à terre par un mouvement violent.

49Le sens d’idée agréable produisant un effet sur l'esprit est récent et ne se trouve, parmi les grands dictionnaires, que dans Al-Wasit. Par contre, les grands classiques donnent pour nakkâte (celui qui fait des nokate) le sens de Taâne fil nâss (celui qui s'en prend aux gens, les agresse moralement).

50Bref, en arabe, le sens du mot implique que l'on fouille et que l'on fouine, qu'on recherche la petite bête et n'exclut pas, bien au contraire, l'agressivité. Il a donc fallu une dose importante d'idéologie soporifique et régressive pour qu'on en vienne à la notion bien gentillette d'idée agréable produisant un effet plus ou moins charmant sur l'esprit et à ce sempiternel "côté bon enfant" dont on ne sait que trop bien à qui il profite. Du coup, on semble oublier et le concept de départ et sa fonction. Mais l'oubli est relativement récent puisque le sens ancien se retrouve encore dans le titre de la célèbre revue de Abdallah al-Nadîm (1845-1896), Al-Tankît wal-tabkît, le second terme signifiant "al-tawbîkh wal taqrîi wal taanîf bél yadd wal assâ wa nahwaho édhâ lazéma" (= confondre, rabrouer, violenter avec la main, le bâton ou ce qui leur ressemble, si le besoin s'en fait sentir).

51La caricature doit donc exprimer à la fois le conflit avec soi et le conflit avec l'Autre et elle doit le faire selon deux tonalités mêlées ou séparées, le rire et l'étonnement. Elle est donc condamnée à n'atteindre le sérieux qu'à la condition expresse de ne pas se prendre au sérieux ; "… Ils ignorent que les conditions (de la pensée) ne sont pas moins futiles ni moins fortuites que les conditions d'une charade", écrivait Paul Valéry (Rhumbs, Littérature, p. 212 - Tel Quel, 1941).

52La caricature est à la pensée politique et sociale ce que certaines configurations fondamentales comme la flamme ou les reflets moirés de l'eau sont à la pensée scientifique. Elle permet à une pensée d'enrichir sa rationalité par une cohérence formelle à la fois enracinée dans le réel et non discursive, donc non linéaire. Elle peut de ce fait penser la simultanéité et affranchir l'imaginaire du temps sans lui faire perdre pour autant sa consistance. Avec elle, les formes dessinées, sculptées, animées, donnent accès à une forme de connaissance que le verbal, le discours appréhendent mal.

53Voilà pourquoi tous les détails du corps, du vêtement, des objets pour peu qu'ils se prêtent à un univers quelconque de cohérence, acquièrent avec la caricature une importance qui, si elle n'est pas immédiatement traduisible en un discours rationnel et structuré, correspond à une perception globale extrêmement précise d'un fait social ou politique "à propos duquel on tient des discours".

54Cette perception, en renforçant ou neutralisant ces discours de manière indirecte, contribue d'une façon peut-être décisive au façonnement de l'intuition politique mais elle ne peut en aucun cas correspondre, sur un mode biunivoque, à un énoncé politique.

55C'est probablement pour cette raison que le politique disparaît dès lors qu'une séparation trop nette s'institue entre une activité réputée politique et une autre réputée apolitique. Au sein de la politique proclamée comme telle, il n'y a alors plus de politique ou très peu et par conséquent la caricature supposée politique devient illustrative, redondante, inesthétique et inefficace.

56L'échec du politique dans la caricature politique produit alors des objets aussi monstrueux que les caricatures 23,24 ou 25. On s'en rend d'autant mieux compte si on les compare à des caricatures de Mustafâ Husayn sur le même sujet où l'on voit que les possibilités de jeu et de créativité restent ouvertes même avec des sujets usés jusqu'à la corde par une bonne trentaine d'années de lieux communs et de stéréotypes d'un discours politique figé (Caric. 26).

57Ceci dit les difficultés propres au traitement du politique avaient déjà conduit Salah Jahine et conduisent aujourd'hui Mustafâ Husayn et Amr 'Abd al-Samii à substituer une socio-politique du quotidien à la politique des grands ensembles. La boutade, l'anecdotique deviennent tout à fait essentiels. Et quand ils ne sont pas au rendez-vous c'est le silence qui avec Bahgat 'Uthman ou Moheiddine al-Labbâd permet paradoxalement l'accès du politique à la politique.

Fig. 23 NAGI - Illustration d'un article d'Ibrahim Nafee, "Les leçons de la campagne électorale" - (Al-Ahrâm, 10/4/1987)
(Sur le biceps : Parti National Démocratique (au pouvoir). Entre les dents des ciseaux : "Ceux qui sèment le doute".)

Fig. 24 NAGI - Illustration d'un article d'Ibrahim Nafee, "Que s'est-il passé à Alger ? " - (Al-Ahrâm, 8/5/1987)
(Sur la fillette enchaînée : "La cause palestinienne".)

Fig. 25 SAYYID ABDEL FATTAH
Illustration d'un article d'Ibrahim Nafee, "Un croyant ne se fait pas piquer deux fois dans la même tanière"-(Al-Akhbâr, 25/4/1987)

Fig. 26 MUSTAFA HUSAYN
"Bonne nouvelle pour le peuple palestinien. L'oeuvre de cette saison et de toutes les saisons: La résistance et l'affrontement (titre de l'alliance des pays du Front du refus anti-israélien). Comédie musicale présentée par la troupe de l'OLP, seul acteur à avoir le droit de se payer la tête du peuple palestinien (jeu de mots sur "acteur" et "représentant"). Production syrienne, algérienne, libyenne et yéménite commune"– (Al-Akhbâr, 9 et 30/5/1987)

Fig. 27 ABD AL-SAMII - Reprises de Nazar
Echantillon de la campagne menée par Rûz al- Yûsuf contre Nahas Pacha.
En haut : La chaussure royale et Nahas Pacha. Le métier de Premier ministre est vraiment fatigant !
En bas : le policier : La loi dit que le maillot de bain doit être d'une seule pièce.
Nahas : Tu n'as pas honte… ça ne se fait pas… (sur le slip : "L'évacuation" ; sur le soutien-gorge : "La défense commune".)

58De ce fait, il sera toujours hasardeux de déterminer de façon indiscutable quel rire est signifiant et quel rire est "sans contenu".

59Il faut ici souligner une question délicate ; contre le fanatisme et l'obscurantisme le mouvement dominant s'est trop souvent, dans le Tiers monde en général et dans l'Orient arabe en particulier, réclamé d'une rationalité quelque peu simpliste mâtinée d'un positivisme naïf et d'un moralisme primitif. Ces "fausses lumières" ne pouvaient que conduire à un manichéisme incompatible à la fois avec l'esprit critique - dont on reproche à l'adversaire d'être dépourvu - et avec une expression formelle imaginaire mais ambiguë. Or, tous les obscurantismes se rencontrent et se valent quelle que soit par ailleurs la valeur de la cause qu'ils défendent. Ainsi ce ne sont pas seulement les publications religieuses - aussi bien chrétiennes que musulmanes d'ailleurs - qui ne laissent aucune place ni à la caricature ni à aucune autre forme d'expression quelque peu délirante par le trait et la couleur, mais toute la presse sportive et les trois principaux hebdomadaires (Oktôbar/Akhir Sâa et Al-Musawwar) ainsi que des revues "intellectuelles" comme Al-Hilal ou plus récemment Chomoue.

60Bref, la réflexion critique est prisonnière en Égypte de ce vieux rationalisme antérieur à 1900 et à la révolution introduite au tournant du siècle dans la pensée scientifique et dans la pensée tout court par les avancées spectaculaires de la physique des quanta ou de la biologie moléculaire et du déplacement progressif de l'idée même de progrès ou de modernité du fait d'une modification qualitative des conditions de vie par une avalanche de réalisations technologiques qui ont à tel point façonné notre environnement et modifié les rapports de force que l'on peut dire que la deuxième moitié de notre siècle pour être tributaire du xixème lui est en fait totalement étrangère.

Un mauvais héritage

61Dernier élément dans notre description du fonctionnement de la caricature, l'existence d'une double organisation de ses signes. L'une renvoie à des possibilités de reconnaissance immédiate, l'autre construit son propre code.

62La première sollicite une sémiologie éminemment conservatrice. Elle reproduit un code partagé et passablement figé, presque toujours arbitraire. Le signe renvoie à une réalité ou à une catégorie sans rapport de nécessité sémantique un peu comme un triangle peut, en Pologne, désigner les toilettes des hommes tandis qu'un cercle désignera celles des femmes. La seconde doit parvenir à faire partager sa nouveauté. Elle ne peut y arriver que si les signes graphiques qu'utilise le caricaturiste ont été l'objet d'une appropriation collective. Même en dehors de toute signification précise, de tout code organisé, il y a une familiarité avec le graphisme qui est une condition préalable à son efficacité sociale.

63Or on peut dire que l'histoire de la caricature en Égypte n'a pas été favorable à cette appropriation. Salah Issa, dans le texte que nous avons déjà cité, souligne à juste titre que le tachkhîsse (= personnification/identification), l'opération première qui fonde l'art du caricaturiste, est art importé tardivement en Égypte, pendant la première guerre mondiale. L'auteur remarque, et il a raison, que les dessins antérieurs, par exemple ceux qui apparaissent dans les journaux de Yaacoub Sannoue, à la fin du règne du khédive Ismaïl, relevaient plus de l'illustration que de la caricature. D'ailleurs, à ses débuts, la caricature sera pratiquée par des étrangers : Sintès et Sâroukhân notamment et si son succès est immédiat c'est un succès anti-populaire, et d'une façon quasi permanente, anti-wafdiste - le grand parti majoritaire et populaire - même lorsque l'auteur devenu égyptien représente une tendance plus ou moins populaire. Il n'est que de suivre l'évolution de la revue Al-Kachkoul puis de Rûz al-Yûsuf pour s'en convaincre.

64Ce n'est qu'à partir de 1950 que, selon Salah Issa, "l'ensemble de la caricature égyptienne passe d'un rire sans contenu ni engagement à un rire authentiquement satirique et personnificateur répondant aux besoins de l'âme égyptienne et manifestant l'un de ses moyens spécifiques pour faire face à ses ennemis". Le changement d'attitude de Rûz-al-Yûsuf à l'égard de Nahas Pacha, président du Wafd, illustre bien ce revirement même si le jugement est un peu trop tranché.

65Mais cette unanimité des caricaturistes dans la liberté (cf. la liberté de 'Abd al-Samii pendant les deux premières années de la révolution) n'aura duré que trois ans. On mesure donc à quel point l'expression politique de la question nationale aura été problématique dans la caricature égyptienne.

66Très fortement censuré lorsqu'il est photographié, le corps caricaturé jouit en Égypte d'une assez grande liberté. A l'exception du président de la République et des religions qui restent, comme l'était auparavant le roi, intouchables, tout dans le pays est a priori caricaturable. Même les rites de l'islam comme le jeûne du Ramadan ou le pèlerinage peuvent, à condition que les fondements du dogme et de la piété ne soient pas touchés, peuvent être objet de dérision pour autant qu'ils font partie du jeu social. Cette liberté était certes plus grande avant la révolution du 23 juillet. Des caricatures du type de celles dont Nahas Pacha faisait les frais sont aujourd'hui impensables. Mais cette contrainte en établissant une frontière entre la caricature de la fonction et la caricature de la personne, entre celle du personnage et celle de l'individu protège l'intégrité de la personne et évite des débordements qui à terme constituent dans certaines sociétés un danger beaucoup plus grand pour la liberté que ne l'est ce type de censure.

Fig. 28 Rûz al-Yûsuf, n° 428.- Après les dernières élections parlementaires
(Ainsi l'a voulu la Nation et ainsi en a-t-elle jugé… Le grand personnage à gauche : Nahas Pacha - Au-dessus de la flèche : "Gi-gît Abdel Hamid Saïd".)

Fig. 29 ABD AL-SAMII
(En haut : en habits d'officiers de gauche à droite : Nasser, Gamal Sâlem, Néguib : Tu voulais voir la liberté, la voici sous tes yeux.- La crise de la démocratie, 1954.
En bas : La circulation dans cette rue devrait être à sens unique. - Cheikh Matlouf, 1953.)

67D'une accessibilité quasiment absolue, le corps, notamment féminin, se déploie quotidiennement avec une expressivité étonnante. La caricature politique n'hésite d'ailleurs pas devant des détails érotiques impensables en photographie et même au cinéma. A la fois très précis et d'une grande puissance phantasmatique, le trait reste politique. C'est que, plus que tout autre mode d'expression, la caricature est, en Égypte, très attentive aux rapports de la sexualité au pouvoir mais aussi à l'égyptianité, c'est-à-dire à l'authentification de la valeur des formes.

68A cet égard la caricature pose une question centrale : quel est le bon détail ? Quelle que soit la politique suivie, c'est une excroissance, un plein ou un trop plein de l'un des vecteurs phantasmatique s du corps. Et ici, c'est l'injustice et le désordre du monde que le caricaturiste emploie pour piéger l'idéologie. Certes aucun caricaturiste quelque cynique qu'il soit n'osera user de tout ce que l'horreur injuste de la nature lui propose mais c'est à partir de ce vivier dont les corps sont un dépositaire permanent que le caricaturiste va gérer le désordre naturel au profit de l'imaginaire critique de la communauté.

69Les femmes des caricaturistes égyptiens entrent bien dans une typologie sociale, culturelle et politique où ne manquent pas les généralisations abusives et les lieux communs mais elles n'ont pas d'équivalent hors d'Égypte. Leur efficacité érotique interne est suffisante pour qu'un grand caricaturiste ait pu nous avouer : "Nous dessinions à cette époque les femmes d'une manière très osée. Nous étions conscients de participer à une entreprise d'hygiène publique : aider les adolescents à se défouler".

70Par-delà son pouvoir érotique au premier degré, le corps caricaturé est le lieu de convergence du politique et des politiques. Les détails qu'ils soient attrayants ou répugnants ne sont pas, le plus souvent, cohérents avec le capital de sympathie ou d'antipathie attaché conventionnellement au personnage qui les "porte". C'est que la sexualité ou les oripeaux et accessoires de la séduction sont aussi, comme le politique, un espace de contradictions. Là où le prototype, le personnage, le modèle social, perpétuent les préjugés, le conformisme et la langue de bois (cf. le capitaliste ventru au gros cigare qui ressemble encore, il est vrai, à Fouad Serrag al-Din mais ne ressemble plus qu'à lui…), les détails du corps, au même titre que le délire du tahchich, forme suprême de la nokta, ou la chute inattendue d'un billet d'Ahmad Ragab, créent un espace où l'esprit retrouve sa liberté et redécouvre son pouvoir critique.

71La photo de reportage mais aussi le dessin authentiquement réaliste sont pratiquement introuvables dans la presse et l'édition égyptienne. Et c'est à travers la caricature, à peine grossissante et en fin de compte si peu déformante, que s'exprime en Égypte la seule vérité vraiment politique, celle des rapports de force et de séduction qui se jouent dans la vie quotidienne à propos des formes et dans les têtes.

Notes de fin

1 Université de Besançon.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 Le journal Al-AhâliLe gouvernement et Al-Ahâli
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/553/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende Fig. 2 BAHGAT 'UTHMAN
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/553/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende Fig. 3 BAHGAT ‘UTHMAN
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/553/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Fig. 4-10 MUSTAFA HUSAYN - Kamboura fil Barlamâne
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/553/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 468k
Légende Fig. 5
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/553/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Légende Fig. 6
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/553/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende Fig. 7
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/553/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende Fig. 8
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/553/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Légende Fig. 9
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/553/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Légende Fig. 10 MUSTAFA HUSAYN(A gauche, l'auteur de la caricature disant à Moubarak : "Voilà un vrai cadeau, va rayyis (dénomination populaire du président), comment pourrais-je refuser". A l'intérieur du couvercle de l'écrin, on peut lire "La Démocratie".)
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/553/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Fig. 11 NABILTAGQui veut acheter le canal de Suez ? (mai 1987)
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/553/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Fig. 12 NABIL TAG(Al-Ahrâm al-Iqtissadi - Reprises de Nazar)
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/553/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Légende Fig. 13 NABIL TAG - Reprises de Nazar
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/553/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Fig. 14-20 MOHIEDDINE AL-LABBAD - Nazar, p. 27
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/553/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Fig. 15 Nazar, p. 31
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/553/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Fig. 16 Nazar, p. 77
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/553/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Légende Fig. 17 Nazar, p. 113
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/553/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Légende Fig. 18 Nazar, p. 109
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/553/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende Fig. 19 Nazar, p. 80/81(Notre égyptianité, notre patriotisme, Dieu les protège. Allah ! Allah !)
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/553/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Légende Fig. 20 - Nazar.(Titre de l'ouvrage dans la bulle ; nom de l'auteur sur la bouteille. "Délicieuse, rafraîchissante et symbole de domination".)
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/553/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Fig. 21 AMR ABD AL-SAMII - (Al-Ahrâm al-Iqtissadi, 27/4/1987)(Les affaires de la pensée.Comment peut-il y avoir des groupes "fondamentalistes" ('ossouliyîne) dans le pays sans qu'on invite les enfants de bonne souche (expression ayant en arabe la même racine - 'ossoul - que "fondamentalistes") comme nous à s'y joindre ?)
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/553/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende Fig. 22 AMR ABD AL-SAMII - (Al-Ahrâm al-Iqtissadi, repris dans l'édition du 15/8/1987 de l'Ahrâm international)(Sur la question des investissements relatifs à des "projets clés-en-mains". Mon petit Hag (ayant accompli le pèlerinage), il faut que nous donnions aux projets que nous achetons des noms musulmans…Par exemple, si nous achetons le Haut-Barrage (el-sadd el-âli), il faut l'appeler "Etouffe-chrétien" (littéralement: le barrage de la gorge = sadd él-hanak))
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/553/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Fig. 23 NAGI - Illustration d'un article d'Ibrahim Nafee, "Les leçons de la campagne électorale" - (Al-Ahrâm, 10/4/1987)(Sur le biceps : Parti National Démocratique (au pouvoir). Entre les dents des ciseaux : "Ceux qui sèment le doute".)
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/553/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Fig. 24 NAGI - Illustration d'un article d'Ibrahim Nafee, "Que s'est-il passé à Alger ? " - (Al-Ahrâm, 8/5/1987)(Sur la fillette enchaînée : "La cause palestinienne".)
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/553/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Fig. 25 SAYYID ABDEL FATTAHIllustration d'un article d'Ibrahim Nafee, "Un croyant ne se fait pas piquer deux fois dans la même tanière"-(Al-Akhbâr, 25/4/1987)
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/553/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende Fig. 26 MUSTAFA HUSAYN"Bonne nouvelle pour le peuple palestinien. L'oeuvre de cette saison et de toutes les saisons: La résistance et l'affrontement (titre de l'alliance des pays du Front du refus anti-israélien). Comédie musicale présentée par la troupe de l'OLP, seul acteur à avoir le droit de se payer la tête du peuple palestinien (jeu de mots sur "acteur" et "représentant"). Production syrienne, algérienne, libyenne et yéménite commune"– (Al-Akhbâr, 9 et 30/5/1987)
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/553/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende Fig. 27 ABD AL-SAMII - Reprises de NazarEchantillon de la campagne menée par Rûz al- Yûsuf contre Nahas Pacha.En haut : La chaussure royale et Nahas Pacha. Le métier de Premier ministre est vraiment fatigant !En bas : le policier : La loi dit que le maillot de bain doit être d'une seule pièce.Nahas : Tu n'as pas honte… ça ne se fait pas… (sur le slip : "L'évacuation" ; sur le soutien-gorge : "La défense commune".)
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/553/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Légende Fig. 28 Rûz al-Yûsuf, n° 428.- Après les dernières élections parlementaires(Ainsi l'a voulu la Nation et ainsi en a-t-elle jugé… Le grand personnage à gauche : Nahas Pacha - Au-dessus de la flèche : "Gi-gît Abdel Hamid Saïd".)
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/553/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Fig. 29 ABD AL-SAMII(En haut : en habits d'officiers de gauche à droite : Nasser, Gamal Sâlem, Néguib : Tu voulais voir la liberté, la voici sous tes yeux.- La crise de la démocratie, 1954.En bas : La circulation dans cette rue devrait être à sens unique. - Cheikh Matlouf, 1953.)
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/553/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 492k

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter