Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Images d’Égypte

 | 
Jean-Claude Vatin

Bande dessinée et presse enfantine

Le peuple d’Égypte et son chef : Tensions iconographiques dans un strip nassérien

Allen Douglas et Fedwa Malti-Douglas

Note de l’auteur

Note portant sur l'auteur1

Note portant sur l'auteur*

Texte intégral

  • 1 Nous utilisons le terme mythique non dans le sens de faux mais dans celui de représentation collect (...)
  • 2 Voir, par exemple, DORFMAN Ariel et MATTELART Armand, How to read Donald Duck : Imperialist Ideolog (...)

1Le "peuple", catégorie sociale et politique, domine les discours idéologiques dans le monde arabe d'aujourd'hui. La teneur à la fois laudative et indéfinie nous signale sa fonction mythique1. Or, s'il y a un domaine où les idées se doivent de prendre corps, où les signes verbaux se concrétisent en icônes, c'est bien celui de la bande dessinée. En effet, les caractéristiques spécifiques à ce genre, son mélange d'images et de texte verbal, font de lui un champ idéal pour l'expression de tensions et d'ambiguïtés idéologiques2.

2A travers la lecture d'une biographie sous forme de bandes dessinées du leader égyptien Gamal 'Abd at-Nasser, nous nous proposons de montrer, au niveau du langage pictural, les tensions idéologiques suscitées par la représentation qui s'est faite du peuple d'Égypte et de ses rapports avec le président Nasser.

3Le texte de base comporte plusieurs spécificités :

  • 3 NU'MAN AL-DHAKIRI Muhammad, RUFFIEUX Jean-Marie et al., Gamal ‘Abd al-Nasser, Paris, Manchurat al-S (...)

41- On peut le considérer, pour l'essentiel, comme une production authentiquement égyptienne ou arabe. Gamal' Abd al-Nasser est une oeuvre collective. Publiée par Manchurat al-Sahafa al-Ifriqiyya al-Muchtaraka, sa composition est signée Muhammad Nu'man al-Dhakiri et Jean-Marie Ruffieux avec l'assistance de Fa'iz Qabbani, Denis Leroi, et Salma al-Dhakiri : une équipe à dominante arabe3.

5Plus révélateur, le texte est entièrement en arabe, surtout en langue littéraire (fusha), mais avec plusieurs passages en dialecte égyptien. Cette biographie se situe d'emblée dans un contexte culturel arabe, sinon égyptien, et vise un public défini. On pourrait la considérer de ce point de vue comme culturellement autochtone, bien qu'elle soit fortement marquée par des emprunts occidentaux, comme c'est le cas pour une grande partie de la production de la civilisation arabe contemporaine.

6En conséquence, l'image du peuple égyptien (ou de n'importe quel élément égyptien) dans cette biographie ne saurait être analysée comme celle que l'on trouve dans les BD européennes, comme Astérix ou Tintin par exemple. Tout d'abord, ce n'est pas un regard porté de l'extérieur. De plus, l'image de l'Égypte ne se définit pas par rapport à des référents humains ou matériaux européens, comme c'est le cas presque toujours implicitement et même quelquefois explicitement dans les bandes dessinées étrangères. Dans Gamal 'Abd al-Nasser, on trouve même le contraire : c'est par rapport aux habitants de la vallée du Nil que sont représentées les populations étrangères situées. Tout cela non seulement permet un recentrage de l'image de l'Égyptien mais aussi des différenciations à l'intérieur de la population égyptienne elle-même.

  • 4 Voir L'Idéologie par la bande, p. 60-108.

72- Gamal 'Abd al-Nasser n'est pas œuvre de fiction, mais d'histoire. Cette différence est capitale. Comme nous avons essayé de le démontrer plus amplement dans une étude précédente, mettre toute la complexité de l'histoire dans une BD pose de nombreux problèmes. L'histoire écrite comprend en général plusieurs niveaux de narration (microcosme et macrocosme, spécifique et général) aussi bien que des problèmes de synchronie entre différents enchaînements d'événements. Comme système de narration, la BD traditionnelle est adaptée aux narrations relativement simples et linéaires. L'auteur d'une BD au sujet historique peut éviter quelques-unes de ces difficultés en limitant, par exemple, son texte aux éléments du processus historique qui ont le plus d'affinité avec le récit littéraire traditionnelle, ou en présentant les matériaux historiques par le biais des procédures narratives qui se prêtent à la représentation. Refusant toutes ces facilités, les biographes nassériens ont relevé tous les défis de la représentation intégrale de l'histoire dans une BD et ont répondu par des procédures de narration et des découpages eux-mêmes porteurs de signification idéologique4.

83- Bien que toute bande dessinée puisse être considérée comme idéologique, celle-ci l'est explicitement. Biographie d'un acteur politique de premier ordre, lui-même fondateur d'une idéologie, la biographie de Nasser ne prétend pas à la neutralité. C'est une célébration nassériste de l'œuvre du grand homme égyptien. La position idéologique n'est pas seulement de gauche mais fortement imprégnée de populisme. Cette dernière idéologie représente une valorisation du peuple (conception mal définie) comme unique source de valeur, de justice et d'énergie nationales.

9En effet, le mot et le concept de "peuple", comme son équivalent arabe cha'b, comporte deux sens dont l'imbrication est à la base de l'idéologie populiste. D'un côté, peuple peut signifier : "tous les habitants d'un territoire donné", c'est-à-dire la population entière, toutes classes confondues. C'est dans ce sens qu'on parle du Maglis al-cha'b, élu par tous les citoyens d'Égypte. Mais il y a toujours un autre sens qui s'attache au mot peuple : les gens de condition modeste, pas seulement les pauvres et bien sûr pas le tiers état, puisque la bourgeoisie en est généralement exclue, mais plutôt ce qu'avant la révolution en France on appelait le menu peuple. C'est le peuple de Michelet, catégorie autant politique que strictement sociale. Les deux sens de ce terme se trouvent pleinement exprimés dans ce texte.

  • 5 Pour une analyse idéologique plus détaillée, voir L'Idéologie par la bande, p. 79-118.

10En effet, Gamal 'Abd al-Nasser privilégie une relation directe, en dehors de toute médiation formelle, politique ou constitutionnelle, entre le peuple et son chef. Il n'est guère surprenant donc que le peuple joue un grand rôle tant dans l'iconographie que dans le déroulement de l'histoire5.

11Mais comment définit-on le peuple iconographiquement, puisque c'est de cela qu'il s'agit ? Nous ne tenons pas compte de tous les passages où le texte verbal parle de peuple (cha''b ou nas ou autre), mais des représentations picturales remplissant trois critères :

  • collectif : il doit s'agir de plusieurs personnes à la fois dans un même cadre mais qui ne sont narratologiquement qu'un seul acteur.

  • anonyme : les personnes en question ne doivent pas être identifiées ou connues individuellement.

  • actif : elles doivent jouer un rôle positif dans le déroulement de l'intrigue, même si ce rôle se limite à l'allégeance au chef. Elles ne jouent pas les utilités.

12Ainsi défini, le peuple se manifeste régulièrement d'un bout à l'autre de notre texte. De temps en temps acteur unique, comme dans la représentation de l'incendie du Caire (p. 3). Deux vignettes présentent des jeunes gens courant dans la rue et incendiant des immeubles. On trouve même un manifestant avec fusil-mitraillette. Il est à noter que cette représentation est pré-nassérienne dans le sens qu'elle précède la prise de pouvoir de Nasser. Il est aussi à noter que les personnes en question, sans être parfaitement définies, font partie des classes populaires. Les manifestants eux-mêmes sont en chemise et ce n'est qu'en arrière-plan qu'on voit des hommes en gallabeyya.

13Mais ces images sont plutôt l'exception. Dans la plupart des cas, le peuple fait partie du couple Nasser/le peuple. Ce couple est, bien sûr, l'image directe du choix idéologique populiste de la bande dessinée. Le peuple est la légitimation de Nasser, son soutien et son alter ego. Les variations dans la représentation de ce couple (et quelquefois de ses éléments séparés) témoignent donc des ambiguïtés et des problèmes inhérents au projet populiste. Cela est vrai autant pour les difficultés abordées consciemment que pour celles qui surgissent plutôt au niveau inconscient.

  • 6 Voir L'Idéologie par la bande, p. 85-108.

14On trouve le couple chef/peuple dans son expression la plus forte dans quelques-unes de ces pages-clefs qui se démarquent visuellement. Quatre pages, au lieu d'être organisées selon la logique traditionnelle en bandes horizontales, en registres qui sont lus séparément, sont constituées de dessins trouvant leur unité au niveau de la page. L'arrangement géométrique et unifié de ces quatre pages donne plusieurs possibilités de lecture, elles-mêmes reflétant la synchronicité et la juxtaposition des divers niveaux de généralisation caractéristiques du discours historique6. Deux de ces pages sont consacrées au couple Nasser/le peuple.

15La plus intéressante du point de vue iconographique comme du point de vue idéologique est la page consacrée à la nationalisation du canal de Suez (p. 10). Elle décrit le célèbre discours d'Alexandrie où Nasser à la fois annonçait et ordonnait la nationalisation du Canal. La page entière est organisée autour d'un médaillon bipartite d'où rayonnent des cadres non-rectangulaires. En haut et en bas de la page on voit Nasser parlant dans un microphone. Autour, les cadres contiennent des groupes d'auditeurs. Le médaillon central, enfin, se compose en haut d'une image de Nasser en plan rapproché et en bas de quatre Egyptiens riant avec leur président.

16La segmentation de l'assistance et la composition du médaillon central reflètent aussi bien la tension entre peuple d'Égypte et population égyptienne que les difficultés du projet populiste. La page sur la nationalisation du Canal est un ensemble à la fois fracturé et unifié. Fracturé : au lieu d'un Nasser qui parle il y en a trois, et, plus significatif, au lieu d'un peuple égyptien qui écoute, il y a plusieurs groupes qui le représentent. Dans les divers cadres, on trouve à la fois mélange et différenciation. En haut à gauche, par exemple, la foule urbaine et plutôt populaire est marquée par la présence de soldats. A droite en bas, par contraste, c'est un groupe de bourgeois cravatés (la bourgeoisie moderne) ou en tarbouche (la bourgeoisie plus traditionnelle). Même les gestes différencient les divers groupements sociaux : les bourgeois, en bas à droite, rient et l'un d'eux danse, la main au chapeau. La foule plus populaire, en bas à gauche, lève les bras au-dessus de la tête dans un geste plus enthousiaste encore. De plus, le seul bourgeois dans ce cadre (portant cravate) n'imite pas le geste de ses voisins. La population de l'Égypte est clairement divisée en groupes de classes. De ce point de vue, c'est moins le peuple d'Égypte qui écoute que ses diverses composantes, toutes unifiées dans leur soutien aux actes nationalistes de leur président.

17Si les cadres rayonnant autour du médaillon représentent la division sociale, ce dernier figure l'unité. En premier lieu, comme les autres médaillons de Gamal 'Abd al-Nasser, celui-ci résume, en la redéfinissant, l'essence de la page entière. On y voit Nasser et le peuple, couple idéal. L'assistance, en bas du médaillon, signifie le peuple d'Égypte plus que la population. Partageant le médaillon avec Nasser, à espace égal, ces personnages unis représentent l'autre moitié du couple. Leur composition sociologique représente également la vision populiste de la nation : trois hommes solides en habit populaire avec, en léger retrait, un jeune bourgeois en cravate et tarbouche. La division sociologique est remplacée par la vision unifiée avec comme clef de voûte, bien sûr, le leader national.

18Cette fonction de rassemblement, on la trouve aussi dans une demi-page (p. 20, en bas) consacrée à l'union de l'Égypte et de la Syrie. Cet ensemble se divise, au centre, en deux gros cadres figurant deux auditoires populaires, un en Égypte (à gauche) et l'autre en Syrie (à droite). Au centre et en haut de l'ensemble est encadrée, en plan rapproché, une image de Nasser vu de dos, la main droite levée. Il est clair que le chef s'adresse aux deux auditoires à la fois. Le ballon verbal au-dessus de sa tête coiffe son cadre et déborde à droite et à gauche sur les deux cadres représentant les auditoires, reliant ses paroles aux Egyptiens et aux Syriens qui l'écoutent.

Fig. 1 Nationalisation du canal de Suez (p. 10)

Fig.2 Union de l'Égypte et de la Syrie (p. 20)

Fig.3 La mort de Nasser (p. 40)

19La signification de cet arrangement est évidente. Nasser de dos (la seule fois où il est ainsi représenté) fait face directement à ses deux auditoires à la fois. Manifestement, c'est physiquement impossible, puisque les auditoires se trouvent dans deux pays différents. Aussi, la réalité est plus politique que physique. En communiquant directement avec les deux populations arabes, Nasser les unit.

20L'artificialité de cette union est clairement symbolisée par la séparation des auditoires en deux cadres. En effet, la page entière est dominée par des jeux de balancement et d'équivalence entre éléments égyptiens et syriens. En haut à gauche, figure la Takiyya Sulaymaniyya de Damas reflétée à droite par la mosquée de Muhammad 'Ali au Caire, les deux unies par les formes de l'architecture ottomane (l'une est effectivement ottomane, l'autre seulement de style). Mais en dépit de ces ressemblances (et du nationalisme arabe populaire décrit par le texte verbal), le seul trait de rassemblement et d'unité est le grand chef égyptien. En résulte un commentaire iconographique sur l'idéal panarabe exprimé verbalement. Or, cet arrangement iconographique n'est pas inéluctable. Les auteurs auraient pu imbriquer ou superposer les images des citoyens des deux pays.

  • 7 Dans son sommaire, Ferro écrit : "Tandis que les Frères Musulmans s'opposaient à la révolution soci (...)

21La page de Suez nous a montré, sans trop la souligner, la division de la population égyptienne en classes sociales. L'idée de lutte de classe est à peine effleurée dans le texte verbal de Gamal 'Abd al-Nasser. Dans un discours beaucoup plus tiers-mondiste que marxiste, on parle souvent de l'impérialisme et des impérialistes mais très peu de féodaux, ou de gros propriétaires terriens7. Dans le populisme de Gamal 'Abdal-Nasser, le nationalisme prime le socialisme.

22La stratification sociale trouve son expression la plus claire dans l'évocation des élections de juin 1956 (p. 8). Le texte verbal explique que "le peuple égyptien" (al- cha'b al-misri) vota l'élection de Nasser et la ratification de la constitution. Encore une fois, la représentation iconographique nuance beaucoup cette idée de peuple égyptien. Le cadre en question est extrêmement complexe. A gauche, on voit des bourgeois en cravate et complet-veston en train de voter. A droite et en bas, est présentée une scène de la vie rurale avec champs labourés et bœuf actionnant une machine à eau. Séparant ces deux images, un cercle montre un paysan en train de déposer son bulletin dans l'urne. Pour mieux attacher l'image du paysan votant à celle des travaux des champs, le bœuf de la scène rurale est en partie superposé sur le cercle du paysan électeur.

23Le peuple d'électeurs se compose d'au moins deux parties, des bourgeois urbains et des paysans. Mais plus intéressant du point de vue idéologique, l'identification sociale est surdéterminée. La scène de la vie rurale n'était pas strictement nécessaire pour indiquer l'état social du paysan. L'image de celui-ci votant avec son habit et son visage durci par le temps est suffisamment éloquente. Mais, l'organisation des images insiste sur le fait que c'est le vrai paysan, le même qui travaille aux champs, qui vote. En effet, c'est un fait social important. Or, le bourgeois n'est pas montré à son travail. Est-ce qu'il travaille ? La question se pose, mais donner la réponse nuirait à l'autre composante de l'idéologie populiste, l'unité nationale.

24Comme tous les couples, celui de Nasser et du peuple, bien qu'idéalisé, n'est exempt ni de problèmes ni de menaces. Par exemple, la foule peut être destructrice, on l'a déjà vu à l'occasion de l'incendie du Caire de 1952. L'attentat contre Nasser en 1954 (p. 7) crée un défi à la fois iconographique et idéologique. Les coups tirés partent de la foule au moment même où Nasser la harangue, moment sacré dans la relation chef-peuple. Mais la foule tirant sur Nasser serait une vision cauchemardesque du couple. Aussi, doit-on la conjurer.

25L'attentat lui-même est partagé en deux cadres. Le premier, plus grand et muni d'un ballon et d'un texte explicatif, montre Nasser et une partie de son auditoire. On voit qu'un coup a été tiré contre le président, mais d'où ? Est-ce que quelqu'un de la foule a visé le chef ? On ne pourrait pas le dire. La réponse est reléguée aux deuxième cadre, plus petit. Là, on ne voit qu'une partie réduite de la foule. Un pistolet tire mais l'auteur de l'attentat n'est pas vraiment représenté lui non plus. Ne sont dessinés que la main qui tient le pistolet, le front, et une partie du chapeau. Ces manques dans la représentation recouvrent des zones d'angoisse dans le récit. Le tireur fait et ne fait pas partie de la foule. Il est individualisé mais anonyme puisqu'on ne voit pas son visage.

26L'idée de couple comporte celle de communication ainsi que celle de partage du pouvoir. Dans Gamal 'Abd al-Nasser, ces deux éléments sont liés l'un à l'autre. Dans la situation normale, c'est Nasser qui domine (le rôle masculin, si l'on veut) et le peuple qui le soutient. Il parle au peuple qui l'écoute. Celui-ci répond : "Nous sommes avec toi, O Gamal", "Vive Gamal", ou plus politiquement : "Le canal de Suez est - et restera - égyptien" (e.g. p. 8, 11, 14). Dans ces cas, le peuple s'adresse au chef comme celui-ci s'adresse à eux. Cela veut dire que le peuple ne peut devenir acteur politique que comme unité répondant au chef, qui est, encore une fois de ce fait, l'agent de leur unité.

27Et si jamais les gens du peuple se parlaient entre eux ? Ce phénomène n'arrive qu'une fois et signale clairement la déchéance du chef. Après la défaite dramatique de 1967, un cadre montre un groupe de jeunes Egyptiens, un soldat et quelques civils, en train de discuter de la défaite et des responsabilités de leurs dirigeants. Un jeune homme en conclut que Nasser devrait démissionner, ce qu'il fait comme chacun sait un peu plus tard dans son célèbre discours télévisé. La réponse, également célèbre, fait partie du folklore égyptien. Le peuple descend dans la rue pour réclamer le maintien au pouvoir de son président. Gamal Abd al-Nasser reproduit cette scène sur trois cadres. Le peuple (un peuple populaire) presque exclusivement en gallabeyya crie son soutien à Nasser : "Ne nous quitte pas, O Nasser. Donne-nous des armes pour nous battre", "Nous sommes tous avec toi, O Gamal" (p. 34).

28La situation normale est rétablie. Le peuple parle beaucoup mais s'adresse exclusivement au chef. Les quatre cadres de la manifestation populaire réparent la fracture opérée par le cadre unique où les gens du peuple discutaient entre eux. Non seulement le leader fait l'unité du peuple, mais cette unité est la condition du triomphe du chef.

29Enfin, la mort de Nasser (p. 40) est figurée à la fois comme apothéose et dernière représentation du couple. La foule, en deuil, est un mélange de gens d'origine populaire et de militaires. Le texte explique que Nasser est "la révolution de son peuple et son espoir". Mais, dans le médaillon central, la dépouille mortelle du grand chef populaire n'entre pas en contact direct avec son peuple ; elle est escortée de soldats (et suivie de marcheurs à l'air important et officiel). Or, cette représentation du cortège funèbre a tout du choix idéologique. Ne nous est pas montrée la scène célèbre où le peuple prend possession symbolique de son chef en arrachant son cercueil de ses gardiens officiels et en le passant à travers la foule bouleversée de douleur. Sans doute cette image-là était-elle jugée trop dangereuse. A sa place, et pour clore l'histoire, nous avons la représentation du peuple idéalisé et tenu à distance. On suggère ainsi et l'importance du couple peuple/chef et ses dangers.

30L'unité du peuple, son couplage avec le chef, sont les fondements du populisme de Gamal 'Abd al-Nasser. Or, deux défis sont jetés à cette unité. L'un est sociologique : la division de la nation égyptienne en classes sociales. Notre biographie de Nasser évite de parler de l'opposition des anciennes classes dirigeantes au régime ou des féodaux en général. Mais l'iconographie rappelle que le projet populiste lui-même comporte une politique de classes et que la notion de peuple elle-même hésite entre une définition sociale (les classes populaires) et une plus large (la population de l'Égypte).

31L'autre défi est peut-être encore plus dangereux. Qu'est-ce qui arrive si le peuple (même dans son acception populaire) sort de son rôle assez passif de soutien du pouvoir dans un dialogue essentiellement plébiscitaire ? Les failles dans la vision populiste, et donc dans sa représentation visuelle, témoignent des limites de son pouvoir mythique. Elles témoignent également de son rôle idéologique classique : résoudre, au niveau des idées, des conflits non-résolus au niveau des réalités sociales et politiques.

Notes

1 Nous utilisons le terme mythique non dans le sens de faux mais dans celui de représentation collective et non-rationnelle.

2 Voir, par exemple, DORFMAN Ariel et MATTELART Armand, How to read Donald Duck : Imperialist Ideology in the Disney Comic. Traduction de David Kunzle, New York, International General, 1975 ; DU FONTBARE Vicky et SOHET Philippe, "Codes culturels et logique de classe dans la bande dessinée", Communications, (24), 1976. L'analyse de la bande dessinée arabe est encore dans son enfance. Voir MILLET Bertrand, Samir, Mickey, Sindbad, et al. Histoire de la presse enfantine en Égypte, Le Caire, CEDEJ, 1987 ; HELALI Abdelhamid, "La littérature enfantine extra-scolaire dans le monde arabe : Analyse formelle et thématique des revues pour enfants", Thèse d'Etat, Université Paris V, 1986 ; DOUGLAS Allen et MALTI-DOUGLAS Fedwa, L'Idéologie par la bande : Héros politiques de France et d'Égypte au miroir de la BD, Le Caire, CEDEJ, 1988, et pour d'autres références, la bibliographie, p. 127-131.

3 NU'MAN AL-DHAKIRI Muhammad, RUFFIEUX Jean-Marie et al., Gamal ‘Abd al-Nasser, Paris, Manchurat al-Sahafa al-Ifriqiyya al-Muchtaraka, 1973. Dans son Comment on raconte l'histoire aux enfants (Paris. Payot, 1986, p. 93-96), Marc Ferro fait une analyse de cette BD. Néanmoins, tout porterait à croire que l'auteur lui-même n'a pas eu l'occasion de lire le texte dans l'original. C'est peut-être l'explication de plusieurs inexactitudes. Ferro insiste, par exemple, sur le fait que "le nom de l'Etat d'Israël n'est pas même mentionné", (FERRO, p. 96) alors que le mot Israël est utilisé pour indiquer l'Etat hébreu tout au long de l'album. De plus. Ruffieux est cité sous la forme "Riviou" (sic) (FERRO, p. 306), évidemment en transcription de l'arabe, quand son nom est clairement écrit en français plusieurs fois dans le texte (Gamal ‘Abd al-Nasser p. 12, 18, 20, etc.). L'essentiel de l'analyse de Ferro se limite à un résumé de la BD et à un relevé des points soi-disant omis de la biographie (FERRO, p. 96).

4 Voir L'Idéologie par la bande, p. 60-108.

5 Pour une analyse idéologique plus détaillée, voir L'Idéologie par la bande, p. 79-118.

6 Voir L'Idéologie par la bande, p. 85-108.

7 Dans son sommaire, Ferro écrit : "Tandis que les Frères Musulmans s'opposaient à la révolution sociale, fomentant même un attentat contre Nasser" (p. 95). Mais la BD nassérienne omet toute référence à une opposition des Frères Musulmans à la politique sociale de Nasser. Pour toute explication de l'attentat, Gamal ‘Abd al-Nasser indique que le rejet des concessions données à la Grande-Bretagne dans l'accord d'évacuation de 1956 était une cause de l'opposition organisée des Frères Musulmans. L'absence de toute référence à la politique intérieure est frappante.

Notes de fin

1 Université du Texas, Austin.

* Université du Texas, Austin.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 Nationalisation du canal de Suez (p. 10)
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/547/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 976k
Légende Fig.2 Union de l'Égypte et de la Syrie (p. 20)
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/547/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Légende Fig.3 La mort de Nasser (p. 40)
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/547/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter