Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Images d’Égypte

 | 
Jean-Claude Vatin

Bande dessinée et presse enfantine

Alix … et Alix

Christianne Berthet

Note de l’auteur

Note portant sur l'auteur1

Texte intégral

  • 1 Dans la bibliographie que Philippe JOUTARD joint à son article "L'Égypte à travers la bande dessiné (...)

1Si l'on souhaite se faire une idée de ce que les éditeurs proposent actuellement aux enfants comme ouvrages sur l'Égypte, on est immédiatement frappé par l'abondance de la production dans ce domaine. Cherchant personnellement, il y a environ deux ans, des livres sur l'histoire de France, je n'en avais trouvé que quatre ou cinq alors que sur l'Égypte, on peut les compter par dizaines : romans, documentaires, pseudo-documentaires, contes mais aussi, et c'est l'objet de notre propos, bandes dessinées en quantité non négligeable1, faisant partie qui plus est, pour certaines, de séries extrêmement populaires comme Blake et Mortimer, Astérix, Alix

  • 2 Citons en particulier :
    Les pharaons survivent en nous de Georges ROMEY et R. LAFFONT, 1987, (coll. (...)
  • 3 Dans la communication précédemment citée, Philippe JOUTARD qui s'intéresse au fonctionnement de la (...)

2On peut s'interroger sur les raisons de cette "importance" de l'Égypte dans la littérature enfantine ; certains s'intéressant aux phénomènes de mémoire collective l'on fait, parvenant à des hypothèses fort intéressantes2. C'est le cas en particulier de M. Philippe Joutard qui, dans une communication faite lors des Rencontres méditerranéennes de 1984, voit une corrélation entre le goût des enfants pour l'Égypte et l'interrogation (communément reconnue par les psychologues) qu'ils ont sur la mort. Nous ne reviendrons donc pas sur cette hypothèse à laquelle nous renvoyons3 mais plutôt que de nous interroger sur le "Pourquoi l'Égypte ?", nous nous interrogerons sur le "Comment l'Égypte ?". De quelle façon l'Égypte est représentée dans ces bandes dessinées et plus généralement dans le livre pour enfant ?

3Pour ce faire, je me pencherai plus particulièrement sur deux albums de la série des Alix, imaginée et dessinée par Jacques Martin.

4Si je me suis limitée à ces deux albums : Le Sphinx d'or (paru en 1956, puis en 1971 aux éditions Casterman) et Le Prince du Nil (paru en 1974), ce n'est pas uniquement par paresse mais lisant ces deux albums à la suite l'un de l'autre, on découvre une telle évolution dans le dessin de l'Égypte qu'on peut se demander si cette évolution n'indique pas une tendance qui se retrouverait ailleurs, dans d'autres BD sur l'Égypte, et plus généralement dans les "images" d'Égypte que présentent actuellement les livres pour enfants.

5Intéressons-nous au premier des albums cités : Le Sphinx d'or et à la page de couverture : Quels en sont les éléments égyptiens ? Ce sont d'abord les colonnes d'un temple, situées au second plan, tout de suite après le héros et son compagnon, et sur lesquelles on peut distinguer quelques dessins caractéristiques de la décoration égyptienne : les cartouches des pharaons, les hiéroglyphes et le nœud de protection d'Isis, le signe symbolique Ank : mais notons cependant tout de suite, ces éléments sont grossiers, stylisés. Vient ensuite le Nil avec ses felouques dont la mise en évidence au centre de la page masque presque complètement le plan des poursuivants d'Alix. Derrière le Nil, un élément architectural, à la fois pyramide et obélisque et sur lequel nous reviendrons ultérieurement ; devant, on peut distinguer un petit sphinx dont la présence est également affirmée par le titre ; enfin, dépassant de la felouque, le haut des colonnes d'un temple - colonnes qui mises en parallèle avec celles du devant de l'image referment sur elle-même l'image de l'Égypte.

6Il y a tout peut-on dire ! Oui, tout ce qui vient en premier à l'esprit quand on pense à l'Égypte mais ce tout est imprécis et derrière le héros qui se détache en rouge, presque comme si son dessin avait été posé sur un décor préfabriqué, comme dans certains dessins animés.

7Ainsi donc dès la couverture, l'auteur annonce que si l'Égypte est bien présente dans l'album, ce n'est qu'un simple décor pour le héros Alix qui lui, reste le héros "romain" des autres albums. En effet, bien que d'origine gauloise, Alix est le héros romain par excellence ; ses aventures se déroulent dans le monde romain de César ; il n'était donc pas anormal que ses pas le conduisent en Égypte ; c'est cependant, avec cet album, la première fois que l'auteur se risque sur ce terrain et il ne s'y sent pas encore à l'aise. D'une autre part, l'aventure se traîne en Gaule (pendant presque un tiers de l'album) et l'Égypte suggérée en page 16 par une simple statuette en or du sphinx n'apparaît qu'en page 18 avec l'arrivée à Alexandrie d'Alix. Par ailleurs, l'auteur se contente - pour décrire l'Égypte - de clichés, d'éléments imprécis, d'à peu près.

8En effet celle-ci apparaît principalement sous forme de colonnes décorées de personnages et scènes traditionnelles : on a ainsi le pharaon avec les insignes du pouvoir (p. 20) ou la scène du massacre des captifs (p. 21 et 22) ainsi que d'innombrables cartouches. Encore faut-il noter que ces dessins sont volontairement petits ce qui évite d'entrer dans le détail (on dénombre 13 vignettes voire même 16 par page alors que l'album suivant en comptera de 6 à 9). Lorsque le dessin est un peu plus grand ou quand le dessinateur a dû représenter un personnage en entier, et non plus un morceau de bras ou de jambe, celui-ci est imaginaire, voire franchement anachronique. C'est le cas de la déesse page 20, du joueur de luth page 23 ou du porteur d'offrande page 28. Dans le plus grand nombre des dessins, l'Égypte est complètement absente ; les costumes des personnages qui pourraient l'évoquer tout au long du récit ne sont rien moins que fantaisistes : Imar et Karan portent des "ponchos" ; les coiffures, à part peut-être celle de Senoris, sont plus inspirées des Emirats du Golfe que de l'Égypte ; quant à la double couronne du pharaon (p. 44), le dessinateur semble ignorer complètement qu'elle devrait être blanche et rouge.

Fig. 1 Coffret de bois peint du mobilier funéraire de Toutankhamon. (Musée du Caire)

Fig. 2 Le Prince du Nil (page de titres)

Fig. 3 Le Prince du Nil, Casterman (Belgique), 1983, 48 p.

Fig. 4 Le Sphinx d'or, Casterman (Belgique), 1971, 64 p.

Fig. 5 Le Mena House Hôtel. (gauche, Le Faucon de Mû, p. 23) (droite, L'Égypte aujourd'hui)

Fig. 6 La pyramide de Meidoum. (gauche, Le Sphinx d'or, p. 39) (droite, Voir l'Égypte)

Fig. 7 Le temple d'Efaoud (gauche. Le Sphinx d'or, p. 43) (droite. Guide Bleu, p. 334)

9En fait, pour rappeler que l'aventure se passe en Égypte, l'auteur plaque de-ci, de-là dans les vignettes, des détails égyptiens, détails que l'on peut compter sur les doigts de la main et qui restent approximatifs. C'est le cas du scribe (p. 18), du pharaon et de la reine (p. 18), du fauteuil (p. 29 et 59) et de l'obélisque (p. 35 et 57).

10Une fois cependant l'Égypte fait partie de l'intrigue : l'auteur fait se cacher le traître Karan dans un sarcophage, mais, là encore, le dessinateur se contente d'à peu près et les "pleureuses" qui suivent le cortège funèbre n'ont des fresques égyptiennes que le mouvement des bras ; elles témoignent de l'ignorance qu'a l'auteur des bas-reliefs de la tombe de Ramose par exemple.

  • 4 Voir l'Égypte de Henri GOUGAUD et Colette GOUVION, Hachette, Paris, 1976.

11Il est clair que Jacques Martin n'a pas assez intégré la connaissance de l'Égypte pour créer une ambiance égyptienne à partir de sa seule imagination ; il est obligé de s'appuyer de manière très fidèle, très scolaire sur des documents. Par exemple la pyramide devant laquelle passe Alix page 39 est très exactement la pyramide de Meidoum (IVème dynastie) prise sous le même angle de vue que la photographie que l'on trouve dans le guide Voir l'Égypte4 ; si l'on considère le fameux temple d'Efaoud où parvient Alix (p. 43) qui retient l'attention sur la couverture, avec cet élément architectural ni vraiment une pyramide, ni vraiment un obélisque, qui le surplombe, il ne correspond pas à l'image habituelle des monuments pharaoniques ; alors, invention de l'auteur ? Non, il s'agit très exactement du temple solaire de Niouserré situé au lieu dit Abou Gorab, près d'Abusir, tel qu'il se trouve représenté à la page 334 du Guide Bleu.

  • 5 The Egyptian Museum Cairo : Officiai catalogue, de VERLAG Philipp von Zabein, Mainz, 1987.

12Ceci est particulièrement intéressant. En effet, l'auteur pense qu'il ne peut se contenter d'à peu près pour cette image en gros plan ; il a conscience que, traitant de l'Égypte, il ne peut se permettre un décor purement imaginaire, qu'il lui faut la caution de la réalité archéologique, et il a recours pour cela à la documentation la plus accessible, sinon là plus autorisée, celle des guides et ouvrages touristiques. On retrouve d'ailleurs cette même volonté en page de garde : là encore, il s'agit d'un gros plan et le dessinateur se doit d'être précis, il reproduit donc fidèlement la photo d'un guide ou une carte postale. On reconnaît en effet très bien dans ce dessin le pharaon Sesosteris Ier, pharaon de la XIIème dynastie, dont diverses statues se trouvent au Musée du Caire, et dont on peut trouver une représentation dans le Catalogue du Musée du Caire, n° 875.

13Ainsi, en ce qui concerne la majeure partie du premier album, la petite taille des vignettes permet à l'auteur de n'évoquer l'Égypte que par les clichés les plus traditionnels et des dessins approximatifs, d'autant que ni l'histoire ni les personnages ne sont égyptiens. Conscient néanmoins de l'exigence du lecteur quant à un sujet aussi connu et apprécié que l'Égypte et pour faire "vrai", il a recours au document et nous avons vu précédemment à quel type de document.

14La page de couverture du second album frappe par sa différence : elle ne présente que deux éléments égyptiens mais quels éléments ! Le Nil simplement évoqué par le titre, et la pyramide qui, bien que placée sur le côté, domine la page reléguant le héros, plus petit, au second plan. De plus, celui-ci est enchaîné. Qu'est-ce à dire ? Il semble que l'auteur, dès la couverture, annonce les caractéristiques de l'album. Tout d'abord, plus de "gribouillis" dans les coins, l'auteur ose son dessin ; ensuite, l'Égypte domine ; elle est ici plus importante que le héros lui-même ; ce n'est plus un simple décor, elle a sa place dans l'album, pour elle-même.

15En page de garde, l'auteur précise sa nouvelle intention : il dessine l'Égypte "vraie", ou du moins l'Égypte des documents, des musées. En l'occurrence, il s'agit sur ce dessin de Toutankhamon tel qu'il est représenté sur un coffret de bois peint du mobilier funéraire de ce dernier. La scène est simplifiée, mais parfaitement reconnaissable avec les deux vautours de Nekbet tenant un signe chen et le disque solaire flanqué de deux uraei. Le pharaon, comme sur le coffret, est coiffé du khéprech et il est suivi de porteurs de flabellum. Il ne manque pas même les deux cartouches ni la colonne de texte à la gloire de Toutankhamon.

16L'intérieur de l'album réserve la même surprise. Parce que les dessins sont plus grands (la page ne comporte que 6 vignettes alors que l'album précédent pouvait en compter jusqu'à 16 par page), l'auteur peut donc multiplier les détails égyptiens et il ne manque pas de le faire. En premier lieu, les costumes des personnages sont très différents de l'album précédent, plus précis, plus "documentés" : les hommes sont coiffés du nemés rayé ou de perruque frisée, ils portent le pagne court noué sur les hanches, les enfants ont la natte longue des fils de familles nobles (p. 4) ; pharaon porte la double couronne blanche et rouge de la Haute et de la Basse-Égypte, le pectoral, et tient à la main le neheh (fouet) (p. 12). D'autres images le présentent coiffé du nemès (p. 18) ou bien encore du khéprech ou casque de guerre. La coiffure du prince Djerkao est une reproduction fidèle de cette drôle de petite calotte dont est coiffé le dieu Ptah sur de nombreux bas-reliefs (le pilier de Sesosteris Ier en particulier) ; le prince porte également des boucles d'oreilles comme le faisaient les jeunes adolescents. La peau de panthère, insigne de leur fonction, drape l'épaule des prêtres (p. 12-14-20) et les femmes, lors du banquet, ne manquent pas d'avoir au sommet de leurs coiffures des cônes d'huile parfumée. Une ambiance égyptienne est donc créée par la multiplication des détails vestimentaires et décoratifs. L'auteur accumule des "éléments réels" sortis de guides, d'ouvrages documentaires et, qui sait, peut-être de croquis pris sur place, parmi lesquels figurent :

  • Le sphinx (p. 3-4-31)

  • Le dieu Horus sous forme d'oiseau (p. 12)

  • Les colosses de pierre (p. 11)

  • La représentation du dieu Amon coiffé des plumes d'or (p. 6-7-18-19)

  • La vache Hathor (p. 11-21) ou encore la représentation de Hathor sous forme de femme à oreille de vache (p. 45-48)

  • Des statues de pharaon assis ou debout (p. 18-22-43-46)

  • La déesse Sekmet (p. 15)

  • Les béliers de l'allée des béliers de Karnak (p. 27-28)

  • La déesse Nout et la représentation des constellations (p. 36)

  • Un appui-tête (p. 7), des chars de guerre (p. 7-8-10-23), des pirogues de papyrus (p. 25), des barques (p. 3-9-47-25), un scribe (p. 22), des pylônes de temples (p. 17-16), des porte-flabellum (p. 3-14), des colonnes peintes, etc.

17Cette longue et fastidieuse énumération qui omet certainement encore quelques détails montre que dans cet album les éléments égyptiens sont non seulement très nombreux mais également très diversifiés. L'auteur semble bien "documenté". D'ailleurs cette impression se confirme, si l'on observe quelques images en gros plan :

  • La barque l'Eclat de Sais (p. 3) ressemble fort à la barque solaire exposée derrière les pyramides ; elle peut être également inspirée des modèles de barque exposés au Musée du Caire.

  • Le petit temple (p. 30) surplombé de palmiers est très exactement celui qui se trouve reconstitué au bout de l'île Eléphantine à Assouan.

    • 6 Naissance d'une pyramide de David MACAULAY, Paris, Deux coqs d'or, 1975-1976.
      Momies d'Égypte de ALI (...)

    Le talisman que la princesse Sais dérobe dans le temple et qu'Alix brandit pour échapper aux soldats de pharaon (p. 23) est précisément le haut du pectoral de Toutankhamon en or et lapis lazuli, décoré de l'œil oudjat qui se trouve dans le trésor de Toutankhamon au Musée du Caire6.

  • Enfin l'entrée du temple (p. 11), avec ses colonnes peintes de couleurs vives, ressemble étrangement à l'entrée du temple d'Esna avec ses colonnes papyriformes ; d'ailleurs le dessin qui représente Nout et les constellations (p. 36) est lui-même inspiré du temple d'Esna.

  • 7 Le faucon de Mû de Dominique HE, Paris, Les humanoïdes associés, 1980, (coll. Eldorado).

18Ces exemples tendent à prouver que, pour cet album, Jacques Martin a utilisé une documentation iconographique importante et variée ; plus encore, il ne se contente plus de reproduire des images d'Égypte, son dessin manifeste une connaissance plus "intégrée" de l'Égypte ; il ne se veut plus seulement bien documenté : il a également une prétention documentaire. En effet, considérons l'image (p. 29) où Sais vient rejoindre Djerkao dans les jardins du palais, où des ouvriers sont en train de réaliser un bas-relief : là, l'auteur ne reproduit aucun "document", mais le dessin "d'imagination", la composition qu'il imagine est, elle, parfaitement documentaire, même pédagogique : on voit qu'il s'est intéressé aux méthodes du dessin égyptien et qu'il vise à faire partager ses connaissances à ses jeunes lecteurs ; en effet, bien que stylisé, le dessin indique bien que les ouvriers utilisaient des ostraca pour le brouillon de leurs dessins, et comment ils pratiquaient la technique du quadrillage pour agrandir ces ostracas ; il marque très bien également la distinction entre maître d'œuvre et artisan. De la même façon (p. 33-34 et 38), l'auteur veut montrer au jeune lecteur comment on construisait une pyramide, et comment on montait au sommet de celle-ci les blocs de pierre au moyen d'une rampe en terre. Enfin, par la scène (p. 40) qui représente les prêtres marchant en procession devant la barque solaire d'Amon, il donne des indications sur les pratiques religieuses dans l'Égypte ancienne. Très curieusement, les deux dernières scènes, - la construction de la pyramide et la procession des prêtres - se retrouvent, presque semblables d'ailleurs, dans de nombreux ouvrages destinés aux enfants : Naissance d'une pyramide, Momies d'Égypte, Les Pharaons7 pour la première, et La vie privée des hommes au temps des anciens Egyptiens, Les Pharaons et A l'époque des Pharaons, pour la seconde.

19Il convient donc de penser, d'une part que l'architecture et la religion égyptiennes sont les deux "aspects" de l'Égypte que l'on considère comme essentiels et qu'on présente par conséquent aux enfants, d'autre part que la similitude des divers dessins provient du fait qu'ils se basent tous plus ou moins sur une même source documentaire, authentique ou non.

20De l'imaginaire parsemé de détails destinés à ancrer la fiction dans la réalité historique (détails tirés des documents les plus à portée de mains comme les guides et dépliants touristiques), l'auteur passe à un dessin "réaliste" s'appuyant sur une documentation variée, précise et raisonnée, un dessin qui vise à se faire documentaire, un dessin qui a des prétentions pédagogiques.

21Mais cette évolution constatée chez Jacques Martin est-elle propre à ce dernier ou bien fait-elle partie d'un courant actuel en matière de bandes dessinées et d'ouvrages pour enfants ? De fait, si l'on regarde les bandes dessinées pour enfants actuellement sur le marché, une même volonté de réalisme, de reconstitution historique se manifeste nettement. Le Faucon de Mû (paru en 1984) par exemple, est très exactement, pour la première partie surtout, un voyage touristique en Égypte qui reconstitue ponctuellement et sans imagination des "cartes postales".

  • 8 L'Égypte aujourd'hui de Jean HUREAU, Paris, Editions Jeune Afrique, 1983, (4éme éd.).

22Ainsi l'image (p. 23) où le professeur Nelson déjeune au bord de la piscine du Mena House est l'exacte reproduction de la photographie que l'on trouve en page de garde du guide de Jean Hureau : L'Égypte Aujourd'hui8 ; la forme des arbres est respectée, il ne manque pas même la petite cabane où l'on vend les tickets pour la visite des Pyramides.

23Et il en est de même des dessins qui représentent la pyramide de Djeser à Saqqara (p. 11 et 14), de celui de Louxor à partir de la photographie du guide Voir l'Égypte (p. 74) ou encore de ceux de Karnak (p. 31-32-33 et 34).

  • 9 Les aventures merveilleuses de Papyrus de DE GIETER, Paris, Ed. Jean Dupuis, 1983.

24Cette tendance se manifeste également dans la série des Papyrus9 qui se déroule entièrement dans l'Égypte pharaonique et dont les héros sont typiquement égyptiens (Theti-Cheri, Papyrus, Pharaon Imhotep). Si les premiers albums contiennent déjà une quantité non négligeable d'éléments égyptiens (colonnes, temples, chars, costumes, dieux, etc.), notons que ces éléments ne sont pas clairement identifiables et que certains sont plus exotiques, asiatiques que pharaoniques (ainsi les "dragons" qui ornent les temples ou les "hommes d'or", véritables Samouraï). On constate par contre à partir du sixième album une évolution vers le véridique, la reconstitution historique. Ainsi ce dernier représente avec une certaine fidélité l'entrée du temple d'Amon à Karnak (p. 3). La tendance s'accentue avec le septième album qui a pour cadre Abou Simbel où l'on trouve une représentation certes destinée au public enfantin mais exacte de l'entrée du temple (p. 21), du pronaos (p. 25) ainsi qu'un plan détaillé du temple (p. 27) qui est en fait celui du Guide Bleu (p. 659). Enfin, le huitième reconstitue avec beaucoup de réalisme d'abord la colonnade, puis l'ensemble du complexe funéraire de Djeser à Saqqara (p. 39-40-43).

  • 10 L'œil de Kéops de JUILLARD et MARTIN, Grenoble, Ed. Jacques Glenat, 1985.
  • 11 Karnak, résurrection d'un site de Claude TRAUNECKER et Jean-Claude GOLVIN, Paris, Payot, 1984.

25On pourrait également se pencher sur les illustrations de L'œil de Kéops10 de Juillard et Martin où les illustrations semblent très fortement inspirées par l'œuvre de David Roberts ; mais l'auteur ne reconnaît-il pas lui-même, dans une interview réalisée par J. Thiebaut, s'être fortement documenté et en particulier avoir utilisé les ouvrages Karnak, résurrection d'un site et L'Égypte retrouvée11.

26Qu'en est-il de cette tendance, si délaissant pour un temps la BD, on s'intéresse plus généralement aux livres pour enfants relatifs à l'Égypte ?

  • 12 Les Egyptiens de Anne MILLARD, Paris, Nathan, 1977, (coll. Comment vivaient).
    A l'époque des Pharaon (...)

27On note tout d'abord, et cela conforte nos constatations, qu'il y a dans l'ensemble une très forte proportion d'ouvrages documentaires ou pseudo-documentaires (on ne compte parmi la quinzaine de livres examinés, que trois recueils de contes) ; et en ce qui concerne les ouvrages dits documentaires, si les plus anciens comme La vie privée des hommes au temps des anciens Egyptiens offrent une illustration qui bien que documentée est encore très "imaginative", les plus récents présentent pour la plupart des reproductions, simplifiées, parfois infantilisées, mais des reproductions fidèles de "documents", de photographies : Les Pharaons reproduit très exactement l'intérieur de la pyramide de Chéops en page 6 et en page 28 une photographie visible au Musée du Caire de la découverte du trésor de Toutankhamon par Howard Carter. Momies d'Égypte reproduit en page 31 les pleureuses de la tombe de Ramose, et en page 32, 1' "Anubis momifiant" de la tombe de Ramsès III. Les exemples sont multiples notamment dans Comment vivaient les Egyptiens (p. 22-24-33-37), A l'époque des Pharaons (p. 27-41), ou encore Un village d'artisans égyptiens sous Ramsès IV (p. 11-43-48-49)12.

  • 13 Contes de l'Égypte ancienne de Viviane KOENIG, Paris, Nathan, 1983.

28Les recueils de contes eux-mêmes suivent cette tendance au réalisme historique ; ainsi les lions des Contes de l'Égypte ancienne13 de Viviane Koenig sont très inspirés des "ostraca" de l'époque ramesseide. Et la représentation de l'eau et des oiseaux des marais dans ce même ouvrage est très exactement celle des bas-reliefs des tombes de Saqqara ; le "lion chassant" quant à lui n'est pas sans rappeler la chasse de Toutankhamon déjà mentionnée.

29Ce souci de réalisme, de véracité historique notable dans les BD et livres pour enfants relatifs à l'Égypte relève d'une tendance générale, tendance que je qualifierai de "pédagogique" ; d'ailleurs les enseignants ne s'y sont pas trompés qui utilisent de plus en plus de bandes dessinées et d'albums pour les enfants dans leurs classes !

30Au point même qu'on pourrait se demander si l'invention, l'imaginaire, la poésie ne sont pas réservés aux BD pour adultes.

Notes

1 Dans la bibliographie que Philippe JOUTARD joint à son article "L'Égypte à travers la bande dessinée : Des enfants aux adultes, une même fascination" in Le miroir égyptien, Marseille, Ed. du Quai Jeanne Laffitte, 1984, on dénombre 23 albums. Quant à celle proposée par M. THIEBAUT dans Images de l'Égypte ancienne (éditée par le collège Diderot à Besançon, 1987), elle ne regroupe pas moins d'une cinquantaine d'albums sans compter les séries uniquement publiées dans les journaux et magazines.

2 Citons en particulier :
Les pharaons survivent en nous de Georges ROMEY et R. LAFFONT, 1987, (coll. Les Portes de l'étrange).
"L'Égypte à travers la bande dessinée : Des enfants aux adultes, une même fascination" de Philippe JOUTARD in Le miroir égyptien, op. cit.

3 Dans la communication précédemment citée, Philippe JOUTARD qui s'intéresse au fonctionnement de la mémoire collective parvient à des hypothèses fort intéressantes : selon lui, si l'Égypte fascine autant adultes et enfants c'est, d'une part, qu'elle permet d'intégrer le merveilleux dans le réel (ce qui est un des procédés classiques du conte), mais aussi parce qu'il y a dans l'univers enfantin une continuité entre le monde animal et le monde humain ; enfin, et c'est ce qui à mon sens est le plus significatif, parce que l'Égypte "avec ses momies qui semblent dormir à mi-chemin entre la vie et le néant, ces tombeaux avec ces objets familiers où le mort semble vivre une autre vie", permet "une réponse apaisante à l'interrogation que tout enfant se fait sur la mort".

4 Voir l'Égypte de Henri GOUGAUD et Colette GOUVION, Hachette, Paris, 1976.

5 The Egyptian Museum Cairo : Officiai catalogue, de VERLAG Philipp von Zabein, Mainz, 1987.

6 Naissance d'une pyramide de David MACAULAY, Paris, Deux coqs d'or, 1975-1976.
Momies d'Égypte de ALIKI, Paris, Ed. du Sorbier, 1983.
Les Pharaons/texte de Gaston DUCHET SUCHAUX, Paris, Hachette, 1984, (coll. Histoire juniors).
Au temps des Anciens Égyptiens/texte de Pierre MIQUEL, Paris, Hachette, 1979.
A l'époque des Pharaons/texte de Michel SETHUS, Casterman, 1985, (coll. Des enfants dans l'histoire).

7 Le faucon de Mû de Dominique HE, Paris, Les humanoïdes associés, 1980, (coll. Eldorado).

8 L'Égypte aujourd'hui de Jean HUREAU, Paris, Editions Jeune Afrique, 1983, (4éme éd.).

9 Les aventures merveilleuses de Papyrus de DE GIETER, Paris, Ed. Jean Dupuis, 1983.

10 L'œil de Kéops de JUILLARD et MARTIN, Grenoble, Ed. Jacques Glenat, 1985.

11 Karnak, résurrection d'un site de Claude TRAUNECKER et Jean-Claude GOLVIN, Paris, Payot, 1984.

L'Égypte retrouvée : artistes et voyageurs des années romantiques de Peter A. CLAYTON, Paris, Seghers, 1984.

12 Les Egyptiens de Anne MILLARD, Paris, Nathan, 1977, (coll. Comment vivaient).
A l'époque des Pharaons, op. cit.
Un village d'artisans égyptiens sous Ramsès IV : Deir al-Medineh de Viviane KOENIG et Michel JAY, Paris, Albin Michel Jeunesse, 1984.

13 Contes de l'Égypte ancienne de Viviane KOENIG, Paris, Nathan, 1983.

Notes de fin

1 Documentaliste, Le Caire.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 Coffret de bois peint du mobilier funéraire de Toutankhamon. (Musée du Caire)
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/545/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Légende Fig. 2 Le Prince du Nil (page de titres)
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/545/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Légende Fig. 3 Le Prince du Nil, Casterman (Belgique), 1983, 48 p.
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/545/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 588k
Légende Fig. 4 Le Sphinx d'or, Casterman (Belgique), 1971, 64 p.
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/545/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 420k
Légende Fig. 5 Le Mena House Hôtel. (gauche, Le Faucon de Mû, p. 23) (droite, L'Égypte aujourd'hui)
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/545/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Légende Fig. 6 La pyramide de Meidoum. (gauche, Le Sphinx d'or, p. 39) (droite, Voir l'Égypte)
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/545/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende Fig. 7 Le temple d'Efaoud (gauche. Le Sphinx d'or, p. 43) (droite. Guide Bleu, p. 334)
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/545/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 196k

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter