Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Images d’Égypte

 | 
Jean-Claude Vatin

Bande dessinée et presse enfantine

L’Égypte antique dans la bande dessinée

Jean-Pierre Corteggiani

Note de l’auteur

Note portant sur l'auteur1

Texte intégral

1La première chose qui frappe si l'on cherche à définir l'image que la BD (francophone) donne de la civilisation pharaonique c'est, me semble-t-il, le nombre impressionnant d'albums que l'Égypte, plus que toute autre civilisation disparue, a inspirés. A y regarder de plus près, c'est en fait le nombre de scénaristes et de dessinateurs attirés par le monde égyptien qui est remarquable, car si le monde gréco-romain n'est pas en reste pour le nombre d'albums publiés, la plupart de ceux-ci sont l'œuvre de quelques auteurs seulement (essentiellement ceux des aventures d'Alix et d'Astérix). De toute évidence, E. P. Jacobs n'a pas été le seul à être "irrésistiblement fasciné par l'art et l'histoire de l'ancienne Égypte" (Un opéra de papier, p. 118) et, de Martin à Bilal, en passant par De Gieter, Wininger, Tardi, Tranchand et Corteggiani, pour n'en citer que quelques uns, nombreux sont ceux qui, dans des genres très différents, ont puisé à leur tour, selon leur propre imagination, dans le fantastique réservoir d'images de l'Égypte des pharaons. Car, même lorsque l'histoire n'est pas située dans un lointain passé, c'est bien de cette Égypte-là qu'il s'agit, soit qu'elle apparaisse en filigrane dans le décor ou dans la trame d'une aventure qui se passe de nos jours, soit même qu'elle soit projetée dans le futur comme c'est le cas chez Bilal avec sa curieuse pyramide volante peuplée de dieux astronautes (cf. La foire aux immortels puis La femme piège).

2Pourquoi cette fascination ? Qu'est-ce qui attire plus particulièrement les auteurs de BD dans cette civilisation dont il n'est pas faux de dire qu'elle a inventé le genre en couvrant les parois de ses tombes de scènes qui, dans leur obsession de vaincre la mort par la magie créatrice de l'image, parlent paradoxalement si bien de la vie.

3Un simple coup d'œil sur les titres des histoires, qu'elles soient destinées aux enfants ou aux adultes, qu'elles soient "merveilleuses", réalistes ou parodiques, apporte les éléments de réponse auxquels on pouvait s'attendre : il y est bien évidemment question de pyramides et de tombeaux, de sarcophages et de momies, de sphinx et de papyrus, c'est-à-dire des premières choses qui, avec force, viennent à l'esprit dès qu'on prononce le mot Égypte, comme si celui-ci avait recueilli en lui toute la puissance créatrice que les Egyptiens accordaient à la parole. Il y est aussi question d'or, de mystère, de talisman, d'oubli et d'engloutissement… Mais - et il suffit, cette fois, de parcourir les albums au hasard pour s'en apercevoir - tous ces mots-clés, toutes ces images-symboles en suggèrent un cortège d'autres qui parlent à l'imagination.

4La pyramide, "montagne de pierre" (JACOBS, Le mystère de la Grande Pyramide, I, p. 50) que d'aucuns se refusent à considérer comme une simple tombe royale, concentrera "tous les secrets d'une science que l'on croyait perdue" (WININGER, La pyramide oubliée, p. 26) ou, à tout le moins, abritera encore des salles inconnues comme la fameuse chambre d'Horus que cherche Mortimer ; la tombe sera nécessairement synonyme de survie mais aussi de trésors à découvrir de dangers et de malédiction dirigée contre les violeurs de sépultures : "Tu as libéré des forces dont nul désormais ne pourra plus se rendre maître" dit le Cheikh Abdel Razek à Sharkey (JACOBS, op. cit., II, p. 10) ; la momie, pour laquelle, par hantise de la mort, nos contemporains éprouvent à la fois attrait et répulsion parce qu'elle est beaucoup plus qu'un cadavre (il fallait voir, il y a peu, les réactions morbides des visiteurs du Musée du Caire devant les dépouilles des pharaons !) sera parfois bien vivante et sortira du sarcophage pour tuer (WININGER, op. cit., p. 43) ; le palais royal, dont l'architecture sera toujours empruntée à celle des temples, ne pourra être que colossal, alors qu'il était construit en brique crue, la pierre, matériau d'éternité étant réservée aux dieux et aux morts ; le papyrus, grimoire par excellence, évoquera magie et pouvoirs perdus, cachés derrière les hiéroglyphes…

5Tout cela trahit un immense besoin de mystère, d'insolite et de merveilleux, et l'image de l'Égypte qui nous est proposée est entièrement recréée : la BD, tout comme le cinéma, n'est, en fait, qu'une des manières actuelles de poursuivre ce qu'on a pu appeler "la quête d'Isis" (J. Baltrusaitis), c'est-à-dire le long rêve égyptien de l'imaginaire occidental ; un rêve qui a commencé avant notre ère lorsque la Grèce puis Rome découvraient avec étonnement un monde déjà très antique, aussi bizarre que mystérieux et "contraire à celui des autres hommes" (Hérodote) ; un rêve qui s'est répandu avec la diffusion des cultes isiaques alors même que les hiéroglyphes allaient devenir muets pour près de quinze siècles ; un rêve qui, loin d'avoir été détruit par la naissance de l'égyptologie scientifique, a plutôt été enrichi par certaines découvertes retentissantes de celle-ci (tombe intacte de Toutankhamon, trésors royaux de Tanis…) ; un rêve enfin, que quelques mots suffisent à relancer comme en témoigne le bruit fait récemment autour des recherches entreprises dans la pyramide de Chéops par deux architectes, égyptologues amateurs que les médias ont eu tôt fait d'identifier à Blake et Mortimer.

6Aux yeux de l'égyptologue, qu'en est-il sur le plan iconographique ? Il me paraît difficile de ne pas, bien malgré soi, être critique : peut-on reprocher au spécialiste de relever involontairement une erreur, de remarquer un anachronisme ou, simplement, d'identifier un élément de décor qui, peut-être, ne devait pas être là ? Cependant, il est clair que les réactions ne seront pas les mêmes selon que l'on feuillètera les aventures de Papyrus ou celles d'Alix, pour ne prendre que ces deux exemples : le caractère merveilleux des premières, que De Gieter revendique dans le titre général de la série, autorise la plus grande fantaisie (et l'auteur ne s'en prive pas !), alors que le supposé goût du détail authentique que Martin manifeste dans les secondes rend inacceptables certaines erreurs (faire couler le Nil à Alexandrie ajoute-t-il quelque chose à l'intrigue du Sphinx d'or, p. 22 ?) ou gênants trop d'anachronismes accumulés (pourquoi montrer en pleine époque romaine dans Le Prince du Nil, la construction d'une pyramide semblable à celles de l'Ancien Empire alors qu'il était possible de s'inspirer de celles, si caractéristiques, de Méroé ?).

7Le scénariste de BD, comme le romancier ou le cinéaste, a évidemment le droit le plus absolu de créer les personnages qu'il veut, d'imaginer pour eux les péripéties les plus invraisemblables, mais dès lors qu'il situe une action dans un décor réel n'est-il pas tenu de rester fidèle à celui-ci, même si la majorité de ses lecteurs ne l'a jamais vu ? Au décor déjà fantastique des temples de Karnak, par exemple, est-il vraiment nécessaire d'ajouter d'immenses salles souterraines comme le fait D. Hé dans Le faucon de Mû ? Il serait fastidieux et inutile de multiplier ce type de remarques : celui qui connaît l'Égypte sera probablement seul à les faire, mais préférerait certainement ne pas être ainsi détourné malgré lui du déroulement d'une histoire.

8L'égyptologue peut ainsi faire une autre "lecture" des albums qui, de près ou de loin, touchent à l'Égypte et, d'une image à l'autre, jouer au jeu de l'identification. Il devient alors amusant de voir que Martin a copié l'improbable temple d'Efaoud (Le Sphinx d'or, p. 43) sur les temples solaires de la Vème dynastie, que Jacobs a imaginé une bonne partie du trésor d'Aton (op. cit., II, p. 40) en s'inspirant de celui de Toutankhamon, que le même Jacobs nous montre le Cheikh Abdel Razek faisant ses passes magiques devant une célèbre statue guérisseuse du Musée du Caire (op. cit., II, p. 44), ou encore qu'il place la même statue d'Horus (conservée au Louvre) d'abord dans les collections du Musée du Caire (op. cit., I, p. 16) puis dans l'appartement de Mortimer (La marque jaune, p. 26), et que ce bronze se retrouve aussi chez Wininger (op. cit., p. 25-26) qui, en le dédoublant, en fait un "instrument scientifique".

9J'ai cité plusieurs fois Jacobs : on aura certainement compris que, par ses qualités, Le mystère de la Grande Pyramide me paraît occuper une place particulière qui domine la production "égyptienne" de la BD. Mis à part ce double album (avec peut-être, dans les titres parus récemment, une mention spéciale pour les trois volumes de L'or du temps dans lesquels Haziot et Baranger ont su très bien exploiter la déconcertante iconographie des grands livres funéraires égyptiens), il me semble, en effet, qu'en ce qui concerne l'Égypte pharaonique la BD parfaite (tout comme le film parfait d'ailleurs !) reste à faire. Pour être satisfait, l'égyptologue devra-t-il se faire scénariste ?

Fig. 1 Chéops… "montagne de pierre"

Fig. 2 "Les colosses d'Abou Simbel se lèvent…"

Fig. 3 Le cheikh Abdel Razek devant une statue magique

Fig. 4 Statue d'Horus

Fig. 5 Statue d'Horus

Notes de fin

1 Conservateur de la bibliothèque de l'Institut français d'archéologie orientale, Le Caire.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 Chéops… "montagne de pierre"
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/543/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 492k
Légende Fig. 2 "Les colosses d'Abou Simbel se lèvent…"
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/543/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 780k
Légende Fig. 3 Le cheikh Abdel Razek devant une statue magique
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/543/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Fig. 4 Statue d'Horus
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/543/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Légende Fig. 5 Statue d'Horus
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/543/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 130k

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter