Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Samir Mickey Sindbad et les autres

 | 
Bertrand Millet

Troisième partie. Approches thématiques

Chapitre I. Les thèmes politiques

Texte intégral

1- L’image au pouvoir

1Du roi Fuâd au Président Husni Mubârak, la presse enfantine égyptienne s’est constamment employée à renforcer dans l’imaginaire enfantin la légitimité du Pouvoir.

2Le panégyrique du Chef est le thème politique développe avec le plus de fréquence dans cette presse. Les représentations du roi, puis du raïs, connaissent une évolution importante.

3Incarnation rassurante de la Nation face à la présence coloniale et aux fluctuations de la vie politique locale, les souverains Fuâd et Fârûq développèrent, à l’intention de l’enfance, un culte de leur personne constamment entretenu.

4Durant les années 30 et 40, les lecteurs de Bâbâ Sâdiq ou de Bâbâ Châro vécurent au rythme des anniversaires et des déplacements du souverain...

5Nasser apparaitra, quant à lui, en véritable démiurge de l’évènement : artisan de bouleversements sociaux et politiques, il tient tête à l’Occident. Son œuvre est marquée par le titanisme : la mystique allégorique du Haut-Barrage est largement présente dans les pages de Samîr ou de Karawan.

6Notons toutefois une relative discrétion du culte nassérien dans la presse enfantine : la fréquence des mentions ou apparitions du raïs dans les pages de Samîr est bien moindre sous Nasser que sous Sadate.

7Une iconographie pléthorique accompagne les représentations d’Anouar el Sadate : papa de tous les enfants d’Egypte, soldat combattant, héros de la traversée du Canal durant la Guerre d’Octobre, artisan de la Paix, président pieux, bâtisseur de cités, mais aussi réincarnation des forces mythiques de l’ancienne Egypte : la couverture du no 1069 de Samîr présente le Raïs métamorphosé en disque solaire atonien dispensant ses rayons bénéfiques a une Egypte hérissée de fleurs de lotus et de missiles anti-aériens.

8A ces divers attributs d’Anouar el Sadate s’ajoutera celui de martyr...

9Une page a été tournée en 1981 : le nouveau président, Husni Mubârak, n’apparait désormais que de façon discrète et mesurée dans les pages de la presse enfantine.

10« Vive le Roi Fuâd ! » (extrait de Samîr al Tilmîz - mars 1934)

11Le 26 de ce mois béni, la nation égyptienne fêtera l’anniversaire de Sa Majesté le Roi bien-aimé Fuâd Ier, roi d’Egypte.

12Cet anniversaire, faste présage, tombera cette année le même jour que la sainte Fête du Sacrifice. Rassemblés dans les mosquées, les Musulmans réciteront le nom de Dieu et lui demanderont d’allonger la vie de Sa Majesté couronnée et de lui accorder le succès dans l’entreprise de redressement de son peuple fidèle. Ils prieront Dieu de récompenser celui qui, durant son règne heureux, a prodigué le bien-être sur la Nation.

13Son règne est celui de la Renaissance, dans tous les domaines de la pensée et de la Science.

14Au fils du grand Ismaïl Samîr al-Tilmîz, qui représente un humble secteur de la vie spirituelle, présente ses vœux les plus chers.

15« Le Roi Fuâd est-il mort ? » (extrait de Bâbâ Sâdiq 14/05/1936)

16Fuâd est-il mort ?

17Non, il n’est pas mort !

18Mes chers fils,

  • 1 Fouad est mort le 28 avril 1936. Son fils Farouq fut proclame roi le même jour.

19Vous croyez que le roi Fuâd est mort ? Non, il est vivant. Son âme déploie son ombre protectrice sur votre chère Egypte. Il n’est pas mort. Seuls meurent ceux dont la mémoire n’est pas éternelle, ceux qui ne laissent pas d’œuvres pies sur cette terre.1

20Fuâd est vivant au plus profond de nos cœurs.

21Il est vivant au tréfonds de nos âmes.

22Il est vivant dans les pages de notre Histoire.

23Il est vivant dans nos souhaits et nos espoirs.

  • 2 Le 28 février 1922, la Grande-Bretagne avait accorde à Fouad, alors sultan, une « déclaration à l’E (...)

24Il est vivant dans notre liberté et notre Indépendance.2

25Il sera vivant tant qu’existeront l’Egypte et son Nil.

26Il sera vivant tant que vivra l’Egypte et que se dresseront ses pyramides.

27O mes enfants, que chacun d’entre vous soit comme Fuâd dans son amour de la Patrie, la force de sa détermination, son aide aux misérables, sa générosité...

28Le Roi est mort,

29Vive le Roi ! !

30Fârûq Ier (extrait de Bâbâ Sâdiq 3/9/1936)

31Le nom que vous chérissez le plus, celui que votre langue prononce avec délectation, celui dont l’évocation remplit vos cœurs de joie et inonde d’allégresse vos visages, c’est le nom de notre roi, symbole de la gloire de notre patrie, qui régnait déjà sur vos cœurs avant de monter sur le trône d’Egypte !

32Vous aimez Fârûq car depuis son enfance, il vous aime. Vous l’aimez car il est pour vous le plus beau des exemples. Vous avez lu sur son enfance, vous avez appris qu’il était un élève actif, appliqué, qui respectait ses maîtres. Vous chérissez ces qualités et vous souhaitez les acquérir (...)

33Vous êtes fiers du passé de celui qui est votre roi, ô chers enfants, qui est le roi de votre Egypte bienaimée !

34Depuis qu’il est monté sur le trône de votre cher pays, le bonheur recouvre l’Egypte de ses ailes.

35Vive Fârûq, pour l’Egypte, de nombreuses années ! !

36« Vive le Roi ! » (extrait de Samîr al-Tilmîz février 1937)

37Le 11 de ce mois béni, sa Majesté le Roi bien-aimé aura 18 ans. Toute la nation égyptienne fête cet anniversaire bienheureux. En cette fête bénie, la nation a le regard tourne vers une ère florissante, riche en réforme et en innovations.

  • 3 Allusion au traité anglo-égyptien du 26 août 1936, par lequel le gouvernement wafdiste de Nahhâs Pa (...)

38Avant le début du règne de sa Majesté le jeune roi, l’Egypte a obtenu une vraie Indépendance3. Le peuple a pris son élan pour la construction et pour une rénovation qui a sa source dans la jeunesse et l’enthousiasme de sa Majesté le roi...

39Au roi de l’Indépendance et de la Démocratie, Samîr al-Tilmîz, au nom de tous ses lecteurs, présente ses félicitations à l’occasion de cette fête heureuse, en priant Dieu le Tout Puissant qu’il préserve son aimable personne à l’Egypte qui voit en lui le symbole de sa jeunesse et de son avenir.

40Vive le Roi ! !

41Nahhâs Pacha (extrait de Samîr al-Tilmîz février 1937)

42Vive le zaïm Nahhâs Pacha !

43Vous savez, bien sûr, qu’il est le successeur du Grand Sa’d Zaghlûl dans sa lutte pour l’Indépendance de l’Egypte. (...) La nation l’aime car il l’aime ! Alors même qu’il était encore enfant, comme vous, Nahhas Pacha démontra sa grandeur d’âme : respectueux envers ses parents, aimable avec sa famille, sérieux dans ses études, il était toujours le premier de sa classe !

44Dieu a rempli son cœur de l’amour du pays. Il a œuvre sans répit pour son bien et s’est sacrifié pour obtenir son Indépendance. Et voilà que l’Egypte a obtenu l’Indépendance à laquelle elle aspirait tant (...)

45Soyez heureux, enfants d’Egypte, le bon exemple vous est donne par un roi généreux et par un zaïm vigilant.

46Faites résonner toute l’Egypte de ce cri : « Vive Nahhâs Pacha ! »

47Anniversaire de la princesse Ferial (extrait de Bâbâ Châro 11/11/1948)

48La princesse Ferial fête aujourd’hui ses 11 ans.

49L’anniversaire de la princesse Ferial est la fête de la plus éclatante fleur qui se soit épanouie sur les rives du Nil... Priez Dieu pour qu’il préserve Ferial et qu’il fasse de sa vie une succession de fêtes ! »

50Un mois après le cessez-le-feu en Palestine... (extrait de Bâbâ Châro 1/2/1949)

51Demain, 11 février, un des plus beaux jours de la vallée du Nil bien-aimée... jour de l’anniversaire du roi bien-aimé Fârûq Ier, cher au cœur de l’Egypte et des Egyptiens, espoir de l’Orient dans sa grande Renaissance, dirigeant suprême de l’héroïque armée égyptienne, lui en qui repose l’espoir de notre cher pays pour un avenir souriant...

52Soyez fiers de votre patrie sous l’ombre protectrice de votre roi bien avise qui lutte pour que votre pays atteigne le premier rang parmi toutes les nations du monde.

53N’oubliez pas cette date et réjouissez-vous en fêtant l’anniversaire de Fârûq le bien-aimé, en fêtant un nouveau lever de ce soleil plein de promesses et de bénédiction divine sur la terre de la Vallée du Nil.

54Vive l’Egypte et vive le Roi ! !

55Dernier anniversaire de Fârûq sur le trône (extrait de Sindibâd 7/2/1952)

56A mes enfants...

57L’Egypte et le Soudan fêtent cette semaine l’anniversaire de sa Majesté Fârûq Ier, roi d’Egypte et du Soudan.

  • 4 La charte constitutive de la Ligue Arabe fut signée au Caire le 22 mars 1945.

58Les lecteurs de Sindibâd, dans tous les pays, célèbrent avec l’Egypte et le Soudan l’anniversaire du souverain arabe dont l’heureux avènement a été annonciateur de la Renaissance de l’Egypte et des pays arabes et dont le règne glorieux s’est distingué par le rassemblement des pays arabes...4

59Sindibâd

UNE AUTRE IMAGE DE FAROUQ Samîr 20/8/60
Une autre image de Fârûq
(extrait de Samîr 20/8/66)

60« Lorsque l’été arrivait dans notre pays, le gouvernement se déplaçait à la suite du roi... Oui, tout le gouvernement. Ne supportant pas la chaleur du Caire, ces messieurs allaient passer l’été à Alexandrie ! Et tant pis pour les intérêts des citoyens ! Le pays était entièrement endormi au mois d’août. Rien ne s’y passait sinon le cours du temps qui, heureusement, finit par ouvrir un chemin inconnu des dirigeants précédents : un chemin où retentissent les cris du travail et où perle la sueur de l’effort, en hiver... comme en été !

61Imagine-toi que le « déplacement d’été » du Gouvernement ait encore lieu aujourd’hui : la construction du Haut-Barrage serait-elle possible ? Pourrait-on fertiliser les déserts ? Les « gouvernements d’été » sont bien finis ! »

62Naguîb : une image fugitive (extrait de Sindibâd 13/11/1952)

63Un élève des écoles égyptiennes envoie cette lettre à la Rédaction de la revue :

64« Je vous prie d’adresser mon admiration et mon estime à celui qui est pour moi un père car il est le père de la nouvelle génération, le général Muhammad Naguîb. Je prie Dieu qu’il me donne le succès afin que je devienne un élève idéal et que, lorsque je serai grand, je puisse œuvrer dans l’Armée au service de ses héros. »

65Les officiers libres (extrait de ‘Ali Bâbâ 5/12/1952)

66« La force est-elle légitime ? Cette question mérite réflexion...

67Le droit seul, même s’il est manifeste, a besoin de la force pour pouvoir s’imposer.

68Sans l’armée ni la Foi vibrante des Officiers Libres, l’Egypte serait restée entravée par les liens de la servitude, imposée par le roi précédent. Le nez des Egyptiens serait resté dans la poussière et leur dignité dans la boue. Ainsi en est-il de l’homme dans cette vie : il doit être fort pour mener une vie respectable. Il doit être fort par son esprit, par son âme et par son corps.

Artisan de la chute de Farouq, Nasser contraint les derniers soldats britanniques à évacuer et est aussi bon père de famille.
Samîr 25/10/70

NASSER fait jeter en prison les féodaux qui refusent de céder leurs terres. Il soutient le peuple algérien en lutte contre le colonialisme français et fonde, avec Nehru et Tito, le mouvement des pays non-alignés.
Samîr 15/11/70

69La force de l’esprit s’acquiert par la Science et la connaissance ; la force de l’âme par la Foi et le dépassement ; la force du corps par le sport et la modération.

70O jeunes, nous sommes maintenant dans une nouvelle étape qui nécessite vos efforts pour la construction de la Patrie.

71Armez-vous des armes qui vous rendent forts, car il n’y a pas de place pour les faibles dans ce monde ! »

72Le héros de la traversée du Canal de Suez (extrait d’al-Firdaws octobre 1973)

73Mon cher enfant,

74Papa Anouar, Ô victoire de l’Egypte, la fête, la fête, Oh, joie de la fête ! ! Fête de la victoire, fête du Fitr, fête de la Nation, fête de la paix ! Jour de notre victoire sur les forces du Mal et de l’oppression (...)

75Nous lavons la honte avec le fusil et nous redonnons vie à l’espoir. Dans la traversée (du Canal), nous voici tous transformes en lions rugissant (...)

76Ce qu’a réalisé Papa Anouar en ce mois d’octobre, mes chers enfants, est plus qu’une simple victoire, plus qu’une joie pour nous, plus qu’une défaite d’Israël. Ce qui se produit aujourd’hui, sous la direction du héros croyant Anouar el Sadate, est la renaissance de la Nation musulmane (...)

776 octobre, victoire de l’Egypte, le plus merveilleux des jours !

78Papa Fuâd

79Le héros combattant (extrait de Samîr 4/11/73)

80Mes enfants, aimés de mon cœur,

81(...) Le 6 octobre, les hommes ont traversé (le canal). Les héros ont gagné. Le monde a ouvert les yeux avec stupéfaction : la surprise de la traversée a été au-delà de ce que l’on pouvait imaginer et attendre (...)

82Tout ceci grâce à la détermination et à la Foi du combattant et du guerrier Anouar el Sadate, notre dirigeant pieux. Il a semé en nous l’espoir et a fait exploser toutes les énergies du peuple d’Egypte. Grâce à lui, l’Egypte s’est surpassée...

83Vive l’Egypte, et pour vous, mes enfants, tout mon amour,

84Maman Lubna

85Assassinat de Sadate (extrait de Samîr 18/10/1981 - chronique de Nutayla Râchid)

86Mes enfants bien-aimés de mon cœur,

87Quel choc terrible pour tous ! Qui aurait pu imaginer ce qui s’est passé, la vitesse avec laquelle cela s’est passé ! Notre Egypte n’avait jamais été témoin d’un évènement semblable tout au long de son Histoire (...) Une seule minute a transformé un jour de fête en jour de détresse et de silence...

88O Seigneur Miséricordieux, as-tu voulu qu’il arrose lui aussi de son sang la terre de sa Patrie bien-aimée ? As-tu voulu qu’il figure parmi les martyrs tombes pour l’Egypte, lui qui a tant lutté pour elle depuis l’aube de sa jeunesse ? Il répétait lui-même avec Foi : « Les individus disparaissent, l’Egypte reste ! » (...)

89Tous ses enfants et petits-enfants le pleurent à travers l’Egypte. Lorsqu’ils grandiront, ils comprendront que leur cher père, que leur cher grand-père, a reçu, debout, le plomb dans sa poitrine. Tel était son destin ! Il ne s’était jamais prosterné que devant Dieu...

90Avec tout mon amour,

91Maman Lubna

PAPA SADATE !

PAPA SADATE !

« Maman te souhaite bonne fête ! » (Les petits gâteaux fabriqués par Dame Egypte forment le motif » « 6 octobre » sur le plateau) Samîr 3/10/76

« Bonne fête, papa ! » Samîr 24/7/77

Série publiée en 1981 dans la rubrique enfantine d’al-Ahrâm. ... un mouton qui ressemble étrangement au Président...

Blessée au cœur, l’Egypte porte le Raïs assassine. Un lecteur de Zagazig a envoyé ce poème : « Ô, Egypte... nul n’était plus généreux que ton fils, il a consacré sa vie à ton bonheur puis s’est sacrifié pour toi ! »

Samir 18/10/81

92L’enfance du nouveau président (extrait de Samîr 25/10/1981 - chronique de Nutayla Râchid)

93Mes enfants, bien-aimés de mon cœur,

94Chacun d’entre nous est profondément marqué par ses expériences d’enfance et de jeunesse. Cette réflexion s’applique au Président Husni Mubârak.

95Remontons aux jours de son enfance et considérons cette étape de sa vie :

96Il est originaire d’un petit village proche de Chibîn al-Kôm. Les habitants de la Minûfiyya dénomment ce village « Kafr Baris".

97Son père, simple fonctionnaire au Tribunal de Tanta, possédait quatre feddans de terre. Husni Mubârak vécut son enfance avec les paysans et il ressentit leurs fatigues...

98Sa famille ne comptait aucun analphabète : tous savaient lire et écrire. Son père l’envoya à l’école coranique, puis à l’école primaire du village (...)

99Le temps s’écoula et le jeune Husni entra à l’école secondaire de Chibîn al-Kôm. Il devait, chaque jour, parcourir trois kilomètres à pieds pour se rendre de son village à l’école. C’est alors qu’il acquit, avec la soif du Savoir et la détermination morale, une grande résistance physique.

100Le temps passa encore. Il rentra à l’Académie militaire en 1947. A peine diplômé, son ambition et sa passion pour l’Aviation le poussèrent à s’inscrire à l’école d’Aviation. Il en sortit avec le diplôme de pilote de guerre en mars 1950. Les observations relevées dans son dossier militaire no 657 mentionnent : « excellent officier, tant par sa moralité que par son action... » ; « Excellent officier qui accomplit son devoir à la perfection » ; « fournit des efforts exceptionnels dans la pratique de l’Administration et de l’Aviation."

101Quant à nous, nous connaissons tous le rôle héroïque qui fut le sien durant la Guerre d’octobre !

102Que Dieu lui donne le succès dans sa mission !

103Avec tout mon amour,

104Maman Lubna

1977 : LES SYMBOLES DE LA PATRIE Samîr 9/10/77

2- L’image de la nation

105La représentation allégorique de l’Egypte occupe une place de premier plan dans la thématique nationale développée par les revues enfantines.

106Ce thème est souvent associé à celui du chef : le souverain des années 30 apparait comme le père de la Nation, Sadate en sera tantôt l’époux, tantôt le fils...

107Plusieurs registres référentiels sont exploités pour évoquer la Nation :

108La composante pharaonique est fréquemment mentionnée : elle donne à l’Egypte moderne les racines d’une civilisation millénaire. L’évocation du passé pharaonique a également une fonction dynamique : il s’agit d’un « âge d’or » qu’il faut réactualiser.

109A cette composante pharaonique du mythe national s’ajoute une dimension religieuse.

110Les représentations iconographiques de l’Egypte, parues dans Samîr, présentent, au côté de colonnes antiques, des minarets qui dressent vers le ciel le croissant de l’Islam. Plus discret, un clocher surmonté d’une croix se trouve généralement en arrière-plan. Le tableau est souvent complété par des cheminées d’usine ou par la tour du Caire : par leur symbolisme ascensionnel, elles évoquent le grand bond en avant du pays vers la modernité et vers l’avenir...

111L’allégorie féminine est, par ailleurs, courante : drapée dans les couleurs nationales, la « Marianne » égyptienne déploie sur le pays ses ailes protectrices ou, plus statique, présente aux enfants rassemblés à ses pieds les symboles tour à tour guerriers ou pacifiques du fusil, du rameau d’olivier ou de l’épi de blé.

112L’ensemble de ces représentations est fortement influence par le style « réaliste-socialiste » des affiches soviétiques.

113Notre chère Egypte... (extrait de Bâbâ Châro 21/9/1948)

114Notre chère Egypte est le pays le plus anciennement civilisé et le plus glorieux. Nos ancêtres les pharaons maîtrisaient la science, la force et le bon goût alors que les autres parties du monde connaissaient l’obscurantisme et l’ignorance (...)

115L’Egypte, notre cher pays, est aujourd’hui comme une jeune fille qui entreprend une nouvelle étape de son existence. Elle vient de retrouver sa liberté grâce à la Guerre sainte dont l’étendard a été porte depuis des décennies par ses fils généreux à la tête desquels se trouvent Ahmad ‘Urâbi, Mustafa Kâmil, Sa’ad Zaghlûl... C’est pour cette liberté que les fils du pays ont versé leur sang durant la Révolution de 1919.

116L’Egypte est l’être que vous chérissez le plus au monde. La fidélité à Dieu, à la Patrie et au Roi, tel est le noble slogan qui doit inspirer chacun de vos actes. L’Egypte renaîtra par vous et elle se dirigera avec détermination vers un avenir brillant qui réactualisera son glorieux passé !

117Que l’Egypte domine le monde ! (extrait de ‘Ali Bâbâ 23/1/1953)

118L’Egypte est en fête à l’occasion de la fin du 6ème mois de sa libération. La revue ‘Ali Bâbâ, qui expriment les sentiments des jeunes de la Vallée, est heureuse de participer à cette célébration en publiant un numéro spécial.

119O, jeunes de la Vallée, les mosquées et les églises scintillent des lumières de la Libération qui a apporté joie et optimisme dans le cœur de tous les Egyptiens... ‘Ali Bâbâ veut que les jeunes de la Vallée soient prêts à accomplir la grave mission qui les attend. Ils doivent prendre conscience que chaque minute de temps qu’ils perdent est une perte pour la Patrie toute entière. L’Histoire enregistre nos actes et le monde entier nous regarde.

120Mettez-vous en marche, avec la bénédiction de Dieu, rendez â l’Egypte sa gloire, dominez le monde comme vos ancêtres l’ont dominé !

121(Le même numéro offre, en supplément gratuit, une photo du Président, le général Mohammad Naguîb)

EGYPTE 1974 : FUSIL ET RAMEAU D’OLIVIER Samîr 30/12/73

EN ROUTE VERS LA MODERNITE
- Quelle est belle la nature de notre merveilleux pays
- La Aimée qui s’élève des usines tout au long de la route l’embellit encore plus Samîr 7/11/1971

LE « CHE » GUEVARA Samîr, no 650, 22/ A/1968

3- Thèmes anti-impérialistes et antisionistes

122La mobilisation contre des menaces venues de l’extérieur est vin thème développé avec constance dans la presse enfantine égyptienne. Les différents conflits qui ont éclaté sur la scène locale ou internationale ont nourri en Egypte un nationalisme « défensif » dont la presse enfantine s’est fait à la fois l’écho et le relais.

123Ainsi, durant les années quarante et cinquante, Baba Châro et ‘Ali Bâbâ dénoncèrent avec force le refus britannique d’accorder à l’Egypte une véritable indépendance. Lorsque l’évacuation des troupes britanniques parut acquise, la revue ‘Ali Bâbâ n’hésita pas à qualifier l’Angleterre d’"île méprisable"...

124Tout au long des années soixante, la revue Samîr mit en garde ses lecteurs contre une autre menace venue de l’extérieur : l’Impérialisme américain. Ses méfaits furent longuement dénoncés et la solidarité avec ses victimes proclamées avec emphase. Récits et bandes dessinées présentèrent aux enfants d’Egypte les faits d’arme des guérilleros cubains de la Sierra Maestra ou la lutte du Nord-Vietnam contre l’armée américaine. Che Guevara fut alors hisse au rang de personnage communiel au même titre qu’’Urâbi ou Mustafa Kâmil.

125La société américaine de cette époque fut présentée sous un éclairage particulièrement négatif. Les scénaristes et dessinateurs de Samîr mirent alors l’accent sur la violence et le racisme anti-noir sévissant outre-Atlantique.

126Il convient, bien sûr, de relativiser l’impact de ces représentations négatives. N’oublions pas qu’au moment où l’on était censé mobiliser l’enfance d’Egypte contre l’Impérialisme US, la maison d’édition gouvernementale « Dâr al-Hilâl » diffusait à grand tirage dans le pays la revue Mickey !

  • 5 Notons que l’Union Soviétique n’a jamais représenté un « contre-modèle ». Son évocation, rarissime, (...)

127Un humour et une drôlerie bien égyptiens confèrent, par ailleurs, une certaine légèreté à de nombreuses dénonciations anti-américaines : c’est par une cascade de gags et d’éclats de rire que le jeune « Qarqûr » viendra à bout, en 1968, de la stupidité de ses geôliers yankees !5

128La dénonciation du « péril israélien » prendra, on s’en doute, une toute autre dimension.

129Constamment négative, l’image d’Israël n’en a pas moins connu une sensible évolution de 1948 à nos jours.

130Durant la guerre de Palestine de 1948-49, les héros de Bâbâ Châro affrontent des troupes anonymes désignées par le seul qualificatif d’« ennemies » : les termes « sionistes », « juif », ou même « Israélien » ne font pas encore partie du lexique guerrier.

131Une certaine distanciation avec l’évènement imprègne, par ailleurs, les récits en image de Baba Châro : c’est en dormant, et sans s’en rendre compte que le dérisoire héros « Khamm al Nawm » lancera une grenade sur les lignes « ennemies » et deviendra héros national...

132La « Guerre de Suez » de 1956 fut étrangement absente de la presse enfantine de l’époque. La revue Samîr, qui alors venait de naître, se borna à une rapide visite aux blessés rentrés du Front.

133La nationalisation de Samîr, en 1962, apporta un changement de ton incontestable en ce domaine. L’an-ti-sionisme allait devenir, pendant près de quinze ans, le thème politique dominant de la revue. L’on verra « Samîr », durant la guerre de Juin 1967, se lancer, arme au poing, dans la bataille et donner des leçons de résistance populaire a ses lecteurs. Son comportement évoluera de façon significative lors de la guerre d’Octobre 1973 : la couverture du numéro paru le 21 Octobre le présente en prière, adressant à Dieu cette supplique : « Seigneur, donne la victoire aux Arabes ! » (Les leçons de résistance populaire étaient, quant à elles, remplacées par des consignes de protection civile).

134L’ensemble des héros de Samîr s’employèrent, jusqu’en 1977, à traquer sans répit les espions sionistes infiltres en Egypte...

135Notons toutefois que le thème de la paix resta présent tout au long de ces années : le Journal de Samîr en date du 1er janvier 1967 portait en manchette le souhait suivant : « La paix, notre vœu le plus cher pour la nouvelle année ! »

136Des stéréotypes racistes accompagnent les représentations négatives des personnages où nation « repoussoirs ». Soldats de Bonaparte, officiers britanniques, policiers américains ou soldats israéliens, tous traduisent par leur seule présence physique l’horreur que leur comportement doit inspirer.

137La représentation caricaturale et raciste des Juifs ne manquera pas de susciter des rapprochements historiques : les Juifs mis en scène dans les bandes dessinées de la revue nazie Le Téméraire avaient le même nez outrancièrement busqué et étaient tout aussi laids, cauteleux et sadiques que les israéliens dessinés dans les pages de Samîr.

138Rappelons toutefois que les récits pour enfants procèdent souvent à une bipartition manichéenne du monde entre « bons » et « méchants » et que, dans les bandes dessinées, les « méchants » sont presque toujours dotés de physiques grotesques et de mines patibulaires. Il s’agit d’une loi du genre rarement transgressée...

139Il convient également de constater que, sous toutes les latitudes, les périodiques illustrés pour enfants véhiculent un racisme particulièrement virulent en temps de guerre.

  • 6 Adir COHEN, Visage laid dans le miroir : reflets du conflit judéo-arabe dans la littérature hébraïq (...)
  • 7 cité par Mili MANDLER, Haaretz, 18 octobre 1985 (commentaire sur l’ouvrage op. cit., traduit par Re (...)
  • 8 ibid. p. 239.
  • 9 ibid. pp. 239 et 240.

140Professeur à l’Institut des Sciences de l’Education de l’Université de Haïfa, Adir Cohen a étudié la représentation des Arabes dans la littérature enfantine israélienne6. Les stéréotypes racistes y sont, là aussi, omniprésents : « Les Arabes des livres d’enfants ressemblent toujours à des rapaces. Leurs yeux sont toujours petits et méchants, leur nez toujours busqué, ils ont tous des moustaches dures et noires et, surtout, ils ont toujours une affreuse cicatrice qui déforme leur joue ou leur front »7. Des expressions du monde animal sont souvent utilisées pour les décrire. Dans le récit « Oz Yaoz et les crocodiles », l’écrivain pour enfants Ido Seter dépeint en ces termes un Arabe : « ... Il était aussi cruel qu’un serpent chinois, aussi téméraire qu’un tigre des Indes, aussi sournois qu’un renard syrien et il était déjà criminel dans le ventre de sa mère... »8. Dans un autre récit, alors qu’il suit l’interrogatoire d’un espion arabe capturé par des enfants, le héros « Dani » rugit : « Dis-lui que s’il n’ouvre pas sa gueule tout de suite, nous l’égorgerons comme un poulet ! »9

141Durant la première Guerre Mondiale, les histoires en images françaises débordèrent, elles aussi, d’hystérie chauvine : dans La Semaine de Suzette, « Bécassine », sous prétexte de secouer la poussière, battait à coups redoublés les fauteuils du salon en hurlant : « Tiens, sale boche, prends ça ! ! »

  • 10 M. BIRKAN, « Vaillant, les débuts tumultueux d’un grand journal de B.D. », in Le Collectionneur de (...)

142Marcel Birkan, qui a étudié la série « S.O.S. Météore » parue dans la revue française Vaillant, note que l’idéologie véhiculée par cette bande dessinée est claire : « C’est l’exaltation de la Résistance et l’incitation à la haine des Allemands ». « L’exaltation de la Résistance, poursuit Birkan, se traduit par toute une imagerie d’Epinal et par un manichéisme sans faille ». Birkan a compté dans les 31 premières planches 43 fois le mot « boche », mais seulement 7 fois le mot « allemand » et une fois le mot « nazi »...10

143Les stéréotypes anti-juifs véhiculés par la presse enfantine en Egypte relèvent-ils de ce même racisme de circonstance ou renvoient-ils à une perception fantasmatique plus profondément ancrée dans la conscience collective ?

144Les israéliens mis en scène dans les B.D. de Samîr inspirent l’horreur par la cruauté de leurs procédés guerriers plus que par les vices présumés dont leur race serait porteuse. La distinction entre judaïsme et sionisme est, parfois même, clairement énoncée.

  • 11 cf. sur ce sujet l’analyse de Gilles KEPEL, Le Prophète et Pharaon, op. cit. pp. 108 à 114.

145Toute autre est la vison du Juif proposée aux lecteurs des Lionceaux de la Da’wa : ennemi juré de l’Islam, le Juif appartient à une race perverse ; les préceptes du Talmud lui enjoignent de massacrer tous les non-juifs afin qu’il puisse établir son emprise sans partage sur le monde.11

146Al-Da’wa a été, on le sait, suspendue en septembre 1981. Quant à la revue Samîr, elle ne publie plus aucun récit ni B.D. ouvertement anti-israéliens depuis le voyage de Sadate à Jérusalem en novembre 1977. Cette nouvelle conjoncture politique pousse certains dessinateurs ou scénaristes égyptiens hostiles aux accords de Camp David à exprimer leurs opinions dans les revues enfantines du Golfe. C’est ainsi que Higâzi dessine dans Nâgid, sur le scénario d’un autre Egyptien, Ahmad ‘Umar, l’héroïne de B.D. « Zakiyya l’Intelligente ». Petit personnage féminin averti, « Zakiyya l’Intelligente » dispense chaque semaine à ses lecteurs des cours de morale politique. On la verra, en mars 1985, prôner la poursuite de la lutte armée contre Israël.

  • 12 La revue al-’Arabi al-Saghîr, dans sa nouvelle formule, publie depuis février 1986 des séries de B. (...)

147Or, l’audience de Nâgid est actuellement en voie de dépasser celle de Samîr en Egypte...12

LES ENFANTS CONTRE L’OCCUPATION FRANÇAISE
« Sâlim, jeune héros de Haute-Egypte » - Samîr 24/6/56

RESISTANCE A BONAPARTE
« La flèche Rouge » série parue clans Karawân de janvier à avril 1964.

3-1- Thèmes anti-impérialistes

148Une île méprisable... (extrait de ‘Ali Bâbâ - 16/11/1951 - Mot de la semaine)

149« ... Les fils de cette génération observent le déclin de l’Empire sur les possessions duquel le soleil ne se couchait jamais. Empire oppresseur et tyrannique. Les Anglais vont retourner sur leur île méprisable : ils goûteront les affres de la misère après avoir suce le sang des peuples (...)

  • 13 Ce texte fait allusion à l’abrogation unilatérale par l’Egypte, en octobre de cette année, du trait (...)

150A l’Egypte reviendra l’honneur, si Dieu le veut, d’avoir participé au dernier coup asséné à ces pirates tyranniques !13

151L’évacuation des troupes britanniques (extrait de ‘Ali Bâbâ - 3/9/1953 - Mot de la semaine)

152Les Anglais ont enfin compris dernièrement qu’il leur est beaucoup plus utile de gagner l’amitié de l’Egypte que de l’agresser. Ils ont décidé, après 72 ans, d’évacuer notre chère Egypte.

153Chacun se réjouit de cette victoire manifeste obtenue par les héros de notre Révolution.

154Cela ne signifie toutefois pas que nous ayons totalement atteint notre but : il reste de nombreux ennemis embusqués dans le pays. La mobilisation de tous est nécessaire pour les contraindre, à leur tour, à évacuer.

155Ces ennemis sont : la misère, l’ignorance et la maladie.

156"Nous vaincrons l’Amérique ! »

157(Samîr - 24/9/1967 - Chronique de Suez)

158Mon cher Samîr,

159Tu connais le jeu du gendarme et des voleurs... Ici, à Suez, on l’appelle le jeu de l’Egypte et de l’Amérique. Le soir, les enfants de la ruelle se réunissent et nous nous partageons en deux camps : l’équipe d’Amérique se cache et tente de fuir, l’équipe d’Egypte doit la rattraper.

1947 : RESISTANCE A L’OCCUPANT BRITANNIQUE DANS LA ZONE DU CANAL
Samîr 24/08/1969

160Hier, un membre de l’équipe d’Amérique derrière lequel je courrais s’est écrié : « Tu ne pourras pas m’attraper ! Moi, je suis invincible, je suis l’Amérique ! » Mon sang n’a fait qu’un tour ! J’ai couru, couru... Lorsque j’ai pu le rattraper, je lui ai dit : « C’est moi qui suis invincible, je suis l’Egypte

161De retour à la maison, j’ai demandé à mon grand frère : « Est-ce vrai que l’Amérique est invincible ? »

162Il m’a répondu en souriant : « L’Amérique est très riche et très forte, c’est vrai, mais les peuples pauvres peuvent la vaincre s’ils sont déterminés... Le peuple coréen, bien que pauvre, a vaincu l’Amérique... et Castro aussi, à Cuba !

163Mon grand frère m’a promis de m’emmener demain au Palais de la Culture de Suez pour voir un film qui montre comment le peuple héroïque du Vietnam est en train de vaincre l’Amérique.

164Comme j’aimerais que tu vois ce film avec moi, Samîr !

165De toute façon nous nous retrouverons lorsque viendra le jour de vaincre l’Amérique avec nos mains arabes !

166A bientôt,

167Ton frère Mazin

168Amérique : qui détester ? Le peuple ou le gouvernement ? (extrait de Samîr - 17/9/1967 - Chronique de Suez)

169Mon cher Samîr,

170Je disais ce matin à mon grand frère : « Si je vois un jour un Américain, je me comporterai de façon grossière et méprisante envers lui ! »

171« Pourquoi ? » me demanda-t-il avec douceur.

172« Parce que je hais l’Amérique et les Américains : ils aident les Juifs à agresser nos doux pays ! »

173Le sourire s’effaça du visage plein de bonté de mon frère. Il me dit :

174« Pourquoi haïr tous les Américains ? Sais-tu que le peuple américain est pauvre et que le Gouvernement l’exploite au profit des riches ? Ce sont ces riches américains qui ne veulent pas que nos pays s’industrialisent. Ces riches-là veulent nous exploiter comme ils exploitent le pauvre peuple américain. »

QARQÛR EN AMERIQUE Série parue dans Samîr de décembre 1968 à mars 1969 Scénario et dessins de : AL-Labbâd.

Après de multiples péripéties, Qarqoura parviendra à tromper la vigilance de ses geôliers et t rejoindre Alexandrie

Après de multiples péripéties, Qarqoura parviendra à tromper la vigilance de ses geôliers et t rejoindre Alexandrie

TAMBÛL, CHAMCÛL ET LES MARTIENS série parue dans Samîr d’avril à décembre 1969. Scénario et dessins : Higâzi.

Plus tard, sur une autre planète...

Plus tard, sur une autre planète...

175Je dis alors à mon frère :

176« Dans ce cas-là, je hais les riches Américains et les Juifs ! »

177Mon frère me répondit :

178« Même les Juifs ne sont pas tous mauvais ! Nous ne sommes pas contre les Juifs mais contre le Sionisme qui a chassé le peuple de Palestine de ses terres. Il y a des Juifs qui sont, comme nous, contre le Sionisme... »

179Ah, si tous mes camarades avaient pu écouter les paroles de mon frère ! Comme j’aurais aimé que toi aussi puisses les entendre, Samîr !

180Ton frère Mâzin

3-2- Thèmes antisionistes

  • 14 La bataille d’al-Fâlûga fut le dernier épisode de la guerre de Palestine, avant le cessez-le-feu du (...)

181Le retour des héros d’al-Fâlûga14 (extrait de Bâbâ Châro - 10/3/1949)

182Aujourd’hui Le Caire - heureuse capitale de l’Egypte - va connaître une fête qu’elle n’a pas vécue depuis 100 ans !

183Aujourd’hui les forces d’al-Fâlûga reviennent après avoir accompli leur devoir militaire sur le champ de bataille de Palestine. Les forces d’al-Fâlûga ont prouvé au monde entier que le soldat égyptien n’est pas moins courageux ni moins héroïque, ni moins patient, ni moins endurant que n’importe quel autre soldat...

184Aujourd’hui, les forces glorieuses d’al-Fâlûga reviennent après avoir accompli la plus glorieuse action de l’Histoire de l’Egypte moderne, après avoir subi l’encerclement de l’ennemi 130 jours complets sous un feu qui tombait sur eux comme une pluie incessante.

185Vocations... (extrait de Bâbâ Châro - 17/3/1949)

186Mes petits amis,

187J’ai été très heureux de recevoir des lettres dans lesquelles vous exprimez le souhait de devenir soldats ou officiers de l’armée égyptienne afin de ressembler à nos héros de retour d’al-Falûgha.

188Vous allez grandir, et Dieu vous permettra de réaliser l’espoir de la Patrie !

189Bâbâ Châro

190Les crimes sionistes (extrait de Sindibâd - 15/5/1958)

191A mes amis les enfants,

192En ce même jour, il y a dix ans, les Sionistes ont occupé la Palestine, en ont chassé les habitants et ont dit : « Ce n’est plus la Palestine mais Israël, ce n’est pas la patrie des Arabes mais celle des Juifs ».

193L’Amérique, la Grande-Bretagne, la France et d’autres pays impérialistes ont été d’accord avec ce discours stupide. Depuis ce jour maudit, des millions d’Arabes palestiniens vivent dans le dénuement et sont sans abri, de l’autre côté de la frontière... Voilà le crime commis par le Sionisme et le colonialisme. Il faut l’effacer pour que les Arabes de Palestine retournent à leurs foyers et que le Colonialisme n’ait pas de citadelle dans nos pays.

194Le sacrifice des soldats (extrait de Samîr - 28/10/73)

195Mes enfants, aimés de mon cœur,

196Bonjour à vous et à notre Egypte...

197Bonjour à nos courageux soldats qui défendent nos familles, nos vies, notre honneur à tous, notre dignité, notre droit, notre terre...

198Vous savez que la terre de la Patrie est précieuse et que pour elle nous sommes prêts à sacrifier nos vies...

199Vous savez que nous sommes l’origine de la civilisation, l’origine de toute l’Histoire humaine. Vous savez que c’est de la terre d’Egypte qu’Akhénaton a lancé le premier appel à la paix de l’Histoire du monde.

200Vous savez qu’Israël a été fondé par le terrorisme et la violence. Vous savez que les Sionistes sont les ennemis de la paix et de l’Humanité. Ils ont usurpé toute une patrie et en ont chassé les habitants...

201Vous savez que les peuples civilises commencent à dénoncer la politique inhumaine d’Israël.

202Nous défendons notre terre, nos droits, nous purifierons notre terre et ferons triompher nos droits...

203Nous fêterons demain notre victoire décisive sur cet ennemi hargneux.

204Faisons confiance au héros combattant Muhammad Anouar al-Sadate. Il hissera partout le drapeau de la Victoire.

205Mon cœur est rempli de souhaits pour chaque soldat qui combat pour la terre d’Egypte...

206Et vous, mes enfants bien-aimés, recevez tout l’amour de

207Maman Lubna

208Après Camp David : les cloches de la paix (extrait de Watani - section réservée aux enfants - 1/4/79)

209Les cloches de la paix carillonnent pour célébrer l’avènement d’une ère nouvelle parcourue par les brises de l’amour et de l’amitié.

210Nous avons tant souffert du fléau des guerres et de leurs horreurs ! Des dizaines de milliers d’hommes sont tombes, victimes de la haine et de l’oppression. Chaque famille a un martyr : un père, un frère... Dans chaque maison, les cœurs sont déchirés au souvenir de celui qui est tombe martyr, qui a disparu ou qui est revenu l’âme ou le corps déchiré...

211Notre peuple a versé son sang et ses larmes avec abondance. Ce peuple a maintenant le droit de connaître la stabilité, et d’orienter ses énergies vers la reconstruction.

212Que les déserts verdissent ! Que s’élève la fumée des usines ! Que tous les efforts se mobilisent pour la vie, pour les objectifs généreux, pour le renforcement de la paix !

Guirguis Mansûr Khalîl

Guirguis Mansûr Khalîl

LA GUERRE DE PALESTINE Bâbâ Châro, 6/01/1949 dessins d’IGOR

« NOUS RETOURNERONS EN PALESTINE » Samîr 30/01/1969

« LA PAIX : LE PLUS BEAU DES VOEUX POUR LA NOUVELLE ANNEE ! » manchette du no 8 du Journal de Samîr 1er janvier 1967

SAMÎR ET TAHTA SUR LE FRONT Samîr 13/08/67

LECONS DE RESISTANCE POPULAIRE Samîr août et septembre 1967

Le mouton au soldat israélien (avant la fête du sacrifice) : « Notre fin est proche M » Samîr 9/12/73

« Traversée des piétons » Samîr 28/12/75

Tu as entendu la dernière « nokta » : « L’armée d’Israël est invincible ! » Samîr 21/12/73

UN RÊVE HEROÏQUE Samîr 18/07/1971 Scénario : Roger Abdallah Dessins : Nessim Guirguis

SAMIR DONNE DES LEÇONS DE DEFENSE CIVILE 21/10/73

DEUXIEME ANNIVERSAIRE DE LA GUERRE D’OCTOBRE Samîr 5/10/73

LES ABEILLES DE PALESTINE Samîr 21/7/68 dessins de BAHGAT

MENAHEM BEGIN « HOMME DU SANG OU HOMME DE LA PAIX ? » Chronique : « Reconnais les imams de ta religion » parue dans : Achbâl al-Da’wa de février 1981.

SAMIR DE RETOUR AU SINAÏ Kâbtin Samîr 9/11/80 « Plus précieux que l’eau ou l’air, le Sinaï ! »

ZAKIYYA L’INTELLIGENTE DONNE DES COURS D’ANTI-SIONISME Mâgid (Abou Dhabi) 6/03/85 dessins : Higâzi scénario : Ahmad Unan

LES ENFANTS PALESTINIENS FACE AUX BLINDES ISRAELIENS AU LIBAN al-’Arabi al-Saghîr (Koweit) février 1986 dessins : Nabil Tâg Scénario : Sonalah Ibrâhîm

213Israël évacue al-’Arich (extrait de Samîr - 10/6/79)

214Mes enfants, chéris de mon cœur

215J’ai vu toute la joie du monde illuminer les visages et jaillir des regards, le jour où al-’Arich a retrouvé l’étreinte de sa mère ! Beaucoup versaient des larmes de joie... J’étais parmi eux... Oui, comme un enfant, je pleurais et riais à la fois !

216Je me suis alors dit en moi-même : « Qui pourra désormais nous priver de la joie d’être chez nous ? De quel droit et sous quel prétexte oserait-on le faire ? »

217La suite va arriver. Nous devrons agir par tous les moyens pour retrouver l’intégralité de nos droits. La vie m’a appris qu’un droit légitime n’est jamais étouffé...

218Avec tout mon amour,

219Maman Lubna

4- Thèmes de rassemblement

220Les thèmes mobilisateurs anti-impérialistes ou an-ti-sionistes revêtent une dimension politique supplémentaire : ils sont prétextes à rassemblement.

221Les revues enfantines se font largement l’écho de toute une rhétorique de l’adhésion. Déguisés en petits paysans, ouvriers ou ingénieurs, les enfants de Samîr portent en main un fusil qui, pointé ou pose, symbolisera tour à tour le combat, la victoire ou la vigilance de la Nation.

222Le rassemblement se fait aussi à l’échelle internationale : tous les enfants du monde non aligne se tiennent par la main pour mieux résister à l’Impérialisme...

223Un troisième niveau de solidarité permettra l’unité des pays arabes : « Nous apprendrons ensemble nos leçons, nous achèterons ensemble nos jouets et nous nous promènerons ensemble dans nos pays ! » - clament d’une seule voix les trois petits garçons - un Syrien, un Egyptien et un Libyen - qui célèbrent dans Samîr, en août 1971, l’éphémère union de leur pays !

224Là encore, l’influence du réalisme socialiste soviétique se fait sentir dans la plupart de ces représentations.

225Seul, Higâzi abordera le thème de façon personnelle en mettant en garde, dès 1968, contre les dangers de l’unanimisme.

226Arabe et Musulman... (extrait de Bâbâ Châro - 13/1/49)

227Les pays musulmans ont fêté hier le souvenir de la naissance de notre prophète Muhammad, j’ai le plaisir de vous adresser tous mes vœux en cette occasion. Prions Dieu le Très Haut qu’il donne la victoire à la Nation arabe et à l’Islam !

228La Patrie arabe (extrait de Sindibâd - 18/1/1952 - éditorial du no 3)

229Cette revue est imprimée au Caire pour être lue par les enfants de tous les pays arabes, du Maghreb au Machreq. C’est aussi la revue de chaque garçon et de chaque fille qui lit l’arabe à travers le monde, de l’Amérique au Liban. C’est une revue arabe qui est à la fois égyptienne, syrienne, irakienne, yéménite, marocaine, car l’Egypte, l’Iraq, le Yémen, le Maroc et les autres pays arabes font tous partie de la grande Patrie arabe à laquelle appartiennent les lecteurs de la revue Sindibâd.

230L’Union égypto-syrienne (extrait de Sindibâd - 6/2/1958)

  • 15 L’Union égypto-syrienne à laquelle il est fait allusion ici dura de février 1958 à septembre 1961.

231Les arabes se réjouissent partout de la naissance d’un Etat arabe unifié15. Ce grand rêve que les Arabes portent en eux depuis tant d’années commence à se réaliser.

232On verra bientôt l’unité de tous les pays arabes. Tous n’auront qu’un seul drapeau, une seule armée, une seule Constitution.

233Pourquoi n’y aurait-il pas dans le monde les « Etats Arabes Unis » s’il existe déjà les « Etats-Unis d’Amérique » ?

234Tous les Arabes sont des frères, leur Histoire est unique, leur langue est une, ils partagent les mêmes

« LA VICTOIRE AUX ARABES ! » Samîr 18 juin 1972

L’ENFANCE MOBILISEE POUR LE RETOUR AU SINAI Samîr 9/12/73

CONFERENCE DU CAIRE DES PAYS NON-ALIGNES Samîr 4/10/1964

1971 : UNION AVEC LA SYRIE ET LA LIBYE Samîr 29/8/71

235« Nous, les enfants, nous sommes d’accord avec l’Union des Républiques Arabes : nous achèterons nos jouets ensemble, nous étudierons ensemble et nous nous promènerons en Syrie, en Lybie et en Egypte. D’une seule voix, nous proclamons :

236VIVE L’UNION DES REPUBLIQUES ARABES ! ! » Espoirs et un même ennemi commun : le colonialisme.

237L’aube commence à poindre... Bientôt, le soleil du matin inondera de lumière et de joie nos chers pays !

Notes

1 Fouad est mort le 28 avril 1936. Son fils Farouq fut proclame roi le même jour.

2 Le 28 février 1922, la Grande-Bretagne avait accorde à Fouad, alors sultan, une « déclaration à l’Egypte » qui mettait fin au Protectorat.

3 Allusion au traité anglo-égyptien du 26 août 1936, par lequel le gouvernement wafdiste de Nahhâs Pacha obtint l’évacuation de l’Egypte par les troupes britanniques (la zone du Canal exceptée).

4 La charte constitutive de la Ligue Arabe fut signée au Caire le 22 mars 1945.

5 Notons que l’Union Soviétique n’a jamais représenté un « contre-modèle ». Son évocation, rarissime, presque exclusivement liée à des thèmes célébrant la conquête du cosmos ou la construction du Haut-Barrage.

6 Adir COHEN, Visage laid dans le miroir : reflets du conflit judéo-arabe dans la littérature hébraïque enfantine, Editions Réshafim, Jérusalem, 1985.

7 cité par Mili MANDLER, Haaretz, 18 octobre 1985 (commentaire sur l’ouvrage op. cit., traduit par Revue d’Etudes Palestiniennes no 18, hiver 1986, pp. 237-240).

8 ibid. p. 239.

9 ibid. pp. 239 et 240.

10 M. BIRKAN, « Vaillant, les débuts tumultueux d’un grand journal de B.D. », in Le Collectionneur de Bandes dessinées, no 50 mai 1986, p. 16.

11 cf. sur ce sujet l’analyse de Gilles KEPEL, Le Prophète et Pharaon, op. cit. pp. 108 à 114.

12 La revue al-’Arabi al-Saghîr, dans sa nouvelle formule, publie depuis février 1986 des séries de B.D. égyptiennes stigmatisant l’occupation israélienne du Liban. Ni le scénario de Sunallah Ibrahim, ni les dessins de Nabil Tâg n’y reprennent, toutefois, les stéréotypés anti-juifs enregistres précédemment dans ce type de production.

13 Ce texte fait allusion à l’abrogation unilatérale par l’Egypte, en octobre de cette année, du traité anglo-égyptien de 1936.

14 La bataille d’al-Fâlûga fut le dernier épisode de la guerre de Palestine, avant le cessez-le-feu du 7 janvier 1949 - Nasser, alors commandant, y participa.

15 L’Union égypto-syrienne à laquelle il est fait allusion ici dura de février 1958 à septembre 1961.

Table des illustrations

Légende UNE AUTRE IMAGE DE FAROUQ Samîr 20/8/60Une autre image de Fârûq(extrait de Samîr 20/8/66)
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/524/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Légende Artisan de la chute de Farouq, Nasser contraint les derniers soldats britanniques à évacuer et est aussi bon père de famille.Samîr 25/10/70
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/524/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 772k
Légende NASSER fait jeter en prison les féodaux qui refusent de céder leurs terres. Il soutient le peuple algérien en lutte contre le colonialisme français et fonde, avec Nehru et Tito, le mouvement des pays non-alignés.Samîr 15/11/70
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/524/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 528k
Titre PAPA SADATE !
Légende « Maman te souhaite bonne fête ! » (Les petits gâteaux fabriqués par Dame Egypte forment le motif » « 6 octobre » sur le plateau) Samîr 3/10/76
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/524/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende « Bonne fête, papa ! » Samîr 24/7/77
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/524/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/524/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Série publiée en 1981 dans la rubrique enfantine d’al-Ahrâm. ... un mouton qui ressemble étrangement au Président...
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/524/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende Blessée au cœur, l’Egypte porte le Raïs assassine. Un lecteur de Zagazig a envoyé ce poème : « Ô, Egypte... nul n’était plus généreux que ton fils, il a consacré sa vie à ton bonheur puis s’est sacrifié pour toi ! »
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/524/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende 1977 : LES SYMBOLES DE LA PATRIE Samîr 9/10/77
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/524/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 752k
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/524/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Légende EGYPTE 1974 : FUSIL ET RAMEAU D’OLIVIER Samîr 30/12/73
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/524/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 552k
Légende EN ROUTE VERS LA MODERNITE- Quelle est belle la nature de notre merveilleux pays- La Aimée qui s’élève des usines tout au long de la route l’embellit encore plus Samîr 7/11/1971
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/524/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Légende LE « CHE » GUEVARA Samîr, no 650, 22/ A/1968
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/524/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 716k
Légende LES ENFANTS CONTRE L’OCCUPATION FRANÇAISE« Sâlim, jeune héros de Haute-Egypte » - Samîr 24/6/56
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/524/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
Légende RESISTANCE A BONAPARTE« La flèche Rouge » série parue clans Karawân de janvier à avril 1964.
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/524/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 432k
Légende 1947 : RESISTANCE A L’OCCUPANT BRITANNIQUE DANS LA ZONE DU CANALSamîr 24/08/1969
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/524/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
Légende QARQÛR EN AMERIQUE Série parue dans Samîr de décembre 1968 à mars 1969 Scénario et dessins de : AL-Labbâd.
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/524/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/524/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 592k
Titre Après de multiples péripéties, Qarqoura parviendra à tromper la vigilance de ses geôliers et t rejoindre Alexandrie
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/524/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Légende TAMBÛL, CHAMCÛL ET LES MARTIENS série parue dans Samîr d’avril à décembre 1969. Scénario et dessins : Higâzi.
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/524/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 580k
Titre Plus tard, sur une autre planète...
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/524/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 560k
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/524/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 432k
Titre Guirguis Mansûr Khalîl
Légende LA GUERRE DE PALESTINE Bâbâ Châro, 6/01/1949 dessins d’IGOR
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/524/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 540k
Légende « NOUS RETOURNERONS EN PALESTINE » Samîr 30/01/1969
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/524/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 656k
Légende « LA PAIX : LE PLUS BEAU DES VOEUX POUR LA NOUVELLE ANNEE ! » manchette du no 8 du Journal de Samîr 1er janvier 1967
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/524/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende SAMÎR ET TAHTA SUR LE FRONT Samîr 13/08/67
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/524/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende LECONS DE RESISTANCE POPULAIRE Samîr août et septembre 1967
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/524/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/524/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 692k
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/524/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 512k
Légende Le mouton au soldat israélien (avant la fête du sacrifice) : « Notre fin est proche M » Samîr 9/12/73
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/524/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende « Traversée des piétons » Samîr 28/12/75
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/524/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende Tu as entendu la dernière « nokta » : « L’armée d’Israël est invincible ! » Samîr 21/12/73
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/524/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende UN RÊVE HEROÏQUE Samîr 18/07/1971 Scénario : Roger Abdallah Dessins : Nessim Guirguis
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/524/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 532k
Légende SAMIR DONNE DES LEÇONS DE DEFENSE CIVILE 21/10/73
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/524/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 472k
Légende DEUXIEME ANNIVERSAIRE DE LA GUERRE D’OCTOBRE Samîr 5/10/73
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/524/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 612k
Légende LES ABEILLES DE PALESTINE Samîr 21/7/68 dessins de BAHGAT
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/524/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 448k
Légende MENAHEM BEGIN « HOMME DU SANG OU HOMME DE LA PAIX ? » Chronique : « Reconnais les imams de ta religion » parue dans : Achbâl al-Da’wa de février 1981.
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/524/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 520k
Légende SAMIR DE RETOUR AU SINAÏ Kâbtin Samîr 9/11/80 « Plus précieux que l’eau ou l’air, le Sinaï ! »
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/524/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 448k
Légende ZAKIYYA L’INTELLIGENTE DONNE DES COURS D’ANTI-SIONISME Mâgid (Abou Dhabi) 6/03/85 dessins : Higâzi scénario : Ahmad Unan
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/524/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 432k
Légende LES ENFANTS PALESTINIENS FACE AUX BLINDES ISRAELIENS AU LIBAN al-’Arabi al-Saghîr (Koweit) février 1986 dessins : Nabil Tâg Scénario : Sonalah Ibrâhîm
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/524/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 528k
Légende « LA VICTOIRE AUX ARABES ! » Samîr 18 juin 1972
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/524/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 736k
Légende L’ENFANCE MOBILISEE POUR LE RETOUR AU SINAI Samîr 9/12/73
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/524/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 636k
Légende CONFERENCE DU CAIRE DES PAYS NON-ALIGNES Samîr 4/10/1964
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/524/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 424k
Légende 1971 : UNION AVEC LA SYRIE ET LA LIBYE Samîr 29/8/71
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/524/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 417k

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter