Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Samir Mickey Sindbad et les autres

 | 
Bertrand Millet

Première partie. Présentation des revues

Chapitre IV. Dernière étape : de 1970 à nos jours

Texte intégral

1Le 28 septembre 1970, Nasser était emporté par une crise cardiaque. La politique d’ouverture économique pratiquée par ses successeurs accrut la concurrence étrangère et plaça la presse enfantine locale en situation de grande vulnérabilité.

  • 1 Plusieurs de ces revues seront l’objet d’une approche particulière dans le chapitre VI consacré à l (...)

2Imprimées dans les Etats du Golfe, au Liban ou en Europe, les revues enfantines étrangères inondèrent le marché égyptien : Sa’d, Mâjid, Bisât al-Rîh, Tarzân, Sûpermân, Barâ’im al-Imân, al-Dulfîn al-Saghîr etc.1

3En proie à des difficultés économiques leur interdisant toute modernisation du leur matériel d’impression, les maisons d’édition locales ne purent opposer une résistance efficace à ce déferlement de revues concurrentes, souvent imprimées dans d’excellentes conditions techniques.

4La seule réponse apportée fut une réinjection massive de productions occidentales dans les revues égyptiennes. Celles-ci allaient perdre une grande part de leur caractère égyptien, sans pour autant réussir à conserver leurs lecteurs...

5Le départ des artistes et collaborateurs les plus talentueux accentua, par ailleurs, ce processus de dégradation.

Samîr (dernière période : de 1970 à nos jours)

* Histoire et présentation :

6Nutayla Râchid retrouva, en 1971, son poste de rédactrice en chef de Samîr.

7La plupart des anciens collaborateurs de la revue cessèrent alors leur participation, tant à cause des nouvelles lignes politiques défendues par la Rédaction qu’en raison de la constante dégradation matérielle affectant leurs conditions de travail : depuis le début des années 50, Dâr al-Hilâl n’a, en effet, pas renouvellé son matériel d’impression, devenu désuet et archaïque. La reproduction des couleurs, presque toujours déficiente, défiguré le travail des artistes...

Kâbtin Samîr - 13 mai 1984

8Les salaires sont par ailleurs dramatiquement bas...

9Ceci explique l’exode des meilleurs collaborateurs de Samîr vers les revues enfantines publiées dans les Etats du Golfe.

10Samîr fit alors appel à de jeunes artistes moins exigeants.

11Quelques vrais talents surgiront, mais la tendance générale est à la médiocrité et au plagiat.

12Cette baisse de qualité, jointe à la concurrence débridée des revues étrangères, ont fait perdre à Samîr une grande partie de ses lecteurs.

13La Rédaction introduisit toutefois certaines innovations destinées à stimuler l’intérêt dispersé des lecteurs. Depuis 1980, le deuxième numéro de chaque mois sort ainsi sous une forme plus étoffée, comportant 84 pages : Kâbtin Samîr (Capitaine Samîr).

14La revue organise aussi des concours aux prix substantiels (téléviseurs, voyages en avion, etc.) et entreprend la distribution de petits cadeaux ou gadgets à la sortie de certains numéros.

15Le tirage de Samîr n’en a pas moins enregistré une chute constante : il ne dépasse pas, actuellement, 20 000 exemplaires...

16La revue a toutefois célébré, en avril 1986, son trentième anniversaire, pouvant ainsi se targuer d’être la seule revue enfantine arabe à avoir connu une telle longévité.

* Contenu :

17Nutayla Râchid réintroduisit les productions étrangères de façon massive.

18Lucky Luck fit son entrée dans Samîr en 1972, suivi d’une abondante production de contes, documentaires et reportages empruntes aux revues occidentales.

19Samîr allait poursuivre, jusqu’en 1976, son rôle scolaire. Chaque été, des élèves arrivés par train de l’Egypte entière se pressaient aux solennelles distributions de prix organisées au Caire par la revue. Au cours de ces célébrations, Jihâne al-Sadate, épouse du-président (». Maman Jihâne ».), ne manquait pas d’apparaître aux cotes de Nutayla Râchid.

Sundûq al-Dunyâ - 1er juillet 1985

  • 2 De nombreux extraits de ces éditoriaux seront cités dans les chapitres suivants.

20Samîr rendait largement compte de ces évènements. Nutayla Râchid entreprit également, des 1971, la rédaction d’un éditorial intitulé Awlâdî, Habâyib Qalbî (mes enfants, bien-aimés de mon cœur). Elle allait chaque semaine, et jusqu’à aujourd’hui, y donner libre cours a sa plume moralisatrice sous le pseudonyme de « Maman Lubna ».2

  • 3 Voir infra le chapitre « Image du Pouvoir »..

21Samîr se fit l’écho, tout au long des années 70, d’un culte de la personnalité particulièrement intense rendu à Sadate.3

  • 4 Voir infra le chapitre « Thèmes antisionistes ».

22La guerre d’octobre 1973 suscita par ailleurs d’innombrables appels au patriotisme. La « glorieuse traversée du Canal par les héros de Ramadan » allait être exaltée durant de nombreuses années par des récits, B.D, ou rubriques diverses.4

23C’est précisément durant le mois de mai de cette année 1973 que fut créée une rubrique islamique hebdomadaire intitulée « Ahbâb Allah » (les aimés de Dieu). Cette rubrique existe encore aujourd’hui.

24L’accession de Hosni Moubârak à la présidence de la République allait marquer une nouvelle étape dans la vie de Samîr : la politisation de la revue apparaît désormais de façon beaucoup moins spectaculaire...

Sundûq Al-Dunyâ (la lanterne magique - litt. le coffre du monde)

* Histoire et présentation :

25En mars 1978, Salâh Galâl associa al-Ahrâm à la maison d’édition américaine Franklin - spécialisée dans la diffusion de livres américains traduits - pour le lancement d’une nouvelle revue enfantine. (Une section des éditions Franklin fut alors rebaptisée « Coopérative égyptienne pour la diffusion de la connaissance et de la culture mondiale »).

26Revue mensuelle, Sundûq al-Dunyâ paraît le premier jour de chaque mois.

al-Muslim al-Saghîr - juillet 1985

27La revue se veut « pédagogique » et comporte 24 pages abondamment illustrées. Elle s’adresse à un public très jeune.

28La facture généralement maladroite et non professionnelle des dessins, jointe à la mauvaise qualité du papier utilisé, limitent considérablement l’audience d’une revue au tirage, par ailleurs, limite.

* Contenu :

29Sundûq al-Dunyâ comporte quatre pages de B.D. égyptiennes mettant en scène les aventures de Hâdi et de Huda, ou de Zûs et Zïs, deux petits personnages pharaoniques.

30Le reste de la revue consiste essentiellement en rubriques, documentaires scientifiques, géographiques ou historiques, auxquelles s’ajoutent deux pages de poésie et une autre de caricatures humoristiques.

Al-Muslim Al-Saghîr (le petit musulman)

* Histoire et présentation :

31La « Coopérative de la famille musulmane » lança la revue en avril 1983.

32Mensuelle, al-Muslim al-Saghîr se présente comme une « revue islamique scientifique, sociale et culturelle ».

33Un conseiller religieux, le cheikh ‘Atiyya Saqr, assiste le rédacteur en chef, Marzûq Hilâl.

34La revue comporte 48 pages, dont quatre en couleur. al-Muslim al-Saghîr connaît d’importants problèmes de gestion et son tirage est limité.

* Contenu :

35S’adressant aux « grands et petits », la revue comporte certaines rubriques destinées aux adultes.

36La partie consacrée aux enfants présente une page de B.D. humoristiques et deux autres, dessinées par Marzûq Hilâl (« Papa Marzûq »), qui retracent les grands épisodes de la vie du Prophète.

37Quatre pages sont consacrées à l’explication d’une sourate du Coran. La revue comporte, par ailleurs, plusieurs histoires édifiantes et des rubriques moralisatrices.

38Elle publie les photos et lettres de ses jeunes lecteurs.

39Des concours religieux sont régulièrement organises : celui de juillet 1985 consistait à établir une liste des principales mosquées du Caire, avec le nom de leur imam respectif. Les gagnants se voyaient accorder de 20 à 5 livres égyptiennes...

TÂNTÂN (Tintin)

* Histoire et présentation :

40C’est en 1971 que Muhammad Fu’âd Ibrâhîm, responsable de la maison d’édition d’al-Ahrâm, acheta par l’intermédiaire de la société suisse Tradexim les droits de publication en arabe de la revue. Tântân comportait 52 pages.

41Elle prétendait, elle aussi, s’adresser à « tous les jeunes de 7 à 77 ans » !

42Imprimée par les presses de la maison d’al-Ahrâm, Tântân reproduisit longtemps à la perfection les couleurs de la revue d’origine.

43Son impact fut alors considérable sur la jeunesse et l’enfance égyptiennes.

44Tântân ne tarda pourtant pas à dérouter ses lecteurs par une présentation désordonnée des séries de B.D. : leurs épisodes étaient souvent présentés en dépit de l’ordre chronologique (par exemple, On a marché sur la Lune avant Objectif Lune...)

45Le phénomène prit de l’ampleur lorsque Fu’âd Ibrâhîm quitta al-Ahrâm pour Dâr al-Ma’ârif. Ayant perdu un nombre considérable de lecteurs, Tântân fut contrainte d’abandonner progressivement la couleur puis de se saborder...

Tântân - 1980 - les couleurs ont disparu et le graphisme des bulles est négligé.

Tântân – 1977

La reproduction des couleurs est parfaite.

* Contenu :

46La revue reprit les séries de B.D. du Tintin d’origine, ainsi que ses caricatures, ses jeux et ses rubriques documentaires ou humoristiques.

47Toutes les grandes productions de la B.D. franco-belge furent alors présentées aux jeunes Egyptiens : J. Martin, E.P. Jacobs, Tibet, Hergé, etc.

48Les noms des héros étaient parfois traduits (Modeste devenant « Mutawâdi » ‘, Simon du Fleuve « Sîmûn al-Nahr ») mais ils étaient la plupart du temps retranscrits sans modification : Alix, Black et Mortimer, Luc Orient, Michel Vaillant, etc. Quant au dialogue des B.D, il fut toujours traduit en arabe classique.

49Une équipe de rédaction égyptienne, dirigée par Fuâd Ibrâhîm entreprit d’insérer quelques rubriques locales à la revue. Celles-ci se limitaient, pour l’essentiel, à deux pages de courrier des lecteurs, quelques séries de mots-croisés et certaines publicités.

50La rivalité opposant Tântân à Samîr - et donc la maison d’édition d’al-Ahrâm à Dâr al-Hilâl - transparaît bien dans le courrier des lecteurs du 4e numéro de mars 1975. Un jeune lecteur de Port-Saïd y pose la question suivante à la Rédaction de la revue : « J’ai lu dans une autre revue (Samîr s’entend) que Tântân, héros de notre revue bien-aimée, s’appelle « Timtim ». Quel est donc son nom d’origine, Tântân ou Timtim ?

  • 5 Tântân no 2, 5e année, p. 33.

51Réponse de la Rédaction : « Nous n’avons rien à voir avec ce que publient les autres revues ».5

  • 6 Tântân no 2, 5e année, p. 33.

52Au même lecteur qui demandait à la revue de publier des récits sur « la glorieuse guerre de Ramadan et ses faits d’arme héroïques », il fut répondu : « Nous ne pouvons publier de récits qu’en accord avec la revue belge Tintin ».6

53Or, a cette même époque, Samîr publiait-on l’a vu - de nombreux récits dithyrambiques à la gloire des « héros d’octobre ». : la rivalité entre les deux revues allait bien au-delà d’une simple querelle sur l’appellation arabe de Tintin...

AL-DULFÎN AL-SAGHÎR (le petit dauphin)

54La maison d’édition italienne « Dolphin Publishers », entreprit, en 1982, de créer d’une revue enfantine réalisée par des Européens mais destinée à être diffusée dans les pays arabes, Le Petit Dauphin.

55Imprimée et conçue à Milan, sous la direction de Maria Pia Pisoni et Luca Zanini, la revue comporte 48 pages de B.D. et de contes mettant en scène des héros arabes issus de l’imaginaire d’artistes italiens !

56Fidèle à sa longue tradition en ce domaine, la maison d’édition d’al-Ahrâm assure la diffusion en Egypte de la revue...

Notes

1 Plusieurs de ces revues seront l’objet d’une approche particulière dans le chapitre VI consacré à la présence égyptienne dans les revues du Golfe. Seule la revue al-Dulfîn al-Saghîr sera présentée dans ce chapitre en raison de ses caractéristiques originales dans le domaine de la presse enfantine arabe.

2 De nombreux extraits de ces éditoriaux seront cités dans les chapitres suivants.

3 Voir infra le chapitre « Image du Pouvoir »..

4 Voir infra le chapitre « Thèmes antisionistes ».

5 Tântân no 2, 5e année, p. 33.

6 Tântân no 2, 5e année, p. 33.

Table des illustrations

Légende Kâbtin Samîr - 13 mai 1984
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/515/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 824k
Légende Sundûq al-Dunyâ - 1er juillet 1985
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/515/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 844k
Légende al-Muslim al-Saghîr - juillet 1985
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/515/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 744k
Légende Tântân - 1980 - les couleurs ont disparu et le graphisme des bulles est négligé.
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/515/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende Tântân – 1977
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/515/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 145k

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540