Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Samir Mickey Sindbad et les autres

 | 
Bertrand Millet

Première partie. Présentation des revues

Chapitre III. La presse enfantine sous Nasser

Texte intégral

1La période nassérienne vit la stabilisation de la presse enfantine autour de trois grands titres durables : Sindibâd, Samîr et Mickey. Finie la multiplication de revues éphémères qui, durant les années précédentes, disparaissaient après n’avoir sorti que quelques numéros !

2Seule la revue Karawân aura une existence sans lendemain. Son impact fut toutefois considérable...

3La loi d’organisation de la presse, du 24 mai 1960, en transférant la propriété des journaux à l’Union Nationale (qui deviendra plus tard l’Union Socialiste Arabe), modifia le statut de la presse en Egypte. Dâr al-Hilâl fut elle-même nationalisée en 1962.

4La nationalisation ne libéra toutefois pas la presse enfantine des contraintes d’un marché resté fortement concurrentiel. Elle continua à fonctionner sur un mode régi par des considérations commerciales. Ceci explique l’écart important souvent enregistré entre l’idéologie nationaliste alors affichée et la pratique des grandes maisons d’édition nationales, telles celles d’al-Ahrâm ou Dâr al-Hilâl.

5Cette période fut marquée par un accroissement considérable de l’effort de scolarisation : le nombre des classes de l’enseignement primaire et secondaire doubla entre 1955 et 1967. Cette démocratisation de l’éducation permit aux revues enfantines d’étendre leur audience.

6Le tirage de la revue Samîr dépassa 80 000 exemplaires durant les années 60.

7L’achat de revues enfantines était entré dans les habitudes de consommation des nouvelles classes moyennes...

Sindibâd - 6 mars 1952

Sindibâd

* Histoire et présentation :

8Le 4 janvier 1952, six mois avant la chute du roi Fârûq, la prospère maison d’édition « Dâr al-Ma’ârif » lança le premier numéro de la revue Sindibâd.

  • 1 Son roman le plus célèbre ‘Ala Bâb Zuwayla évoque la fin de la dernière dynastie mamelouke et l’arr (...)

9L’écrivain Muhammad Sa’îd al-’Iryân, auteur de romans historiques, fut nommé rédacteur en chef de la nouvelle revue.1

10Sa’îd al-’iryân donna un caractère résolument arabe à Sindibâd. Son éditorial du no 3 avertissait : « Cette revue est imprimée au Caire pour être lue par les enfants de tous les pays arabes, du Maghrib au Machriq. C’est aussi la revue de chaque garçon et de chaque fille lisant l’arabe à travers le monde, de l’Amérique jusqu’au Liban... »

11Sa’îd al-’iryân choisit, par ailleurs, une formule originale qui consistait à maintenir la part égale entre la fonction de divertissement de la revue et une ambition pédagogique clairement affichée. Il devait préciser dans l’éditorial du no 16 : « La revue Sindibâd est l’école après la sortie de l’école, le maître lorsqu’on s’est séparé du maître et le compagnon fidèle des enfants de tous les pays... »

12Imprimée dans de parfaites conditions techniques, Sindibâd comportait 16 pages riches en couleurs et en illustrations.

  • 2 Sa’îd al-’Iryân avait pourtant écrit plusieurs panégyriques à la gloire de Fârûq dans les premiers (...)

13Déjà largement diffusée en Egypte et dans le monde arabe, la revue vit son audience considérablement accrue au lendemain de la Révolution. Muhammad Sa’îd al-’iryân devint en effet chef de cabinet du Ministre de l’Enseignement, Kamâl al-Dîn Husayn2. Le Ministère décida alors d’acheter chaque semaine 27 000 exemplaires de la revue pour les distribuer dans les écoles.

14Cet appui allait longtemps maintenir Sindibâd à l’abri des problèmes financiers qui avaient provoqué la fermeture de tant de revues enfantines dans le passé.

15En 1957, à la suite du changement de gouvernement, le Ministère renonça à tous ses abonnements.

16Sindibâd dut faire face alors à une situation d’autant plus difficile qu’un concurrent de taille faisait son entrée sur le marché : Samîr.

17La revue perdit de nombreux lecteurs avant de disparaître en 1961.

* Contenu :

18Les 16 pages de Sindibâd présentèrent de nombreuses histoires en images au cours des premières années de parution : « Safwân l’audacieux », « Les voyages de Sindibâd » à travers le monde, « les aventures d’Arnabâd », jeune lapin en culotte rose évoluant dans un monde de fées et d’animaux.

19Des 1956, ces histoires en images cédèrent la place à de véritables bandes dessinées comportant des « bulles » pour rapporter les dialogues des personnages : ainsi apparurent les animaux « Bisbis et Farfar », les aventures de Zûzû, jeune garçon à l’unique cheveu, les voyages de Sindibâd (repris en B.D.), les aventures du « voyageur Tomate » et du « professeur Haricot », etc.

20La revue comportait très peu de productions étrangères.

  • 3 L’écriture courante de l’arabe ne comporte pas les voyelles brèves.
  • 4 Kîlâni souhaitait, à travers ses récits, enrichir la syntaxe et le lexique des jeunes lecteurs.

21Plusieurs pages étaient chaque semaine consacrées à des contes arabes retranscrits avec leur vocalisation intégrale afin d’en faciliter la lecture aux enfants les plus jeunes3. Sindibâd suivait en cela l’exemple de Kâmil Kîlâni, premier grand auteur de littérature enfantine arabe, dont Dâr al-Ma’ârif publiait les contes et histoires depuis 1940.4

22Des planches aux couleurs remarquables illustraient les rubriques géographiques intitulées « Notre Nation Arabe » et « les peuples du Monde ».

23Sindibâd présentait aussi de nombreux jeux et proposait des activités de distraction pour créer un lien avec ses lecteurs : à partir de 1957, la revue organisa chaque vendredi des projections de films au cinéma Métro du Caire.

24Classique dans ses conceptions culturelles, la revue

25Sindibâd fit preuve, par ailleurs, d’une grande discrétion en matière de politique. Son engagement dans ce domaine se limitait à la courte lettre aux lecteurs rédigée chaque semaine par la rédaction. Cette lettre véhiculait surtout des thèmes panarabes.

26Seules quelques rares histoires ou bandes dessinées eurent un arrière-plan politique.

Samîr (première période : 1956 - 1963)

* Histoire et présentation :

27C’est le 15 avril 1956 que Dâr al-Hilâl sortit le premier numéro de la revue hebdomadaire Samîr.

28Propriété de la famille Zaydân depuis sa création en 1892, Dâr al-Hilâl publiait, en 1956, de nombreux périodiques pour adultes tels : al-Dunyâ (le Monde), al-’Ithnayn (le lundi), al-Musawwar (l’illustré), al-Kawâkib (les astres) ...

29C’est à Nâdia Nach’at, nièce des frères Zaydân, que revint l’initiative de créer la revue Samîr.

  • 5 Samîr no 678 du 6/4/69, p. 15.

30Nadia Nach’at en raconte ainsi les débuts : « Je proposai l’idée de créer une revue enfantine a Emile et Chukri Zaydân, alors propriétaires de Dâr al-Hilâl. Après avoir examiné ma proposition, ils donnèrent leur accord et nous nous mîmes aussitôt au travail. (...) Il fallait d’abord trouver un nom a la revue, et nous décidâmes d’associer les enfants à ce choix en invitant les petits « poussins » à une réunion. Au cours de celle-ci, un vote fut organisé et c’est le nom de Samîr qui fut choisi pour le nouveau-né... »5

  • 6 Ces trois journaux organisèrent un concours dont les cent premiers gagnants apprirent, en lisant le (...)

31Le lancement du numéro 1 de Samîr fut soigneusement préparé par une campagne publicitaire organisée par al-Mussawar, al-’Ithnayn et al-Kawâkib.6

32L’équipe de rédaction regroupa très vite une vingtaine de personnes autour de Nadia Nach’at.

33C’est dans un contexte national particulièrement tendu que la nouvelle revue allait effectuer ses premiers pas : nationalisation du Canal de Suez, intervention tripartite des armées de la Grande-Bretagne, de la France et d’Israël.

34Collaboratrice de Samîr, dès la sortie du premier numéro, Nutayla Râchid commentera, 29 ans plus tard, l’état d’esprit qui animait alors l’équipé de rédaction :

  • 7 Samîr, no 1513 du 7/4/85, p. 6.

35"Un élan irrésistible nous poussait à travailler, en dépit des alertes, du « blackout » et du vacarme des explosions. Je me souviens des dures conditions matérielles que nous imposèrent ces jours de guerre : il nous fallait écrire, dessiner, revoir les épreuves et les maquettes, dans une seule pièce, éclairée la nuit par la faible lueur des bougies... »7

Samîr - no 1 15 avril 1956

36Revue récréative et d’évasion, sortant dans une Egypte crispée sous la menace extérieure, Samîr enregistra un immense succès commercial : les 50 000 exemplaires du numéro 1 furent épuisés le jour même de leur parution.

  • 8 Une seule note discordante fut enregistrée dans ce concert d’euphorie : plusieurs lectrices manifes (...)

37Durant les semaines qui suivirent, la rédaction fut submergée de lettres exprimant l’enthousiasme des jeunes lecteurs.8

38En avril 1957, une fête organisée au cinéma Métro du Caire permit de célébrer le premier anniversaire d’une revue en plein essor. A cette occasion, Samîr augmenta le nombre de ses pages qui passèrent de 16 à 24.

39En 1961, après la disparition de Sindibâd, Samîr se tailla un empire sur le marché égyptien.

40L’union égypto-syrienne de 1958-61 lui ouvrit un nouveau marché. Samîr allait être diffusée au Soudan, en Iraq, au Koweït, au Yémen...

41En 1959, le nombre des pages s’accrut encore, passant de 24 à 32.

42Le tirage de Samîr atteignit alors 80 000 exemplaires.

* Contenu :

43Sous l’impulsion de Nâdia Nach’at, Samîr se démarqua immédiatement du caractère pédagogique et parfois austère de son concurrent Sindibâd.

  • 9 Les Dupont étaient, quant à eux, rebaptisés « Tîk » et « Tâk », Tournesol s’appelait « Barjal » (pe (...)

44La revue présenta, dès ses premiers numéros, des séries de B.D. étrangères traduites : Mickey fit son apparition en 1956, Tarzan en 1959, Zorro en 1961 et Tin-tin en août 1961, sous le nom de « Timtim ».9

45L’acquisition de ces productions répondait à l’engouement des lecteurs et constituait un investissement vite amorti, pour la « Dâr al-Hilâl ».

46Samîr publia également des bandes dessinées égyptiennes : sous la plume de Berny furent campés les personnages de « Samîr » et « Tahta », deux joyeux lurons turbulents mais sympathiques. Quant au héros « Bâsil », jeune scout audacieux créé par Hârûn, il allait entraîner ses lecteurs dans de périlleuses aventures...

47La plupart de ces B.D. utilisaient l’arabe dialectal égyptien dans leurs dialogues.

48Samîr présentait aussi des caricatures comiques, une page pour les filles, de nombreux jeux, ainsi que des concours dont les prix étaient distribués par les magasins Cicurel.

Mickey - no 26, février 1961

49Durant toute cette période (1956-63), la revue resta presque en dehors de la vie politique. Seuls quelques récits et bandes dessinées mirent en scène des épisodes de la Révolution. La guerre de 1956 fut pratiquement absente des pages de Samîr.

Mickey

* Histoire et présentation :

50Afin de mieux répondre à l’engouement des lecteurs pour les productions étrangères, Dâr al-Hilâl décida de susciter une concurrence interne en lançant une seconde revue.

51C’est ainsi qu’en 1959 elle lança Mickey, la seconde-née des revues enfantines publiées par la « Dâr al-Hilâl ».

  • 10 Depuis juin 1978, le troisième numéro de chaque mois comporte 84 pages et s’intitule : Super-Mickey

52D’abord mensuelle, la revue devint vite hebdomadaire et comportait, comme Samîr, 32 pages.10

53Le discours anti-américain tenu tout au long des années 60 en Egypte n’eut aucune répercussion sur les destinées de la revue : Mickey a poursuivi jusqu’à nos jours une carrière prospère et ininterrompue.

* Contenu :

  • 11 Un supplément mensuel de 196 pages, Mîkî Gayb (Mickey-Poche), paraît depuis janvier 1975.

54Mickey publie essentiellement les fameuses séries de Walt Disney, a l’exception de quatre pages de jeux et de rubriques diverses (sport, cours d’anglais, sciences...) Elle entreprend la distribution de cadeaux-gadgets : cuillères en plastique et badges à l’effigie de Mickey, posters en couleur des « stars » du football égyptien etc.11

55Ajoutons que Mickey inclut, à partir de 1975, des rubriques à caractères religieux dans certains numéros. Ainsi le no du 10 décembre 1981 entama une série d’articles consacrés aux « histoires d’animaux dans le Coran ».

Karawân - no 2, 22 janvier 1964

Karawân

* Histoire et présentation :

56Le 15 janvier 1964 Dâr al-Tahrîr lança le premier numéro d’une revue qui, bien qu’éphémère, révolutionna le genre de la presse enfantine en Egypte.

  • 12 Nasser avait déjà été à l’origine de la création à Héliopolis d’un club destiné à accueillir ses en (...)

57Nasser, en exprimant le souhait de faire lire a ses enfants une revue porteuse des valeurs de la Révolution, fut lui-même à l’origine de Karawân.12

58Dâr al-Tahrîr, maison d’édition qui publiait depuis 1953 le journal officiel du Conseil de la Révolution - al-Gumhûriyya -, fut naturellement choisie pour prendre en charge le lancement de cette revue enfantine d’un style nouveau.

59Kamâl al-Dîn al-Hinnâwi, alors président de la maison d’édition, Dâr al-Tahrîr, désigna l’auteur dramaturge Nu’mân ‘Achûr au poste de rédacteur en chef de la revue.

60Conçue pour réagir contre l’invasion de la presse enfantine par les productions étrangères, Karawân s’inscrivit dans un contexte politique particulier : c’est en effet en ce début de l’année 1964 que Nasser libéra les militants communistes égyptiens des camps où ils étaient internés.

61Plusieurs de ces militants, tels le poète Kamâl ‘Ammâr et le dessinateur Magdî Nagîb, intégrèrent l’équipe de rédaction de Karawân. Les autres membres de la rédaction étaient en majorité affiliés à « l’Organisation d’Avant-Garde », courant interne à l’Union Socialiste Arabe, et regroupant les sympathisants de l’aile gauche du nassérisme (alors prépondérante dans la vie politique).

62Au conservatisme de Sindibâd et au mercantilisme de Samîr ou de Mickey, les créateurs de Karawân apportaient une alternative que Nu’mân ‘Achûr qualifia de « socialiste ».

63Karawân tira son premier numéro à 70 000 exemplaires.

64Patronnée par tant d’instances officielles, la revue semblait vouée à un brillant avenir.

65Elle ne vécut pourtant que dix mois...

66Plusieurs raisons ont été invoquées pour justifier le fiasco de Karawân. La polémique surgie en Egypte à propos de cette affaire est révélatrice des contradictions inhérentes au système nassérien.

67Au moment même où Karawân tentait d’effectuer une percée sur le marché égyptien, une autre maison d’édition, la très officielle « Mu’assasat al-Ahrâm », entreprit de diffuser en Egypte la revue américaine Superman...

68S’agissait-il d’un manque flagrant de coordination entre maisons d’édition gouvernementales ou d’une concurrence non déclarée mais sanglante ?

  • 13 Cf. l’article de Nu’mân ‘Achûr dans al-Talî’a d’avril 1966, intitulé « La presse du fils de demain  (...)

69L’apparition de Superman sur le marché égyptien fut, selon les termes de Nu’mân ‘Achûr, une « coïncidence non innocente ». Véritable entreprise de torpillage, elle fut responsable, selon lui, de la chute de Karawân.13

70De sérieuses défaillances internes semblent toutefois avoir contribué à l’affaiblissement de Karawân.

71Ecrivain de talent, Nu’mân ‘Achûr n’était pas un professionnel de la presse. Ses relations avec les autres membres de l’équipe de rédaction devinrent vite orageuses. Al-Labbâd, directeur de rédaction et créateur du personnage de karawân, quitta la revue dès le no 9.

72Une impression de bricolage émane de tout ce qui touche à Karawân : la revue était imprimée sur les presses rotatives d’al-Gumhûriyya, mises à contribution à trois heures du matin, lorsque l’impression du grand quotidien était terminée... Les couleurs obtenues étaient particulièrement médiocres.

73Aucune campagne publicitaire n’accompagna, par ailleurs, le lancement de la revue.

74Karawân enregistra rapidement un important déficit financier. Seule la volonté politique représentée par Kamâl al-Hinnâwi permit durant quelques mois le maintien de la revue.

  • 14 D’autres publications périodiques de Dâr al-Tahrîr durent être interrompues après avoir subi d’impo (...)

75Lorsque nommé Ministre de l’Unité Nationale, al-Hinnâwi dut abandonner la direction de la « Dâr al-Tahrîr », l’officier chargé d’assurer son intérim signa d’un trait de plume la mort de Karawân.14

* Contenu :

76Les 28 pages de Karawân comportaient plusieurs bandes dessinées locales : « les aventures de Karawân », dessinées par al-Labbâd sur un scénario de Nu’mân ‘Achûr, « la ville de demain », série de Nabîl Tâg mettant en scène la vie d’un village nubien sur le point d’être évacué avant la montée des eaux du lac Nasser, « la flèche rouge », série historique évocant l’occupation de l’Egypte par les soldats de Bonaparte, « Zaghlûl Efendî », personnage humoristique créé par al-Labbâd...

  • 15 Voir infra le chapitre « Image du Pouvoir ».

77Quant à la série humoristique « Harhûr et le Roi », elle transposait dans un contexte pharaonique une vision dérisoire et irrévérencieuse du pouvoir.15

78Karawân comportait également plusieurs pages de contes tirés du folklore arabe et des poésies en langue populaire, les « zajal-s ».

79Les deux pages du « Journal du Mercredi » présentaient les principales nouvelles de la semaine. (La revue sortait le jeudi matin).

80Destiné à familiariser les enfants à la lecture des périodiques pour adultes, le « journal du Mercredi » développait des thèmes politiques exprimant les orientations idéologiques de la rédaction.

81La revue comportait par ailleurs une page de caricatures comiques et une autre de jeux.

  • 16 Le premier chapitre de cette rubrique défendit les thèses de Darwin sur l’Evolution.

82Une rubrique historique évoquait chaque semaine les grands épisodes de l’histoire de l’Humanité.16

83Karawân publia un récit de la vie de Charlie Chaplin, ainsi que des extraits du Petit Prince de St Exupéry. Ce furent là les seules productions étrangères intégrées à la revue.

Superman

84C’est la très officielle maison d’édition d’al-Ahrâm qui lança, en 1964, la revue Superman sur le marché égyptien.

85Cette initiative, par laquelle al-Ahrâm faisait passer des considérations mercantiles avant les impératifs de l’idéologie, suscita de très vives controverses en

86Egypte.

87La plupart des journaux stigmatisèrent alors l’impact négatif de cette revue sur l’enfance égyptienne. Plusieurs accidents furent même attribués à son influence néfaste : s’imaginant pouvoir voler avec la même aisance que « Batman » ou « Superman », de jeunes garçons se seraient précipités dans le vide...

88La diffusion de Superman en Egypte dut être interrompue… avant de reprendre sept ans plus tard.

Samîr (seconde période : 1963 - 1970)

* Histoire :

89La prise de conscience politique qui avait abouti à la création de Karawân eut d’importantes répercussions sur le destin de Samîr.

90L’échec de Karawân mit en évidence l’impossibilité de faire fonctionner une revue enfantine sans disposer des moyens techniques et commerciales d’une grosse maison d’édition. Conscient de son incapacité à défier les contraintes du marché, le pouvoir nassérien finit par se reposer sur les énormes capacités de Dâr al-Hilâl. (Celle-ci, nationalisée, venait de passer des mains de la famille Zaydân à celles de l’Union Socialiste Arabe).

91Les espoirs autrefois placés en Karawân furent transférés sur Samîr.

  • 17 Nutayla Râchid est l’épouse de l’auteur de contes et récits pour enfants, ‘Abd al-Tawwâb Yûsif. Ell (...)
  • 18 Gamîla Kâmil est l’épouse de l’écrivain et critique littéraire ‘Ali al-Râ’i. Elle était responsable (...)

92Nâdya Nach’at, qui avait été à l’origine de la revue, fut remplacée, en 1963, par Nutayla Râchid17. Celle-ci allait elle-même céder sa place de rédacteur en chef à Gamîla Kâmil, en octobre 1966.18

* Contenu :

93Nutayla Râchid imprima une orientation nouvelle à Samîr. Moins récréative, la revue allait commencer à lancer des appels successifs au nationalisme, au travail scolaire et à la solidarité sociale.

94Durant l’été 1966, Samîr tenta d’envoyer aux champs les enfants des villes. Ceux-ci étaient invités à aller seconder les petits fellahs dans leur travail d’éradication des vers destructeurs du coton.

95C’est à partir de mai 1966 que Samîr débuta, sous la forme d’épisodes à suivre, la publication du roman de Tawfiq al-Hakîm, ‘Awdat al-Rûh (le retour de l’âme). Ce roman fameux exalte la découverte du petit peuple des villes et des campagnes par un jeune bourgeois des années 20.

  • 19 Higâzi s’illustra également par ses caricatures publiées dans Sabâh al-Khayr.

96La hausse culturelle enregistrée alors par Samîr sera confirmée par l’intégration dans la revue d’un dessinateur et scénariste de talent, Higâzi. C’est en effet en juin 1966 qu’Higâzi créa sa première série de B.D. mettant en scène trois personnages truculents, « al-Tanâ-bila al-Subyân » (les jeunes fainéants). Ces personnages allaient faire le délice des lecteurs durant de nombreuses années.19

Samîr - 21 février 1965 (le romancier Naguîb Mahfûz)

  • 20 Nutayla Râchid restait dans la maison, puisqu’elle fut nommée responsable du département de Dâr al- (...)

97La politisation de Samîr, initiée par Nutayla Râchid20, s’accentua, lorsque, le 23 octobre 1966, celle-ci fut remplacée par Gamîla Kâmil.

98La nouvelle rédactrice en chef brossera elle-même, en avril 1969, le bilan de trois années de travail à la tête de Samîr :

  • 21 Samîr no 678, 6/4/1969, p. 15.

99"Des numéros spéciaux sont désormais publiés en certaines occasions sociales ou nationales. Samîr a également effectué de grands pas pour sortir du cercle des héros étrangers et présenter d’authentiques héros arabes. La revue s’est enfin donnée un caractère pédagogique en présentant les matières et les lectures au programme des classes primaires et secondaires. »21

100Sous l’impulsion de Gamîla Kâmil, Samîr allait effectivement faire siennes les orientations de l’ancienne presse scolaire surgie après Rawdat al-Madâris.

101Les pages de la revue se remplirent de rubriques illustrant les programmes scolaires ou prodiguant des conseils pour bien préparer les examens.

102A partir de 1966, Samîr acquit, en ce domaine, un caractère quasi officiel : la revue se mit à organiser des cérémonies au cours desquelles Gamîla Kâmil, sous l’œil attendri d’un représentant du Ministère de l’Enseignement, distribuait prix, félicitations et grosses bises aux meilleurs élèves des écoles d’Egypte.

103Une « Coupe de la presse des écoles » fut également organisée en fin de chaque année scolaire. La « coupe » récompensait les plus beaux dessins et les articles les plus édifiants. Ceux-ci étaient publiés dans Samîr et leurs auteurs-élèves recevaient un prix.

104Quant aux productions étrangères, il est vrai que leur nombre diminua sensiblement. Elles ne furent pourtant jamais totalement écartées. C’est ainsi que « Tin-tin » poursuivit une carrière florissante dans Samîr durant toutes les dernières années de l’ère nassérienne.

  • 22 Samîr no 550, 23/10/1966, p. 2.

105La publicité occupa également une place non négligeable : publicité pour la Caisse d’Epargne Postale (le message était censé passer des fils aux pères), publicité pour les produits de la « Société Egyptienne d’Alimentation » (biscuits et autres friandises), publicité aussi pour les livres pour enfants édités par Dâr al-Hilâl. Gamîla Kâmil suscita elle-même l’attention des lecteurs sur ces « livres passionnants, remplis d’informations utiles et de merveilleuses images, le tout pour un prix modique n’entraînant pas de dépenses excessives... »22

106La guerre israélo-arabe de 1967 mit en évidence le rôle politique joué désormais par Samîr. Gamîla Kâmil racontera plus tard dans quelles conditions la revue se mobilisa pour l’effort de guerre :

  • 23 Samîr no 678, 6/4/1969, p. 15.

107"La revue affronta une situation des plus difficiles lorsque survint l’agression du 5 juin 1967. La revue était déjà prête à passer sous presse sans qu’aucune mention n’y soit faite de l’agression. Il fallut absolument revoir tous les numéros pour y introduire un caractère national... En 24 heures seulement, l’équipe de rédaction réalisa un quasi-miracle : la revue sortit le jour prévu, remplie de thèmes nationaux. »23

  • 24 Voir infra le chapitre « Thèmes Anti-Impérialistes ».

108Samîr allait également mobiliser ses lecteurs pour des causes dépassant le cadre égyptien. Un simple regard sur les couvertures de cette époque met en évidence la place alors donnée à la défense des minorités noires américaines, à l’exaltation de la Révolution cubaine, de la lutte du Nord-Vietnam ou autres causes internationalistes.24

109Un « Journal de Samîr », réplique du « Journal du Mercredi » de Karawân, commença, à partir de novembre 1966, la diffusion de nouvelles nationales ou internationales axées sur l’enfance.

110Lorsqu’en 1971, Gamîla Kâmil céda sa place à Nutayla Râchid qui redevenait rédactrice en chef de la revue après cinq ans d’absence, Samîr pouvait se targuer d’avoir su concilier aux impératifs commerciaux de Dâr al-Hilâl des objectifs à la fois pédagogiques, nationaux et politiques.

Notes

1 Son roman le plus célèbre ‘Ala Bâb Zuwayla évoque la fin de la dernière dynastie mamelouke et l’arrivée des Ottomans au Caire.

2 Sa’îd al-’Iryân avait pourtant écrit plusieurs panégyriques à la gloire de Fârûq dans les premiers numéros de Sindibâd. Il représenta par la suite le courant « islamique-réformiste » qui formait une des composantes idéologiques du nassérisme. Son rôle fut primordial dans l’élaboration des programmes scolaires de cette époque. (cf. Le contenu socio-économico-politique des manuels d’enseignement religieux musulman dans l’Egypte actuelle, Olivier Carré, Revue des Etudes Islamiques, XXXVIII/1-1970).

3 L’écriture courante de l’arabe ne comporte pas les voyelles brèves.

4 Kîlâni souhaitait, à travers ses récits, enrichir la syntaxe et le lexique des jeunes lecteurs.

5 Samîr no 678 du 6/4/69, p. 15.

6 Ces trois journaux organisèrent un concours dont les cent premiers gagnants apprirent, en lisant leurs noms dans le no 1 de Samîr, que Dâr al-Hilâl leur offrait un abonnement d’un an à la revue.

7 Samîr, no 1513 du 7/4/85, p. 6.

8 Une seule note discordante fut enregistrée dans ce concert d’euphorie : plusieurs lectrices manifestèrent leur amertume de voir la revue s’appeler Samîr et non pas Samîra ! Une réduction de 20 % fut alors accordée aux jeunes lectrices s’appelant « Samîra » !

9 Les Dupont étaient, quant à eux, rebaptisés « Tîk » et « Tâk », Tournesol s’appelait « Barjal » (pendule), et le capitaine Haddock conservait son nom.

10 Depuis juin 1978, le troisième numéro de chaque mois comporte 84 pages et s’intitule : Super-Mickey.

11 Un supplément mensuel de 196 pages, Mîkî Gayb (Mickey-Poche), paraît depuis janvier 1975.

12 Nasser avait déjà été à l’origine de la création à Héliopolis d’un club destiné à accueillir ses enfants, le « Nâdi al-Chams » (Club du Soleil).

13 Cf. l’article de Nu’mân ‘Achûr dans al-Talî’a d’avril 1966, intitulé « La presse du fils de demain : un problème socialiste ».

14 D’autres publications périodiques de Dâr al-Tahrîr durent être interrompues après avoir subi d’importantes pertes financières.

15 Voir infra le chapitre « Image du Pouvoir ».

16 Le premier chapitre de cette rubrique défendit les thèses de Darwin sur l’Evolution.

17 Nutayla Râchid est l’épouse de l’auteur de contes et récits pour enfants, ‘Abd al-Tawwâb Yûsif. Elle signe ses éditoriaux du pseudonyme de « Mâmâ Lubna ».

18 Gamîla Kâmil est l’épouse de l’écrivain et critique littéraire ‘Ali al-Râ’i. Elle était responsable de la rubrique pour enfants du quotidien al-Masâ’ avant de travailler pour Samîr.

19 Higâzi s’illustra également par ses caricatures publiées dans Sabâh al-Khayr.

20 Nutayla Râchid restait dans la maison, puisqu’elle fut nommée responsable du département de Dâr al-Hilâl chargé d’éditer des livres pour enfants.

21 Samîr no 678, 6/4/1969, p. 15.

22 Samîr no 550, 23/10/1966, p. 2.

23 Samîr no 678, 6/4/1969, p. 15.

24 Voir infra le chapitre « Thèmes Anti-Impérialistes ».

Table des illustrations

Légende Sindibâd - 6 mars 1952
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/514/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
Légende Samîr - no 1 15 avril 1956
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/514/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Légende Mickey - no 26, février 1961
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/514/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende Karawân - no 2, 22 janvier 1964
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/514/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 884k
Légende Superman
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/514/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 820k
Légende Samîr - 21 février 1965 (le romancier Naguîb Mahfûz)
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/514/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 725k

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter