Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Samir Mickey Sindbad et les autres

 | 
Bertrand Millet

Première partie. Présentation des revues

Chapitre I. Genèse de la presse enfantine en Egypte 1870-1915

Texte intégral

  • 1 al-Ahrâm naîtra cinq ans plus tard, en 1875.

1L’apparition d’une presse destinée à l’enfance fut étonamment précoce en Egypte. Lorsque Tahtâwi créa, en 1870, la première revue enfantine égyptienne, la presse pour adultes en était encore à ses premiers pas1.

2La plupart des revues enfantines éditées durant cette période (1870-1915) furent conçues et rédigées par des Egyptiens de souche. L’influence syro-libanaise, puis anglaise, se limita à quelques titres.

3La presse enfantine diffère ainsi, par sa genèse, de la grande presse pour adultes : cette dernière fut en effet introduite en Egypte par une élite intellectuelle d’origine syro-libanaise.

4Les revues enfantines qui parurent entre 1870 et 1915 n’eurent qu’une audience limitée dans une Egypte restée massivement analphabète : rouvertes par le khédive Ismâ’îl, les écoles n’accueillaient encore que 6 000 élèves sous le proconsulat de Cromer...

5L’impact de cette presse fut néanmoins important dans la diffusion d’idéaux nationalistes chez les enfants de l’élite cultivée.

6Toutes à vocation pédagogique, ces premières revues enfantines exaltent la soif d’apprendre. La distraction et l’humour en sont exclus.

  • 2 Ya’qûb Sannû’ introduisit pourtant le rire dans la presse des adultes, dès 1877, en créant sa fameu (...)

7Impatiente de consolider sa double identité culturelle et nationale, l’Egypte de cette époque n’avait guère envie de faire rire ses enfants...2.

Rawdat al-Madâris al-Misriyya - 1870

Rampat Al-Madâris Al-Misriyya (le jardin d’enfants des écoles égyptiennes)

* Histoire et présentation :

8C’est le 18 avril 1870 que Rifâ’at Râfi’ al Tahtâwi patronna la création de la première revue égyptienne destinée à l’enfance.

  • 3 Publié en 1869, Manâhig al-albâb al-misriyya fi mabâhig al-âdâb al-misriyya prônait l’intégration d (...)

9Fort d’une longue expérience en matière de presse (il avait été rédacteur du journal al-Waqâ’i’ al-Misriyya), Tahtâwi venait de publier un opuscule dans lequel il développait des idées considérées alors comme avancées pour l’époque sur l’enseignement des enfants.3

10Rien de surprenant que le prestigieux promoteur du modernisme national ait été à l’origine de la première revue enfantine égyptienne.

11L’éditorial du no 1 de Rawdat al-Madâris précisait que l’objectif de la revue était de « répandre les sciences, de compléter les connaissances et divulguer les arts parmi les fils de la patrie ».

12Publiée par le « Diwân » de l’Enseignement, Rawdat al-Mâdaris était, financée par le Gouvernement et distribuée gratuitement aux enfants des écoles.

13Bi-mensuelle, la revue eut un tirage initial de 350 exemplaires qui doubla rapidement.

  • 4 Parmi eux : ‘Abd Allah Pacha Fikri qui allait devenir Ministre de l’Enseignement du gouvernement al (...)

14C’est le fils de Tahtâwi, Ali Fahmi al-Tahtâwi, lui-même professeur à l’Ecole d’administration et de langues du Caire, qui devint rédacteur en chef de la nouvelle revue. L’équipe de rédaction regroupa autour de lui d’éminents penseurs et scientifiques égyptiens de l’époque.4

15Tahtâwi s’éteignit en 1873.

16Rawdat al-Madâris survécut cinq ans à son fondateur : c’est en 1878 que la revue cessa définitivement d’exister.

* Contenu :

17Sans illustration, la revue comportait de 28 à 32 pages consacrées à l’explication des sciences et connaissances générales figurant au programme des écoles : physique, mathématiques, botanique, littérature arabe, histoire mondiale, législation...

18Certaines rubriques évoquaient des faits d’actualité. Ainsi au lendemain de la guerre franco-prussienne de 1870, Rawdat al-Madâris publia un article intitulé : « Le retour des Allemands victorieux ». La revue publia également plusieurs articles de Tahtâwi père. Le « cheikh » y communiquait aux enfants ses opinions sur le monde et leur prodigait des conseils de comportement.

  • 5 Ce fut le cas du poète Ismâ’îl Sabri.

19Rawdat al-Madâris n’hésita pas à ouvrir ses pages aux jeunes lecteurs. Les meilleurs d’entre eux pouvaient y publier quelques morceaux de poésie. Cette rubrique permit à certains poètes authentiques de se faire connaître.5

Al-Madrasa (l’école)

* Histoire et présentation :

  • 6 Mustafa Kâmil devait lancer, en 1900, un autre journal, mais pour adultes, al-Liwâ’.

20Mustafa Kâmil, alors étudiant à l’Ecole de Droit du Caire, lança la revue le 18 février 1893.6

21Celui qui allait devenir le tribun du nationalisme égyptien écrivit dans l’éditorial du numéro 1 de la revue : « La plupart des journaux, en dépit de leur grande variété, servent à cultiver l’esprit des pères et non celui des fils (...). Ceux-ci sont pourtant le fondement du futur Etat. Or, lorsque la base est solide, l’édifice se maintient droit (...). C’est pourquoi j’ai décidé de dédier aux fils de mon sang, aux petits de mon pays, un journal consacré à leur formation... »

22Imprimée par l’imprimerie « al-Mahrûsa », la revue était mensuelle.

23Neuf numéros seulement sortirent en 1893. Une réédition de la revue après la mort de Mustafa Kâmil permit de sortir deux autres numéros, en janvier et février 1909.

* Contenu :

24Comportant 32 pages, la revue était sans illustrations. La couverture des numéros parus en 1893 comportait la formule suivante : « Que ton amour soit pour ton école, pour ta famille et pour ta patrie !"

al-Madrasa - Janvier 1909

25La revue publiait de nombreux hymnes patriotiques. La majorité des pages étaient toutefois consacrées à des rubriques littéraires, scientifiques ou historiques.

Al-Tilmîz (l’élève)

* Histoire et présentation :

26Le 4 mars 1893, un mois seulement après le lancement d’al-Madrasa, la « Coopérative Islamique » édita le premier numéro de la revue.

27Bi-mensuelle elle ne survécut que quelques numéros.

* Contenu :

28La revue comportait seize pages sans illustrations. Se voulant « scientifique, littéraire et pédagogique », elle présentait des rubriques religieuses et géographiques, ainsi que des jeux grammaticaux. Neuf pages étaient consacrées, dans chaque numéro, à la vie dans les écoles

Al-Samîr Al-Gadîd (le nouveau compagnon)

29La « Coopérative de Composition Scientifique » publia en octobre 1897 le numéro 1 de la revue.

30L’éditorial du no 2 (de novembre 1897) précisait que la revue présentait des « sujets scientifiques en des termes plaisants, correspondant aux concepts de l’homme cultive sans que l’oreille de l’élève ne s’en détourne... »

Samîr al-Tilmîz 1er janvier 1899

Anîs Al—Tilmîz (Anîs l’élève)

31Le Libanais égyptiannisé, Mûsa Ibn Rûbî sortit la revue en mai 1898. Elle était hebdomadaire et ne publia que quelques numéros.

Dalîl Al-Tullâb (le guide des étudiants)

32Le Libanais Rizq Allah Hawra ne sortit qu’un seul numéro de la revue en 1902.

33Plusieurs revues, de durée éphémère, apparurent au cours de ces années :

AL-TILMÎZ AL-CHARQI (l’élève oriental), en 1902.

AL-MAGALLA AL-MADRASIYYA (la revue scolaire), en 1903.

MAJALLA AL-TARBIYA (La revue de l’Education), en 1905.

AL-MUSÂ’ID (celui qui aide), en 1905.

Al-Kawthar7

  • 7 Le «Kawthar» est un des fleuves du paradis.

34La revue fut lancée le 1er octobre 1906 par Muhammad Chafîq. L’éditorial du numéro 1 annonçait qu’il s’agissait d’une « revue scientifique adressée à l’élève dans son école, à la fille dans son boudoir et à la famille à la maison..."

35La revue abondait en ses consignes moralisatrices et pédagogiques. Une partie en était rédigée en anglais.

Murchid Al-Atfâl (le guide des enfants)

36Revue créée en 1908 par Angelina Abu Cha’r.

Al-Talaba (les étudiants)

37Revue hebdomadaire sortie en 1908. Elle était surtout consacrée à la diffusion de nouvelles sur la vie des écoles.

Rawdat Al-Madâris Al-Misriyya (le jardin d’enfants des écoles égyptiennes)

* Histoire et présentation :

38C’est le 1er octobre 1915 qu’une citoyenne britannique, Mrs Perey, lança cette revue qui empruntait son titre à celle de Tahtawi. Le parallèle entre les deux revues ne dépasse pas la similitude des appellations.

39Dans l’éditorial du no 1, Mrs Perey s’expliquait en ces termes : « les élèves égyptiens sont privés (en matière de presse) de ce dont bénéficient leurs frères et sœurs des écoles européennes...Mon but est que les élèves d’Egypte disposent d’une revue qui circule entre eux, qui leur serve d’arène où ils puissent rivaliser en exprimant leurs pensées..."

40La revue était bimensuelle.

* Contenu :

41Sur les 28 pages que comportait la revue, 16 étaient rédigées en arabe et 12 en anglais.

42Pour la première fois dans la presse enfantine égyptienne, quelques photos illustraient les rubriques scientifiques.

43La revue ouvrit une de ses pages aux enfants et une autre aux scouts.

44Des concours entretenaient l’intérêt des lecteurs.

Rawdat al-Madâris al-Misriyya novembre 1915

Notes

1 al-Ahrâm naîtra cinq ans plus tard, en 1875.

2 Ya’qûb Sannû’ introduisit pourtant le rire dans la presse des adultes, dès 1877, en créant sa fameuse revue satirique Abû Naddâra.

3 Publié en 1869, Manâhig al-albâb al-misriyya fi mabâhig al-âdâb al-misriyya prônait l’intégration des garçons et des filles a un système d’enseignement fonde sur le civisme, le travail et l’égalité, par delà les différences confessionnelles.

4 Parmi eux : ‘Abd Allah Pacha Fikri qui allait devenir Ministre de l’Enseignement du gouvernement al-Barûdi, le mathématicien et physicien Ismâ’îl Pacha Mustafa, directeur de l’école khédiviale «al-Muhandiskhâna», le légiste Muhammad Qadîr, ‘Abd Allah Abu-l-Sa’ûd, créateur du journal Wâdi al-Nî-l...

5 Ce fut le cas du poète Ismâ’îl Sabri.

6 Mustafa Kâmil devait lancer, en 1900, un autre journal, mais pour adultes, al-Liwâ’.

7 Le «Kawthar» est un des fleuves du paradis.

Table des illustrations

Légende Rawdat al-Madâris al-Misriyya - 1870
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/512/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Légende al-Madrasa - Janvier 1909
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/512/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Légende Samîr al-Tilmîz 1er janvier 1899
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/512/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Légende Rawdat al-Madâris al-Misriyya novembre 1915
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/512/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 380k

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540