Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Waqfs dans l’Égypte contemporaine

 | 
Kamel T. Barbar
, 
Gilles Kepel

Définitions. Repères historiques

Entrées d'index

Mots clés :

Waqf

Texte intégral

I- Définitions du waqf

  • 1 Les définitions du waqf sont nombreuses : on se reportera, outre, l’Encyclopédie de l’Islam, « waqf (...)

1Constituer un waqf, c’est immobiliser un bien et affecter son produit à une œuvre pieuse ou charitable1.

a) immobilisation du bien

2Le bien waqf - décrit par un acte, ou waqfieh, est « consacré à Dieu ». Il devient inaliénable et par là même, ne peut plus faire l’objet de vente, achat, expropriation, hypothèque, etc…

b) affectation du produit

3Le revenu du bien waqf est affecté à un objet agréable à Dieu : entretien d’une mosquée, d’une fontaine, d’un hospice, etc… Le produit de certains waqfs est affecté directement à cet objet : ce sont les waqfs khaîri, ou publics. Certains autres voient, selon les stipulations de leur fondateur, leur produit affecté à des dévolutaires intermédiaires avant qu’il ne parvienne à l’œuvre pieuse : ce sont les waqfs ahli, ou privés, ou familiaux.

c) administration du waqf

4Le waqf est administré par un nazir (surveillant) qui veille à ce que le produit en soit affecté conformément aux stipulations de la waqfieh. Il est traditionnellement désigné par le fondateur du waqf et est souvent l’un des bénéficiaires.

II - Repères historiques : le pouvoir et les waqfs en Égypte de Méhémet Ali à la Révolution de 1952

  • 2 BAER, o.c. pp. 79-80. 1 feddan = 0,42 ha.
  • 3 id. pp. 81-82. cf aussi le texte de HANKI présenté en annexe II.

5Traditionnellement, une part importante du territoire égyptien est constituée en waqf : en 1942, « les waqfs couvraient une superficie de 677.555 feddans, c’est-à-dire plus de 11,5 % de toutes les terres ayant pour propriétaire une personne privée »2. Par leur statut particulier, les terrains waqfs se trouvaient dans une situation marginale par rapport à la vie économique du pays : médiocre mise en valeur par le nazir, perpétuation des grands domaines à propriétaire absentéiste, exclusion du marché de l’offre et de la demande des terres, mise à l’écart de la modernisation de l’agriculture3.

  • 4 cité in SEKALY, o.c. p. 117. cf pour cette période, SEKALY, pp. 110-126 et 277-307, BUSSON pp. 25-2 (...)

6De ce fait, depuis Méhémet Ali, le pouvoir central manifeste à l’égard des waqfs des velléités réformistes, qui vont du contrôle de la gestion des nazirs à diverses formes d’assimilation des waqfs. En 1851, Abbas 1er surveille les nazirs par le biais d’une administration générale, transformée en ministère en 1864, lequel redevient une administration dépendant du Khédive vingt ans plus tard. Puis les pressions britanniques ont pour effet le rétablissement du ministère en 1913, et ce afin de « rationaliser » la gestion des waqfs et de mettre un terme « aux scandales de l’Administration des waqfs qui exercent une influence morale si funeste dans ce pays ». (Lord Cromer)4. Un budget des waqfs est depuis lors publié chaque année.

  • 5 cf. outre HANKI (annexe II), les annexes XIII, XIV, XV, XVI (pp. 402-454 et 601-614) à SEKALY.
  • 6 cf infra annexe II.

7Dans l’entre-deux-guerres, une controverse oppose, d’une part les milieux réformistes et « modernistes » désireux d’aménager, voire de supprimer les waqfs, et de l’autre le parti de divers ulémas emmenés par le sheikh Bakhit et soutenus par le Palais5. Ce n’est qu’en 1946 qu’est promulguée une loi qui réforme profondément le système du waqf6, jusqu’à ce que le régime issu de la révolution de juillet 1952 prenne une série de mesures qui bouleversent le statut des waqfs, comme on le constatera en lisant les documents présentés ci-après.

Notes

1 Les définitions du waqf sont nombreuses : on se reportera, outre, l’Encyclopédie de l’Islam, « waqf », à CLAVEL Le waqf ou habous, SEKALY, BUSSON DE JANSSEN « Les waqfs dans l’Islam contemporain », SHAKANKIRI « La notion de « bien » dans la philosophie juridique musulmane », et, en général à tout ouvrage traitant du waqf.

2 BAER, o.c. pp. 79-80. 1 feddan = 0,42 ha.

3 id. pp. 81-82. cf aussi le texte de HANKI présenté en annexe II.

4 cité in SEKALY, o.c. p. 117. cf pour cette période, SEKALY, pp. 110-126 et 277-307, BUSSON pp. 25-28.

5 cf. outre HANKI (annexe II), les annexes XIII, XIV, XV, XVI (pp. 402-454 et 601-614) à SEKALY.

6 cf infra annexe II.

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter