Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La fuite en Égypte

 | 
Jean-Claude Vatin

Voyageurs à l'œuvre

« En retour »

Philippe Cardinal

Entrées d'index

Texte intégral

1Le thème du « retour » occupe une place importante dans la littérature nilotique contemporaine. D’où rentre-t-on ? D’où revient le héros transporté ? De France, bien sûr, et d’Angleterre, des Etats-Unis d’Amérique. De l’Occident.

2Mais dans les romans ou les nouvelles qui traitent de ce thème, ce qui intéresse c’est moins « l’aventure occidentale » en tant que telle que le moment, le temps du retour.

3Plutôt que d’en traquer les nombreuses occurences, on s’attachera ici à montrer la diversité des aspects et des traitements de ce thème, à en suivre l’évolution.

4Le roman de Yahya Haqqi, La lampe d’Oum Hachem écrit en 1944, introduit le lecteur dans une famille typiquement cairote. Au début du siècle, le père, Ragab, est monté de son village pour s’établir dans la capitale ; il choisit d’habiter à proximité de la mosquée qu’il vénère, celle de Sayyeda Zeynab, dont son propre père l’obligeait, enfant, à baiser le seuil, lors de leur venue annuelle au Caire. Sans réussir à faire vraiment fortune, il devient un commerçant prospère, un marchand de graines dont le magasin est situé sur la place de la mosquée. Dans celle-ci, révéré par tout le quartier pour son zèle religieux, le cheikh Dardiri entretient un curieux négoce :

« Hommes et femmes venaient lui demander un peu d’huile de la lampe d’Oum Hachem pour soigner leurs yeux et ceux de leurs proches, car l’huile bénie guérissait ceux dont l’âme était éclairée par la flamme de la foi. Mais celui qui avait perdu la vue intérieure ne pouvait espérer retrouver l’usage de ses yeux ».

5Profitant de sa relative prospérité, Ragab décide — au milieu des années 20— d’envoyer son dernier fils, Ismaïl, étudier « à l’étranger » :

« A l’étranger, mot plein d’une résonnance magique, mot qui s’insinuait, tel un djinn équivoque, inquiétant, dans cette demeure où la lecture du Coran ne s’interrompait pas, où la Loi était la Science et la Vérité ».

6La décision de Ragab est prise, Ismaïl partira pour l’aventure occidentale, dans le froid de l’Europe, et ainsi s’adresse-t-il à lui :

« Mon fils, Je te recommande de vivre à l’étranger comme tu as vécu ici jaloux de ta foi fidèle à tes devoirs... Si tu te laisses aller une seule fois, tu ne sais pas où cela te mènera. Nous voulons que tu nous reviennes, mon fils, couronné de succès, pour faire honneur à notre famille devant le monde ».

7Ismaïl part. Il reste absent sept ans. Sept ans pendant lesquels son père n’a Jamais manqué de lui expédier régulièrement des subsides, même si, son commerce ayant été affecté par la conjoncture de la crise internationale du début des années 30, il a dû pour cela se nourrir et nourrir le reste de sa famille de radis et de fèves.

8Ismaïl revient, « couronné de succés » en effet, puisqu’il est devenu médecin, spécialiste d’ophtalmologie. Mais le regard qu’il porte sur son propre pays, sur les siens, a changé ; il est devenu plus négatif même que pourrait l’être celui d’un Européen. Tout le déçoit, le choque. Sa maison : « Elle était beaucoup plus petite et beaucoup plus sombre que dans l’image qu’il en avait gardée ». Sa famille :

« Plus tard Ismaïl devait avouer que, même à cet instant, alors que la joie de se retrouver parmi les siens n’aurait dû laisser la place à aucune autre pensée, il n’avait pu s’empêcher de se demander comment il pourrait vivre parmi eux, comment il pourrait trouver la paix de son âme dans cette maison ».

9La jeune fille qu’il doit épouser est là, car elle vit sous le toit des parents d’Ismaïl :

« Etait-ce là la femme qui devait devenir la sienne ? Il comprit tout de suite qu’il ne pourrait rester fidèle à son serment. Et pourquoi avait-elle les yeux bandés ? Pour le regarder en face elle devait lever le menton L’ophtalmie dont elle souffrait depuis son départ n’avait fait qu’empirer ».

10Vient le moment du traitement :

« Ismaïl vit Fatima s’étendre par terre et renverser la tête sur les genoux de sa mère. Celle-ci qui tenait un petit flacon à la main, versa dans les yeux de la Jeune fille quelques gouttes d’un liquide qui la fit gémir de douleur.
– Qu’est-ce que c’est mère ? demanda-t-il…
– De l’huile de la lampe d’Oum Hachem J’ai pris l’habitude de lui en mettre dans les yeux tous les soirs. (...)
Ismaïl bondit comme s’il avait été mordu. N’était-ce pas extraordinaire que lui, l’ophtalmologue, dût voir, le soir même de son retour, comment on traitait les ophtalmies dans son pays ? »

11Ismaïl entre dans une colère noire, gronde sa mère dont il fustige la superstition et voue aux gémonies Oum Hachem, sa lampe et son huile. Le père intervient alors : « Est-ce là ce que tu as appris à l’étranger ? Est-ce là ce que nous avons gagné : que tu nous reviennes impie ? » Mais Ismaïl n’écoute pas son père, il sort, se rend à la mosquée de Sayyeda Zeynab, et là se met à fracasser à grands coups de canne la lampte à huile d’Oum Hachem. Ismaïl manque se faire lyncher par les fidèles et ne doit d’avoir la vie sauve qu’à l’intervention du cheikh Dardiri.

12Si l’on a choisi de présenter de longs extraits du livre de Yahya Haqqi, c’est que l’on ne trouvera nulle part ailleurs plus complètement filée la métaphore lumineuse du fils parti chercher la lumière en Europe et qui, de retour au pays se fait un devoir de rendre la lumière à ses compatriotes. Car, bien sûr, le premier moment de révolte passé, le protagoniste de La lampe d’Oum Hachem, se consacre au service de la communauté.

13A travers cette thématique de la lumière, de la vision et de l’aveuglement – ici fort explicitement représentée par le trachome – se trouve probablement l’illustration la plus accomplie de l’attitude du héros parti au loin, en Europe, en Occident, et revenu. Ou plutôt : l’illustration de l’une de ses attitudes.

14Rentré chez lui, ce qui se passe en lui, autour de lui, dépend de la façon dont a été vécu le voyage.

15Et, dans ce premier cas, cette première attitude, il est clair que celui-ci a été vécu comme un voyage initiatique, un apprentissage, une quête de la science — un talab el-’ilm. Les voyageurs des années 20 et 30 ont bien le sentiment de mettre leurs pas dans ceux de Rif’at el-Tahtawi. Si le voyage a donc été ainsi vécu, dès lors le retour ne va pas poser de problème fondamental, même s’il peut s’accompagner de difficultés d’adaptation, de heurts avec une réalité oubliée, ainsi qu’on vient de le montrer à travers la révolte d’Ismaïl, le héros de Yahya Haqqi, remis en présence des coutumes, des pratiques superstitieuses des siens. On en présentera un second exemple avec la redécouverte de la campagne égyptienne par les yeux du protagoniste d’un roman de Tewfik el-Hakim, L’âne de sagesse.

16Retour d’Europe, celui-ci est amené à piloter une équipe de cinéma — qui doit tourner un film dont il est l’auteur du scénario — dans cette campagne égyptienne qu’il a eu le temps d’oublier :

« L’auto bifurque, puis s’enfonce dans un étroit chemin de terre qui mène au village. Elle roule lentement parmi des amas de fumier et d’ordures. Sur notre passage surgissent des chiens qui aboient, des groupes de gamins, enfants de paysans, couverts de loques et de mouches qui leur mangent les cils et les yeux ». Et, plus loin : « Je regardai attentivement ce gamin pâle, maigre, et me revinrent en mémoire les paroles d’un médecin : pas un enfant dans la campagne égyptienne dont le corps ne soit rongé d’anklastomiase, de bilharziose. Ces maladies atteignent même le cerveau, font baisser le niveau mental, éteignent la flamme de l’intelligence ».

17Il est surprenant qu’on ait là davantage l’Impression d’entendre une voix qui pourrait être celle d’un de ces « voyageurs » du début du siècle que celle d’un Egyptien. A cet égard, plus explicite encore est la confrontation des deux regards, celui de l’Egyptien revenu et celui des Européens en visite, telle que la met en scène Tewflk el-Hakim :

« C’était la campagne sale que j’ai toujours connue. Rien à en espérer aujourd’hui, sinon la désolation, le malheur, l’amertume. Je regrettais d’être venu. J’étais envahi de tristesse. Je me tournais vers mes compagnons et je vis leurs visages déborder de joie, de gaieté, d’admiration ; le metteur en scène hochait la tête en disant à sa collaboratrice :
— Regardez ! C’est beau !... Merveilleux... Tout cela est vraiment beau et merveilleux !
Mon regard se portait tantôt sur leurs yeux grand ouverts d’étonnement, tantôt sur ce spectacle qu’ils contemplaient avec tant d’admiration, tant d’émerveillement Je ne trouvais rien qui mérite de pareils qualificatifs. Le metteur en scène aperçut sur le toit d’une des maisons une jeune fille sale qui surgissait parmi la boue et le bois sec, en même temps qu’une chatte égarée et farouche. Toutes deux avaient la face éclaboussée de boue et de saleté ; toutes deux avaient l’apparence de créatures inférieures. L’homme braqua son appareil de photo sur cette scène, satisfait et joyeux. Je lui dis, irrité :
— Vous trouvez que c’est beau ?
— Absolument
— Ces misérables créatures, toutes sales ?
— Oui, elles sont plus belles d’un point de vue esthétique que des créatures vêtues de robes de soirée pour le bal du palais impérial de Petersbourg ».

18Pour Tewfïk el-Hakim, ainsi qu’il l’exprime dans un essai paru en 1933, Le retour de l’esprit, l’Égypte est dans un pitoyable état, malade, quasiment morte ; et il ne sera possible de la ressusciter qu’en lui insufflant la science, les lumières. Cette idée, ce thème du retour de l’esprit vital vient consoner pour nous avec le mythe pharaonique d’Osiris redonnant le souffle vital au pharaon mort. Mais aussi bien pourrions-nous évoquer la plus connue des œuvres du célèbre sculpteur égyptien, Moukhtar, Le réveil de l’Égypte — laquelle trône au Caire depuis des décennies devant le lieu où l’esprit souffle, l’université — où le voile soulevé est là pour figurer ce retour de la lumière.

19Ce thème est tellement présent dans l’œuvre des grands littérateurs égyptiens des années 30, 40, 50, qu’il a été possible, et légitime, de faire une étude, une thèse, dont le sujet était le thème de la mort et de la résurrection dans l’œuvre de Taha Hussein, auteur sur la vie et l’œuvre duquel nous allons revenir.

20Cette renaissance, cette résurrection dont il est question dans Le retour de l’esprit, comme dans maints autres ouvrages de Tewfik el-Hakim, ne lui parait possible que par et grâce à l’Europe. Ce discours n’est plus guère tenu aujourd’hui ; on attend plutôt que l’Égypte compte sur ses propres forces et qu’elle ne considère plus comme aussi Indispensable, comme aussi salvateur, le recours à l’esprit européen — nous y reviendrons également.

21Si l’œuvre de cet Oiseau d’Orient que fut Tewfik el-Hakim témoigne de l’aventure occidentale qui nous occupe ici, sa personne, sa personnalité, en témoignaient tout autant. Car Tewfik el-Hakim manifestait par beaucoup de gestes et d’emblèmes qu’il était de ceux qui étalent partis et revenus.

22D’autres que lui, bien sûr, connurent cette aventure, aventure de la connaissance qui fonda l’existence et l’œuvre d’un Hussein Faouzi ou d’un Louis Awad, qui, s’ils ne pratiquèrent pas le roman, s’illustrèrent dans de multiples domaines de la science, du savoir et des arts. Sans doute n’est-il pas inutile de remarquer que leurs épouses, comme celles de Taha Hussein et de Yahya Haqqi, sont françaises, et que le choix de ce lien est certainement une des manifestations de leur rapport Intime à la civilisation et à la culture de la France, de l’Europe.

23Si Taha Hussein peut à juste titre être considéré comme l’exemple et le symbole vivant de ce parcours — puisque, revenu dans son pays, il contribuera activement à le transformer, par son action politique, universitaire, artistique —, il n’en est pas moins le premier à mettre en question le modèle optimiste que nous avons évoqué jusqu’à présent.

24Le séjour à l’étranger peut être vécu comme un apprentissage, un voyage initiatique, mais il peut aussi — deuxième avatar du thème, deuxième attitude — conduire le héros à sa perte. Dans La lampe d’Oum Hachem de Yahya Haqqi, à la veille du départ d’Ismaïl pour l’Europe, son père le met ainsi en garde : « Si tu te laisses aller une seule fois, tu ne sais où cela te mènera. (...) Ne cède pas à la tentation des femmes d’Europe ! Elles ne sont pas faites pour toi, pas plus que tu n’es fait pour elles ». Ces femmes d’Europe dont la fiancée d’Ismaïl s’était laissée persuader « qu’elles se promenaient à moitié nues, qu’elles étaient expertes en l’art de séduire. Si Ismaïl partait, Fatima ne pouvait dire comment il reviendrait, si jamais il revenait ».

25Ismaïl revint, nous le savons, en pleine possession de ses moyens, prêt à faire bénéficier les siens des lumières acquises à Paris, ce même Paris où le héros du très beau roman de Taha Hussein, Adib (1935) — qui porte en sous-titre « ou l’aventure occidentale » — lui, se perdra. Au début du roman, il se plaît à évoquer ce qui ne va pas manquer d’être l’attitude de ses parents en apprenant son départ :

« Quelle ne sera pas leur douleur en apprenant que Je vais vivre dans cet étrange et lointain pays dont les mœurs et les modes de vie sont si différents des nôtres ; pays dont ils ne savent rien sinon que c’est le pays de la séduction de la frivolité, la patrie des Jouisseurs et des effrontés ».

26Avant même son départ, Adib pressent qu’il va effectivement se perdre à Paris :

« J’en suis sûr, je commettrai des fautes, je plongerai dans le péché : ces erreurs, cette chute, Je veux être seul à en supporter les fatales conséquences ».

27Le livre est le récit de la transformation du héros, de ses tentations, de sa corruption. De celles-ci, il fait lui-même le constat :

« Comme j’ai vite passé d’un état à un autre ! Que je suis changé ! Etais je bon ? Suis-je devenu mauvais ? Ou bien l’ai-je toujours été, simulant la vertu jusqu’au Jour où, arrivé dans ce pays, J’ai déposé le fardeau de la feinte et de l’hypocrisie et me suis apparu dans ma vérité ».

28Et, plus loin, cette question :

« Nai-je tant sollicité cette mission que par le désir d’acquérir une large culture, ou parce que je tenais à franchir ces portes de la tentation scellées en Égypte, et qui en France s’ouvrent d’elles-mêmes ? »

29Les femmes, l’alcool, une curiosité d’esprit débridée le conduiront à la déréliction, à une perte qu’il ne cesse d’appréhender :

« Je crains pour moi le pire et Je sais que si l’Égypte me revoit jamais, elle ne me reverra pas sain d’esprit, capable du moindre achèvement ».

30De fait Adib sombrera dans la folie. Il ne rentrera en Égypte que pour y mourir. Le retour ne pourra s’accomplir dans les règles.

31Une troisième variation sur ce thème de « l’aventure occidentale » sera illustrée par des textes plus récents. Le voyage n’est plus là vécu comme une phase initiatique, non plus qu’il n’est cause de la perte du héros, de sa déchéance.

32Dans les textes que nous allons maintenant mettre à contribution, d’Albert Cossery, de Tayeb Salih et de Nabil Naoum, le retour s’effectue bien, mais celui qui revient n’est nullement porteur de quoi que ce soit, ne se sent investi d’aucune mission, et, rentrant chez lui, non seulement n’est pas un vecteur de modernité, mais encore a pleinement le sentiment d’être décalé, d’être à côté de son propre pays. De plus ce malaise est chez lui stérile, il ne peut le dépasser.

33Cette stérilité est liée à cela que le voyage n’a pas été vécu comme une initiation. Au bout du voyage il n’y avait rien ; le voyage n’a pas tenu ses promesses ; le héros n’a rien appris — qu’il n’aurait pu apprendre autrement, ailleurs — et ne s’est pas transformé.

34Dans Un complot de saltimbanques, roman d’Albert Cossery publié en 1972, le héros part avec la troupe de ceux qui vont — ou sur les traces de ceux qui sont allés — chercher la science et la lumière. Comme dans le roman de Yahya Haqqi, c’est le père de Teymour, le protagoniste du Complot, qui « s’était entiché de l’idée saugrenue de voir son fils acquérir un diplôme ». Mais contrairement aux intentions d’Ismaïl, dans La lampe d’Oum Hachem Teymour ne fait qu’entrevoir

« dans la vanité paternelle un moyen de passer quelques années à l’étranger où, savait-il de source sûre, les plaisirs étaient fascinants et la luxure à son comble. Comme tout Jeune homme confiné dans sa province, il rêvait de mener une vie dissolue. L’occasion lui était enfin offerte de contrôler ces échos enchanteurs touchant l’abondance du vice dans certaines capitales de l’Occident ».

35Teymour n’est pas de ceux qui s’en laissent conter. Le savoir, la connaissance, pour lui, n’existent pas davantage à Paris qu’ailleurs :

« Petit à petit, il en vint à se persuader que c’était perdre son temps et sa jeunesse que d’étudier toutes ces matières insanes destinées à faire de lui un fonctionnaire. En conséquence, il ne s’était inscrit dans aucune université, n’avait acheté aucun livre de chimie, mais, par contre, une garde-robe élégante et coûteuse indispensable à son goût du panache. Au cours de longues nuits, il avait aimé des femmes sublimes et connu toutes sortes d’émotions et d’aventures. Quelques mois de cette existence glorieuse suffirent à lui faire oublier qu’il était là pour obtenir un diplôme ».

36Les années passant, le père vient à s’Impatienter, menace de couper les vivres, exige son retour :

« Anéanti par l’ultimatum paternel, Teymour se trouva dans l’obligation de faire ses bagages et de dire adieu à cette vie plaisante conçue à la mesure de ses ambitions. Mais cela n’était pas aussi simple. Avant de prendre le chemin du retour, il lui fallait se munir d’un diplôme ; il n’était pas question de se présenter devant son père les mains vides. Avisé depuis longtemps déjà qu’il pouvait s’en procurer moyennant finance, il se mit en quête de ce maudit parchemin et, après maintes démarches discrètes, il en acheta un en bonne et due forme — aussi beau qu’un vrai — pour une somme exorbitante qui le rejeta d’emblée au niveau d’un clochard ».

37Rentré en Égypte, Teymour affichera sur le mur de sa chambre son faux diplôme destiné à abuser les siens, à abuser la société. Toutefois le héros d’Albert Cossery n’a pas tout-à-fait renoncé à agir sur sa société ; mais ce ne sont pas le progrès ou les lumières qu’il souhaite y introduire : ce qu’il veut y répandre ce sont les germes de la corruption, le goût de la fête et de la débauche. Utilisant un fait-divers qui met alors en émoi la petite ville de province où vivent et sévissent Teymour et ses complices, ces derniers ridiculisent la police qui croit avoir affaire à un groupe d’authentiques révolutionnaires et être en présence d’un véritable complot, quand celui-ci n’est en fait qu’une farce dérisoire.

38On constaste là un retournement terme à terme du thème, du mythe du retour. C’est en cela que réside le Complot...

39Dans Saison de la migration vers le nord (1969) de l’écrivain soudanais Tayeb Salih, le retour n’est pas non plus celui du porteur de lumière. Si le héros du livre, Mostafa, ne s’est pas perdu en Europe — à Londres —, il a pourtant bien failli le faire, il a failli être Adib. Son intention ne sera pas d’introduire les germes de la corruption dans son village du Soudan. Il va plutôt se mettre en quête d’un nouveau type de relation avec celui-ci, avec son pays et les siens.

40Si l’expérience qu’il a vécue en Angleterre a été très riche, il ne va pas chercher pour autant, de retour au Soudan, à la faire passer dans son environnement. Au contraire même, il enclôt symboliquement dans une pièce à laquelle lui seul a accès, tous les objets et les signes de son « aventure occidentale », ainsi relégués dans une tombe, un mausolée. Seul le narrateur du livre est au courant du passé de Mostafa ; ce sera lui qui découvrira ce sanctuaire après la mort du héros, qui disparaît — accident ou suicide ? — noyé, ou plutôt : repris par les eaux du Nil.

41Le désenchantement de Mostafa est extrême. Même après un voyage réussi — les études brillantes, les œuvres, les expériences en tout genre —, il n’a rien à dire, rien à apporter aux gens du village. Ces gens sont tout aussi sages que celui qui est parti : c’est le contre-pied de l’attitude hakimienne, mais de façon moins agressive que chez Cossery.

42Au narrateur du livre, dont il a fait son exécuteur testamentaire, auquel il confie ses fils, Mostafa écrit :

« (...) veille sur les miens, prodigue à mes enfants assistance et conseils et de grâce, fais-leur éviter dans la mesure du possible l’épreuve du voyage. Qu’Us reçoivent une éducation ordinaire et plus tard fassent un métier utile ».

43Le Retour au temple, de Nabil Naoum, écrit en 1984, présente un héros qui revient, lui aussi d’Occident, des Etats-Unis, où il a connu le succès, enseignant à l’Université de Columbia, et publiant des ouvrages d’archéologie, d’histoire de l’art. De fait ce sont les recherches qu’il mène qui ont déterminé sa venue en Égypte.

44Dès son arrivée, Aziz connaît une crise qui peut faire écho à celles que traversaient les personnages de Tewfik el-Hakim ou de Yahya Haqqi :

« Je me suis rendu dans tous les endroits que J’avais l’habitude de fréquenter, J’ai repris contact avec mes anciens condisciples qui maintenant enseignent à l’université ; Je suis entré dans les mosquées et les églises ; je suis allé chez les antiquaires du Khan el-Khalili ; j’ai téléphoné à tous ceux dont J’avais gardé ou dont j’ai pu me procurer le numéro ; j’ai passé des nuits entières dans les cabarets où se produisent les danseuses et les chanteuses les plus connues ; j’ai vu le Nil passer sous le pont Qasr el-Nil ; J’ai regardé le soleil se lever derrière les pyramides et se coucher derrière la citadelle ; j’ai pris le tramway jusqu’au fin fond de Choubra et J’ai fumé du haschisch dans les fumeries de Batneya et de Maarouf. Ce n’est pas l’Égypte qui a changé mais moi ».

45Ce trouble suscite un véritable malaise auquel un ami de Aziz tente de remédier : « Viens avec moi au Fayyoum, tu y retrouveras l’Égypte », dit Mostafa à Aziz pour tenter d’atténuer la dépression dont celui-ci souffrait depuis son retour au Caire. (...) « Tu verras, les villages sont toujours les mêmes », assurait Mostafa en poursuivant son œuvre de réconfort, sa tentative de restauration, « et quant au temple, c’est une véritable merveille ».

46Non seulement, le héros de Nabil Naoum ne transforme pas son milieu, mais c’est ce milieu qui va reprendre possession de lui. Ce n’est plus le voyage qui est une quête, mais le temps du retour qui devient, lui, tentative, quête de réenracinement — comme c’était le cas aussi pour le protagoniste de Saison de la migration vers le nord. C’est le pays qui va transformer le héros, le pays qui va prendre sur lui une emprise qu’il n’avait jamais eue.

47Cette métamorphose du héros aura fort symboliquement lieu dans le temple où Aziz, archéologue formé aux Etats-Unis, va se mettre au travail. Et ce sera donc ce temple, dédié au dieu Sobek, le dieu crocodile — dieu du Nil par excellence —, qui sera l’agent de la reprise de possession du héros par les forces mêmes du pays. Ce lieu où le héros a choisi de revenir est un lieu magique qui, bien loin de s’offrir à la pitié réformatrice de celui-ci, va — au contraire — le réformer, le transformer.

48Intéressantes également sont deux nouvelles du même auteur. L’anneau nuptial et Youssef Mourad Morcos. Dans L’anneau nuptial, le protagoniste est un homme dont il est dit qu’il a longtemps vécu en Europe. Celui-ci se trouve contraint de faire une visite de propriétaire sur des terres appartenant à son épouse. Comme les personnages de Yahya Haqqi ou de Tewfik el-Hakim, il est heurté par les odeurs, la saleté, l’arriération dont il est le témoin. Il se trouve obligé de passer la nuit sur le domaine et finit par être victime d’un complot rural ourdi par l’intendant du domaine et le cheikh du village, complot fomenté en fait par sa femme avec la complicité des gens du village, et au terme duquel il sera dépouillé de toute sa fortune.

49Dans Youssef Mourad Morcos, le personnage qui est rentré, revenu au pays — et dont le changement, même physique, est longuement détaillé —, sera dépouillé lui aussi, assassiné, victime, lui également, d’un complot ourdi par « le pays ».

50On assiste là à un autre retournement du thème, tout se passant comme si, d’avoir vécu des années à l’étranger, avait affaibli les protagonistes, les avait rendus victimes des forces du pays.

51Tout se passerait en fait comme si — depuis le temps d’une « aventure occidentale » vécue comme un voyage initiatique duquel on fait retour, porteur d’une lumière qu’on a charge d’apporter, de transmettre au pays — le thème s’était peu à peu transformé, et même retourné ; comme si, finalement, l’attrait, la puissance avaient changé de camp, comme si « l’espace magique » n’était plus cet ailleurs où l’on se rend, mais ce pays même où l’on revient ; comme si, au cours du siècle écoulé, le débat littéraire sur ce thème s’était illustré par un conflit de puissance entre Vallée du Nil et Occident, et que ce conflit se soldait par la revanche progressive de la Vallée du Nil sur l’Occident

Auteur

Ecrivain et journaliste

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540