Version classiqueVersion mobile

Essayons d’en rire !

 | 
Ghislaine Alleaume
, 
Farida Gad El-Hakk

Les Égyptiens par eux-mêmes

La viande

Texte intégral

1L’accroissement de la demande, l’insuffisance de la production, sont sans doute les causes essentielles de l’augmentation régulière des prix de détail qui, de surcroît, restent toujours supérieurs aux tarifications en vigueur, à la seule exception du réseau de distribution des coopératives d’Etat. La viande devient alors comme le symbole de l’augmentation des prix alimentaires, jusque là dernier secteur de la consommation où se maintenait une relative stabilité.

2En 1980. la hausse se fit plus sensible encore et la presse dans son ensemble publia des centaines de nokta sur le thème (nos 46-47). A l’approche de la fête du Grand Bairam, occasion de grandes ripailles, que chaque famille s’efforce de célébrer en égorgeant un mouton, le gouvernement prend des mesures draconiennes. Pour tenter de remédier à l’insufissance du cheptel, l’abattage des femelles est interdit (n° 51). De plus, durant le mois de septembre l’abattage est suspendu et pendant quatre semaines les boucheries restent fermées (nos 48-51). Enfin, les contrôles sur les prix, à la réouverture du marché, sont renforcés et les infractions lourdement sanctionnées.

3Les quelques dessins réunis ici ne donnent qu’une idée très partielle des réactions suscitées. A en croire la presse, la crise touchait un point sensible. Faut-il rappeler, comme beaucoup l’on fait, que bien des pauvres bougres dont les fèves sont l’ordinaire, n’étaient pas concernés par le problème (n° 52) ou conclure avec Rakha que bientôt le Kebab sera si cher, et partant si rare, que les générations futures ne sauront plus même le sens du mot (n° 53) ?

LES BOUCHERS

LES BOUCHERS

– Quelle joie de vous voir, mon bon Monsieur !! C’est votre rendez-vous annuel ?!!
Al-Akhbar, 9/VII/80 (Mustafa Hussein)

LES BOUCHERS

LES BOUCHERS

– Et le billet de théâtre à quatre ou cinq livres, vous trouvez ça normal ?
Al-Ahram, 29/VII/80 (Salah Jahin)

De droite à gauche : – A mon avis, la solution serait de créer une banque qu’on baptiserait Banque de l’Entrecôte et qui serait une immense chambre froide. La banque ferait des versements de viande, selon des crédits à long terme pour la viande avec os et pour la viande sans os, une garantie immobilière serait requise.
– En fait, la solution idéale serait de suspendre l’abattage des femelles... et rien n’est plus facile. On distribue dans toutes les étables du secteur public et du secteur privé un tract informant toute femelle qui penserait qu’on a l’intention de l’abattre, qu’il lui suffit de nous passer un coup de fil pour que nous soyons aussitôt sur place.
– La crise est avant tout due au manque de fourrage. La meilleure solution à mon avis, serait que nous versions 40 piastres par jour à chaque taureau pour qu’il prenne en charge sa propre alimentation, celle de sa femme et de ses petits veaux... Ils mangeront ce qu’ils voudront et pas forcément du fourrage mais aussi des fèves, du fromage, « des douceurs, des bonbons, tout ce qui leur semble bon ! » (*)
(*) Cette dernière phrase est la reprise du slogan d’une publicité télévisée.
Al-Akhbar, 18/III/80 (Mustafa Hussein)

APRES L’INTERDICTION D’ABATTRE LE BETAIL ET DE VENDRE LA VIANDE, POUR UNE DUREE D’UN MOIS

APRES L’INTERDICTION D’ABATTRE LE BETAIL ET DE VENDRE LA VIANDE, POUR UNE DUREE D’UN MOIS

Le maître : – Expliquez ce vers :
Si l’espoir devient réalité, nous vivrons dans l’aisance. Sinon, du moins aurons-nous vécu dans l’espérance
L’élève : – Ce vers signifie que si le prix de la viande baisse fin septembre, tout sera pour le mieux... et que si jamais il ne baisse pas, au moins on se sera reposé de sa cherté pendant un mois !
Al-Ahram, 3/IX/80 (Salah Jahin)

INTERDICTION DE L’ABATTAGE

INTERDICTION DE L’ABATTAGE

Au-dessus de la porte : Ambassade d’Egypte en...
— Ils demandent tous l’asile politique en Egypte !
Al-Akhbar, 15/IX/80 (Mustafa Hussein)

INTERDICTION D’ABATTRE LES FEMELLES

INTERDICTION D’ABATTRE LES FEMELLES

– Alors quoi, patron ! T’es beurré ou quoi... Tu sais pas qu’il est interdit d’abattre les femelles ??!
Al-Akhbar, ll/IX/80 (envoi d’un lecteur)

– Salut, patron ! Pourquoi t’étais fermé, le mois dernier., rien d’grave, j’espère ?!
Al-Akhbar, 9/X/80 (Mustafa Hussein)

LES TROIS GENERATIONS ET LE KEBAB

LES TROIS GENERATIONS ET LE KEBAB

Le grand-père : – De mon temps, le kebab était à 5 piastres !
Le père : – De mon temps, il était à 20 piastres !
Le petit-fils : Dis, pépé, qu’est-ce que ça veut dire kebab ?!
Al-Akhbar, 19/IV/80 (Rakha)

Table des illustrations

Titre LES BOUCHERS
Légende – Quelle joie de vous voir, mon bon Monsieur !! C’est votre rendez-vous annuel ?!!Al-Akhbar, 9/VII/80 (Mustafa Hussein)
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/2447/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre LES BOUCHERS
Légende – Et le billet de théâtre à quatre ou cinq livres, vous trouvez ça normal ?Al-Ahram, 29/VII/80 (Salah Jahin)
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/2447/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 94k
Légende De droite à gauche : – A mon avis, la solution serait de créer une banque qu’on baptiserait Banque de l’Entrecôte et qui serait une immense chambre froide. La banque ferait des versements de viande, selon des crédits à long terme pour la viande avec os et pour la viande sans os, une garantie immobilière serait requise.– En fait, la solution idéale serait de suspendre l’abattage des femelles... et rien n’est plus facile. On distribue dans toutes les étables du secteur public et du secteur privé un tract informant toute femelle qui penserait qu’on a l’intention de l’abattre, qu’il lui suffit de nous passer un coup de fil pour que nous soyons aussitôt sur place.– La crise est avant tout due au manque de fourrage. La meilleure solution à mon avis, serait que nous versions 40 piastres par jour à chaque taureau pour qu’il prenne en charge sa propre alimentation, celle de sa femme et de ses petits veaux... Ils mangeront ce qu’ils voudront et pas forcément du fourrage mais aussi des fèves, du fromage, « des douceurs, des bonbons, tout ce qui leur semble bon ! » (*)(*) Cette dernière phrase est la reprise du slogan d’une publicité télévisée.Al-Akhbar, 18/III/80 (Mustafa Hussein)
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/2447/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
Titre APRES L’INTERDICTION D’ABATTRE LE BETAIL ET DE VENDRE LA VIANDE, POUR UNE DUREE D’UN MOIS
Légende Le maître : – Expliquez ce vers :Si l’espoir devient réalité, nous vivrons dans l’aisance. Sinon, du moins aurons-nous vécu dans l’espéranceL’élève : – Ce vers signifie que si le prix de la viande baisse fin septembre, tout sera pour le mieux... et que si jamais il ne baisse pas, au moins on se sera reposé de sa cherté pendant un mois !Al-Ahram, 3/IX/80 (Salah Jahin)
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/2447/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
Titre INTERDICTION DE L’ABATTAGE
Légende Au-dessus de la porte : Ambassade d’Egypte en...— Ils demandent tous l’asile politique en Egypte !Al-Akhbar, 15/IX/80 (Mustafa Hussein)
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/2447/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 83k
Titre INTERDICTION D’ABATTRE LES FEMELLES
Légende – Alors quoi, patron ! T’es beurré ou quoi... Tu sais pas qu’il est interdit d’abattre les femelles ??!Al-Akhbar, ll/IX/80 (envoi d’un lecteur)
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/2447/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Légende – Salut, patron ! Pourquoi t’étais fermé, le mois dernier., rien d’grave, j’espère ?!Al-Akhbar, 9/X/80 (Mustafa Hussein)
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/2447/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Titre LES TROIS GENERATIONS ET LE KEBAB
Légende Le grand-père : – De mon temps, le kebab était à 5 piastres !Le père : – De mon temps, il était à 20 piastres !Le petit-fils : Dis, pépé, qu’est-ce que ça veut dire kebab ?!Al-Akhbar, 19/IV/80 (Rakha)
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/2447/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 111k

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search