Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La fuite en Égypte

 | 
Jean-Claude Vatin

Voyageurs à l'œuvre

Les avatars d’un « récit de voyage » : la relation de Granger

Maurice Martin

Entrées d'index

Texte intégral

  • 1 VANSLEB, Nouvelle relation en forme de Journal de voyage fait en Égypte, Paris, 1677. Relation du v (...)

1Les conditions précaires dans lesquelles se sont effectués les voyages en Égypte à la fin du xviie siècle et au début du xviiie, disons depuis Vansleb jusqu’à Granger1, celles qui ont ensuite présidé à la rédaction de leur relation et enfin à leur publication sont telles qu’on a grand avantage, malgré la diversité des auteurs, à considérer leurs œuvres comme une sorte de corpus homogène où renseignements d’une part, ont souvent la même source et textes d’autre part, voyagent d’un livre à l’autre. La prise en compte de cette situation est, bien entendu, nécessaire pour apprécier la valeur des informations transmises. Je grouperai mes observations autour des rapports entre Claude Sicard et Granger, plus précisément sur le texte du Discours sur l’Égypte de Sicard, une série de recherches occasionnelles accompagnées d’heureuses trouvailles m’ayant permis de mieux cerner le mécanisme de ses transferts et adaptations.

  • 2 S. SAUNERON, Villes et légendes d'Égypte. Le Caire, 1983, p. 129-148.

2Le voyage en Égypte, dès qu’on quittait la route d’Alexandrie au Caire pour explorer le Delta et plus encore s’aventurer au Saïd, était à cette époque plein d’obstacles presque insurmontables – tous les récits abondent en longs détails sur les dangers courus. Aussi, bien souvent le voyageur ne pouvait-il atteindre son but : Vansleb vise Esna mais s’arrête à la hauteur de Sohag et Paul Lucas, qui n’a pu dépasser Armant, voudrait nous faire accroire qu’il est allé jusqu’à Assouan. Fort heureusement pour eux, au Caire, les consulats, les couvents de missionnaires, les marchands étrangers, tous à leur façon assurant une permanence continue, non seulement accueillent le voyageur mais encore recueillent, conservent et transmettent les informations réunies par des prédécesseurs plus chanceux. C’est ainsi que M. Thévenot et Vansleb ont transcrit la description des régions de Haute Égypte visitées auparavant par les capucins Protais et Charles-François et qu’eux-mêmes n’avaient pu atteindre2.

3C’est ainsi encore qu’on pourra abondamment puiser au Caire, auprès des uns et des autres, dans les papiers, cartes et plans laissés par Sicard après sa mort survenue en 1726 ; nous y reviendrons.

  • 3 J.-M. CARRE, Voyageurs et écrivains français en Égypte, Le Caire, 1956, I p. 45.
  • 4 M. MARTIN, "Souvenirs d'un compagnon de voyage de Paul Lucas en Égypte (1707)" in Hommages à la mém (...)
  • 5 VIVIELLE, "Note sur une carte manuscrite du voyage de P. Lucas aux cataractes du Nil", in Congrès I (...)

4Vient ensuite la rédaction du récit de voyage, sa relation. Ne demandez pas à Lucas, dont le métier est antiquaire – au sens moderne du mot et non à celui de son temps : un humaniste curieux de l’Antiquité – venu en Orient pour fournir de monnaies, manuscrits et objets anciens le Cabinet du Roi et sa propre boutique, de tenir la plume : un académicien de Paris qui, lui, n’a jamais posé le pied en Égypte s’en chargera3. D’où la distance entre ce que Lucas aurait vraisemblablement écrit4 et ce qu’on mettra sous son nom... Quitte à combler les trous de son information avec les textes d’Hérodote, Strabon ou Diodore, non sans risque : voir la description de la cataracte d’Assouan calquée sur les chutes du Niagara et appuyée d’un dessin probant5.

  • 6 Revue des Études Anciennes 3, 1901. p. 238-249.

5Personne ne s’est encore occupé de réviser la traduction française du texte de la Nouvelle Relation de Vansleb sur son original italien qui subsiste cependant à la B.N. : vu les démêlés du personnage avec ses commanditaires, ce serait sans doute un travail fructueux. Dans la Description de l’Égypte du consul de Maillet remaniée par l’abbé Le Mascrier (1735), il est difficile de discerner ce qui tient à la plume du rédacteur final de ce qui vient de Maillet. Or tel n’est pas le cas de bien des écrits de Sicard, et en particulier de son Discours sur l’Égypte édité en 1729, ni de la Relation de Granger, qui mourut en 1736. Ce dernier, bien officiellement chargé d’explorer l’Égypte ancienne, est un médecin passionné de botanique et non un spécialiste de l’histoire ou de la géographie de l’Antiquité. On le voit herboriser tout au long de ses courses et on sait qu’il envoyait au Jardin des Plantes du roi des spécimens rares6 – mais aucun résultat de ses recherches propres n’apparaît dans sa Relation, ce qui est bien surprenant : l’explorateur et le rédacteur ne seraient-ils pas ici également des personnages différents ?

6Et les avatars de la production de l’œuvre ne s’arrêtent pas là. Elle est destinée en Europe à un public de « curieux » dont on doit satisfaire les goûts et de savants dont il faut respecter les positions : ce pourquoi Lucas ou de Maillet remettent entre leurs mains la composition finale de l’ouvrage, mais ce que, expérience faite, refusa Sicard, et mal lui en prit. Lui n’est pas un voyageur de passage mais réside quatorze années en Égypte ; arabisant, il n’a pas besoin, tel Lucas ou Granger, d’un drogman qui l’accompagne, il a accès direct aux sources locales, orales ou manuscrites ; de même, bon helléniste et latiniste, il a pu constituer un fichier nourri de tout ce que les Anciens ont écrit sur le pays, pour identifier lieux et monuments qu’il visite systématiquement, tout en relevant les inscriptions qui confirment ses positions. Le voici donc bien armé pour le grand œuvre qu’il compose : un parallèle site à site de l’Égypte ancienne et de la moderne. Hélas, il vit en Égypte, y reste et meurt sans pouvoir contrôler ce qu’on publie de lui à Paris, encore moins y éditer la somme de ses recherches.

  • 7 Claude SICARD. Œuvres. Le Caire. 1982,1 p. 53-54.

7On connaît son indignation devant le traitement subi par ses trois premières relations de voyage dans le Delta, au Wadi Natroun et au Saïd, adressées au P. Fleuriau, procureur des jésuites d’Orient à Paris, et publiées par lui sous forme d’une lettre unique au comte de Toulouse7. Ses protestations n’empêchèrent pas le même éditeur de récidiver en remaniant, moins profondément toutefois, les relations suivantes de ses voyages à St. Antoine, St. Paul et au Sinaï. Que serait-il advenu de son manuscrit du Parallèle géographique de l’Égypte ancienne et de l’Égypte moderne dont le texte était rédigé, pour lequel il attendait, afin de l’illustrer, un dessinateur, arrivé trop tard juste après sa mort ? Pourquoi l’ouvrage n’a-t-il jamais été édité, ni même conservé en manuscrit sauf un quart environ ? C’est en recherchant, vainement, s’il n’en subsistait pas une copie plus complète encore ignorée, que je puis donner un début de réponse à ces questions après avoir rencontré... Granger.

8J’ai dit que l’exploration de l’Égypte s’est d’une certaine façon publiée en commun à partir d’un fonds d’informations et de papiers qui demeurait au Caire dans les consulats, les couvents et les maisons de marchands. Ainsi Thomas Shaw publie dans ses Travels or observations related to several parts of Barbary and the Levant (1738) une longue description de la grande pyramide par Sicard, aux mesures extrêmement précises, qu’on ne possède pas autrement. R. Pococke, vers la même époque, trouve au Caire un exemplaire de la grande carte d’Égypte de Sicard ainsi que ses plans des monastères de St. Antoine et de St. Paul. Beaucoup plus tard, le géologue R. Fourtau eut la bonne chance de mettre la main sur une copie de la relation par Sicard de son voyage à ces mêmes monastères, bien plus complète et évidemment plus fidèle que celle éditée par Fleuriau. À ceci, rien de plus naturel : Sicard était le premier étranger à visiter longuement et en détail le pays entier, ses amis de la colonie française d’alors qui en étaient curieux recopiaient ses mémoires et faisaient des extraits de ses lettres ; c’est dans cette réserve qu’on puisa d’abord. Or la plupart des marchands français de l’époque étant méridionaux comme Sicard même, on s’en rend bien compte en dressant la liste de ses connaissances et correspondants, c’est donc maintenant en Provence qu’on a le plus de chance de rencontrer des restes ou des traces de ses écrits.

  • 8 M. MARTIN, "Un tour du lac Qarûn en 1717", in BIFAO 87. 1987, p. 265-268. Je n'ai repéré qu'un seul (...)
  • 9 P. 3 de l'Avertissement de l'auteur du manuscrit. « L'histoire qu'on ne manquera pas de donner au p (...)

9J’ai pu inspecter à la bibliothèque d’Apt (Vaucluse) un curieux manuscrit anonyme, sans doute composé par un marchand marseillais vers 1728, qui dit avoir trouvé au Caire, par trois fois, chez des amis de Sicard, certains de ses papiers très en désordre dont il se servira abondamment pour rédiger sa propre Histoire de l’Égypte. En fait, il ne semble avoir utilisé que le Discours dont il suit strictement l’ordre tout en y insérant le récit de ses propres visites d’Alexandrie et du Caire et de ses excursions à Matariya et Saqqara. Le manuscrit serait donc d’assez maigre intérêt s’il ne contenait également des cartes, plans et dessins dont un grand nombre remontent certainement à Sicard, en particulier une carte du lac Qarûn tout à fait remarquable pour l’époque et plus fiable que celle de la Description de l’Égypte8. L’auteur n’a pas eu accès au texte du Parallèle qui se trouvait alors à Paris et dont il ne pouvait qu’espérer l’édition9.

  • 10 M. MARTIN, "Granger est-il le rédacteur de son voyage en Égypte ? " in Annales Islamologiques 19. 1 (...)

10Granger vint plus tard en Égypte, en 1730-1731, plus rapidement en 1733, toujours à la suite du consul au Caire Pignon (1730-1735), son ami ou plutôt même son protecteur. Une lettre du supérieur des jésuites du Caire datée de mars 1731 nous apprend que Pignon « travaille à faire une relation des antiques monuments d’Égypte (et vient) fourni des Mémoires du P. Sicard, lesquels lui ont été remis par Mgr de Maurepas », alors ministre de la Marine. Pignon, selon la même lettre, aurait cherché, mais sans succès, à se procurer une copie du Parallèle. Cette lettre invitait donc à regarder de près le texte de la Relation : ne pouvait-il s’y trouver quelques traces de notes perdues de Sicard ? Quelques traces, oui, il en est, concernant la géographie ancienne du Fayoum, mais selon toute vraisemblance antérieures à la rédaction du Parallèle et de toute façon infimes10. Par contre, grand fut mon étonnement de constater que près d’un cinquième de la Relation est constitué des textes mêmes du Discours sur l’Égypte. Cela saute aux yeux quand on compare les chapitres 13-15 de la première aux 2-4 du second, puis la description du Caire et d’Alexandrie chez l’un et chez l’autre, celle du monastère de St. Antoine (cette dernière provenant de la Relation de voyage dans les déserts de Basse Thébaïde), et bien d’autres passages plus brefs encore. On est ainsi conduit à distinguer dans le livre de Granger deux parties distinctes imbriquées l’une dans l’autre : un diaire de voyage ou de route où les monuments rencontrés sont mesurés plus que décrits, et des généralités sur l’Égypte, son climat, sa fertilité, ses productions, le Nil, les villes, etc. qui sont d’une autre main, celle de Pignon lui-même sans doute, si l’on se rappelle que c’est à lui que sont confiés par Maurepas les papiers Sicard en vue d’aider ses recherches, lui qui introduit Granger en Égypte, et vraisemblablement lui encore (voir « l’Avis du libraire » au début de la Relation) qui publia le livre...

  • 11 M. MARTIN, "Sicard et Granger (suite et fin)", in Annales lslamologiques 22. 1986. p. 175-180.

11Il reste cependant un problème. Comment l’éditeur de Granger (Pignon ?) a-t-il pu utiliser aussi largement le Discours sur l’Égypte paru quinze années auparavant sans le nommer, certes, ni craindre qu’on s’aperçoive de l’emprunt, si bien qu’il n’a pas été relevé jusqu’ici, que je sache, même par un excellent spécialiste des voyages d’Égypte comme J.-M. Carré ? Le Discours tel qu’imprimé par son éditeur Fleuriau diffère assez considérablement de celui que Sicard écrivit et dédicaça à Maurepas, dont la copie était donc entre les mains de Pignon ; il pouvait le piller sans scrupule, et mot à mot car, entre le texte authentique du Discours qu’il utilisa et les passages de la Relation de Granger qui le transcrivent, il n’y a plus ressemblance avec littéralité occasionnelle mais identité de bout en bout, et l’emprunt ne se borne plus au cinquième mais va alors jusqu’au quart. C’est ce que nous montre un dossier manuscrit de Namur11.

  • 12 Pignon, à la date de la publication de la Relation, est Inspecteur du Commerce. A-t-il voulu éviter (...)
  • 13 Relation, p. 133-139 (la légende de la fondation de la ville fatimide se trouve également dans Vans (...)
  • 14 Ainsi la bouche canopique du Nil ancien est identifiée par Granger au boghaz de Rosette p. 213, pui (...)

12Ce dossier comprend parmi ses sept pièces une copie de la Relation de Granger et une du Discours de Sicard. La Relation n’est pas encore divisée en chapitres, c’est-à-dire que son texte est antérieur à la publication ; elle est par contre munie d’un titre abrégé à l’édition, d’où disparaît significativement que le voyage de Granger en 1730 a été fait « par ordre de Monseigneur le Comte de Maurepas »12. Quant à la copie du Discours, elle diffère du texte imprimé principalement dans les chapitres 7 et 8, sur les restes de l’Égypte païenne et chrétienne, très courts, que Fleuriau avait nourris de morceaux venus d’ailleurs sur les tombeaux des rois ou les antiquités du « nome kynopolite ». Par contre, elle restitue bien des passages éliminés par l’éditeur mais utilisés par Granger : l’histoire de la fondation du Caire, le nombre des habitants d’Alexandrie, le montant de la ferme des douanes, les différentes espèces de poissons du Nil, ses îles...13. On admirera l’arbitraire de l’éditeur de Sicard qui semble inintéressé par tout détail précis, mais on constatera aussi que celui de Granger n’a pu parfaitement harmoniser son diaire de voyage avec le texte de Sicard14.

13Les autres pièces du dossier manuscrit de Namur contiennent des considérations générales sur l’Égypte qui ont été largement utilisées dans les chapitres 1 et 7 de la Relation dont elles sont en quelque sorte l’ébauche. Or l’une d’entre elles évoque Sicard et fait son éloge : il a rédigé des mémoires « qu’il se proposait de porter lui-même en France pour en suivre l’impression de peur qu’on en retranchât ce qu’il y avait de contraire à ce que les Pères de son ordre ont rapporté, dans différents ouvrages, de cette Province et il était après à faire dessiner quelques restes d’anciens monuments lorsqu’il fut attaqué de la peste dont il mourut... Si je croyais que ces mémoires du P. Sicard parussent bientôt et qu’ils parussent tels que ce jésuite les a dressés, je vous aurais proposé de vous en tenir à eux et de me dispenser de vous donner les miens, mais... il est à présumer qu’il y a quelque affectation dans le retardement que les Pères Jésuites de Paris apportent à leur impression ». Cette pièce, postérieure à 1735, explique assez clairement la raison pour laquelle le Parallèle ne parut jamais : Sicard mort, les savants jésuites chargés de sa publication ni ne voulaient avoir à rectifier leurs erreurs passées sur la géographie ancienne de l’Égypte ni ne pouvaient modifier de bout en bout le texte qui les gênait. On ne prit donc pas grand soin dans son Ordre pour sauver ce rebut... Trouvera-t-on un jour chez quelque héritier des amis cairotes de Sicard une copie complète de ce texte, capital pour l’histoire de la découverte moderne de l’Égypte ?

Notes

1 VANSLEB, Nouvelle relation en forme de Journal de voyage fait en Égypte, Paris, 1677. Relation du voyage fait en Égypte par le sieur Granger, Paris, 1745.

2 S. SAUNERON, Villes et légendes d'Égypte. Le Caire, 1983, p. 129-148.

3 J.-M. CARRE, Voyageurs et écrivains français en Égypte, Le Caire, 1956, I p. 45.

4 M. MARTIN, "Souvenirs d'un compagnon de voyage de Paul Lucas en Égypte (1707)" in Hommages à la mémoire de S. Sauneron. Le Caire, 1979, II p. 471-475.

5 VIVIELLE, "Note sur une carte manuscrite du voyage de P. Lucas aux cataractes du Nil", in Congrès International de Géographie, Le Caire, 1925, V p. 67-75.

6 Revue des Études Anciennes 3, 1901. p. 238-249.

7 Claude SICARD. Œuvres. Le Caire. 1982,1 p. 53-54.

8 M. MARTIN, "Un tour du lac Qarûn en 1717", in BIFAO 87. 1987, p. 265-268. Je n'ai repéré qu'un seul passage dans ce manuscrit, pp. 12-13, qui ne correspond pas à un texte connu de Sicard : l'histoire de la perte de la mine d'émeraude rapportée par Lucas et dont l'abbé Le Mascrier a fait pour de Maillet un roman d'amour. Le manuscrit donne à l'événement une date qui ne se trouve chez aucun des deux autres auteurs (cf. J. Cl. Garcin. Qûs, Le Caire, 1976. p. 318).

9 P. 3 de l'Avertissement de l'auteur du manuscrit. « L'histoire qu'on ne manquera pas de donner au public sur les mémoires que ce grand homme (Sicard) en a fait sera d'une nature à y ajouter foi plus qu'à toutes celles que nous avons déjà eues de différents voyageurs. »

10 M. MARTIN, "Granger est-il le rédacteur de son voyage en Égypte ? " in Annales Islamologiques 19. 1983. p. 53-58 : il s'agit de deux précisions identifiant la pyramide de Lahoun et le lac d'el-Gharaq.

11 M. MARTIN, "Sicard et Granger (suite et fin)", in Annales lslamologiques 22. 1986. p. 175-180.

12 Pignon, à la date de la publication de la Relation, est Inspecteur du Commerce. A-t-il voulu éviter d'attirer l'attention du ministre sur les documents confiés à son chargé de mission ?

13 Relation, p. 133-139 (la légende de la fondation de la ville fatimide se trouve également dans Vansleb, à qui Sicard a pu remprunter), p. 218, 230, 239, 248.

14 Ainsi la bouche canopique du Nil ancien est identifiée par Granger au boghaz de Rosette p. 213, puis à Maadiya p. 246 selon Sicard.

Auteur

R. P. Collège des Pères Jésuites, Le Caire

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540