Version classiqueVersion mobile

Essayons d’en rire !

 | 
Ghislaine Alleaume
, 
Farida Gad El-Hakk

Liminaires

Texte intégral

1 Nokta. C’est le mot par lequel, en Egypte, on désigne toutes les formes de la plaisanterie, de la grosse farce à l’humour le plus fin, de la blague que l’on se raconte et qui court les rues aux dessins satiriques dont s’ornent les journaux.

  • 1 On connaît même des caricatures de l’époque pharaonique... ainsi certains dessins du temple d’Abou (...)

2Le terme, à l’origine, désignait le point noir dans le blanc, la tache sur le miroir, l’imperfection, en un mot le défaut qui détruit l’harmonie de l’ensemble. De là, il s’appliqua à l’art de voir et de souligner le travers des gens ou des choses. Et c’est un art prisé et partagé par tous, ici, et depuis longtemps1.

  • 2 L’illustre Abou Naddara pour n’en citer qu’un.
  • 3 Elle n’est guère absente que de la presse islamique.

3La caricature en est l’une des formes. Elle est en Egypte aussi ancienne que la presse elle-même et le XIXe siècle connut de célèbres exemples d’une presse satirique qui lui faisait grande place2. Elle y est aujourd’hui encore largement présente : tous les journaux, toutes les revues, ou presque, ont leur(s) dessinateur(s)3.

  • 4 La nokta orale, en revanche, garde son entière liberté d’expression. On l’a vu récemment, dans les (...)

4Qualitativement, la caricature, dans une presse plus fortement contrôlée par le pouvoir, ne joue peut-être pas strictement le même rôle qu’ailleurs. On ne s’étonnera pas de ne pas y trouver d’attaques personnelles contre les dirigeants, ni d’attitudes provocatrices envers les tabous sociaux ou moraux4. Elle reste, cependant, plus libre qu’on ne pourrait le croire, peut-être justement en ce qu’elle est l’un des modes d’un sens égyptien de l’humour. L’acidité de certains envois de lecteurs, que contient ce recueil, en porte témoignage.

  • 5 Celle du journal al-Akhbar « Hâwel tebtesem ».

5A ce titre, l’ensemble des nokat publiées dans la presse peut être un document pour l’historien ou le sociologue ; la réponse de l’historiette à l’Histoire, dont on choisit de dire, comme le fait la rubrique humoristique à qui cet ouvrage doit son titre5. qu’il faut essayer d’en rire.

*
* *

6La présentation qui va suivre ne saurait se vouloir une analyse globale de la caricature dans la presse égyptienne. Le point de départ en fut la constitution d’un dossier documentaire regroupant toutes les nokat de Salah Jahin publiées dans l’Ahram. Nous avions alors une illustration par le dessin et au jour le jour, d’une année de l’actualité politique et sociale en Egypte.

  • 6 Un indice peut aider à mieux comprendre la différence de nature qui existe de ce point de vue entre (...)

7C’est précisément le caractère trop événementiel des caricatures dessinées par Salah Jahin qui nous parut gauchir le dossier. En leur donnant pour pendant celles de Mustafa Hussein publiées dans l’Akhbar, nous avons tenté de rendre à l’ensemble la dimension qui lui manquait : celle de faits plus profonds, plus permanents et plus indépendants de l’événement6. Ainsi donc se constitua notre sélection, qui reste loin d’être représentative de l’ensemble de la presse égyptienne. Elle est le fruit d’un dépouillement quasi-systématique, durant l’année 1980 et les débuts de 1981, de deux journaux, al-Ahram et al-Akhbar. Deux journaux, mais deux seulement, et deux journaux gouvernementaux. La presse d’opposition (journaux des partis politiques comme al-Chaab ou al-Ahrar) en est absente et cette lacune explique que l’on n’ait aucune nokta sur la politique intérieure de l’Egypte. De fait, les quelques 120 nokat retenues ici, sur les 300 à 400 sélectionnées, se répartissent entre la politique étrangère et la peinture de la société égyptienne.

*
* *

8C’est donc à Salah Jahin et à Mustafa Hussein que sont dûs, dans leur immense majorité, les dessins présentés ici. On en trouvera quelques uns de trois autres dessinateurs travaillant pour le journal al-Akhbar : Rakha, Raouf Ayad et Kasam Badra.

9Salah Jahin est, depuis 1962, le dessinateur attitré de l’Ahram. Né au Caire en 1935, ce grand caricaturiste est aussi un poète en langue populaire, l’auteur de très nombreuses chansons et d’une célèbre opérette écrite pour le théâtre de marionnettes. C’est en 1955 qu’il a commencé sa carrière de dessinateur dans les deux revues les plus réputées en la matière, Rose el-Youssef et Sabah el-Kheir.

  • 7 Le dessin de la couverture, par exemple.

10Né la même année, dans la même ville, Mustafa Hussein, qui dessine pour al-Akhbar et pour l’hebdomadaire Mayo, est également l’illustrateur d’un grand nombre d’adaptations pour les enfants, de contes littéraires anciens et modernes (Les Mille et une Nuits, Ibn Tufayl, les contes de Tawfiq al-Hakim...). Primé à l’exposition d’Akshehir (Turquie), qui regroupait douze des plus célèbres caricaturistes du monde, il a été élu en 1980 meilleur dessinateur de l’année, par la revue Sabah el-Kheir. S’attachant davantage à la peinture de la vie quotidienne, Mustafa Hussein a ouvert à ses lecteurs une rubrique composée de leurs envois, dessins ou idées qu’il met alors en image. On en trouvera ici d’assez nombreux exemples7. C’est peut-être à celà que ses caricatures doivent de paraître, par leurs thèmes, leurs inspirations et la qualité de leur humour, plus proches des nokta anonymes qui circulent dans le pays.

*
* *

11 Qui lirait ce recueil d’une traite trouverait peut-être que la vision qu’il donne de la société égyptienne est marquée de scepticisme, voire de pessimisme. Ce serait oublier que c’est là le propre de l’humour et que la satire a d’abord pour fonction d’être un exutoire.

*
* *

Notes

1 On connaît même des caricatures de l’époque pharaonique... ainsi certains dessins du temple d’Abou Simbel à Assouan. Et l’on sait le goût des Arabes pour les jeux de mots.

2 L’illustre Abou Naddara pour n’en citer qu’un.

3 Elle n’est guère absente que de la presse islamique.

4 La nokta orale, en revanche, garde son entière liberté d’expression. On l’a vu récemment, dans les semaines qui suivirent l’assassinat d’Anouar el-Sadate l

5 Celle du journal al-Akhbar « Hâwel tebtesem ».

6 Un indice peut aider à mieux comprendre la différence de nature qui existe de ce point de vue entre les deux dessinateurs. « Nokta du jour », les dessins de Salah Jahin sont généralement publiés en page 5 du journal, c’est-à-dire qu’ils viennent clore les pages consacrées à l’actualité. Au contraire, ceux de Mustafa Hussein sont généralement placés en dernière page, soit à la fin de la partie du journal réservée aux rubriques de parution régulière.

7 Le dessin de la couverture, par exemple.

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search