Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La fuite en Égypte

 | 
Jean-Claude Vatin

Voyage des œuvres, voyage dans l'œuvre

Aventures romanesques, périple immobile et croisière de propagande d’Alexandre Dumas Père

Nefissa Hamel

Entrées d'index

Texte intégral

1Romancier de l’aventure donc du mouvement et amateur de dépaysement, Dumas, en bon romantique, a beaucoup voyagé, avec un goût marqué pour l’Italie et l’Espagne – où il a pu humer des effluves venues d’Orient à une autre époque – et quelques escapades du côté de la Russie et de l’Afrique.

  • 1 Impressions de voyage, 1855-59.

2Il a ramené de ses déplacements des Impressions, qu’il a livrées ensuite à son public (celui du milieu du xixe siècle), récits d’un grand reporter avant la lettre1.

  • 2 Le comte de Monte-Cristo (édition critique présentée par J.-H. BORNECQUE), Paris. Garnier, 1962, 2 (...)
  • 3 Quinze jours au Sinaï Impressions de voyage, Paris, 1839. Réédition, Plan de la Tour, Éditions d'Au (...)
  • 4 Le Veloce ou Tanger. Alger. Tunis, Paris. 1848-1851.

3Pour ce qui est de l’Orient proprement dit, Dumas y a promené ses lecteurs, plus qu’il ne s’est déplacé lui-même. En fait, il s’est moins préoccupé de le leur faire connaître que d’encourager leurs fantasmes. Il joue de l’Orient et lui fait servir ses desseins. Ici, il sert d’arrière-plan, de décor accessoire aux aventures combinées pour le plus grand succès d’un de ses romans populaires (Monte-Cristo2). Là, il accomplit son devoir d’écrivain et emprunte sans scrupule à un autre ses descriptions et relations (Quinze Jours au Sinaï3). Ailleurs encore, il passe d’un Orient à l’autre, d’est en ouest ; de publiciste devient publicitaire et fait de la réclame pour « lœuvre » française en Algérie (Le Veloce4).

4Ce sont ces trois voyages, renvoyant à trois Orients différents, que je voudrais évoquer. Le premier se réfère à un univers imaginaire collectif. Le deuxième prétend décrire un pays réel mais non visité. Quant au dernier, il relate une rencontre effective mais passée au filtre d’une idéologie utilitariste.

  • 5 Mirage est ici employé au double sens d'illusion, le produit, et de déplacement, la cause. C'est pa (...)
  • 6 Nefissa HAMEL. "L'horizon oriental de Monte-Cristo. Lecture prismatique d'un roman d'aventures", co (...)

5Traiter successivement les trois œuvres pour livrer, à travers une comparaison finale, quelques clés ne serait guère productif. Je préfère démontrer, en premier lieu, en quoi les références de Dumas – selon les trois systèmes évoqués plus haut – s’inscrivent toutes dans un contexte historique, donc socio-politique, proche, celui des années 1815-1850 très précisément. Je dirai, en deuxième lieu, que, se rajoutant à l’histoire immédiate (en train de se dérouler), et préexistant à elle, il y a tout un non-dit, lourd de connotations, d’illusions entretenues par toute une société (parisienne, française, européenne, occidentale), qui est celle du producteur-réducteur, sur une autre (outre-méditerranéenne, arabe, musulmane) qui est celle de l’objet réduit, et que de l’opération de l’une sur l’autre est né ce que je nommerai le « mirage oriental »5 à l’œuvre dans les trois ouvrages mais plus spécialement dans le roman Le comte de Monte Cristo à propos duquel Je me suis livrée à une étude détaillée, publiée ailleurs6. En troisième lieu, je comparerai brièvement deux ouvrages qui utilisent les jeux de références que Je viens de mentionner mais de façon différenciée. Je me servirai donc de Quinze jours dans le Sinai et du Veloce... pour indiquer moins le passage d’une thématique à une autre que la division du domaine oriental entre Machreq et Maghreb, réalisée au milieu du xixe siècle à partir du démembrement de l’Empire ottoman.

I – Les circonstances du moment : l’histoire et son actualité

  • 7 Dumas appelle "Monte-Cristo" le château délirant qu'il se fait construire... et saisir peu après pa (...)

6Le comte de Monte Cristo est, avec Les trois Mousquetaires, le plus grand succès de librairie de Dumas. Le « grand Alexandre » se souviendra longtemps de ce triomphe et reprendra l’appellation tout au long de sa carrière7.

  • 8 J.-H. BORNECQUE a tenté de démêler la part respective des deux hommes : nous y renvoyons le lecteur

7L’ouvrage paraît en feuilleton en 1844-1845 avant d’être regroupé en douze volumes, puis transposé pour le théâtre, sous forme de drame en quatre soirées ; les deux premières en 1848, les autres en 1851. C’est le fruit d’une étroite collaboration entre Dumas et son complice Maquet, auquel un jugement de 1858 reconnaîtra le titre de coauteur8. On doit d’ailleurs aux deux hommes, en ces mêmes années 1844-45, une somme de feuilletons (incluant Les Trois Mousquetaires et Vingt ans après, La Reine Margot, Le Chevalier de Maison Rouge), des romans (dont Amaury), des ouvrages historiques et dramatiques, des contes pour enfants, des pièces de théâtre, etc. Bref, de quoi alimenter le pamphlet d’Eugène de Mirecourt : Fabrique de romans, Maison Alexandre Dumas et Cie, qui date justement de 1845.

  • 9 Pour ce qui est de l'œuvre théâtrale, voir l'essai de Maxime RODINSON : "Le châtelain bourguignon e (...)
  • 10 « La délirante expédition d'Égypte, véritable pot-pourri de poncifs de l'Ancien Régime, de brutalit (...)

8Rien dans les ouvrages dramatiques, les vaudevilles, les essais historiques, les pièces de vers, les récits et romans rédigés jusque là, qui laisse présager l’irruption orientale de Monte-Cristo ; à deux exceptions près : Charles VII chez ses grands vassaux (1831) et Quinze jours dans le Sinaï (1839)9. Cependant, au moment où « Dumaquet » rédige(nt), toute une série de faits datés, d’affaires, où la France se trouve mêlée, viennent d’avoir lieu. Une sorte de « contexte oriental » baigne l’époque. En premier lieu, citons la campagne d’Égypte. Elle date de près d’un demi-siècle au moment de Monte-Cristo. Elle n’en est pas moins restée dans les mémoires comme le « grand projet » révolutionnaire (ce qu’il n’était pas à l’origine) outre-Méditerranée. Et, en Égypte même, le souvenir de Bonaparte est encore vivace, trente ans plus tard, quand Dumas (en fait Dauzats) y séjourne. La glorification rétrospective, l’imagerie impériale et la mémoire sélective française ont fait de cette opération totalement désaccordée, de cette aventure manquée, une œuvre réussie10. Et, à titre personnel, Dumas ne peut oublier que son père, général de hussards qui a participé au début de la campagne d’Égypte, y a brisé une carrière magnifiquement commencée en Italie, en s’opposant au général en chef ; il mourra en disgrâce en 1806, le jeune Alexandre n’ayant que quatre ans.

9L’Égypte, d’ailleurs, est à la mode, comme la Grèce l’était avant elle. Évoquer l’Égypte, c’est se replacer au cœur d’une des grandes « questions » du xixe siècle ; celle de l’Orient précisément. L’Empire ottoman, secoué bien avant le congrès de Vienne, a subi ses premières défaites en Europe face à la Russie à qui le traité de Kutchuk-Kaïnardji (1784) a déjà ouvert l’accès de la mer Noire, avant, par le traité d’Andrinople (1829), d’acquérir la Bessarabie, d’obtenir la liberté de commerce et le passage des Détroits. Les menaces les plus graves sont venues de l’intérieur, d’Arabie, de Syrie, mais aussi de Serbie, de Bulgarie, d’Epire. On sait que dans cette dernière région, Ali de Tebelen (orthographié Tebelin par Dumas dans Monte-Cristo) s’est libéré du joug turc pour une vingtaine d’années. Si les Serbes ont été provisoirement ramenés à la raison, et si Ali-pacha est vaincu en 1822, le sultan a dû compter avec l’autonomisme égyptien de l’Albanais Muhammad (Méhémet) Ali, qui a éliminé les mameluks (1811) et s’est engagé bientôt dans toute une série de réformes et de... conquêtes (Hedjaz, Soudan). Finalement, le gouvernement ottoman a été contraint d’accorder l’indépendance à la Grèce, en même temps que l’autonomie à la Serbie, la Moldavie, la Valachie (1829-1830). Au même moment, les Français, auteurs d’une tentative avortée en Égypte (1798-1802), se sont découpé l’Algérie dans la portion extrême-orientale du dispositif turc. Et Ibrahim pacha, fils de Muhammad Ali, a ouvert un nouveau front au Levant, en mettant la main sur Palestine, Liban et Syrie... après avoir aidé le sultan à reprendre le contrôle de la Crète !

10Profitant de l’imbroglio, les trois puissances, russe, anglaise et française, mènent chacune leur jeu, après s’être entendues pour détruire la flotte turco-égyptienne à Navarin (1827). La première cherche à gagner la Méditerranée. La deuxième s’active pour l’en empêcher, en soutenant les Turcs. Quant à la troisième, elle a choisi de se faire le champion de la cause égyptienne. Le sentiment anti-anglais observé à Paris, et dont Dumas se fait l’écho à plusieurs reprises dans Monte-Cristo (I, 582, 784), semble avoir culminé en 1840, lorsque les grandes puissances, sous inspiration britannique et contre la France, ont adressé un ultimatum au « gouverneur » d’Égypte dont les troupes devenaient trop menaçantes. Lors de la négociation imposée en 1841, Muhammad Ali, contre reconnaissance de la suzeraineté sultanale, obtint confirmation de son autonomie et le droit de transmettre ses pouvoirs à sa descendance. Au moment où Dumas compose son feuilleton, l’encre des journaux est encore fraîche des rivalités politiques et économiques anglo-françaises pour s’assurer le titre de « protecteur de l’Égypte ». Les uns veulent construire les lignes de chemin de fer et lancer des navires à vapeur sur le Nil. Les autres proposent de percer l’isthme de Suez. Les nouvelles des réformes (Tanzîmât) entreprises dans l’Empire ottoman dès 1838, parviennent aussi à la presse parisienne. Et l’on sait la réaction de notre auteur aux modes vestimentaires adoptées par les ministres du sultan Abdul-Medgid.

11La Grèce soulevée, écrasée, puis libérée, alors que des poètes et romanciers s’étaient mobilisés pour elle (Balzac et Hugo entre autres) ; l’Égypte limitée dans ses ambitions mais assurée pratiquement de sa souveraineté ; l’Empire ottoman rogné d’une large portion de ses territoires balkaniques et de l’Algérie mais sauvé de la destruction : tel est le bilan des « événements » d’Orient, dont Alexandre Dumas eut connaissance... et qui servent de toile de fond historique à l’intrigue dont il emmêle et débrouille les fils avec savoir-faire.

12Le contexte politique immédiat ou proche, français et international, tient donc lieu de moule, où un auteur vient fondre des aventures et les personnages que la fiction leur prête. N’en concluons pas que ce qui n’est que cadre doit faire oublier le centre du tableau, l’intrigue. Non seulement Monte-Cristo n’est pas une œuvre historique mais ses rapports avec le contemporain, ce que j’ai nommé l’actualité, répondent à une tradition littéraire bien établie.

13Monte-Cristo ne se situe pas dans le passe, mais dans le présent. Ce n’est pas un roman de cape et d’épée, un mélodrame à costumes, nous ramenant au temps d’Henri IV ou de Louis XIII, des cycles des Trois Mousquetaires et de La reine Margot qui datent de la même période de production, ou dans le xviiie siècle du Chevalier de Maison-Rouge ou de Joseph Balsamo. Monte-Cristo, c’est un conte où le fantastique prend appui sur l’actualité. L’histoire se situe au creux de l’Histoire, encore toute proche, chaude de ses agitations et de ses drames. L’aventure d’Edmond Dantès s’imbrique dans une combinaison d’événements majuscules. Un destin individuel a pour trame, en France, la Restauration, les trois Glorieuses, la Monarchie de Juillet, et, à l’extérieur, la paix européenne, la question d’Orient, les concurrences entretenues entre grandes puissances, l’entreprise coloniale en Afrique du Nord... Les lecteurs de Dumas, au milieu du xixe siècle, sortent d’une « aventure » nationale de trois quarts de siècle riche en péripéties de taille.

  • 11 Citons, à titre d'exemple, les opéras auxquels assistent, dans le courant de 1838, Monte-Cristo et (...)
  • 12 Cf. la note de J.-H. BORNECQUE (vol. I, 155) citant l'Alexandre Dumas de H. CLOUARD (1954).
  • 13 Alexandre DUMAS, Quinze Jours au Sinaï, Impressions de voyage, nouvelle édition, 1979, p. 63.

14La fourberie dont est victime Dantès, la chasse au trésor qui s’ensuit et l’hécatombe en chaîne qui en découle n’interdisent pas de côtoyer les monarques, roi de France, sultan ottoman, bey tunisien, les ministres, les banquiers, des bonapartistes attardés, des royalistes divisés entre légitimistes et orléanistes, des libéraux, des républicains, ni de rencontrer au détour d’un chapitre quelque personnage célèbre, d’aller écouter des opéras, des pièces de ce temps avec des chanteurs et acteurs ayant effectivement existé. L’arrière-fond, soigneusement daté, est proche11. Ali, arrêtant des chevaux emballés d’un tour de lasso et de deux enjambées, renvoie au même exploit d’Antony le héros de la pièce signée Dumas, qui porte ce titre, au Porthos colossal des Trois Mousquetaires, au personnage créé dans Pascal Bruno (1838), donc à des protagonistes imaginaires lancés dans des entreprises excessives, démesurées. En même temps, son acte est daté autant que situé, le 23 mai 1839, devant le 28 rue de la Fontaine à Auteuil ; alors que le roi Louis-Philippe règne et prétend gouverner. L’abbé Faria, pédagogue né, encyclopédie vivante, prêtre polyglotte et sentant le soufre, qui creuse des galeries, travaille ses formules chimiques et a rédigé un projet d’un gouvernement italien pour l’ensemble de la péninsule (avant 1815), cet être hors du commun et tout à fait Improbable n’est pas sorti tout ensoutané du cerveau de l’auteur. Il a pour point de départ un personnage réel dont les commentateurs de Dumas ont retrouvé la trace dans l’histoire12. Le personnage d’Haydée, elle-même, tout fabriqué qu’il soit, ne sort pas des seules imaginations couplées de « Dumaquet » ; il se rattache bien à quelque fait. La clé, nous la tenons peut-être en lisant dans Quinze jours dans le Sinaï, les péripéties d’une visite au bazar aux esclaves du Caire13. Le narrateur dit avoir été fort tenté d’acheter une jeune fille grecque présentée à l’étal du marchand et mise à l’encan. Désir de possession ou acte humanitaire, il ne sait ce qui le retient et le pousse à la fois. Quoi qu’il en soit, Dauzats, le véritable auteur du propos, refuse de franchir le pas. Ne serait-ce pas Dumas qui le franchit pour lui, par Monte-Cristo interposé ? Les jeunes Morrel et Morcerf, qui se sont faits spahis en Algérie (où Fernand-Morcerf père a servi avant d’aller siéger à la chambre des pairs) ont bien aussi leur modèle dans les milieux parisiens fréquentés par Dumas, de même que les jeunes « lions » type Château-Renaud.

  • 14 Cf. Le texte "Le diamant et la vengeance", récit de Peuchet dont s'est inspiré Dumas, in Le Comte d (...)

15Toute la trame du roman ne naît-elle pas de la double rencontre de Dumas, avec l’îlot de Monte-Cristo au large de l’île d’Elbe d’une part, et, de l’autre, avec le récit d’un fait divers – rapporté par Peuchet archiviste de la préfecture, – publié en 1837-38 dans les Mémoires tirés des archives de la police de Paris14. Le portrait de l’homme Innocent qui court ensuite après ceux qui l’ont trahi pour s’en venger, y est déjà, tout cru. Dumas se charge de transformer le modeste E. Picaud en un Edmond Dantès, bête justicière à laquelle l’argent plus que le bon droit ouvre toutes les portes et donne toutes les témérités, acteur démesuré aux commandes d’une machine infernale.

16Dans ce long roman-feuilleton, Dumas a fait de l’histoire immédiate le soubassement de son spectacle. Avec, au cœur, un héros selon son propre cœur, tout d’une pièce, démesuré dans ses emportements, dispendieux à faire rêver, jeté dans des aventures perpétuelles, atteint de bougeotte permanente, courant le monde et la poste, selon les idéaux romantiques. Mais un héros qui vit à Rome lors d’un carnaval décrit par le menu, rencontre à Paris toute la haute société du temps. Ces profiteurs de guerres napoléoniennes, ces banquiers lancés dans la haute spéculation, ces militaires servant un régime après l’autre sans fausse honte, ces magistrats sans honneur, ces jeunes aristocrates occupés d’eux-mêmes et de voyages, de dépenser tant de milliers de livres de rente, et de se battre en duel... ces types ont été bâtis pour partie sur des personnages de chair et d’os, vivant dans une France en ébullition.

17L’introduction de personnages fictifs dans un continuum historique réel, vieille recette de la création romanesque, n’explique pas à elle seule l’usage de décors orientalisants, dont Dumas a cru bon d’encombrer de nombreuses scènes de son Monte-Cristo. Il faut faire intervenir d’autres éléments, reliés aussi à l’époque : la permanence de fantasmes à base orientale dans les mentalités, les opinions.

II – Les effets de mirage : l’illusion entretenue

18En citant l’Orient vécu réel, Dumas ancre son récit dans une série d’événements auxquels il pense que son lecteur a été sensibilisé. En y accrochant des oripeaux orientalisants, il lui adresse aussi de multiples clins d’œil. Il puise d’abord dans un vieux fonds toujours alimenté dans l’opinion. Pour beaucoup, l’exotisme commençait aux frontières. L’Orient, c’était Venise au Sud-Est et Grenade au Sud-Ouest, dès avant le xviiie siècle. De là sont venus les étoffes, les tapis, les cuivres, les armes, les céramiques, des décors intérieurs et extérieurs ainsi que les modes, les engouements d’une couche sociale. Par Venise ont transité les motifs d’une peinture riche en califes, sultans, pachas, muftis, aimées, esclaves, de pure convention. Les peintres ont, à quelques exceptions près, fourni le lot de stéréotypes, portraits anecdotiques, personnages symboliques, d’un Orient de fantaisie, où le pittoresque primait. Boucher, Fragonard, Amédée et Carie Vanloo, Tiepolo et consorts ont déguisé leurs personnages et paysages à l’orientale ; ils ne prétendaient pas décrire mais distraire. L’Orient n’était qu’un prétexte, un divertissement (détournement + amusement). Ingres, Bonington, qui au siècle suivant ne mirent pas un pinceau en Afrique du Nord ou au Levant, ont poursuivi cette tradition.

19Emprunts et placages demeurent au xixe siècle, chez des romantiques comme Gautier et Hugo, pour qui l’Espagne c’est déjà l’Orient et mieux que l’Orient tel qu’il est devenu. L’Orient, c’est encore la Grèce, sous le joug ottoman, pays islamisé – comme Byzance, autre bastion perdu de l’Occident – partie continentale et îles alentour, toutes maquillées de même musulmanité. Cet Orient proche, le xixe siècle l’a donc moins redécouvert que vulgarisé, en l’étendant au delà des marges depuis longtemps reprises (Andalousie), ou en voie d’être reconquises (Grèce). Ses explorateurs, savants, consuls, officiers, marchands et voyageurs ont percé les mystères et déjoué les pièges du Levant, à force d’expéditions, d’aventures, de séjours et visites, solitaires ou en groupes.

20L’entreprise est sortie du domaine de l’expédition, assortie de mille dangers, pour entrer dans celui de la tradition esthétique avant de se muer par la suite en un sport nommé tourisme. Les déplacements deviennent possibles. Nerval ne met que deux semaines pour joindre Alexandrie (1843). Constantinople s’atteint depuis Paris par bateau à vapeur et un guide touristique en décrit l’itinéraire dès 1839. Et puis le moindre voyageur, grand ou petit, amateur ou professionnel, pressé ou prenant son temps, raconte, décrit, mêlant ce qu’il voit et ce qu’il perçoit, le tout pimenté de ce qu’il en conçoit. Avec un minimum d’explications techniques, de références historiques, de données géographiques, de détails ethnographiques, de relevés archéologiques, et un saupoudrage de cocasseries et de divagations. Les peintres ont aidé à pareille modification des perspectives et ont, en partie, rompu avec un univers de fantaisie au profit de scènes croquées sur le vif et reproduites ensuite en atelier. Géricault a présenté de farouches mamelouks à peine arrangés. Les voyageurs que furent Decamps, Marilhat, Delacroix, Champmartin, aux alentours de 1830, ont ramené une moisson de scènes prises sur le vif, de notations colorées, de croquis aux paysages brûlants, de rues animées, de marchés en activité, de chasses parcourues d’animaux, d’esquisses de portraits aussi.

21A ce compte, l’Orient aurait dû se démystifier au galop. Au milieu du xixe siècle, nous n’en sommes qu’au début de ce processus. Et si les récits de voyage – de Savary (1785) à Lamartine (1840) en passant par Volney (1788), Denon (1803), Pouqueville (1805). Castellan (1808-1812), Chateaubriand (1811), Forbin (1819), Marcellus (1839), Buchon (1843)... – se sont multipliés, Ils sont loin d’avoir défloré le sujet. Le paradoxe fait même qu’ils ont aussi servi à entretenir le désir d’Orient de leurs contemporains.

22Le vieux fonds des turqueries et des Mille et une nuits s’est réalimenté au courant entretenu par les romantiques. Voyages, mais aussi théâtre, peinture, poésie, roman, ont regonflé les Imaginaires. A eux seuls, les peintres ont relancé le « travail du rêve ». Écartons les représentations sur des thèmes bibliques et archéologiques et retenons, par exemple, Delacroix. Dans ses grandes mises en scène, celles des Massacres de Scio (1824) et de la Mort de Sardanapale (1827), éclaboussées de toutes les couleurs de la palette, tout comme l’Entrée des croisés à Constantinople (1841), voire les Convulsionnaires de Tanger (1838), celui-ci a comblé le besoin de spectacle de ses contemporains. Cavaliers arabes en pleine action (Delacroix encore) ou au repos (Marilhat), supplices (Decamps, 1837), chasses au tigre ou au lion (Horace Vernet, 1836), personnages imposants, sultan du Maroc (Delacroix, 1845), kalifat de Constantine (Chassériau, 1845), ont tout autant aidé les imaginations à galoper. Et que dire du voyeurisme – de toute une bourgeoisie toujours sensible aux nus des marchés d’esclaves, des bains maures ou turcs et des victimes du « système de sérail » – qui allait entraîner maintes commandes dans la seconde moitié du siècle ?

  • 15 L'École des langues orientales est fondée en 1795.
  • 16 Pierre LOTI, Aziyadé. Paris, Calmann-Lévy, 1946, p. 50 (1re édition, 1879).

23L’Orient reste en représentation permanente, surtout depuis 1830 où une fraction capturée d’Orient, observée de près, permet de remplir le vieux livre d’images. Il possède ses supporters et ses détracteurs, ses turcophiles, grécophiles, égyptophiles, berbérophiles (mais non algérophiles : la nuance est importante)... Les Français trouvent dans ce lointain ramené frais sous leurs yeux de quoi nourrir leur double nostalgie pour le passé intouché et pour l’exotisme préservé. Les grands seigneurs y font encore illusion, tout chamarrés et empanachés : les soldats de Bonaparte se souviennent des charges de Mamelouks couverts de soie d’or et de pierres précieuses ; les officiers de Bourmont et Bugeaud n’auront de cesse de retrouver en Abd el-Kader et autres chefs de la résistance l’image des grands féodaux d’autrefois. Les cités, quant à elles, conservent leur zeste d’interdit ; les despotes y règnent encore à leur fantaisie... avant d’être assassinés. Au fond, voyageurs, savants et peintres ont beau se montrer soucieux du géographique, du social, de l’économique, et s’appuyer sur leurs propres observations, leur public redemandant à rêvasser, à nourrir ses chimères, se charge de passer ce qui lui est livré à la moulinette de ses utopies. Les débuts de l’orientalisme en tant que science ont beau remonter à près de trois-quarts de siècle (années 1780), les entreprises de démythification rencontrent trop de résistances dans les esprits pour obliger un public à changer ses visions préférées, à troquer ses fascinations15. Comme le fera remarquer Loti, trente quatre ans après Monte-Cristo, « L’Orient a du charme encore, il est resté plus oriental qu’on ne pense. »16

  • 17 Monte-Cristo, I, XXXVII-XXXVIII. J.-H. BORNECQUE cite aussi quelques traits empruntés à un roman an (...)
  • 18 Marie-Louise DUFRENOY, L'Orient romanesque en France 1704-1789, Montréal, Éditions Beauchemin. 1946

24Dumas s’est mis au goût du jour. Il suit la file des écrivains de sa génération et d’avant, qui ont parsemé leurs écrits d’épices venues des souks méditerranéens, d’étoffes d’Inde et de Smyrne, de tabacs et de pipes, d’armes, d’esclaves importés. J.-H. Bornecque a retrouvé un avant-portrait de Monte-Cristo dans le personnage central de la nouvelle de Théophile Gautier, Fortunio ou l’Eldorado de 1839. Ce Fortunio possède en effet une favorite et un esclave maure ; ce dernier, point muet, mais presque. Il a reconstitué en plein Paris un palais à l’orientale et veut se retirer en Orient17. Nous trouvons d’autres espèces de ce type. Ceux cités dans les études de Marie-Louise Dufrenoy remontent au xviiie siècle18. Ils ont la vertu cardinale de nous faire comprendre la lignée des fictions orientales qui parcourent l’histoire littéraire française. Simplement le conte a laissé la place au roman sentimental, qui à son tour, avec le développement de la presse, a dû céder au feuilleton. Les orients, féérique, galant, satirique, qui ont servi d’exutoires, d’écrans, de masques, ont perdu de leur puissance attractive. Il en reste néanmoins assez pour que Dumas y puise ce qu’il faut de merveilleux et de mystérieux, de somptueux et de terrible... à sa convenance.

25L’usage par Alexandre-le-père de ce qui affleure dans les consciences et souvenirs en matière d’Orient est simple. Il s’en sert pour lier l’exotique au dramatique. Par ce biais, il dépayse, fait voyager son lecteur, lui donnant l’impression de mouvement et de rythme, sans le perdre pour autant. Distanciation mais aussi déplacement car s’il emmène par le coin de l’œil de Marseille à Paris, de l’île de Monte-Cristo à Gênes, à Rome, entraîne à bride abattue de Nîmes à Paris puis ensuite à Dieppe, si les navires traversent la Méditerranée, si des noms de villes d’Orient sont balancés au détour d’un paragraphe, c’est qu’il faut aller bon train et ne pas laisser au dévoreur de feuilletons loisir de s’attarder un seul instant à la trame d’un scénario tout en invraisemblances. Le récit bouge et il convient de le suivre, au pas de charge derrière un Monte-Cristo qui, lorsqu’il fait escale à Paris, a des journées si remplies qu’il donne l’impression d’effectuer en vingt-quatre heures ce qui demanderait à quiconque une semaine. Le décor change comme l’action rebondit. Avec des permutations inattendues. Telle cette grotte en l’île de Monte-Cristo, qui laisse découvrir un palais-caravansérail, abrite des « mirages » (j’insiste), entre les merveilles des Mille et une nuits et les machineries fatiguées de la salle des merveilles du musée Grévin. Tel ce logis d’Haydée au cœur de la capitale. Quand le récit s’installe un instant, c’est la scène qui a le tournis et l’Orient en profite pour investir l’Occident. Pour peu que la narration s’attarde, comme dans le grand lamento de la « mort d’Ail Tebelin », alors c’est le théâtre entier qui s’embrase, le héros l’entraînant dans sa chute.

26Non content de balader son lecteur, Dumas compte sur sa connivence, et surtout son désir inconscient de s’assimiler au surhomme de l’histoire. Expliquer les comportements de Monte-Cristo par l’Orient et attribuer à un séjour-détour oriental de neuf ans les mystères de sa « formation » (langues, chimie et drogues, philosophie et volonté de puissance), c’est tenter le fils du Diable – souvenons-nous de Robert-le-Diable – le sultan, le pacha, qui ne dorment que d’un œil en chaque homme.

27Enfin, en jouant des oppositions « Orient vrai / Orient rêvé », « Orient passé / Orient présent », Dumas s’amuse moins à égarer qu’à troubler. En raison même des ambivalences de statut dont jouit le Levant dans l’opinion commune : splendeur ici, violence là, pureté d’un côté et corruption de l’autre, jouissance un moment et puritanisme ensuite, volupté et mort, etc. Tout ce mélange d’attraction et de répulsion est ressenti par quiconque se regarde dans le biseauté d’un miroir... et se voit double. Mais notons qu’à la toute fin, c’est vers l’Orient que Monte-Cristo et Haydée s’éloignent. Est-ce l’Orient d’alors pour fuir l’Occident d’alors ? N’est-ce pas plutôt un rêve qu’ils ont décidé de nommer Orient ?

III – La division du domaine oriental : effet de la colonisation

  • 19 Sur le peintre DAUZATS, voir Théophile GAUTIER, in Portraits contemporains. Paris, Charpentier, 187 (...)
  • 20 Cf. Jean-Marie CARRÉ, Voyageurs et écrivains français en Égypte, 2 vol.. Imprimerie de l'IFAO. Le C (...)

28Quinze jours au Sinaï fait, en apparence, partie de ces nombreux « récits de voyage » dont Dumas s’est fait une spécialité, ou plutôt qu’il a ajoutés à sa large palette. A ceci près, qu’Alexandre le prodigue ne s’est jamais rendu dans le grand désert oriental qui fait se joindre Afrique et Asie, ni dans la moindre portion de territoire égyptien. Il s’est contenté de mettre sa signature au bas de textes rédigés pour l’essentiel par le peintre Dauzats, précurseur de l’orientalisme – celui-là même dont Albert de Morcerf dans Monte-Cristo possède quelques tableaux – auxquels il ajoute diverses variations de sa plume19. Voyage fabriqué, recopié, plagié à partir des notes et descriptions d’un autre, comme le rappelle allègrement Jean-Marie Carré, qui ne tient pas Dumas en grande estime et réprouve pareilles mœurs littéraires20.

  • 21 Cf. Baron TAYLOR et Louis REYBAUD, La Syrie. l'Égypte, la Palestine et la Judée considérées sous le (...)
  • 22 La formule prud'hommesque est de J.-M. CARRE, op. cit., p. 213.

29Dumas n’a pas accompagné le baron Taylor, administrateur de la Comédie française mais aussi (et surtout pour notre cas) adepte de l’Orient, voyageur lui-même et inspecteur des Beaux-Arts envoyé en Égypte pour obtenir de Muhammad Ali la session du fameux obélisque qui sera érigé à Paris en, 183321. Dumas n’a donc « jamais mis le pied sur la terre du Nil »22. Les bazars, mosquées, palais, hôpitaux, hammams, les bédouins et les boutiquiers, les déserts et les cités, les caravanes et les marchés, Dumas se les approprie sans les avoir vus. Le monastère de Sainte Catherine, point visité ; Ibrahim-Pacha jamais rencontré ; le Nil, inconnu de lui. Non content de reproduire les notes d’un autre, qui après tout sait décrire et croquer sur le vif, Dumas ajoute de son cru : des morceaux d’histoire, des commentaires pseudo-scientifiques, des détails techniques, autant de pages destinées à étoffer et qui font bon marché de l’exactitude. J.-M. Carré jubile à relever les bourdes : « Rien de plus cocasse que sa [celle de Dumas] divagation sur l’évolution de l’architecture égyptienne », écrit-il. Et il ouvre la boîte de Pandore, notant les emprunts livresques, les noms patronymiques « estropiés », la topographie fantaisiste, la minéralogie, l’archéologie, la géographie à l’unisson, pour conclure sur les mots forts d’« ignorance », de « supercherie » et déclarer l’auteur « insupportable ».

  • 23 Ajoutons-y la réhabilitation du Moyen-Age, chère aux romantiques, que signale Claudine GROSSIR dans (...)

30Respectons les arguments, sinon le jugement, de J.-M. Carré. Il est d’ailleurs confirmé par d’autres spécialistes et... par la pratique de Dumas lui-même qui dans Pèlerinage de Hadji Abd-el-Hamid Bey et Médine et la Mecque (ou l’Arabie heureuse) refera le coup du Sinaï (en 1856-57). Il décrira alors la péninsule arabique à travers le récit rapporté par du Couret. Mais si Dumas ne se déplace point, cela ne veut pas dire qu’il ignore. Qu’il écrive, récrive ou fasse écrire, ne signifie pas qu’il mette bout à bout des morceaux empruntés à divers ouvrages ou rassemblés par ses nègres. Il suffit de lire les pages consacrées, dans Quinze jours au Sinaï à la campagne d’Égypte pour comprendre que l’auteur ne tire pas uniquement à la ligne. Il manipule de l’histoire fraîche qui l’intéresse. L’expédition évoque, en plus, une gloire récente, un rêve oriental dont, tout républicain qu’il soit, Dumas attribue la gloire à Bonaparte. Quant au « remplissage » vitupéré par Carré qu’est la description de la septième croisade (celle de Louis IX), il n’est pas sûr que Dumas – qui adore jouer avec les thèmes mythiques de la Terre Sainte, de la croisade chrétienne, de la reconquête de l’aire musulmane – n’y attachait pas quelque importance lui-même23. Pour ma part, j’avancerai volontiers que ce géant de la littérature, qui est, aux dires de ses détracteurs, d’une inculture encyclopédique, a une âme d’autodidacte et s’apprend l’Orient en l’écrivant ! Lisant et adaptant Dauzats, il y puise des informations qu’il réutilise ailleurs, dans Monte-Cristo notamment, comme il emprunte à d’autres lectures, des conversations...

  • 24 Je renvoie à la sélection que Jean-Claude BERCHET a rassemblée dans le Voyage en Orient Anthologie (...)

31Je proposerai encore que Quinze jours au Sinaï constitue le voyage en Orient de Dumas. Un voyage qui ne coûte aucune peine physique et dont l’auteur se vantera lui-même d’y avoir inscrit de meilleures descriptions que s’il se fût rendu sur place ! Mais un voyage initiatique, sorte de rite ou parcours symbolique que s’impose tout romantique digne de ce bel épithète. Avant Dumas, Chateaubriand (1806-1807), Lamartine (1832-1833), son ami Nerval qui rentre d’un périple d’un an fin 1843, et d’autres, ont effectué des déplacements qui vont devenir une tradition, que respecteront ensuite Gautier, Flaubert, du Camp et consorts24. Dumas, de son fauteuil, prend rang. Il pose sa griffe sur un lieu à la fois touristique et révélateur, à propos duquel il est bon de faire rapport et d’avoir des opinions. Fournisseur d’Images et de sentiments, pourvoyeur de descriptions dépaysantes et d’aventures plus ou moins pimentées, peintre de monuments, cités et civilisations disparues, présentateur d’une religion longtemps concurrente de la chrétienne, le voyageur littéraire des années 1850 donne à boire et à manger, à voir et à ranger, à ses lecteurs. A l’abri dans le confort d’une bibliothèque ou d’un salon, ceux-ci ne tarderont pas à se sentir des fourmis dans les jambes, à rêver des nuits de Constantinople, des mosquées du Caire ou d’Ispahan, des belles esclaves de Tunis et le toutim. Ils ont repéré sur la carte leur propre chemin... de Damas (ou de Bagdad où le train emmènera leurs petits enfants, plus tard). Au besoin, le romantique se fait le chroniqueur de sa propre équipée. Il l’épice, la pare, l’enjolive. Comme Nerval, il introduit des histoires, des incidents romanesques parmi les descriptions des mœurs et populations indigènes et les récits d’avatars personnels. Comme Lamartine, il présente entre deux étapes, des réflexions sur l’Islam, non plus comme la religion ennemie mais comme une autre croyance digne d’attention, et fournit diverses précisions sur les modes de gouvernements locaux. Dans cette optique, les déplacements constants du Comte de Monte-Cristo, qui s’absente de France près d’une décennie et court les villes d’Orient, sont moins une fuite qu’un sacrifice à ce rituel romantique. Simplement, puisqu’excessif et surdimentionné, il convient que Monte-Cristo accomplisse ce voyage en Orient en autant d’années qu’il a fallu de semaines au voyageur moyen.

  • 25 Mais les rapprochements croisades-expédition. Saint Louis-Bonaparte, ne sont pas le propre de Dumas (...)

32Alexandre Dumas a dû être tenté par ce jeu mystificateur : traverser le désert, s’aérer, visiter des lieux attirants et mystérieux, sans bouger. En même temps, reprenant Dauzats, il se prend pour lui. L’Égypte et le Sinaï, il les explore par procuration. Le récit de fiction, il l’épouse par connivence. Les descriptions ethnographiques, il se les assimile par osmose. Par contre, la glorification des traces de l’histoire européenne et surtout française (des croisades à Bonaparte) en terre orientale, cela lui appartient en propre25. Il ne récuse pas, pour autant, les portraits du Bédouin, du nomade du désert, que Dauzats trace avec nuances et générosité. Bien que tenté par le pittoresque, Dumas se garde souvent de broder sur les scènes descriptives porteuses d’informations sur le vécu des gens, l’organisation des villes, le fonctionnement des échanges. Reproduisant un texte, il ne l’alourdit point de jugements que sa méconnaissance pourrait lui laisser échapper. Il est vrai qu’il ne gomme pas non plus les scènes de genre, où le comique, le grotesque parfois se donne libre cours ; autre veine classique du « roman de voyageur » du xixe siècle. Et il se laisse aller, en fin de volume, comme je l’ai signalé, à balancer la narration recopiée par une série d’évocations historiques sans grand rapport avec elle.

33Au fond, Dumas a sacrifié au rite, sans effectuer le parcours. L’Orient, le Levant en fait, il ne le connaît pas pour y être allé mais pour en avoir parlé. Il a rendu sa copie dans un genre dont les règles ont été fixées avant lui, par Chateaubriand, et seront affinées après lui. Il confirme qu’il n’avait pas besoin de vivre ce détour physiquement pour être reçu parmi ses pairs. Il n’a que faire de se rendre en personne en terre d’Islam pour y retrouver les origines de la civilisation européenne, et les images de l’histoire sainte, pour permettre au lecteur français de se réapproprier l’Orient, ou de l’apprivoiser, le domestiquer à force de paysages idylliques et d’horizons purifiés. Le tout, c’est de prouver qu’il a effectué le déplacement. Quinze jours au Sinaï est là pour ça. Dumas, par l’intermédiaire de Dauzats, ne déclare-t-il pas que, comme Forbin, Nerval et tant d’autres, il s’est habillé en musulman, a pénétré dans les mosquées et singé les postures de la prière ? N’a-t-il pas été reçu par le fils de Muhammad Ali et quelques grands, proches du souverain ? Et, ne l’oublions pas, n’a-t-il pas goûté de ce café « turc », fumé de ce fameux tabac noir du Sinaï par l’intermédiaire de quelque narguilé, humé du haschlch (?), tâté du bain « turc », mangé « à la bédouin », observé les déhanchements des aimées ? Et ces riches étoffes, colorées, ces armes, ces meubles, dont il parsème les appartements des protagonistes dans Monte-Cristo, ne les a-t-il pas observés dans telle échoppe, chez tel marchand, dans tel intérieur, en Orient même ? C’est à s’y laisser prendre !

34Tout le répertoire oriental de références, que Dumas à la fois reproduit et alimente, est en voie de passer dans le bric-à-brac orientalisant, la décoration, le mobilier, la peinture, dont Paris va s’emparer ; comme il s’était emparé des chinoiseries et avait déjà extrême-orientalisé son décor auparavant. Les descriptions des appartements de Monte-Cristo, Haydée, Albert de Morcerf, dans Monte-Cristo, n’ont pas d’autre origine. Dumas n’avait qu’à puiser dans « ses » écrits de faux voyageur, ou à en retrouver la trace dans les demeures de cette haute société qu’il côtoie, qu’il invite à ses fêtes et à ses pièces. Monte-Cristo, ici encore est juste à la pointe de la mode, et non à proprement parler exotique.

35Si Dumas n’est allé ni en Égypte, ni en Grèce avant la rédaction de Monte-Cristo, il a mis le pied en Afrique du Nord une année après la parution de cet ouvrage. Et nous possédons la trace du voyage effectué en 1846. Non seulement le récit en est gardé sous le titre de Le Véloce ou Tanger, Alger, Tunis, publié entre 1848 et 1851, mais la certitude du déplacement est confirmée par la présence de Dumas sur un navire de guerre français portant ce nom « Le Véloce », ayant relâché en les trois ports indiqués dans le titre, et sur lequel avaient aussi pris place outre l’inséparable Maquet, coauteur de la plupart des romans à succès des années 1840, le peintre L. Boulanger, ainsi qu’Alexandre Dumas fils. La relation n’a éveillé ni l’intérêt ni l’écho de l’expédition au Sinaï. Le voyageur ne pénètre guère le pays. Et surtout, la mission est une commande gouvernementale à peine déguisée : fournir de la littérature de propagande pour favoriser l’essor de la colonisation et vanter les charmes comme les réalisations de la colonie.

36Nous sommes bien loin du « voyage en Orient » et de son acclimatation pour Européens, où la vulgarisation conduit vite à l’affadissement.

37Ce que nous découvrons, à comparer Quinze jours... et Le Véloce..., c’est le changement du rapport à l’Orient dans la société française du xixe siècle. La première œuvre citée parle d’une région visitée en touriste, imagée, dépaysante, où le voyageur se retrouve et se perd à la fois. Estranger demeure celui qui s’essaie aux costumes et coutumes Indigènes, qui « goûte » sans vraiment ingérer, découvre sans Jamais pénétrer, essaie sans pouvoir adopter. Il fait encore peur, même si, comme le vicomte de Marcellus en Grèce, ou Claude-Etienne Savary en Syrie, le voyageur maîtrise la langue du pays visité. Les scènes de genre (départ de caravane, souk des bijoutiers, porte du harem, bains maures, prière du vendredi, etc.), servent à réduire un domaine étranger à des saynètes ou vignettes, diminuent la distance sans supprimer pour autant les différences et incompréhensions. La mise en scène du Sinaï acclimate celui-ci au goût européen, mais non sans accentuer à la fois son étrangeté et sa proximité, son éternité et son absence d’évolution. Nous sommes, certes, à cent lieues des descriptions anthropologiques du xviiie siècle, mais l’univers décrit résiste encore ; il ne se laisse pas assimiler.

38A l’inverse, la croisière du Véloce... relève d’une tout autre catégorie. A côté du « domaine levantin » sous un contrôle ottoman entamé mais encore puissant, existe désormais un « domaine maghrébin » – dénommé africain plutôt qu’oriental, rappelons-le – qui, lui, est mûr aux ailes et blet au centre. L’Algérie est tombée sans grande résistance. Le dey et les siens ont démontré les faiblesses d’un gouvernement incapable de s’adapter, d’une économie étouffée, d’une société bloquée. Or le pays déchu n’attire pas les touristes mais les militaires et les colons. Sabreurs et défricheurs n’ont rien à faire des plumitifs et le rêve oriental fait place au rêve colonial. La tâche est autrement noble et exaltante. Ce n’est plus celle de quelques esthètes fortunés ou commandités, chargés de décrire un monde inconnu, peu accessible à leurs compatriotes, mais celle de conquérants, d’entrepreneurs, de gens d’affaires, de cultivateurs, d’administrateurs, mieux à même de représenter toute une nation et occupés de faire fructifier un bien dont ils viennent de s’emparer. La France se saisit d’un territoire condamné de toute façon à la stagnation. A elle revient la noble tâche de le mettre en valeur, le moderniser... La fameuse mission civilisatrice se profile en arrière-plan.

39Si cette idéologie de l’expansion coloniale et du progrès n’est pas encore explicite, dans les années 1850, si le colonisme algérien (cette idéologie du colonat) ne se forge vraiment qu’après la chute du Second Empire en 1870, un nouveau type d’Orient est en train de naître. Et Dumas est bien, à travers deux textes différents, le témoin de ce passage. Le vieil Orient romantique, dont l’aura s’éteint à mesure où le pouvoir turc s’affaiblit, brûle de ses derniers feux. L’Orient des bateaux à vapeur, du chemin de fer, du machinisme, des grands travaux, de l’irrigation, de l’armement, de la technique (étrangère), celui des ingénieurs, est en marche. Les Saint-Simoniens tenteront bien de faire la jonction entre ces deux Orients, sans se rendre compte que leurs idéaux technologiques conduisent à la perte d’identité de ceux qu’ils se proposent de « transformer ». Mais Dumas, prêtant sa plume pour encourager le colonat en Algérie, ne reste-t-il pas dans la logique du Dumas décrivant l’expédition de Bonaparte en Égypte, avec ses savants, ses archéologues, ses botanistes... qu’accompagnent des généraux sabreurs, enfumeurs de grottes, incendiaires de villages entiers et une soldatesque pillarde, voleuse, violeuse ?

Conclusion

40Les « Orients » de Dumas sont autant de duperies. Chaque fois le lecteur est trompé sur la marchandise. D’abord, parce que l’écrivain ne s’est préoccupé que d’illustration et de renvoyer à un code convenu, à l’Orient que ses lecteurs ont dans la tête – ou qu’il imagine qu’ils doivent avoir dans la tête. Ensuite, parce que le voyageur a usurpé sa position et s’est exprimé à la place d’un autre – négrifiant, plagiant, rançonnant, exploitant – donc s’est approprié des paysages, des monuments, des événements, qu’il n’a ni vus ni vécus et sur lesquels il rajoute un brouet de sa façon, pour, sinon tirer à la ligne, au moins se faire plaisir. Enfin, parce que l’Orient maghrébin qu’il a visité, il l’a désorientalisé, pour le mieux africaniser et franciser, se l’assimiler au nom de la France coloniale.

41En d’autres termes, l’Orient triple de Dumas ne peut être confondu avec celui de ses contemporains en écriture, qui eux ont au moins « rencontré » une religion, des cultures, des peuples, des cités, ont suivi des itinéraires et se sont aussi trouvés en se déplaçant. Cet Orient fictif, copié ou utilitaire, sous quelque aspect qu’il se présente, n’a aucune ressemblance avec celui révélé par le Voyage de Nerval par exemple. C’est de la triplure pour confectionneur, qui taille dans l’Orient de quoi renforcer les fantasmes de Après avoir décoché cette flèche du Parthe, faut-il avouer que les fabrications, avec tous les défauts qu’elles comportent, n’empêchent point la délectation du lecteur et qu’il est prêt à se laisser conter de ces Orients-là tous les Jours. Ne serait-ce que pour échapper aux Orients d’aujourd’hui, d’où il voit poindre tant de menaces, qu’il ne connaît guère, donc qu’il méprise, et dont il a peur à la fois... Il faudrait pourtant que l’Occident cesse un jour de se réfugier dans l’imagerie passéiste, domine ses peurs et se donne enfin les moyens de relancer l’étude sérieuse du « domaine oriental », pour le comprendre mieux qu’il ne l’a fait jusqu’à présent.

Notes

1 Impressions de voyage, 1855-59.

2 Le comte de Monte-Cristo (édition critique présentée par J.-H. BORNECQUE), Paris. Garnier, 1962, 2 vol.

3 Quinze jours au Sinaï Impressions de voyage, Paris, 1839. Réédition, Plan de la Tour, Éditions d'Aujourd'hui. 1979.

4 Le Veloce ou Tanger. Alger. Tunis, Paris. 1848-1851.

5 Mirage est ici employé au double sens d'illusion, le produit, et de déplacement, la cause. C'est par son mouvement horizontal que le voyageur crée la réfraction d'une image dans l'axe vertical. Je ne suis pas la première à vouloir rapprocher le terme mirage, non seulement de miroir, qui est de même origine, mais du mi'raj arabe (de 'araja dans le sens d'aller mais aussi de s'élever). Quitte à faire frémir les philologues !

6 Nefissa HAMEL. "L'horizon oriental de Monte-Cristo. Lecture prismatique d'un roman d'aventures", communication au colloque "D'un Orient l'autre. Les métamorphoses successives des perceptions et connaissances". A paraître sous le même titre, CEDEJ-CNRS (Vol 1).

7 Dumas appelle "Monte-Cristo" le château délirant qu'il se fait construire... et saisir peu après par les créanciers : on y trouve un groom noir antillais. L'appellation sert encore de titre à un journal (1857-1860) dont Dumas assure seul la rédaction (après la disparition du Mousquetaire, 1854-55).

8 J.-H. BORNECQUE a tenté de démêler la part respective des deux hommes : nous y renvoyons le lecteur.

9 Pour ce qui est de l'œuvre théâtrale, voir l'essai de Maxime RODINSON : "Le châtelain bourguignon et l'esclave sarrasin. De Charles vi à Alexandre Dumas", D'un Orient l'autre... op. cit.

10 « La délirante expédition d'Égypte, véritable pot-pourri de poncifs de l'Ancien Régime, de brutalité jacobine, de miraculeuse démence, de panache à la française, marque l'apogée et la fin d'une époque », écrit Remo GUIDIERI, in "Conrad, découvreur de la Mélanésie", Le Monde, 16-17 septembre 1984.

11 Citons, à titre d'exemple, les opéras auxquels assistent, dans le courant de 1838, Monte-Cristo et différents personnages du roman : à Rome, Parisina de DONIZETTI créé cinq ans auparavant à Florence (I, 471) : à Paris. Robert le Diable de MAYERBEER créé à Paris même en 1831 (I, 769-786).

12 Cf. la note de J.-H. BORNECQUE (vol. I, 155) citant l'Alexandre Dumas de H. CLOUARD (1954).

13 Alexandre DUMAS, Quinze Jours au Sinaï, Impressions de voyage, nouvelle édition, 1979, p. 63.

14 Cf. Le texte "Le diamant et la vengeance", récit de Peuchet dont s'est inspiré Dumas, in Le Comte de Monte-Cristo, op. cit. (éd. 1962), en annexe.

15 L'École des langues orientales est fondée en 1795.

16 Pierre LOTI, Aziyadé. Paris, Calmann-Lévy, 1946, p. 50 (1re édition, 1879).

17 Monte-Cristo, I, XXXVII-XXXVIII. J.-H. BORNECQUE cite aussi quelques traits empruntés à un roman antérieur de Dumas, Georges.

18 Marie-Louise DUFRENOY, L'Orient romanesque en France 1704-1789, Montréal, Éditions Beauchemin. 1946.

19 Sur le peintre DAUZATS, voir Théophile GAUTIER, in Portraits contemporains. Paris, Charpentier, 1874.

20 Cf. Jean-Marie CARRÉ, Voyageurs et écrivains français en Égypte, 2 vol.. Imprimerie de l'IFAO. Le Caire, 1956. Voir volume 1, p. 212-219.

21 Cf. Baron TAYLOR et Louis REYBAUD, La Syrie. l'Égypte, la Palestine et la Judée considérées sous leur aspect historique, archéologique, descriptif et pittoresque, 2 vol.. Paris, 1839, et R.P. LAORTY-HADI pseudonyme de TAYLOR. L'Égypte, Paris, 1856.

22 La formule prud'hommesque est de J.-M. CARRE, op. cit., p. 213.

23 Ajoutons-y la réhabilitation du Moyen-Age, chère aux romantiques, que signale Claudine GROSSIR dans son Islam des romantiques, vol. I, 1811-1840, Paris, Maisonneuve et Larose p. 11 ; voir aussi p. 148-150.

24 Je renvoie à la sélection que Jean-Claude BERCHET a rassemblée dans le Voyage en Orient Anthologie des voyageurs français dans le Levant au xixe siècle, Paris, R. Laffont, 1985. Outre les textes, son introduction (3-20) mérite lecture.

25 Mais les rapprochements croisades-expédition. Saint Louis-Bonaparte, ne sont pas le propre de Dumas. Passant à Mansourah aussi, le comte de Forbin s'y était déjà essayé en 1819. Cf. Louis-Auguste FORBIN. Voyage dans le levant en 1817 et 1818. Paris, Challamel. 1819.

Auteur

Chercheur indépendant

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540