Version classiqueVersion mobile

Les chrétiens égyptiens aujourd’hui

... Et l’autre

La parole est à la défense

Texte intégral

1Nous donnons ici des extraits du rapport établi par un maître des Requêtes au Conseil d’État, touchant une plainte déposée en date du 12 janvier 1982 auprès du même Conseil (tribunal de jugement administratif), par le Patriarche Chenouda III, contre le président de la République et le premier ministre, ès qualités. En portant sa cause devant l’institution du dernier recours, le Patriarche (ici désigné comme « le plaignant ») voulait en appeler de l’État à l’État, d’une décision injuste prise par l’exécutif (la privation par décret de ses pouvoirs et prérogatives de Patriarche, le 5 septembre 1981) à une autre instance, tenue pour régulatrice : il démontrait ainsi la persistance de sa loyauté envers l’État égyptien et ses institutions, et la confiance qu’il leur maintenait.

2L’avis du rapporteur sur la cause est entièrement favorable et les juges du Tribunal de jugement administratif sont invités à donner gain de cause au plaignant, ce qu’ils n’ont pas manqué de faire.

3L’intérêt du document ci-dessous réside essentiellement dans le rappel circonstancié qu’il fait des diverses charges retenues contre le Patriarche, certaines de ces charges étant assez anciennes et certaines autres étant devenues pour être souvent reprises et répétées, des faits établis dans l’esprit de nombreux musulmans (ainsi les accusations liées au thème de la « nation copte ») : on verra ainsi que le rapporteur établit l’inanité de toutes ces charges.

4(...) Le décret dont il a été fait appel, il s’agit du décret n. 491 de l’année 1981, par lequel le Chef de l’État annulait les effets du décret n. 2772 de l’année 1971, en nomination du Patriarche Chenouda III et nommait en remplacement du Patriarche une commission pontificale formée de cinq évêques, ne faisait aucune mention des motifs ; ces motifs apparaissent dans les entretiens et discours du président de la République, et ils sont dépourvus du moindre fondement. En fait le président de la République a été dans cette affaire victime d’un certain nombre de personnes arrivistes et sans scrupules ; parmi lesquelles se trouvent des chrétiens. Les derniers événements ont montré que le plaignant n’avait aucun lien avec ce que l’on a appelé la « sédition confessionnelle » à Zâweya-l-hamrâ, que, bien au contraire, il avait toujours travaillé à l’unité nationale et à l’intérêt de l’Égypte. (...)

5Dans deux rapports issus des services de la Sécurité de l’État et présentés par l’assistant du procureur socialiste devant le Tribunal des Valeurs, le 3 janvier 1982, il est reproché au plaignant d’avoir eu, depuis son accession au trône pontifical en 1971, une action continue et persistante tendant à mettre en péril l’unité nationale et la paix sociale.

6Il aurait contribué à réveiller les sentiments confessionnels en prétendant que l’Égypte est un État copte colonisé par les musulmans. Au cours du mois d’août 1973, il aurait rencontré au couvent des Syriens dans le Wadi al-Natrûn, les rédacteurs de la revue al-Kirâza, dont il est le directeur, et les aurait enjoints d’assigner pour but à cette revue le réveil de l’entité communautaire et de la langue copte, ainsi que de traiter dans les pages de cette revue les problèmes des Coptes avec audace et franchise. Au cours du mois de janvier 1975, il lui est reproché d’avoir créé au couvent d’Amba Roweis des classes d’enseignement de la langue copte et donné instruction aux églises de suivre cet exemple, et cela dans l’idée que l’Égypte est fondamentalement copte et que les musulmans y sont des étrangers. En septembre 1975, il lui est reproché d’avoir donné instruction aux églises de ne pas fêter le jour de Nairouz, le 12 septembre, et, dans son prêche hebdomadaire il a dit que l’Église était triste, sans donner les motifs de cette tristesse ; les cadres des Écoles du Dimanche auraient ensuite répété que la cause de cette tristesse résidait dans l’épreuve traversée par les Coptes qui se trouvaient en butte aux persécutions musulmanes.

7Le 11 janvier 1977, il a rencontré les prêtres du gouvernorat de Ménoufia et il les aurait exhortés à faire prendre conscience à la jeunesse chrétienne de la nécessité d’avoir de nombreux enfants, et par conséquent de ne pas différer les mariages (...) ; il aurait également exhorté les prêtres de la Ménoufia à ne pas craindre de faire du prosélytisme, et à participer, en dehors des églises, aux réunions politiques et aux activités de masses cela afin d’affirmer la présence chrétienne. Il a aussi prononcé une conférence en la cathédrale St. Marc sous le titre : « L’Évangile de Barnabé et son opposition au Coran », conférence dans laquelle il citait des versets coraniques et des opinions de certains savants musulmans pour soutenir ses thèses, incitant ainsi les savants chrétiens à suivre la même méthode. Et dans une autre conférence prononcée aussi en la cathédrale, sous le titre « La Trinité et l’Unicité », il a cité des versets coraniques tronqués et modifiés.

8Les deux mêmes rapports rappellent, au chapitre de l’« incitation à la haine du régime », d’autres faits et déclarations du Patriarche. En date du 31 août 1977, il présidait une réunion du Saint Synode, qui résolut de présenter au président de la République un mémoire expliquant les raisons du refus, par les communautés chrétiennes, de l’application de la loi islamique et de la loi sur l’apostasie ; il a proposé que les membres du Synode conduisissent une manifestation qui passerait devant le siège de la présidence, et devant les ambassades et les agences de presse étrangères, en signe de protestation contre la persécution dont les Chrétiens sont l’objet de la part des musulmans ; cette manifestation s’est trouvée différée dans l’attente des résultats de la rencontre du président avec les envoyés du Saint Synode.

9Il aurait également utilisé à des fins politiques le meurtre du prêtre Gabriel Abdelmutagalli à Minia, le 3 septembre 1978, et cela en chargeant le Qommos Antonios Thabet, secrétaire du Patriarcat à Alexandrie, de tenir des réunions pour exiger qu’on réponde aux revendications des Coptes, réunions où l’on a mis en doute la neutralité des forces de police et de la justice ; que tout ceci se soit passé pendant que se déroulaient les entretiens de Camp-David montre bien que le but était de faire pression sur les responsables.

10Au mois d’octobre 1979, il lui est fait grief d’avoir envoyé l’Amba Tadros, évêque de Port-Sait, à Chypre, en compagnie d’autres évêques, afin qu’ils mobilisent l’opinion publique chrétienne à l’étranger contre le gouvernement et le régime égyptien, et afin de pousser les associations coptes de l’étranger à intervenir et faire pression sur le gouvernement, pour empêcher l’application de la loi islamique.

11Il aurait pareillement fait un usage politique de l’agression commise à l’université d’Alexandrie contre trois étudiants chrétiens, le 18 mars 1980, et a chargé le Qommos Antonios Thabet de tenir des réunions avec les étudiants chrétiens, afin de les mobiliser et de les inciter à des actions de protestation.

12Il a enfin décidé, après convocation du Saint Synode, la même année, que la fête de Pâques ne revêtirait pas le caractère d’une célébration festive, et qu’il ne recevrait pas, à cette occasion, les traditionnelles félicitations des responsables, tout ceci coïncidant avec les préparatifs de la visite, puis la visite elle-même du président de la République aux États-Unis, et l’incitation des associations coptes de l’étranger à prendre des positions hostiles pendant cette visite, dans le but de faire pression sur le président et de lui rappeler les revendications coptes.

  • 1 – La législation en vigueur stipule, en effet, que, si les Coptes orthodoxes se trouvent justiciabl (...)

13Les deux rapports de police susmentionnés font référence également à des reproches faits au Patriarche touchant le désir de celui-ci de donner à sa fonction un caractère politique, et d’utiliser la religion à des fins politiques. Ainsi, il aurait, lors d’une réunion du Conseil de la Communauté, le 24 février 1975, demandé que la commission juridique dudit Conseil étudie la loi sur les pouvoirs locaux, en vue d’une représentation des Coptes en tant que tels au sein des conseils locaux ; qu’elle étudie également la loi sur le statut personnel, en vue de demander sa révision, dans le sens d’une application de la législation du contrat en cas de mariage entre membres de sectes différentes1 ; il aurait aussi donné son accord à l’envoi de messages aux responsables, demandant une représentation authentique des Coptes au sein de l’Union Socialiste.

  • 2 – Il est fait allusion ici au recensement parallèle opéré par le Patriarcat, afin d’avoir à sa disp (...)

14Le 19 juillet 1975, il aurait, lors d’une réunion avec les prêtres d’Alexandrie, demandé à ceux-ci de procéder à un recensement des Chrétiens dans cette ville, afin de compléter le registre de recensement tenu par le Patriarche, et il aurait chargé l’Amba Pimène, alors évêque général, de transmettre la consigne, dans chaque diocèse, aux cadres des Écoles du Dimanche, afin que ceux-ci achèvent dans les meilleurs délais, le recensement total des Chrétiens d’Égypte2.

15En date du 5 janvier 1977, il aurait, lors d’une réunion tenue avec les prêtres du Caire au Patriarcat, exhorté ceux-ci à achever rapidement la préparation d’un projet de loi unifiant le statut personnel des communautés chrétiennes, afin que ce projet soit présenté aux instances législatives avant le projet de loi de statut personnel pour les musulmans.

16Au cours du mois d’août 1977, prenant occasion de ce que publiait la presse sur le projet de loi sur l’apostasie, il a tenu un grand nombre de réunions avec les prêtres du Caire et les juristes chrétiens afin d’examiner les conséquences que pouvait avoir cette loi sur les Chrétiens ; puis, en date du 1er septembre 1977, il annonça en présence de plusieurs évêques, le début d’une période de jeûne, à partir du 5 du même mois, en protestation contre ce projet de loi. (...)

17En date du 4 novembre 1979 il a tenu une réunion au monastère Amba Bishoi dans le Wadi al-Natrûn avec un certain nombre d’évêques et de religieux afin de préparer un mémoire de protestation contre l’application de la loi islamique (...) et le 7 novembre suivant il a tenu une réunion à la cathédrale pour présenter les modifications qu’il entendait introduire dans l’article 2 de la Constitution, pour protéger les droits des Coptes ; à la fin de la réunion, les présents ont signé un mémoire qui proposait l’ajout de la phrase suivante à l’article 2 (« La loi islamique est la source principale de la législation ») « dans la mesure où elle n’entre pas en contradiction avec les dispositions législatives coptes ». Au cours d’une réunion tenue au mois de décembre à Amba Bichoi, il aurait dit qu’il attendait les résultats des contacts pris avec les responsables à propos des garanties demandées pour la protection des droits des Coptes, et que si ces résultats s’avéraient négatifs, « il provoquerait un bain de sang d’Alexandrie à Assouan ». (...)

18Il est facile néanmoins de conclure à l’inanité de toutes ces charges retenues contre le plaignant, si l’on se réfère aux articles, conférences et prêches écrits et prononcés par lui en diverses occasions et notamment à ce qu’il a déclaré le 8 février 1977 en présence du président de la République : « Nous désirons par-dessus tout inculquer à nos enfants l’amour de leur pays ; nous voudrions qu’ils aiment, de ce pays qui est le leur, chaque rue, chaque monument, chaque institution. Nous désirons aussi inculquer aux gens le respect de l’autre, même en cas de divergence d’opinions... » ou encore, le 11 octobre 1977, en présence du président de la République également, à l’occasion de la pose de la première pierre de l’hôpital St. Marc : « L’Égypte est notre patrie bénie, c’est ce pays dont le Livre Saint dit plusieurs fois qu’il est l’objet de la grâce divine... Nous déclarons hautement que ce beau pays est dirigé par un grand homme d’État et un chef bien-aimé, le président Anouar al-Sadate, pour qui nous prions sans cesse, selon les commandements de l’Église qui nous enseigne qu’il faut rappeler le nom du chef de l’État à chaque messe, ce qui fait que prier pour lui constitue, pour nous, à la fois un élément de notre croyance et une façon d’entretenir avec lui une relation personnelle ». (...)

19Puisqu’il est clair qu’il n’y avait pas de péril actuel au moment où a été promulgué le décret dont il est fait appel, la police ayant maîtrisé la situation (allusion aux événements de Zâweya-l-hamrâ’ antérieure de plus de deux mois à la décision présidentielle de reléguer le Patriarche) avec sagesse et habileté, et la sécurité publique ayant été pleinement rétablie, le Parquet de son côté ayant, à la suite de son enquête, découvert les meneurs de la sédition, qui étaient en nombre infime et de l’action desquels on ne peut inférer des menées visant l’unité nationale, en un mot les choses étant rentrées dans l’ordre dès le mois de juin 1981, comme d’autre part la condition permettant au chef de l’État d’user des pouvoirs exceptionnels à lui conférés par l’article 74 de la Constitution réside dans l’existence d’un péril actuel et soudain menaçant l’unité nationale ou l’intégrité du pays ou empêchant l’État de jouer son rôle constitutionnel, condition visiblement non remplie au moment où a été pris ce décret, il se trouve dépourvu de motivation et par conséquent infondé juridiquement, ce qui le frappe ipso facto de nullité. (...)

20Puisque, en ce qui concerne les propositions faites par le plaignant à propos d’une modification de l’article 2 de la Constitution, elles ne peuvent pas être considérées autrement que comme des demandes qu’il est tout à fait légitime, pour un groupe ou une communauté, de présenter, pour autant que ce groupe ou cette communauté estime que ses intérêts sont en jeu, et dans la mesure où ces demandes ne sortent pas du cadre légal ou constitutionnel ; puisque, de toute façon, la demande, exprimée par le plaignant, que, lors du débat sur l’amendement de l’article 2, il fût tenu compte des droits et des intérêts spécifiques des communautés chrétiennes, a été effectivement mise en discussion au Parlement par les représentants du peuple, et donc de façon tout à fait constitutionnelle ; puisqu’enfin, les autres accusations adressées à l’endroit du plaignant par les deux rapports de la Sécurité de l’État, ne sont pas, dans leur grande majorité, mieux fondées que celle-ci (...),

21nous concluons en faveur d’un jugement en annulation du décret dont il est fait appel, avec toutes les conséquences que cette annulation implique, et avec la condamnation du gouvernement aux dépens.

Notes

1 – La législation en vigueur stipule, en effet, que, si les Coptes orthodoxes se trouvent justiciables de leur propre loi pour tout ce qui regarde le statut personnel, ils seront néanmoins jugés selon la loi islamique au cas où, par suite d’une conversion ou d’un mariage mixte, les deux époux se trouvent appartenir à deux sectes chrétiennes différentes ; d’où la revendication de l’application, même dans ces cas-là, de la « loi du contrat », qui, en tout état de cause, n’est pas musulmane, revendication solidaire de celle qui appelle à une unification des diverses législations chrétiennes en un code unique de statut personnel pour les non-musulmans.

2 – Il est fait allusion ici au recensement parallèle opéré par le Patriarcat, afin d’avoir à sa disposition un chiffre, même approximatif, du nombre des Coptes en Égypte, qui puisse être opposé au chiffre fourni par l’État lors des recensements successifs. Il est communément admis que le dernier recensement officiel, effectué en 1976, a nettement sous-estimé le poids statistique de l’élément copte : le nombre des Chrétiens (sans distinction de sectes) y était évalué à deux millions 300 000, soit 6 % de l’ensemble de la population. Milâd Hanna, dans le livre déjà cité, donne une explication généreuse à cette sous-estimation : l’agent du recensement, par souci de ne pas gêner les gens, surtout dans les villages, aurait évité de poser ouvertement la question de l’appartenance religieuse, remplissant d’office la case réservée à la religion... en inscrivant musulman. On cite même le cas d’un prêtre déclaré musulman, à Alexandrie...
À titre de référence, rappelons que l’estimation faite par le Patriarcat du nombre de Coptes orthodoxes en Égypte était de cinq millions. (Un huitième de la population).
Notons aussi qu’une autre source, religieuse aussi mais non-égyptienne la World Christian Encydopedia (Oxford – 1982), distingue, à l’article Egypt, deux groupes de Chrétiens, les « professing », estimés pour la période médiane de la décennie 70 – 80, à 2 millions 300 000 (soit le chiffre officiel, légèrement corrigé), et les « crypto-christians », estimés, pour la même période, à 4 millions 400 000 ; il faut comprendre, par cette dernière dénomination, aussi bien les Coptes enregistrés d’office comme musulmans, à leur insu ou non, que les convertis à l’islam (la conversion se fait presque toujours pour des raisons non-religieuses) et les enfants, voire les petits-enfants de convertis (le souvenir d’une origine non-musulmane persiste longtemps). L’addition des deux chiffres donnerait (avec une extrapolation aux années médianes de la décennie 80 – 90), une proportion réelle d’un sixième de Coptes dans l’Egypte d’aujourd’hui (juin 84).

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Volume papier

mollat.comamazon.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search