Version classiqueVersion mobile

Les chrétiens égyptiens aujourd’hui

... Et l’autre

Plan secret de grande importance et gravité

Texte intégral

  • 1 – Voir notamment l’article dense et précis d’Alfred Schlicht in Orient n. 2 – 1983 : « Muslime und (...)
  • 2 – Voir le texte et le contexte du prêche in Le Prophète et Pharaon op. cit. p. 228.
  • 3 – Il s’agit d’une étude de prospective, publiée par Oded Yinon dans la revue de l’Organisation sion (...)

1Ce document, dont tout indique qu’il est un faux, sans doute fabriqué par les Services de Sécurité, a néanmoins un grand intérêt d’abord parce qu’il a connu une grande diffusion, sous forme polycopiée, tant dans les milieux coptes que les milieux musulmans, et qu’il fait l’objet de mentions assez fréquentes dans la presse et aussi dans des études spécialisées1, et ensuite parce que s’y manifeste, sans doute de façon exagérément accusée, une idéologie, ou plutôt une ligne de pensée qui se trouve aux antipodes de l’idéologie officielle et qui consonne étrangement avec certaines idées et certains desseins prêtés aux Coptes par des éléments hostiles de la communauté musulmane d’Égypte (voir notamment l’apostrophe adressée par le cheikh Kichk dans un de ses prêches au patriarche Chenouda III : « Ne crois pas, Amba Chenouda, que nous te laisserons impunément devenir le chef politique des Chrétiens de ce pays »... etc.2) : en dernière analyse, l’ensemble de ces idées vient s’insérer, aux yeux des intellectuels de gauche antisionistes (qui ne sont pas nécessairement musulmans) dans le fameux « plan israélien » révélé au public égyptien par l’Ahrâm iqtisâdi en octobre 19823.

2Nous remercions le C.E.M.A.M. (Beyrouth), de nous avoir communiqué ce document, accompagné d’une traduction et de quelques notes explicatives.

3Voici le Compte-rendu d’une réunion tenue à huis-clos par Amba Chenouda le 5 mars 1972 avec le clergé et les notables de la communauté d’Alexandrie, à l’église Saint Marc de cette ville, et que les Services spéciaux égyptiens ont pu détecter. (...)

4Le Patriarche a déclaré que ses propres sources, à l’Organisme de Statistiques, lui ont appris que le nombre des Chrétiens en Égypte se rapprochait actuellement de huit millions. (...) Le plan général arrêté lors de cette réunion comporte en particulier des instructions données au peuple de l’Église en vue de lui faire atteindre, numériquement, la moitié du peuple égyptien, et ce afin que, pour la première fois « depuis treize siècles de colonisation arabe de notre pays » le nombre des Chrétiens égale celui des Musulmans. (...) Dans cette intention, l’Église interdit absolument la limitation des naissances et considère ceux qui la pratiquent comme hors de l’Église, chassés de la miséricorde de Dieu, assassins du peuple de l’Église (...). Les résolutions suivantes ont été prises :

  • Interdiction de la limitation ou de la planification des naissances dans le peuple de l’Église ;

  • Encouragement à la limitation des naissances parmi les Musulmans cela étant facilité par le fait que 60 % des médecins et membres des professions paramédicales appartiennent au peuple de l’Église ;

  • Encouragement au mariage précoce parmi les Chrétiens, en diminuant les frais et taxes perçus par l’Église en cette occasion ;

  • Défense absolue faite aux propriétaires d’immeubles et de maisons de louer un appartement, une maison, un local commercial à des musulmans.
    (...)

5Le Patriarche a dit ensuite : « L’argent nous arrive de trois côtés : d’Amérique, d’Éthiopie et du Vatican. Mais il nous faut aussi compter sur notre argent à nous, sur celui que nous amassons ici. C’est pourquoi il faut veiller, plus encore que nous ne le faisons, à acheter des terres et à se faire rembourser emprunts et subventions. Les statistiques officielles nous apprennent que plus de 60 % du commerce en Égypte est entre les mains des Chrétiens. Il faut travailler à augmenter encore cette proportion, car notre planification économique, à l’avenir, se fondera sur l’appauvrissement des Musulmans. Il sera bon de demander, périodiquement, aux Chrétiens, de boycotter économiquement les Musulmans, ce boycottage s’étendra aux avocats musulmans, aux comptables, enseignants, médecins, pharmaciens... musulmans ; de même il faudra demander de boycotter les établissements de commerce des Musulmans et même les coopératives, dans la mesure du possible, et traiter, pour toutes les affaires, avec nos frères du peuple de l’Église. Il faut aussi insister auprès des patrons chrétiens afin qu’ils n’emploient plus d’ouvriers et d’artisans musulmans, même si cela doit leur coûter plus d’efforts et de peine. (...) »

6Puis le Patriarche a dit : « Il nous faut redoubler d’efforts dans le domaine du prosélytisme. Le plan que nous avons établi se fonde davantage sur un prosélytisme de masse que sur des conversions individuelles. La raison en est que notre but est d’ébranler la foi musulmane et l’attachement à l’Islam du plus grand nombre possible de Musulmans, sans qu’il soit nécessaire de les faire entrer dans l’Église. (...) Si nous réussissons dans notre plan, nous aurons écarté de notre chemin certaines catégories de personnes, qui, si elles ne sont pas avec nous, ne seront pas non plus contre nous.

7Il faut cependant veiller à ce que ce plan soit suivi de manière tranquille, intelligente et douce, afin de ne pas éveiller les soupçons des Musulmans ni susciter leur colère ; le danger qui réside dans les conversions individuelles au christianisme, par exemple, est que le bruit s’en répand, ce qui a pour résultat d’éveiller la méfiance des Musulmans. Nous avons donné des instructions à toutes nos églises afin que les membres de notre peuple se conduisent toujours avec les Musulmans de manière cordiale, qu’ils apaisent leur colère, et qu’ils s’attachent à les persuader que les rumeurs de conversion sont fausses. De même nous avons demandé aux pasteurs de nos églises, aux moines, aux prêtres de participer aux manifestations religieuses des Musulmans, de les féliciter à l’occasion de leurs fêtes, et de leur témoigner cordialité et amour. Il est recommandé aussi aux enfants de l’Église, où qu’ils se trouvent, et partout où ils sont en contact avec les Musulmans (administrations, ministères...) de montrer le même esprit de bienveillance envers leurs collègues musulmans. (...) »

8Le Patriarche a ensuite lancé un avertissement à ceux qui veulent briser l’unité du peuple de l’Église, les enjoignant de se repentir sans retard, de demander pardon et absolution, et de ne plus contester son autorité et ses commandements.

9Enfin le Patriarche a énuméré les demandes qu’il avait l’intention de présenter officiellement au gouvernement : il s’agit des demandes suivantes :

  • Que le second rang soit réservé, dans le protocole, au Patriarche, immédiatement après le président de la République et avant le premier-ministre ;

  • Que huit portefeuilles ministériels soient réservés aux Chrétiens ;

  • Que le quart des postes de responsabilité, dans l’armée et la police, leur soit réservé, comme cela se faisait par le passé ;

  • Que le quart des postes de responsabilité leur soit réservé également dans le domaine civil (présidents de Conseils d’administration, gouverneurs, sous-secrétaires d’État, directeurs de ministères, présidents de conseils locaux...) ;

  • Que l’on permette aux Coptes de fonder leur propre université ;

  • Qu’on les autorise à avoir leur propre station de radio, qu’ils financeront eux-mêmes. (...)

10Le Patriarche a conclu en citant l’exemple de l’Espagne chrétienne, qui est retournée à ses maîtres chrétiens après sept siècles de colonisation musulmane. L’Égypte aussi pourrait revenir aux mains de ses légitimes propriétaires. D’ailleurs l’histoire contemporaine montrait que plus d’un pays était revenu à ses vrais propriétaires après de longs siècles d’exil (il faisait ici allusion à Israël).

Notes

1 – Voir notamment l’article dense et précis d’Alfred Schlicht in Orient n. 2 – 1983 : « Muslime und Kopten in heutigen Aegypten ».

2 – Voir le texte et le contexte du prêche in Le Prophète et Pharaon op. cit. p. 228.

3 – Il s’agit d’une étude de prospective, publiée par Oded Yinon dans la revue de l’Organisation sioniste mondiale, Kivûnin, en février 1982. Dans cette étude, qui systématise sans doute un certain nombre d’idées qui circulaient depuis plusieurs années, l’auteur passe en revue les pays arabes en insistant sur les facteurs de division interne ; abordant le cas de l’Égypte, il dit qu’elle est constituée d’une « majorité musulmane sunnite, affrontée à une nombreuse minorité de Chrétiens, environ 7 millions ». « La division de l’Égypte en régions bien délimitées est le but politique d’Israël pendant les années 80... La présence d’un État chrétien copte dans le Sa’id, à côté d’un certain nombre de petits États d’influence régionale, voilà la clé d’une évolution historique positive, qui, si elle s’est trouvée contrariée par Camp-David, apparaît comme nécessaire dans le long terme ».
Traduit dans la Revue d’Études Palestiniennes (n. 5 – automne 1982) puis dans l’Ahram Iqtisâdi (17 – 18 octobre 1982), cet article a fait l’objet de références nombreuses dans la presse égyptienne, soit directement, soit indirectement, (allusions répétées à un « plan israélien »).

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Volume papier

mollat.comamazon.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search