Version classiqueVersion mobile

Les chrétiens égyptiens aujourd’hui

... Et l’autre

La bataille de Zaweya-l-Hamra

Texte intégral

1(...) Zâweya-l-hamrâ est un quartier du centre du Caire habité par environ cinquante mille Coptes, dont la plupart sont des émigrés du Sa’id, établis là depuis une trentaine d’années, et vivant dans la misère, entourés d’une majorité musulmane.

2Ces Coptes étaient, et sont toujours, privés de toute infrastructure religieuse : si une famille veut assister à la messe dominicale, à des fiançailles, à un mariage ou à des funérailles, elle doit se rendre dans un quartier voisin pour trouver une église, à Charabeya, à Chobra, à Faggala, au Daher, au Wayli... s’exposant ainsi à la fatigue et aux désagréments liés aux transports publics du Caire ; ce qui fait que la grande majorité de la communauté s’abstient de participer à la vie de l’Église, tirant argument de la « difficulté des transports ».

3En 1981, la générosité poussa un Copte, du nom de Kamel Marzûq Samaan, à acheter un morceau de terrain afin d’y construire une église, destinée au service de la communauté de Zâweya-l-hmarâ. La procédure de cession du terrain et de son enregistrement suivit son cours normal, et Kamel Marzûq obtint même un jugement en confirmation de son droit de propriété du terrain.

4Il fallait cependant encore qu’il publiât sa décision de faire don du terrain à la communauté, afin que les fidèles aisés pussent contribuer à la construction de l’Église.

  • 1 William Makram Ebeid, issu d’une grande famille protestante d’Assiout participa à plusieurs gouvern (...)

5C’est alors que s’alluma la rage des groupes islamiques, toujours opposés à la construction d’une Église nouvelle en pays d’islam (...). L’étrange dans cette affaire fut que les notables du Parti National Démocrate, le parti au pouvoir, choisirent de faire de la surenchère sur les groupes khomeinistes égyptiens, et publièrent, le 15 juin 1981, un tract, distribué dans l’ensemble du pays, dans lequel ils adressaient des menaces à Kamel Marzûq, et l’accusaient d’usurper les biens publics ; ceci en dépit du fait que le secrétaire général du PND était à cette époque un Copte (Fikri Makram Ebeid, que l’on a brûlé politiquement, et qui, aujourd’hui pratiquement oublié de tous, se mord les doigts de désespoir, à l’instar de son frère aîné, William Makram Ebeid1 ; les agents du pouvoir connaissent tous le même sort).

6Ce tract diffusé par le Parti était en fait un appel lancé aux groupes khomeinistes égyptiens, afin que ceux-ci engagent tout de suite la guerre sainte... et afin que le PND conserve sa popularité.

7Deux jours après la publication du sinistre tract, le mercredi 17 juin (haziran) 1981, en plein jour, des membres des groupes islamiques se rassemblèrent par milliers, et armés, sur le terrain destiné à la construction d’une église ; ils étaient venus de l’ensemble du pays, utilisant gratuitement les moyens de transport publics ; ils étendirent des nattes sur le terrain, y prièrent et déclarèrent que ce terrain était devenu celui de la « Mosquée de la Conquête » ; ils mirent une grande banderole sur laquelle on pouvait lire : « La victoire vient de Dieu et la conquête est proche ».

8Kamel Marzûq, avec deux amis, voulut avoir recours aux autorités et ce fut pour eux comme s’échapper du brasier dans l’incendie. De voir ainsi se fermer devant eux toutes les issues, Kamel Marzûq et ses deux compagnons perdirent leur sang-froid, et ils engagèrent, eux, trois coptes, un combat suicidaire contre les milliers de membres des groupes islamiques. C’est alors que, comme par un signal donné, se déclencha une attaque générale contre les maisons et les établissements commerciaux des Coptes établis à Zâweya-l-hamrâ et dans les quartiers avoisinants. Survint la nuit, qui mêla bandits et honnêtes gens, et empêcha de distinguer entre le policier, le voleur, le pickpocket, et le membre de groupe islamique ; les misérables trouvèrent là une occasion propice au vol et au meurtre ; la confusion fut telle que certaines pillèrent ou détruisirent aussi des maisons de musulmans.

9Au matin du 18 juin 1981, l’État décida de retirer la vedette aux groupes islamiques, et il fit venir une armée forte d’un quart de million d’hommes, avec chars, véhicules blindés et artillerie, qui établit un blocus complet autour des quartiers de Zâweya-l-hamrâ, et Charabeya. (Exactement comme on avait jadis procédé avec les Bachmourites). On interdit l’accès de la zone aux correspondants étrangers et aux photographes ; les quelques photos qui ont été publiées ont été prises de loin et elles montrent des scènes d’assaut.

10L’agence de presse AFP rapporte qu’une conversation téléphonique avait eu lieu entre le ministre de l’intérieur et le cheikh Youssef al-Badri, chef du groupe de « la commanderie du Bien et le pourchas du Mal », à Helwan, et que le cheikh, à la suite de cette entretien, avait arrêté la marche de cinq mille de ses partisans armés, qui se dirigeaient de Helwan en direction des quartiers chrétiens du Caire. On apprit ensuite que le ministre de l’intérieur avait dit au cheikh al-Badri que c’étaient les forces gouvernementales qui s’occuperaient de châtier les Coptes, et cela sur les instructions du président croyant, Mohammad Anouar al-Sadate.

11C’est ainsi que pendant trois jours entiers, sous les yeux des responsables, on laissa libre cours au meurtre et au massacre, à la crucifixion sur les poteaux électriques, à toutes les horreurs : femmes et enfants jetés des fenêtres ou des balcons, cadavres brandis en triomphe, chrétiens brûlés vifs dans leurs maisons ou leurs magasins.

12Des instructions avaient été données pour que les officiers et soldats chrétiens ne participent pas à l’opération, soit qu’ils aient été dépouillés de leurs armes, soit qu’ils se soient vu donner des congés illimités.

13Un officier de police copte vit tuer son frère sous ses yeux, et il périt en martyr en se jetant mains nues contre les soldats armés. (...)

14Tous les organes d’information officiels jetèrent sur le massacre une chape de silence, ce massacre perpétré à Zâweya-l-hamrâ pendant trois jours, derrière le blocus militaire. Le chef de l’État pour sa part répéta maintes fois que le nombre des victimes s’élevait à huit coptes et autant de musulmans, et ce jusqu’à ce qu’il tombât, deux mois plus tard, sous les balles de ceux-là mêmes qu’il avait défendus.

15Le pouvoir obligea même certains membres du Conseil général copte, (il s’agit sans doute du maglis milli), à publier un communiqué par lequel ils faisaient état de leur entière confiance envers le pouvoir et le président croyant.

16Le ministre de l’intérieur fit une déclaration le 18 juin, dans laquelle il décrivait les événements comme « un différend surgi à propos d’un morceau de terrain, sur lequel certains voulaient construire une église et d’autres une mosquée ».

17Puis le même ministre déclara devant le Parlement, le 19 juin qu’il s’agissait « d’un mouvement manipulé de l’étranger ».

18Le 22 juin, le président croyant déclara dans Mayo que « c’étaient les communistes qui avaient excité les musulmans contre les Coptes », poursuivant ainsi sa politique aveugle de captation de l’opinion publique occidentale, et, dans le même temps, oubliant ses propres théories et celles des groupes islamiques, selon lesquelles les Coptes nourrissaient de la haine à l’égard des musulmans et qu’ils cherchaient à nuire à l’islam.

19Enfin le journal Akhbar al-Yawm, dirigé par un agent copte, prétendit que les événements avaient leur origine dans « une dispute surgie entre deux femmes, une copte et une musulmane, à propos de linge étendu ».

20Les 18 et 19 juin 1981, c’est-à-dire après que les forces de sécurité, assistées des forces gouvernementales eurent investi le quartier de Zâweya-l-hamrâ et les quartiers avoisinants, on pilla et brûla les églises qui se trouvaient dans ces quartiers, afin que les Coptes qui habitaient là se trouvent, comme ceux de Zâweya-l-hamrâ, privés d’églises.
(Suit une liste de cinq églises brûlées, dont celle de « Ste Damienne, intercessrice des Bachmourites, dans le Wayli »).

21La nouvelle du retour de l’âge des martyrs se répandit hors d’Égypte, et les fils de la nation copte, dispersés dans les pays d’émigration, déclenchèrent à partir du 18 juin une campagne mondiale, qui fut couronnée de succès ; puisque, lorsque de nombreux membres des organisations coptes à l’étranger eurent tout laissé pour se consacrer entièrement à alerter des personnalités influentes dans le monde libre, les opérations de destruction systématique d’églises cessèrent. Mais les meurtres se poursuivirent jusqu’au 21 juin, et même après, dans certaines villes du Sa’id et du Delta.

22Les agresseurs tuèrent à dessein tous les habitants riches de Zâweya-l-hamrâ et brûlèrent leurs maisons et leurs magasins, afin d’empêcher toute réaction ultérieure ; ces habitants aisés du quartier constituaient le comité paroissial qui avait pour mission de financer la construction de l’église. L’opération se déroula de la façon suivante, les 18 et 19 juin :

23Incendie et destruction complète de la maison de Kamel Marzûq Samaan (le propriétaire du terrain), maison constituée de cinq étages ; ne le trouvant pas, les assaillants assouvirent leur soif de meurtre sur sa femme et ses enfants, brûlés vifs dans la maison.

24(Suit une liste de 21 noms de personnes tuées dans l’incendie de leur domicile ou de leur magasin).

25On a beaucoup écrit, en Égypte, dans le monde arabe et dans le monde libre sur les événements de Zâweya-l-hamrâ ; le plus souvent ce sont des opinions diverses sur le problème copte qui s’expriment à cette occasion ; on note aussi le désir général chez les musulmans de ne rien dire ni laisser dire sur la question nationale copte.

26Pour ce qui est des opinions exprimées par les Coptes eux-mêmes on trouve qu’elles sont quasiment inexistantes ; c’est que les écrivains ou journalistes coptes en Égypte sont entourés d’un rideau de fer établi par l’oppression, la terreur et l’autocensure ; quant à ceux qui se trouvent à l’étranger, ils n’ont pas à leur disposition des renseignements suffisamment précis ; or on ne peut toucher à ces sujets délicats que si l’on possède des informations sûres.

27Le monde libre a été bouleversé par la nouvelle du massacre de Sabra et Chatila, à Beyrouth, massacre perpétré dans le contexte d’une guerre entre deux États, sur la personne d’éléments armés qui s’entraînaient au combat depuis des dizaines d’années, et qui avaient investi l’État libanais. Les martyrs coptes de Zâweya-l-hamrâ, eux, n’étaient pas armés, ni ne se préparaient pour le combat contre l’État égyptien ou les groupes islamiques ; aucun d’entre eux ne s’était jamais imaginé que le chef de l’État, le ministre de l’intérieur et le chef de l’armée organiseraient un jour contre eux un massacre comparable à ceux qui se produisaient à l’époque des sultans mamlouks ou des Ottomans, et ce pour des raisons religieuses ou raciales ; ils ne pouvaient se l’imaginer, quand l’Égypte avait signé la Déclaration universelle des Droits de l’Homme, et qu’il ne se passait pas un jour sans que le gouvernement égyptien ne fît des déclarations condamnant avec véhémence le régime raciste d’Afrique du Sud. (...)

28N’oublions pas de noter que, pour dissimuler encore plus complètement la nature des événements, le gouvernement arrêta plusieurs centaines de pickpockets et de vagabonds, certains d’entre eux faisant partie de ces groupes islamiques qui n’avaient cessé d’attaquer la famille de Sadate tout au long de l’année 1981, et avec eux quelques dizaines de Coptes innocents ; puis il déclara qu’il avait arraché les racines de la sédition confessionnelle.

29Deux mois et demi plus tard Sadate était tué par ceux-là mêmes qu’il avait réchauffés dans son sein ; on relâcha tous ceux qui avaient été arrêtés pour « sédition confessionnelle », à l’exception des Coptes qui restèrent en prison sans jugement.

30Aujourd’hui une équipe de juristes coptes travaille à établir un rapport véridique sur les événements de Zâwaya-l-hamrâ, afin d’intenter une action devant la Cour de Justice internationale de la Haye.

31Oui, nous nous souvenons de Zâweya-l-hamrâ, et nous nous en souviendrons toujours ; que ce soit une leçon, et que le jour ne vienne pas où ce seraient eux qui rappelleraient ces événements, en les dénaturant, de la façon qu’ils rappellent chaque année le souvenir de la bataille de Ohod, ou de celle du Fossé, ou de la bataille de Badr, chaque année, au siège de l’association des jeunes musulmans, au Caire, sous l’égide de l’État.

32Aziz Guirguis

33(Sawt al-Machreq – 18 juin 1983 n. 47).

Notes de fin

1 William Makram Ebeid, issu d’une grande famille protestante d’Assiout participa à plusieurs gouvernements wafdistes entre 1924 et 1942, y détenant la plupart du temps le portefeuille des Finances. Secrétaire général du parti Wafd, il quitta néanmoins ce parti en 1942 et participa l’année suivante au gouvernement de coalition Ahmad Maher. Une formule célèbre qu’on lui attribue (« Copte égyptien, je suis chrétien par la religion, et musulman par la nationalité »– masîhî el-diyâna, muslim el-wataniya – cf. le magazine al-Hilâl avril 1939) est souvent reprise dans le débat classique sur l’appartenance nationale des Coptes, en bonne ou en mauvaise part, selon la thèse défendue.

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Volume papier

mollat.comamazon.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search