Version classiqueVersion mobile

Les chrétiens égyptiens aujourd’hui

... Et l’autre

La tragédie des Bachmourites

Texte intégral

1Les Bachmourites sont les Coptes qui habitaient la région Nord-Est du Delta, près des villes actuelles de Damiette et de Ras al-Bar et du lac Manzalê. C’était une population renommée pour ses capacités de marins et de pêcheurs ; elle pratiquait peu l’agriculture, toute cette région de l’Égypte étant caractérisée par une fort salinité des terres.

2Tout au long des occupations romaine et byzantine, les Bachmourites surent conserver leur autonomie, par le courage avec lequel ils défendirent leur pays, utilisant à cette farouche défense toutes les ressources offertes par la région, et en particulier les marécages, propices aux embuscades meurtrières.

3Sainte Damienne, qui souffrit le martyre en compagnie de quarante vierges, fut leur intercesseur et demeure aujourd’hui l’objet de la vénération des Coptes, qui célèbrent sa fête chaque année pendant la semaine du 12 au 20 mai.

4En 640, les Arabes s’emparèrent de la forteresse de Babylone et de la ville d’Alexandrie, contraignant les Byzantins au départ. L’année suivante les armées arabes tentèrent de s’emparer du Nord-Est du Delta, mais elles se heurtèrent alors à une forte résistance, aidée par la nature du terrain. Amr Ibn al-As fut obligé de demander des renforts au calife Omar, mais il dut finalement battre en retraite, à cause des pertes considérables infligées à son armée par les résistants bachmourites. Ceux-ci avaient recours à toutes sortes de ruses inconnues des Arabes ; ils les attiraient par exemple à l’intérieur du pays, puis, en ouvrant les barrages établis sur les canaux, ils encerclaient leurs adversaires sur des îles artificielles où, coupés de leurs arrières, ceux-ci se faisaient massacrer jusqu’au dernier. (...)

5Lorsque les Arabes virent qu’il était impossible de soumettre les Bachmourites, ils se retirèrent de la région, en établissant autour un blocus destiné à l’isoler complètement du reste du pays. Mais, du fait de leurs relations commerciales et humaines avec les peuples chrétiens de Palestine, de Syrie, de Chypre et de Grèce, les Bachmourites réussirent, par la mer, à neutraliser les effets de ce blocus, et ce jusqu’au début de la période ommeyade ; quand la flotte musulmane, cependant, eut réussi à contrôler l’ensemble de l’Orient méditerranéen, la situation devint beaucoup plus difficile pour eux ; mais, en gens d’honneur, ils préférèrent mener une vie indépendante dans la misère, plutôt que de tomber sous le joug de la dhimma, à l’instar des autres Coptes.

6Les Bachmourites participèrent, à cette époque, à toutes les révoltes coptes, celle de 724, sous le sultan Yazid B. Abdelmalik, puis celle de 727, sous le sultan Abdallah B. Hajjâb ; à celle de Samanûd, de 741 à 752, aux révoltes de Sakhâ (770) et de Balhîb (776).

7En 836, au début du règne du calife abbasside al-Ma’mûn, le Patriarche Jacob étant sur le trône pontifical d’Alexandrie, une insurrection copte générale éclata, qui se répandit dans tout le pays, du Sa’id au Delta, et qui entraîna le départ des armées musulmanes, et des tribus arabes établies en Égypte par ses maîtres étrangers. Les Bachmourites contribuèrent puissamment au succès de cette insurrection, qui rendit à l’Égypte son indépendance perdus depuis l’époque d’Alexandre le Grand.

8Le calife al-Ma’mûn considéra qu’une Égypte chrétienne indépendante coupait en deux l’empire musulman abbasside, isolant sa partie occidentale de sa partie orientale ; il rassembla, pendant toute une année une puissante armée aux éléments tirés de toute le monde musulman, afin de reconquérir le plus riche pays de l’Empire.

9C’est ainsi qu’en 837, le peuple égyptien eut la surprise de voir revenir les armées musulmanes, constituées d’éléments arabes, perses, kurdes, turkmènes, sassanides et indiens... Malgré la puissance de cette armée, les Égyptiens engagèrent un combat inégal et sans espoir. Le calife al-Ma’mûn finit par avoir raison de la plupart des Égyptiens et récupéra la plus grande partie du territoire. Il mit alors en vigueur la loi du vainqueur et ordonna de tuer tous les hommes en âge de porter les armes, et de vendre les femmes et les enfants dans les marchés d’esclaves qui se trouvaient sur toute l’étendue de l’empire islamique ; les palais des Musulmans se peuplèrent d’esclaves coptes et le Trésor de l’empire se remplit du produit des ventes d’êtres humains. Il ordonna également la destruction des églises et des monastères ainsi que l’évacuation complète des villes et des villages où il remplaça la population par des tribus bédouines.

10Malgré les conseils en sens contraire, al-Ma’mûn persista dans sa volonté d’écraser les Bachmourites ; mais ses tentatives se soldèrent par un échec cuisant, comme celles de ses prédécesseurs, et ses conseillers se mirent à rechercher d’autres moyens qui permettraient de venir à bout de ce qui restait de l’Égypte indépendante.

11Et le meilleur moyen que l’on trouva fut d’introduire la division au sein même de leurs rangs : on utilisa un certain nombre de Coptes dont la volonté avait été brisée par l’horreur de ce qu’ils avaient subi et on les envoya en délégation auprès des chefs des Bachmourites, afin de les inciter à conclure avec l’empire abbasside un traité de paix. Mais, malgré toutes les représentations que purent faire ces envoyés, expliquant quel sort attendait la résistance copte, les chefs des Bachmourites refusèrent la paix. Alors les conseillers du calife redoublèrent d’efforts et ils embrigadèrent un nombre plus considérable de traîtres et d’agents, afin de semer la division dans les rangs des résistants. Et comme le peuple copte est connu, et ce dès avant le christianisme, pour son attachement très fort à la religion et aux hommes de religion, ces traîtres conseillèrent au pouvoir de travailler à s’attacher un certain nombre d’hommes de religion des Bachmourites ; le Patriarche Jacob fut même contraint à annoncer qu’il décréterait l’excommunication et la privation du Saint-Sacrement à l’encontre de quiconque porterait les armes contre les Musulmans.

  • 1 – Faut-il voir là, dans un texte destiné visiblement à être lu à plusieurs niveaux, une allusion à (...)

12Du fait que les Bachmourites avaient conservé des relations avec les pays du Proche-Orient, certains pasteurs de Syrie1 se joignirent à la troupe des traîtres et des agents et entrèrent dans le pays des Bachmourites, enjoignant les hommes à jeter les armes et à obéir aux ordres du Pape et de leurs évêques, qui répétaient « qu’il convient d’obéir aux autorités, car leur pouvoir vient de Dieu et n’a pas été établi en vain ». C’est alors que se produisit une déchirure au sein de ce peuple croyant, fidèle à son Église, et que nombre d’entre eux, perdant leur équilibre psychique, cédèrent aux pressions et abandonnèrent la résistance. C’est alors que, le combat s’étant déclaré à l’intérieur même de la communauté, les armées musulmanes purent s’emparer sans coup férir d’une partie des territoires des Bachmourites.

13Ceux qui persistaient à vouloir résister se fortifièrent dans la partie de la région qui restait en leur pouvoir et se préparèrent à combattre pour la défense du droit et de la vérité, la vérité que venait d’oblitérer l’inopportune intervention des hommes d’Église dans les affaires politiques.

14Pour parvenir à leurs fins les agents eurent recours à tous les moyens ; ils répandirent des rumeurs forgées, selon lesquelles les Bachmourites étaient manipulés par les Byzantins, qui leur fournissaient armes et argent. (...) Un groupe de ces agents, déguisé en prédicateurs, se répandit dans le pays bachmourite, prêchant dans toutes les églises et exerçant une puissante influence sur le peuple ; ces prédicateurs utilisaient notamment certains versets du Livre Saint pour persuader les masses du devoir d’obéissance au pouvoir, quel qu’il soit. (...)

15La zone d’occupation des Musulmans s’étendait de jour en jour à mesure que s’intensifiait l’effort de propagande des agents, contre la religion et la patrie, effort qui allait dans le sens d’une division de la communauté et d’une démoralisation générale.

16Finalement la situation fut mûre pour une offensive globale contre ce qui restait de résistance ; les agents furent à la tête des armées musulmanes et leur servirent de guides.

17Tous furent massacrés, hommes, femmes, enfants.

18On n’épargna personne, même ceux qui manifestaient leur désir de se convertir à l’islam ; des maisons et des monastères, il ne resta pierre sur pierre ; cela pour servir de leçon à qui voudrait, à l’avenir, entrer en rébellion contre l’empire abbasside.

19Le Patriarche Jacob et les évêques coptes et syriens attendirent que le calife donnât l’ordre d’arrêter le massacre ; voyant que cet ordre tardait à venir, ils sortirent de leur réserve et s’humilièrent devant al-Ma’mûn, lui demandant grâce pour ceux qui voudraient se rendre. Mais le calife refusa de revenir sur sa décision et annonça une seconde fois qu’il ne laisserait pas un seul Bachmourite en vie.

20Voyant que leurs intercessions répétées n’avaient aucun résultat, des évêques proposèrent au calife d’exiler les survivants dans des régions éloignées de Syrie et du Liban ; al-Ma’mûn accepta, à condition que cette opération se déroulât sous leur propre responsabilité.

21C’est ainsi qu’il ne resta plus en Égypte un seul Bachmourite, et que leur pays fut repeuplé avec des tribus bédouines.

22L’historien musulman Maqrizi a fait le commentaire suivant sur ces événements : « Depuis ce jour, la situation des Coptes en Égypte est devenue celle de gens soumis et misérables, et il n’y a plus jamais eu de résistance ». Il faut ajouter aussi que, les Bachmourites partis, des pogroms furent lancés périodiquement contre les Coptes, parfois à l’instigation du pouvoir, parfois à celle d’éléments entrés en rébellion contre le pouvoir. Le nombre des Coptes se mit à décroître de façon régulière, soit à cause du martyre, soit à cause des famines et des épidémies qui ravageaient le pays du fait de la destruction des systèmes d’irrigation qui étaient la base de la prospérité égyptienne, soit à cause de la conversion d’un grand nombre de chrétiens pauvres à l’islam, par désir d’échapper aux charges croissantes de la jizya.

23Le souvenir peut n’être pas inutile ; il peut amener les indifférents à se réveiller, il peut amener toutes les minorités chrétiennes d’Orient à prendre garde à leur ennemi historique, qui n’a pas cessé de les guetter, cherchant l’occasion de les contraindre à l’émigration, ou à l’assimilation, ou à l’élimination physique. Comme il est advenu des Bachmourites jadis...

  • 2 – Il s’agit de Sawt al-Machreq, où paraissent, à Beyrouth, des études, des déclarations, des éditor (...)

24Aziz Guirguis
(Sawt al-Machreq2 – 11 juin 1983 – n. 46).

Notes

1 – Faut-il voir là, dans un texte destiné visiblement à être lu à plusieurs niveaux, une allusion à un prince de l’Église contemporain, Mgr. Maximos V. Hakim, Patriarche des Grecs-Catholiques, qui n’a jamais été avare de déclarations favorables aux pouvoirs établis (en Syrie ou en Égypte) et, de façon générale à la communauté musulmane ?

2 – Il s’agit de Sawt al-Machreq, où paraissent, à Beyrouth, des études, des déclarations, des éditoriaux émanant de milieux intellectuels chrétiens orientaux (Assyriens, Chaldéens, Maronites, Coptes) désireux de parler d’une seule voix et d’unifier leurs efforts. Une édition française de la même publication (Machreq international) est distribuée en Europe. Il ne fait pas de doute, d’ailleurs, que cette contre-idéologie, répandue dans les communautés coptes de l’étranger – et en particulier la communauté américaine, qui avait assez mal reçu le président Sadate à l’été 1980 – a influé de manière négative sur les rapports entre le pouvoir et le Patriarche, dans la mesure où ce dernier était réputé n’être pas insensible à certains de ses thèmes (et notamment à celui de la nécessité, pour les Coptes, d’une affirmation communautaire plus vigoureuse, culturellement, économiquement, démographiquement).

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Volume papier

mollat.comamazon.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search