Version classiqueVersion mobile

Les chrétiens égyptiens aujourd’hui

La parole

Respectueuse supplique

Texte intégral

1Les extraits qui suivent sont tirés d’un « rapport présenté aux responsables de l’État et à (ses) amis musulmans » par un grand notable issu d’une des plus illustres familles de la communauté, Mirrit Boutros Ghâli, au début de l’année 1979. On y voit clairement l’illustration d’une revendication de justice, faite sur un ton très modéré, dans le cadre de la patrie égyptienne une et indivisible. Il est étonnant que le pouvoir reste sourd, jusqu’à ce jour, à ce discours de la grande bourgeoisie copte, dont il semble difficile qu’il puisse trouver plus modéré.

2(...) À la fin du XIXème siècle, il ne restait plus en Égypte aucune distinction en matière de religion, sauf en ce qui concernait le statut personnel et la construction des églises. L’espoir était grand de voir ces vestiges disparaître avec l’arrivée du XXème siècle. Cet espoir a augmenté après la Révolution de 1919, pour laquelle tous les Égyptiens étaient étroitement solidaires, solidarité unique en son genre et qui n’a existé à nouveau qu’après un demi-siècle, au cours de la guerre de 1973. Cet espoir est devenu plus fort après la Constitution de 1923 qui a proclamé le principe de l’égalité complète devant la loi de tous les citoyens.

3Mais l’espoir ne s’est pas réalisé : la distinction entre les religions, au lieu de disparaître, s’est au contraire aggravée, surtout après la Révolution de 1952. (...)

4Les entraves administratives ont augmenté de manière sensible pour la construction des églises. De même, la distinction légale et judiciaire dans le statut personnel a aussi pris de l’ampleur. Les domaines de discrimination religieuse se sont multipliés. À ces anciens aspects sont venus s’en ajouter de nouveaux, qui n’étaient pas connus précédemment, surtout dans le domaine du prosélytisme, des waqfs, de l’enseignement, de la fonction publique. (...)

5L’auteur parle successivement de la situation résultant de la suppression, en 1955, des tribunaux confessionnels, et leur remplacement par des tribunaux nationaux : l’unification de la juridiction ne s’est malheureusement pas accompagnée d’une égalité de traitement des citoyens, quelle que soit leur religion : puis des difficultés administratives que rencontre toujours la volonté de construire une église : et enfin de la confiscation des waqfs coptes par l’État, sans compensation. II en vient à la question de l’enseignement :

  • 1 – On peut noter que cette revendication de reconnaissance et de parité pour les instituts supérieur (...)

6L’Azhar est financé par le budget de l’État et cela est un droit ; mais les instituts religieux coptes n’ont pas la chance de profiter des subventions publiques. Bien que l’Azhar ne soit plus limité à ses facultés traditionnelles, et englobe des écoles primaires et secondaires, des instituts, des facultés spécialisées dans des sciences non-religieuses, comme la médecine et polytechnique, les non-musulmans n’ont pas le droit d’y entrer. Cette grande expansion est financée aussi par le budget de l’État. Ainsi on dépense les deniers publics pour des services d’enseignement qui ne sont pas à la portée de tous les citoyens, ce qui contredit le principe de l’égalité des chances. En toute logique et équité, les instituts religieux coptes, facultés et écoles privées, devraient être également subventionnés et leurs diplômes reconnus1, au même titre que les diplômes des écoles des instituts et des facultés azharistes. (...)

  • 2 – C’est une circulaire du ministère de l’Instruction, datée de l’année 1940, qui exclut formellemen (...)

7On remarque que l’enseignement de la langue arabe est limité aux seuls professeurs musulmans sous prétexte que la bonne connaissance de cette langue est basée sur le Coran. Les Coptes ont accepté, de leur plein gré, d’être écartés de ce domaine, bien qu’ils ne soient pas inférieurs à leurs concitoyens musulmans dans leur amour de cette langue et dans sa connaissance2. Mais si cette distinction s’étend à d’autres domaines, sans doute fera-t-elle l’objet des récriminations. C’est ce qui se passe pour l’inscription des Chrétiens dans les écoles et instituts mixtes, pour le choix effectué parmi les candidats à des bourses de spécialisation à l’étranger, pour l’admission dans certaines sections scientifiques et techniques des Universités, pour les collèges militaires et pour d’autres domaines que nous ne pouvons énumérer en ces quelques lignes.

8Sur le plan de la culture nationale, on remarque qu’aucune des Universités égyptiennes ne comporte de département spécialisé dans l’étude de l’époque copte de l’histoire du pays (langue, littérature, art, technique...) ; en revanche nous trouvons des départements d’études coptes dans un grand nombre d’universités de pays étrangers. Cette lacune fait l’objet de commentaires de la part des savants étrangers, archéologues ou historiens, qui ne comprennent pas pourquoi les universités égyptiennes ne sont pas dotées d’une chaire d’études coptes comme elles le sont de chaires d’études pharaoniques ou islamiques. Une telle création paraît nécessaire.

9L’auteur passe ensuite à la délicate question de la présence copte dans la fonction publique.

  • 3 – Sur ce problème, à la fois central et tabou, de la présence chrétienne dans la fonction publique, (...)

10C’était une coutume d’éloigner les Chrétiens des fonctions supérieures du ministère de l’Intérieur. Mais cette mauvaise habitude s’est étendue aux autres ministères et surtout dans l’Enseignement et aux Affaires Étrangères. Le nombre de Coptes occupant des fonctions de doyens de facultés, de directeurs de cabinets, d’ambassadeurs, de chefs de mission diplomatique auprès des États ou des organismes internationaux se compte sur le bout des doigts. Pourtant, le nombre de ces fonctions est supérieur à 300. Combien de Coptes, aussi, peut-on compter parmi les sous-secrétaires d’État, et les directeurs généraux, dont le nombre atteint les 2000, dans l’appareil gouvernemental ? Quant au secteur public, dont la création remonte aux mesures de nationalisation socialiste, et se trouve donc assez récent en Égypte, il a dès le début pratiqué une politique restrictive à l’égard des Chrétiens. Ainsi, sur les presque 360 directeurs de sociétés nationalisées, le nombre des Coptes n’excède pas dix. On remarque une proportion similaire parmi les autres membres nommés dans les conseils d’administration de ces sociétés3.

11Il est évident que je ne parle pas ici des fonctions électives (comme celles de membres des conseils locaux, des conseils de gouvernorats, de l’Assemblée du Peuple, ainsi que les membres élus des conseils d’administration des sociétés nationalisées) ; je ne parle que des fonctions pour lesquelles le choix et la nomination sont le fait du seul gouvernement. C’est donc le gouvernement qui est responsable de cette situation arbitraire.

12Il est évident également que j’écarte totalement toute décision, toute législation qui imposerait une proportion déterminée pour le partage des hautes fonctions entre la majorité et la minorité. Ainsi la nation égyptienne a refusé, dès la Révolution de 1919, et dans la Constitution de 1923 et dans celles qui ont suivi, de reconnaître l’existence d’une majorité et d’une minorité. Les Coptes ont refusé toute idée de représentation proportionnelle ou communautaire, dans quelque organisme politique ou administratif que ce soit, convaincus qu’ils étaient, et qu’ils sont toujours, que l’unité de la nation est au-dessus de toute considération, et que la véritable unité exclut toute discrimination dans le traitement des enfants d’une même patrie.

13Quoi qu’il en soit, l’accession limitée des Chrétiens aux postes-clés, résultat d’une négligence presque délibérée, a contribué à rendre la concurrence plus vive et à influencer le niveau de vie des Coptes. En fait, ceux-ci sont traités actuellement, dans la fonction publique, comme citoyens de deuxième catégorie, comme si l’on n’avait pas confiance en eux pour défendre les intérêts de l’État à l’instar de leurs compatriotes musulmans, ou comme s’ils étaient incapables de supporter les charges et responsabilités attachées aux hautes fonctions. Cette manière de procéder n’est pas digne d’une nation civilisée où tous les citoyens sont égaux en droit.

  • 4 – Le « coup » du 15 mai 1971, par lequel Anouar al-Sadate a liquidé le groupe des Nassériens de str (...)

14Le mouvement tendant à écarter les Chrétiens a commencé avec la Révolution de 1952 et s’est consolidé, après la promulgation des lois socialistes, puis il a pris un grand développement dans l’appareil gouvernemental et le secteur public . Il est étrange de relever que notre socialisme, fondé dès l’origine sur l’égalité des droits et des devoirs, s’attache à priver la minorité d’une partie de son droit à l’égalité. Nous avions l’espoir que la Révolution de Redressement4 mettrait fin à cette situation exceptionnelle, mais elle ne s’en est jamais occupée. (...)

Notes

1 – On peut noter que cette revendication de reconnaissance et de parité pour les instituts supérieurs coptes se trouve déjà, accompagnée par d’autres revendications, dans un livre de Mikhail Zoghêb (Diviser pour régner) publié en 1950. L’auteur y demande le rattachement à l’Université Fouad 1er (aujourd’hui l’Université du Caire) des écoles supérieures de théologie. Depuis cette époque, un Institut d’études supérieures coptes a été fondé, auprès du Patriarcat, avec un statut d’établissement universitaire libre. Mais les diplômes délivrés par cet Institut ne sont pas reconnus au niveau national.

2 – C’est une circulaire du ministère de l’Instruction, datée de l’année 1940, qui exclut formellement les professeurs chrétiens de l’enseignement de la langue arabe.

3 – Sur ce problème, à la fois central et tabou, de la présence chrétienne dans la fonction publique, voir les analyses détaillées faites par Samira Bahr, (dans une thèse de doctorat publiée sous le titre : Les Coptes dans la vie politique égyptienne – Édition Anglo-Misr, le Caire – 1979). Il ressort notamment de ces analyses que, pour ce qui est des différents ministères :
– au ministère des Affaires Étrangères : pas un seul Copte n’a été nommé ambassadeur entre 1952 et 1973, date à laquelle deux coptes ont été nommés ambassadeurs (en Birmanie et au Népal).
– au ministère de l’Éducation : pas un seul Copte n’est président d’université ; en faculté de Médecine, seulement 4 % du corps professoral est chrétien ; sur 500 boursiers désignés pour partir à l’étranger en 1973, on ne relève que 10 noms chrétiens.
– au ministère des Pouvoirs Locaux : aucun Copte parmi les Présidents de conseils municipaux et les secrétaires de gouvernorats.
– au ministère de la Justice : un seul Copte est conseiller à la cour de Cassation. Envisageant également l’absence presque totale des Chrétiens aux conseils d’administration des sociétés de secteur public, l’auteur conclut en employant une expression semblable à celle que Mikhail Zoghêb, dans un livre au ton beaucoup plus violent, utilisait trente ans plus tôt : celle d’« ightirâb » : les Coptes ont tendance dans ces conditions, à se sentir étrangers dans leur propre pays. On pourrait considérer ce thème – rarement évoqué aussi franchement, il est vrai – de l’étranger dans son propre pays comme le revers d’une monnaie qui circule beaucoup dans le champ de l’idéologie copte en exhibant son autre face, frappée du motif de l’autochtonie et de l’enracinement millénaire.

4 – Le « coup » du 15 mai 1971, par lequel Anouar al-Sadate a liquidé le groupe des Nassériens de stricte obédience et installé son propre pouvoir.

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Volume papier

mollat.comamazon.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search