Version classiqueVersion mobile

Les chrétiens égyptiens aujourd’hui

La parole

La mission des Juifs est achevée

Texte intégral

1Dans toutes ses prises de position vis-à-vis de la question d’Israël, l’Église nationale égyptienne, suivant en cela l’exemple des autres églises nationales arabes, ne manque jamais d’affirmer avec force son antisionisme de principe, antisionisme fondé théologiquement sur la notion, toujours vivace, de peuple déicide, et, historiquement, sur un contentieux toujours ouvert entre l’État d’Israël et l’Église copte orthodoxe (affaire de la confiscation du monastère de Deir al-Sultâ, sur les Lieux Saints).

2Il y a là aussi, sur un plan politique, une occasion unique, pour les Chrétiens égyptiens, de manifester, par te même geste, leur appartenance à l’Église et leur allégeance à l’État, par la coïncidence qui s’opère, sur ce terrain, entre leur foi (exprimée de façon traditionnelle) et l’idéologie officielle.

3(...) Au temps où Dieu rassembla les Juifs sur la terre de Palestine, l’univers entier était la proie du paganisme ; tous les hommes adoraient les idoles. Le seul groupe qui adorât Dieu était ce petit groupe des enfants d’Abraham, et l’on ne peut nier le fait que c’est de ce peuple que sont sortis les prophètes. C’était alors une communauté croyante, la seule communauté croyante, que Dieu voulut rassembler sur une seule terre ; Il établit pour eux l’interdit du mariage avec des non-Juifs et Il les installa dans un asile religieux, non pas pour leur donner une terre, mais afin que, sur cette terre, ils conservassent la croyance, les rites et le Livre Saint et qu’ils pussent le transmettre à d’autres générations.

4C’est avec grande difficulté qu’ils conservèrent ce dépôt, retombant parfois eux aussi dans le culte des idoles, et abandonnant le vrai Dieu ; mais Dieu les conduisait, et les protégeait, pour la foi qui était en eux. Puis, quand vint le christianisme, Il reprit auprès d’eux l’ensemble du dépôt, les livres saints, les éléments du dogme, les rites, la foi elle-même.

5Après cela la mission des Juifs était achevée, leur mission de conservateurs de la foi, cette foi en l’existence de Dieu qui s’est répandue aujourd’hui sur toute la terre. Il n’est plus possible désormais, il serait à vrai dire absurde aujourd’hui, de vouloir réunir les croyants du reste du monde païen, il n’est plus possible d’isoler l’ensemble du monde d’un petit groupe de Juifs. Ainsi il n’y a plus de raisons à l’existence d’une terre ou d’un pays réservé à l’établissement des Juifs.

6En même temps c’est l’idée de peuple élu de Dieu qui n’a plus de raison d’être non plus ; puisque Dieu avait choisi les Juifs comme porteurs de la foi, et non pas comme Juifs.

7Aujourd’hui le peuple élu, c’est l’ensemble des croyants en Dieu, dans les épitres de Paul, dans le Livre Saint en général, nous voyons que le mot « élus » désigne les croyants. Il est impossible que Dieu refuse quelqu’un qui croit en Lui, et qu’il dise à tous les croyants de la terre : « Je ne vous connais pas ; Je ne connais que les Juifs ». Ceci est absurde. (...)

(Conférence prononcée par Chenouda III au syndicat des Journalistes le 5 décembre 1971, sur le thème : « Le christianisme et Israël »)

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Volume papier

mollat.comamazon.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search