Version classiqueVersion mobile

Les chrétiens égyptiens aujourd’hui

La parole

Cherchez le Seigneur

Texte intégral

1Les « conférences spirituelles » données par le Patriarche Chenouda III le vendredi soir à Amba Ruweis, au siège patriarcal, pendant plusieurs années consécutives (jusqu’à sa déposition en septembre 1981), attiraient un large public, qui trouvait là, à partir d’un commentaire de passages de l’Écriture, une orientation et des conseils pour la conduite d’une vie chrétienne : toutefois on se tromperait à chercher dans ces ’ezzât imprégnées de l’esprit d’un magistère aux allures familières et paternelles, des allusions à une philosophie sociale ou politique précise : leur visée est essentiellement morale, et leur morale très fortement marquée de l’empreinte monastique. La vie monastique n’est-elle pas, aussi bien, souvent proposée, clairement ou implicitement, comme modèle de vie chrétienne par l’Église copte ? On peut sans doute s’interroger sur la portée réelle – autre que rhétorique – de cette éthique de vie sur la communauté des latcs aujourd’hui, et si celle-ci trouve là des réponses véritables aux problèmes qui sont les siens. (Voir à ce sujet la thèse de théologie pastorale du P. Fadel Sidarous : « Église copte et monde moderne »– 1978).

2« Dis-moi, toi que recherche mon âme, où vas-tu paître tes troupeaux, où te reposes-tu pendant la chaleur de midi ? » (Cantique des Cantiques).

3Nous trouvons là l’image de l’âme qui recherche Dieu, qui recherche Ses voies. Elle Lui dit : " où es-Tu, Seigneur, je Te cherche ". Elle Le recherche, elle L’aime. (...) De nombreuses âmes cherchent le Seigneur et Le suivent, elles Lui disent : " où es-Tu ? Je veux prendre plaisir à Ta présence, je veux vivre avec Toi " ; « Dis-moi où tu vas paître tes troupeaux, où tu dors pendant la chaleur de midi ».

4L’âme dit encore : " où puis-je Te trouver. Seigneur ? Dans le jeûne, ou la prière, au monastère, à la messe, dans l’Eucharistie ? Te trouverai-je dans l’Église ou dans la solitude ? " (...) Et beaucoup, aussi, qui disent « Où vas-tu paître tes troupeaux, toi que recherche mon âme », ne savent pas que le Seigneur est avec eux, qu’il est en eux, présent, sans qu’ils s’en rendent compte. (...) Et pendant les heures de la plus grande chaleur, sous le soleil ardent, il en est qui cherchent le Seigneur, qui cherchent l’endroit où il s’abrite : « Dis-moi où tu pais tes troupeaux, où tu te reposes pendant la chaleur de midi ». Nombreux sont ceux qui cherchent le Seigneur, et qui lancent cet appel. (...)

5Ils veulent savoir où est le Seigneur, et ce qu’il veut d’eux ; car les voies sont nombreuses et ils veulent savoir laquelle le Seigneur a choisi pour eux : " Me veux-Tu dans le service, la prêtrise ou le diaconat ou dans l’unité le monachisme, oui est recherche de l’union avec Dieu – ittihâd billah –, dans le mariage ou dans la chasteté, dans la prière ou dans le travail, dans le silence ou dans la parole ? (...) Où Te trouverai-je. Seigneur, parmi ces voies ? " Et le Seigneur répond : " Quel que soit le chemin que tu choisis, Je suis avec toi ". (...)

6L’essentiel est qu’on soit prêt à suivre le Seigneur, en quelque lieu que ce soit, dans le désert, comme Abraham, dans la fosse aux lions, comme Daniel, dans la fournaise, comme les trois jeunes gens, ou dans l’exil comme Jean à Patmos. (...) L’âme veut se trouver là où le Seigneur se trouve. (...)

7Puis le Seigneur lui dit : " Suis les traces des saints dans le désert, marche dans la voie qu’ont suivie avant toi Makarious, ou Boula, prends le même chemin, et tu arriveras ".

8Nous rendons grâce à Dieu que, pour toute chose, les saints nous aient précédés, et nous aient donné des exemples sans pareil ; il nous suffit de marcher sur leurs traces, comme l’ont fait de nombreux pèlerins avant nous, qui ont écrit dans le Jardin des Anachorètes (Bustân al-ruhbân : ouvrage de spiritualité très lu dans les monastères et qui est, comme son nom l’indique, un florilège de textes de Pacôme et de ses successeurs). Il y a aussi d’autres traces que l’on peut suivre, celles du service, et celles du martyre. (...)

(Conférence prononcée le 30 décembre 1977)

9« La nuit, sur mon lit, j’ai désiré celui que mon âme recherche, je l’ai désiré, et je ne l’ai pas trouvé ». (Cantique des Cantiques III/1)

10La nuit est un temps qui convient très bien à la rencontre de son Seigneur. C’est le temps où tout s’apaise et où nous congédions les soucis et les agitations de la journée ; c’est le temps où l’on se retire en soi-même, où l’on peut, dans le recueillement, jouir de la présence du Seigneur. (...)

11La nuit appartient au Seigneur ; il est triste de voir comment, aujourd’hui, la nuit a perdu son véritable caractère ; l’habitude de passer les soirées dans la distraction et le divertissement a fait perdre à la nuit sa majesté originelle, sa spiritualité. Car c’est à Dieu qu’appartiennent et la nuit et le jour ; et le Christ passait la nuit entière en prière. Aujourd’hui, les gens passent la nuit à se distraire, à s’amuser ; même les chansons répètent : ya layl ! ya layl !

12Mais l’homme de spiritualité, dès qu’il s’est libéré des occupations de la journée, se recueille en lui-même pendant la nuit. Car les heures les plus belles pour le recueillement et pour la prière, ce sont les heures nocturnes. (...)

13(Suite de la précédente)

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Volume papier

mollat.comamazon.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search