Version classiqueVersion mobile

Les chrétiens égyptiens aujourd’hui

La parole

Ne craignez rien !

Texte intégral

1On peut voir dans ce passage d’une homélie prononcée par le Patriarche Chenouda III dans le cadre de ses « conférences spirituelles » du vendredi à la Cathédrale, et intitulée « Vivre dans la paix », une réponse indirecte à ceux qui accusent le chef de l’Église copte, et plus généralement des Chrétiens égyptiens de vouloir acquérir de force une position dominante dans la société. « La véritable paix, la véritable sécurité est celle de l’âme croyante : les persécutions, sous toutes leurs formes, ne sont rien pour qui remet sa vie au Seigneur, seul véritable souverain ». Par cette exhortation faite à la communauté chrétienne inquiète et souvent prête à adopter une mentalité collective de persécutés, son chef spirituel déplace la question du terrain politique et social et la transporte sur celui de l’éthique et de la vie religieuse : c’est une façon de dire que les réponses aux problèmes de la communauté ne se trouveront pas ailleurs que là.

2(L’Église vous appelle à conserver en toute occasion la paix : et le Chrétien conserve toujours sa paix intérieure) (...).

3Voilà pourquoi les enfants de Dieu ne cessent pas d’être joyeux ; ils sont joyeux, car ils vivent dans la paix, et même pendant les temps d’épreuves... Les martyrs, dans leur prison, chantaient des psaumes. L’apôtre Pierre, dans la prison, avait le cœur rempli de paix, et la paix ne quittait pas le cœur de tous ces saints persécutés qui ont peuplé les prisons... même à l’heure du martyre, de la mort, la paix ne les abandonnait pas ; ils étaient sereins, ils ne donnaient aucune prise à la tristesse et au désespoir ; ils s’en remettaient au Seigneur, pleins d’une profonde paix intérieure, oui une profonde paix intérieure.

4Dans le désert, Saint Antoine vivait au milieu des bêtes féroces et des serpents, affronté aux démons en des guerres épuisantes, mais son cœur était toujours en paix. (...)

5Lorsque Saül pourchassait David le prophète de désert en désert pour le tuer, lorsqu’il envoyait contre lui des animaux pour le déchirer, David, au sein de cette poursuite et de cette persécution, restait serein et la paix ne le quittait jamais ; car il gardait avec lui la cithare et la flûte ; et lorsque le danger le menaçait, il chantait un chant pour le Seigneur, et son cœur s’emplissait de paix. (...)

6C’est ainsi que les enfants de Dieu vivent dans la joie ; quoi qu’il arrive, ils s’en remettent à Dieu (…). Et la paix intérieure qu’ils ressentent fait qu’ils n’ont aucune crainte, non aucune crainte. (...)

7Si tu crois que Dieu est le souverain de l’univers, et qu’il ne t’oublie pas, si tu crois que ta vie se trouve entre Ses mains, et non pas entre les mains des hommes, alors tu seras en paix, car Lui seul a le pouvoir, entre Ses mains se trouvent les clés de la vie et de la mort. (...) Que l’on vienne te dire après cela : " attention je peux te chasser ; attention je peux te tuer ", tu répondras : " Que dis-tu là ? Crois-tu avoir un quelconque pouvoir sur moi ? Ma vie est entre les mains du Seigneur ". (...)

8L’angoisse : ce mot-là n’existe pas dans notre dictionnaire spirituel. Cherchez-le à toutes les pages, vous ne l’y trouverez pas. Car les enfants de Dieu, même au milieu des plus grandes difficultés, gardent un esprit exempt de trouble, un esprit serein, empli de paix. (...)

(Conférence prononcée à la Cathédrale le 16 septembre 1977)

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Volume papier

mollat.comamazon.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search