Version classiqueVersion mobile

Les chrétiens égyptiens aujourd’hui

La parole

Linguistique et théologie

Texte intégral

1Parue en 1980 au très officiel Organisme général du Livre, l’« introduction à la linguistique arabe » de Louis Awad fut retirée de la circulation un an et demi plus tard, à l’instigation d’al-Azhar. C’est que, tentant, de prouver que la langue arabe se rattache au tronc des langues européennes, l’auteur lui enlève par là le statut de langue sacrée, voire de langue divine, exempte de toute espèce d’historicité, dont elle jouit auprès des Musulmans. Cette attitude non-révérencielle vis-à-vis de ce qui, en Égypte, est au plus haut point objet de révérence – une attitude semblable, prise par le même auteur, vis-à-vis du rôle de Jamâl al-Dîn al-Afqhâni lui a valu plus récemment des attaques plus nombreuses encore – n’est sans doute pas nécessairement le fait d’un non-Musulman : il n’empêche que, exprimées par un intellectuel copte, des opinions de ce genre ne manquent pas de faire système, dans le cadre d’une vision chrétienne – en grande partie implicite – de la société et de la culture.

2Ce n’est pas le moindre paradoxe de cette vision implicite qu’elle s’exprime parfois par des détours qui peuvent mener fort loin : ici, par exemple, par une prise de position très nette en faveur de l’école de théologie mu’tazilite, dans la querelle qui l’opposait aux Ach’arites, sur le sujet du Coran créé ou incréé.

3Le Coran, de même que les autres livres sacrés, est, assurément, pour le qâdî Abd al-Jabbâr, la parole de Dieu, il est d’inspiration divine, mais aussi, il est créé, historique, et non pas, comme le soutiennent les Ach’arites, co-éternel avec Dieu. Et lorsque Dieu parla, au travers du Coran, et des autres livres saints, Il ne s’adressait pas à Lui-même, mais aux hommes, en utilisant les moyens auxquels ceux-ci avaient accès, les diverses langues, aux diverses époques. Car cette parole ne pouvait être utile aux hommes que si elle était comprise, et si Dieu avait fait descendre Son inspiration sans avoir l’intention de Se faire comprendre aux hommes, c’eût été une action vaine.

4Dieu parle aux gens dans la langue du prophète qu’il a choisi ; si la langue de ce prophète est l’arabe, Il leur parle en arabe ; si le prophète est un Hébreu, Il leur parle en hébreu, en araméen si celui-ci est araméen. Et de même que la langue est une chose créée, historique, le contenu du message aussi est historique et créé, adapté à la situation des peuples auxquels Dieu s’adresse. C’est pour cette raison que le qâdî Abd al-Jabbâr refusa l’idée selon laquelle l’inspiration exprimerait un contenu éternel dans une langue co-éternelle à Dieu. Il voyait dans la théorie de l’éternité, de la non-historicité de l’inspiration, défendue notamment par les Ach’ arites, une volonté d’établir un second dieu dans l’univers, un dieu qui serait en quelque sorte le parèdre de Dieu (...).

5En s’opposant à cette théorie, qui s’apparente à la théologie du Logos, égal au Père en tout, et particulièrement pour ce qui est de l’éternité, le qâdî Abd al-Jabbâr avait conscience de s’opposer à une sorte de trinitarisme chrétien, à ceci près que la théorie du Coran co-éternel établit une dualité, comme si elle mettait le Verbe à côté du Père.

6Si donc, pour Abd al-Jabbâr, la parole de Dieu est historique, et non pas co-éternelle, la parole des gens, c’est-à-dire les langues, sont, a fortiori, historiques, et, parmi ces langues, l’arabe ; c’est là une des plus importantes théories établies par les savants mu’ tazilites à propos de l’histoire de la langue arabe. (...)

7Par cette opinion, les Muatazilites s’opposent à ce que l’on accorde un quelconque privilège à la langue arabe, et à ce que cette langue se voie revêtue d’une sacralité particulière (autre que celle qui lui est attachée du fait qu’elle est la langue du Coran) ; ainsi la langue arabe, à chacune de ses étapes, à ses origines, à l’époque de la Jahiliya, à celle de son épanouissement dans le Coran, à l’époque de sa plus grande fécondité au temps des juristes, des savants, des philosophes et des traducteurs, est une langue historique, soumise aux mêmes lois que les autres langues ; elle n’a pas été la langue que parlait Adam au Paradis terrestre, ni celle dans laquelle de Coran aurait été gravé sur une stèle indestructible avant le commencement des temps.

Louis Awad (in Introduction à la linguistique arabe – Le Caire – GEBO – 1980 – p. 87 sqq.)

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Volume papier

mollat.comamazon.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search