Version classiqueVersion mobile

Les chrétiens égyptiens aujourd’hui

La parole

Le véritable ennemi de la nation égyptienne

Texte intégral

1On notera, dans ces quelques remarques tirées de l’étude monumentale consacrée par Louis Awad à l’histoire intellectuelle de l’Égypte moderne (Histoire de la pensée égyptienne moderne – 1ère partie – la Campagne française – Dâr al-Hilâl : 2ème partie : de l’époque d’Isma’il à la Révolution de 1919 – GEBO – 1980) la présence du thème anti-ottoman, qui, s’il peut se trouver aussi chez des historiens musulmans, n’en est pas moins l’élément commun qui revient avec insistance dans les ouvrages des historiens égyptiens d’origine chrétienne, et qui peut être considéré comme un des seuls critères permettant de les différencier de leurs compatriotes non-chrétiens.

2L’histoire de l’Égypte depuis la campagne française jusqu’à 1904, et même depuis l’époque de Ali Bey al-Kebir jusqu’à la Révolution de 1919 peut être lue à la lumière de la lutte continue qui s’y mène à l’intérieur d’un cadre constant, constitué par le triangle des forces impérialistes de la Turquie, de la France et de l’Angleterre. (...) A l’intérieur de ce cadre on voit se dessiner trois courants majeurs de la vie intellectuelle égyptienne, trois tendances nettement définies :

  • Le courant « Tout sauf un gouvernement européen », favorable en dernière analyse à une perpétuation du gouvernement des Turcs et des Mamelouks ; c’est ce courant notamment qui a entraîné des extrémistes égyptiens à combattre sous la bannière des Ottomans au moment de la seconde révolte du Caire, entre le 20 mars et le 21 avril 1800, sous le commandement de Nassef Pacha et du Nussûh Pacha.

  • Le courant « Tout sauf un gouvernement des Turcs et des Mamelouks » favorable à l’acceptation d’un gouvernement européen, qui a entraîné des Égyptiens, pareillement extrémistes, à combattre avec le général Ya’qûb sous la bannière des Français.

  • Le courant « Sauver ce que l’on peut sauver » représenté chez les Oulémas d’al-Azhar et les notables modérés ; ce sont eux qui constituèrent les premiers corps de l’appareil d’État national, comme le Divan public et le Divan privé (au temps de l’occupation française) ; ce courant acceptait le fait accompli et voulait préparer le terrain dans l’attente d’une occasion favorable au changement.

3Ces trois courants se heurtèrent tout au long de l’histoire politique et intellectuelle de l’Égypte, génération après génération, jusqu’à ce que la Révolution de 1919 leur permit de se fondre en une seule grande force.

4Ceux qui s’occupent d’histoire politique dépassent souvent la mesure dans les accusations de trahison qu’ils lancent contre tel ou tel courant ; l’historien véritable restera impartial et cherchera plutôt à décrire chacune de ces écoles de pensée comme des interprétations diverses des nécessités du combat national, diverses sans doute par leurs fondements intellectuels, affectifs et parfois communautaires, mais tendant toutes au même but de libération. Et l’élément religieux, pour accusé qu’il soit parfois dans la vision de tel ou tel leader ou de tel ou tel groupe, n’en est pas moins l’un des éléments constitutifs de l’idéologie nationale. (...)

5On aurait tort, par exemple, de décrire Omar Makram et ses amis, partisans d’une politique ottomane ou mamelouke, comme inspirés exclusivement par un sentiment de fanatisme islamique : ce serait là tenir le même discours que celui que tenait l’impérialisme européen lorsqu’il voulait justifier ses ambitions par un appel à l’indépendance égyptienne et au retour des droits de l’homme dans ce pays (voir les proclamations de Bonaparte).

6On aurait également tort de décrire l’attitude du général Ya’qûb et de ses compagnons, tenants d’une politique européenne, comme inspirée uniquement par le fanatisme chrétien, ou par ce qu’on a appelé le complexe de persécution du minoritaire ; on négligerait par là tout l’arrière-plan de la politique criminelle menée par la colonisation ottomane, l’exploitation des Mamelouks, le retard causé par eux à l’Égypte par rapport aux autres nations civilisées, leur gouvernement d’iniquité et de ténèbres, partout où ils se sont installés. (...)

(in Histoire de la pensée égyptienne moderne – 1ère partie – p. 202 sqq.)

7(...) Tristes siècles que ces quatre siècles où l’Égypte terre et hommes, fut mise en coupe réglée par les Ottomans, à un point tel que sa population était tombée à 2 millions et demi d’âmes au moment de la Campagne française ; et on notera que ce qui est arrivé à l’Égypte est aussi arrivé à la Syrie et aux autres territoires arabes et européens gouvernés par le Calife ottoman ; la Turquie elle-même eut à souffrir de ce gouvernement de tyrannie, d’obscurantisme et d’isolement. Lorsque le vaste empire fut devenu, face aux grandes puissances, ce qu’on appela « l’homme malade », un leader local comme Ali Bey al-Kebir fut capable, au milieu du dix-huitième siècle, de l’ébranler ; puis Mohammed Ali le mit en péril pendant une trentaine d’années, entre 1805 et 1840 ; et si les puissances européennes, et principalement l’Angleterre combattirent alors le leader égyptien, c’est qu’elles considéraient que l’« homme malade » était moins dangereux pour elles que l’homme fort. (...)

(in Histoire de la pensée égyptienne moderne – 2ème partie – p. 372 sqq.)

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Volume papier

mollat.comamazon.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search