Version classiqueVersion mobile

Les chrétiens égyptiens aujourd’hui

La parole

Alexandrie chrétienne

Texte intégral

1Les IIIe, IVe et Ve siècles de notre ère sont volontiers présentés, dans les ouvrages des historiens égyptiens de l’Église copte, comme un âge d’or, et cela malgré les persécutions. Cette période de l’Égypte byzantine, qui vit le développement communautaire et intellectuel de la communauté chrétienne et celui du monachisme, la période d’Athanase et de Cyrille, est également décrite comme celle d’un accomplissement national égyptien, et cela malgré le fait que l’Égypte n’était alors qu’une province de l’Empire byzantin : mais ce fait est négligé, au profit d’une vision de l’Égypte comme grande nation chrétienne.

2La ville d’Alexandrie était alors la plus importante des villes de tout l’Orient ; c’était la capitale de l’État, le siège du pouvoir central, et aussi la capitale culturelle du monde à cette époque. Son importance historique se manifestait aux plans profane et religieux, au point que certains des Pères de l’Église l’égalèrent à Jérusalem.

3L’Alexandrie chrétienne participa au développement général de l’Église, et exerça, comme capitale florissante, une influence décisive sur la formation de l’art chrétien. (...)

4Le siège patriarcal de St Marc était le centre d’un vaste territoire ; il jouissait d’un statut indépendant ; il était riche en hommes et en argent, de par les dons, les donations et les privilèges qui lui étaient accordés. De ce siège dépendaient plus de cent diocèses répartis aux six provinces ecclésiastiques : Alexandrie, l’Égypte, la Libye, la Pentapole, L’Éthiopie et la Nubie.

5Même dans les questions profanes et civiles, le chef de l’Église d’Alexandrie avait une grande influence, surtout lorsqu’il était doué d’une forte personnalité, comme ce fut le cas pour Athanase, Théophile et Cyrille. Le Patriarche à cette époque avait le pouvoir absolu d’un prince puissant, au point que sa position pouvait parfois menacer ou même défier le pouvoir du gouvernement impérial de Constantinople.

6L’Église d’Alexandrie tenait également le premier rang pour les sciences chrétiennes, devant les Églises de Constantinople et d’Antioche. Le Patriarche d’Alexandrie fut même appelé, après le Concile de Nicée : « L’arbitre universel de la Chrétienté ». Et Grégoire de Naziance déclara : « La tête de l’Église d’Alexandrie est la tête du monde ».

  • 1 On notera la portée polémique implicite de cette remarque ; dans un autre chapitre du même ouvrage (...)

7Le Patriarche d’Alexandrie fut le premier à porter le titre de Pape (...) titre que ses successeurs se sont transmis jusqu’à nos jours et que les évêques de Rome ont emprunté1.

8Le monde entier est débiteur de la célèbre bibliothèque d’Alexandrie et de son école théologique, dont la lumière éclaira, comme un phare resplendissant, le monde chrétien tout entier. Cette école théologique joua un rôle très important dans l’activité œcuménique du temps et exerça une grande influence sur les conciles des premiers siècles, elle attira un grand nombre de philosophes à la foi nouvelle, et fit don au monde chrétien de plusieurs Pères de l’Église importants.

9C’est à ces Pères que revient le mérite immense d’avoir créé une atmosphère de spiritualité, en contribuant au développement du monachisme dans les déserts d’Égypte, où le nombre des monastères était tel à la fin du IVe siècle qu’un chroniqueur de l’époque évalue à des dizaines de milliers les anachorètes qui les peuplaient. Les monastères égyptiens étaient alors, à ces époques obscures, des lieux de science et d’éducation ; et, à mesure que le monachisme fleurissait, le paganisme s’éteignait.

10C’est l’Église copte, la première église missionnaire du monde qui introduisit le monachisme dans de nombreux pays, par l’intermédiaire des moines égyptiens partis en missionnaires jusqu’en France, en Irlande, en Angleterre...

11De nombreux voyageurs venaient également en Égypte, considérée comme une étape sacrée sur le chemin de Jérusalem ; ces visiteurs, frappés d’admiration devant l’organisation du monachisme égyptien, en transportèrent les règles dans leurs pays, où furent fondés d’autres établissements monastiques, en Asie Mineure, en Europe et en Afrique du Nord.

12Les Patriarches d’Alexandrie furent longtemps choisis parmi les chefs de l’École de Théologie ; ils présidèrent les Conciles œcuméniques et le Concile de Nicée leur confia le soin de déterminer la date de Pâques et d’adresser à toutes les Églises le message de Pâques, du fait de leur prééminence dans les sciences et de l’élévation de leur vie spirituelle. (...)

13Georges Baki

14(St Cyrille, Pilier de la foi Ed. du diocèse d’Assouan – 1983)

*

Notes de fin

1 On notera la portée polémique implicite de cette remarque ; dans un autre chapitre du même ouvrage l’auteur relève également tout ce que la liturgie doit à Cyrille ; et dans un autre ouvrage, consacré à St Athanase (« Saint Athanase l’Apostolique ; sa vie et son combat pour la foi ». Édition du monastère St Macaire – 1981), Matta al-Meskin dit plus précisément encore que la liturgie romaine est redevable, en certaines de ses parties, à l’Église copte, et il met ce fait en relation avec l’exil d’Athanase à Rome (339 – 346). Il y a là, de la part de l’Église copte, une affirmation de sa primauté vis-à-vis des autres Églises, et une réponse indirecte aux tentatives répétées d’union faites par l’Église romaine, depuis le XVIIe siècle : dire que l’évêque de Rome, aux IVe et Ve siècles, était, en matière d’orthodoxie, un disciple du Patriarche d’Alexandrie, c’est enlever toute justification à l’uniatisme (destiné, on le sait, à ramener les « schismatiques » dans le sein de l’Église apostolique).

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Volume papier

mollat.comamazon.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search