Version classiqueVersion mobile

Les chrétiens égyptiens aujourd’hui

La parole

Épiphanie d’une nation

Texte intégral

1Enfin les Coptes remportèrent la victoire, et la nation entière se leva pour demander ce qu’avaient toujours demandé les Coptes, la nation entière se leva pour appeler au nationalisme égyptien indépendant des Anglais et des Turcs ; et l’on vit alors se dissiper le mauvais charme qui avait été inventé et utilisé par les maîtres étrangers de l’Égypte, utilisé à leur propre profit, et non pas au profit des Égyptiens, le charme funeste de la nationalité islamique, qui venait en contradiction avec la nationalité égyptienne.

2Ce fut un seul cri, poussé par Sa’ad Zaghloul, Ali Cha’râwi et Abd al-Azîz Fahmi en novembre 1918, un seul cri par lequel les Égyptiens oubliant Mustafa Kâmel, Abd al-Azîz Gâwîch et Rachid Redâ, en vinrent à fraterniser.

  • 1 On notera ici l’usage curieux fait par l’auteur, un historien copte connu, d’un vocabulaire et d’un (...)

3Ce cri, les Anglais ne voulurent pas en tenir compte, déterminés qu’ils étaient à s’emparer complètement de cette partie du monde que la disparition de l’Empire ottoman laissait en déshérence ; ils dirigèrent alors les canons de leurs fusils vers les rangs de la nation, et les Égyptiens, tous ensemble, les affrontèrent la poitrine découverte ; c’est alors que la terre sacrée s’imprégna de leur sang confondu, donnant naissance au héros révolté qui était demeuré endormi pendant de si longs siècles, le héros de la nationalité égyptienne authentique, issue d’elle-même, faite de sa propre substance, non pas créée par des étrangers1.

4Tout le dix-neuvième siècle, et les vingt premières années du XXe siècle ne sont qu’une seule bataille continue menée par les Coptes avec persévérance et courage pour amener l’ensemble du peuple à croire à leurs propres idéaux ; et lorsqu’enfin apparut la victoire, la joie des Coptes fut immense.

5La lutte avait été longue, et les appels lancés par le Mu’allim Ya’qûb étaient parvenus jusqu’aux oreilles des hommes du XXe siècle, relayés par l’écho des écoles de Cyrille IV et par celui de la Révolution de 1919 : tout cela ne constituant qu’un seul combat, qui tendait vers un seul but : l’indépendance complète. Et même si les Coptes, dans ce combat ont été parfois vaincus, ils ont toujours conservé dans leur esprit ce grand dessein, comme un flambeau qui les guide.

6Sa’ad Zaghloul savait bien que ce mouvement d’émancipation nationale ne pouvait réussir si les Coptes n’y prenaient pas leur vraie place, et il leur lança un appel ; à cet appel, les Coptes répondirent sans hésitation. Lorsque Sa’ad Zaghloul par exemple eut écrit à Wassef Boutros Ghali, qui résidait à Paris, lui enjoignant de venir le rejoindre pour se tenir à ses côtés, celui-ci se hâta de venir, tenant son arme. Et lorsque des esprits soupçonneux tentèrent de l’arrêter en lui rappelant que les musulmans avaient tué son père neuf ans auparavant (en 1910), il eut pour leur répondre la même exclamation que le Christ avaient eue, en faisant dire au père du fils prodigue, répondant aux reproches de son fils aîné : « Entre et réjouis-toi avec nous ; car ton frère était mort, et il est ressuscité ; il était perdu et il a été retrouvé ».

(...)

7(in Zâher Riyâdh : Les Chrétiens et le nationalisme égyptien (Dar al-Thaqâfa – 1979) p. 155 sqq.)

Notes de fin

1 On notera ici l’usage curieux fait par l’auteur, un historien copte connu, d’un vocabulaire et d’une thématique théologiques, appliqués à un domaine profane, les définitions nicéennes de la nature du Christ servant à manifester l’épiphanie de la nation. Signe de la prégnance de la dimension religieuse dans la culture nationale copte ?

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Volume papier

mollat.comamazon.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search