Version classiqueVersion mobile

Les chrétiens égyptiens aujourd’hui

Le discours

Les disparus

Texte intégral

1Ce poème en langue dialectale de Salah Jahine témoigne d’un sentiment déjà exprimé (voir supra p. 17) par Milâd Hanna : le sentiment d’appartenance à une communauté unique de tous les Égyptiens, quelle que soit leur religion : mais ce sentiment, comme on le voit, ne s’exprime jamais mieux que dans un contexte religieux-funéraire : car c’est au-delà des contradictions de la vie quotidienne que les Chrétiens et les Musulmans – même s’ils ont chacun leurs propres lieux d’ensevelissement – se retrouvent fils de la même terre.

2Cette affirmation de soi à la fois plus franche et plus généreuse, de la part de la communauté copte rendant à ses morts un culte quasi-osirien, doit être mise en rapport avec un phénomène plus particulier qui ne manque pas d’intérêt : « Quiconque a lu avec attention et sur une période assez longue le principal quotidien du Caire, al-Ahrâm, ne peut manquer d’avoir remarqué le nombre important de Coptes dont les avis de décès se trouvent publiés dans les pages réservées à ce genre d’annonce : ils constituent souvent la majorité des avis publiés. On pourrait avancer comme explication à cela que la communauté chrétienne du fait de son aisance matérielle et de son insertion sociale, est davantage encline à publier les disparitions de ses membres : mais, à y regarder de plus près, on s’aperçoit qu’il s’en faut de beaucoup que les personnes dont les noms sont publiés soient issues de familles aisées : les photographies qui accompagnent ces noms sont souvent celles des paysans vêtus de la gallabeya traditionnelle. Un intellectuel copte, aujourd’hui citoyen américain, faisait devant moi l’observation que l’annonce publique de son appartenance à la communauté chrétienne est rendue plus facile à une famille lorsque l’un de ses membres se trouve, par la mort, placé au-delà de toute menace de discrimination ». (Robert Betts in Christians in the Arab East Lycabettus Press – Athènes – 1978) (p. 60).

À la page des disparus
Ils me parlent chaque matin
Le regard immobile
Sur leurs photographies passées
Ils me demandent tous quand
Je mettrai à mon tour ma photographie
Moi aussi comme eux sur la page des disparus
Mes chers amis
Nous ne tarderons pas
Notre tour viendra, sans faute
Voilà celle dont le visage sur la photo porte le voile de mariage
Jugement rendu avant même la venue au monde
Voilà deux vieillards, l’un appelé « hajj » et l’autre « sanctifié »
Voilà quelqu’un mort à l’étranger
La photo est prise du passeport
Et voilà un portrait peint sur le dessus d’un sarcophage
Trouvé dans le Fayoum
Antique cimetière
Fouille du Fayoum
Aux sarcophages fameux
Portant l’image des gens d’alors
Le portrait du prêtre, du pêcheur, de la maîtresse de maison, du commerçant
D’une jolie fille, d’un militaire ou d’un poète
Les portraits d’humains disparus
Dont les cités sont devenues poussières
Et les sarcophages se sont brisés
Il ne reste d’eux que les visages
Ils ont gardé le même regard
Ils racontent la même histoire
Plongés dans la mort en toute sérénité
Marchant dans l’éternité
Comme ceux qui sont dans le journal
A la page des disparus
Je me suis dit : d’où vient cette ressemblance ?
Ils m’ont dit : c’est que nous sommes tous Égyptiens
Tous Égyptiens
Tous ont la même identité
Les évêques y sont regrettés aux côtés des cheikhs
On demande pour eux la même miséricorde divine
Ils partagent la même gloire céleste
Éternellement unis
On ne saurait reconnaître la communauté chrétienne
De la communauté musulmane
Leurs photos sont mises côte à côte
Dans les colonnes noires
Je parle des morts et du royaume de la mort
Qui moissonne les nations
Les morts tombent comme des flocons de neige en silence
Ou bien comme des paquets de cordes avec un bruit affreux
Je parle des morts de tous les temps
J’invoque pour eux la miséricorde et la lumière
Je ne parle pas d’Amal Dunqul
Car il vit, bien qu’il soit devenu un habitant des tombes
Le proverbe dit : celui qui fait un enfant ne meurt pas
Et d’Amal Dunqul on dira : celui qui crée une œuvre ne meurt pas
Paix à celui qui se trouve dans la page des morts
Et paix à celui qui se trouve dans la page des vivants.

3Salah Jahine
(in al-Ahrâm – 1er juillet 83)

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Volume papier

mollat.comamazon.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search