Version classiqueVersion mobile

Les chrétiens égyptiens aujourd’hui

Le discours

Les luttes interconfessionnelles, cela n’existe pas

Texte intégral

1Dans une série d’articles publiés en mars 1984, l’hebdomadaire d’opposition al-Cha’b rendait compte d’un entretien qu’il avait eu avec d’anciens membres des « groupes islamiques » (gamâ’ât islâmiya), et notamment Esâm el-Aryân, un des idéologues et dirigeants de ces groupes. L’entretien portait essentiellement sur la délicate question des affrontements interconfessionnels (al-fitna al-tâ’ifiya) et il est intéressant de voir se dégager l’idée, près de trois ans après les dramatiques événements de Zâweya-l-hamrâ, que les mouvements islamistes dits « extrémistes » étaient loin d’en être les principaux responsables. Quoi qu’il en soit, la thèse défendue ici par d’anciens cadres du mouvement islamiste a l’intérêt de placer ailleurs qu’on ne le fait communément la source du mal-être des Chrétiens d’Égypte.

2Abd al-Mun’im Abd al-Futûh :

3À mon avis, toutes ces expressions de « sédition confessionnelle », des « deux parties de la nation », ou de « l’extrémisme religieux » sont des expressions perverses que le peuple ne connaissait pas il y a seulement 25 ans. Auparavant, et quand il y avait dans ce pays un pouvoir musulman, on n’entendait pas parler de cela et personne n’y pensait.

4Ce qui s’est passé ces dernières années, c’est que le pouvoir, le pouvoir indigne a cherché à approfondir la division confessionnelle, le fanatisme religieux, le sentiment minoritaire, etc... et à en faire une exploitation politique. Ainsi il peut frapper le Musulman, il peut provoquer la crainte chez tous, la crainte du Musulman chez le Chrétien, et la crainte du Chrétien chez le Musulman. (...)

5C’est devenu un problème, de par l’influence des médias et de l’appareil de la Sécurité, qui nous ont mis cela dans la tête, dans l’intérêt du pouvoir : car celui-ci, qui n’applique pas l’islam, préfère agiter ses armes et partager le peuple en sectes, qu’il excitera les unes contre les autres. (...) Esâm el-Aryân :

  • 1 – Pour plus de précisions sur l’activité des gamâ’ât sur les campus universitaires, et leurs object (...)

6Ce sont les médias qui ont fabriqué la sédition confessionnelle. Nous tous (i.e. les membres des groupements islamiques) nous avions des collègues chrétiens à l’Union des étudiants, nous reproduisions des polycopiés et les distribuions, nous mettions en service des autobus pour les étudiantes, afin de leur épargner la bousculade et la promiscuité dans les transports publics, et les étudiantes chrétiennes ne furent pas les dernières à utiliser ces autobus1.

7Abd al-Mun’im Abd al-Futûh :

8Sur la ligne de Chubra, par exemple, il y avait quarante étudiantes chrétiennes et deux étudiantes musulmanes. Si la jeunesse musulmane avait été si fanatique, elle aurait dû supprimer cette ligne. (...)

9(6 mars 1984)

10Esâm el-Aryân :

11Les exemples de rapports pacifiques et amicaux entre Musulmans et Chrétiens sont tout à fait courants. Ainsi, dans notre village, la famille du prêteur chrétien était très liée avec la nôtre ; ils venaient nous voir à l’occasion des fêtes, et nous allions les voir. Il est clair que tout ce qui s’est passé trouve sa cause dans la propagande des médias, destinée à pousser les gens les uns contre les autres et à leur faire oublier leur exploitation, à tous, par un régime corrompu. (...)

12Abd al-Mun’im Abd al-Futûh :

13J’ai la conviction que les événements de Zâweya-l-hamrâ ont été fabriqués par les services de la Sécurité, puis la situation leur a échappé. Et cela aurait été encore plus grave si les groupes islamiques n’étaient pas intervenus, et n’avaient pas tenu, sur le lieu même des affrontements, un congrès où sont venus quelques cheikhs de l’Azhar comme le cheikh Abd al-Rachîd Saqr et le cheikh Hafez Salâma, qui ont apaisé les esprits.

14Pourquoi les services de Sécurité n’ont-ils pas arrêté les affrontements à leur début, au lieu de rester passifs, et de garder pendant plusieurs jours une attitude de spectateurs, comme en ont témoigné, de façon irréfutable, les habitants du quartier ?

15Esâm el-Aryân :

  • 2 – Voir dans la Revue de la Presse Égyptienne (n. 1) des exemples de l’usage fait alors par le pouvo (...)

16Cette analyse me semble tout à fait juste ; les événements de Zâweya-l-hamrâ, en effet, ont servi à Sadate d’appui pour s’attaquer ensuite à l’ensemble de l’opposition2. Pourquoi n’a-t-on pas fait d’enquête véritable sur ces événements dont, notons-le, on a totalement cessé de parler, après la mort de Sadate, et la sortie de prison des opposants. Comment se fait-il qu’aujourd’hui encore on ne sache pas qui est le responsable, qui a fait quoi ? Comment se fait-il qu’il n’y ait aucune action en justice, alors que la justice continue de s’occuper des événements plus anciens, comme ceux des 17 et 18 janvier 1977, par exemple. (...)

17Abu al-’Alâ :

18Au cours des années précédentes, déjà, il s’était produit des incidents que le pouvoir a mis sur le compte de la division confessionnelle. Ainsi dans un discours prononcé en 1980, Sadate a évoqué un fait de ce genre, survenu à Minia ; un chrétien se promenait le long du Nil avec sa fille, et des membres des groupes islamiques se seraient attaqués à eux. Ce qu’il n’a pas dit, c’est que nous, les responsables des groupes islamiques à Minia, nous sommes allés voir immédiatement les services de Sécurité pour leur demander des éclaircissements sur cet incident. Le responsable du secteur (...) nous a dit textuellement : « Bien que nous soyons des spécialistes de la provocation, cet incident-là, nous ne l’avons pas fabriqué, et nous ne savons pas où Sadate est allé le prendre. »

19Entendant cela nous nous sommes émus, et il nous a demandé de ne rien répéter, car il risquait d’être muté pour avoir dit cela. Puis nous avons rencontré le général A. qui a commencé par nous déclarer : « Nous sommes un corps connu pour son honnêteté ».

20– « Non, ce n’est pas vrai, car j’ai entendu l’un des vôtres nous dire ceci et cela ».

21– « Comment cela, quel est son nom ? »

22J’ai donné son nom, et il a été muté à Marsa-Matrouh.

23(13 mars 1984)

24al-Cha’b :

25L’agression contre le promeneur et sa fille, à Minia, a-t-elle eu lieu ou non ?

26Abu al-’Alâ :

27Non il n’y a rien eu de tel.

28Mohi al-Dîn Ahmed :

29Assurément, il s’est produit divers incidents au cours de ces dernières années, incidents à caractère individuel et spontané. (...) Ce qui s’est passé à la Cité Universitaire de Minia, par exemple, où l’on a dit que des étudiants coptes avaient fait l’objet d’une agression, c’était en fait une simple querelle entre un étudiant musulman et un étudiant chrétien, querelle qui a pris de l’ampleur ; mais les groupes islamiques n’ont absolument rien à voir là-dedans. (...) Pour ce qui est des autres incidents, ayant effectivement revêtu un caractère confessionnel, dans le Sa’id, le simple fait qu’ils soient survenus à la campagne montre bien que les groupes islamiques n’étaient pas en cause. (...)

30(20 mars 1984)

*

Notes

1 – Pour plus de précisions sur l’activité des gamâ’ât sur les campus universitaires, et leurs objectifs politiques, voir le livre de G. KEPEL : Le Prophète et Pharaon, chapitre 5.

2 – Voir dans la Revue de la Presse Égyptienne (n. 1) des exemples de l’usage fait alors par le pouvoir du paradigme : lutte de deux extrémistes religieux.

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Volume papier

mollat.comamazon.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search