Version classiqueVersion mobile

Les chrétiens égyptiens aujourd’hui

Le discours

Une et indivisible

Texte intégral

1L’intérêt de ce passage du livre du géographe Gamâl Hamdân, « La personnalité de l’Égypte » (le tome II, paru au Caire – Ed. ’Alam el-kutub – en 1981, complète, au plan de la géographie humaine, la vaste entreprise commencée quelques années plus tôt par une étude du milieu physique égyptien, les tomes III et IV traitant d’économie sont parus en 1984) réside, d’une part, dans l’affirmation, ici enchâssée dans un argumentaire donné pour scientifique, du caractère absolument unitaire de la société égyptienne, et, d’autre part, dans les quelques éléments que l’honnêteté intellectuelle de l’auteur l’oblige à mentionner, en contradiction implicite avec sa thèse nulle part mieux qu’ici, dans un ouvrage imprégné de cette idéologie nationale unitaire, ne se manifestent la prégnance et la puissance d’une mythologie de la nation une et indivisible, qui s’exprime sans réserves au moment même où – et en dépit du fait que – des tentatives, fragmentaires, d’analyse objective laissant apparaître des comportements différentiels chez les deux communautés, différenciations, pourraient, dans un autre contexte idéologique, justifier une description plus « distinctive » de la société égyptienne.

2(...) Si l’unité du milieu naturel est la caractéristique la plus visible du pays égyptien, considéré comme territoire, l’unité nationale est sans doute le trait le plus frappant de la société politique qui a occupé ce territoire au cours des siècles. (...)

3La minorité copte en Égypte a toujours été à peu près stable pour ce qui est de sa proportion par rapport à la population totale ; elle a toujours également été limitée quantitativement ; on pourrait dire qu’elle est une « mini-minorité » ; elle n’a jamais eu, non plus, de prolongement à l’extérieur, restant, en quelque sorte, solitaire à l’intérieur du territoire.

4(...) Si, depuis qu’il existe des recensements décennaux, la proportion des Chrétiens en Égypte paraît s’être élevée continuellement (jusqu’aux années 40) puis avoir décru, pour se stabiliser aujourd’hui au niveau qui était le sien au temps de la Campagne française (6 %), c’est que les recensements successifs opérés depuis la fin du siècle dernier, prenaient en compte, à côté des Coptes, un grand nombre de Chrétiens appartenant aux diverses communautés européennes installées en Égypte. C’est ainsi que les fluctuations de la proportion des Chrétiens en Égypte au cours des dernières décennies reflètent avant tout celles de la proportion des communautés étrangères. (...) La proportion de 6,30 % atteinte (après une baisse sensible) par la population chrétienne en 1976 reflète, essentiellement, le départ de l’ensemble des Européens. Pour ce qui est de la proportion des Coptes nationaux, elle n’a pour ainsi dire pas changé (...) On peut dire aujourd’hui qu’un Égyptien sur 15 ou 16 est un Copte. (...)

5En dépit de la stabilité de leur proportion numérique, on peut constater que leur poids effectif par rapport à l’ensemble de la population tend à décroître légèrement, et cela par l’effet de trois facteurs :

  • Une plus forte natalité des musulmans

  • Les conversions à l’islam

  • Une plus forte émigration dans les rangs des Coptes

6Pour ce qui est du premier facteur, on voit que le taux de natalité était en 1927, par exemple, de 45 pour mille chez les Musulmans, contre 38 pour mille chez les Chrétiens ; en 1937, de 44 pour mille et 35 pour mille respectivement. Si l’on tient compte du fait que ces statistiques comprenaient les membres des communautés étrangères, au taux de natalité très faible, on peut les corriger en attribuant aux Coptes un taux intermédiaire entre les deux chiffres. Reste l’existence d’une fertilité différentielle, entre les Musulmans et les Coptes, qui peut être expliquée de diverses façons (absence de la polygamie chez les Chrétiens, difficulté du divorce, plus grande pratique de la limitation des naissances...). (...)

7Pour ce qui est de l’émigration différentielle, c’est là un facteur très récent, appelé à jouer un rôle important dans l’avenir. On a constaté en effet, au cours de ces dernières années, c’est-à-dire depuis que les Égyptiens émigrent à l’étranger, et particulièrement en Amérique du Nord, que la proportion des Coptes parmi ces émigrants, souvent dotés d’une éducation universitaire de haut niveau, est assez importante. Cela peut être lié à l’activité et au rôle remarquable des hommes d’église coptes dans les pays d’émigration. Si cette tendance se confirme, l’émigration égyptienne vers le Nouveau Monde pourrait reproduire, au cours de la seconde moitié du XXème siècle, le phénomène de « sélection religieuse » observé à propos de l’émigration syro-libanaise – beaucoup plus considérable sans doute – au cours de la première moitié de ce siècle.

8Si l’on étudie maintenant la distribution géographique de la communauté, on verra apparaître un certain nombre de faits, à partir de la simple considération du tableau statistique du nombre des Coptes dans chaque gouvernorat (recensement de 1976). On notera surtout ceci :

  • Que les Coptes sont, essentiellement, des citadins.

  • Que leur plus important regroupement se trouve dans la capitale.

  • Que l’ensemble de la Haute-Égypte compte le plus grand nombre et connaît la densité la plus importante, celle-ci atteignant son maximum dans la partie médiane de la Haute-Égypte. (...)

9Pour ce qui est de la citadinité des Coptes, on constate que plus de la moitié de la communauté vit dans les villes, ce qui les différencie nettement des musulmans. (...)

10Pour ce qui est de la prépondérance numérique de la Haute-Égypte, on voit que celle-ci, qui ne compte que 33 % de l’ensemble de la population égyptienne, rassemble 60 % de la communauté chrétienne ; le Delta, en revanche, qui compte (Le Caire mis à part) près de la moitié des habitants de l’Égypte, ne rassemble que 18 % des Chrétiens.

11Pour ce qui est de la densité de la population copte, elle dépasse, en Haute-Égypte, les 10 % (densité supérieure, on le voit, à la moyenne nationale) ; de façon plus précise, on relève, dans les trois gouvernorats de Minia, Assiout, et Sohag, des densités allant de 15 % à 20 %, c’est-à-dire que les Coptes constituent, dans ces régions, le sixième ou le cinquième de la population. (...)

12L’unité ethnique des Coptes et des Musulmans est une évidence, quelques théories anthropologiques que l’on ait pu construire pour démentir cette vérité. Et la raison de cette unité au plan ethnique est tout simplement que la formation anthropologique du peuple égyptien a précédé de 3 000 ou 4 000 ans au moins sa caractérisation religieuse, chrétienne ou islamique. La physionomie générale du peuple égyptien avait déjà acquis ses traits distincts avant qu’il n’eût des Coptes et des Musulmans. (...)

13Une erreur, commise par certains auteurs occidentaux, consiste à vouloir déterminer une « zone copte » dans la partie médiane de la Haute-Égypte. S’il y a en effet, dans cette région, comme on l’a vu, une concentration certaine de la population copte, on ne doit pas en conclure à l’existence d’une « zone » spécifique, puisque la plus grande densité atteinte par les Coptes dans la région ne dépasse jamais le cinquième de la population : les Chrétiens restent donc, même là, une minorité locale au sein de la majorité.

14Ni la ville de Fayoum, au siècle dernier, ni celle d’Assiout aujourd’hui, ne peuvent être considérées comme « capitales » des Coptes, sinon métaphoriquement. Ou bien il faudrait, plus justement, parler du Caire comme de la capitale à la fois véritable et métaphorique des Coptes puisqu’aussi bien c’est là que se regroupe aujourd’hui plus du quart de tous les Coptes d’Égypte ; et le quartier de Chubra, où se concentre le plus grand nombre de Chrétiens de la capitale, pourrait à son tour être considéré comme la capitale des Coptes dans la capitale. (...)

15En fait les Chrétiens d’Égypte, qui ne sont nulle part en majorité, ni ne constituent nulle part de concentrations régionales véritables, se trouvent répandus dans toutes les cellules du corps égyptien, comme un élément inséparable et indiscernable de ce corps. (...)

16De même, dans les villages ou les villes, on ne peut distinguer des zones d’habitation spécifiques ; l’habitat se trouve mêlé et commun, et il n’est pas rare de voir côte à côte des mosquées et des églises dans le paysage urbain. Quant au phénomène du « quartier » ou de la « rue des Chrétiens », c’est une exception, toujours liée à des circonstances historiques.

17Tout cela signifie que la coexistence et l’interpénétration géographique sont des traits fondamentaux, de même que l’interpénétration économique et professionnelle : les Coptes, en effet, ne sont pas voués à des métiers particuliers (même si la proportion d’agriculteurs parmi eux est moindre, et celle des professions libérales plus importantes que chez les Musulmans). (...)

  • 1 La revendication sécessionniste n’a jamais, à notre connaissance, été exprimée ouvertement ni « pub (...)

18Cette unité profonde de la nation s’est trouvée ébranlée, de façon dramatique et même tragique, entre les dernières années de la décennie 70 et 1981. C’est alors, pour la première fois dans l’histoire politique et nationale de l’Égypte moderne, et peut-être aussi ancienne, que, de l’aveu même de l’État, le problème confessionnel en Égypte atteignit un point où l’on parle ouvertement de sécession politique, où l’on demande publiquement la création d’un État copte indépendant, à l’intérieur de l’Égypte1. Il est évident que, si on laisse de côté les motivations tirées de persécutions prétendues, ou d’une oppression imaginaire (...) cette revendication sécessionniste est dénuée de tout fondement religieux, scientifique, historique ou géographique ; elle s’oppose à toute logique ; l’Égypte n’a jamais été partagée, et elle ne peut tolérer un partage à aucune condition et sous aucune pression.

19C’est pourquoi cette revendication dévoyée devait s’éteindre (...) et ce phénomène, aussi repoussant qu’il soit, n’aura jamais été, dans le cours de la longue histoire du pays, qu’une parenthèse, une tempête dans une tasse de café, une déviation par rapport au mouvement de l’histoire dont le courant puissant le rejette dans le caniveau, où il disparaîtra pour toujours.

(in Gamâm Hamdân « La personnalité de l’Égypte » Tome II – pp. 511 – 528)

Notes de fin

1 La revendication sécessionniste n’a jamais, à notre connaissance, été exprimée ouvertement ni « publiquement » en Égypte. Il y a là en fait allusion à des idées attribuées, sans fondement sérieux, à l’actuel Patriarche. C’est un fait, d’autre part, que ces idées apparaissent parfois dans le cadre de discours privés (cf. p. 95 et s. du présent dossier).

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Volume papier

mollat.comamazon.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search