Version classiqueVersion mobile

Les chrétiens égyptiens aujourd’hui

Le discours

Les voix coptes

Texte intégral

1L’auteur de cet article peut être considéré comme un bon exemple de ces intellectuels chrétiens de gauche, à qui l’engagement dans un parti se réclamant d’une idéologie « progressiste » (en l’occurrence le Parti du Rassemblement, qui compte effectivement dans ses rangs un nombre important de chrétiens) permet de dépasser les lignes de partage communautaires, en substituant à la traditionnelle opposition minorité/majorité une dialectique politique : réactionnaires/progressistes. D’où la réaction violente de ces intellectuels à tout ce qui leur apparaît comme un retour à la logique du ghetto.

2La scène politique égyptienne se trouve présentement occupée par la préparation des prochaines élections législatives, élections qui, pour la première fois dans l’histoire de l’Égypte, se dérouleront suivant le système de la représentation proportionnelle avec scrutin de listes. Chaque parti entreprend, dans cette perspective, de gagner le plus grand nombre possible de voix, sachant aussi que, parmi ces voix électorales se trouvent celles des électeurs coptes.

3Où se situent les voix coptes, sur la carte politique ?

4Mais avant de répondre à cette question, il convient d’en poser une autre, de principe : existe-t-il des voix électorales qui puissent, en vérité, être appelées « voix coptes » ?

5D’abord je refuse, pour ma part, de parler de « voix coptes », dans la mesure où cette dénomination nous entraînerait à parler aussi de « voix musulmanes », ce qui enlève à l’électeur tout caractère politique, pour ne lui laisser que ses caractéristiques communautaires ; on se trouve là en contradiction avec la loi sur les partis, et, de façon générale, avec toute la tradition démocratique égyptienne. (...)

6L’apparition d’une « voix copte » sur la scène politique, et avec elle, nécessairement, celle d’une « voix musulmane », recèle de grands dangers pour la communauté nationale, qu’elle ne peut que diviser. Aussi bien était-ce là la tactique suivie obstinément par la colonisation britannique depuis le début de ce siècle, à preuve les divers rapports de Lord Cromer les comptes-rendus des débats de la commission pour la Constitution, en 1923, où apparaissent clairement les tentatives de division des deux éléments de la nation, par l’introduction de la notion de « représentation des minorités » : on sait que cette notion a été rejetée aussi bien par les Chrétiens que par les Musulmans.

7On peut se poser la question suivante : si la colonisation tirait bénéfice de cette tactique de division, qui tire profit aujourd’hui, de l’insistance mise à isoler des voix électorales coptes ? À l’évidence, c’est Israël, notre ennemi commun, qui cherche à profiter, de pair avec les complices qu’il a au sein des milieux réactionnaires locaux, de cette division. (...)

  • 1 Tarek el-Bichri historien de renom, est notamment l’auteur d’une grande étude sur « Musulmans et Co (...)

8Rappelons ici l’avertissement lancé par l’historien Târeq el-Bichri1 : « Vouloir une représentation fondée sur l’appartenance religieuse, c’est vouloir que la religion devienne la base de la construction de la communauté politique, au détriment des autres facteurs unifiants, territoriaux ou nationaux ; il faut à tout prix éviter cela, dans l’intérêt du pays, majorité et minorité ». (Entretien donné à al-Ahâli, le 15 février 1978).

9Ensuite, cette vision des choses, qui amène à considérer les Coptes comme un groupe communautaire qui aurait ses propres demandes et revendications, ses propres problèmes, et qui par conséquent ne se mobiliserait que sur une base communautaire, amène aussi à les priver de leurs engagements politiques et de leurs appartenances sociales, ce qui ne peut manquer d’entraîner l’effacement des véritables repères du combat politique et social.

10Cette vision des choses est tout à fait rejetée ; et la question que nous posions au début de cet article : « Où se situent les voix coptes, sur la carte politique ? », cette question n’a pas de raison d’être, si l’on adopte une optique communautaire ; et si l’on adopte un point de vue politique, on répondra : « Les Coptes se situent partout, dans chaque parti, selon leurs engagements politiques ».

11De même que, dans les années 20 de ce siècle, les Coptes lançaient un appel aux électeurs, et aux candidats, demandant qu’aucun Copte ne se présente comme mandaté par les Coptes seuls, et que l’on refuse toute autre représentation que la représentation nationale, de la même façon nous voulons, aujourd’hui, que les Coptes, électeurs ou candidats, ne prennent en considération que leurs seuls choix politiques, et le parti qui les exprimera le mieux.

12En conclusion, j’appelle mes frères musulmans à adopter la même vision des choses ; aussi bien la majorité a-t-elle une responsabilité particulière dans le soutien et le maintien de l’unité de la communauté nationale ; c’est à elle d’empêcher qu’on ne mette en péril cette unité, que ce péril vienne des pachas du passé ou de ceux d’aujourd’hui...

13Samir Morcos
(in al-Ahâli – 28 mars 1984)

Notes de fin

1 Tarek el-Bichri historien de renom, est notamment l’auteur d’une grande étude sur « Musulmans et Coptes dans le cadre de la communauté nationale » (Le Caire – GEBO – 1980), dans laquelle il étudie la formation progressive, depuis l’époque de Mohammed Ali, de la communauté nationale égyptienne, formation qui va de pair, selon lui, avec l’installation et le renforcement de l’État laïc.

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Volume papier

mollat.comamazon.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search