Version classiqueVersion mobile

Les chrétiens égyptiens aujourd’hui

Le discours

Les Coptes et l’unité arabe

Texte intégral

1(...) Les Arabes venus en Égypte en conquérants, étaient sans doute en petit nombre et constituaient une minorité par rapport à la population égyptienne ; mais l’influence qu’ils exercèrent sur la culture de l’Égypte et les changements qu’ils y apportèrent firent d’eux, par rapport à ce pays, des « pères sociologiques » plutôt que des « pères biologiques » ; ainsi l’arabité de l’Égypte a-t-elle un contenu culturel (civilisationnel) et non pas ethnique.

2Cette conception proposée de l’arabité est de nature à mettre fin à la contradiction artificielle établie entre les tenants de la « pharaonicité » et ceux qui s’y opposent, les uns et les autres de façon excessive ; en effet il apparaît à l’analyse que l’une et l’autre interprétations de l’histoire égyptienne se ramènent à des positions partisanes, au sens étroit du mot, et que ni l’une ni l’autre de ces théories n’a le moindre fondement historique. Il s’ensuit que l’intérêt scientifique que l’on peut manifester pour les civilisations pharaonique ou copte n’est le privilège d’aucun groupe particulier, et que les Musulmans comme les Coptes peuvent se livrer à ces études.

3Ce qui est clair, c’est que l’appel à la pharaonicité, quelles qu’aient pu être ses motivations, a toujours retenti dans un cadre qui n’avait rien de scientifique, et qu’il était accompagné de thèmes comme celui de « la race pure », issue des Pharaons, ou celui du « groupe ethnique copte ». Certains milieux coptes intellectuels ont exprimé par là une tendance à la fierté tribale, par ailleurs répandue dans le monde arabe, ou bien une nostalgie romantique pour les périodes pharaoniques et leurs gloires, influencés qu’ils étaient, de toute façon, par un environnement national et social marqué par de nombreux éléments négatifs.

4En outre certaines institutions religieuses ont pu trouver là les éléments utiles à une sorte de défense idéologique, contre les formes diverses de ce qu’elles considéraient comme des manifestations de persécutions ou de discrimination.

  • 1 Allusion à la « gamâ’at al-umma al-qibtiya », association fondée en 1954 par M. Ibrahim Hilâl, et q (...)

5Enfin, ces éléments idéologiques ont constitué l’essentiel de la philosophie de la « nationalité copte » auprès de certaines organisations politiques, comme cela apparaît au vu des revendications qui étaient celles du « Rassemblement de la nation copte » en 19541, et qui restent celles de certains milieux d’émigrés coptes établis en Amérique du Nord en Europe et en Australie. (...)

6À vrai dire, s’il y a une spécificité des Coptes, elle ne peut qu’emprunter ses caractères distinctifs à l’Égypte elle-même, dont la société, dans son ensemble, s’est constituée dans un cadre et un site bien déterminés ; et la formation de ce cadre économico-social égyptien apparaît, à l’examen, comme étroitement liée à l’organisation « communale » (et non communautaire) de la classe des paysans-producteurs, qui sont la grande majorité de la population, demeurée remarquablement stable depuis les temps pharaoniques jusqu’à l’époque de Mohammed Ali. Ainsi, dans ce cadre, les Coptes, loin de s’isoler en « secte » ou « groupement » voué à certains travaux, se sont toujours trouvés répandus au sein de l’ensemble de la société, aussi bien horizontalement, dans les différentes catégories : paysans, artisans, ouvriers, employés, propriétaires terriens..., que verticalement, dans les diverses institutions de l’État ; c’est ainsi que, selon la formule de M. Gamal Hamdan, s’est installée en Égypte « une société homogène, se mouvant comme un seul bloc, et ignorant les divisions internes ». (...)

7Pour ce qui est de l’Église nationale copte, elle a toujours montré la plus grande fermeté vis-à-vis des tentatives étrangères visant à l’annexer ou à la récupérer : le but poursuivi par les projets étrangers, aussi bien, a-t-il toujours été le même : provoquer une faille à l’intérieur de cette cohésion qui caractérise la communauté vivant sur la terre d’Égypte, coptes et musulmans confondus. Des institutions religieuses internationales ont voulu rattacher l’Église copte à une autre Église, catholique ou protestante. Depuis le début des années 60, sont apparus les signes d’une nouvelle agression dirigée contre l’Église copte ; et ils se trompent ceux qui pensent que cette agression ne vise que l’Église copte, à l’exclusion des autres structures et institutions nationales ; bien au contraire ces attaques entrent dans le cadre général de l’agression qui vise l’ensemble de l’Égypte et du monde arabe.

8Lorsque les masses coptes se rendront compte, en toute conscience, de cette vérité, – la contradiction supposée qui existe entre leurs revendications en tant que « minorité copte » et le mouvement d’unité arabe, ne manquera pas de se dissiper d’elle-même – notre conviction est, d’ailleurs, que cette vision est, d’ores et déjà, celle de l’élite éclairée et cultivée de la communauté copte.

9Abou Seif Youssef
(in al-Mustaqbal al-’arabi – août 1981, n. 30)

Notes de fin

1 Allusion à la « gamâ’at al-umma al-qibtiya », association fondée en 1954 par M. Ibrahim Hilâl, et qui se fit connaître en juillet de la même année par l’enlèvement spectaculaire commis sur la personne du Patriarche Youssab II. Ce groupe voulait notamment faire de l’Égypte une nation chrétienne fondée sur l’Évangile comme constitution, et utilisant la langue copte comme langue officielle. Voir les détails de l’événement in « Égypte : la contre-révolution » de Ghâli Chukrî (Paris – le Sycomore 1979 –) p. 325 sqq.

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Volume papier

mollat.comamazon.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search