Version classiqueVersion mobile

Les chrétiens égyptiens aujourd’hui

Le discours

L’Égypte n’est pas le Liban

Texte intégral

1(...) En conclusion, on peut dire que les Coptes constituent un corps social parfaitement intégré à l’ensemble de la société, une composante fondamentale et authentique du peuple égyptien ; et ce au point qu’un grand nombre d’entre eux refuseront véhémentement de voir discuter leurs problèmes en termes de « problèmes de minorité » ; il est même difficile de les désigner comme une « communauté » (tâ’ifa), et c’est pour cette raison que le Wafd avait créé l’expression d’« unité des deux éléments de la nation », voulant insister par là sur le fait que les Coptes ne possèdent pas de caractéristiques anthropologiques distinctes qui les différencient physiquement des autres Égyptiens, ni n’habitent un lieu géographique précis, à l’instar des Kurdes en Irak ou des Arméniens en Turquie ; ils se trouvent au contraire dans chaque village et chaque ville d’Égypte ; on ne peut pas dire non plus qu’ils constituent une catégorie de la population vouée à certains métiers, comme le commerce ou l’information, comme c’est le cas des Juifs en Amérique. On peut donc parler d’une minorité bien particulière, qui ne peut en aucun cas être comparée aux autres minorités. (...)

2Au Liban, le combat politique a pris la forme du combat communautaire ; et la situation difficile dans laquelle se trouve aujourd’hui ce pays montre bien à quel point les communautés aussi bien religieuses que politiques ont souffert de cet état de fait : il n’y a ni vainqueur ni vaincu dans la guerre communautaire, la guerre civile, il n’y a que destruction pour tous. Ceci doit nous amener à fournir tous nos efforts en vue d’une entente mutuelle, en vue de donner le pas à la raison et à la sagesse sur certains sentiments, voire sur ce que l’on pourrait considérer comme des droits légitimes, qu’il est préférable de refouler, si l’on ne veut pas que l’Égypte, à son tour, se « libanise ».

3Sans doute la situation de l’Égypte est-elle fondamentalement différente de celle du Liban ; et les Égyptiens, de manière générale, sont des gens pacifiques qui cherchent à éviter la violence, au contraire des Libanais, dont on sait que chacun, hommes, femmes, enfants, vieillards, possède des armes et tire des coups de feu en toute occasion...

4En Égypte, la vallée étalée le long d’un cours d’eau paisible a donné naissance à des caractères tolérants et paisibles, à la différence des montagnes du Liban qui ont donné naissance à des regroupements communautaires jaloux de leur autonomie.

5L’Égypte ne se libanisera pas, grâce à Dieu !

6Milâd Hanna
in Na’m aqbât lakin misriyûn
Edition Madbouli, 1980.

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Volume papier

mollat.comamazon.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search