Version classiqueVersion mobile

Les chrétiens égyptiens aujourd’hui

Le discours

Aucune différence mais..

Texte intégral

1Lorsque j’étais secrétaire du syndicat des ingénieurs égyptiens, au début des années 70, le conseil du syndicat approuva le financement de l’achat et de l’aménagement d’un terrain funéraire destiné aux membres musulmans du syndicat, dans le désert du Medinet Nasr, à la lisière du Caire. Peu après, un groupe de membres chrétiens du syndicat demanda que la même aide fût accordée, pour un terrain funéraire destiné aux membres chrétiens du même syndicat.

2Le président du syndicat et les membres du conseil se tournèrent alors vers moi comme pour trouver du secours, et sortir de cette situation délicate ; je pris là l’occasion d’attaquer franchement un problème qui me préoccupait depuis longtemps, et je dis : « Pourquoi cette séparation établie entre les tombes des ingénieurs musulmans d’un côté et celles des ingénieurs chrétiens de l’autre ? Est-ce que le terrain réservé à cette usage dans le projet ne sera pas assez vaste pour qu’on y ensevelisse ensemble ingénieurs musulmans et chrétiens ? »

3Cette proposition provoqua une émotion considérable parmi les membres du syndicat, qui se divisèrent en deux groupes, ceux qui me soutenaient et ceux qui s’opposaient à moi. Ce qui m’étonna, c’est que parmi les opposants se trouvaient des chrétiens, qui refusaient l’idée de se trouver enterrés aux côtés de leurs frères musulmans.

4Je leur exposais les arguments suivants : que nous nous trouvions, chrétiens et musulmans, côte à côte dans tous les domaines de la vie, dans l’habitation, dans le travail ; que le syndicat avait contribué à la construction d’un quartier entier, Madinet al-Mohandessin, où nos maisons étaient voisines les unes des autres ; que, dans le travail, nous étions assis autour des mêmes tables, que ce soit pour délibérer ou tracer des plans ; que, au club des Ingénieurs, nos enfants jouaient ensemble ; que nos habitudes de vie et nos valeurs étaient les mêmes, et que, si nous nous trouvions à ce point proches les uns des autres dans cette vie, quelles raisons pouvaient bien militer en faveur d’une séparation dans l’autre ?

5Je compris alors, à constater à quel point l’opposition à mes idées était résolue, qu’elle fût manifeste ou dissimulée, que mes vœux s’étaient exprimés publiquement de façon bien trop prématurée, peut-être un siècle trop tôt ; je compris aussi que, malgré toutes les apparences d’unité et de familiarité existant entre les Coptes et les Musulmans, une fêlure ténue les sépare, qui peut, en temps de crise, se transformer en lutte ouverte ; qu’en période normale, cette différence qui sépare les deux communautés soit aussi frêle et invisible qu’un fil de soie n’empêche pas qu’elle existe, de façon permanente.

6Voilà une histoire ; en voici une seconde, qui, elle, se répète très fréquemment, presque chaque jour, sans qu’on n’en fasse jamais d’enregistrement écrit. Un ami, égyptien copte, d’une situation matérielle aisée, ayant longtemps travaillé comme secrétaire d’État dans un grand ministère, vint me trouver pour me demander conseil, car son fils, un jeune ingénieur, s’était épris d’une collègue, une jeune fille d’une grande beauté et en possession d’une fortune considérable ; les deux jeunes gens avaient résolu de se marier. Lorsque je demandai ce qui les en empêchait, il me répondit : « Ne t’ai-je pas dit qu’elle est la fille de tel musicien connu ? »– « En ce cas, son père étant un homme éminent, elle ne peut être elle-même que très bien ». Mon ami s’écria alors : « Mais comment mon fils, qui est copte, peut-il épouser une musulmane ? »

7Comme on le sait, une funeste disposition du statut personnel oblige, dans des cas semblables, le jeune homme à se convertir. Sa conversion à l’islam, à son tour, ne manquant d’avoir des conséquences désastreuses pour sa famille, compromettant la réputation de tous, et empêchant peut-être le mariage de ses sœurs.

8Le paradoxe, en l’occurrence, est que les deux familles entretiennent des liens très étroits, qu’elles partagent les mêmes valeurs et la même culture, qu’elles se trouvent l’une et l’autre très occidentalisées dans leur mode de vie, que leurs relations sociales sont les mêmes et leur situation matérielle très comparable... Mais l’amitié et la fréquentation sont une chose, et l’établissement de liens familiaux par mariage une autre chose... (...)

Milâd Hanna, in Na’m aqbât lakin misriyûn – Edition Madbouli, 1980.

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Volume papier

mollat.comamazon.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search