Version classiqueVersion mobile

Les chrétiens égyptiens aujourd’hui

Le discours

Le creuset

Texte intégral

  • 1 Plutôt que de « confessionnalisme », il faudrait parler de « communautarisme », toutes les fois où (...)

1L’Égypte se distingue par le caractère pluraliste et divers revêtu par son histoire et sa société, pluralisme et diversité qui trouvent leur origine dans la situation géographique de ce pays, dans sa position de centre d’attraction culturelle ; c’est ainsi que l’Égypte, de par sa longue et riche expérience de coexistence entre tenants de religions différentes, a toujours repoussé, comme étrangères à sa nature et à sa tradition, toutes les tendances sectaristes et toutes les tentatives faites pour installer le confessionnalisme1.

2La célébration de la fête de la Nativité du Christ ramène les pensées de ceux qui s’intéressent à l’unité nationale de ce pays à la considération renouvelée de toutes les preuves qui établissent l’homogénéité humaine et l’unité sociologique de la population égyptienne, fondue toute entière dans le même creuset ; s’il est une vérité reconnue par tous, c’est bien celle-là ; le colonisateur méthodique qu’était Cromer a tenu, lui aussi, à la rappeler, écrivant qu’il n’avait jamais été capable de saisir, entre le Musulman et le Copte, aucune différence, sinon que l’un prie dans une mosquée et l’autre dans une église. À la suite des troubles à caractère confessionnel qui ont marqué le début de ce siècle, le Times a publié, dans son numéro du 26 janvier 1911, une dépêche de l’agence Reuter qui disait ceci : « Sir Eldon Gorst a visité les mudiriehs où se trouvent de nombreux Coptes afin de se rendre compte précisément de l’objet de leurs plaintes ; mais il a découvert qu’en-dehors du Caire, on ne trouvait pas matière à plainte ni revendication, ce qui l’a amené à déclarer que Musulmans et Coptes vivaient généralement en bonne entente et dans la paix, surtout si personne d’extérieur n’intervenait dans leurs affaires ».

3(...) Il est hors de doute que le rôle de premier plan joué par Saad Zaghloul, qui était, rappelons-le, un disciple direct de Gamaleddin al-Afghâni et de Mohammed Abdu, fut un des fruits de l’esprit de la Révolution de 1919 ; et l’on peut dire aussi que le modèle zaghloulien de direction du mouvement national – caractérisé alors par une puissante participation des Coptes à la vie publique – est apparenté au modèle gandhien, dans la mesure où le parti du Congrès, en Inde, a absorbé les diverses communautés, et leur a permis, à travers lui, de s’élever au-dessus des allégeances de groupes pour s’engager dans la mise en pratique d’une appartenance nationale. (...)

4Que ces réflexions nous soient l’occasion de souligner quelques points liés à la question de l’unité nationale en Égypte.

  • D’abord, on peut remarquer que les problèmes confessionnels apparaissent lorsque le climat général se trouve marqué par des contradictions sociales, qui se traduisent par une notable instabilité politique et par une injuste répartition des richesses : les troubles confessionnels sont alors une partie d’un ensemble conflictuel qui oppose des classes, des catégories sociales aussi bien que des groupes religieux : c’est quand la santé psychologique d’une société est atteinte que se répand, nécessairement, le virus du fanatisme et de l’extrémisme.

  • Deuxièmement : l’étude de l’histoire moderne démontre que les divisions confessionnelles sont toujours la conséquence d’autre chose, et jamais la cause de quoi que ce soit ; elles sont, en d’autres termes, la manifestation d’un dysfonctionnement plus profond de l’appareil social, le symptôme d’une dégradation plus générale du système de valeurs. (...)

  • Troisièmement : l’existence d’un vide politique, le fait que le champ politique se trouve dépourvu de personnalités de valeur capables d’orienter la société vers des buts clairement définis, joue un rôle non négligeable dans la création d’un climat favorable à l’apparition de luttes confessionnelles. Lorsqu’un citoyen, en effet, manque à trouver, dans le domaine public, les idées auxquelles il pourrait donner son adhésion, il cesse de tenir à des buts nationaux et il se tourne vers d’autres éléments, situés en lui, cherchant à se donner une identité distincte. Et cette identité distincte il la trouvera tout naturellement dans une compréhension hâtive de sa religion, dans un esprit de secte propice aux emportements et tout à fait éloigné de la véritable nature de quelque religion que ce soit.

  • Enfin il convient de rappeler avec force que la coexistence, que le vivre-ensemble des Musulmans et des Chrétiens sur cette terre d’Égypte est une tradition historique très ancienne, qui date du moment où la langue arabe est devenue la langue des prières de l’Église aussi bien que celle du Coran. Nous tous les Égyptiens, nous sommes devenus arabes d’appartenance.

5Souvenons-nous de cette visite fameuse que le grand leader politique copte Makram Ebeid fit en 1931 en Syrie, au Liban et en Palestine ; les discours qu’il prononça à Beyrouth, à Damas, à Chtaura, à Jérusalem, à Acre et à Haifa développaient une pensée arabe éclairée et une vision nationale lumineuse ; il dit notamment que l’idée de la pharaonicité, en Égypte, n’entrait nullement en contradiction avec le caractère arabe des Musulmans et des Coptes, mis sur le même plan ; c’est lui aussi qui écrivit dans le magazine al-Hilâl, en avril 1939, un article demeuré célèbre où il utilisait l’expression de « ligue arabe », plusieurs années avant que celle-ci ne fût créée. (...)

6Mustafa el-Fiqi

7Docteur en Sciences Politiques in Al-Ahram, 15 janvier 1984

Notes de fin

1 Plutôt que de « confessionnalisme », il faudrait parler de « communautarisme », toutes les fois où le mot arabe « tâ’ifiya » apparaît dans son emploi de substantif ; aussi bien s’agit-il, davantage que d’appartenance religieuse d’une volonté d’inscription concrète et charnelle dans un groupe humain, une communauté (tâ’ifa), les éléments religieux contribuant, avec d’autres, à la définition de cette communauté.
Au rebours des Libanais, les Égyptiens, lorsqu’ils abordent cette question, refusent de l’envisager en termes de société distinctive. Le modèle, puissamment intégratif, du creuset, domine toute réflexion, allant de pair avec l’idée de continuité ininterrompue, au plan historique, avec le dogme de l’unité des forces populaires au plan de la pratique politique, etc... Reflets d’un mode de production asiatique ?

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Volume papier

mollat.comamazon.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search