Version classiqueVersion mobile

Les chrétiens égyptiens aujourd’hui

Le discours

Enracinés dans la terre noire

Texte intégral

1(...) Les Coptes d’Égypte appartiennent à la terre de ce pays au même titre que les pyramides et le Nil, et ils ne peuvent qu’être égyptiens et nationaux, de par nature et tradition historique. Le mot lui-même de « copte » (qibt), vient du mot « egyptos », qui désignait la terre noire ; et l’on peut voir là une preuve supplémentaire de leur appartenance enracinée profondément dans cette terre.

2C’est en cela qu’ils se distinguent des autres groupes ou minorités qui ont pu s’établir en Égypte au cours de l’histoire – Grecs, Italiens, Marocains, Turcs, Arméniens...– et que notre pays a absorbés plus ou moins complètement.

3Les Coptes, en tant que partie authentique de notre pays, possèdent toutes les caractéristiques culturelles du peuple égyptien dans son entier : la bonhomie naturelle, la simplicité, la répugnance envers la violence, la capacité à supporter les épreuves avec patience, traits qui ressortissent à l’héritage de valeurs légué par les antiques civilisations agraires de plaines ouvertes et de gouvernement central.

4Les Coptes se trouvent répandus sur le territoire égyptien d’une façon aussi homogène et universelle que l’air et l’eau, et il n’y a pas de lieu où ils ne se trouvent pas côte à côte avec leurs frères musulmans, en ville ou au fond des campagnes. Il y a parmi eux des hommes cultivés et des analphabètes, des riches et des pauvres et même des misérables ; ils peuvent être aussi bien ouvriers que paysans ou artisans ; il y a parmi eux des hommes d’affaires et des fonctionnaires de tous grades, bref, ils constituent un tissu social qui représente la population égyptienne dans sa totalité et dans toute sa variété.

5Et cependant, malgré tous ces facteurs d’intégration des Coptes au sein de la société égyptienne, il y a eu des périodes historiques funestes où l’on a vu les gouvernants – Mamlouks ou Turcs – exciter la majorité musulmane contre la minorité copte et provoquer des persécutions qui n’ont pas manqué de laisser des traces dans la psychologie collective, comme le désir de rester discret ou celui de ne pas se mêler de politique.

6Les Coptes ont longtemps préféré s’adonner aux activités artisanales et à la comptabilité ; dans le village, ils étaient les hommes de l’art, maçons, charpentiers, teinturiers, orfèvres... Celui qui était changeur ou prêteur au village devenait chef-comptable à la ville.

7Mais la révolution de 1919 a permis aux Coptes d’entrer de façon visible dans la vie publique, certains d’entre eux devenant des cadres politiques dans le parti du Wafd, qui fut, socialement, l’expression d’une alliance de toutes les forces vives du peuple travailleur, et, nationalement, l’incarnation de l’unité du pays, de la base au sommet. (...)

8Milâd Hanna (article paru dans al-Gumhûriya du 29/11/75 et repris dans le livre paru en 1980, sous le titre : Na’m aqbât, lakin misriyûn – Coptes, oui, mais aussi Égyptiens Edition Madbouli – Le Caire)

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Volume papier

mollat.comamazon.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search