Version classiqueVersion mobile

Musique arabe

 | 
Philippe Vigreux

Biographies

• Les instruments

Texte intégral

1Voici la série, sans doute non exhaustive, des instruments de musique non traditionnels ou expérimentaux présentés au Congrès. A force de démarches, certains ont pu être retrouvés et photographiés. Les autres sont sortis de la mémoire des personnes sensées les connaître. Il était naturel de ne pas retrouver en Egypte les instruments non égyptiens de cette liste, le service des douanes égyptiennes ayant exempté le Congrès du paiement des droits d’entrée qui leur étaient afférents, à condition qu’ils fussent réexpédiés vers leur pays d’origine dans un délai maximum de six mois à compter de la date de clôture du Congrès.

Pianos

1. Pianos Naguîb Nahhâs

2Avocat à la Cour d’Appel des Tribunaux mixtes d’Alexandrie, fondateur du Club de Musique arabe d’Alexandrie, Naguîb Nahhâs (1874-1957) est l’inventeur, outre l’octocorde décrit plus bas, de trois pianos :

  • 1 Rawdat al-balâbil, juil. 1922, n° 10, p. 157-163.
  • 2 Correspondance de l’inventeur, musée de l’Opéra.
  • 3 ibid.

3• Piano prototype de 1912-1913. Le 29 avril 1922, Nahhâs avait donné une conférence au Club syrien d’Alexandrie où il présentait son piano de 17 intervalles à l’octave et disait que la guerre et le manque de moyens l’avaient empêché de fabriquer un grand piano oriental muni de tous les intervalles1. Ce piano, déclare l’inventeur dans une lettre manuscrite du 01/12/1944 adressée à Mustafâ Bey Ridâ2, est conçu "selon la division des intervalles de Safiyyu-d-Dîn ‘Abd al-Mu’min al-Baghdâdî " et dans une autre, datée du 09/01/1931, adressée au baron d’Erlanger3, il affirme avoir fabriqué ce piano "pour jouer les gammes de Safied-Dine, Abdel Kader El Gaini, etc.". Il comprend 69 chœurs doubles dont 18 à l’octave (fig. 3). Son clavier en arc de cercle couvre quatre octaves de sol à sol (fig. 2). Les touches blanches sont celles du clavier occidental. Les touches noires sont de trois sortes :

  • longues : demis-tons du clavier occidental
  • courtes : Sîkâ (mi demi-bémol) et ‘irâq (si demi-bémol)
  • hautes : Tïk Zîrkûla (ré demi-bémol), Nîm Hijâz (fa 3/4 de dièse) et Tîk Hisâr (la demi-bémol).

4Ce piano, qui ne satisfaisait pas son inventeur, est en fait un instrument composite présentant certaines particularités de conception, telle la place du Sîkâ, du Nîm Hijâz et du ‘irâq qui n’obéit pas à l’ordre des degrés de l’échelle.

5Le dessous du couvercle porte les inscriptions suivantes :

  • à gauche : Piano oriental NAHAS
  • à droite : Rud IBACH Sohn – Barmen – Berlin
  • sur le macaron du centre : HUGO HACKH Fournisseur de S.A le Khédive.

6Ce piano est actuellement exposé au Musée de l’Opéra du Caire où nous l’avons photographié (don de Mme Alexandra al-Nahhâs, fille de l’inventeur). Dans un état de conservation satisfaisant, il nécessite cependant un réaccordage.

  • 4 ibid.

7Piano droit August Förster (fig. 4), conçu, dit-on, après 12 années de recherche et sur l’inspiration des écrits de Edmondo Coraya Lubbis, lequel, dans un article de la revue Al-Muqtataf du mois de novembre 1928 (al-mûsîqâ al- ‘arabiyya ’umm al-mûsîqâ al-’isbâniyya) vantait les influences arabes sur la musique espagnole et exhortait les Arabes à développer leur musique et leurs instruments. Bien que finalement réalisé par la maison Förster, un article de La Bourse égyptienne du 25/10/1928 mentionne que Nahhâs avait repris la fabrication de son piano oriental en collaboration avec la maison Gaveau à Paris et le fabricant de claviers Herburger. Ce piano est une amélioration de celui de 1912. Il possède sept touches blanches à l’octave (au lieu de huit) du qarâr au jawâb . Chaque dîwân est indiqué par un petit point noir (fig. 5). Nahhâs explique lui-même la conception de son clavier dans son discours prononcé au Congrès4 : "Les tons entiers sont représentés par les touches blanches, les quarts de ton occupent le premier rang des touches noires, les demi-tons le second rang, les trois-quarts de ton le troisième rang ".

  • 5 Al-Sabâh, n° 278, p. 46.

8Ce piano a été vivement critiqué par Iskandar Shalfûn5 qui, n’ayant manifestement pas bien compris le propos, le décrit comme suit : "Al-’ustâdh a prévu quatre rangées de touches. Les notes de la rangée principale (touches blanches) sont fausses, dissonantes et ne correspondent à aucune échelle ou gamme utilisée en Orient ou en Occident. N’aurait-il pas été plus rationnel, puisqu’il y a quatre rangées, de représenter dans la première l’échelle musicale arabe ou, à tout le moins, européenne, puis d’insérer entre ses degrés les intervalles contenant les quarts de ton ? ".

  • 6 L’Excelsior (?) du 28/4/1932, p. 2.

9Emile Vuillermoz, critique musical présent au Congrès en donne une appréciation plus laudative6 : "Le clavier est constitué par une série de touches blanches et trois rangées superposées de touches noires assez rapprochées pour que la main puisse évoluer sur ces quatre plans (…). Les touches blanches et les touches noires ne divisent pas la gamme comme les nôtres. Alors que, chez nous, deux touches voisines sont séparées, tantôt par un ton, tantôt par un demi-ton, celles du piano oriental sont échelonnées par tons entiers. La même loi est appliquée aux trois étages supérieurs des quarts de ton. Dans ces conditions, vous obtenez ce résultat étonnant. En négligeant les deux séries intermédiaires de quarts de ton, si vous utilisez l’échelle d’ivoire et l’échelle d’ébène centrale qui vous suffisent pour exécuter toute la musique occidentale, vous vous apercevez que cette disposition plus logique des touches résoud instantanément le problème complexe de la transposition. Les pianistes connaissent tous le supplice chinois des doigtés complexes qui changent avec chaque gamme. Or, avec un clavier dont les notes noires et blanches sont toujours séparées entre elles par un intervalle d’un ton, l’exécutant transpose automatiquement n’importe quel morceau en déplaçant sa main sans en modifier le dessin d’emprise (…)".

  • 7 Correspondance de l’inventeur, musée de l’Opéra.

10Au cours du travail d’élaboration de son piano, Naguîb Nahhâs avait consulté nombre de musiciens européens, dont Henri Rabaud, directeur du Conservatoire de Musique de Paris, futur membre du Congrès, lequel, concernant l’échelle de référence de l’instrument, lui avait fait part de son avis dans une lettre datée du 04/02/19297 dont il ne nous paraît pas inutile de reproduire quelques extraits :

11"(…) je suis très surpris de ce que vous me dites du quart de ton et de la division de l’octave en 24 intervalles égaux.

12La division en 12 demi-tons égaux, celle du tempérament égal, est déjà arbitraire. Elle est commode et a rendu possible l’emploi des instruments à clavier. Mais elle ne satisfait guère les oreilles musicales un tant soit peu sensibles. Les quintes n’y sont pas tout à fait justes et les tierces y sont franchement fausses.

13Je croyais que l’oreille d’un musicien d’Orient, sensible à de très petits intervalles, s’accommodait mal de ces à-peu-près. Partager en deux parties égales chacun de ces douze demi-tons égaux, c’est employer des sons qui ne forment entre eux aucun intervalle juste. Il est tout aussi arbitraire de partager le demi-ton en deux que de le partager en trois (…). Enfin, l’accord de votre piano sera je le crois une opération difficile : il est aisé de trouver un son intermédiaire entre une touche blanche et la touche noire voisine, mais quand il faudra fixer ce son exactement au milieu, à la même distance de la touche noire que de la touche blanche, on risquera fort de se contenter d’un à-peu-près. Et comme la tension des cordes d’un piano varie constamment sous l’influence des variations de température, les quarts de ton seront, du jour au lendemain, des tiers de ton et des sixièmes de ton (…). La division de l’octave en 24 parties égales me paraît aussi arbitraire que la division en 36 parties ou en un autre nombre quelconque de parties égales (…). Avec la division en 24 quarts de tons égaux entre eux, on perd les avantages pratiques du clavier actuel, sans gagner plus de justesse. En effet, une quinte tempérée, formée de sept demi-tons tempérés, est légèrement trop basse. Mais si on l’agrandit d’un quart de ton, elle devient beaucoup trop haute et inacceptable comme consonance pour l’oreille (…)".

  • 8 Al-Sabâh du 25/03/1932, p. 52.

14Cette difficulté d’accordage, signalée par Rabaud, devait être en fait bien réelle. A en croire la revue Al-Sabâh, l’Institut de Musique orientale ayant voulu présenter le Förster devant la Commission des Instruments, on ne serait pas parvenu à l’accorder8.

  • 9 Al-Sabâh, n° 292 du 29/04/1932, p. 44.

15Peut-être même l’inventeur éprouvait-il quelque difficulté à en jouer. Dans une soirée où il présentait son piano Förster, Nahhâs aurait dit : "(…) je ne sais pas bien jouer du piano, même de celui-ci que j’ai inventé "9.

  • 10 Al-Sabâh, n° 298 du 10/06/1932, p. 53.
  • 11 Correspondance de l’inventeur, musée de l’Opéra.

16Une polémique déjà ancienne, ravivée à l’occasion du Congrès par Georges Sammân10, conteste à Nahhâs la paternité de ce piano et évoque les ruses que ce dernier aurait utilisées, notamment "en intriguant auprès de Mansûr ‘Awad pour se faire nommer Secrétaire de la Commission des Instruments et faire valoir et commercialiser son piano au détriment des autres". D’après la revue Al-Sabâh, il aurait été acheté vers 1930 par l’Institut pour une somme d’environ 450 L.E. Une lettre de Mustafâ Ridâ Bey adressée à Nahhâs11 et datant de 1941 laisse penser que l’Institut avait fait venir (un autre ?) Förster d’Alexandrie.

17L’instrument comprend 165 chœurs dont (de droite à gauche) 105 triples, 36 doubles et 24 simples à raison de 25 par octave.

18Sous le couvercle, à droite, figure l’inscription suivante : SUPER PIANO Clavier NAHAS Patent.

19Ce piano est actuellement conservé à l’Opéra du Caire (fond de scène, don de Mme Alexandra al-Nahhâs, fille de l’inventeur) où nous l’avons photographié, frappés par la beauté de l’instrument. Dans un état de conservation satisfaisant, il nécessite cependant un réaccordage.

20• Piano Hermann Wagner (Stuttgart) aménagé par Eugène Papazian en 1944. Il s’agit là d’un simple piano occidental, sans quarts de ton, pensé par Nahhâs pour l’enseignement. Des taches noires sur les touches blanches délimitent (comme dans le Förster) les octaves, à raison de sept touches blanches par octave. Dans la lettre citée plus haut, adressée à Mustafâ Bey Ridâ, Nahhâs affirme que cet instrument est "propre à bouleverser de fond en comble les règles de la musique occidentale ". En fait, il est probable que Nahhâs a décalé les notes du clavier occidental pour obtenir une gamme par tons. Ainsi les touches blanches, comme les touches noires, sont séparées d’un ton entier. L’état du piano ne nous a pas permis de le vérifier.

21L’instrument possède 85 chœurs, dont (de droite à gauche) 56 triples, 17 doubles et 12 simples. Il est actuellement conservé sur le fond de scène de l’Opéra du Caire (don de Mme Alexandra al-Nahhâs, fille de l’inventeur). Son état de conservation exige une restauration complète.

22Corrélats : Al-Râdiû n° 85, p. 22 ; Al-Sabâh n° 278, p. 46 ; Al-’Ahrâm du 29/3/1932, p. 12 ; La Bourse Egyptienne du 4/4/1932, p. 4.

23Un film, tourné par Naguîb Nahhâs et qui montre le fonctionnement de son piano Förster a été projeté en novembre 1932 au cinéma "Le Cosmographe Américain" d’Alexandrie (Production Nahhâs films).

2. Pianos Georges Sammân

24Georges Sammân, musicien d’Alexandrie, est l’inventeur de deux pianos orientaux :

25Sur le premier, nommé OLO-A, achevé en 1922 (fig.7), nous avons peu de renseignements. Il fut acheté par l’Institut de Musique orientale pour une somme de 100 L.E. à la suite d’une conférence prononcée par son inventeur le 22 mai 1928. L’Institut et l’inventeur avaient contracté avec une compagnie étrangère en vue de sa commercialisation et Sammân avait été délégué officiellement en Allemagne, muni d’une recommandation du Ministère des Affaires étrangères pour la légation d’Egypte, afin d’étudier avec le constructeur le moyen d’ajouter le Tik Hisâr . Mais ceci ne se fit pas. A la date du Congrès, l’Institut utilisait l’OLO-A depuis quatre ans dans son orchestre et pour l’enseignement. C’est à propos de ce piano que Georges Sammân avait reçu une lettre d’encouragement de Sayyid Darwîsh, datée du 8/2/1922 : "Je vous félicite d’être parvenu à ce beau résultat. Puisse-t-il augurer favorablement du progrès de notre pays et aider au succès de l’art musical ".

  • 12 Publiée in La Réforme, décembre 1928.

26Mansûr ‘Awad s’était montré beaucoup plus réservé sur les possibilités de l’OLO-A, lors de son achat par l’Institut disant, dans une lettre datée du 14/12/1932 adressée à Naguîb Nahhâs, au plus fort de la polémique qui l’opposait à Sammân12 : "Bien que ce piano ne réponde pas au but voulu de reproduire toutes les gammes orientales, mais seulement quelques-unes de celles actuellement en usage, malgré cela le Conservatoire l’a acheté avec son défaut, poussé par le principe de l’encouragement de l’art et des artistes (…)".

27Ce piano "oriental" est en fait extrêmement primitif, ne possédant en guise de quarts de ton que le Sîkâ et le ‘irâq, louches noires plaquées de blanc, insérées entre mi et fa et si et do (fig. 8) à la place exacte où Naguîb Nahhâs avait placé ces notes dans son clavier de 1912 (ce dernier ayant argué de ce fait pour accuser Sammân de plagiat). Il n’autorise par conséquent aucune transposition.

28Le passage du clavier diatonique occidental au clavier oriental se fait par déplacement latéral et par pression du genou sur un manchon situé sous la partie gauche du clavier. Un voyant aménagé sur le rebord supérieur gauche du clavier permet de contrôler la position choisie (fig.7). Le registre couvre six octaves de do à do (56 chœurs triplés, 15 doublés, 14 simples).

29Les inscriptions portées sur le dessous du couvercle sont les suivantes :

  • à gauche : Resoval Piano
  • au centre : SCHMITT Hagen i. W
  • à droite : Breveté n° 5896 SAMAN
  • bordure supérieure du clavier : Schmitt’s Resonanz System D.R.P. N° 225369 u 233880

30Ce piano se trouve actuellement à l’Institut de Musique arabe de la rue Ramses, salle Muhammad ‘Uthmân. Très endommagé, son état exige une restauration complète.

31• Le second piano de Georges Sammân, OLO-B (dit "al-Wâfî ") (fig. 10 et 11) est une amélioration du premier et possède le Tik Hisâr permettant de jouer le Bayâtî sur le Nawâ. Ce piano oriental aurait été paraît-il le plus vendu en Egypte.

32Tandis qu’avec l’OLO-A il fallait déplacer le clavier pour passer du piano occidental au piano arabe, il suffit avec celui-ci d’actionner une manette et les marteaux se déplacent pour frapper sur une autre corde, accordée sur la note arabe correspondante. Ainsi, après avoir tiré la manette, le marteau qui frappait sur la corde du mi européen, par exemple, frappe sur le mi arabe (3/4 de ton). Il se passe la même chose avec les deux autres quarts et c’est, selon l’inventeur, "l’un des avantages de ce piano, dans la mesure où, avec ces trois quarts, il devient possible de se passer de tous les autres car il n’est pas nécessaire de transposer les morceaux sur chaque quart de ton ". Par conséquent, ce piano dispose, en plus des notes du piano occidental, des seuls Sîkâ, ‘irâq et Tik Hisâr. Il n’y a donc qu’une seule transposition possible, à condition d’utiliser des modes rudimentaires.

33Ce piano ne présenterait pas de difficultés majeures au niveau de l’accordage dans la mesure où il ne possède pas plus de cordes que le piano européen, soit 36 cordes (12 notes) à l’octave.

34Comme il apparaît en fig. 10, l’OLO-B était également fabriqué par la firme allemande SCHMITT et, comme l’indique le commentaire de la revue Al-Latâ’if al-musawwara, renfermait une "mandoline".

35Concernant ce piano, un accord aurait été signé, le 11 juin 1931, entre Sammân et Mansûr ‘Awad dans le cadre de la compagnie Gramophone. Pour d’obscures raisons de rivalité à l’intérieur de la Commission des Instruments, il n’aurait pas été présenté au Congrès et serait resté à Alexandrie. D’après Madame Alexandra Naguîb Nahhâs, un exemplaire de ce piano se trouve actuellement au Musik Instrumenten Sammlung de Münich.

36• D’après la revue Al-Sabâh, "Sammân avait conçu un troisième piano (OLO Sammân al-Kûmil) possédant tous les quarts de ton et donc 24 touches par octave, piano très cher, difficile à jouer et réservé aux Instituts de Musique ". Nous n’avons pas retrouvé trace de cet instrument et ignorons s’il a été réellement fabriqué.

37Corrélats : Al-Sabâh n° 287, 52 ; n° 289, 41, 42 ; n° 290, 43, n° 298, 52 ; Al-Musawwar n° 390, 11 ; Al-Latâ’if al-musawwara du 04/04/1932, 22.

3. Piano Emile ‘Ariyân

  • 13 Al-Midmâr, n° 46 du 01/02/1922, p. 726.

38‘Ariyân affirme13 que son piano peut jouer les modes arabes avec leurs altérations et permet de les transposer sur n’importe quel quart de ton, la difficulté ayant été d’insérer les 24 quarts de ton dans l’octave diatonique sans trop diminuer la grosseur des touches pour ne pas que le doigt frappe deux notes à la fois. Le 22 novembre 1922, le piano d’Emile ‘Ariyân avait été examiné au cours d’une séance historique convoquée par Sayyid Darwîsh et l’inventeur, à laquelle assistaient de grands musiciens de l’époque : Dâwûd Husnî, shaykh Darwîsh al-Harîrî, ‘Abd al-Hamîd al-Qudâbî, etc., et à l’issue de laquelle un certificat fut signé, attestant que le piano examiné avait donné entière satisfaction, "permettant de transposer tous les modes (naghamât) sur les 24 quarts de tons dont se compose l’octave (dîwân) arabe ".

  • 14 Min ’ajli ’abî, Sayyid Darwîsh, p. 364.

39Nous n’avons pu retrouver trace de ce piano. Hasan Darwîsh déclare14 que c’est celui "emprisonné" à l’Institut de Musique arabe de la rue Ramsès mais cette affirmation n’a pu être vérifiée. Une photographie (très peu lisible) de l’instrument se trouve dans l’article cité du journal Al-Midmâr.

4. Piano Wadî‘ Sabrâ

  • 15 Al-Sabâh, n° 289, p. 42-43.

40Chef de la délégation libanaise au Congrès et directeur du Conservatoire de Beyrouth, Wadî‘ Sabrâ est réputé être l’inventeur de ce piano (fig. 12), présenté au Congrès. Il affirme avoir passé vingt ans à le concevoir et l’avoir fabriqué entièrement à la main, se rendant pour ce faire plusieurs fois à Paris. Sabrâ déclare15 que son piano a été conçu "pour l’étude et la fixation de l’échelle (arabe) par rapport à l’harmonie et non pas comme mécanique en tant que telle. Les marteaux "lobomatiques" suffisent à jouer chaque maqâm oriental suivant son degré fondamental (…). Ainsi, lorsque l’on joue la note Nahawand par exemple, on entend un Kurdî bas tandis que lorsqu’on joue le Hijâz, on entend un Kurdî haut. Il en est ainsi de toutes les autres notes. Le mi bémol, par exemple, qu’il soit haut, bas ou moyen, reste un mi bémol pour celui qui joue, même lorsque sa hauteur varie. La voie que j’ai suivie dans la fabrication de ce piano est basée sur les principes de l’harmonie (…). Tous les sons arabes sans exception sont représentés sur leur degré fondamental et sur leurs douze transpositions. Chaque octave contient 90 signes (commas) permettant de s’assurer de la justesse des sons orientaux dans leurs rapports harmoniques ".

  • 16 Al-Sabâh, n° 293, p. 52-53.

41A en croire un article de la revue Al-Sabâh 16, le véritable inventeur et fabricant de ce piano et de son clavier serait Bishâra Ferzeïn, professeur de piano au Conservatoire de Beyrouth, qui l’aurait construit en deux ans.

  • 17 Al-Sabah, n° 288, p. 9.
  • 18 Al-Midmâr, n° 46, p. 726.

42L’instrument, présenté par Wadî‘ Sabrâ au cours d’une conférence donnée au Lycée français, n’aurait pas remporté l’adhésion unanime des spécialistes. On dit qu’Umm Kulthûm et Muhammad ‘Abd el-Wahhâb, conviés à chanter accompagnés de ce piano n’auraient pu le faire dans aucune des tonalités essayées et qu’ayant demandé aux membres de l’assistance qui pensaient que le Sîkâ de ce piano consonnait avec celui des instruments à cordes présents de se lever, personne ne se leva et Sabrâ, furieux, quitta la salle. Aux dires de Ra’ûf Yekta Bey17, le piano de Sabrâ aurait été définitivement écarté par la Commission du Congrès. Enfin, Emile ‘Ariyân déclare18 avoir reçu une lettre des établissements Pleyel à Paris mentionnant les problèmes de réalisation qu’avait posés le piano de Sabrâ de 36 chœurs (sadan) à l’octave.

43Corrélats : Koll-e-shî’ wa-l-‘âlam n° 333, p. 7 ; Al-Râdiû n° 50, p. 24 ; Al-Sabâh n° 287, p. 54, n° 288, p. 19, n° 289, p. 42-43, n° 290, p. 43, n° 293, p. 52-53 ; Al-’Ahrâm du 14/3/32, p. 12, du 9/4/32, p. 9, du 11/4/32, p. 2 ; Al-Latâ’if du 11/4/32, p. 2-3 ; La Bourse égyptienne du 2/4/32, p. 5 ; Le Progrès égyptien du 1/4/32, p. 4.

5. Piano Aloïs Haba-August Förster (fig. 13)

44C’est le second piano à quarts-de-ton conservé actuellement au musée de l’Institut de Musique arabe de la rue Ramsès. Il daterait de 1926 et aurait été acheté par l’Institut 600 guinées égyptiennes. Selon M. Ahmed Sa‘d al-Dîn, il aurait été offert à l’Institut par Haba lui-même à l’occasion du Congrès. Son clavier présente trois rangées de touches (fig. 14). Celle du bas, représente le clavier normal tempéré du piano européen. Celle du milieu comporte les mêmes notes mais accordées un quart de ton tempéré (un demi-bémol) plus bas. Pour jouer une gamme de Rast, par exemple, on frappe sur le clavier du bas les notes do, ré, puis sur le clavier central le mi demi-bémol (Sîkâ), puis le fa, le sol et le la sur le clavier inférieur puis le si demi-bémol (’Awj) sur le clavier central. La rangée supérieure, identique à la rangée inférieure, aurait été ajoutée par Haba pour permettre à l’interprète des doigtés plus aisés. Il est donc loisible d’utiliser soit la première rangée avec la deuxième soit la deuxième avec la troisième.

6. Piano marocain

  • 19 14/03/1932, p. 5.

45Le quotidien Al-’ittihâd signale19, quelques jours avant l’ouverture du Congrès, l’arrivée sur le quai d’Alexandrie d’un gros piano marocain devant être présenté devant les commissions. Nous ne connaissons pas le destin de cet instrument dont le Recueil ne fait par ailleurs aucune mention.

7. Piano Qostandî Mansî

46D’après M. Ahmed Sa‘d al-Dîn, un piano à quarts de tons aurait été inventé par Qostandî Mansî pour le Congrès. Non mentionné dans le Recueil, nous n’avons pas retrouvé trace de cet instrument.

Monocorde de la délégation libanaise

  • 20 11/04/1932, p. 2-3.

47Cet instrument nous est signalé par la revue Al-latâ’if al-musawwara 20. D’après la légende figurant au bas de la photographie (fig. 15), cet instrument serait un instrument à marteaux. "Il a pour caractéristique de combler la lacune constatée jusqu’à aujourd’hui dans les instruments arabes et occidentaux, ces derniers ne pouvant délimiter l’emplacement véritable des signes dont se compose l’échelle arabe par rapport aux modes arabes. Ce nouvel instrument permet d’écouter chaque mode oriental avec les sons (’alâmât) qui lui sont propres".

Qânûn-s d’Ahmad Amîn al-Dîk

48Ahmad Amîn al-Dîk, professeur de mathématiques aux madâris al-’awqâf al-malakiyya, avait fabriqué spécialement pour le Congrès ces deux qânûn-s, de forme et de mensurations sensiblement identiques (Cf. croquis p. 356,357), dotés chacun de 21 chœurs triplés et fonctionnant de manière en partie différente avec un système de "programmation" néanmoins analogue dans sa conception. Des tablettes revêtues de traits imprimés, lesquels matérialisent de toute évidence des intervalles, sont "glissées" au moyen de petites glissières sous les sections de cordes (puisque ces qânûn-s ont trois "étages") à l’endroit du ‘afaq pour les qânûn-s anciens et des ‘orâbât (clapets) pour les qânun-s récents.

49Le premier qânûn (n° 1) (fig. 16), doté de ce principe, a l’air très rudimentaire et ses "tablettes" (fig. 17) semblent représenter une série d’intervalles moins riche que le second (échelle de 24 quarts). Il semble que ce qânûn a été prévu pour fonctionner selon le système traditionnel du ‘afaq, c’est à dire du doigt pressant la corde (comme c’était l’usage du temps où il n’y avait pas encore d’orâbât).

50Le second qanûn (n° 2) (fig. 18), en plus de ces tablettes (où les intervalles indiqués sont plus nombreux et plus resserrés : il y en a 14 par ton) (fig. 20), possède des plaques de métal percées de gorges où viennent se loger des poussoirs à ressort, tout le système venant se poser au dessus de ces tablettes, desquelles il est séparé par un système d’entretoises de façon à ce que les cordes passent librement entre les deux (fig. 19).

51Lorsqu’un poussoir est enfoncé, il presse la corde qui passe en dessous (CQFD) !

52L’espacement des gorges où se logent les poussoirs ne correspond pas à celui des marques des tablettes glissées au dessous, lesquelles semblent de ce fait dénuées d’utilité ou n’avoir de fonction que "théorique". En fait, il est probable que les plaques métalliques étaient amovibles et qu’une fois ôtées, le musicien jouait suivant le système du ‘afaq, plus traditionnel.

  • 21 Al-Sabâh, n° 284 du 04/03/1932, p. 7.

53Ce qânûn n° 2 a été décrit par son inventeur de la manière suivante21 : "J’ai conçu un qânûn qui s’adapte au système des quarts et au système arabe ancien tout en étant attentif à la facilité de son enseignement. Sur le côté gauche de ce qânûn, il y a des marques au dessus desquelles sont posés des poussoirs (makâbis). Par le moyen de ces poussoirs, les cordes sont mues, mais suivant un système qui n’est pas très différent de celui du ‘ûd, c’est à dire que l’on appuie sur le poussoir, on pince la corde correspondante et ainsi de suite. Peut en jouer quiconque sait accorder (un instrument) corde après corde et c’est très facile ".

54Ainsi, en appuyant sur le poussoir de la corde sol, on obtient le la de la corde suivante à accorder.

55De fait, voici deux instruments fabriqués de toute évidence dans un but uniquement pédagogique. Hormis cette certitude, un certain nombre de questions subsistent :

  • La division du ton en 14 parties que Ahmad Amîn al-Dîk qualifie de "sytème arabe ancien" n’a pu être rattachée à aucun système connu. A quel auteur devons-nous l’attribuer ? Cette division du ton demeure néanmoins assez proche de celle en usage sur les qânûn -s égyptiens, lesquels, selon Mustafâ Kâmil, disposaient jusqu’aux années quarante de 13 ‘orâbât par ton.
  • En ce qui concerne le qânûn n° 2, les poussoirs sont amovibles et logés au choix dans telle ou telle encoche de la série de 6, bien évidemment pour "programmer" des modes. Ces poussoirs sont eux-mêmes numérotés dans l’ordre suivant (de bas en haut) :

Bas : 5, 7, 4, 5, 7, 6, 5
Milieu : 8, 7, 6, 5, 2, 7, 5
Haut : 2, 4, 5, 2, 7, 6, 4

56Quel que soit l’ordre de cette numérotation (qui n’est peut-être pas originelle et a pu être déplacée), force nous est de remarquer que les trois séries ne comprennent ni le chiffre 1, ni le chiffre 3, ni le chiffre 9. Ces chiffres indiquent probablement, dans un but pédagogique, le nombre de commas séparant les intervalles des tons du mode à programmer. Chaque plaque métallique offre six rangées de sept encoches correspondant verticalement aux sept notes de la gamme. Ce qânûn dispose donc de trois octaves (moins un do) délimitant chacune un "étage" de l’instrument. En toute logique, les plaques métalliques devraient comporter dans la largeur non pas six mais cinq encoches correspondant aux divisions du ton, suivant l’échelle de 24 quarts : bémol, demi-bémol, bécarre/naturel, demi-dièse, dièse. Ainsi, la place des poussoirs sur les plaques, dans l’état où nous les avons trouvées, pourrait laisser supposer un Râst :

Qânûn d’Ahmad Amîn al-Dîk (n° 1)

Santûr mustatîl d’Ahmad Amîn al-Dîk

Qânün d’Ahmad Amin al-Dîk (n° 2)

57do /ré /mi demi-bémol / fa (déplacé) /sol / la /si demi-bémol

58Il s’ensuit que l’une des rangées verticales, en l’occurrence celle de gauche, reste inutilisée.

59Ces deux instruments n’ont eu aucune application dans le domaine pédagogique auquel ils étaient destinés. Ils sont actuellement conservés au musée de l’Institut de Musique arabe de la rue Ramses, le premier sans numéro de catalogue, le second sous le n° 74 qâf. Ces deux instruments ayant été tirés des décombres et sommairement nettoyés, nous nous excusons de l’aspect pitoyable sous lequel nous les avons photographiés.

Harpe (qîthâra) à sillets d’Ahmad Amîn al-Dîk

  • 22 ibid.

60Ahmad Amîn al-Dîk déclare dans la revue Al-Sabâh22 avoir inventé pour le Congrès cet instrument dont il explique ainsi le fonctionnement : "Sur la partie haute de cette harpe, il y a desfrettes (raqâ’iq) mobiles reposant sur des supports en cuivre sur lesquels elles coulissent graduellement après que l’élève se soit familiarisé avec tel ou tel mode et l’ait retenu par cœur. Ces frettes ne sont pas au nombre d’une ou deux mais de 150, disposées selon l’échelle des quarts telle que définie par Ra’ûf Yekta Bey ". Nous n’avons pas retrouvé trace de cet instrument.

Santûr mustatîl d’Ahmad Amîn al-Dîk (fig. 21, 22 et croquis p. 357) : (fig.23)

61Participant de la même conception, nous attribuons cet instrument à l’inventeur des qânûn-s décrits plus haut. Ce "santûr " dispose de 12 chœurs triplés. Il est conservé au musée de l’Institut de Musique arabe sans numéro d’inventaire.

Rythmomètre ou "Métronome oriental"

62Appareil à battre les rythmes inventé par Al-Sayyid Effendî ‘ Abd el-Hamîd, sous-chef de bureau à la gare de Tanta. Programmé sur 30 rythmes, égyptiens et turcs, cet appareil, suivant son inventeur, était destiné à "pallier les déficiences des musiciens qui ont de plus en plus de difficultés à les battre ".

63La Commission des Modes, des Rythmes et de la Composition qui l’a examiné au cours de sa dix-neuvième séance du 26 mars 1932 en donne la description suivante :

64"Cet appareil se compose de deux disques en bois mis en mouvement par un moteur de phonographe et divisés en 30 cercles. Dans chaque cercle se trouvent fixés des petits clous en cuivre différemment espacés suivant l’intervalle (DUM et TAK) de chacun des trente rythmes inscrits sur une planchette fixée du côté droit, avec indication, devant chacun, des notes montrant le nombre et le temps des DUM et des TAK.

65Pour obtenir n’importe quel rythme, il suffit de manier la poignée fixée à cette planchette, vis-à-vis de la flèche qui est en face du nom du rythme demandé. Une fois l’appareil en mouvement, on entend le rythme demandé sur le tambourin.

66En faisant manœuvrer une autre poignée fixée à gauche, le tambourin cesse et à l’instant même on entend le même rythme sur les deux cordes donnant deux sons différents dont l’un représente le DUM et l’autre le TAK.

67A côté de ce dernier, se trouve une petite lampe électrique qui s’allume au commencement de chaque rythme.

68Cet appareil peut servir aussi de phonographe si l’on place dessus un disque quelconque".

69La Commission, après avoir relevé un certain nombre de vices de conception et de fonctionnement (Recueil, p. 164, 165), avait estimé que cet appareil pouvait s’avérer d’une grande utilité pour fixer les différents rythmes et servir aux Instituts de musique comme appareil destiné à les enseigner.

70Corrélats : Recueil p. 134, 153, 157, 164-165, 661 ; Al-Musawwar n° 390, p. 11.

Instruments de mesures sonores

Octocorde de Naguîb Nahhâs

71Cet instrument fut inventé par Naguîb Nahhâs aux environs de 1930 et utilisé le 29 mai de la même année, lors d’une séance de l’Institut de Musique arabe convoquée dans le but de fixer les intervalles de l’échelle musicale arabe.

  • 23 Recueil, 1934, p. 600.

72Il se présente sous la forme d’une table de bois tendue de huit cordes d’acier d’un mètre de long reposant sur des frettes arquées munies de stilets permettant la lecture de la longueur de corde sur un mètre gradué, fixé à gauche de la tablette, et surmontées de mâchoires destinées à emprisonner la corde à l’endroit choisi (fig. 26). Les cordes sont frappées au moyen de marteaux mus par des touches à la manière d’un piano (fig. 25). N’ayant pas donné satisfaction lors de la réunion de la Sous-Commission de l’Echelle musicale réunie le 19/03/1932, on avait décidé de remplacer l’octocorde de Nahhâs par le sonomètre d’Emile ‘Ariyân23. Cet appareil est actuellement conservé au musée de l’Institut de Musique arabe de la rue Ramsès où nous l’avons photographié (la partie représentée s’emboîte normalement sur une table de bois permettant une utilisation dans la position assise).

Sonomètre d’Emile ‘Ariyân

  • 24 ibid.

73Cet appareil a été officiellement retenu au Congrès pour la mesure (en termes de longueur de corde) des sons de l’échelle arabe, conjointement au qânûn 24. Nous n’avons pas retrouvé sa trace.

Notes

1 Rawdat al-balâbil, juil. 1922, n° 10, p. 157-163.

2 Correspondance de l’inventeur, musée de l’Opéra.

3 ibid.

4 ibid.

5 Al-Sabâh, n° 278, p. 46.

6 L’Excelsior (?) du 28/4/1932, p. 2.

7 Correspondance de l’inventeur, musée de l’Opéra.

8 Al-Sabâh du 25/03/1932, p. 52.

9 Al-Sabâh, n° 292 du 29/04/1932, p. 44.

10 Al-Sabâh, n° 298 du 10/06/1932, p. 53.

11 Correspondance de l’inventeur, musée de l’Opéra.

12 Publiée in La Réforme, décembre 1928.

13 Al-Midmâr, n° 46 du 01/02/1922, p. 726.

14 Min ’ajli ’abî, Sayyid Darwîsh, p. 364.

15 Al-Sabâh, n° 289, p. 42-43.

16 Al-Sabâh, n° 293, p. 52-53.

17 Al-Sabah, n° 288, p. 9.

18 Al-Midmâr, n° 46, p. 726.

19 14/03/1932, p. 5.

20 11/04/1932, p. 2-3.

21 Al-Sabâh, n° 284 du 04/03/1932, p. 7.

22 ibid.

23 Recueil, 1934, p. 600.

24 ibid.

Table des illustrations

Légende Qânûn d’Ahmad Amîn al-Dîk (n° 1)
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/2157/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende Santûr mustatîl d’Ahmad Amîn al-Dîk
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/2157/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Légende Qânün d’Ahmad Amin al-Dîk (n° 2)
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/2157/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 38k

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search