Version classiqueVersion mobile

Musique arabe

 | 
Philippe Vigreux

Les documents du premier Congrès sur la musique arabe, Le Caire, 1932

Dossier

Documents du musée Guimet (Paris)

Texte intégral

  • 1 A consulter à la documentation du CEDEJ.

1Outre les documents publiés ci-après, transmis aimablement par Madame Mireille Hellfer, un dossier conservé au Musée Guimet, concernant le Congrès, contenait les pièces suivantes dont l’intérêt ne nous a pas paru justifier une publication dans le cadre de ce volume1 :

2• Deux rapports dactylographiés de la Commission de l’Enregistrement (dont Philippe Stem, Conservateur-Adjoint du Musée Guimet, était membre) : l’un de 18 pages, reproduisant, à quelques détails près, touchant à la formulation, celui publié dans le Recueil (1934, 89-98). Ce rapport est daté : Le Caire, mars 1932, sans indication du jour de sa présentation (28 mars). Le second, de 11 pages, auquel manquent un certain nombre de paragraphes et visiblement inachevé, se présente comme un condensé du premier. Les deux rapports sont surchargés de corrections dans une fine écriture manuscrite peu lisible rétablissant parfois le texte du rapport officiel (Recueil). Pour l’anecdote, ces deux rapports ont en commun la particularité d’indiquer respectivement aux n° 7 et 6 de la liste des groupes auditionnés : "Groupe d’amateurs égyptiens, membres de l’Institut de Musique Orientale". On conçoit que la formule ait pu indisposer les membres du "Nâdî" ! Aussi bien, elle n’est pas reproduite dans le Recueil.

3• Un texte dactylographié de 6 pages intitulé : "Questions techniques qui seront étudiées par les Commissions du Congrès", reproduisant à quelques infimes détails près celui du Recueil (1934, 81-85).

4 • Un article de la revue turque Musikî ve nota (Musique et note), n° 28, 3ème année, vol. 3, Istanbul (?), fév. 1972, 5-7. Titre : "Rauf Yektâ Bey’in 1932 Kahire Sark Musikîsi Kongresi. Ne dâir notlari” (Réflexions de R.Y. Bey à propos du Congrès de Musique orientale du Caire de 1932), par Ismail Baha Sürelsan. L’article consiste en un choix de pages du journal intime du musicologue turc rédigées lors de son voyage au Caire, en mars 1932, d’Istanbul à Alexandrie, via Izmir, Le Pirée et la Crète. Composées de réflexions d’ordre général, elles sont de peu d’intérêt au plan musicologique. Le n° 29 de la même revue (que nous n’avons pu consulter) contient la suite du journal et devrait fournir plus de précisions sur le séjour au Caire et le Congrès lui-même. (Traduction de l’article aimablement effectuée par Timour Muhidine).

5• Un article de journal (en-tête coupé : [La] Libe[rté] ? Quotidien politique et financier), sans date, intitulé "Le Congrès de Musique arabe. La première réunion", assorti d’une photographie de l’Institut et présentant par pays les noms des membres invités (incomplet).

6• Un article d’Emile Vuillermoz (nom du journal coupé, sans doute l’Excelsior) du 28/4/1932 concernant le Congrès et intitulé : "La motoculture intellectuelle. L’outillage musical".

7• Texte dactylographié d’un article de Philippe Stem : "Le Congrès de Musique arabe du Caire et l’histoire de la musique arabe", sept pages, corrections manuscrites, vraisemblablement de l’auteur. Cet article a été publié sous ce même titre dans la revue Archeion (Archivio di storia della scienza), vol. XIV, 1932, p. 420-424. L’article est accompagné d’une lettre du Secrétaire perpétuel du Comité international d’Histoire des Sciences et directeur-fondateur d’Archeion, Aldo Mieli, datée du 28/11/1932, Paris, accusant réception du manuscrit et informant l’auteur de sa réception prochaine des épreuves. Le texte ajoute : "J’aimerais d’ailleurs qu’on fasse noter que c’est le résumé d’un rapport fait aux séances arabes organisées par notre Académie internationale d’Histoire des Sciences". Une seconde lettre, signée Louis Massignon, faite à Paris, le 8/12/1932 (21, rue Monsieur, VII°), dit ceci :

"Je viens de lire votre rapport : je vous remercie de me l’avoir communiqué : il m’a fort intéressé. Je crois qu’il vaut mieux attendre sa parution dans Archeïon pour envisager la publication en arabe au Caire. Cette publication me semble d’ailleurs désirable et je suis prêt à en entretenir Fakhri Pacha que je dois voir prochainement".

8 • Un ensemble d’articles extraits de la Zeitschrift für Vergleichende Musikwissenschaft, I, 1933, dus à Erich Von Hombostel, Curt Sachs, Prosper Ricard, Mesut Djemil et Bêla Bartok (Cf. Bibliographie en fin de volume).

9• Documents annexes du Musée Guimet (non transmis) :

  • Programme de la semaine officielle (1 page)
  • Décisions prises par le Comité des Présidents et réglementant les travaux des séances officielles du Congrès (2 pages).

10P. V.

Document I

11Les membres de l’Institut de Phonétique, Musée de la Parole de l’Université de Paris, sont à la disposition du congrès pour traiter, si cela paraît devoir être utile, des sujets à choisir dans la liste suivante :

Histoire de la musique orientale

12M. Philippe Stern, conservateur adjoint du Musée Guimet, attaché au Musée de la Parole.

13Les points extrêmes de l’expansion actuelle de la musique orientale et arabe : Andalousie (flamenco), Inde (ragas hindous), Europe orientale (musique religieuse juive) (avec audition de disques)

14Deux parties de ce sujet peuvent, le cas échéant, le compléter ou le remplacer en traitant plus en détail les points suivants :

  1. Les ragas de la musique hindoue et leurs règles (ragas qui, par leur conception, correspondent aux Makamat de l’Egypte) (avec audition de disques)
  2. Le flamenco andalou et la musique arabe (avec audition de disques)

15Mme Humbert-Lavergne, attachée au Musée de la Parole.

16Certains modes raffinés proches des modes arabes chez les Grecs d’Asie Mineure et chez les Roumains (avec audition de disques)

17Mme Herscher-Clément, attachée au Musée de la Parole.

18L’importance historique de la musique éthiopienne et ses relations avec l’ancienne musique égyptienne et la musique arabe (avec audition de disques).

Études actuelles et organisation des études à venir

19Mme Humbert-Lavergne

20Méthode employée pour recueillir et enregistrer les chansons du folklore : un récent effort à l’exposition coloniale de Paris (avec audition de disques)

21M. Philippe Stern

22Quelques principes concernant l’organisation d’une phonothèque : ce qui a déjà pu être réalisé à Paris dans cette voie.

23M. Philippe Stern et Mme Humbert-Lavergne

24Un système de notation pour écrire la musique orientale

25a- Philippe Stem : hauteur et timbre

26b- Mme Humbert-Lavergne : rythme

27c- Mme Humbert-Lavergne : récitation chantée.

28Mme Humbert-Lavergne

29Un instrument moderne susceptible d’exécuter la musique orientale : le Martenot, instrument à ondes.

Document II

30Les membres de l’Institut de Phonétique, Musée de la Parole de l’Université de Paris offrent à l’examen du congrès les suggestions suivantes :

Enregistrement

31Ne conviendrait-il pas, en dehors des enregistrements de chants classiques, suivant leur exécution normale,

  1. de faire enregistrer des disques permettant la comparaison des modes et des rythmes : série de modes illustrés par leur prélude libre (voix ou instrument) avec le minimum de développement nécessaire pour donner clairement l’échelle et les particularités du mode ; succession de rythmes présentés comme des exemples, la partie rythmique étant seule ou au premier plan ;
  2. de faire exécuter, enregistrer et grouper des exécutions du même mode à travers les divers pays arabes pour saisir la variation du mode (sika, par exemple) à travers le Màroc, l’Algérie, la Tunisie, la Tripolitaine, l’Egypte, la Syrie, l’Irak, etc. ;
  3. de recueillir par l’enregistrement le folklore de terroir, là où il reste pur et sans influences extérieures, musique liée à la vie de chaque jour (chants d’efforts : rameurs, paveurs, cris des rues, berceuses, etc.).

Étude

  1. Le congrès aurait sans doute intérêt à signaler l’importance des études comparatives rapprochant la musique arabe des musiques de même ordre qui s’étendent au-delà des pays arabes jusqu’à l’Andalousie (flamenco), l’Inde (ragas hindous), dispersion juive (musique religieuse), etc.
  2. Le congrès aurait peut-être avantage, plutôt que de tenter d’unifier une terminologie forcément diverse, étant donnée l’étendue des régions de parler arabe et la transmission par tradition orale, à s’assurer, pour chaque enregistrement et chaque observation, de précisions sur le lieu de résidence du musicien ou de l’informateur et si possible de l’ancienneté approximative de la tradition. Ainsi pourrait être constituée une carte où chaque dénomination aurait un sens précis pour un lieu et un temps donnés. Ainsi pourrait être dissipée la confusion résultant d’essais tentés pour présenter comme un tout cohérent des traditions riches de diversité où des termes différents désignant parfois la même conception et le même terme des conceptions différentes.
  3. Le congrès pourrait conseiller un classement des modes qui ne soit pas trop strict, l’ambiance dépendant parfois plus de particularités du mouvement mélodique et des changements de degrés dans les mouvements ascendants et descendants que du squelette de l’échelle.

Instruments

  1. Afin de sauver la musique arabe qui, dans certaines régions, est menacée par des instruments qui ne sauraient lui convenir, le congrès ne pourrait-il pas proscrire absolument les instruments à sons fixes ne donnant que le demi-ton (piano, harmonium, mandoline et même violon) et déconseiller vivement tout instrument à son fixe ainsi que les instruments dont la sonorité grêle, sèche ou non vibrante (sons trop purs) s’allie mal avec celle des anciens instruments arabes.
  2. Le congrès ne saurait manquer de préconiser surtout le retour aux instruments anciens qui se sont développés avec la musique arabe et ont été adaptés à elle. Dans la mesure où il croirait devoir cependant tenter des essais d’instruments nouveaux, il y aurait intérêt à ce que ces essais soient dirigés vers des instruments permettant les quarts-de-ton et, par leur son continu, l’exécution des ornements spéciaux de la musique orientale. Il conviendrait également que ces instruments aient des sons chargés d’harmoniques comme les instruments anciens de l’Orient. Ce sont des instruments récemment inventés qui répondent peut-être le mieux à ces conditions : instrument à ondes : Martenot, scie, etc. Ces instruments nouveaux devraient apporter des sonorités nouvelles alternant avec les anciennes et ne pas contribuer à empâter la mélodie, danger déjà si net avec le nombre souvent trop grand des exécutants actuels pour une seule ligne mélodique aux ornements souvent libres, qui rend parfois bruyante une musique d’intimité.
  3. Le congrès pourrait s’intéresser, seulement pour les copies dont l’exactitude paraîtrait certaine, à la reproduction des instruments de l’Egypte antique (flûtes, harpes) et aux essais qui pourraient être tentés pour leur faire reprendre leur place dans l’orchestre.

Document III

32Toute la correspondance par l’intermédiaire de la Légation d’Egypte

25 août 1932 : j’ai écrit pour renouveler mes remerciements de l’accueil en Egypte, demandant des disques pour le Musée Guimet qui organise des conférences musicales puis pour l’Université de Paris, 19, rue des Bernardins, et le Musée d’Ethnographie du Trocadéro.
Lettre exceptionnelle directement en Egypte pour le même sujet. Réponse de Zaky Ali Bey, le 13 octobre 1932, indiquant qu’il y aura très probablement une série de disques pour Guimet.
10 décembre 1932 : réponse de la Légation : notre lettre a été communiquée.
19 décembre 1932 : remerciements de ma part en indiquant l’importance de ces disques pour notre phonothèque.
Lettre de la Légation d’Egypte (le Ministre lui-même) annonçant l’envoi des 166 disques et demandant des disques en échange : le 20 juin 1933.
Réponse téléphonique de ma part et attente des disques.
6 octobre 1933 : Lettre indiquant que j’avais déjà téléphoné au Secrétariat pour remercier mais que je renouvelais mes remerciements par lettre et disant que nous avions très peu de disques à envoyer, que nous continuerons au fur et à mesure des enregistrements mais que si ce nombre semblait très faible, nous étions à la disposition, pour payer les disques
Confirmation de l’importance de notre phonothèque et de nos conférences.
14 octobre 1933 : réponse de la Légation nous informant que copie de la lettre du 6 octobre remerciant a été transmise au Département compétent.
22 novembre 1933 : Lettre de la Légation proposant la remise des disques et précisant que les disques en échange devaient être envoyés au Ministère de l’Instruction publique chargé des travaux du Congrès et non à l’Institut royal de musique arabe du Caire.
27 janvier 1934 : annonce de cinq nouveaux disques.
Février 1934 : demande d’épreuves directes des clichés ; réponse le 9 février : cette demande a été transmise. Nous n’avons jamais reçu ces épreuves.
17 mars 1934 : annonce que le recueil de textes paraîtrait bientôt.
30 novembre 1934 : écrit à la Légation recommandant Melle Guentch-Ogloueff pour un visa et invitant le Ministre à une conférence sur la musique égyptienne.
4 décembre 1934 : invitation réitérée.
2 février 1935 : lettre de la Légation envoyant le catalogue.
9 février 1935 : accusé de réception et remerciements. Dans cette lettre, nous indiquions que nous n’avions pu enregistrer de nouveaux disques et que nous avions attendu, pour envoyer ceux que nous possédions, d’en avoir plus mais que nos enregistrements n’ayant pu continuer, nous allions adresser les quelques disques que nous possédions. Redemandé les photographies.
15 février 1935 : lettre de la Légation offrant une collection de disques au Musée de la Parole de l’Université contre échange de disques correspondant.
2 mars 1935 : réponse indiquant que je ne suis plus collaborateur officiel du Musée de la Parole, qu’il serait très facile de s’adresser à eux directement mais que je serais très heureux s’il pouvait y avoir une autre collection pour le Musée d’Ethnographie du Trocadéro.
13 avril 1935 : lettre de la Légation annonçant le recueil des travaux ; lettre de remerciements.
Octobre 1935 : la Légation annonce qu’il n’y a pas d’autres photographies que celles publiées dans le recueil des travaux.
17 octobre 1935 : je réponds, indiquant que les photographies reproduites en simili ne peuvent servir pour des projections et qu’une série de tirages directs serait extrêmement utile. J’en profite pour confirmer que les circonstances ont empêché jusqu’ici nos enregistrements.
6 décembre 1935 : Mme Humbert-Sauvagcot, comme suite à ma lettre du 17 octobre, adresse les quelques disques que nous avons à la Légation y joignant deux volumes de la collection musicale en demandant que ce soit transmis au Ministère de l’Instruction publique.

Notes

1 A consulter à la documentation du CEDEJ.

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search