Version classiqueVersion mobile

Musique arabe

 | 
Philippe Vigreux

Les documents du premier Congrès sur la musique arabe, Le Caire, 1932

Manuscrits de musique arabe

Enregistrement et catalogage depuis le Congrès du Caire

Eckhard Neubauer

Texte intégral

1Nombreuses furent, à divers niveaux et dans maintes directions de la recherche et de la pratique musicale, les énergies suscitées par le premier Congrès international de Musique arabe du Caire de 1932. Tout d’abord, dans le domaine particulier de l’enregistrement des manuscrits arabes de musique, une œuvre pionnière fut effectuée sur place et mise à la disposition des participants au Congrès. Il s’agit de la fameuse :

Nashra bi-’asma kutub al-mûsîqâ wa-l-ghinâ’ wa-mu’allifïhâ al-mahfûza bi-dâr al-kutub asdarathâ ad-dâr bi-munâsabat in’iqâd mu’tamar al-mûsîqâ al-‘arabiyya bi-l-qâhira fi shahr mârs sanat 1932. Le Caire : Matba‘at dâr al-kutub al-misriyya bi-l-qâhira 1350/1932 (= Dâr al-kutub al-misriyya. Qism al-fahâris al-‘arabiyya). 80 p.

2Ce petit catalogue, bien travaillé et extrêmement utile, est dû à Muhammad ‘Abd al-Rasûl et Muhammad Jabr de la Bibliothèque Nationale du Caire. Il renferme, outre de nombreux titres de livres imprimés, les manuscrits et microfilms d’un intérêt musical conservés au Dâr al-kutub. Passé presque inaperçu des spécialistes en dehors de l’Egypte (je dois mon exemplaire à la gentillesse de Samha al-Kholy), la Nashra offre, de nos jours encore et malgré l’existence de publications plus récentes, de précieux renseignements sur quelques manuscrits restés inconnus.

3 C’est peut-être à l’existence de cette contribution soi-disant "hors-concours" que la liste des manuscrits de musique préparée par les membres de la Commission d’Histoire et des Manuscrits du Congrès, placée sous la direction de Henry George Farmer et tenue de "faire une statistique des plus importants manuscrits arabes traitant de musique : ceux qui ont été publiés et ceux qui ont été traduits dans une autre langue, commentés ou annotés" – doit d’avoir été finalement écartée du Recueil des travaux du Congrès lors de sa publication.

4Ceci fut pour H. G. Farmer une première incitation à étendre son propre matériel, à le vérifier, à l’augmenter, avant de le publier d’une façon convenable. Le résultat de ses efforts est bien connu, il s’agit de :

The Sources of Arabian Music : A Bibliography of Arabie Mss. which deal with the Theory, Practice and History of Arabian Music. By Henry-George Farmer. Glasgow : Jackson 1939 (= Records of the Glasgow Bibliographical Society, 13), 97 p.

5Dans cette première vue d’ensemble, Farmer put s’appuyer sur les renseignements donnés par M. Collangettes dans le Journal Asiatique (nov.-déc. 1904, p. 383-386) et portant sur quelques manuscrits conservés à Paris, Londres, Vienne, Leyde, Gotha, Madrid et Milan, ainsi que sur ses propres travaux préliminaires, à savoir :

  1. Arabic Musical Manuscripts in the Bodleian Library, Journal of the Royal Asiatic Society 1925, p. 639-654 – Repr. in H. G. Farmer : Studies in Oriental Music. Frankfurt IGAIW 1986, tome I, p. 370-388 – Traduction arabe condensée in al-Muqtataf (Le Caire), tome 67 (1925), p. 512-514, sous le titre al-Musîqâ al-’arabiyya.
  2. Some Musical Mss. Jdentified, Journal of the Royal Asiatic Society, 1926, p. 91-93. – Repr. in Studies…, tome I, p. 389-391.
  3. Greek Theorists of Music in Arabie Translation, Isis (Philadelphia), tome 13 (1929-30), p. 325-333 – Repr. in Studies…, tome I, p. 411-419.

6Pendant son séjour au Caire, à l’occasion du Congrès, Farmer eut l’opportunité d’écarter quelques rumeurs sur certains prétendus manuscrits qui n’existaient pas en réalité. Ces découvertes "négatives" seront décrites plus tard dans l’article :

"Ghosts". An Excursus on Arabie Musical Bibliographies, Isis, tome 36 (1945-46), p. 123-130 – Repr. in Studies… tome I, p. 392-399.

7Revenons aux Sources. Farmer réussit à y rassembler un total de trois cents titres, dont des œuvres préservées sous forme manuscrite, ainsi que des œuvres perdues mais mentionnées dans la littérature bio-bibliographique ou connues par le biais de citations d’auteurs postérieurs. Les titres sont classés chronologiquement, assortis d’annotations sur leur contenu et de renseignements bibliographiques. Farmer enregistra non seulement des traités portant sur la théorie et la pratique de la musique, les musiciens et les musiciennes, mais encore des ouvrages juridiques traitant du problème de la licéité de la musique (samâ‘), enfin, des œuvres du genre ’adab, comprenant des chapitres sur des questions liées à la musique et aux chanteurs. Cependant, pour être juste, il faut faire remarquer que Farmer, de toute évidence, s’est servi des riches informations de la Nashra bi-asmâ’ kutub al-mûsiqâ sans jamais mentionner cette source. Les titres du genre ’adab, particulièrement, proviennent sans aucun doute de cette publication arabe antérieure. C’est aussi probablement grâce à la Nashra que Farmer a eu connaissance, par exemple, du dixième volume des Masâlik al-’absâr wa-mamâlik al-’amsâr d’Ibn Fadl Allâh al-‘Umarî (m. 749/1349), source unique sur la vie et l’œuvre de musiciens et chanteuses postérieurs à ceux du Kitâb al-’Aghânî (Cf. Nashra, p. 26 ; Farmer, Sources, 1ère éd., introduction p. 1 et n° 218, 2ème éd. introduction p. 1 et n° 273).

8Ajoutons encore que ce fut probablement pour démontrer l’origine et la raison de ses efforts, que Farmer dédia à titre privé une édition hors série des Sources (Bearsden, 1940) à l’autorité suprême du Congrès du Caire, le roi Fouad 1er.

9La première édition des Sources sera publiée tardivement en arabe, sous le titre :

Masâdir al-mûsîqâ al-‘arabiyya. Ta’lîf Henri Jôrj Farmer, tarjamat Husayn Nassâr. Ikhtârathu wa-’anfaqat ‘alâ tarjamatihi al-’Idâra ath-thaqâfiyya min Jâmi’at ad-duwal al-‘arabiyya. Le Caire, Maktabat Misr (1957), II, 175 p., 6 figs.

10Ainsi, le monde arabe fut privé de la connaissance de la seconde édition de cette œuvre qui, considérablement élargie (350 titres au lieu de 300), parut dans l’année de la mort de son auteur :

The Sources of Arabian Music. An Annotated Bibliography of Arabic Manuscripts which Deal with the Theory, Practice and History of Arabian Music front the Eighth to the Seventeenth Century, Leiden, E.J. Brill, 1965, XXVI, 71 p., 5 planches.

11Cet héritage de Farmer en matière de manuscrits de musique arabe constitue – malgré maintes fautes d’inattention par rapport à la première édition et un index lacunaire fourni par l’éditeur – une source indispensable, aujourd’hui encore où nous possédons la grande œuvre détaillée d’Amnon Shiloah qui élargit et précise notablement nos connaissances des manuscrits conservés en Europe (Istanbul y compris) et aux Etats-Unis. Contrairement à ce que son titre laisse suggérer, le catalogue de Shiloah ne traite pas seulement de la théorie musicale mais aussi du problème juridique du samâ‘ ; des belles lettres, de l’histoire et autres domaines plus généraux occupant – dans la tradition de la Nashra du Caire et des Sources de Farmer – une place importante parmi les 340 titres ici énumérés et minutieusement décrits. A l’encontre de Farmer, Shiloah ne donne que des manuscrits existants et examinés le plus souvent par ses soins.

The Theory of Music in Arabie Writings (c. 900-1900), Descriptive Catalogue of Manuscripts in Libraries of Europe and the USA, by Amnon Shiloah. München, Henle 1979 (= Répertoire international des sources musicales (RISM). Publié par la Société internationale de musicologie et l’Association internationale des bibliothèques musicales. Série B, tome X). XXVIII, 512 p.

12C’est le fonds conservé dans les bibliothèques du monde arabe, exclu de l’œuvre de Shiloah, qui nous intéresse ici. Depuis le Congrès du Caire, l’enregistrement et le catalogage des manuscrits de musique a fait des progrès considérables, avec des différences selon les pays.

13Grâce à la Nashra de 1932, nous sommes convenablement instruits sur la Bibliothèque nationale du Caire. En complément, une publication plus récente de l’Institut des manuscrits arabes de la Ligue arabe nous fournit des détails sur les 47 microfilms (outils de recherche indispensables) des traités de musique arabe conservés dans cette institution et provenant des bibliothèques d’Egypte, de Turquie, d’Inde, de Syrie, d’Italie, de France et d’Angleterre :

Fihris al-makhtûtât al-musawwara, al-Juz’ ar-râbi‘ : al-Ma’ârîf al-‘âmma wa-l-funûn al-mutanawwi‘a. Tasnîf Fu’âd Sayyid. Le Caire : Jâmi’at ad-duwal al-‘arabiyya. Ma’had al-makhtûtât al-‘arabiyya 1384/1964, p. 43-76 : al-Mûsîqâ wa-l-ghiâ’.

14Nos connaissances actuelles des manuscrits (et microfilms) conservés au Caire s’arrêtent à ce catalogue. Parmi les plus importants traités originaux dont on souhaiterait voir l’édition le plus tôt possible, il faut citer sans doute le manuscrit unique du Hâwi al-funûn wa-salwat al-mahzûn (funûn jamîla 539) d’Ibn at-Tahhân, écrit au Caire vers 420/1030, et l’inépuisable Kitâb al-’imtâ‘ bi-’ahkâm as-samâ’ (tasawwuf 368, autres mss. chez Shiloah, n° 3) de Kamâl ad-Dîn al-’Edfawî (m. 748/1347). Parmi les collections non cataloguées du Dâr al-kutub, c’est la succession d’Ahmad Bâshâ Taymûr qui promet les trouvailles les plus intéressantes en matière de musique.

15En 1964, le deuxième Congrès international de musique arabe eut lieu à Bagdad. A cette occasion, un livre bibliographique fut publié, qui combine des informations tirées des Sources (première édition) de Farmer avec celles de l’Index Islamicus de J.D. Pearson (tome I, 1906-1955 et supplément, 1956-1960). Le résultat constitue un mélange d’environ mille titres de littérature majeure et secondaire en arabe et en langues européennes, groupés par chapitres : mûsîqâ, ghinâ’, raqs, mughannûn, samâ‘, ’âlât mûsiqiyya. Du point de vue des manuscrits, on y trouve quelques matériaux nouveaux provenant des bibliothèques d’Irak :

Râ’id al-mûsîqâ al-‘arabiyya. Ta’lîf ‘Abd al-Hamîd al- ‘Allûjî. (Titre anglais : Guide to Arab Music. By Abdul Hameed ALAlouchi.) Baghdad : Matba’at Dâr al-jumhûriyya, 1964 (=Wizârat ath-thaqâfa wa-l-’irshâd. Mudîriyyat ath-thaqâfa al-‘âmma. Silsilat al-kutub al-hadîtha, 1), 201 p.

16Il semble que le Congrès de Bagdad ait stimulé la recherche de manuscrits de musique parmi les savants du pays. Nous devons ainsi aux érudits de l’Irak la connaissance d’un nombre important de manuscrits locaux et étrangers. A noter :

Makhtûtât al-mûsîqâ al-‘arabiyya fî-l-‘âlam. I : Makhtûtât ‘Irân. Tahqîq Zakariyyâ Yûsuf. (Titre anglais Arabic Musical Manuscripts throughout the World. I : Iran Manuscripts) Baghdad : Matba’at Shafîq, 1966, 23 p. : titres n° 1-52 – II : Makhtûtât al-Maghrib al-‘arabî. (Titre anglais Manuscripts of Morocco, Algeria, Tunisia, Libya) Bagdad, 1967, 19 p. : titres n° 53-182 – III : Makhtûtât al-Hind, Bâkistân, Afghânistân. (Titre anglais : Manuscripts of India, Pakistan, Afghanistan) 19 p. : titres n° 183-249.

17 Le nombre important de titres (249) renferme, à côté de celles portant sur la théorie musicale, des œuvres comme les Rasâ’il ’Ikhwân as-safâ’, le Kitâb ash-Shifâ’ et le Kitâb an-Najât d’Ibn Sînâ, les Murûj adh-dhahab d’Al-Mas‘ûdî, le Kitâb al-’Aghânî d’Abû’l-Faraj al-Isfahânî, al-’Iqd al-farîd d’Ibn ‘Abd Rabbih, l’Irshâd al-qâsid d’Al-Akfânî et la Tadhkîra de Dâwûd al-Antâkî, le tout couvrant une assez grande partie des œuvres énumérées. Mais il reste aussi de précieuses découvertes à faire, telle la collection de traités de musique conservée à la Bibliothèque Millî de Téhéran (sign. 1651, Cf. Fihrist, tome X, p. 227-231) qui appartient à une famille de manuscrits de grande importance, renfermant des œuvres d’Euclide sur la musique jusqu’aux commentaires du Kitâb al-’Adwâr d’Al-’Urmawî, dont d’autres copies se trouvent à Rampour, Reza Library (Cf. Catalogue d’Imtiyâz ‘Alî ‘ Arshî, tome 5, 1975, p. 136-143), Istanbul, Topkapi Sarayi (collection Ahmed III, n° 3449) et Londres, British Library, Or. 2361. En somme, le travail de Zakariyyâ Yûsuf ouvre, dans le vrai sens du mot, de nouveaux horizons et restera une contribution de valeur.

18Parmi les catalogues irakiens plus récents, on se voit parfois confronté au problème suivant lequel, dans leurs titres, distinction n’est pas faite entre manuscrits originaux et copies photostatiques ou microfilms. C’est le cas dans :

  1. Makhtûtât al-mûsîqâ wa-l-ghinâ’ wa-s-samâ’ fî maktabat al-mathaf al-‘irâqî. Ta’lif : ’Usâma Nâsir an-Naqshbandî. Bagdad, Dâr al-hurriyya, 1979 (= al-Jumhûriyya al-‘irâqiyya. Wizârat ath-thaqâfa wa-l-funûn), 64 p.
  2. Makhtûtât al-majma‘ al-‘ilmî al-‘irâqî. Dirâsa wa-fahrasa. Ta’lîf Mîkhâ’îl ‘Awwâd, Bagdad, Matba’at al-majma‘ al-‘ilmî al-‘irâqî, 1403/1983 (= matbû’ât al-majma‘ al-‘ilmîal-’irâqî). Mss. de musique dans tome III, p. 191-211.

19Tandis que, parmi les 49 titres de la première publication précitée, figurent les manuscrits de la bibliothèque, ainsi que des copies de manuscrits de provenance extérieure, conservés au Mathaf al-‘irâqî, la seconde ne contient que les douze copies photostatiques ou microfilms existant à l’Académie des sciences. On préférerait des titres sans ambiguïté tels que :

Makhtûtât al-mûsîqâ wa-l-ghinâ’ al-musawwara fi qism al-makhtûtât bi-l-mu’assasa al-‘âmma li-l-’âthâr wa-t-turâth- Baghdâd. I’dâd ’Usâma Nâsir an-Naqshbandî. Dans al-Mawrid. Majalla turâthiyya fasliyya (Bagdad), tome 13, n° 4 (hiver 1984), p. 117-126, 52 titres.

20Les auteurs des trois dernières compilations ont suivi la louable tradition consistant à donner non seulement des détails codicologiques sur les manuscrits, mais aussi des informations sur le contenu des œuvres.

21Quelques autres descriptions de manuscrits de musique arabe en Irak sont indiquées dans :

Masâdir al-mûsîqâ al-‘irâqiyya 1900-1978. Ta’lîf : Shahrazâd Qâsim Hasan bi-l-’ishtirâk ma’a ’Amâl ’Ibrahim, ’Intisâr ’Ibrâhîm, Ahlâm Jarjîs. Baghdad, Dâr ar-rashîd 1981 (= Wizârat ath-thaqâfa wa-l-’i‘lâm. Silsilat al-ma‘âjim wa-l-fahâris, 38), p. 665-675.

22 On y remarque deux articles de ‘ Adil al-Alûsî au sujet de collections irakiennes récentes :

  1. Al-Makhtûtât al-mûsîqiyya al-musawwara fi maktabat dâ’irat al-mustashâr al-fannî, al-Qîthâra (Bagdad), n° 39 (1977), p. 10-12.
  2. Makhtûtât mûsîqiyya jadîda li-maktabat al-markaz ad-duwali li-dirâsât al-mûsîqâ at-taqlîdiyya, al-Qîthâra, n° 48 (1977), p. 15.

23Il est évident qu’une bonne partie des manuscrits de musique conservés dans les pays arabes n’est pas encore connue. Au musicologue intéressé il ne reste, par conséquent, qu’à consulter en premier lieu les catalogues des bibliothèques individuelles. Un guide indispensable des collections et catalogues facilite la recherche bibliographique. Il s’agit de :

Bibliotheken und Sammlungen arabischer Handschriften, in : Geschichte des arabischens Schrifttums. Band VI : Astronomie bis ca. 430 H. Von Fuat Sezgin. Leiden : Brill 1978, p. 311-466, addenda dans : Geschichte des arabischen Schrifttums. Band VIII : Lexikographie bis ca. 430 H. Leiden : Brill 1982, p. 296-312 – Traduction arabe sous le titre : Fu’ad Sezgîn, Târîkh at-turâth al-‘arabî. Majmû’ât al-makhtûtât al-’arabiyya fî maktabât al-‘âlam. Naqalahu ’ilâ-l-‘arabiyya Mahmûd Fahmî Hijâzî wa-râja’ahu ‘Arafa Mustafâ, ar-Riyâd : Matâbi’ Jâmi’at Muhammad ibn Sa’ûd 1402/1982 (al-mamlaka al-’arabiyya as-sa‘ûdiyya. Wizârat at-ta’lîm al-‘âlî. Jâmi’at al-’Imâm Muhammad ibn Sa’ûd al-’islâmiyya), 281 p. – Les addenda se trouvent dans : Fu’âd Sezgîn, Târikh at-turâth al-‘arabî, al-Mujallad ath-thâmin, al-juz’ al-’awwal : ‘ilm al-lugha ’ilâ hawâlî sanat 430 h. Naqalahu ’ilâ-l-’arabiyya ‘Arafa Mustafâ. Râja’ahu Mâzin ‘Amâwî, ar-Riyâd, Idârat ath-thaqâfa wa-n-nashr 1408/1989 (= al-mamlaka al-‘arabiyya as-sa’ûdiyya. Wizârat at-ta’lîn al-‘âlî, Jâmi’at al-’Imâm Muhammad ibn sa’ûd al-’islâmiyya), p. 530-557 sous le titre : Majmû’ât al-makhtûtât al-‘arabiyya fî maktabât al-‘âlam (al-Mustradrak ‘alâ-l-mujallad as-sâdis).

24Basé sur l’œuvre et les sources de Sezgin et complété par quelques publications nouvelles des pays arabes, on notera :

Fahâris al-makhtûtât al-’arabiyya fî-l-‘âlam. Ta’lîfGùrgis ‘Awwâd. 2 tomes. Kuwait 1405/1984 (= Manshûrât ma’had al-makhtûtât al-’arabiyya, al-munazzama al-’arabiyya li-t-tarbiyya wa-th-thaqâfa wa-l-’ulûm). 445 et 448 p.

25Chez ‘Awwâd, comme chez Sezgin, les bibliothèques se suivent alphabétiquement par pays. A part le Caire et Bagdad, les plus vastes ou les plus détaillés des catalogues récents ont été réalisés, ou sont à l’étude, à Mossoul (Maktabat al-’awqâf), Damas (al-Maktaba az-Zâhiriyya), Riyâdh (Jâmi’at al-Malik Sa’ûd, ex Jâmi’at ar-Riyâd), Tunis (Dâr al-kutub al-wataniyya), Fès (Maktabat al-Qarawiyyîn) et Rabat (al-khizâna ; al-Maktaba al-’âmma). Il reste toutefois, en d’assez nombreux endroits, de grandes collections de manuscrits non encore, ou seulement en partie, cataloguées telles celles d’Alep (Maktabat al-’awqâf), de Médine (al-Maktaba al-‘âmma ; Maktabat Shaykh al-islâm ‘Arif Hikmat), de La Mecque (Maktabat al-Haram) et d’Alger (al-Maktaba al-wataniyya).

26En guise d’introduction au domaine marocain, nous disposons depuis l’année dernière d’une vue d’ensemble détaillée, contenant non seulement les noms de toutes les bibliothèques officielles et privées du pays avec les titres de leurs catalogues, mais encore le nombre individuel de manuscrits par sujets, y compris la musique. Il s’agit de :

Al-Makhtûtât al-maghribiyya. Marâkizuhâ, fahârisuhâ wa-lawâ’ihuhâ. Bi-qalam Hasan Jallâb, in al-Mawrid (Bagdad), tome 15, n° 2 (été 1406/1986), p. 143-162 et tome 17, n° 1 (printemps 1408/1988), p. 206-227.

27L’auteur nous apprend par exemple, l’existence à la bibliothèque d’Ibn Yûsuf à Marrakesh d’une liste de vingt-trois manuscrits de "musique andalouse", conservés dans différentes bibliothèques du pays et nous communique dans la mesure où ils sont classés par sujets, les numéros ou le nombre de manuscrits de musique enregistrés dans les catalogues imprimés, tels :

Al-Fihris al-wasfî li-makhtûtât al-mantiq wa-’âdâb al-bahth wa-l-mûsîqâ wa-nazm ad-dawla wa-l-fûnûn al-harbiyya wa-jawâmi‘ al-‘ulûm. Tasnîf Muhammad al- ‘Arabi al-Khattâbî. Casablanca 1985 (= Min makhtûtât al-Khizâna al-Hasaniyya, Tome 4), p. 62-68 : 8 manuscrits de musique.

28Une vue d’ensemble détaillée, comparable à celle de Hasan Jallâb pour le Maroc, ne semble exister pour aucun autre pays arabe. Dans les aperçus généraux sur les collections de manuscrits d’une région, on se contente habituellement de parler des bibliothèques d’une façon plus ou moins approfondie, et de limiter les données bibliographiques à l’état actuel de leur catalogue, ainsi :

Al-Makhtûtât al-‘arabiyya fî Lîbyâ. ‘Ard li-marâkizihâ wa-fahârisihâ. Ta’lîf ’Ibrahim Sâlim ash-Sharîf, in al-Mawsim, Majallafasliyya musawwara tu‘nâ bi-l-âthâr wa-t-turâth (Beyrouth), tome I, n° 2-3 (1989), p. 419-428.

29Dans de tels cas, on consultera en premier lieu les listes de manuscrits de Zakariyyâ Yûsuf (voir plus haut). Pour la Libye, l’auteur note, par exemple, un anonyme : Tarwîh al-’arwâh wa-miftâh as-surûr wa-l-’afrâh, conservé à la bibliothèque de ‘Alî Mustafâ al-Misrâtî. Il s’agit d’un titre attribué à Abû-l-‘Abbâs Ahmad ibn Muhammad al-Sijzî Jirâb al-Dawla (IIIème/IXème siècle) dans le Fihrist d’Ibn al-Nadîm (Cf. Farmer, Sources, 2ème éd. n° 73). Si vraiment il s’agissait du livre de Jirâb al-Dawla, qui compte parmi les œuvres perdues, ce serait une trouvaille de valeur toute exceptionnelle.

30Pour la plupart des bibliothèques du monde arabe, nous dépendons de catalogues individuels, à supposer que ceux-ci soient publiés et accessibles à celui qui s’y intéresse. D’après mon expérience personnelle, les nouveaux catalogues des pays arabes diffèrent assez en qualité et en commodité d’emploi. En général, on rencontre trois catégories distinctes dans l’agencement et la présentation des données : classement par sujets, classement alphabétique par titres ou noms d’auteurs, classement individuel, d’emploi parfois difficile.

31Lorsqu’on utilise la première catégorie (classement par sujets), il faut tenir compte du fait qu’ici seuls les titres de théorie musicale pure sont (habituellement) enregistrés sous "musique". C’est le cas, par exemple, dans le nouveau et volumineux catalogue de la bibliothèque Zâhiriyya de Damas où seules les œuvres de théorie musicale sont classées sous la rubrique "musique" dans le chapitre "sciences et arts divers".

Fihris makhtûtât dâr al-kutub az-zâhiriyya. Al-‘ulûm wa-l-funûn al-mukhtalifa ‘inda-l-‘arab. Wad‘ Mustafâ Sa‘îd as-Sabbâgh. Damas 1400/1980 (= Matbû’ât majma’ al-lugha al-‘arabiyya bi-dimashq). ‘ilm al-mûsîqâ, p. 363-373.

32A part cela, un chapitre entier du même volume est consacré aux kutub ‘ilm al-malâhî (p. 343-361). Sont rassemblés ici des titres traitant des instruments de musique, à côté des "jeux", comme les échecs etc., lesquels figurent, dans d’autres catalogues, parmi les traités de samâ’ dans les chapitres consacrés au droit musulman (fiqh) ou au soufisme (tasawwuf).

33Les livres à caractère biographique ou littéraire contenant des scènes de la vie musicale figurent dans les catalogues thématiques sous les rubriques "littérature" (’adab), "histoire" (tâ’rikh), ou "biographies" (tarâjim). C’est aussi le cas dans le catalogue de Damas où le Bulûgh al-munâ fi tarâjim ahl al-ghinâ’ (ms. ‘âmm 3476) de Muhammad Efendi al-Gangî, écrit vers 1150/1737 (autres copies à Berlin, or. octobre 1088 et au Caire, Dâr al-kutub, collection Taymûr), et traitant de la vie des musiciens des XVIIème et XVIIIème siècles, est rangé parmi les manuscrits historiques, tandis que les grandes collections de textes musicaux de Husayn ibn Ahmad al-Kubaysî, datant du XVIIIème siècle (ms. ‘âmm 4725, autre copie à Berlin, We. 1233), et l’anonyme Sulâfat al-hân fî-l-’alhân (ms. unique ‘âmm 4013, autographe écrit en 1277/1860) figurent parmi les manuscrits littéraires. Les collections de poèmes chantés, sujet d’ailleurs négligé par les musicologues, sont enregistrées de préférence sous "poésie” (shi‘r).

34Une structure particulière a été donnée au catalogue de la nouvelle Maktabat al-’awqâf de Mossoul :

Fihris makhtûtât maktabat al-’awqâf al-‘âmma fî-l-mawsil. Ta’lîf Sâlim ‘Abd ar-Razzâq Ahmad. 9 volumes. Mossoul 1395-1400/1975-1980 (= al-Jumhûriyya al-‘irâqiyya. Ri’âsat dîwân al-’awqâf).

35Ici, les trente-cinq collections rassemblées sont décrites l’une après l’autre, seules les plus vastes d’entre elles étant divisées par sujets. Bien que le neuvième volume contienne des indices alphabétiques d’auteurs et de titres, cela ne nous dispense guère, hélas, d’étudier les volumes en leur entier, à la recherche de titres d’intérêt musical. On trouvera quelques traités sur le problème du samâ’ et, entre autres, la plus ancienne copie d’ad-durr an-naqî fî fann al-mûsîqî (et du dîwân, écrit en 1124/1712, Cf. Fihris, tome 6, p. 256) d’Al-Musallam al-Mawsilî (m. vers 1150/1740), qui, en 1964, n’était pas à la disposition de son éditeur Jalâl al-Hanafî.

36Parmi ces catalogues somme toute provisoires et d’utilisation difficile, citons les six volumes parus de la liste des manuscrits de la Bibliothèque Nationale de Tunis :

Fihris al-makhtûtât (Titre français : Catalogue des manuscrits). Juz’ 1-6 (1ère-6ème partie). Tunis, Maslahat al-makhtûtât (Service des manuscrits). 20, Sûq al-‘attârîn, sans date (juz’ 1) – 1981 (juz’ 6). (= al-Jumhûriyya at-tûnisiyya. Wizârat ash-shu’ûn ath-thaqâfiyya. Dâr al-kutub al-wataniyya/République tunisienne. Ministère des Affaires culturelles. Bibliothèque Nationale).

37 Un examen superficiel des six volumes a révélé un exemplaire du Kitâb al-’imtâ‘ bi-’ahkâm as-samâ‘ d’Al-’Edfawî, mentionné plus haut (n° 3058, tome IV, p. 12 ; peut-être une autre copie, n° 4225 m, fut enregistrée par Zakariyyâ Yûsuf, op. cit.) ainsi que la copie de la Risâla al-Fathiyya (n° 4885, tome V, p. 178) de Muhammad ibn ‘Abd al-Hamid al-Lâdhiqî (m. vers 900/1495) qui a probablement servi au baron Rodolphe d’Erlanger pour sa traduction (La musique arabe, tome IV, Paris 1939, p. 257-498). Nous possédons de cette dernière œuvre, d’après les catalogues récents, d’au moins cinq manuscrits s’ajoutant aux deux copies connues de Farmer (Sources, 2ème éd., n° 317) et Shiloah (n° 182). Il semblerait que le plus ancien exemplaire d’entre elles se trouve dans la collection Ahmadiyya (Maktabat al-’awqâf) à Alep (n° 1206, écrit en 890/1485), suivi d’un exemplaire conservé à la Bibliothèque Ridawiyya à Meshed (n° 5369, copié en 957/1550).

38La qualité d’un catalogue se voit à la manière dont les collections (majâmî ’) et les traités ou livres anonymes sont enregistrés. La note de Zakariyyâ Yûsuf, par exemple, concernant un assez grand livre de musique anonyme (incomplet sur 199 p.) conservé dans la Maktabat ad-Dâ’ûdiyya à Tétouan, pourrait donc un jour s’avérer importante. Les titres anonymes, particulièrement, sont souvent négligés par les compilateurs de catalogues, ce qui réduit sensiblement la valeur de leurs efforts.

39Néanmoins, la situation actuelle, comparée à celle de 1932, est beaucoup plus favorable aux chercheurs en ce qui concerne le catalogage des manuscrits de musique et des manuscrits arabes en général. Ce dernier domaine en particulier s’est développé à pas de géant dans nombre de pays arabes pendant la décennie écoulée. Grâce à l’abondance de ces catalogues généraux, la préparation d’un catalogue spécial des manuscrits de musique est considérablement facilitée. On peut également souhaiter que les futurs auteurs d’histoires locales de la musique arabe prennent connaissance de l’héritage manuscrit de leur région et l’incorporent à leur présentation, comme l’a fait récemment, dans une belle publication, Mahmoud Guettat :

La musique classique du Maghreb. Paris, Sindbad, 1980 (= Collection Hommes et Sociétés. La bibliothèque arabe), p. 180-186 "Les sources écrites".

40Parmi les manuscrits décrits dans cet ouvrage, on découvre le Mut’at al-asmâ‘ fî ‘ilm as-samâ‘ d’Ahmad ibn Yûsuf al-Tîfâshî (m. 651/1253), cette source d’importance singulière pour l’histoire de la musique arabe en Espagne médiévale, dont Muhammad ibn al-Tawît al-Tanjî avait publié, pour la première fois, un chapitre (Al-’abhâth, Beyrouth, tome 21, 1968, p. 93-116), et dont le seul manuscrit connu est conservé à la Bibliothèque Ibn ‘Ashûr à Tunis, aujourd’hui Bibliothèque Nationale. On attend l’édition de cette œuvre (annoncée par M. Guettât, op. cit., p. 181) avec la même impatience que celle du Hâwi al-funûn d’Ibn al-Tahhân et d’al-’imtâ‘ fi ’ahkâm as-samâ‘ d’Al-’Edfawi. Après le catalogage raisonné des manuscrits, leur édition (soit en fac-similé, soit en édition critique), devrait marquer la prochaine étape de leur diffusion dans le monde savant. Espérons donc que grandisse le nombre de spécialistes capables d’entreprendre ces deux tâches aussi nécessaires et méritoires que fastidieuses.

Addendum

41Une édition fac-similé du Hâwî al-funûn wa-salwat al-mahzûn d’Ibn al-Tahhân a été publiée entre temps par l’Institut d’Histoire des Sciences arabo-islamiques à Frankfurt (Allemagne). Le texte a paru au mois d’août 1990.

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search