Version classiqueVersion mobile

Musique arabe

 | 
Philippe Vigreux

Les documents du premier Congrès sur la musique arabe, Le Caire, 1932

Interprètes et formes musicales égyptiennes dans les enregistrements du Congrès du Caire

Al-muâddûna fi tasjîlât al-qâhira ‘âma 1932 wa-l-’alhân al-misriyya-l-musajjala fî hâdhâ-l-mu’tamar

Mahmûd Kamel

Texte intégral

1Parmi l’œuvre prestigieuse accomplie durant le Congrès de Musique arabe réuni au Caire en 1932, figurent ces enregistrements illustrant les formes musicales des pays participants. Nous donnerons ci-dessous une liste des œuvres égyptiennes enregistrées, après en avoir établi, dans la mesure du possible, l’incipit (matla‘), le nom du compositeur, le mode et le rythme (particulièrement pour les ’adwâr et les muwashshahât).

2Si certaines remarques s’imposent ici à propos desdits enregistrements, je les résumerai de la façon suivante :

3Les dawr-s enregistrés concernent en tout et pour tout cinq compositeurs à l’exclusion de tous ceux s’étant illustrés dans ce genre, tel ’Ibrâhîm al-Qabbânî (m.1927) dont les dawr-s les plus importants s’intitulent : Yâ ’atnar dârî-l-‘uyûn (mode Naw’athar), ’unzur li-husni-l-gamîl (mode ’awj), ou ’olt-e-loh wa-n-nabî terham, première composition égyptienne sur le mode Bastah-Nigâr. Il faudrait également citer Sayyid Darwîsh (m.1923), auteur de dix dawr-s parmi lesquels : ’and hawêt w-ntahêt (mode Hijâz Kâr Kurd), Ft shar‘ mîn ’adt-l-hawâ, premier morceau égytien composé sur le mode Zangarân, Yû-llî ’awâmak ye‘gebnî (mode Nakrîz), Dayya‘tu musta’bal hayâlt (mode Qârjighâr ou Shûrî).

4Ces morceaux enregistrés ne représentent que deux des formes du chant arabe : le muwashshah et le dawr. On n’a pas enregistré d’exemples de qasîda-s ni de taqtûqa-s ou encore de monologues (mûnûlûgât) dramatiques d’auteurs ayant parachevé ces formes, tels Shaykh ’Abû-l-‘Ilâ Muhammad, Safar Bey ‘Alî, ’Ahmad Sabrî al-Negrîdî ou Muhammad al-Qasabgî. Quant à l’échantillon de muwashshahât enregistré, il ne contient pas un seul exemple de ceux composés par Kâmel al-Khula‘î (m.1938) bien que ce dernier ait à son actif un répertoire considérable de muwashshahât égyptiens et fût un membre éminent de certaines commissions du Congrès.

5De même, les compositions théâtrales enregistrées se limitent au seul Sayyid Darwîsh, excluant certains pionniers du théâtre lyrique tels Shaykh ’Ahmad ’Abû Khalîl al-Qabbânî de Damas, Shaykh Salâma Higâzî, Kâmel al-Khula‘î, Dâwûd Hosnî, ’Ibrâhîm Fawzî et Zakâriyâ ’Ahmad. D’autre part, les airs de Sayyid Darwîsh enregistrés ne comprennent pas ceux évoquant les corporations et groupes d’artisans dont l’auteur exprime les peines et les espoirs et qui sont considérés comme l’une des parties les plus importantes de son œuvre.

6En outre, les enregistrements effectués ne font pas place à des pièces instrumentales traditionnelles et modernes dûes à des compositeurs égyptiens comme Safar Bey ‘Alî, ’Ibrâhîm al-‘Ariyân, Medhat ‘Asim, ’Ibrâhîm Shafîq, Zakî al-Shebbînî ou Muhammad al-Qasabgî. Certains chanteurs et chanteuses aux mérites reconnus n’ont pas participé aux enregistrements, tels Sâlih ‘Abd al-Hayy, Zakî Murâd, Fathiyya ’Ahmad (surnommée "la chanteuse des deux pays"), ’Umm Kulthûm, Hâmid Mursî et Nâdra, autrement nommée "La Princesse du tarab". En revanche, a participé aux séances Muhammad Naguîb, simple amateur et en aucun cas chanteur professionnel dont le seul mérite était de posséder un vaste répertoire de dawr-s de ‘Abduh al-Hâmûlî, de Muhammad ‘Uthmân et de Shaykh al-Maslûb. C’est sa voix qui figure sur les enregistrements du Congrès dans certains dawr-s comme :

  • ’ol-lî ra’êt ’eh fî dalâlak (musique Muhammad ‘Uthmân, mode Bayâtî)

  • Man habbak ’awlâ bi-qurbak (Muhammad ‘Uthmân, mode Bayâtî)

  • Fu’âdî min lihâzak (Muhammad ‘Uthmân, mode Sabâ)

  • Yâ wasl sharraf yâ gafâ rûh ‘annî (Muhammad ‘Uthmân, mode Bayâtî)

  • Tâl al-gafâ min mahbûbî (Mahmûd al-Khadrâwî, mode Rast),

  • ‘alâ-l-milâh ’anta-l-’amîr (Muhammad ‘Uthmân, mode Sabâ)

  • Hazz al-hayât yeb’â li-rûhî (Muhammad ’Uthmân, mode Husaynî)

  • Malîkî ’anâ ‘abdak wa sâbiq lak bi-l-’ihsân (Muhammad ‘Uthmân, mode Rast)

  • ’addoh-l-mayyas zawwad-e-wagdî (Muhammad ‘Uthmân, mode Bayâtî)

7On note un seul mawwâl : ’ahl al-gamâl wa-s-safâ. Le fils de Sayyid Darwîsh, Muhammad al-Bahr, a enregistré certains airs de théâtre de son père comme da”et tubûl al-harb yâ khayyâla, extrait de la pièce Shahrazâd, œuvre de Mahmûd Bayram al-Tunsî ; ’âdî-sh-shams wa-l-’amar, tiré également de Shahrazâd, ainsi que ’anâ-l-masrî karîm al ‘unsurên et hayât ar-rûh ; Lammâ ’ashûf wagh al-habîb, de la pièce Al-Barûka, Da wa’tek da yômek yâ bent el-yâm de la pièce al-’intikhâbât.

8Dâwûd Hosnî a enregistré quelques dawr-s de Muhammad ‘Uthmân dont :

  • Min yom ‘ereft el-hubb ’albî-nkawâ, mode Bayâtî.

  • Sherebt as-sabr min ba‘di-t-tasâfî, musique de ‘Abdûh al-Hâmûlî

  • ’asîr al-‘ishq yâ mâ ishûf hawân musique de Dâwûd Hosnî

  • ’e‘shaq al-khâles li-hebbak, Muhammad ’Uthmân, mode Sabâ

  • Mâ-hebb-e-ghêrak wanta muhgat-e-’albî, musique de Muhammad al-Khadrâwî, mode Sabâ

  • Koll-e-yôm ’ashkf men garh-e-’albî, Muhammad ‘Uthmân, mode Nahawand

  • Nûr al-‘uyûn sharraf we bân, Muhammad ‘Uthmân, mode Sîkâ

  • Farîd al-mahâsin bân, musique de Shaykh Muhammad ‘Adb el-Rahîm, mode Hijâz.

9Un seul muwashshah : Tuf bi-ka’si-r-râh, du répertoire ancien dont les auteurs sont inconnus.

10A également participé à l’enregistrement des dawr-s de Muhammad ‘Uthmân, son fils ‘Azîz ‘Uthmân, lequel a connu une certaine importance sur la scène du chant dans les années 30 et 40 avant de s’orienter vers le cinéma et des formes de chant nouvelles. Toujours est-il qu’il fut réellement chanteur (mutrib), limitant pour ma part cette appréciation aux années 30 et 40.

11Parmi les dawr-s enregistrés par ‘Azîz ‘Uthmân et composés par son père, citons :

  • ’asl el-gharâm nazra yâ shabaktî mel-‘ayn (mode Rast)

  • Kâdnî-l-hawâ wa sabaht-e-’alîl (mode Nahawand)

  • Gaddidf yâ nafs-e-hazzek (mode Husaynî)

  • Fî-l-bu’d-e-yâ mâ kont-e-’anûh (mode Sîkâ)

12C’est le Shaykh Darwîsh al-Harîrî qui s’est chargé d’enregistrer les muwashshahât faisant partie de l’héritage ancien, soit au total pas moins de 150 pièces composées sur tous les modes et tous les rythmes. Ces derniers en vérité sont considérés comme les trésors du patrimoine et constituent une richesse vive dont s’enorgueillit la discothèque arabe. Nous nous contenterons de citer ici certains d’entre eux, enregistrés par lui :

  • Layâlî-l-wasl ‘indî ‘îd (mode Husaynî, rythme Samâ’î Thaqîl : 10/8)

  • Yâ nadîmî dawwir al-’aqdâh wa-sqinî yâ badrî (mode Hijâz, rythme Murabba’ : 13/4)

13Ce que ces muwashshahât enregistrés par Darwîsh al-Harîrî confirment de plus important est que, pour certains d’entre eux, la ligne mélodique est assise sur plus d’un rythme, contrairement à certains points de vue qui affirment que le muwashshah est à rythme fixe et unique. Je prendrai l’exemple du muwashshah Badat mina-l-khidri fî haykali-l-’anwâr (mode ‘ushshâq) du répertoire ancien qui repose sur trois rythmes : le Muhajjar (14/4), le Sitta ‘ashara (16/2 ou 32/4) et le Dârij (3/4). Ceci est sans équivalent dans le monde arabe. Malheureusement, les générations suivantes n’ont pas profité de ces documents. En d’autres termes, ces derniers n’ont pas circulé.

14Muhammad al-‘Arabî, chanteur populaire, a enregistré quelques chansons du répertoire villageois, parmi lesquelles : Helû yâ rommân bilâdo ; Mâ-lî yâ ‘ênî ’anâ mâ lî yâ ‘ên, ‘ên al-hasûd fîhâ ‘ud yâ habâyeb, cette dernière de Sayyid Darwîsh tirée de la pièce Rann et présentée par la troupe de Naguîb al-Rîhânî en 1918 , enfin Bokra-s-safar yâ habâyeb.

15Ont été enregistrés à l’occasion du Congrès quelques airs de mariage appartenant au répertoire des almées, entre autres : Zaffet al-‘arûsa, Yâ tâl‘a tal‘et el-badr. Hagg Taha ’Abû Mandûr a enregistré quant à lui un ensemble de morceaux accompagnés au tabl baladî, tels al-Hogâg, les danses dites ’iskandrânt, baladt, ‘arabî et Wahda w-Noss, etc. On trouve aussi quelques exemples de zâr égyptien et soudanais. Mustafâ al-‘Aqqâd, fils du grand al- ‘Aqqâd, a enregistré en sa qualité de grand percussionniste spécialiste du riqq un échantillon de rythmes. Il possédait son propre quartet nommé "Quartet d’al-‘Aqqâd" qui donnait des intermèdes musicaux à la radio égyptienne et dont on conserve des enregistrements. Ont été également enregistrés des exemples de chants des turcs Mevlevis, des dhikr-s de la confrérie Laythî et des pièces liturgiques de l’église copte.

16L’importance de ces enregistrements réside dans les chefs-d’œuvre qu’ils renferment, fruits de la richesse créatrice de nos compositeurs de jadis. Ce sont des exemples à imiter, une matière fertile et riche dont s’honore notre discothèque arabe, utile aux musicologues et aux chercheurs, source fidèle de cet héritage conservé et transmis par des gardiens aujourd’hui disparus. Je prie à cette occasion M. le Ministre de la Culture de livrer au public les enregistrements du Congrès conservés à la bibliothèque de l’Association de l’Institut de Musique arabe, sise dans ses locaux de la rue Ramsès, quartier d’al-’is‘âf, d’autant qu’ils sont devenus depuis plus de cinq ans propriété de l’Etat.

Auteur

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search