Version classiqueVersion mobile

Musique arabe

 | 
Philippe Vigreux

Les documents du premier Congrès sur la musique arabe, Le Caire, 1932

Instruments à cordes et à clavier dans les recommandations du Congrès du Caire

Al-’âlât al-watariyya wa ’âlat lawhai al-mafâtîh (al-byânû) fî tawsiyât mu’tamar al-mûsîqâ-l’arabiyya li-‘âmi

Linda Fathallah

Texte intégral

1Durant les trois semaines du Congrès du Caire (du 14 mars au 3 avril 1932), les diverses commissions ont débattu l’ensemble des questions touchant la musique arabe à cette époque et leurs travaux ont abouti, pour chaque section, à une série de recommandations qui constituent le bilan scientifique des discussions exhaustives qui les ont animées. Aujourd’hui, passé plus d’un demi siècle, il était nécessaire de revenir sur ces recommandations afin de les étudier, de les discuter et de répondre aux diverses interrogations soulevées au cours des débats. Quelles sont, parmi ces recommandations, celles qui ont été mises en pratique, quel en a été le résultat et qu’est-il advenu de celles qui ont été écartées ou n’ont pu être appliquées ?

2Le choix du sujet de cet exposé a sa signification scientifique et historique. L’homme en effet, au cours des temps, a exprimé ses divers sentiments soit par des mélopées, soit par des mélodies accompagnées d’instruments de musique. A ce propos, les études ethnomusicologiques qui ont pour objet l’art et la création musicale chez l’homme et suivent les étapes de son évolution dans le contexte de cette activité, ont montré que le monde, dans ses diverses contrées, regorge encore à ce jour d’instruments de musique primitifs. Plus on pénètre des régions inconnues, plus on découvre de nouveaux instruments archaïques, tous confortant les vues des savants ou validant leurs informations sur la musique de l’homme primitif. C’est par le biais des instruments que l’on a connu l’histoire et la musique des peuples à travers les étapes de leur développement ; avec les instruments de musique, nous pouvons suivre et reconstituer la marche de l’humanité. Des recherches antérieures ont attesté que le caractère de la musique arabe se définit par son style, son mode d’exécution, les types d’instruments qu’elle utilise, l’atmosphère qu’elle suggère, dès lors que quiconque l’entend peut la distinguer facilement. De même, les études récentes confirment que l’un des traits propres à la musique arabe réside dans la spécificité de ses instruments. A ce propos, la Commission des Instruments du Congrès du Caire a clairement indiqué que "Etant donné que les instruments de musique ne sont que le moyen d’exprimer les tendances d’un style de composition, ils sont façonnés, pour ainsi dire, par le style-même, ils changent avec lui et lui restent fidèles jusqu’à ce que le style-même change ou meure". De ce point de vue, l’importance du rôle des instruments dans la musique des peuples donne la mesure de la diversité des sujets discutés par la Commission des Instruments, sujets que nous nous proposons de répertorier ici.

3La Commission des Instruments a défini un certain nombre de thèmes répartis en huit questions qui ont été débattues en profondeur :

1. Dénombrement des instruments utilisés dans la musique arabe

  • Les instruments à cordes, comprenant le ‘ûd et le qânûn

  • Les instruments à vent, comprenant le nây, la sulâmiyya, le mizmâr, l’arghûl, la zummâra, le gûrî (ou sibs), le shâh.

  • Les instruments de percussion, comprenant de duff, le tabl baladî, le bendîr, le bâz (a), les sâgât, le tabl al-gimâl, la darâbukka.

4D’un commun accord, on avait recommandé l’inclusion de l’alto (al-viûla) au nombre des instruments à cordes arabes. Toutefois, cette recommandation n’a pas été appliquée bien que l’instrument ait fait une brève percée dans les études académiques à l’Institut supérieur de Musique arabe, suivie d’un retrait immédiat faute de professeurs spécialisés. Mais puisque cet instrument, de par ses qualités et ses spécificités propres, a son importance dans le cadre des études académiques et des orchestres arabes, nous demandons à l’Institut supérieur de Musique arabe, auquel incombe la responsabilité en ce domaine, d’aplanir toutes les difficultés en vue d’une réintégration de l’alto dans ses programmes d’enseignement, marquant ainsi le premier pas vers une reconnaissance institutionnelle de la place qui est la sienne dans les orchestres arabes.

2. Introduction d’instruments européens dans la musique arabe

5Les opinions des membres de la Commission des Instruments ont divergé quant à l’intégration du violoncelle et de la contrebasse au noyau des instruments arabes. L’argument de la partie contre était que leur adoption ne serait d’aucun effet, si ce n’est de remplir le vide que le violon ne pouvait combler dans les registres graves et d’adultérer le caractère de la musique arabe, particulièrement au niveau du chant.

6Le Professeur Sachs, dans son rapport, a décrit les instruments précités comme doués de "sonorités sentimentales, larmoyantes et trop mélodiques". Peut-être cette dernière opinion est-elle l’un des plus puissants révélateurs de la nécessité d’intégrer le violoncelle et la contrebasse au corps des instruments arabes d’autant que ces qualités manquent aux moyens d’expression de notre musique. Des positions de la partie contre, la partie pour a tiré argument en faveur de l’adoption des deux instruments, renchérissant que le violoncelle et la contrebasse sont des instruments "souples", sans tonalité fixe, et ne diffèrent de nos instruments arabes que par leur force d’expressivité, le caractère ample et grave de leur sonorité et leur forte capacité d’émouvoir. Malgré ces divergences d’opinion, le violoncelle et la contrebasse ont finalement été adoptés à côté des instruments arabes, notamment sous l’impulsion de Sayyid Darwîsh, ce dernier ayant proclamé, suite à son orientation vers la musique de scène, que l’"orchestre" est supérieur au takht dans l’expressivité musicale. Sayyid Darwîsh est en effet le premier a avoir composé des "levers de rideau" et à avoir inauguré l’utilisation d’instruments comme le violoncelle, la contrebasse, le hautbois et le piano. C’est ce que confirme le "doyen du théâtre arabe", Yûsuf Wahbî, lorsqu’il dit que Sayyid Darwîsh est le premier à avoir formé un orchestre occidental et à avoir orienté ses compositions en fonction de ce contexte. On ne peut nier le rôle ni l’influence de Sayyid Darwîsh sur la musique arabe moderne. Plus tard, la présence de ces deux instruments s’est affirmée dans les orchestres du musicien Muhammad ‘Abd al-Wahhâb puis d’Umm Kulthûm, formations devant être considérées comme un témoignage indéniable d’expression du caractère de la musique arabe. Enfin, le statut de ces deux instruments s’est vu confirmé au plan académique lorsqu’on les a introduits dans les programmes d’enseignement des divers instituts et que des méthodes leur ont été spécialement consacrées. On voit aujourd’hui recherches et thèses affirmant leur rôle au sein de la musique arabe alors même que disparaît l’alto dont le Congrès avait, comme on l’a vu, recommandé l’introduction dans l’instrumentarium arabe.

7Ce qui précède concerne les instruments européens introduits dans la composition des orchestres de musique arabe classique, tels la Firqat al-mûsîqâ al- ‘arabiyya fondée en 1967 et l’ensemble Umm Kulthûm fondé en 1974. Nous ne saurions omettre d’autres instruments intégrés aux orchestres arabes accompagnant chanteurs et chanteuses. Muhammad ‘Abd al-Wahhâb a eu un rôle majeur dans l’adoption de ce type d’instruments. Citons parmi eux, à titre d’exemple : la guitare acoustique dans la chanson ’ensa-d-dunyâ we rayyah bâlak du film Rosâsa fe-l-’alb ; la guitare électrique dans la chanson ’enta ‘omrî interprétée par ’Umm Kulthûm ; la mandoline dans ‘âsheq er-rûh du film Ghazal al-banât ; le piano, dans la qasîda As-sibâ wa-l-gamâl du film Yôm sa‘îd. La guitare et la mandoline sont considérées comme des instruments "souples", i.e capables de reproduire des intervalles de trois-quarts de ton caractéristiques de la musique arabe. Cependant, leur présence et leur rôle dans nos orchestres est fonction de la sensibilité et du goût du parolier ou du compositeur.

3. Suggestion d’introduction de quelques instruments orientaux dans la musique arabe

8Parmi les propositions de la Commission des Instruments, figurait celle visant à adopter certains instruments orientaux tels le rebâb turc connu sous le nom de kamanja ’arnaba, le buzuq, la qîthâra, le târ caucasien, etc... De même, on s’était accordé à adopter le tunbûr turc au sein des instruments égyptiens, instrument jugé préférable au qanûn par la douceur de son timbre et sa pureté. La commission avait en outre jugé le qânûn comme un instrument fortement sensible aux variations hygrométriques du fait des peaux de poisson qui supportent son chevalet. Toutefois, nous observons aujourd’hui des améliorations notables dans la facture du qanûn venant pallier le défaut précité. Ainsi a-t-on remplacé les peaux par des plaquettes de bois extrêmement fines, ce qui rend caduque la préférence donnée au tunbûr. Quant aux autres instruments orientaux proposés, aucun n’est apparu sur la scène musicale égyptienne durant les cinquante années écoulées. Il faut pour cela prendre en compte deux éléments importants : le maître et le facteur d’instruments, l’un comme l’autre étant des espèces rares dans le domaine musical actuellement. C’est pourquoi nous nous en tiendrons aux seuls instruments effectivement adoptés.

4. Discussion des moyens nécessaires au perfectionnement de certains instruments arabes

9Certains, au cours des débats de la commission des instruments, ont proposé d’allonger légèrement la touche du ‘ûd et de lui adjoindre la sixième corde manquante afin de gagner plus de vitalité dans la sonorité. Beaucoup se sont montrés intéressés et des tentatives d’allongement de la touche ont vu le jour. De même, certains ‘ûdistes ont ajouté la sixième corde mais ces pratiques n’ont pas été suivies au niveau académique et sont demeurées strictement individuelles.

10La présente étude vise à rappeler ces suggestions pour en restituer l’importance et notifier leurs résultats. A ce titre, les conclusions du premier séminaire de musique arabe qui s’est tenu au Caire en 1958 montrent une concordance de vues en faveur de l’utilisation de plusieurs types de ‘ûd, de volumes différents, et à la notation de sa partition en clé de fa (le ‘ûd joue une octave plus bas qu’il n’est noté) de sorte que ce qui est lu sur la partition corresponde au registre émis. De même, ce premier séminaire a prôné l’élargissement de la tessiture du qânûn et l’extrapolation d’un nouveau type : le qânûn basse, en recommandant de transcrire la partition de cet instrument sur deux lignes identiques ou différentes : une portée en sol, une portée en fa. La présente étude vient appuyer ces suggestions, toutes de réalisation facile et aptes sans aucun doute à élever le niveau de l’interprétation, sans compter leur utilité du point de vue de l’enseignement académique. L’Institut supérieur de Musique arabe est par conséquent prié, en sa qualité d’institution responsable de la musique arabe, de faire siennes ces recommandations et de poser les bases pratiques de leur application institutionnelle.

5. Introduction du piano (lawhat al-mafâtîh) au sein des instruments arabes

11Malgré l’importance du piano et sa large diffusion en Egypte, une mise en garde émanant du Congrès de 1932 affirme : "Il ne fait aucun doute que le piano européen possède de très hautes possibilités sonores et sonne comme un orchestre entier. Cependant, l’écoute de la musique arabe en Egypte, jouée sur cet instrument, représenterait un grand danger si nous n’optons pas pour un piano oriental, faute de quoi la musique arabe tendra à disparaître, ce qui serait une chose très regrettable, pour ne pas dire une catastrophe".

12Malgré l’importance du piano en tant qu’instrument et son rôle dans l’enseignement de la musique occidentale, cet appel courageux et cette mise en garde auraient dû être entendus des responsables de l’enseignement de la musique arabe en Egypte dans la mesure où le piano est un instrument universel et essentiel à tous les stades de l’enseignement fondamental et académique et où il serait dangereux que l’apprentissage musical des jeunes commence par l’écoute de la musique arabe sur un instrument dépourvu d’un de ses traits les plus essentiels, je veux parler des intervalles de trois-quarts de ton largement représentés dans la musique arabe classique et populaire.

13Récemment, l’orgue à trois-quarts de ton a fait son apparition et a acquis un rôle indispensable dans les orchestres arabes accompagnant chanteurs et chanteuses. C’est encore au musicien Muhammad ‘Abd al-Wahhâb que revient le mérite de l’avoir introduit au sein de telles formations. Quant au domaine pédagogique, les Ecoles Normales de musique – fondées par décret ministériel n° 1096 du 22/10/1988 et destinées à la formation des maîtres et maîtresses d’enseignement musical aux divers niveaux – ont inclus l’orgue à trois-quarts de ton au nombre des intruments d’étude. Nous considérons pour notre part que l’adoption de cet orgue à trois-quarts de ton au niveau académique constitue un premier pas sur la bonne voie et nous souhaitons que ce processus soit généralisé dans les diverses écoles et instituts de musique académiques afin que la musique arabe authentique puisse être jouée sans déformation ni dépossession de ses traits les plus essentiels.

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search