Version classiqueVersion mobile

Musique arabe

 | 
Philippe Vigreux

Les documents du premier Congrès sur la musique arabe, Le Caire, 1932

Liturgie copte et enregistrements du Congrès du Caire

The Coptic Liturgy

Martha Roy
Traduction de Philippe Vigreux

Texte intégral

1La liturgie copte est une liturgie chantée : les parties prises par le prêtre, l’archidiacre, le chœur des diacres, la congrégation, tout est chanté. Toute pièce du service religieux, de l’office monastique, qu’elle soit prélude, prière, leçon, hymne ou répons, a sa mélodie propre, celle-ci variant en fonction de la saison ou de la place de la fête dans le calendrier liturgique. En outre, le chanteur est assujetti à un système complexe d’ornementations à l’intérieur d’une mélodie donnée, comme par exemple des vocalises prolongées sur une seule voyelle ou la conclusion de la phrase à la fin d’une cadence. A quoi il faudrait ajouter les motifs improvisés individuellement par le chanteur suivant son style personnel d’interprétation du répertoire. Tout ceci rend la musique de l’église copte mélodiquement complexe et d’une étude très difficile. Chanter la liturgie requiert un haut niveau de concentration et un parfait contrôle de soi.

2Dans l’Egypte ancienne, la musique de temple était considérée comme sacro-sainte, un langage sacré compris du dieu seul et des initiés : les prêtres célébrateurs des rites cérémoniels. Les sept livres renfermant les textes et hymnes de ces rites ne contenaient vraisemblablement pas de notation musicale. Les mélodies étaient tenues secrètes et transmises uniquement de père en fils dans le corps ecclésial et dans l’enceinte même du temple. Ces livres sacrés ont depuis longtemps disparu.

  • 1 Du grec ekphonesis : lecture à haute voix, solennelle. Système de notation apparu vers le VIIIème s (...)

3Les premiers pères de l’Eglise forgèrent de nouvelles mélodies pour leurs prières au Dieu Tout-Puissant. Cependant, les traditions musicales et le style général continuèrent à transiter oralement de père en fils à travers les siècles. Les quelques rares traces de prétendus signes de musique "ecphonétique”1 qui nous sont parvenus ne peuvent être donnés avec certitude comme doués d’une signification musicale.

4Râgheb Moftâh dirige depuis sa fondation en 1935 le Département de la Musique et des Hymnes de l’Institut supérieur d’Etudes coptes. Il fut également membre du premier Congrès de Musique arabe réuni au Caire en 1932 en qualité de secrétaire de la Commission de l’Enregistrement. R. Moftâh a consacré toute sa vie à la préservation de la musique de l’Eglise copte, s’efforçant de garantir la perpétuation de cet héritage musical et de son style d’exécution afin qu’ils ne glissent pas progressivement vers l’oubli. Ses efforts ont épousé plusieurs axes. C’est à son initiative que le musicologue anglais Ernest Newlandsmith fut invité en Egypte pour transcrire la liturgie et les hymnes de l’Eglise. Ce dernier s’acquitta de cette tâche entre 1930 et 1936, transcrivant le vaste héritage musical regroupé en quelque seize volumes. Il eut pour informateur le chantre Mikhaïl al-Batânûnî qui, depuis la prime jeunesse, avait montré des talents particuliers de chanteur, doublés d’une prodigieuse mémoire et que Le Patriarche de l’époque, l’évêque Kyrollos IV, encouragea à collecter, à travers toute l’Egypte, auprès des églises et chanteurs, les hymnes de l’Eglise. Ce fut donc sous les auspices de R. Moftâh que E. Newlandsmith transcrivit l’énorme fonds de l’héritage musical copte à travers le témoignage du chantre Mikhaïl

5Toutefois, R. Moftâh fit un pas en avant dans son rêve de sauvegarde de ce mode d’expression unique lorsque, au premier Congrès de Musique arabe, il requit les bons offices de la commission concernée en vue de l’enregistrement de douze cylindres contenant une sélection de chants liturgiques coptes dont dix – deux d’entre eux ayant été détruits pendant le voyage à Londres – furent gravés sur disque par la compagnie His Master’s Voice (N°s HD 14-21, 145). On peut dire que ce sont les premiers enregistrements de musique copte.

6Subséquemment, un studio d’enregistrement fut installé à l’Institut supérieur d’Etudes coptes pour faciliter les opérations de collecte. Les étudiants de l’Institut supérieur de Musique copte, sélectionnés par R. Moftâh pour la beauté de leur voix, reçurent une formation spéciale à Alexandrie durant les mois d’été et des enregistrements fixèrent leur prestation sous l’égide de R. Moftâh. Une série de disques 25 et 30 cm. émana de ces sessions, représentatifs de la liturgie de Saint-Basile, de quelques fêtes et autres occasions. La totalité est aujourd’hui disponible en version cassette à l’Institut copte. Ainsi, cet héritage, sous sa forme connue actuellement, est fixé pour la postérité et d’une manière aussi voisine que R. Moftâh peut l’affirmer de ce qu’elle a pu être tout au long de l’histoire de l’Eglise.

7En 1969, un nouveau pas fut entrepris vers la préservation de cet héritage unique avec la coopération d’ilona Borsaï et de Margit Toth, de Hongrie, spécialistes de musique d’église et de transcription musicale. Au cours des douze dernières années, Margit Toth a achevé la transcription exhaustive de la liturgie de Saint-Basile à partir d’un enregistrement fait par les élèves du chantre Mikhaïl al-Batânûnî. Cette transcription diffère de celle d’E. Newlandsmith en ce sens que ce dernier ne donnait que le squelette de la mélodie. Margit Toth, avec son expérience de la méthode hongroise, restitue non seulement les mélodies mais encore les "accrétions" de mélismes vocaux à l’intérieur du schéma primitif ainsi que les ornements impromptus surajoutés par le chanteur suivant son style personnel, pratique existant dans toutes les musiques du Moyen-Orient, aussi bien profanes que sacrées.

8Il n’existe aucune transcription officielle de la musique de l’église copte. Un tel projet vise, selon R. Moflâh, à établir le manuscrit avec la musique transcrite en détail et assortie du texte en langue copte doublé d’une translittération latine et d’une traduction arabe et anglaise. On peut espérer que le manuscrit sera bientôt prêt pour la publication. Ainsi sera réalisé le rêve de R. Moftâh : préserver ce corpus unique de musique traditionnelle. Cet effort fournira une base à des études ultérieures et revalorisera l’intérêt envers une forme de musique d’église peu connue ou comprise et un héritage à travers lequel l’Eglise copte a maintenu sa foi vivante durant vingt siècles. Or, celle-ci n’attend que ce nouvel instrument qui gardera vivante et vitale sa tradition au seuil du XXIème siècle.

Notes

1 Du grec ekphonesis : lecture à haute voix, solennelle. Système de notation apparu vers le VIIIème siècle qui concerne plus la prosodie que la musique et résulte de la lecture déclamée des textes scripturaux. Les signes peuvent indiquer le son sur lequel on lira un mot entier ou même plusieurs mots mais ne précisent ni un intervalle ni une durée (n.d.t).

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search