Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Nos ancêtres les pharaons...

 | 
Gérard Coudougnan

Entrevue avec monsieur Muhammad Gamal Al-Din Mukhtar

Texte intégral

Carrière

1939 : Licence de Géographie.

1940 : Diplôme de l’Institut supérieur de pédagogie.

1943 : Maîtrise d’égyptologie.

1952 : Assistant à l’Institut supérieur de pédagogie d’Alexandrie.

1953 : Mission aux U.S.A., Institut pédagogique de l’Iowa.

1954 : Professeur à l’École Normale du Caire.

1957 : Doctorat d’Égyptologie mention « très honorable ».

1958 : Directeur du département d’archéologie au Centre d’Études et de Documentation sur l’Égypte ancienne.

1967 : Titulaire de la chaire d’Histoire ancienne (Égypte et Proche Orient) à l’Université du Caire.

1967 : Directeur général du Service des Antiquités de l’Égypte.

1968 : Sous-secrétaire d’État à la culture, chargé de l’archéologie. Professeur visiteur à l’Université d’Alexandrie.

1971 : Directeur général de l’Organisme des Antiquités de l’Égypte. Premier sous-secrétaire d’État.

1977 : Professeur d’Égyptologie à la Faculté de tourisme (Université d’Helouan).

1978/83 : Professeur d’Archéologie et de muséographie à l’Université de Ryadh (Arabie Saoudite).

  • 1 Conseil d'experts au service du Président de la République.

1984 : Membre du Haut Conseil pour la culture, Membre du Conseil National pour la Culture, les arts, la littérature et les média1 ; chef de la branche « Héritage culturel et archéologie ».

M. Gamal al-Din Mukhtar est entre autres :

Membre du comité supérieur de l’Organisme des Antiquités de l’Égypte.

Membre du comité consultatif de l’UNESCO pour le nouveau musée égyptien.

Expert de l’UNESCO pour la restauration des villes anciennes de Mauritanie.

Vice-président du comité scientifique de rédaction de l’Histoire de l’Afrique de l’UNESCO (dont il a rédigé l’introduction).

Consultant à l’UNESCO pour la collection « Histoire de l’Humanité ».

Entretien

Question :

Comment êtes-vous devenu auteur de manuels scolaires ?

Réponse :

C’est mon professeur d’Histoire ancienne, le. Dr. Ahmad Badawi, qui a fait appel à moi. Il était recteur de l’Université de ’Ayn Chams lorsque le ministre de l’Enseignement lui demanda de rédiger un manuel d’histoire ancienne de l’Égypte à l’usage des classes secondaires. J’étais son étudiant et il m’a prié de participer à ce travail, avec un collègue qui devint par la suite mon beau-frère.

Pour le second livre, qui fut celui du cycle préparatoire édité en 1957, c’est Abulfutuh Radwan qui m’a demandé d’y participer. Ce livre a été fait selon les idées pédagogiques en pointe à l’époque, il est très illustré et très bien imprimé. Depuis ce livre, la qualité a beaucoup baissé : songez que certaines de ces photos dont on avait perdu l’original ont été reproduites d’après de mauvaises copies, le résultat ? On n’y voit rien, à tel point qu’on les a parfois remplacées par des dessins, forts approximatifs !

Q. - Comment rédigiez-vous à plusieurs ?

R. - Ce fut une véritable œuvre collective. Nous nous retrouvions tous les quatre pour discuter et écrire. J’étais pour ma part responsable des questions historiques, les autres auteurs étant plutôt des spécialistes de pédagogie.

Q. - Quand un manuel est réédité, chaque année avant la rentrée, êtes- vous chargé de le remanier ?

  • 2 A titre indicatif, en 1970, le salaire minimum garanti d'un ouvrier était de 84 L.E. par an.

R. - Absolument pas ! Je dirai même que je n’en ai pas le droit. Prenons l’exemple du dernier manuel que j’ai rédigé. Je l’ai fait en réponse à une sorte de concours, un « appel d’offres » lancé dans la presse aux environs de 196 ? Ayant été choisi j’ai reçu 300 L.E.2 et j’ai signé un contrat stipulant que j’abandonnais tout droit de regard sur mon œuvre. Depuis je n’ai pas touché ni un sou de plus ni une page de ce livre !

Q. - Pourtant il a beaucoup changé.

R. - Je sais, son plan a été complètement transformé et on a supprimé çà et là quelques passages, surtout quand j’étais loin, à Ryadh !

Q. - On en a aussi rajouté, tel ce passage comparant l’expulsion des Hyksôs à la guerre d’octobre 1973.

R. - Vraiment ? On fait cela ? Je n’en sais rien.

Q. - Vous a-t-on parfois demandé d’ajouter ou de supprimer certains détails au gré des circonstances politiques ?

R. - Oui, je me souviens très bien. En 1970, lorsque l’Égypte et la Libye se sont unies, mon manuel a été adopté par les écoles libyennes. On m’a alors prié de supprimer un passage parlant des guerres de Merenptah et Ramsès III contre les Libyens. J’avais écrit que les Libyens avaient eu une telle peur qu’ils n’osaient pas se retourner dans leur fuite de crainte de perdre du terrain ! Cela a été supprimé. A ce propos j’avais reçu pour ce livre un chèque de 1.000 L.E. de la Libye en 1970 et un autre du même montant en 1972. Celui de 1971 a dû se perdre, comment savoir ? En tous cas les deux autres ont compensé l’argent que je ne touche pas sur les manuels égyptiens !

Q. - Lorsqu’on lit votre manuel de 1957/59 puis celui de 1960 on est très étonné de la différence de ton. Avant 1959, l’Égypte est vue comme un « miracle » isolé, comme un pays expansionniste aussi qui cherche à agrandir son territoire. Or, à partir de 1960, c’est tout le monde arabe qui est présenté comme un pionnier de la civilisation. Et les conquêtes égyptiennes sont devenues des « unions ». Comment et pourquoi avez-vous opéré ces changements ?

R. - Peu de temps après la Révolution de Nasser, il y avait énormément de problèmes à régler : les Anglais dans la zone du canal, un système social féodal, les Frères Musulmans, et bien d’autres choses encore qui faisaient que le pays avait avant tout besoin d’unité. Après la guerre de 1956, Nasser est devenu le leader du monde arabe, c’est pourquoi nous nous sommes rapprochés des Arabes.

Q. - En transformant les guerres antiques en processus d’union ?

R. - Lorsque quelqu’un avec lequel on a eu des conflits devient votre ami, on oublie le passé, on l’explique différemment. C’est vrai qu’il y a eu des guerres mais les Égyptiens n’étaient pas des colonialistes. Je pense sincèrement qu’ils n’ont pas opprimé les populations qu’ils ont placées sous leur dépendance. Ils cherchaient simplement une protection à l’est contre leurs puissants ennemis, les Hittites par exemple. Il n’en reste pas moins que depuis cette époque on étudie plus les Arabes et leur Histoire que l’Égypte et c’est dommage. On a un peu peur de l’Égypte ancienne, on en garde l’image du Coran et de la Bible, très négative.

Q. - Justement qu’avez-vous fait dans vos livres pour changer cette image ?

R. - J’ai d’abord introduit un chapitre sur la morale et les principes de vie sociale auxquels les Égyptiens tenaient beaucoup : l’amour et le respect des parents, les rapports entre les gens, un certain pacifisme. Avec des textes anciens pour bien montrer cela. Pour ce qui est de la religion en elle-même, de ses principes, je ne me suis guère étendu sur le sujet. Il est trop difficile pour un enfant de 12 ans de comprendre ces discussions sur monothéisme et polythéisme. J’ai simplement mentionné Akhenaton en soulignant bien qu’il y avait à son époque une élévation, un progrès vers le monothéisme.

Q. - Pensez-vous que l’histoire antique ait depuis 1952, la place qu’elle mérite ?

R. - Non, certainement pas. A l’époque où je l’ai étudiée à l’école, nous avions un meilleur programme, beaucoup plus approfondi, beaucoup plus détaillé. Cela a continué au début du mandat de Nasser, puis (comme je vous l’ai dit tout à l’heure) nous avons mis l’accent sur les Arabes.

Q. - Comment y avez-vous été contraints ?

R. - Vous savez, c’était la mode. Nous subissions un lavage de cerveau.

Q. - Permettez-moi tout de même d’être étonné lorsque je vois une « carte de l’unité arabe sous Thoutmôsis III » ou lorsque je lis que l’un des buts de l’armée de pharaon était d’unir les « différentes régions de la patrie arabe »...

R. - Lorsque j’écris « patrie arabe », je veux désigner ce qui aujourd’hui est occupé par le monde arabe, même si autrefois c’était différent.

Q. - Pour conclure, quelle est selon vous l’utilité de la connaissance de l’histoire antique ?

R. - Elle est pour nous capitale. On ne peut oublier un peuple qui a tout inventé. L’enfant voit partout des vestiges du travail de ses ancêtres. Il doit les connaître, c’est très important pour la dignité et pour les espoirs de l’Égypte. Vous savez que je suis aussi un géographe. Il y a, en géographie, deux écoles. Les déterministes estiment que l’environnement, le milieu sont les facteurs les plus importants. Desmoulins par exemple disait que si l’histoire recommençait, elle reprendrait le même chemin. Les possibilistes, dont je fais partie, considèrent que c’est l’homme qui est l’élément déterminant. Je m’oppose à Hérodote : l’Égypte est un don du Nil et de l’effort de ses habitants. Il faut que l’élève connaisse la vie du peuple et ses efforts. Il faut faire une histoire du peuple pas celle des rois. On s’intéresse trop aux rois d’Égypte et pas assez au peuple et aux autres personnalités. Le Coran lui-même parle de « Pharaon » à propos de l’Égypte alors qu’il utilise l’expression « peuple d’Israël ». Ceci est significatif d’un état d’esprit à changer dans l’avenir.

*

Notes

1 Conseil d'experts au service du Président de la République.

2 A titre indicatif, en 1970, le salaire minimum garanti d'un ouvrier était de 84 L.E. par an.

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540