Version classiqueVersion mobile

Musique arabe

 | 
Philippe Vigreux

Les documents du premier Congrès sur la musique arabe, Le Caire, 1932

L’éducation musicale en Egypte

Music Education in Egypt

Martha Roy
Traduction de Philippe Vigreux

Texte intégral

  • 1 Ce texte a été publié in Annual Bulletin of the International Society of Music Education, vol. XIII (...)

1Mahmûd al-Hifnî, organisateur et secrétaire du premier Congrès de Musique arabe du Caire de 1932, était un homme aux multiples talents, doué d’une grande prévoyance et d’une extrême compétence administrative. Comme résultat de ses efforts, "Il fut, durant l’année académique 1931-32, le premier responsable en Egypte de l’éducation musicale. La musique fut alors introduite comme élément de base dans les programmes des écoles maternelles au Caire et à Alexandrie", ainsi que l’indique ‘Awâtef ‘Abd al-Karîm dans sa communication présentée à l’International Society of Music Education (Eugene, Oregon, USA), en 1986,1 sous le titre : "L’éducation musicale en République Arabe d’Egypte".

2Suite aux efforts de Mahmûd al-Hifnî, le gouvernement nomma, dans le cadre du Congrès de Musique arabe, une Commission à l’Education musicale composée de membres égyptiens et d’experts internationaux parmi lesquels : Paul Hindemith, Curt Sachs, Egon Wellesz, Aloïs Haba, Johannes Wolf, Henri Rabaud, Safar ‘Alî, Mahmûd Zakî, Mustafâ Ridâ, ’Ahmad al-Dîk, encadrés par M. al-Hifnî en qualité de président et Râgheb Moftâh en qualité de secrétaire. Leurs délibérations aboutirent aux recommandations suivantes, consignées dans le Recueil du Congrès et résumées comme suit :

  1. L’éducation musicale en Egypte devrait être généralisée, obligatoire à tous les niveaux de l’enseignement
  2. Afin de former les professeurs nécessaires à un tel programme, des instituts de musique ouverts aux hommes et aux femmes devraient être fondés.
  3. Le programme de ces instituts devrait inclure la musique arabe à côté des arts musicaux européens.
  4. Des instituts spécialisés dans la formation de musiciens créateurs devraient être fondés.
  5. Des cycles d’études gratuites devraient permettre d’élever le niveau des amateurs enseignant actuellement la musique dans les écoles.

3En vue de l’application de ces recommandations, un département de formation des professeurs de musique fut créé pour les femmes en 1935 et rattaché à la Faculté d’Education. En 1944, fut fondé l’Institut supérieur des Professeurs de Musique (hommes) et, en 1956, les deux établissements furent fondus en un seul. Durant les cinquante dernières années, leurs programmes ont visé à fournir des professeurs de musique à toutes les écoles égyptiennes. Toutefois, conjointement au problème de l’augmentation du nombre d’écoles en réponse aux besoins d’une population croissante, le financement d’un programme musical créa un lourd fardeau en tant que ponction supplémentaire sur le budget (acquisition des instruments et équipements, leur entretien, espaces de cours suffisants). Des programmes d’éducation musicale furent inaugurés à l’Institut pédagogique pour répondre aux besoins des écoles primaires en ce domaine. Mais eux aussi n’arrivèrent pas à fournir le nombre suffisant de professeurs qualifiés.

4L’Institut supérieur des Professeurs de Musique (mixte) gagna un statut officiel, en 1975, sous le nom de Faculté d’Education musicale (Université de Helwân). Ce programme couvre une période de cinq années académiques, les matières musicales représentant environ 75 % du cursus, les 25 % restants étant réservés à la pédagogie. Il inclut les arts musicaux arabes et les principes de base de la musique occidentale. En 1969, un programme sanctionné par des diplômes fut mis en œuvre : jusqu’à aujourd’hui, 90 thèses techniques du niveau maîtrise ont été achevées et 50 au niveau doctoral. 50 sont en préparation. Une bibliothèque arabe des termes techniques de musique fait son possible pour créer un outil de référence de valeur, utile au niveau des connaissances générales sur la musique et aux recherches des générations de musiciens à venir, professionnels et amateurs.

5Pour créer un intérêt autour des programmes d’éducation musicale et célébrer le cinquantième anniversaire du programme de formation, la Faculté a organisé deux conférences : la première sur "Le jeune enfant et la musique en Egypte", en 1982, la deuxième sur le thème : "La jeunesse égyptienne et la musique", en 1985, l’une et l’autre ayant donné lieu à un large éventail de communications et de rapports publiés.

6En 1959, donnant suite aux recommandations de la commission de l’éducation musicale, le gouvernement a rattaché l’Institut de Musique arabe et le Conservatoire de Musique à l’Académie des Arts, elle-même placée sous tutelle du ministère de la Culture. Chacun de ses instituts affiliés s’est spécialisé dans la formation des professionnels des arts de la scène.

7Ainsi, la vocation de ces deux instituts diffère-t-elle de celle de la Faculté d’Education musicale. Les instrumentistes et chanteurs formés par eux présentent, en solistes ou en orchestre, des programmes de haut niveau à la radio ou à la télévision, en concert public, en Egypte comme à l’étranger et participent à des festivals internationaux d’art et de musique.

8Quant aux amateurs, ils sont encouragés par les activités des Jeunesses Musicales inaugurées par Samha al-Khûlî et actuellement représentées par ‘ Awâtef ‘ Abd al-Karîm.

9La Faculté d’Education musicale est membre de l’International Society of Music Education (ISME) et contribue avec les autres pays du monde à dispenser le type d’éducation musicale qui enrichira la vie de ses citoyens, tant à travers leur propre héritage musical et les ressources de leur musique contemporaine qu’à travers les arts et les cultures musicales du monde entier. Notre gratitude va à Mahmûd al-Hifnî pour avoir tracé le chemin, mettant ainsi ses collègues et disciples au défi de promouvoir et de développer la musique comme instrument nécessaire du progrès culturel dans l’éducation des jeunes et du public en général et pour le bien de la République Arabe d’Egypte.

Notes

1 Ce texte a été publié in Annual Bulletin of the International Society of Music Education, vol. XIII, 1986, p. 126-135.

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search