Version classiqueVersion mobile

Musique arabe

 | 
Philippe Vigreux

Les documents du premier Congrès sur la musique arabe, Le Caire, 1932

Présentation

Traduction de Philippe Vigreux

Texte intégral

1Le 14 mars 1932, s’ouvrait au Caire le premier Congrès de Musique arabe, lequel, à l’heure où l’idée d’une rencontre orient-occident pour débattre de problèmes musicaux n’était pas au rang des préoccupations majeures, allait marquer un tournant dans les annales de cet art et y figurer comme un événement saillant. En vérité, l’idée d’une telle rencontre n’aurait pu être vouée au succès si elle n’avait répondu à un besoin pressant de renouveau et aux vœux conjugués des classes gouvernantes de cette Egypte royale et d’un grand nombre d’intellectuels et musiciens de ce pays.

2Malgré l’importance historique de l’évènement ayant marqué les esprits d’une empreinte quasi légendaire et dont tous les spécialistes de musique extra-européenne ont reçu les échos, ses perspectives n’ont jamais été clairement entrevues et ses véritables acquis restent à définir.

3D’après les documents qui nous sont parvenus, le Congrès s’était fixé divers objectifs qui tiennent en deux points essentiels :

  • Fixer les lois de la musique arabe longtemps soumise à la tradition orale et l’organiser sur des bases scientifiques
  • Faire évoluer cette musique en s’inspirant des concepts européens tant sur le plan scientifique que technique.

4En fait, les règles de la musique arabe, malgré sa transmission orale et bien que les documents du Congrès ne fassent aucune allusion aux systèmes antérieurs, avaient été déjà plusieurs fois systématisées et codifiées tout au long de l’histoire jusqu’à la période récente. En outre, la pensée que le Congrès du Caire ait pu regarder toutes ces tentatives de théorisation antérieures comme dénuées de valeur scientifique est sans fondement, d’autant qu’une grande partie des délibérations a tourné autour de la théorie de Mîkhâ’îl Mushâqa portant sur la division de l’échelle tonale arabe en 24 intervalles égaux, sans mention faite du nom de son auteur.

5Il semblerait qu’il faille rechercher le véritable motif et l’idée sous-jacente de cette rencontre dans le contexte historique de l’époque, marqué au plan musical par une tentative d’individualisation de la musique arabe par rapport à celle du monde ottoman à laquelle la lie une très ancienne parenté. Le sentiment qu’ont les arabes à l’époque du caractère limité de leur musique et de son inaptitude à exprimer les exigences naissantes de renouveau dans la société s’inscrit dans le processus de recherche effrénée d’une identité arabe au sein d’un monde émergeant à peine, lentement et difficilement, des décombres de l’empire ottoman. Exactement comme dans la république d’Atatürk, l’aspiration nationaliste arabe demandait, dans le domaine musical, un fondement scientifique solide et agréé par "les pays avancés", car "le développement de la musique, chez tous les peuples, va de pair avec les progrès de la civilisation" (ministre de l’Instruction publique, note au Conseil des Ministres, Recueil, 1934, 23). Le rêve d’unité panarabe qui supplantait le panislamisme ottoman impliquait le souhait que les recommandations et conclusions du Congrès puissent être appliquées rapidement à l’ensemble du monde arabe. L’Egypte, vouée à l’ouverture par sa position géographique et sa relative stabilité, était, comme nous le verrons, et sans que ceci eût besoin d’être discuté, naturellement désignée à représenter les arabes au Congrès et à y parler en leur nom.

6Dans la poursuite de cette quête identitaire, l’un des résultats les plus immédiats de ce Congrès aura été l’adoption du terme "musique arabe" en remplacement de celui de "musique orientale" qui désignait toujours dans certains esprits, indifféremment, toutes les musiques d’une vaste aire géographique confondue avec l’aire culturelle de l’Islam. En vérité, l’Egypte visait avant tout à profiter de l’expérience des grands spécialistes européens de musique arabe et extra-européenne afin que les Arabes s’en inspirent pour affronter les problèmes posés par leur musique.

7Les vingt-neuf personnalités invitées ont eu à étudier les problèmes pré-définis par le comité d’organisation du Congrès et touchant le développement de la musique arabe, son enseignement et son organisation sur des bases scientifiques. Le Recueil du Congrès mentionne la présence de trente-trois musiciens "réputés, habitant l’Egypte et particulièrement versés dans l’art musical" (Recueil, 1934, 27) adjoints aux premiers pour faire valoir leur opinion sur les questions techniques propres à la musique arabe. Au troisième rang, les exécutants. Le texte du Recueil indique que le comité avait accepté la participation de quarante-trois musiciens (chanteurs et instrumentistes) répartis en cinq formations venues d’Irak, de Syrie, de Tunisie, d’Algérie et du Maroc, outre un certain nombre d’ensembles égyptiens couvrant les domaines de la musique populaire, citadine et religieuse.

8 Celte distinction qui s’instaure dès la phase d’organisation du Congrès entre, d’un côté, musiciens praticiens, de l’autre, musiciens théoriciens ou doués d’un savoir théorique, reflète bien les conceptions de l’époque concernant la hiérarchie des rôles et des statuts. A cet égard, la critique formulée à l’encontre de la musique arabe en tant que "musique pratique" est l’un des points de départ de ce congrès réuni dans l’espoir de limiter cet aspect de la musique, en perpétuelle évolution, au profit d’une base théorique stable.

9La présence arabe au "premier Congrès" a été variable selon les pays représentés. La délégation syrienne, pourtant importante, n’a laissé dans les documents (écrits ou enregistrés) que peu de traces de sa participation au congrès. Cela tient, pour ce qui est de la musique enregistrée, à l’option prise par le comité d’organisation en faveur des musiques traditionnelles à l’exclusion de toutes les tendances novatrices. Or, il ressort de rapports publiés après la clôture du Congrès que la délégation syrienne était venue avec le projet de présenter des exemples de musique moderne non agréés par la Commission de l’Enregistrement. L’Irak, pour sa part, n’était représenté que par des musiciens praticiens, ainsi que les pays du Maghreb. Ces derniers, placés sous protectorat français, ont vu leur représentation scientifique intégrée à la délégation française et leur musique a pu ainsi faire l’objet d’un travail de documentation plus achevé que la musique irakienne. Egypte mise à part, et à l’exception peut-être du seul Wadî‘ Sabrâ, porte-parole du Liban, aucune délégation scientifique arabe n’a été représentée au Congrès. La seule forme de représentation arabe a reposé sur les ensembles syrien, irakien, marocain, algérien, tunisien et divers groupes égyptiens de musique populaire, soufie et citadine. Pour des raisons n’apparaissant pas dans les documents du Congrès, la Turquie fut invitée à participer, représentée en la personne d’un musicien et d’un musicologue tous deux d’importance.

10Sept commissions techniques ont été désignées et chargées, chacune selon sa spécialité, d’étudier, pendant une période de deux semaines, un aspect particulier de la musique arabe. Ces commissions sont les suivantes :

Commission des Modes, des Rythmes et de la Composition
Commission de l’Echelle musicale
- " des Instruments de Musique
- " de l’Enseignement musical
- " des Manuscrits et de l’Histoire
- " de l’Enregistrement
- " des Questions générales
  • La Commission des Modes, des Rythmes et de la Composition avait pour première fonction de répertorier les différents modes (maqâmât), rythmes et formes musicales du monde arabe, de les analyser et de les comparer à leurs équivalents égyptiens considérés comme base de référence fondamentale.
  • La Commission de l’Echelle modale avait pour fonction de rechercher les moyens adéquats de fixer les degrés de l’échelle arabe, d’étudier l’adoption de la gamme tempérée de 24 quarts de ton connue en Egypte à l’époque. Enfin elle devait simplifier le système complexe de dénomination arabe des degrés de l’échelle et opter pour un système de transcription.
  • La Commission des Instruments de Musique était chargée d’inventorier les instruments employés en Egypte et de trancher la question de l’adoption des instruments tempérés et autres instruments occidentaux alors répandus en Egypte.
  • La Commission de l’Enregistrement devait auditionner les différents ensembles pour désigner les morceaux d’un intérêt particulier et les enregistrer sur disque.
  • Enfin, la Commission des Manuscrits et de l’Histoire devait établir la liste de tous les ouvrages orientaux ou occidentaux traitant de musique arabe, encourager la publication en arabe d’une histoire de la musique arabe et préparer un rapport sur l’histoire de l’échelle modale et son évolution.

11Il est manifeste que la discussion de ces thèmes ne s’est pas toujours faite dans une unité de point de vue, à cause, en premier lieu, des différentes langues utilisées, mais du fait surtout qu’entre européens et arabes, les priorités, les intérêts scientifiques et les objectifs divergeaient. Plus encore, à l’intérieur d’un même groupe marqué par la pluralité de courants, de tendances et d’écoles, les clivages n’étaient pas moins évidents. Les problèmes des modes, de fixation de l’échelle modale et d’adoption de l’échelle tempérée ont mobilisé une grande part des énergies. Sur ce sujet précis, sont apparus des arrêts contradictoires et des tendances variées. Toutefois, la ligne d’action de la Commission a consisté à omettre tout ce qui avait son équivalent en Egypte et à se contenter d’allusions sommaires aux multiples différences.

12On constate que les attributions de la Commission des Instruments se limitaient à trancher la question de l’utilisation des instruments européens tempérés et que n’entraient dans le domaine de ses préoccupations ni l’étude des instruments arabes, ni leur inventaire, ni même l’intérêt pour ceux apportés par les orchestres arabes invités. Quant aux travaux de la Commission de l’Enregistrement, considérés dans l’optique contemporaine comme d’une haute importance, ils n’étaient pas, du point de vue de certains musicologues arabes et turcs participants, "nécessaires pour fonder les bases organisationnelles de la musique arabe". De l’avis d’un certain nombre d’entre eux, une préoccupation excessive de l’enregistrement, particulièrement pour la musique populaire, n’était pas digne d’un Congrès nullement convoqué pour l’étude de celle-ci (Ra’ûf Yaktâ Bey, 1934, 79).

13La pluralité de tendances et de conceptions des membres présents, le degré de complexité des sujets à l’ordre du jour, nous renvoient une image caractéristique de l’époque.

14La participation européenne a réuni un ensemble de courants, d’individus d’importance et de spécialités différentes. Le plus éminent de ces courants était représenté par l’école de Berlin qui, de par son prestige, a influencé plusieurs générations d’ethno-musicologues à travers le monde. On connait son attachement à la science sociale la plus en vue de l’époque, la psychologie, et, à travers elle, sa méthode de comparaison des musiques des peuples extra-européens selon les déterminants psychologiques contenus dans leurs éléments constitutifs. Les chercheurs de cette école ont travaillé à partir de données concrètes comme les enregistrements ou les instruments de musique. Parmi les plus éminents d’entre eux, ont participé au Congrès : Erich von Hombostcl, son élève Robert Lachmann (responsable de la Commission de l’Enregistrement), Curt Sachs, le plus grand spécialiste d’organologie de son temps, responsable de la Commission des Instruments de Musique et enfin Egon Wellesz, de la même école.

15Le deuxième courant représenté au Congrès est celui de l’orientalisme, composé de chercheurs arabisants préoccupés d’érudition et d’histoire musicale. Citons parmi les plus fameux : le Père Collangettes, représentant officiel – et unique – de la Syrie sous mandat, Henry George Farmer dont les travaux sur la musique arabe tenaient lieu de référence essentielle, responsable de la Commission des Manuscrits et de l’Histoire. Quant au baron Carra de Vaux et à Alexis Chottin, ils étaient les seuls connaisseurs de musique arabe au sein de la délégation française composée de hauts fonctionnaires, de professeurs, d’un directeur d’institut de musique, d’un critique et du responsable du Musée Guimet à Paris. Enfin, le baron d’Erlanger, absent pour raisons de santé, avait eu un rôle essentiel dans l’organisation du Congrès auquel il apporta une importante collaboration scientifique.

16Le troisième courant était représenté par l’école d’Europe centrale connue pour ses tendances nationalistes et folkloristes, en la personne de Bêla Bartok. Celui-ci, outre sa réputation de grand compositeur, était aussi connu pour ses recherches et ses collectes de musiques populaires menées dans une optique comparatiste visant à affirmer la possibilité de dégager des traits communs universels. Il ressort clairement des travaux imprimés du Congrès que, en dépit du rôle de Bartok dans les choix de la Commission de l’Enregistrement, la contribution et l’influence de cette école se sont avérées finalement fort limitées. Enfin, il faut citer la participation de certains musiciens et compositeurs tels le Tchèque Aloïs Haba, connu pour ses penchants vers la microtonalité ou l’Allemand Paul Hindemith, intégré par hasard à la délégation allemande et à simple litre d’observateur.

17Quant à la représentation arabe, elle s’est limitée à la présence de musiciens rompus à la théorie et à la pratique musicales, vivant en Egypte et incluant à l’époque un certain nombre de syriens, tels les grands violonistes Sâmî al-Shawwâ et Tawfîq Sabbâgh, ‘Alî Darwîsh, connu pour sa science des muwashshahât, ses enregistrements musicaux et sa collaboration avec le baron d’Erlanger en Tunisie. De même, il faut citer la participation de Darwîsh al-Harîrî, de Safar ‘Alî, de Kâmel al-Khula‘î, auteur de l’ouvrage Kitâb al-mûsîqâ al-sharqî paru au début de ce siècle, de Mahmûd ’Ahmad al-Hifnî, premier égyptien à avoir étudié la musicologie en Europe, enfin d’un groupe de facteurs de piano partisans de l’adoption du système tempéré comme Mansûr ‘Awad et autres.

18Nous constatons ainsi que la représentation scientifique arabe rassemblait un certain nombre de musiciens compétents, théoriciens, écrivains, chercheurs, facteurs de pianos, professeurs et directeurs d’instituts, flanqués de quelques amateurs. On ne peut pas parler ici d’"écoles" au vrai sens du terme mais plutôt d’"orientations" – différentes des "tendances" européennes – et ne partant pas tant de la musique elle-même, en tant qu’objet d’étude, que du souci d’instituer un système théorique solide pour la musique arabe reposant sur un certain nombre de postulats pré-établis. Les membres arabes participants se sont retrouvés, tous points de vue confondus, autour de l’importance de la fixation des degrés de l’échelle arabe, sujet fondamental pour eux, tandis que leurs appréciations oscillaient entre une tentative de persuasion et le refus d’adopter le système de 24 quarts de ton tempérés. On peut mesurer la diversité de vues des membres arabes à l’aune de leur désir d’innovation inspirée de l’Occident.

19Après l’échec des expériences réalisées par la commission de l’échelle musicale, une fois la complexité du problème mise à jour, liée à la subjectivité de l’oreille, différente d’un musicien à l’autre, à défaut d’une entente sur la question de l’adoption du système de 24 quarts de ton tempérés, le Congrès décida de suspendre ces questions vitales, en attendant la fondation d’une académie arabe de musique ayant à connaître de ces questions et œuvrant à leur solution.

Documents issus des travaux du Congrès

201- Un Recueil volumineux de plus de 700 pages, publié au Caire par "al-matba‘a al-’amîriyya bi-bûlâq", d’abord en arabe en 1933, dont les mêmes éditions donneront l’année suivante une version arabe abrégée de 163 pages et une version française intégrale (711 pages, 72 planches). Ce recueil contient les détails des travaux du Congrès depuis le début de sa préparation, les comptes-rendus de séances et rapports des commissions, une sélection d’interventions, d’exposés et de débats, enfin plusieurs inventaires de modes et de rythmes. En revanche l’ouvrage ne contient pas la totalité des recherches et rapports présentés au Congrès.

212- Un ensemble de pièces musicales enregistrées après sélection par la Commission de l’Enregistrement et constituant un ensemble de 174 disques 78 tours/25 et 30 cm, soit au total 335 faces, ce chiffre n’incluant pas les matrices en cire originelles cassées durant leur expédition en Angleterre pour être gravées dans les studios de la Cie Gramophone alors représentée au Caire. Ces enregistrements sont connus actuellement en deux versions : l’une diffusée dans les pays arabes et présentée en arabe par un speaker, l’autre, connue dans les collections occidentales et non présentée, à l’exception des rythmes.

223- Le Recueil du Congrès fait état d’un ensemble de fiches demeurées introuvables à ce jour. Selon l’ouvrage précité, ces dernières renfermeraient des informations détaillées sur chaque orchestre, des descriptions des instruments de musique les composant, enrichies de photographies et de détails sur la technique de jeu desdits instruments, sur les modes, les rythmes et le style d’interprétation. Allusion est faite également à l’existence de rapports présentés par les participants et non inclus intégralement dans le Recueil. On doit supposer enfin l’existence de dossiers administratifs sur les invitations des délégations et la proposition faite à la Compagnie anglaise Gramophone d’effectuer les enregistrements. Si ces documents existent encore, ils devraient selon toute vraisemblance se trouver à la bibliothèque de l’Institut de Musique orientale où s’est tenu le Congrès. Cette bibliothèque a été rattachée depuis quelques années au ministère de la Culture et mise sous scellés en vue de son transfert. Il est certain qu’en se réintéressant à ces documents le ministère de la Culture égyptien contribuerait pour beaucoup à l’éclaircissement de certains aspects demeurés obscurs de l’histoire de la musique arabe et sur lesquels les chercheurs s’efforcent de lever le voile.

23Les documents sonores du Congrès restèrent d’une diffusion fort limitée et ne furent envoyés que sur demande aux membres participants et à un petit nombre d’amateurs éclairés et de fondations diverses. Bien que ceux-ci ne fussent pas originellement gravés à des fins de diffusion commerciale, Bêla Bartok avait suggéré de réserver une partie des disques à la vente afin de faire connaître les travaux du Congrès à un plus large public. Mais les musiciens eux-mêmes refusèrent cette proposition et n’acceptèrent de participer aux enregistrements qu’à la condition qu’ils ne soient pas vendus. Ainsi, nombre de musiciens arabes n’en eurent connaissance concrètement que plus de deux décennies après leur parution, ce qui eut pour effet d’en accuser le caractère d’étrangeté. Lorsque ces disques ou partie d’entre eux parvinrent au monde arabe, en quantité réduite et sous une forme fragmentaire, ils furent repiqués parfois plusieurs fois et partiellement. De la totalité des pièces enregistrées, le public arabe n’a eu connaissance que de la partie propre à sa région. Le Recueil dresse la liste de ces enregistrements en nous livrant sur la pièce enregistrée des informations fort rudimentaires se résumant au nom de l’interprète, aux premiers mots du vers liminaire, le tout transcrit dans la version française du Recueil dans une translittération approximative.

24Par le fait que les documents publiés sont toujours transmis et utilisés comme référence fondamentale, ils sont tenus pour irréprochables alors que la faiblesse documentaire de la matière sonore enregistrée, la multiplicité des fautes et lacunes présentes dans le Recueil obligent à un réexamen complet à la lumière des exigences actuelles de la recherche musicologique.

25Cependant, les critiques que l’on peut faire aujourd’hui, plus d’un demi-siècle après la tenue du Congrès, n’enlèvent rien à son caractère unique et emblématique dans l’histoire de la musicologie arabe. Il suffit à ce dernier d’avoir œuvré au premier chef à la création d’une conscience universelle de l’existence d’une musique arabe reconnue et nommée comme telle. Cette affirmation, malgré son caractère globalisant, était cependant nécessaire à l’époque. Aujourd’hui, il nous faut tendre à l’affirmation d’une autre réalité qui fait la richesse de la musique arabe et qui lui est propre : la diversité du fait musical dans le monde arabe. En d’autres termes, l’étude de cette musique à travers la recherche de ses particularités locales doit être le but des étapes futures.

26Contrairement à ce que l’on dit, le Congrès de 1932 n’est pas responsable des grands changements intervenus dans la musique arabe, d’abord en Egypte, puis dans le reste du monde arabe depuis un demi-siècle. La musique égyptienne avait déjà fait ses choix fondamentaux et a continué ensuite sur sa lancée. Les avis et recommandations des savants invités à se prononcer sur son orientation n’on été en aucun cas déterminants. Plus encore, ils n’ont pas été la plupart du temps pris en considération. Le puissant courant novateur est venu de l’intérieur et des responsables de la musique en Egypte.

27Nous espérons enfin par cette rencontre, 58 ans après la tenue du plus important congrès de musique arabe jamais réuni, resituer les matériaux et données du Congrès historique à leur véritable place après avoir tenté de lever l’obscurité qui, faute d’études suffisantes, pèse encore sur cet héritage. Peut-être parviendrons-nous, à travers les remises en contexte et analyses présentées ici, à tirer les conclusions qui s’imposent et à redéfinir la véritable portée historique de ce Congrès.

28Il me reste à remercier tous les participants à ce colloque d’avoir bien voulu répondre à l’invitation qui leur a été faite de s’associer à ses travaux, tant ceux qui ont supporté la fatigue du voyage que ceux qui ont délaissé leurs engagements pour être présents ici parmi nous. Nous regrettons l’absence de Yürgen Elsner et de Philippe Schyller, tous deux ayant décliné l’invitation avant la tenue de ce colloque pour raisons de santé, de Samha al-Khûlî qui s’est excusée de n’avoir pu envoyer sa communication pour des raisons identiques, assurant les membres de ce séminaire de ses sincères salutations et de ses vœux de succès.

29De la même manière, nous déplorons le caractère réduit de la présence égyptienne en ces lieux, Ratîba al-Hifnî s’étant excusée de ne pouvoir participer en raison de ses occupations et responsabilités. Nous aurions souhaité une plus grande présence de l’Egypte, eu égard notamment au rôle joué par Mahmûd ’Ahmad al-Hifnî au Congrès de 1932. Nous regrettons également l’absence de Linda Fathallah qui a délégué une remplaçante, de ‘Awâtef ‘Abd al-Karîm qui, retenue par les examens de fin d’année, s’est excusée de ne pouvoir prononcer sa communication, enfin de ‘Aïsha Sabrî et ’Izîs Fathallah.

30J’exprime ma gratitude au ministère égyptien de la Culture, à M. Fârûq Hosnî, ministre de la Culture, qui a bien voulu patronner cette rencontre et assurer les moyens de son succès. Mention particulière doit être faite à l’endroit de Târeq ‘Alî Hasan, conseiller pour la musique auprès du ministre de la Culture, qui a pris grand intérêt à l’idée de cette rencontre et a fait tout son possible pour aplanir les difficultés inhérentes à ce type de manifestation.

31Mes remerciements à Fawzî Fahmî ’Ahmad, doyen de l’Académie des Beaux-Arts, pour l’aide apportée à la réalisation de ce colloque. De même, j’aimerais remercier l’Office public de la Culture pour la soirée théâtrale offerte à notre délégation ainsi que le metteur en scène, Abd al-Rahmân al-Shafî‘î, pour la soirée de tradition et de chant populaires dont il nous a honorés.

32A tous ceux-ci nous sommes redevables de notre présence ici, au Qasr al-Ghurî, lieu chargé d’une histoire dont le souvenir reste dans nos esprits.

33Je dois une reconnaissance toute particulière à l’initiateur de ce colloque, Jean-Claude Vatin, directeur du Centre d’Etudes et de Documentation Economique, Juridique et Sociale (CEDEJ), qui a assuré toutes les conditions nécessaires à sa réalisation. Sans son initiative, son appui constant et ses efforts pour réduire tous les obstacles, nous ne serions pas ici aujourd’hui. Je tiens donc, en mon nom propre et au nom de mes collègues musicologues, à le remercier d’avoir accordé à la recherche en musique arabe cette occasion unique et sans doute difficilement renouvelable.

34Toute ma gratitude aussi à Anne Kazazian qui a assumé le rôle le plus difficile d’organisation des contacts avec nos hôtes égyptiens et avec les autorités officielles concernant la question du lieu et l’impression du programme. C’est grâce à son dévouement que nous nous retrouvons en cet endroit.

35Je remercie l’Institut Français d’Archéologie Orientale (IFAO) pour l’hospitalité qu’il a bien voulu accorder à notre délégation, ainsi que tous ceux qui nous ont apporté leur aide, soit dans l’organisation des séances au Qasr al-Ghûrî, dans l’impression du programme ou encore, ceux qui resteront avec nous pendant ces quatre jours.

36J’exprime aussi ma reconnaisance au département d’Ethnomusicologie du Musée Guimet, à Paris, où est conservée une copie des enregistrements du Congrès du Caire, et plus particulièrement à Mireille Helffer, responsable du département, qui a mis à ma disposition une copie complète de ces enregistrements à partir de laquelle ont été jetées les bases de ce colloque.

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search