Version classiqueVersion mobile

Musique arabe

 | 
Philippe Vigreux

Les documents du premier Congrès sur la musique arabe, Le Caire, 1932

Approche politologique d’un Congrès

Jean-Claude Vatin

Texte intégral

À la mémoire de Loïs Ibsen al-Fârûqî

Sciences sociales et domaine musical

1On peut se demander pourquoi un centre d’études et de documentation économique, juridique et sociale s’intéresse à un congrès de musique tenu au Caire en l’an 1932.

2Les raisons en sont claires, doublement. En premier lieu, si la musique ne relève pas du domaine ordinaire du CEDEJ il n’y a aucune raison de l’en exclure. Mieux, parce qu’elle lui est restée étrangère ou presque jusqu’à une période récente, nous avons tout à gagner à l’aborder désormais. Il y va de la santé scientifique d’un organisme et d’une équipe que d’avoir à être confronté avec un univers, des objets, méthodes et techniques inhabituels. D’ailleurs, la présence au Caire de Jean-François Belleface, trois années durant, avait permis à chacun de prendre la dimension d’un champ de disciplines (musicographie, musicologie, ethnomusicologie…), de pratiques analytiques variées, et d’établir des connexions, des affinités et passerelles avec les siennes propres.

3En second lieu, étudier un phénomène particulier comme le 1er congrès mondial de musique arabe, c’est se livrer à l’analyse d’une manifestation culturelle particulièrement révélatrice du point de vue historique. Je dis bien historique et non ethnomusicologique. Parce que l’ethnomusicologie s’est longtemps présentée comme la science des musiques dites traditionnelles, sans écriture ou transcription (pour jouer sur les mots on pourrait préciser "sans portée") transmises oralement, c’est-à-dire d’instrument à oreille. Nous pensons, immédiatement, aux fonctions du langage musical, à la situation réservée aux musiciens dans des sociétés "tribales", à toute une série d’instruments et engins comportant les uns des cordes montées, une caisse de résonance, à la gamme hautement diversifiée des flûtes, aux orgues à bouche, aux gongs, aux tambours, et à ces cordophones, membranophones, aérophones et idiophones que les musées ethnographiques ou des arts et traditions populaires ont pris la peine de rassembler et exhibent en tentant de mêler pédagogie et esthétique. Nous pensons aussi aux chants, donc aux voix, aux rythmes donc aux danses, partant aux individus.

4A nous s’impose une perspective, celle du rapport entre l’homme et la musique qu’il produit, des instruments qu’il utilise, de la place qu’il accorde aux sons composés dans sa vie et dans ses rapports aux autres.

5Nous évoquons les constitutions d’archives phonographiques, sitôt lancées les machines à cylindres, auprès des Indiens d’Amérique (comme la pratiqua Walter Fewkes) et auprès de nombreuses ethnies à travers le monde. Nous pensons à Carl Stumpf à Berlin et à Frantz Boas aux Etats-Unis.

6Pour faire simple, je dirai que l’ethnomusicologie c’est la recension à dominante occidentale par les savants des pays industrialisés des musiques, instruments et peuples différents de ceux qui n’en sont point arrivés là. Il suffit d’ouvrir les extraordinaires volumes de la Description de l’Egypte aux pages consacrées aux instruments, à un ouvrage de Villoteau, pour percevoir le regard, donc l’attitude de celui qui rend compte des instruments en usage dans l’Egypte de la fin du XVIIIème siècle.

7L’ethnomusicologie, ce fut d’abord la description des musiques "autres", soit différentes parce que populaires ou traditionnelles, soit dépassées parce que anciennes, données comme autres et non comme éléments de la musique universelle.

8Faut-il ajouter que le distinguo entre musiques traditionnelles et musiques anciennes s’est reproduit dans la différenciation entre musiques ethniques et musiques savantes ? Puis entre musiques populaires et aristocratiques, le mawwâl étant opposé au dawr au sein d’une même société ou communauté. Les premières seraient plus lourdes de symboles, de mythes, de rites liés au magique, au religieux, aux sentiments et les secondes plus marquées par l’esthétisme, le profane, la raison, une logique de composition, des modes de reproduction systématiques et plus liées aux systèmes et hiérarchies sociaux, plus orientées vers les loisirs. Les polémiques autour de ces deux "genres", à propos de la notion de structure diachronique du champ culturel, où l’hétérodoxie le dispute sans cesse à l’orthodoxie – ce qui se retrouve dans d’autres champs ou espaces, religieux, politique... – n’ont cessé d’exciter Orient et Occident.

9Certes, nous n’en sommes plus à ces dichotomies. La variété des musiques dénommées ethniques a été reconnue et l’on a crédité la musique "sauvage" de complexités et systèmes presque aussi élaborés que ceux révélés dans la pensée qualifiée de même par un Claude Lévi-Strauss. Et nous avons lu les problèmes d’ethnomusicologie de Constantin Brailoïu autour d’enregistrements effectués en Roumanie dans l’entre-deux-guerres, The Anthropology of Music de Merriam (1919). Nous connaissons mieux les rapports entre la musique et la transe grâce à G. Rouget, entre autres ouvrages qui ont donné à l’ethnomusicologie une nouvelle dimension. Nos oreilles se sont faites aux mélanges des genres et aux emprunts réciproques.

10Je ne pense pas, toutefois, que la question qui se pose à nous est de mettre simplement en relation un type de musique, savante ou non, de transmission réputée orale, plus précisément la musique arabe, avec un type de société. Je ne crois pas, non plus, que nous devons aborder le Congrès du Caire de 1932 sous l’angle de l’exotisme seul ou de la technique ou de la composition.

11Ce Congrès ne doit pas être considéré comme un rassemblement éphémère de musiciens chargés d’exhumer ou de revivifier une tradition, de faire le tour de modes et de genres, de donner un aperçu des musiques "arabes", ou "orientales" du domaine arabo-irano-turc, à la manière dont les expositions universelles de l’époque coloniale tendaient à montrer l’Orient, depuis l’Occident, bien qu’il ait cet aspect là aussi dont il va être question plus loin.

12Prenons plutôt la rencontre comme un moment historiquement situé, à reconstituer, comme une occasion de développer les théories et de dresser le bilan de techniques, toutes musicales, mais aussi de situer une manifestation artistique dans un contexte plus large.

13L’entre-deux-guerres est l’époque des recensions, des collationnements. Bartok, qui fait partie du Congrès tout comme Hindemilh, a collecté, dès avant 1914, des airs en Hongrie ; Kodaly fera de même à sa suite. En Indonésie, en Amérique, en Europe orientale, en Europe occidentale, on enregistre. La Library of Congress, les musées ethnographiques entament leurs collections phonographiques. L’heure est aux bilans, aux répertoires, aux enregistrements. Le Congrès du Caire se situe bien dans cette ligne-là, celle des traditions (arabes en l’occurrence) rassemblées, pour une présentation aussi complète que possible. Il s’agit bien, d’abord, de participer à l’opération consistant à dresser un "état des forces et formes musicales" à un instant précis.

14Mais le Congrès est d’abord, pour nous, aujourd’hui, l’histoire retracée de ses mobiles avant que d’être celle de ses moyens, de ses modes d’expression et de ses suites ou conséquences. Il permet aussi de tenter de répondre aux questions : qui rassemble, fait entendre qui et quoi (quels musiciens, quelles musiques) dans quels buts mêlés ou concurrents ? Quels rythmes, modes, temps, codes, ont été mis en œuvre ? Quels genres ont été représentés ? Quels instruments ont été mis en relief ? Quelles régions ont été invitées à s’exprimer ? Quelles langues a-t-on entendu, par l’intermédiaire de quels chanteurs ? Et ce bilan dressé, quels arts et périodes, lieux et genres se sont trouvés honorés par rapport aux autres ? Les formes populaires ont elles primé sur les formes savantes et l’art de Bagdad, de Mossoul, de Damas et d’Alep, s’est-il imposé à celui marqué encore au début du XIXème siècle par Istanbul ? L’oreille perçoit-elle déjà, en 1932, les prodromes d’un renouveau de la tradition abbasside du ‘ud, illustrée peu après par Chérif Muhieddin ?

15Les réformes théoriques et pratiques percent-elles ? Ou reste-t-on dans le classicisme le plus pur et/ou le conformisme le plus étroit en matière instrumentale comme vocale ? Autrement dit, est-on en présence d’une entreprise de commémoration pure et simple avec retour à un âge d’or un peu mythique ? Ou d’un projet impliquant une ouverture, un aggiornamento culturel, vers d’autres formes mais aussi en direction des musiques européennes ? Et pour poser une question indirecte mais précise, les nationalismes arabes sont-ils déjà perceptibles dans les musiques entendues dans ce congrès très officiel ?

16Propos déplacé ? Je n’en suis pas si sûr. L’Empire Ottoman s’est effondré. Il n’y a plus d’hégémonie idéologique politique et religieuse, d’imam ni de calife à Istanbul. Les renaissances littéraires, artistiques qu’accompagnent les mouvements nationaux et les changements sociaux dans le monde arabe sont bien cousines des renouvellements musicaux. Et le Caire est bien au centre de tout ceci, qui se charge de repenser les genres classiques comme le folklore et de s’ouvrir sur le contemporain ne serait-ce que par le biais du cinéma, du théâtre... Le Congrès de 1932 n’est-il pas le signe d’une suprématie désormais égyptienne et pas seulement classique sur l’univers musical arabe, qui transite déjà par le disque, la radio, le film ? Voit-on se profiler les héritiers de rénovateurs tel Sayyid Darwich (mort en 1923), poindre le règne de grands chanteurs tels Umm Kulthum, ou Muhammad Abd al-Wahab capables de s’imposer bien au delà de leurs frontières ? Et quelle est la réaction de l’étranger, des autres pays arabes mais aussi des Occidentaux à ces phénomènes ?

17Je ne pense pas que nous puissions répondre à toutes ces interrogations. Le peu que nous éclaircirons, en spécialistes, aidera à la compréhension d’évolutions, par exemple, de changements, de retours "progressistes" aux sources mais aussi de traditionalisations fermées, facilitera l’interprétation des courants, tendances, choix, permettra de relier ce qui est advenu dans le champ musical à d’autres champs, d’autres modes d’expression. Cette étude des causes, des modalités et des effets d’une rencontre pourra servir de complément à une autre opération, à savoir la reproduction sonore de l’intégralité des enregistrements effectués lors du congrès de 1932, dont l’Institut du Monde Arabe de Paris nous a donné récemment une idée à travers une sélection de son cru tenant en deux disques CD. Le reste est à redécouvrir.

Symphonie coloniale et variations nationales

18Le Congrès de mars 1932 ne peut être traité du seul point de vue technique. Il se déroule en un lieu et dans un milieu à un moment précis et tout ceci fait sens.

19Ce qui frappe, tout de suite, c’est de constater qui est là, qui sont les invités ou plutôt ceux chargés d’apporter aux experts la confirmation sonore de leurs dires, de fournir des démonstrations musicales. Or, en matière d’orchestres, ce sont des "colonisés", des formations "sous dépendance". Les Egyptiens, Irakiens, Syriens, Algériens, Marocains, qui donnent les concerts, "accompagnent" la rencontre académique (les sept "commissions techniques des experts"), sont tous encore marqués par l’Occident, la domination européenne, française et anglaise surtout, depuis la fin de la première guerre mondiale. Tout se passe comme si la quarantaine de musiciens et chanteurs n’était là que sur convocation du condominium franco-britannique sur la région. Comme si la musique arabe ne servait qu’au triomphe des conquérants. Et les doctes savants disputant des systèmes de transcription, échelles, instruments, enregistrements, etc., font un peu figure de maîtres d’école coloniale venus faire la leçon aux petits élèves indigènes. La musique arabe, comme l’Islam, est donc colonisée, et cela le congrès le dit bien, avec des nuances entre domaines, Maghreb ici, Machreq là.

20• Le Maghreb. Le record en ce domaine est sans doute battu par la France, qui vient présenter les musiques du Maghreb, avec auditions et récitals à l’appui, comme si c’étaient des variantes régionales de sa propre culture ou, au moins, d’une culture assimilée et retranscrite par elle. Les instrumentistes font partie des bagages accompagnés et constituent la chambre d’écho exotique ou de divertissement justificatif, aux dires des musicologues parisiens venus expliquer doctement aux Arabes orientaux ce qu’est la musique arabe ou orientale. La Kabylie, le Moyen-Atlas, c’est un peu comme la Lozère ou les Basses-Alpes puisque les lieux, gens et cultures ont été appropriés de façon jacobine. Mais en même temps ce ne peut être cela parce que, protectorat ou non, extension métropolitaine outre-Méditerranée ou non, il ne saurait être question d’attribuer aux sociétés indigènes, à leurs arts et traditions, le même statut que celui dont ils et elles jouissent dans le cadre français.

21Or le Maghreb de 1930 n’est guère une aire totalement maîtrisée où règne un calme absolu, comme le laisserait volontiers entendre le discours officiel français de l’époque. En Algérie, les fêtes du centenaire de l’occupation sentent le XIXème siècle et un colonialisme de grand-papa qui rêve de se prolonger plutôt que l’affirmation dans le XXème. "Une colonisation individualiste et autoritaire" (Charles-André Julien) triomphe sans modestie par une assemblée, les Délégations financières, interposée. Sans se préoccuper des besoins et mécontentements d’une population algérienne en pleine expansion démographique et condamnée aux miettes, à la marginalité ou à l’utopie. Sans percevoir ce qu’un ouvrage comme Le jeune algérien d’un certain Ferhat Abbas, publié en 1931, pouvait avoir de révélateur des contradictions propres au système colonial et de potentiellement mobilisateur pour l’élite "indigène". Sans entendre, dans la voix des quelques lettrés arabisants réformistes, autre chose que la rancœur désaccordée, de "vieux turbans". Sans percevoir l’ampleur que pourraient prendre un jour les slogans séparatistes lancés par un Messali Hadj et ses confrères de l’Etoile nord africaine, dissoute officiellement en 1929 mais prête à renaître dans la légalité sous une appellation à peine différente. Sans chercher à assumer leur part dans l’amortissement de la crise économique mondiale autrement qu’en obtenant toujours plus de l’Etat français...

22Au Maroc et en Tunisie, les protectorats ont laissé subsister des pouvoirs autochtones d’essence théocratique mais les vrais gouvernants sont les proconsuls français pratiquant l’administration directe de fait sous une co-souveraineté de droit, et favorisant les empiétements de la colonisation sur les terres indigènes et du système juridique français sur les droits locaux, le tout au nom du progrès social et du développement économique.

23Dans le Maroc de la décennie 1920-1930, on a pu noter les signes avant-coureurs de frustrations et révoltes. La "guerre du Rif" était-elle bien la dernière manifestation d’une ère de rébellion rurale, désormais révolue, ou l’annonce d’un nouveau nationalisme ? Et la sanction d’une politique berbère, plutôt larvée jusque là, par le dahir du 16 mai 1930, enlevant au sultan une partie de ses prérogatives en matière juridictionnelle et excluant la communauté berbère de sa souveraineté, n’aboutit-elle pas à l’opposé de ce que ladite politique prétendait atteindre, en mobilisant les Jeunes Marocains dans une campagne anti-française ? En 1932 justement, est créée la revue Maghreb, où la contestation de la politique coloniale s’exprime ouvertement.

24En Tunisie, le parti Jeune Tunisien avait réclamé dès après la première guerre mondiale une constitution (destour). Et de ce moment à l’émeute de Monastir, en 1933, mouvements syndicaux et revendications politiques n’ont cessé de s’en prendre aux pouvoirs et méthodes français. Avec, comme point d’orgue, ce congrès eucharistique de Carthage de mai 1930, provocation inutile, qui apparaît comme une nouvelle "croisade", et vient s’ajouter aux conversions annoncées par Lavigerie (dont une statue est érigée en plein Tunis), aux inaugurations d’églises en d’autres lieux (telle celle de Sainte-Thérèse de l’Enfant Jésus à Khemisset au Maroc en 1932), aux subventions officielles aux communautés et écoles chrétiennes, de Rabat à Tunis.

25Le "faux apogée" décrit par Jacques Berque (Le Maghreb entre deux guerres), c’est en fait le début de la remise en cause des empires. Au contact de l’Occident et sous l’effet de ses démembrements, la société coloniale se transforme ; de paysanne elle devient urbaine. Une intelligentsia prend la parole et retourne la terminologie et l’idéologie françaises contre ses acteurs et diffuseurs principaux. Colons et administrateurs du côté français, traditionalistes et modernistes, mais aussi islamisants et nationalistes du côté maghrébin s’affrontent ou s’allient, recomposant la sphère politique au gré des situations et créant autant de facteurs d’inquiétude. Le bel ordre colonial se lézarde. Pas étonnant, dans ces conditions, que la puissance coloniale se préoccupe de redynamiser et de glorifier les cultures anciennes, "arts indigènes", traditions musulmanes", us et coutumes, rites et rythmes. Venir exhiber une musique qui est "l’essence" même ou "l’âme" des peuples dont on dit avoir la charge cela participe autant de la parade destinée aux étrangers que de la représentation à usage interne, aux Maghrébins eux-mêmes. Ne serait-ce que pour tenter de les renvoyer à leurs cultures, au moment où ils commencent à regarder ailleurs et alors que les dites cultures ont été en grande partie discréditées.

26• Le Moyen-Orient. Au Moyen et Proche-Orient, les conditions sont certes différentes, mais pas au point d’y voir un absolu contraste avec l’ouest du monde arabe. Il n’y a pas de monopole politique exercé par une seule puissance mais une répartition/compétition franco-anglaise sur la région et l’on ne va pas tarder à voir poindre les poussées allemandes et italiennes.

27Damas et Bagdad, exemples prestigieux des capitales culturelles et politiques de la civilisation musulmane à son zénith ne sont plus que de grosses sous-préfectures selon les canons nord-méditerranéens. Les puissances européennes y ont pénétré en coin ; en s’alliant au besoin avec des minorités musulmanes et en mêlant avec plus ou moins de bonheur commerce et politique, argent et pouvoir.

28A entendre les "maîtres de l’heure", anglais et français, la zone ne constitue pas un ensemble ethnique homogène. Toutefois ils lui reconnaissent une unité culturelle – en dépit des influences turques (Proche Orient) et persanes (Golfe) –, à travers la religion musulmane et la langue arabe. Ils cherchent d’autant mieux à jouer des différents niveaux, concurrents, de solidarité, islamique (avec ses sous-appartenances : sunnite, chiite, wahabite…), arabe, national, tribal, pour asseoir puis maintenir leur hégémonie. En se jouant, au passage, quelques coups fourrés : les Britanniques laissant Fayçal occuper Damas en dépit des accords secrets passés avec les Français et avant d’appuyer la création d’un royaume d’Arabie Saoudite, en 1926.

29L’Irak, sous mandat anglais, a vite regimbé et ne s’est pas satisfait des modifications apportées en 1927 au traité de 1922. La politique coloniale, à ce stade, s’est faite empirique et roublarde. Elle libère pour mieux conserver, sur le modèle égyptien, en matière de politique étrangère et de défense. Le 30 juin 1930 un nouveau traité annonce la fin du mandat, formellement atteinte deux années plus tard, l’année même de la rencontre musicale du Caire.

30En mars 1932, la délégation irakienne est donc toute auréolée de la gloire de représenter le premier mandat (de type A) à avoir pratiquement acquis son indépendance ; même si la décision de la commission des mandats de la SDN n’intervient qu’en octobre. Ce qui ne signifie pas que la situation politique à Bagdad soit des plus nettes, puisque pro et anti-anglais, factions sunnites, grandes familles contrôlant l’économie, courants nationalistes, continuent à s’opposer. Mais, du point de vue du droit, l’Irak est quasi libre. La musique que le nouvel Etat donne à entendre, laisse-t-elle percevoir cette réussite-là ?

31En Syrie, le rêve du grand royaume arabe de Damas, avec Fayçal à sa tête, a vécu. Le soulèvement des années 1925-27 n’a abouti qu’à une répression militaire brutale de la part de la France et au fractionnement politique du territoire en trois Etats. La "nouvelle" Syrie a une existence légale mais sous mandat français. Elle vit donc sous le régime autoritaire d’un Haut-Commissaire plus préoccupé de suivre les ordres venus de Paris ou d’y suppléer de son propre chef que d’entendre les revendications locales. Celles-ci aboutissent tout de même à des élections constituantes obtenues en 1928, donc avec une constitution à la clé. Mais, le Bloc national et son aile indépendantiste représentant une menace trop précise, la constitution est suspendue et l’assemblée dissoute. Les élections qui suivirent, fin 1937, produisirent une majorité plus conforme aux désirs de la puissance mandataire. Pas assez toutefois, puisque la chambre fut presque aussitôt suspendue à nouveau. Un traité franco-syrien était dans l’air, à l’image de celui signé à Bagdad et auquel poussait la SDN... qui prit quatre ans et que finalement le Parlement parisien se gardera bien de ratifier. Institutions et traité, ces "deux problèmes" sont dans "l’impasse" (André Raymond, Jacques Thobie).

32Au Liban, un régime constitutionnel bicaméral a pu être mis en place entre 1926 et 1929 avec des pondérations confessionnelles entre communautés, chrétiennes maronites et sunnites particulièrement – dans le cadre du statut mandataire. Mais, là encore, l’accord n’a pu s’établir longtemps. Et si de 1929 à 1932 un équilibre paraît atteint, les rapports entre nationaux et Français se détériorent et le Haut-Commissaire recourt à son tour à une formule qui a fait ses preuves : la suspension de la constitution.

33Avec l’Egypte, il faut bien y venir, nous sommes en présence d’un pays théoriquement souverain depuis la fin du protectorat britannique (21 février 1922). Mais les Anglais sont toujours là. Ils ont gardé le contrôle des secteurs clé. Et les capitulations demeurent, pour survivre jusqu’en 1937.

34Un sultan, qui a pris le titre de roi, Fû’ad, est en place depuis 1917. Il gouverne en s’appuyant sur un texte constitutionnel, à partir d’avril 1923, avec un parlement composé de deux chambres. Aux tendances autocratiques grandissantes du souverain tente de s’opposer (quand elle ne peut composer avec elles) une bourgeoisie composite de commerçants, de financiers, de propriétaires terriens, d’industriels, d’intellectuels, avide elle-même d’accéder aux commandes. Elle a eu en Saad Zaghlul un leader et dans le Wafd un parti. Aux affrontements entre monarque et classes montantes s’ajoute la montée en puissance de l’Association des Frères musulmans, fondée dès 1928 par Hassan al-Banna (qui s’installe au Caire justement en 1932) et qui se politise de plus en plus. Pendant qu’à l’Académie militaire est en train de se former une génération d’officiers qui prendra le pouvoir deux décennies plus tard.

35En 1932, l’Egypte fête dix ans d’indépendance. Mais celle-ci reste assez théorique tant l’emprise britannique se fait sentir. Et la période est marquée par des tentatives avortées d’arriver à un modus vivendi avec Londres. Tous les efforts de conciliation de la part du gouvernement égyptien apparaissent comme autant de trahisons de la part des groupes, associations et mouvements qui ne sont pas partie aux négociations. La surenchère pour l’indépendance complique la vie politique et le bon fonctionnement du régime. Celle-là est littéralement empoisonnée par les conflits à répétition entre Fû’ad et le Wafd ; le premier déployant une grande partie de son énergie et de son astuce politique pour écarter le second du chemin menant au pouvoir et ce dernier ne tirant jamais tous les profils politiques de ses succès électoraux successifs.

36La période n’est qu’une succession de luttes entre le législatif et l’exécutif. En juillet 1928, le Parlement est dissous et les élections renvoyées à trois ans de là ; le gouvernement légiférant par décrets. Le retour à la normale s’effectue cependant dès l’année suivante, puisqu’en décembre 1929 une nouvelle institution est promulguée et des élections sont organisées. Le triomphe sans précédent du Wafd ramène Nahas Pacha à la tête du cabinet. Pas pour longtemps, il est renvoyé en juin 1930 et le Parlement ajourné puis dissous le mois suivant, la constitution abolie en octobre et l’on revient à la législation par l’exécutif. Le nouveau texte constitutionnel aboutit au renforcement des pouvoirs du souverain, avec un gouvernement responsable devant lui seul. Ismail Sidqi, homme du roi, Premier ministre, lance un Parti du peuple qui est plutôt un parti du roi, détenteur d’une majorité parlementaire après "adaptation" de la loi électorale. Fû’ad n’en remercie pas moins le chef de gouvernement pour constituer un autre cabinet à sa dévotion le 20 septembre 1932. Le Parlement est dissous une fois de plus et une fois de plus on parle d’une nouvelle constitution...

37L’année 1932 est donc celle du régime d’exception, comme si une expérience parlementaire de dix ans était nulle et non avenue. C’est aussi celle des luttes politiques, qui ont même conduit à des affrontements violents, des attentats notamment avant les élections de juin 1931, et qui révèlent que les syndicats représentent une force politique non négligeable. C’est encore celle où la crise économique (affolement des prix mondiaux, de la vente et de la production), fait sentir ses effets, que tempère mal un nouveau régime douanier destiné à protéger le marché intérieur (1931).

38Et si, dans ce contexte trouble, le Congrès de musique participait d’une entreprise de détournement du politique, de l’endogène égyptien par le biais de l’exogène arabe ? S’il servait à sortir du cercle intérieur en rappelant les cercles extérieurs ? S’il affirmait aussi, d’une part, une primauté nouvelle, l’oriental devenant arabe et l’arabité ayant son centre au Caire ? Et s’il prétendait d’autre part – à partir du fonds classique, du "vieil orchestre takht" évoqué par Jacques Berque (in Les Arabes d’hier à demain, 253), du chant "bédouin", de la tradition nubienne mais aussi du théâtre populaire développé dans les années 1920 et des audaces des nouvelles vedettes des ondes – imposer sa propre version du qualificatif arabe, au besoin aux doctes analystes venus d’Occident ?

39Le climat politique qui règne au moment du Congrès de Musique arabe du Caire ne peut être ignoré. La mainmise franco-britannique sur l’ensemble de la région en a fait un domaine réservé des puissances coloniales traditionnelles. Et la Palestine – arrachée à la nation arabe pour jeter les bases d’un Etat juif indépendant où sont arrivés déjà des dizaines de milliers d’immigrants – a démontré que Londres dispose même de territoires, d’individus, à sa guise, même si le livre blanc de 1930 cherche à rassurer les Arabes et leurs porte-parole : Congrès palestinien, Congrès islamique mondial, Congrès arabe de Jérusalem (1930-1931).

40Au moment où sont plaqués les premiers accords des cordes, où résonnent les premières percussions et où chantent les premières flûtes, où s’ouvrent les premiers débats entre experts, nous sommes en pleine aliénation impérialiste avec des hésitations, des contradictions, des louvoiements, et alternances de répressions et concessions.

41Nous sommes aussi au cœur des tentatives de désengagement, en présence de nationalismes divers, les uns légalistes encore dominants, les autres extrémistes dont on perçoit d’autant mieux les voix que les premiers ne parviennent pas à leurs fins.

42Le constitutionnalisme nationalitaire, s’il est bien à l’œuvre et capable de mobiliser au-delà des milieux cultivés, doit néanmoins composer, dialoguer, avec plus puissant que lui, tout en assurant (et rassurant) ses bases populaires. Et nous n’avons rien dit des désaccords et rivalités inter-arabes…

43Nous sommes enfin dans un contexte mondial de désenchantement, au beau milieu d’une queue de crise économique qui a frappé la planète entière et ce dix ans après une guerre quasi universelle elle aussi. Dans un temps de doute sur les capacités de la démocratie à assurer l’avenir des peuples et l’équilibre du monde...

44Tout ceci, il convenait de l’évoquer, même s’il n’est pas question d’en apprécier les répercussions sur les origines du Congrès, ses développements, l’atmosphère et le contenu de ses débats et ses suites. Et l’on se gardera de transposer de façon mécanique les conditions politiques générales dans lesquelles se déroule une manifestation culturelle et artistique, sur les expressions musicales et savantes qui en sont les produits.

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search