Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Nos ancêtres les pharaons...

 | 
Gérard Coudougnan

Chapitre III. La patrie arabe au temps des pharaons

Texte intégral

1 - La notion d’arabité : définitions

A - Actuelle :

1Comme son nom officiel l’indique, la République Arabe d’Égypte est un pays arabe. La constitution de septembre 1972 affirme :

2« Le peuple égyptien fait partie de la nation arabe, l’islam est la religion officielle et l’arabe sa langue officielle. »

  • 1 Maxime RODINSON, Les Arabes, Paris, Sindbad, 1982.

3Comment définir l’arabité actuelle d’un peuple ? Parmi les nombreuses définitions proposées, retenons celle de Maxime Rodinson1 :

4« Nous pouvons considérer comme appartenant à l’ethnie, peuple, nationalité arabe ceux qui :

  1. parlent une variante de la langue arabe et, en même temps, considèrent que c’est leur langue, celle qu’ils doivent parler, ou bien, sans parler, la considèrent comme telle ;

  2. regardent comme leur patrimoine l’histoire et les traits culturels du peuple qui s’est appelé lui-même et que les autres ont appelé Arabes, ces traits culturels englobant depuis le viie siècle l’adhésion massive à la religion musulmane (qui est loin d’être leur exclusivité) ;

  3. (ce qui revient au même) revendiquent l’identité arabe, ont une conscience d’arabité. »

B - Ancienne :

  • 2 Régis BLACHERE, Histoire de la littérature arabe, des origines à la fin du xve siècle de J .C », t. (...)

5Si cette définition cerne avec finesse la notion d’arabité actuelle, elle est très insuffisante appliquée à l’époque qui nous intéresse, à savoir celle qui précède la révélation coranique. La compléter dans ce sens est une entreprise bien délicate qui demande de considérer d’abord l’Arabie. Mais constatons avec Régis Blachère2 qu’une définition du domaine arabe ne saurait concerner la totalité de l’Arabie.

« Jusque vers la fin du vie siècle ap. J.C. en effet, le domaine arabe n’a recouvert qu’une partie de celle-ci et n’a eu avec d’immenses régions comme le Oman et la Mahra que des relations indirectes ou intermittentes. Renonçons d’autre part à l’idée de définir ce domaine en fonction d’une nation et à plus forte raison, d’une race puisque les Arabes, pas plus que nul autre groupe humain n’ont constitué une masse ethnique pure de tout apport étranger. »

6Le seul critère que retient Régis Blachère pour délimiter le domaine arabe est d’ordre linguistique, ce qui le réduit, au deuxième millénaire avant notre ère au nord et au centre de la Péninsule Arabique.

La patrie arabe (PREP 60 B)

C - Application à l’Égypte antique :

  • 3 Terme européen centrique peu satisfaisant mais moins chargé de connotations.
  • 4 Cf. Chapitre IV.
  • 5 Du moins dans les déclarations officielles.

7Il est clair que l’on ne peut qualifier l’Égypte antique de « pays de la patrie arabe » sans commettre d’anachronisme. L’emploi de l’expression « patrie arabe » pour désigner la région du Proche Orient3 avant l’apparition du concept d’arabisme est significative. Aux nombreux caractères communs de ces pays liés géographiquement, linguistiquement, historiquement, religieusement et culturellement, on a voulu donner une authenticité encore plus grande en les enracinant dans un lointain passé, antérieur à l’événement qui resserra ces liens de façon décisive : la diffusion du message coranique. Cette arabisation a posteriori de l’Histoire antique apparaît à la rentrée scolaire de 1959 dans les manuels des cycles primaire et préparatoire4. Elle s’y maintient jusqu’au début des années 1970, pour être réduite aujourd’hui à quelques passages qui ont subsisté au fil des rééditions. La date de 1959 doit être reliée au traité signé l’année précédente (1/2/1958) entre l’Égypte et la Syrie, proclamant la République Arabe Unie, fédération en théorie ouverte à d’autres États. Malgré l’éclatement de la RAU (28/9/1961) le prestige de Nasser en tant que leader arabe et non aligné restera immense et la foi du régime en l’unité arabe ne faiblira pas5.

8Dans le domaine des manuels scolaires, elle s’exprime dans différents registres dont les principaux sont la communauté d’origine des peuples de la région, leur place « au centre du monde » et l’importance des contacts antiques préfigurant les situations contemporaines.

9Une origine ethnique commune ?

Plusieurs manuels l’affirment,
« La péninsule, arabe fut la source de migrations humaines persistantes, se dirigeant vers le nord (Iraq, Syrie) et l’ouest (Somalie, Soudan, Égypte). Et ces migrants s’installèrent dans ces pays et ceci donna à leurs habitants leur grande ressemblance dans l’allure, le teint et la physionomie, c’est pour cela que l’iraquien, le Yéménite, le Libyen, le Palestinien ou le Jordanien se ressemblent sans qu’il y ait de grande différence entre leur allure et leurs traits et ceux des fils de la République Arabe Unie. » (PREP 60 C)
"Si nous regardons l’Histoire de la Patrie arabe à ses temps les plus anciens, nous trouvons que les gens qui y habitent proviennent d’une seule origine, les liant par les liens du sang : ces peuples apparurent dans la péninsule arabique puis en sortirent en migrations successives vers les rives de l’Euphrate (...) puis d’autres migrations avancèrent vers le Cham, comme beaucoup d’autres migrations traversèrent le Sinaï vers la vallée du Nil. » (PREP 60 B)
Ses habitants appartiennent à une seule origine, ils ont émigré de la péninsule arabe vers la Palestine, la Syrie, l’Égypte et l’Iraq, cela en raison de la sécheresse de la péninsule et de son aridité. » (PREP 60 A)

10Un écolier égyptien, habitué à l’histoire musulmane et à la glorification des conquêtes de l’Islam et des migrations qu’elles occasionnèrent ne sera pas choqué à la lecture de ces lignes. Un lecteur occidental, chez lequel l’idée de « race arabe » est - consciemment ou non - souvent présente s’en satisferait sans doute assez rapidement.

11Si la notion de race est aujourd’hui biologiquement niée, qu’en est-il de l’hypothèse faisant de l’Arabie le berceau des peuples du l’Orient ? Les publications sur ce thème ne sont guère nombreuses. C’est sans doute que la paléontologie humaine et la linguistique ne sont pas encore en mesure de fournir à ce sujet des indications précises.

  • 6 M. RODINSON, op.cit., p. 57.

Maxime Rodinson, considérant l’époque héllénistique écrit : « La pénétration arabe commence déjà à cette époque, même si l’on ne tient pas compte de l’hypothèse aujourd’hui discréditée, selon laquelle toutes les populations de langue sémitique proviendraient d’Arabie par vagues successives. »6.

12L’hypothèse avancée par les manuels scolaires semble très fragile. Elle n’est étayée par aucun argument ayant valeur de preuve. Le premier, la ressemblance physique, est un critère subjectif.

  • 7 M. RODINSON, op. cit., p. 46.

« Pas plus que la plupart des autres peuples, les Arabes ne forment une « race » physique (ou un ensemble génétiquement apparenté de « population »). Tout ce qu’on peut dire de ce point de vue est que certaines caractéristiques physiques, marquant de façon très complexe des apparentements lointains possibles, figurent en plus grand nombre dans telle ou telle région arabe, que d’autres y sont absents ou rares. S’il y a communauté de peuples, elle ne se trouve pas dans une communauté de caractères physiques »7.
Le second texte cité est, pour sa part, très flou :
« Si nous regardons l’Histoire de la Patrie arabe à ses temps les plus anciens, nous trouvons que... »

13On aimerait savoir vers quels éléments se tourne le regard des auteurs. Ces auteurs cherchent une justification supplémentaire à leur discours sur l’unité arabe. Il est intéressant de constater que les attestations de cette mise en avant d’une origine ethnique commune sont chronologiquement comprises entre 1959 et 1971.

14Ainsi peut-on lire dans un manuel de secondaire (SEC A) écrit avant 1957 :

« Le peuple égyptien est composé de tribus et de gens arrivés dans cette patrie, à l’aube de l’Histoire ; parmi eux certains sont venus sur le Nil du cœur de l’Afrique, d’autres de l’ouest, de l’est ou du nord. L’Égypte fut le creuset qui fondit tous ces peuples et duquel sortit un peuple uni et homogène. »

  • 8 En tenant compte d’un « délai de réaction » nécessaire à la modification des ouvrages.

15A partir de 1971, le manuel de préparatoire évoque les nombreux et anciens échanges entre « les peuples de la Patrie arabe ancienne » mais sans faire aucune allusion à leur origine. L’intervalle compris entre les deux dates correspond8 à l’époque du leadership de l’Égypte et de Nasser dans un monde arabe voyant l’unité à portée de la main, les années 1956/1957. Il semble que durant cette époque, les auteurs, emportés par leur enthousiasme aient parfois franchi les limites des connaissances contemporaines pour énoncer des affirmations allant dans ce qu’ils croyaient être « le sens de l’histoire ». Le point suivant vient d’ailleurs confirmer cette idée.

16La Patrie arabe, « centre du monde »

17Certains manuels (série PREP 60 C) font de la Patrie arabe le berceau de l’humanité. Ainsi peut-on lire :

« Qu’est le rôle actuel des Arabes sinon un maillon de la chaîne de longs combats et d’efforts communs remontant aux époques les plus anciennes ? Car la Patrie arabe

  • est le lieu d’origine du premier homme,

  • est le berceau de la civilisation humaine tout entière (...) »

  • 9 A. LEROI GOURHAN, La préhistoire. Paris, 1969.

18Le choix des termes laisserait à penser que le premier homme était arabe. Pourtant, on ne peut même pas affirmer - dans l’état actuel des recherches comme dans celui contemporain de l’ouvrage - que le premier homme soit d’origine proche-orientale. A l’époque où le manuel fut rédigé, c’est en Afrique du Sud qu’avaient été découverts les plus anciens restes d’hominidés. Les fouilles menées à Ouberdyeh (sud du lac de Tibériade) témoignent d’une très ancienne civilisation dans la vallée du Jourdain mais cependant postérieure à l’australopithèque9.

19Il peut d’ailleurs sembler significatif que le manuel ne s’attarde pas sur son affirmation. Eût-elle été plus facilement justifiable, on n’aurait pas manqué de l’exposer aux enfants.

  • 10 PREP 68/69.

20En plus de cette primauté chronologique, l’excellence de sa situation géographique fait l’objet de longs développements selon lesquels « la Patrie arabe occupe la place centrale au sein du monde antique ». Notons encore l’emploi particulièrement orienté du terme « Patrie arabe ». Les civilisations du « Croissant Fertile » ont joué un rôle pionnier et atteint des sommets dans l’histoire de l’humanité : le terme choisi en renvoie le prestige sur une population beaucoup plus vaste que si l’on avait mentionné les descendants de chacune de ces civilisations. A l’appui de leur texte, certains manuels10 publient la carte ci-dessous avec la légende :

« La Patrie arabe ancienne au centre du monde. »

21Les deux cadres sont difficilement compatibles avec la légende. Le plus petit délimite l’Égypte, le plus grand délimite une zone que l’on pourrait qualifier très vaguement de « proche et moyen Orient antique ». Le premier est trop petit pour délimiter la Patrie arabe, le second englobe Turquie et Grèce qui n’en font pas partie alors qu’il exclut le Maghreb. « La place de l’Égypte au sein du monde antique » semblerait une légende plus proche de cette carte. Notons le cadrage judicieux qui permet de voir l’Égypte au centre du monde.

2 - unité ancienne et unité moderne

« À l’intérieur de chaque Arabe reviennent souvent aujourd’hui l’espoir de l’unité, l’exaltation de la cause arabe, l’estime pour la dignité de tous les Arabes et la renaissance économique et sociale par la Grande Patrie Arabe. Et cet espoir n’est pas nouveau pour les habitants de la Patrie arabe. Ainsi dans les différentes étapes historiques revenait chez des nombreuses personnes l’espoir de l’unité et de la force. Elles ont cherché à le concrétiser, estimant que l’unité et la force étaient les fondements de la stabilité dans le succès et le progrès, et la vie dans la tranquillité et la paix.
L’Histoire a enregistré pour nous beaucoup d’unions de peuples de la Patrie à de nombreuses reprises. Ainsi l’Égypte, par exemple, fut capable de rassembler plusieurs fois les peuples de son voisinage, Syrie, Soudan, Palestine, dans une seule entité. Les Assyriens furent eux aussi capables d’étendre leur royaume à la Syrie et à l’Égypte.
Mais ces mouvements unitaires qui se déroulèrent dans le passé diffèrent de l’espoir d’unité actuel. L’union ancienne se faisait à la pointe de l’épée et sous l’autorité de certains dirigeants afin de protéger leur royaume. Quant à l’unité actuelle, elle ne sera pas sinon par la volonté du peuple arabe et pour le profit du peuple arabe. »
(PREP 60 C)

22Ce texte présente l’optique sous laquelle la politique extérieure de l’Égypte ancienne sera envisagée. Après avoir rappelé un contexte caractérisé par des espoirs d’unité arabe concrète, les auteurs montrent l’ancienneté de l’idée d’union. Ils concluent en précisant clairement la différence entre les méthodes, les instigateurs et les buts antiques d’une part et ceux du temps présent d’autre part.

  • 11 Aucun de ceux auxquels M. G. al-Din Mukhtar a participé - après 1959 - n’échappe à cette règle.

23Le parallèle entre antiquité et actualité sera - explicitement ou non - un élément majeur de la présentation des rapports de l’Égypte avec ses voisins. Dans de nombreux manuels11, on décèle l’intention de montrer, de prouver le caractère à la fois naturel et inéluctable de l’unité arabe en général et de l’union égypto-syrienne en particulier. Soulignons que la claire mise en évidence des différences entre antiquité et actualité fait ici figure d’exception. A l’intérieur de cet ouvrage, elle ne sera pas répétée et on en tiendra peu compte, d’autres n’y faisant aucune allusion.

24Il est à noter qu’au moment même où ces historiens expliquent aux enfants le passé de leur pays grâce à des situations présentes, le pouvoir politique justifie ses buts par un regard sur le passé :

« Dans un passé très lointain, les barrières qui séparent actuellement les pays de la région où vit la patrie arabe, n’existaient pas. Ils étaient exposés aux mêmes courants d’histoire et leur participation à cette Histoire était une. L’Égypte, en particulier, ne vivait pas isolée de la région qui l’environne, mais le phénomène d’influences réciproques avec ses voisins se réalisait toujours consciemment et parfois même inconsciemment, exactement comme la partie qui réagit avec le tout. Cette vérité, vérifiée par l’étude de l’histoire des Pharaons, artisans de la civilisation égyptienne et de la première civilisation humaine a été réaffirmée, par la suite, par les événements survenus aux époques de la domination grecque et romaine. »

  • 12 La Charte, Imprimerie Nationale, Le Caire, 1962.
  • 13 Cf. P. BALTA et C. ROULEAU, La vision nassérienne, Sindbad, 1985.
  • 14 Cf. Chapitre III–1.

25Contrairement aux apparences, ce texte n’est pas extrait d’un manuel d’Histoire mais du préambule de la « Charte d’action nationale"12 présentée par Gamal ’Abd al-Nasser au Congrès national des forces populaires le 21 mai 196213. Alors que certains manuels emploient l’expression « Patrie Arabe ancienne », fort sujette à discussion14, c’est un texte politique qui utilise une tournure beaucoup plus neutre, « la région où vit la Patrie Arabe » distinguant clairement la réalité géographique de son appellation ethnique. Chacune des trois périodes - pharaonique, grecque, romaine - citées dans la Charte, seront pour les auteurs de manuels l’occasion de donner leur vision des relations de l’Égypte avec ses voisins.

A - Thoutmôsis III ; conquérant ou rassembleur ?

  • 15 Cf. Chapitre IV–2.

26Au Nouvel Empire (1552/1070 av. J.C.), les frontières de l’Égypte sont portées au nord jusqu’à l’Oronte et au sud jusqu’à la quatrième cataracte. Après l’expulsion des Hyksôs - peuple asiatique ayant envahi l’Égypte au xvie siècle av. J.C.15- les Égyptiens s’attachent à défendre leur frontière orientale et conquièrent la région syro-palestinienne où ils installent une partie de leur administration et de leur armée. Les chefs locaux ayant combattu les troupes de Pharaon sont déposés et remplacés par des éléments fidèles à l’Égypte. Les provinces d’Asie doivent verser un tribut à Pharaon. De ces pharaons, Thoutmôsis III est le conquérant le plus illustre, lui qui disloque à Meggido au début de son règne une coalition de princes syriens. Il lasse pendant vingt ans la résistance des grands et des petits royaumes de Palestine et de Syrie par ses campagnes annuelles. Son immense empire est en partie démantelé à la suite des troubles intérieurs qu’entraîne la réforme religieuse d’Amenophis IV - Akhenaton. Ramsès II le restaure partiellement au siècle suivant en luttant contre les Hittites.

27Il importe de compléter cet exposé sec des faits par des interrogations sur les motivations et les méthodes des conquêtes égyptiennes. Arrivent en tête des motifs de l’expansionnisme égyptien le souci de protéger la frontière orientale et la volonté d’assurer au pays de nouvelles ressources. L’Asie détient le bois de construction, le cuivre, l’argent, le fer qui font défaut dans la vallée du Nil et qui seront le butin de Pharaon et le tribut des peuples soumis. Les méthodes sont simples, elles reposent sur la force militaire. Les guerres de conquête au cours desquelles on « agrandit les frontières de l’Égypte », selon l’expression de l’époque, sont le principal motif de gloire des pharaons du Nouvel Empire.

28Ces éléments étant posés, il convient d’examiner les versions que donnent les manuels scolaires des motivations, méthodes et résultats de l’expansion égyptienne.

Les motivations :

(Après l’expulsion des Hyksôs, les Égyptiens tirent des leçons) :
« Il faut unir la Syrie et la Palestine à l’Égypte pour assurer la tranquillité du pays. La Syrie, et la Palestine étant la première ligne de défense de l’Égypte contre tout danger venant de l’est. De même l’union de l’Égypte avec la Syrie et la Palestine ferait acquérir de la force à ces deux provinces et éloignerait d’elles tout danger venant du nord, de l’est ou du sud. (...)
Thoutmôsis III avait pris conscience, depuis qu’il gouvernait le pays, que l’Égypte menait une politique d’isolement par rapport à ses voisins orientaux, qui n’était ni à son avantage ni à celui de ses voisins. Le fait est que l’Égypte avait payé cher son isolement antérieur quand les Hyksôs l’avaient envahie par l’est, l’occupation leur ayant été imposée durant plus de cent ans.
L’Égypte devait agir en prévision de la situation et éloigner tout danger la menaçant de ce côté. »
(PREP 60 C)

29Les motivations stratégiques sont clairement expliquées. D’autres raisons sont avancées par certains manuels.

« Thoutmôsis III aimait fa guerre, aussi quand le Cham et fa Palestine se soulevèrent contre l’Égypte sous son règne, il prépara sa grande armée et sortit à sa tête pour leur faire fa guerre. » (PRIM 64)

30Ces quelques lignes renferment deux éléments importants :

  • l’attrait de Thoutmôsis III pour la guerre, que prouvent ses campagnes répétées ;

  • le « soulèvement » du Cham et de la Palestine sous Thoutmôsis III, vision conforme aux sources égyptiennes antiques. Les dépendances asiatiques de l’Égypte ont été en effet partiellement acquises sous le règne de Thoutmôsis Ier et perdues pendant celui de la reine Hatshepsout, quoi qu’en disent les textes officiels affirmant la domination égyptienne sur l’Asie. C’est en fonction de la permanence - toute théorique - de cette domination que l’on peut voir l’indépendance des principautés asiatiques au début du règne de Thoutmôsis III comme un « soulèvement ».

31À ces exposés, d’autres auteurs ajoutent ou substituent des motifs plus généreux :

« Thoutmôsis III vit qu’il était bon d’assurer fa sécurité et la paix des provinces voisines de l’Égypte et de tes associer dans une unité solide que dirigerait l’Égypte. » (PREP 59)
"Au même moment, la Syrie était divisée de façon curieuse : chaque province avait un prince dont les troupes n’excédaient guère quelques gardes privés. Ce morcellement diminuait les forces de la Syrie et exposait l’Égypte et la Syrie aux ambitions des envieux et à la chute aux mains des étrangers qui menaçaient l’Égypte auparavant. C’est pour cela que Thoutmôsis III pensa qu’il était bon qu’il garantisse la sécurité de l’Égypte et celle de ses voisins en Syrie, et que tous ces pays fusionnent dans une unité solidaire. » (PREP 60 C).

32Les motifs avancés sont d’ordre colonialiste : la conquête est justifiée par un droit de regard de l’Égypte sur les régions voisines et le souci d’assurer leur sécurité en réorganisant leur système politique au profit de l’occupant égyptien. La sécurité de l’Égypte passe avant l’indépendance de ses voisins. Pourtant, la notion de colonialisme est abordée par un manuel de Secondaire :

« La guerre d’indépendance et l’expulsion des Hyksôs donnèrent aux Égyptiens l’opportunité de tourner les yeux vers les pays du Proche Orient pour constater à quel degré de division et de faiblesse ils en étaient arrivés. Leurs dirigeants n’avaient pas alors le leader sur lequel se soient accordés leurs cœurs et le temps les mit à l’épreuve de la division, du morcellement. Les tentations augmentèrent et le démon les rassembla et les égara de sorte qu’ils furent incapables de prendre conscience du danger qui les menaçait en permanence : les Hittites.
A ce moment-là les Égyptiens estimèrent qu’il était bon de veiller sur leur sécurité et sur celle du Proche Orient en incluant leur province dans une unité complète dont l’Égypte prendrait la tète. Aussi Thoutmôsis III leva ses troupes pour éteindre les flammes de ces tentations et unir les rangs. Nous ne voulons pas affranchir les anciens Égyptiens de l’hégémonie et du colonialisme, car c’est la nature de l’homme en général. Mais il nous faut prendre conscience que les Égyptiens n’ont pas voulu humilier les peuples dont ils ont conquis les provinces mais qu’ils ont voulu en faire une unité solide qui fût capable de coopérer à la réalisation des causes de la vie libre et bienfaisante et de répondre au danger qui les menaçait activement : les Hittites. » (SEC 57)

  • 16 Les Hittites envoient des tributs à Thoutmôsis III au cours de sa VIIIe campagne (cf. DV, p. 413)
  • 17 Cf. DV, p. 416.

33Comment l’auteur lave-t-il en partie - malgré sa mise en garde - les Égyptiens du « péché » de colonialisme ? En présentant leur expansion comme soutenue par un grand dessein unitaire face au danger hittite. A la lecture de ce passage, on a la nette impression que c’est Thoutmôsis III qui fut le meneur de la lutte contre les Hittites. Or il faut remarquer qu’à l’époque de Thoutmôsis III (1490/1436) la grande puissance susceptible de menacer l’Égypte n’est pas l’empire Hittite16, mais le Mittani, gros État de Mésopotamie septentrionale. C’est aux environs de 1355 que les Hittites17 deviennent les maîtres de l’Asie septentrionale et au début du xiiie siècle, ils seront le principal soutien anti-égyptien dans les protectorats égyptiens d’Asie. Sethi Ier et Ramsès II les affronteront directement. Au moment où l’Égypte combat les Hittites, l’empire égyptien d’Asie, commencé par Thoutmôsis Ier (1506/1494) a plus d’un siècle et demi d’existence. On ne peut donc invoquer ni même suggérer que la défense face aux Hittites fut la cause de la création de l’empire égyptien d’Asie.

  • 18 Cf. Chapitre V.

34Cette argumentation repose sur un thème plus vaste, qui est d’ordre religieux18. C’est le démon qui égare les peuples de la région. Les Égyptiens qui vont mettre fin à cette situation sont donc, une fois de plus, du côté de Dieu pour « éteindre les flammes de la tentation. »

Les méthodes de conquête :

35Les campagnes de Thoutmôsis III (au nombre de 17), la bataille de Meggido qu’il remporta face aux princes de Syrie coalisés, les moyens mis en œuvre (dont l’éducation en Égypte des fils des potentats locaux) donnent lieu à plusieurs exposés.

36Tous les manuels soulignent l’importante réorganisation de l’armée réalisée par Thoutmôsis III. PRIM 64 expose clairement et sans ambiguïté la conquête :

« Il (Thoutmôsis III) triompha d’eux (le. Cham et la Palestine), les joignit à son royaume, destitua leurs chefs et en mit d’autres à leur place. Mais pour qu’ils ne se soulèvent pas contre lui une nouvelle fois, il emmena avec lui leurs fils. (...) Thoutmôsis III veilla sur les fils des princes qu’il avait fait venir avec lui, les instruisit et leur fit ainsi aimer l’Égypte dans leur cœur. Quand leur instruction fut terminée, il les nomma gouverneurs dans leur pays, sous sa souveraineté. Ils y servirent avec une honnêteté totale et un profond loyalisme. »

  • 19 Cf. DV, p. 467

37L’éducation en Égypte des fils des princes syriens19 est un fait relaté par tous les manuels qui soulignent à ce propos la finesse politique de Thoutmôsis III.

Les faits sont même embellis à l’extrême dans PRIM 60 :
« Thoutmôsis III pensa d’une façon pratique à affermir l’unité entre l’Égypte et la Syrie avec le temps, sans soumission à la force militaire, mais par la volonté des habitants. Aussi emmena-t-il avec lui en Égypte les fils des princes. »

38Il paraît difficile de vouloir nier l’absence de recours à la force militaire d’un roi qui proclame dans ses textes officiels ses hauts faits de guerre et raconte en détail ses dix-sept campagnes en Asie. Il est délicat de parler de « volonté des habitants » quand on lit dans un texte se rapportant à la première campagne :

  • 20 Annales de Thoutmôsis III, trad. anglaise de Breasted, Ancient Records, II, § 431.
  • 21 Trois villes de la région sud du Liban.
  • 22 Breasted, op. cit., § 436

« Ils emportèrent te butin qu’ils avaient pris, constitué de mains de prisonniers vivants, de chevaux, de chariots d’or et d’argent.20
« Liste de ce qui fut pris par le roi, du mobilier de cet ennemi qui était à Menoam, Nuges et Herenkeru
21 avec tous les biens de ces villes qui se soumirent, qui fut porté à Sa Majesté : 38 seigneurs, 81 enfants de cet ennemi et les chefs qui étaient avec eux, 5 de leurs seigneurs, 7 796 esclaves mâles et femelles avec leurs enfants, non combattants qui se rendirent à cause de la famine avec cet ennemi, 103 hommes, total 2 503. »22

39Nous verrons plus loin que la domination égyptienne a pu être appréciée mais l’on n’en trouve pas de preuves avant le règne d’Akhenaton (1364/1347), soit près de trois quarts de siècle après la fin du règne de Thoutmôsis III (1490/1436).

40Le manuel de Secondaire, pour sa part, ne nie pas l’emploi de la force :

  • 23 Cf. p. 69.

« La seule chose sur laquelle il n’y ait pas de doute, c’est que les pharaons d’Égypte rencontrèrent des difficultés sur la voie de la réalisation de cette bonne idée23. Les circonstances les contraignirent à envoyer l’armée, à utiliser le sabre et à faire couler le sang. Mais Dieu voulut, malgré ces événements graves que les efforts des Égyptiens fussent couronnés par l’achèvement de cette unité qui engloba l’Égypte, la Palestine, le Cham, la Mésopotamie, la province de Nubie et le nord du Soudan sous une seule autorité, le Proche Orient tout entier devenant une unité ferme et ses peuples une confédération forte. »

41Cette présentation nous montre des Égyptiens contraints d’utiliser la force pour réaliser les desseins divins.

  • 24 Breasted, op. cit., §§ 430-443.

42Les Égyptiens eurent à affronter la résistance des princes syriens luttant pour préserver leur indépendance. Parmi eux le roi de Qadesh organisa une coalition que vainquit Thoutmôsis III à Meggido. Cette bataille est décrite dans les manuels avec les nombreux détails donnés par les textes égyptiens de l’époque24. Ce conflit, qui vient contredire l’idée selon laquelle « l’union des deux régions » fut mutuellement consentie est ainsi présentée par le manuel de Secondaire :

« Les circonstances avaient incité les princes d’Asie à quitter Pharaon et à penser à la révolution face à l’Égypte, après les efforts colossaux, qui avaient été déployés dans l’unification des provinces de l’Orient, révolution dont le prince de Qadesh porta l’étendard. »

43Passant sous silence le caractère assez naturel d’une révolte en pays nouvellement conquis- on veut montrer ici une union, pas une conquête - les auteurs donnent à la bataille une cause bien vague. « Les circonstances » incitant les princes d’Asie à la révolte ne sont guère explicitées. C’est par un intéressant euphémisme que sont désignés les révoltés dans PREP 60 C :

  • 25 Thoutmôsis III a bien mené, en l’an 33 de son règne, une bataille à Qadesh, mais elle n’eut pas l’i (...)

« Thoutmôsis III commanda 17 expéditions dont la plus célèbre est celle par laquelle il se rendit maître de la ville de Qadesh25, centre de rassemblement des ennemis de l’unité. »

44Ainsi les défenseurs de l’indépendance de leur pays sont-ils désignés par leur opposition à l’union avec le conquérant : on cherche à démontrer que l’empire égyptien fut fondé sur des principes autres que ceux du colonialisme et dans d’autres buts. La présentation des résultats de « l’union » est particulièrement claire à ce sujet.

Les résultats :

  • 26 Cf. ASAE LVI, 1959, pp. 105-137

45Il n’est guère aisé d’en établir une présentation qui ne soit pas sujette à discussion. Les longues files de porteurs de tributs, les listes de villes conquises, les soldats asiatiques massacrés par Pharaon reproduits sur les monuments du Nouvel Empire ne donnent qu’un aspect de la situation. Les provinces d’Asie furent-elles seulement une zone d’exploitation coloniale ? L’affirmer sans nuances serait oublié qu’elles tirèrent un certain profit de l’occupation égyptienne. Ainsi, en raison de problèmes internes, le pouvoir égyptien ne fut plus, à l’époque d’Akhenaton, en mesure d’assurer leur sécurité. Les « tablettes de Tell el Amarna », correspondance de la chancellerie égyptienne entre provinces et capitale, font état d’appels pressants des chefs asiatiques au pharaon afin d’éviter un changement de régime. La tutelle égyptienne facilitait en effet les échanges commerciaux dont ils tiraient le plus grand bénéfice26.

46Les manuels égyptiens des années 1960/65 présentent les choses sous leur jour le plus idyllique :

« Les avantages de l’unité depuis le règne de Thoutmôsis III
Cette unité entre l’Égypte et la Syrie, qui dura environ trou siècles eut des résultats, de la plus haute importance dans l’histoire politique, militaire, économique et culturelle des deux pays. Pour la première fois dans l’Histoire, était créé un grand État en Orient, s’étendant sur deux continents, l’Asie et l’Afrique. Ce grand État put bâtir une civilisation grandiose grâce à ce dont il disposait : vaste étendue géographique, grandes ressources humaines et matérielles. Ce fut en fait un mélange des civilisations antiques de ta Syrie et de l’Égypte.
Il résulta de la création de cet État une extension du réseau des transports terrestres et maritimes entre la Syrie et l’Égypte. Le nombre des bateaux opérant entre les deux pays en Méditerranée s’accrut et la nécessité des déplacements militaires et les voyages des messagers améliorèrent les voies terrestres.
Le brassage augmenta entre l’Égypte et la Syrie. Le nombre des Égyptiens habitant ta Syrie s’accrut, au moment où des milliers de Syriens arrivaient en Égypte. Cela entraîna des échanges intellectuels entre les deux pays. Les Égyptiens épousèrent des Syriennes tout comme les Syriens épousèrent des Égyptiennes, de telle sorte que les liens du mariage relièrent la famille royale aux maisons syriennes. Le mouvement commercial s’accrut entre les deux pays. Les bateaux phéniciens étaient chargés de beaucoup de denrées égyptiennes après avoir vidé leur cargaison pour la proposer aux Égyptiens, tout comme les Égyptiens portaient leurs marchandises vers la Syrie. Les deux parties en tirèrent des profits considérables et les productions se répandirent en abondance dans le pays grâce à l’unité. Le résultat de cela apparut dans les progrès architecturaux, artistiques et littéraires.
Les résultats de l’unité ne se cantonnèrent pas au domaine matériel mais s’étendirent aux aspects moraux, spirituels et religieux. Ainsi le contact entre les peuples entraîna une augmentation de la compréhension mutuelle et un respect de chacun pour les habitudes et les traditions de l’autre. Le pays fut, témoin d’un échange de divinités entre le peuple égyptien en Afrique et le peuple syrien en Asie : les divinités égyptiennes s’implantèrent en Syrie et les syriennes en Égypte.
Ce mouvement religieux contribua au rapprochement entre tes points de vue égyptiens et syriens dans le domaine religieux, jusqu’à ce que soit ressenti le besoin évident de ta création de l’unité religieuse. Une tentative dans cette voie fut accomplie par Akhenaton qui succéda à Thoutmôsis III après plus de 60 ans. Ce roi invita au culte d’un dieu unique nommé « Aton » et il proclama que ce dieu était le créateur de tous les hommes. Les peuples d’Égypte et de Syrie s’attachèrent à la diffusion du culte de ce dieu. »
(PREP 60 C).

  • 27 La réforme d’Akhenaton semble voir été un échec populaire complet. Cf. Chapitre VI.

47À l’exception de la dernière phrase, rien de ce qui est affirmé ici ne peut être considéré comme faux. Rien non plus n’est totalement exact. La présentation globale et imprécise, ne repose sur aucun fait précis. De grandes conclusions sont tirées d’éléments insuffisants. L’importance des échanges commerciaux et humains ne peut suffire à argumenter les vues des auteurs : il faudrait préciser ou au moins discuter la nature exacte et les courants de ces échanges. La phrase ayant trait aux « peuples d’Égypte et de Syrie s’attachant à la diffusion du culte de ce dieu » unique jette à elle seule le discrédit sur l’ensemble du passage27. La description se veut trop démonstration pour pouvoir être prise au sérieux. Le texte reflète les espoirs nés de l’union syro-égyptienne de 1958 dans les domaines économiques, humains et culturels.

B - Les prémisses de l’unité arabe :

48Ces relations idylliques sont décrites dans le cadre général de la patrie arabe et, selon l’époque et les manuels, dans le cadre égypto-syrien et égypto-soudano-libyen.

49La Grande Patrie Arabe :

« Tu es Arabe, fils de la Grande. Patrie Arabe qui occupe la place du cœur du monde antique sur les continents africain et asiatique, s’étendant du Golfe Persique à l’est jusqu’à l’Océan Atlantique à l’ouest et de la mer Méditerranée et l’Asie Mineure au nord jusqu’à l’intérieur de l’Afrique et l’Océan Indien au sud. » (PREP 60 C)

  • 28 En ce qui concerne la Libye, cf. Chapitre III, 2-D
  • 29 Les Phéniciens sont définis comme un peuple d’origine arabe.

50Ces limites géographiques sont celles de la zone arabe. Les programmes et les manuels incluant dans leur intitulé le « monde arabe » ou la « Patrie Arabe » n’abordent cependant pas l’étude de toutes ces régions. Les zones correspondant aux États contemporains suivants en sont exclues : Tunisie, Algérie, Maroc, Mauritanie28. Ce silence ne peut pas être mis en rapport avec la politique internationale de l’époque : l’Égypte eut en effet des relations continues avec différents pays d’Afrique du Nord. Il semble seulement que l’étude du Proche Orient antique offre une cohérence que viendrait rompre l’adjonction de l’Afrique du Nord. Notons et soulignons que la présence phénicienne à Carthage et dans l’Afrique punique ne donne lieu à aucun développement sur la présence « arabe"29 dans ces régions.

51En ce qui concerne le Moyen Orient, il en va bien sûr tout autrement et son étude est souvent fondée sur un panarabisme rétrospectif. Ainsi peut-on lire dans les manuels de Secondaire et de Préparatoire (PREP 60 C à PREP 84) :

« MISSION DE L’ARMEE
La fonction de l’armée dans l’Égypte pharaonique n’était ni simple ni facile mais d’une importance considérable. Parmi ses vastes buts :

  • l’unification du pays et le maintien de son unité (...)

  • la défense de la patrie et sa protection face aux envahisseurs (...)

  • la libération du pays et l’expulsion des ennemis (...)

  • la formation d’une unité solide avec certaines provinces de la patrie arabe (...) »

  • 30 Histoire de l’Égypte et du monde antique, Le Caire, 1971.

52Cette dernière prérogative fait des troupes de Pharaon les précurseurs de celles du Prophète et des rêves panarabes du xxe siècle. Une carte vient la confirmer (cf. carte jointe) dont la légende est « carte de l’unité de la patrie arabe sous le règne de Thoutmôsis III ». Cette carte figure dans les manuels de Préparatoire depuis 1960, sans interruption jusqu’à aujourd’hui. Il faut noter que le manuel d’Histoire destiné aux Écoles Normales d’Instituteurs et Institutrices30 contient exactement la même carte avec la légende « l’empire égyptien sous Thoutmôsis III ». L’auteur a-t-il jugé que ce qui était bon pour des enfants de 12 ans ne l’était pas pour des étudiants de 18-20 ans. A-t-on craint le sens critique de ces derniers ?

Carte de l’unité arabe sous le règne de Thoutmôsis III

53Le manuel de Secondaire est pour sa part plus mesuré dans ses rapprochements explicites avec l’actualité.

« Grâce à cette grande armée fut fondé le premier empire de l’Histoire. Nous l’appelons dans la langue politique « empire » mais nous ne voyons pas la réalité ainsi. Nous voyons plutôt un bloc oriental afro-asiatique dirigé par l’Égypte. (...)
On peut presque dire que l’histoire de ce bloc que construisit Pharaon avec ses soldats trouve son écho dans cette unité moderne apparue sous le nom de Ligue Arabe. »

54Une « carte des provinces unies sous l’étendard de l’Égypte à l’époque de Thoutmôsis III » accompagne le texte. Renonçant au mot « empire » qu’il doit juger trop chargé de connotations négatives, l’auteur établit ensuite un parallèle entre le « bloc que construisit Pharaon » et la Ligue Arabe. Il précise d’emblée la différence qui oppose les deux entités en notant que le « bloc égyptien » fut construit avec les soldats de Pharaon.

55Ce dernier extrait date de 1957, ceux du début de ce paragraphe de 1960 à 1984. De 1959 à 1970, ils sont le contexte dans lequel d’autres relations bilatérales sont l’objet d’une approche particulière.

C - Syrie-Égypte, une unité ancienne

56Plusieurs des extraits traduits dans le cours du chapitre consacré à l’œuvre de Thoutmôsis III auraient également leur place ici. La présentation des conquêtes égyptiennes comme la concrétisation d’un grand dessein unitaire souhaité par toutes les parties concerne principalement la région syrienne. Dans ces développements, les auteurs emploient en règle générale les termes « Syrie » et « Égypte ». Des élèves de douze ans mettront sur ces noms les réalités contemporaines dont la presse, la radio, la télévision ou le cours de géographie leur ont parlé. Pourtant une distinction s’imposait. Le terme « Égypte » appliqué à l’Antiquité ne nécessite qu’une simple opération mentale de retour dans le temps avec des repères géographiques et structurels ayant assez peu varié. Le terme « Syrie » recouvre pour sa part une zone géographique plus floue. De plus la Syrie antique ne fut pas un État tel que le fut l’Égypte mais une poussière de principautés en agitation permanente et soumises à divers flux de populations.

57Le traité de 1958 consacrait la fusion de deux États ; les conquêtes de Thoutmôsis III agrandirent son royaume d’une vaste zone asiatique politiquement instable avant la mise en place de la tutelle égyptienne. Ce rapprochement implicite entre le passé et le présent par l’application d’une terminologie actuelle à des entités antiques apparaît encore plus précisément avec l’emploi répété par certains manuels du terme « province ». Après la fusion de 1958, l’Égypte devient « province sud » et la Syrie « province nord » de la RAU. L’élève lisant : « les habitants des deux provinces tirèrent profit de Vanité économique et tes pays voisins avaient peur d’attaquer un vaste pays à l’armée puissante », peut ainsi établir un parallèle direct entre cette description d’une situation antique et le contexte politique de la RAU. On parle même dans PREP 60 C de « l’état égypto-syrien » dont le pharaon Akhenaton - promoteur d’une réforme religieuse imposant le monothéisme -est présenté comme le produit. Syrie et Égypte unies sont donc parvenues au monothéïsme. L’importance qu’accorde la religion musulmane au dogme de l’unicité divine donne la mesure du prestige dans lequel doit être tenue cette union. Dans ce même registre religieux, PREP 59 présente les prophètes et le Christ comme des liens entre les deux provinces :

« Puis, tes religions célestes firent leur apparition et les deux provinces (Égypte-Syrie) furent unies par un lien spirituel solide. En effet, le Prophète « Joseph » vint de Syrie en Égypte. Le prophète Moïse émigra en Égypte avec son peuple alors que le Christ a visité les deux provinces. »

58Dans le domaine strictement historique, Alexandre le Grand est lui aussi mis à contribution pour justifier l’union égypto-syrienne :

« Alexandre ressentit l’importante vérité historico-géographique selon laquelle la garantie de ses succès et la sécurité de la Syrie exigeaient son union avec l’Égypte. Ve là chacune de ces deux provinces serait un complément pour l’autre. » (PREP 60 C)

59Si l’on considère l’étendue de l’empire d’Alexandre, on peut penser que cette vision limitée à l’Égypte et à la Syrie est pour le moins restrictive. D’autant qu’en dépit de ce que semble suggérer le texte, l’Égypte fut l’un des derniers « ajouts » à l’empire, la région correspondant à l’actuelle Syrie ayant été conquise en 333 et l’Égypte en 332. Les auteurs expriment leur foi en l’union syro-égyptienne moderne en la qualifiant « d’importante vérité historico-géographique. » Cette vision se poursuit dans leur présentation de l’époque hellénistique et romaine :

« La division de l’Égypte et de la Syrie en deux pays séparés s’avéra être une chose non naturelle. Les événements avaient prouvé tout au long des siècles précédents que la sécurité de chacune des deux provinces ne pouvait être assurée sinon par leur union. La Syrie est la clef de l’Égypte à l’est comme l’Égypte est la source de sécurité de la Syrie au sud-ouest.
C’est pour cela que l’histoire des Ptolémées et des Séleucides est pleine de guerres entre eux. (...) Et ces guerres continuelles aboutirent à l’affaiblissement de chacun des deux pays. L’empire romain qui convoitait le contrôle de l’Orient accentua cette faiblesse et cette division. Home eut d’abord recours à la politique du « diviser pour régner » entre les Ptolémées et les Séleucides comme le font aujourd’hui certains pays occidentaux avec les Arabes.
 » (PREP 60 C)

  • 31 Crise ayant abouti à l’occupation d’une partie du Sinaï par Israël.

60Ce passage confirme en tout point le caractère naturel de l’union des deux pays. Les divisions qui ont pu survenir sont le fait d’éléments étrangers : occupants grecs (Ptolémées, Séleucides) et romains dans le passé, « certains pays occidentaux » aujourd’hui. L’allusion doit être principalement dirigée contre les États-Unis, la France et l’Angleterre, ces deux derniers ayant participé - avec Israël - à « l’agression tripartite » sur Suez en 195631. Soutenues par l’URSS, l’Égypte et la Syrie ont eu à la fin des années 1950 plusieurs points de frictions avec l’Occident, passant en septembre 1957 près du conflit armé. Sans vouloir relier toutes les allusions des auteurs à des faits trop précis, on peut cependant remarquer que les questions de stratégie et de défense - contemporaines de la création de la RAU - arrivent en tête dans la présentation des bénéfices de « l’union ancienne » entre l’Égypte et ses dépendances asiatiques.

61Quelques manuels de Primaire (entre 1960 et 1964) consacrent quelques lignes à un autre événement qui associa l’Égypte et la Syrie : le règne de la reine Zénobie, souveraine de Palmyre entre 260 et 272 de notre ère. Voici le texte de PRIM 60 :

« En Égypte s’éleva une révolution contre les Romains, aussi Zénobie se pressa-t-elle d’envoyer une armée syrienne en Égypte pour aider les Égyptiens dans la lutte contre les Romains. Ainsi l’Égypte et la Syrie furent unies sous l’autorité d’une reine arabe comme elles l’avaient été auparavant sous l’autorité de nombreux pharaons. »

62Remarquons d’abord l’emploi de l’expression « armée syrienne » pour désigner les troupes de Palmyre. Cette armée intervient pour aider les Égyptiens à s’affranchir de la tutelle romaine et aboutit à une union dont on ne précise ni la durée, ni la portée. La comparaison avec une situation antérieure (« comme elles l’avaient été auparavant sous le règne de nombreux pharaons ») qui a été décrite comme étant positive est valorisante.

  • 32 Principalement Zozime, Histoire Nouvelle, Livre 1.
  • 33 J. FEVRIER, Essai sur l’histoire politique et économique de Palmyre. C. SCHWARTZ, Les Palmyréens et (...)
  • 34 Zozime, op. cit., I - Chap. XLIV.

63L’étude des sources historiques32 conduit à présenter une versions plus nuancée33 : les Palmyréens avaient selon Zozime34 envoyé en Égypte un agent afin de rallier le parti anti-romain et de préparer le terrain à un moment où l’Égypte se trouvait particulièrement dégarnie de ses troupes. L’initiative des opérations revient donc à Palmyre et non pas à l’Égypte. Ces opérations, sur lesquelles le manuel n’est guère prolixe, ont-elles entrainé l’adhésion massive des Égyptiens ?

  • 35 J. FEVRIER, Essai sur l’Histoire politique et économique de Palmyre.

« Il semble que les Égyptiens aient opposé une résistance assez vive aux troupes de Zénobie ; ils constituèrent d’abord une première armée sous la direction et avec le concours des troupes romaines stationnées en Égypte. Les Palmyréens vinrent à bout après un dur combat de ces troupes plus ou moins improvisées » écrit James Février35.

64La conquête de l’Égypte par Zénobie semble donc voir été menée avec des méthodes assez proches de celles utilisées par les pharaons du Nouvel Empire dans la région syrienne.

  • 36 C. SCHWARTS, « Les Palmyréens et l’Égypte », dans le Bulletin de la Société Archéologique d’Alexand (...)

65La domination palmyréenne sur la vallée du Nil fut éphémère : elle dura de 269/70 à 272. Ses conséquences ne durent pas être profondes en Égypte. Comme l’écrit J. Schwartz36,

« malgré la prétention de Zénobie à diriger l’Égypte au même titre que l’empereur romain il ne dut pas y avoir grand-chose de changé jusqu’au jour où Vaballah (le fils de Zénobie) se fit proclamer empereur (270/1) (et encore !). »

66La conquête de l’Égypte par Zénobie, après de violents combats est décrite avec un minimum de commentaires, suggérant la solidarité contre l’occupant romain à la base de « l’union » de l’Égypte et de Palmyre. Ce dernier État, par sa présentation (« reine arabe », « armée syrienne ») est facilement assimilable à la Syrie.

67Il faut noter qu’on a pris la peine de mentionner un épisode, même bref, qui illustre une « union » avec domination « syrienne » sur l’Égypte. Dans tous les autres cas, c’est l’Égypte qui assure le leadership, tout comme Nasser assura celui de son pays au sein du monde arabe.

  • 37 O. CARRE, « Pouvoir et idéologie dans l’Égypte de Nasser à Sadat (1952/1975) » dans l’Égypte d’aujo (...)

68Thoutmôsis III, Alexandre le Grand et Zénobie sont donc les précurseurs mythiques de l’idée d’union syro-égyptienne. Thoutmôsis III demeure à cette place jusqu’en 1970, Alexandre et Zénobie la quittent en 1965. La fin de la RAU n’a donc pas été immédiatement suivie d’effet dans ce domaine. Ceci est sans aucun doute à mettre en rapport avec une tendance générale décrite par Olivier Carré37 :

« Il est fréquent de considérer que le soir du 9 juin 1967 sonne le glas du nationalisme arabe. Il marque plus exactement la déconfiture de cette forme du nationalisme arabe qui gardait la nostalgie de l’union nationale syro-égyptienne. »

69On peut voir dans la persistance des thèmes d’union à l’intérieur des manuels une illustration de cette nostalgie. Ces thèmes parfois défendus avec lyrisme, toujours avec certitude auront une forme beaucoup plus neutre dans les années suivantes.

D - Libye et Soudan : les séquelles du traité de 1971

  • 38 En 1974, ce chapitre représente 30 % des pages du manuel (réduit à 23 pages).
  • 39 A cette occasion l’Égypte abandonne son appellation officielle de République Arabe Unie pour celle (...)

70La Libye est quasiment absente des manuels, le Soudan n’y est mentionné qu’à l’occasion de l’expansion égyptienne en Nubie. Font exception à cette règle, les manuels de primaire qui, depuis 1971 consacrent un chapitre38 aux « contacts entre l’Égypte, le Soudan et la Libye aux temps antiques » dans un ouvrage dont le titre complet est « Notes sur les matières sociales, en conformité avec le programme unifié entre l’Égypte, le Soudan et la Libye. » L’incursion des deux pays frontaliers de l’Égypte dans les programmes d’enseignement est à relier au traité créant le 1er septembre 1971 l’Union des Républiques Arabes unissant Syrie, Égypte39, Soudan et Libye. Ce traité n’a pas l’ampleur ni l’audience de l’union de 1958. Il sera bien vite caduc, Qadafi devenant l’ennemi n° 1 du régime égyptien, place qu’il occupe encore en 1987.

71Malgré cet état de fait, les instructions du ministère de l’Enseignement n’ont pas été revues depuis 1971 et contiennent toujours la phrase suivante : « Il convient de mettre en évidence dans ces études les liens anciens entre Égypte, Libye et Soudan en particulier et entre les parties de la Patrie Arabe ancienne en général. » Cependant, en 1974, c’est-à-dire peu de temps après une modification des rapports égypto-libyen, le texte du chapitre consacré aux contacts entre Égypte, Syrie et Libye fut modifié ; voici d’abord celui de 1971 :

Histoire, du contact entre l’Égypte, le Soudan et la Libye aux temps anciens

Le contact ancien entre l’Égypte et le Soudan

Quand tu visites le musée des antiquités égyptiennes au Caire, tu vois beaucoup de pièces de mobilier, comme les chaises, les lits et les coffres, que nos lointains ancêtres ont fabriquées avec du bois, ont décorées à la feuille d’or et incrustées d’ivoire et d’ébène. Or notre pays, comme tu le sais, a très peu d’or, l’éléphant n’y vit pas et l’ébénier n’y pousse pas. D’ou ont donc tiré nos ancêtres l’or en grandes quantités, l’ivoire et l’ébène,
Ils tiraient ces matières du Soudan qui borde l’Égypte au Sud. Les bateaux remontaient le Nil de l’Égypte vers le Soudan et le descendaient du Soudan vers l’Égypte, comme passaient par la route saharienne les caravanes d’ânes reliant les deux pays frères. Les relations étaient étroites entre les Égyptiens et les Soudanais, aux temps anciens comme elles le sont aujourd’hui.
Les anciens rois de l’Égypte ont gouverné le Sud et ont bâti des temples en Nubie, au nord du Soudan, ils ont élevé là-bas des statues qui y sont encore aujourd’hui. L’armée égyptienne antique comprenait beaucoup de Nubiens travaillant avec les Égyptiens sous un seul drapeau et défendant l’Égypte.
Comme les rois égyptiens avaient gouverné la Nubie aux temps anciens, un des fils de la Nubie, nommé Piankhy, put gouverner l’Égypte. C’était un roi clément dans les veines duquel coulait le sang des pharaons (rois d’Égypte) et il gouverna l’Égypte, lui et ses successeurs pendant près de cent ans. Piankhy décrivit son expédition en Égypte dans une inscription qu’il grava sur une énorme stèle, dans le temple qu’il bâtit au Soudan et cette stèle est aujourd’hui conservée au musée des antiquités égyptiennes du Caire.

Le contact ancien entre l’Égypte et la Libye

D’autre part, de fortes relations liaient la Libye - comme le Soudan - à l’Égypte aux temps antiques. La Libye borde l’Égypte à l’ouest et les Libyens émigraient en Égypte pour sa terre fertile et beaucoup d’entre eux s’établissaient sur la terre d’Égypte et tous ensembles exploitaient ses larges cultures et ses richesses. L’un d’eux, nommé Sheshonq put régner sur l’Égypte et enrichir le temple de Louxor. Il soumit la Nubie
Les anciens gouvernants de l’Égypte avaient utilisé certains fils de la Libye comme marins dans la flotte égyptienne et comme gardiens dans les forteresses égyptiennes. L’armée égyptienne enrôlait des Égyptiens, des Nubiens et des Libyens. Ils étaient sous un seul drapeau pour combattre les ennemis qui menaçaient l’Égypte à l’est.

72Depuis 1974, on peut lire :

Histoire du contact entre l’Égypte, le Soudan et la Libye aux temps anciens

Le contact ancien entre l’Égypte et le Soudan

Les anciens Égyptiens étaient voisins avec les Soudanais au sud et le Nil les reliait les uns aux autres. Les navires à voiles et les petits bateaux remontaient le Nil de l’Égypte vers le Soudan et le descendaient du Soudan vers l’Égypte comme passaient par la route saharienne les caravanes d’ânes reliant les deux pays frères. Les relations commerciales étaient importantes entre les peuples égyptien et soudanais aux temps antiques : tes lointains ancêtres apportaient au Soudan la soie, le tissu et les statues et en prenaient le bel or rouge et jaune, le prestigieux ébène noir, l’ivoire blanc, le bois et les peaux de bêtes. Tes ancêtres les anciens Égyptiens utilisaient ces matières dans leurs fabrications d’objets. Ce que tu vois aujourd’hui au musée des antiquités égyptiennes du Caire le prouve. Si tu visites ce musée, tu verras beaucoup de pièces de mobilier, comme les chaises, les lits et les coffres que tes lointains ancêtres ont fabriquées avec du bois, décorées à la feuille d’or et incrustées d’ivoire et d’ébène.
Après que l’unification de l’Égypte eut été achevée par Ménès, tes ancêtres les rois d’Égypte œuvrèrent sur les frontières du sud vers le Soudan dont ils annexèrent le nord [connu sous le nom de Nubie), jusqu’à Dongola et ils y élevèrent des temples. Parmi les plus célèbres figure celui que le roi Thoutmôsis III bâtit dans la région de Napata près de la quatrième cataracte. Ce temple existe toujours aujourd’hui. L’armée égyptienne antique comprenait beaucoup de Nubiens travaillant avec les Égyptiens sous un seul drapeau et défendant l’Égypte. Après l’époque de Thoutmôsis III, tes lointains ancêtres d’Égypte gouvernèrent la Nubie jusqu’à la quatrième cataracte pendant longtemps jusqu’à ce que la faiblesse les envahisse et que les gouvernent les Libyens. Alors les Nubiens se rendirent indépendants de l’Égypte et eurent en Nubie un royaume indépendant dont la capitale était Napata. Puis Us voulurent conquérir l’Égypte à la fin de l’époque libyenne. Leur roi Piankhy la conquit, il vainquit les Libyens et annexa l’Égypte à son royaume. Il décrivit son expédition en Égypte dans une inscription qu’il grava sur une énorme stèle dans le temple qu’il bâtit au Soudan et cette stèle est aujourd’hui conservée au musée des antiquités égyptiennes au Caire.
Piankhy fut un roi soudanais clément. Il gouverna l’Égypte, lui et ses successeurs pendant près de cent ans. Ils apprirent les productions de l’Égypte et ses arts, Us construisirent au Soudan pyramides et temples, habitèrent dans de beaux palais et apprirent l’organisation de l’agriculture égyptienne, la langue égyptienne et l’écriture qu’utilisaient les anciens Égyptiens.

Le contact entre l’Égypte et la Libye

Les anciens Égyptiens étaient les voisins des Libyens à l’est et des relations les liaient du fait de ce voisinage. Ces relations commencèrent par les raids que menaient les Libyens sur la fertile vallée du Nil chaque fois que les ressources de leur pays s’épuisaient : après une raréfaction des pluies ou une diminution des arbres et des pâturages. Mais Us échouaient dans ces attaques parce que le roi d’Égypte en ce temps-là les battait et les expulsait d’Égypte, comme l’avait fait Ménès après l’unification de l’Égypte et comme le firent après lui Ahmosis puis Thoutmôsis III. Les Libyens se mirent à émigrer vers l’Égypte pour s’implanter sur son vaste sol, riche de productions. Beaucoup s’installèrent sur la terre d’Égypte et tous ensembles exploitaient ses larges cultures et ses richesses. Certains pharaons se marièrent dans certaines familles libyennes pour améliorer les relations entre les deux peuples, comme le fit Kheops, bâtisseur de la grande pyramide. Les pharaons apprirent, bien après l’époque de Thoutmôsis III, que les Libyens étaient des hommes de guerre. Ils les utilisèrent comme mercenaires dans leurs armées jusqu’à ce que la plupart des armées égyptiennes du Delta passe sous le commandement d’officiers libyens, et que l’un d’entre eux, nommé Shehhonq, prenne le pouvoir en Égypte sans combat. Il enrichit le temple de Louxor et annexa la Nubie. Leur pouvoir sur l’Égypte dura environ deux siècles et se termina lorsque les Nubiens la conquirent dirigés par Piankhy comme tu le sais.

73On remarque que le passage sur le Soudan a peu varié. Le Soudan est présenté comme une source de denrées rares pour les Égyptiens, une région placée dès les temps les plus anciens sous la domination égyptienne. On donne aux enfants des preuves concrètes de ces faits : les objets d’or, d’ivoire et d’ébène du Musée du Caire d’une part, les vestiges archéologiques égyptiens du Soudan d’autre part. Les Nubiens sont montrés comme de loyaux soldats de l’armée égyptienne. La prise du pouvoir par Piankhy est présentée comme un événement naturel, suite logique à une domination égyptienne sur la Nubie. Sans nous arrêter sur la notion, toute subjective, de clémence attribuée à Piankhy, notons qu’il est difficile de faire de ce conquérant un descendant des pharaons. Ses compatriotes Nubiens apprennent quasiment tout de l’Égypte : construction, organisation de l’agriculture, langue, écriture et arts. Qu’apportent-ils en échange à l’Égypte ? Des matières premières et des troupes : la relation colonisateur/colonisé est ici présentée sans nuances.

74Les illustrations représentant des Nubiens vont également dans ce sens :

75Constatons de légères modifications dans le texte traitant des rapports égypto-libyens : en 1971 on les décrit comme étant de « fortes relations » et l’émigration des Libyens vers l’Égypte est présentée comme un fait naturel, tout comme la prise du pouvoir (dont la violence est passée sous silence) par Sheshonq et l’enrôlement de Libyens dans l’armée de Pharaon.

  • 40 Chapitre 1 : « Ménès et l’unification du pays » ;
    Chapitre 2 : « La lutte contre les Hyksôs » ;
    Chapi (...)

76Depuis 1974, l’accent semble mis au début du passage sur les conflits égypto-libyens. Les migrations des Libyens sont d’abord présentées comme des raids auxquels les Égyptiens ont toujours répondu avec la fermeté voulue. Notons que l’on ne conserve pas de traces de conflit particulier opposant les pharaons cités (Ménès, Ahmôsis, Thoutmôsis III) à la Libye. Le thème de la lutte contre les Libyens est extrêmement courant dans les inscriptions égyptiennes. Tous les pharaons peuvent les mentionner dans leurs listes de peuples vaincus. Les trois pharaons cités sont simplement ceux dont les noms sont connus des élèves parce que le manuel les a cités40.

77A cette mise en valeur des incidents entre les deux peuples succède une accentuation de leurs rapprochements. On cite ainsi les mariages mixtes dont Kheops est donné comme exemple (bien qu’aucune source ne fasse état de son mariage avec une Libyenne). La suite du texte est très proche de la version de 1971.

78On peut tenter de trouver une justification à ces changements dans l’examen des événements de l’année 1973.

  • 23 février : les Libyens rendent l’Égypte responsable de la destruction d’un Boeing libyen par la DCA israélienne, l’avion s’étant égaré au-dessus du Sinaï ;

  • 10 juillet : Qadafi obtient de Sadate un accord de principe pour procéder à deux référendums sur la fusion ;

  • 18 juillet : « marche de l’unité » lancée par Qadafi « pour convaincre les autorités égyptiennes de la volonté des deux peuples d’être enfin réunis en une seule nation ». L’armée égyptienne reconduira fermement à la frontière cette « horde de chômeurs fanatisés ».

79Il est certes délicat de vouloir relier d’infimes modifications dans le texte d’un manuel à des événements trop précis et trop récents. Il est cependant curieux de constater à quel point la nouvelle présentation des rapports égypto-libyens antiques s’accorde bien avec le contexte né des événements de l’été 1973. Présentant les Libyens comme des envahisseurs de l’Égypte tout en soulignant les unions au sommet, le texte reproduit de loin l’attitude officielle égyptienne, repoussant l’invasion même si l’union n’était pas remise en cause.

80Pourtant, malgré une très nette détérioration des rapports entre les deux pays le texte n’a pas été modifié, depuis 1974, ce qui met bien en évidence la prudence avec laquelle on doit envisager d’éventuelles relations de causes à effet entre l’actualité et les « versions officielles » de l’antiquité.

*

Notes

1 Maxime RODINSON, Les Arabes, Paris, Sindbad, 1982.

2 Régis BLACHERE, Histoire de la littérature arabe, des origines à la fin du xve siècle de J .C », t. 1, Paris, 1980, p. 3.

3 Terme européen centrique peu satisfaisant mais moins chargé de connotations.

4 Cf. Chapitre IV.

5 Du moins dans les déclarations officielles.

6 M. RODINSON, op.cit., p. 57.

7 M. RODINSON, op. cit., p. 46.

8 En tenant compte d’un « délai de réaction » nécessaire à la modification des ouvrages.

9 A. LEROI GOURHAN, La préhistoire. Paris, 1969.

10 PREP 68/69.

11 Aucun de ceux auxquels M. G. al-Din Mukhtar a participé - après 1959 - n’échappe à cette règle.

12 La Charte, Imprimerie Nationale, Le Caire, 1962.

13 Cf. P. BALTA et C. ROULEAU, La vision nassérienne, Sindbad, 1985.

14 Cf. Chapitre III–1.

15 Cf. Chapitre IV–2.

16 Les Hittites envoient des tributs à Thoutmôsis III au cours de sa VIIIe campagne (cf. DV, p. 413)

17 Cf. DV, p. 416.

18 Cf. Chapitre V.

19 Cf. DV, p. 467

20 Annales de Thoutmôsis III, trad. anglaise de Breasted, Ancient Records, II, § 431.

21 Trois villes de la région sud du Liban.

22 Breasted, op. cit., § 436

23 Cf. p. 69.

24 Breasted, op. cit., §§ 430-443.

25 Thoutmôsis III a bien mené, en l’an 33 de son règne, une bataille à Qadesh, mais elle n’eut pas l’importance de la bataille de Meggido. La ville du chef de ville du chef de la coalition anti-égyptienne (Qadesh) et à l’origine d’une confusion : il est en fait ici question de Meggido et non pas de Qadesh.

26 Cf. ASAE LVI, 1959, pp. 105-137

27 La réforme d’Akhenaton semble voir été un échec populaire complet. Cf. Chapitre VI.

28 En ce qui concerne la Libye, cf. Chapitre III, 2-D

29 Les Phéniciens sont définis comme un peuple d’origine arabe.

30 Histoire de l’Égypte et du monde antique, Le Caire, 1971.

31 Crise ayant abouti à l’occupation d’une partie du Sinaï par Israël.

32 Principalement Zozime, Histoire Nouvelle, Livre 1.

33 J. FEVRIER, Essai sur l’histoire politique et économique de Palmyre. C. SCHWARTZ, Les Palmyréens et l’Égypte, dans le Bulletin de la Société Archéologique d’Alexandrie, 1953, n° 40, pp. 63-81.

34 Zozime, op. cit., I - Chap. XLIV.

35 J. FEVRIER, Essai sur l’Histoire politique et économique de Palmyre.

36 C. SCHWARTS, « Les Palmyréens et l’Égypte », dans le Bulletin de la Société Archéologique d’Alexandrie, 1953, n° 40, pp. 65-81.

37 O. CARRE, « Pouvoir et idéologie dans l’Égypte de Nasser à Sadat (1952/1975) » dans l’Égypte d’aujourd’hui, CNRS.

38 En 1974, ce chapitre représente 30 % des pages du manuel (réduit à 23 pages).

39 A cette occasion l’Égypte abandonne son appellation officielle de République Arabe Unie pour celle de République Arabe d’Égypte.

40 Chapitre 1 : « Ménès et l’unification du pays » ;
Chapitre 2 : « La lutte contre les Hyksôs » ;
Chapitre 3 : « Thoutmôsis III ».

Table des illustrations

Légende La patrie arabe (PREP 60 B)
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/195/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Légende « La Patrie arabe ancienne au centre du monde. »
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/195/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Carte de l’unité arabe sous le règne de Thoutmôsis III
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/195/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/195/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 350k

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540