Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Nos ancêtres les pharaons...

 | 
Gérard Coudougnan

Chapitre II. Le message des introductions aux ouvrages

Texte intégral

1Les introductions des manuels de préparatoire constituent d’intéressants « indicateurs de tendance » reliant le programme au contexte contemporain de l’édition du livre.

2Voici trois de ces introductions, datant respectivement de 1957, 1960 et 1984. Toutes trois ont au moins un auteur en commun, M. Muhammad Gamal al-Din Mukhtar, ce qui permet de les comparer.

La civilisation de tes premiers ancêtres (PREP 57)

3Ce livre est sur la civilisation de tes ancêtres, les anciens Égyptiens, ce peuple qui fut le premier à passer de la condition de bédouins et de sauvages à celle de civilisés. Il créa la civilisation humaine et la fit progresser jusqu’à ce que la leur prennent des peuples qui n’auraient pas atteint la civilisation à laquelle ils sont parvenus s’ils n’avaient pas appris de ces Égyptiens l’artisanat, le commerce, l’art, la religion, la littérature et les autres éléments du progrès humain.

4La grandeur de ces ancêtres ne se manifeste pas seulement dans la grandeur de leur civilisation et du patrimoine scientifique, littéraire et artistique qu’ils ont créé mais elle se manifeste en ce qu’ils sont les créateurs de cette civilisation prodigieuse depuis ses débuts et en ce qu’ils l’ont produite d’eux-mêmes. Car il n’y avait autour d’eux personne de qui prendre la civilisation, de qui apprendre l’agriculture et l’artisanat ou de qui copier l’art : ils ne s’appuyèrent que sur eux-mêmes, sur leur intelligence, sur leurs efforts, sur leurs ressources. Ils affrontèrent la nature avec ses problèmes et sa dureté et ils travaillèrent avec leurs bras et leur intelligence. Ils formèrent un groupe organisé affrontant ses problèmes et donnant le pouvoir à la réflexion. Ils résolurent ces problèmes par la religion à laquelle ils arrivèrent, l’organisation étatique qu’ils mirent au point, les lois qu’ils établirent et les principes moraux dont ils décidèrent. Tout cela pour la première fois dans l’histoire de l’humanité ; et c’est à eux qu’empruntèrent les autres peuples.

5Par conséquent, l’Égypte n’est pas seulement un don du Nil car le Nil ne coulait pas seulement en Égypte. Lui et d’autres fleuves coulaient chez des peuples qui n’ont pas atteint l’importance des Égyptiens en matière de civilisation ou de succès dans la vie.

6L’Égypte est le don de l’intelligence de son peuple, de son activité, de ses efforts, de son assiduité, de son unité. Sur eux-mêmes ils ont compté, à leur intelligence ils se sont fiés et de leurs seuls efforts ils ont cultivé (la terre). Ils ont récolté en compensation de tout cela la grande civilisation égyptienne et la bonne réputation qui a atteint les horizons de la terre dans le monde antique comme dans le monde moderne.

7Nous n’avons pas fait ce livre pour enregistrer les événements de l’histoire ancienne de l’Égypte, époque après époque, année après année ou événement après événement. Nous l’avons fait pour fixer dans l’esprit du lecteur certaines orientations, certaines pensées, certaines significations et certaines convictions qui sont nécessaires à tout citoyen qui veut s’en munir dans la bataille de la vie de cette nation et à l’époque à laquelle nous vivons. Ceci sans que nous ne sortions de la précision indiscutable des vérités historiques des experts historiens.

8Nous avons voulu montrer comment nos ancêtres les anciens Égyptiens ont affronté leurs problèmes et comment ils les ont résolus par l’invention, l’application ou la réflexion authentique, sans avoir recours à la transposition, ni à l’emprunt, ni à la tradition.

9(Suivent des développements assez répétitifs sur la grandeur des anciens Égyptiens)

10Tu n’as rien d’autre à faire, toi aussi face à ce que tu affrontes comme problèmes de ce temps qu’inventer, travailler, persévérer en ne t’appuyant que sur ton esprit, tes ressources, ta coopération et ton union avec les fils de ta nation. Tu as beaucoup plus de chances de succès que tes ancêtres n’en avaient. Car tu vis à une époque où les sciences progressent, où les découvertes ont évolué, où outils et instruments se sont améliorés ; et parce que tu vis désormais dans une époque de renaissance complète, on a uni la communauté et la place de la nation s’est élevée sur le plan mondial, tu as relevé la tête, tes chaînes se sont brisées et il ne te reste plus qu’à t’appliquer et à travailler conformément à tes premiers ancêtres. Nous prions Dieu que le lecteur profite de ce livre et qu’il destine à notre illustre nation l’honneur et le succès dont elle est digne.

11Le Caire Août 1957.

12Les Auteurs.

Histoire ancienne de la République Arabe Unie et du Monde Arabe (PREP 60 C)

13Ce livre est sur la civilisation de nos premiers ancêtres qui habitaient les différentes régions de notre Patrie arabe (la vallée du Nil, les côtes orientales de la Méditerranée, la vallée du Tigre et de l’Euphrate, le sud et le nord de la péninsule arabique), ces gens qui furent les premiers à passer de la condition de bédouins à celle de civilisés et qui créèrent une civilisation élevée que leur prirent d’autres peuples. Et сеs peuples n’auraient pas individuellement réalisé ce qu’ils ont aujourd’hui réalisé s’ils n’avaient pris de сеs ancêtres les arts, les sciences et la littérature qu’ils ont créés.

14La grandeur des ancêtres ne se manifeste pas dans la grandeur de leur civilisation et la richesse de leur patrimoine scientifique, artistique et littéraire, mais elle se manifeste en ce qu’ils ont fait naître cette civilisation, en ce qu’ils l’ont produite d’eux, mêmes. Eux ne l’ont pas prise à un autre, ils n’ont pas imité un autre peuple mais ils sе sont appuyés sur leur réflexion et sur leurs efforts et ils ont fait face à leurs problèmes dans leur milieu naturel et social. Ils y ont travaillé avec leur intelligence, leur volonté, leur action, en ne s’appuyant que sur eux-mêmes. Ils résolurent leurs problèmes par la science à laquelle ils arrivèrent, l’habileté qu’ils acquirent, les productions qu’ils inventèrent, puis pas la religion qu’ils prirent pour guide, le système étatique qu’ils mirent au point, les lois qu’ils établirent et les principes moraux dont ils décidèrent. De tout cela ils ont édifié la première des civilisations humaines.

15Nos ancêtres ont vécu dans des milieux riches de leurs sols fertiles, de leurs eaux, de leurs mers, de leurs pierres, de leurs minerais et de leurs situations. Ils ont veillé à leur exploitation en s’appuyant pour cela sur leur intelligence et sur leur action. Grâce à cela ils ont érigé des civilisations dont les vestiges subsistent encore et que les hommes perçoivent dans les fondements des plus évoluées des civilisations de l’époque contemporaine.

16Nous n’avons pas fait ce livre pour enregistrer les événements des histoires de nos ancêtres, époque après époque, siècle près siècle, événement après événement. Nous l’avons fait pour fixer dans l’esprit du lecteur certaines orientations, certaines pensées, certaines significations et certaines convictions qui sont nécessaires à tout citoyen voulant se munir des instruments de la citoyenneté véritable qui permet de se plonger dans la vie régénérée de cette nation à l’époque à laquelle nous vivons. Ceci sans que nous ne sortions de la précision indiscutable des vérités historiques des experts historiens.

17Nous avons voulu montrer que les parties de cette grande Patrie arabe ont toujours été complémentaires et même que l’unité entre elles a été réalisée à de nombreuses époques de l’Histoire. Les pays de la Patrie arabe échangeaient entre eux leur acquis, ils échangeaient leur savoir-faire artisanat, ils commerçaient, ils échangeaient la civilisation depuis les temps les plus anciens.

18Nous avons voulu montrer que nos ancêtres furent les premiers à créer un État organisé, contrôlé par un gouvernement fort, limité par la loi. Ils furent en conséquence de cela les premiers hommes à profiter des bienfaits de la sécurité, de la paix et de la stabilité.

19Nous avons voulu montrer que nos ancêtres n’ont pas négligé l’importance de la force matérielle. Ils ont créé des armées, construit des flottes et fabriqué des instruments de combat, non pas pour agresser mais pour répondre aux envieux et aux agresseurs.

20Nous voulons montrer que la civilisation de nos ancêtres, malgré son prestige dans l’art, la littérature et l’architecture n’a pas négligé les sciences naturelles dont elle a posé les fondements. Et ceci est clair en astronomie, chimie, médecine, chirurgie, plantes médicinales, mathématiques et architecture.

21Nous avons voulu montrer que nos ancêtres n’ont pas fait face à la vie avec passivité ou isolationnisme mais ils y ont fait face avec positivisme et application. Ils prirent la mer et rapportèrent des marchandises du plus loin de la Terre et s’arrêtèrent face aux sauvages qu’ils apprivoisèrent. Ils endiguèrent les grands fleuves et maîtrisèrent leurs eaux, ils travaillèrent les roches dures et en firent de superbes statues, ils frappèrent le sol sec de leurs houes et firent fleurir les plantes et créèrent les fruits.

22Nous avons voulu montrer que la grandeur de notre nation et de son patrimoine ont suscité la convoitise des envieux et provoqué l’avidité des affamés et ils furent la proie d’agression répétées.

23Malgré cela, nos ancêtres étaient plus forts que les accidents et plus solides que leurs agresseurs, plus puissants que les envieux et gagnèrent contre toutes les agressions, tinrent ferme face à tous les rapaces et répondirent par l’attaque. (...)

24Nous n’avons pas mis en évidence ces tendances par orgueil pour les ancêtres ni fierté pour nos aïeux, même s’il est de notre droit d’être orgueilleux et fiers. Nous les avons accumulées ici pour fixer dans ton esprit, lecteur, que tu es responsable de la poursuite des travaux de tes grands ancêtres et de leur civilisation élevée. Tu en as hérité pour les faire prospérer et pour leur donner un futur meilleur que le passé et pour te rendre digne face aux générations de ton affiliation aux grands ancêtres.

25Nous avons accumulé tout cela, lecteur, pour t’arrêter sur l’origine de leurs succès dans ces objectifs, dont ont été incapables tant de peuples. Nos ancêtres ont travaillé sans ménager leur peine, ont réfléchi sans se réfugier dans la paresse, ont eu de l’ambition et ne se sont pas satisfaits (de peu). Ils ont consigné tout cela eux-mêmes dans des écrits impérissables.

26Tu n’as rien d’autre à faire toi aussi, face à ce que tu affrontes comme problèmes de ce temps que faire travailler ton esprit et tes bras en suivant leur exemple et coopérer avec les fils de ta grande Patrie arabe. Tu as beaucoup plus de moyens et de chances de succès que tes ancêtres, parce que tu vis à l’époque où les sciences progressent, où les découvertes ont évolué, où les instruments et outils se sont améliorés et parce que tu vis dans une époque de renaissance. Tu as rejoint la communauté, tu chéris la nation parmi les nations, tu brandis bon drapeau sur le monde, tu as relevé la tête, tes chaînes se sont brisées et se sont ouvertes devant toi les portes de l’espoir.

27Nous prions Dieu que ce livre soit utile et qu’il réalise tout le bien que nous y avons mis.

28Le Caire Août 1960

29Les Auteurs.

La civilisation égyptienne antique et ses relations avec les civilisations de la Patrie arabe (PREP 84)

30Ce livre traite de la civilisation et de l’Histoire de tes premiers ancêtres en Égypte et dans les autres régions de la Patrie arabe, ces gens qui ont créé la civilisation et s’élevèrent grâce à elle jusqu’à ce que d’autres peuples la leur prennent.

31La grandeur de tes ancêtres ne se manifeste pas seulement dans l’ancienneté de leur civilisation, son antiquité, sa magnificence ou l’importance du patrimoine artistique, architectural ou littéraire qu’elle a légué mais elle se manifeste en ce qu’ils ont commencé cette civilisation élevée et qu’ils lai donnèrent son caractère en s’appuyant sur eux-mêmes, sur leurs actions, sur leurs efforts. Ils affrontèrent la nature avec ses problèmes, ils y travaillèrent avec leurs bras et leur intelligence jusqu’à ce qu’elle se soumette à eux. Après cela, ils purent en exploiter les richesses, en acquérir les ressources et les profits d’où l’accomplissement d’œuvres glorieuses qui suscitent l’admiration du monde depuis les temps les plus anciens.

32Ce n’est pas pour faire valoir des actions révolues que dans ce livre nous avons mis en évidence les vérités du passé, mais c’est pour que tu t’y arrêtes, élève ; sur tes facteurs qui ont fait parvenir tes ancêtres à ce haut niveau de culture et les ont déterminés à compter sur eux-mêmes ainsi qu’à se tourner vers les problèmes de la vie avec réflexion, travail, persévérance et coopération.

33Il n’y a aucun doute que les facteurs qui ont aidé nos ancêtres à devancer les nations du monde sont toujours présents et ont peu changé. Que les progrès auxquels ils sont parvenus soient pour nous un stimulant pour suivre leur voie et nous montrer dignes de l’honneur d’être leurs descendants.

34J’espère que nos fils, élèves du cycle préparatoire, tireront profit de ce livre et qu’il participera en cela à préparer une nouvelle génération forte, ayant foi en son patriotisme, en sa dignité et en l’unité de la grande Patrie arabe.

35M. Mokhtar

36Ces trois passages ont le même fil conducteur, facteur commun à partir duquel le programme est présenté : le souci de montrer en quoi les ancêtres se sont distingués des autres peuples du monde. Nous reviendrons plus loin sur la fierté nationale ici développée.

37Arrêtons-nous seulement pour noter la grande ressemblance des mots et des thèmes. Pendant près de trente ans des phrases entières sont restées quasiment inchangées. Pourtant, il y a une évolution majeure : le terme « patrie » ne renvoie pas en 1957, 1960 et 1984 à la même réalité.

38Considérons le texte de 1957 : il est entièrement et exclusivement consacré à l’Égypte. Avec quelle facilité les « anciens Égyptiens » ont été en 1960 remplacés par les « habitants des différentes régions de notre Patrie arabe » !

39En 1957, les Égyptiens étaient présentés comme le « premier peuple » ayant accédé à la civilisation, l’Égypte faisant figure d’îlot civilisé au milieu d’un océan de Barbares. En 1960, on étend cette qualité de précurseur à une zone beaucoup plus vaste dont certaines régions ont bien tardé à dépasser « la condition de bédouins » vue ici comme antérieure et inférieure à « la condition de civilisés ». Ainsi par le remplacement d’un terme, c’est la « Patrie arabe » toute entière qui se voit attribuer les qualités qui jusqu’en 1959, marquaient la spécificité de la civilisation égyptienne, adaptation de « la précision indiscutable des vérités historiques des experts historiens » aux circonstances.

40Cette idée est confirmée par le maintien de l’expression « la civilisation de nos ancêtres ». Or, même si après le viie siècle de notre ère l’islamisation a uni les destins des peuples ayant eu comme ancêtres les Égyptiens, les Phéniciens, les Chaldéens, les Babyloniens ou les Sumériens, ces peuples antiques, malgré leurs échanges, n’ont pas formé une seule et unique civilisation, ce mot étant pris au sens que semble vouloir lui donner l’auteur lorsqu’il parle de « la civilisation égyptienne ».

41Cette vision globale, qui fait plonger les racines de la « Patrie arabe » dans la plus lointaine antiquité, n’est plus aussi forte dans les manuels postérieurs au début des années 1970. Même si l’introduction du manuel actuellement en usage mentionne la Patrie arabe et son unité, c’est dans des phrases assez vagues : « les ancêtres » et « la civilisation » dont il est question semblent plus égyptiens qu’arabes. Peut-être faut-il voir ici un flou volontaire ?

42Ces notions d’arabisme seront le thème du point d’étude suivant. Les grandes lignes établies jusqu’à présent permettent de donner un cadre plus précis à la présentation par les auteurs des objectifs de leurs ouvrages.

43Tous mentionnent clairement leur but : donner au jeune citoyen « certaines orientations, certaines pensées, certaines significations et certaines convictions » à partir des faits historiques : l’Histoire doit avoir une utilité et une application concrètes et actuelles. Nous avons déjà noté comment ces orientations varient entre Égypte et monde arabe.

  • 1 J. LACOUTURE, Nasser, Paris Le Seuil, 1971.
    La vision nassérienne, textes présentés par P. Balta et (...)

44En 1957 comme en 1960, les manuels affirment leur foi dans les sciences et les progrès techniques. Ils s’adressent ainsi au lecteur : « tu as relevé la tête ». Reconnaissons ici quelques thèmes du début de l’ère nassérienne ; après la Révolution de juillet 1952, la phrase « relève la tête mon frère » avait fleuri sur les banderoles et le régime affirmait assurer le bien-être et le progrès du pays en mettant à sa disposition les moyens scientifiques et techniques du xxe siècle1.

45Dans ce contexte favorable, le lecteur doit imiter ses ancêtres vaillants et pieux, courageux et intelligents, créatifs et respectueux des lois. L’auteur insistera donc - et il l’annonce dès l’introduction - sur la mise en valeur de l’effort, de la piété, de l’intelligence et de la moralité dont firent preuve les ancêtres. Tous ces efforts tendent jusqu’en 1959 vers l’Égypte. En 1960, ils sont élargis pour l’élève qui se voit assigner un nouveau devoir, « coopérer avec les fils de ta grande Patrie arabe ».

  • 2 P. MIREL, L'Égypte des ruptures, Paris, Sindbad, 1982.

46Dans le dernier manuel, on semble revenir à une vision plus égyptienne si l’on admet que « les ancêtres » mentionnés sont strictement égyptiens. C’est même à un progrès sur une voie nationale tracée avant l’apparition de l’Islam qu’invite l’auteur, faisant voisiner un patriotisme égyptien et un nationalisme arabe tout à fait conformes aux idées développées par Anwar al-Sadate après la guerre d’octobre2.

47Il est à noter que la question religieuse est à peine présente dans ces textes. La religion est simplement citée en bonne place parmi les facteurs de civilisation. Il en va tout autrement dans l’introduction du manuel de secondaire en usage entre 1957 et 1960 (et dont M. Muhammad Gamal al-Din Mukhtar est l’un des deux auteurs) :

"Il ne fait absolument aucun doute que la connaissance de notre Histoire est un devoir sacré que nous prescrit la voix du droit et de la justice et auquel nous pousse ce que renferme notre cœur comme amour de l’Égypte, fidélité et dévouement pour elle. Ceci parce que l’amour de l’Histoire fait partie de l’amour de la Patrie et l’amour de la Patrie des règles de la foi."

48L’auteur établit donc un lien sacré entre la foi et l’Histoire, faisant de l’amour de l’Histoire un devoir religieux pour le Croyant. Cet amour de l’Histoire, qui passe par sa meilleure connaissance est possible grâce à la Révolution de 1952 :

« Nous souhaitons mettre en lumière certains aspects de cette civilisation immortelle dont la politique, et l’enseignement nous ont éloignés à l’époque du colonialisme. Ils ont séparé les fils de cette nation du regard porté vers le passé à la lumière de la vérité et de la connaissance, les réduisant à en savoir plus sur l’histoire de la Grande Bretagne ou de la France que sur l’histoire de leur patrie glorieuse. »

49C’est la décolonisation de l’enseignement qui est ici évoquée. Avant 1952, les écoles étrangères préparaient leurs élèves égyptiens à des diplômes britanniques ou français. La dernière étape de la reprise en main de l’enseignement de l’Histoire a déjà été mentionnée, il s’agit de l’imposition de manuels en langue arabe à la rentrée scolaire de 1959. Cette date correspond à celle de l’introduction dans les livres d’histoire ancienne de nouveaux paragraphes relatifs à la « Patrie arabe ».

50Tous les élèves égyptiens de cette époque ont donc été en contact avec ce nationalisme arabe rétrospectif.

*

Notes

1 J. LACOUTURE, Nasser, Paris Le Seuil, 1971.
La vision nassérienne, textes présentés par P. Balta et C. Rulleau, Paris, Sindbad, 1982.

2 P. MIREL, L'Égypte des ruptures, Paris, Sindbad, 1982.

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540