Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Nos ancêtres les pharaons...

 | 
Gérard Coudougnan

Introduction

Texte intégral

1Comment l’Égyptien d’aujourd’hui perçoit-il ses ancêtres d’avant l’Islam ? Pour répondre à cette question de façon précise et complète, il faudrait examiner divers éléments : les livres écrits ou diffusés en Égypte, les romans, pièces de théâtres, films et autres feuilletons d’inspiration pharaonique proposés par les producteurs, sans oublier la tradition orale qui, bravant la double rupture du Christianisme et de l’Islam, remonte souvent dans son inspiration jusqu’aux temps pharaoniques.

2Mais, pour qui converse avec des Égyptiens, cette tradition paraît aujourd’hui bien mince, sinon mythique. Les propos sur les premiers Égyptiens frisent souvent l’affabulation : la connaissance de l’histoire pharaonique et, plus généralement, préislamique est souvent peu étendue, quand elle n’est pas inexacte, même chez des gens « cultivés ». Il faut ajouter à cela le fait que la question religieuse est d’une grande importance dans ce domaine. Un Musulman et un Chrétien n’ont pas la même vision de leur passé lointain. Les Coptes (Chrétiens d’Égypte) se considèrent comme les descendants directs des anciens Égyptiens ; ils ont généralement un intérêt plus poussé que celui dont témoignent les Musulmans pour cette époque tandis que ces derniers mettent fortement l’accent sur l’histoire islamique.

3Dans ce contexte, et au-delà de ces considérations vagues et sans cesse répétées, il a paru intéressant d’examiner le rôle que pouvait jouer l’enseignement de l’Histoire dans cette perception en s’appuyant pour cela sur des manuels scolaires consacrés à l’époque pré-islamique.

4Ces manuels ont été lus et examinés dans une optique particulière dont les grands axes peuvent être définis par les questions suivantes :

5- Comment un État, dont la religion officielle est l’Islam, a-t-il organisé l’enseignement de l’Histoire de l’époque qui a précédé son islamisation, époque qui, plus que dans tout autre État aujourd’hui musulman, fut riche en hauts faits historiques et de civilisation ?

6Comment cet État, qui possède une forte minorité de Chrétiens, rend-il compte à travers son enseignement, de l’Histoire de cette communauté ?

7Le pouvoir issu de la Révolution de 1952 a-t-il cherché dans son lointain passé à se légitimer ou à légitimer certains de ses actes ?

8Dans certains cas, à côté de la vision des faits exprimée par les manuels, on en donnera une autre plus conforme à l’avis général des égyptologues. Qu’on ne voie pas en cela le désir gratuit de corriger l’interprétation de faits sur lesquels planent encore beaucoup de doutes, mais plutôt la volonté de mettre en évidence l’angle sous lequel les auteurs ont présenté les événements. Certains de ces « gauchissements » pourront trouver des ébauches d’explication, le plus souvent dans les circonstances politiques ayant précédé de peu la rédaction des ouvrages. L’aspect religieux ne devra jamais être oublié, tant en pays d’Islam la religion est aujourd’hui déterminante.

9Ainsi après une brève présentation des manuels et des programmes de chacun des trois cycles d’enseignement, l’analyse des orientations idéologiques se fera autour des trois thèmes : unité arabe, nationalisme, religions.

10Cette étude concerne les manuels de 1952 à 1984. Elle laisse donc de côté l’époque monarchique pour se concentrer sur celle qui a suivi le coup d’État des « Officiers libres », soit donc l’Égypte républicaine de Naguib (52/53), Nasser (53/70), Sadate (70/81) et Moubarak (depuis 81). Le sujet a paru suffisamment fourni pour qu’on en limite l’étude à ces 33 années, à l’intérieur desquelles il sera possible de mettre en évidence certaines tendances, certaines évolutions. L’étude de manuels antérieurs à 1952 aurait pris une trop vaste ampleur. De plus - et c’est là un argument déterminant- il n’a pas été possible de trouver de manuels datant de la fin de la royauté.

11A l’intérieur de ces limites chronologiques, les manuels d’Histoire étudiés sont les manuels scolaires à l’exclusion de ceux en usage dans les Universités ou Écoles Normales d’instituteurs qui ne s’adressent qu’à un nombre réduit d’utilisateurs. Excepté les livres du cycle secondaire, les ouvrages étudiés ici sont ceux qui sont passés entre les mains de la totalité des enfants scolarisés dans les cycles primaire et préparatoire, soit entre 6 et 14 ans.

12Il importe avant tout de donner ici une idée de l’enseignement en Égypte afin de pouvoir situer celui de l’Histoire dans un contexte qui en facilite l’appréhension.

13L’école primaire est gratuite depuis 1944 et l’enseignement est gratuit jusqu’à l’Université. L’école est obligatoire (en théorie au moins) jusqu’à la fin du cycle préparatoire (14 ans). Mais, à cause des effectifs pléthoriques des écoles et du manque de ressources des familles, nombreux sont les enfants qui quittent l’école pour travailler. L’État encourage indirectement ce mouvement en refusant de laisser redoubler les enfants qui échouent plus d’une fois à l’examen conditionnant, à la fin de chaque année scolaire, le passage dans la classe supérieure.

  • 1 En 1987, 1 L.E. = 3 F.F. Un kilo de viande coûte 9 L.E., un pain (subventionné) 0,02 L.E

14A cause de la croissance démographique (un million d’habitants supplémentaires tous les neuf mois) les cours qui étaient autrefois dispensés seulement le matin ont aujourd’hui lieu toute la journée. Enseignants et élèves sont répartis en deux équipes : l’une occupe l’école le matin, l’autre l’après-midi. Malgré cela, les effectifs des classes sont rarement inférieurs à 40 élèves pour des salles à l’installation matérielle souvent précaire (manque de pupitres, de sièges, de vitres aux fenêtres, matériel pédagogique absent). Dans de telles conditions, il n’est guère facile à l’instituteur, dont le salaire mensuel avoisine une cinquantaine de livres égyptiennes1 de dispenser un enseignement de qualité. Aussi le cours à l’école n’est-il bien souvent, qu’une invitation à suivre des cours particuliers qui assureront la subsistance de l’enseignant et augmenteront les chances de succès des élèves. L’Histoire est une matière échappant généralement aux cours particuliers, car elle ne repose dans les écoles égyptiennes que sur la mémorisation.

  • 2 Cf. Dossier du CEDEJ n° 3, « Dimensions sociales de l'enseignement en Égypte ».

15Les méthodes pédagogiques sont en effet essentiellement fondées sur l’entraînement de la mémoire, beaucoup plus que sur la réflexion ou la compréhension. Les élèves lisent ensemble à voix haute, répètent collectivement et apprennent par cœur des pans entiers de leur manuel, qu’ils seront amenés à réciter tels quels le jour fatidique de l’examen annuel. Ainsi le livre scolaire, matériau de base d’étude, est-il l’instrument fondamental et quasi exclusif de l’enseignement2.

16Les conditions de travail sont toutefois meilleures dans certaines écoles privées. Parmi celles-ci, il faut distinguer les écoles arabes des écoles dites « écoles de langue », dans lesquelles les mathématiques et les matières scientifiques sont enseignées dans une langue étrangère (français, anglais, allemand, grec, arménien...) qui marque la spécificité de l’école. Dans cette catégorie d’établissements (souvent confessionnels), toutes les matières étaient enseignées dans une langue étrangère avant 1959. A partir de cette date, les « matières nationales », (histoire, géographie, instruction civique) furent enseignées en langue arabe dans toutes les écoles d’Égypte, et avec des manuels rédigés sous le contrôle du ministère de l’Enseignement.

*

Notes

1 En 1987, 1 L.E. = 3 F.F. Un kilo de viande coûte 9 L.E., un pain (subventionné) 0,02 L.E

2 Cf. Dossier du CEDEJ n° 3, « Dimensions sociales de l'enseignement en Égypte ».

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540