Version classiqueVersion mobile

Un siècle de recensements en Égypte (1882-1996)

 | 
François Moriconi-Ébrard
, 
Hala Bayoumi

Un siècle de recensements en Égypte (1882-1996)

3. Objectif et intérêt du produit

Texte intégral

3.1. Apport technique

3.1.1. Un fond en coordonnées géographiques à l’échelle de l’Égypte

1L’Égypte dispose d’institutions spécialisées performantes dans le domaine de la production des statistiques (CAPMAS) et la cartographie (SURVEY). Cependant, comme dans la plupart des pays modernes, ces institutions sont indépendantes : elles produisent des résultats qui ne sont pas directement compatibles entre eux.

2Pour la première fois dans l’histoire de l’Égypte, le cédérom Un siècle de recensements intègre à l‘échelle de l’ensemble du pays les données statistiques dans un Système d’information géographique (SIG).

3.1.2. La mise en conformité avec des coordonnées terrestres

3Le cédérom intègre les algorithmes de transformation du système de projection (Lambert) et des points de référence nationaux (Frontière soudano-libyenne). Tout en gardant la spécificité des paramètres de projection égyptiens, le fond cartographique est compatible avec le système de représentation en coordonnées universelles (degrés en millièmes, méridien de Greenwich), de sorte que le fond pourra ultérieurement être intégré dans une base de données internationale.

3.1.3. La réunion de données démographiques, économiques, socio-économiques, sociodémographiques, géographiques et physiques

4Entre 1882 et 1996, l’Égypte a effectué 12 recensements de la population. Les informations publiées au niveau local (nâhya, shiyâkha) portent sur environ 5600 unités spatiales. La structure de la base de données permet d’exploiter la diversité de ces informations (popu-lations, âge, sexe, emploi, etc.) en autorisant le suivi d’une variable aussi bien dans le temps que dans l’espace.

3.1.4. La translittération des noms en caractère latins

5Les publications officielles des recensements sont disponibles uniquement en arabe, qui est la langue officielle de l’Égypte. Pour le cédérom, une translittération rigoureuse des toponymes (nom de villages et de villes) a été adoptée sur la base des documents officiels, de sorte que l’information est disponible pour la première fois aussi bien en caractères arabes qu’en caractère latins.

3.1.5. Les bases d’une archive historique

6Le mode d’archivage des données offre non seulement une perspective historique, mais également une perspective d’avenir, en autorisant notamment les mises à jour de l’information. Les modifications intervenues dans la délimitation des unités locales (création de nouvelles qarya/shîyakha, fusions, ou changement de statut) ont été soigneusement répertoriées, ainsi que les divers niveaux de rattachement administratifs supérieurs (markaz, qism, muhâfaza…).

3.2. Intérêt scientifique

3.2.1. Connaître le territoire et la société égyptienne

  • Créer une plateforme de travail offrant la possibilité d’étudier des phénomènes indépendamment des contraintes habituelles liées à la dispersion des sources (différents recensements, différents volumes pour chaque recensement).

  • Approfondir la connaissance des structures de peuplement, socio-économiques ou démographiques de l’Égypte dans sa géographie la plus fine.

  • Offrir un outil d’analyse capable d’articuler ou d’intégrer différents niveaux de résolution spatiale (du local au national), adaptable aux besoins de chaque problématique, et pouvant être recadré dans des ensembles géographiques plus larges (région, pays entier) aussi bien que de repérer les phases historiques de développement essentielles du pays.

  • Valoriser l’approche comparative pour mieux comprendre les spécificités locales, régionales, nationales et leurs corrélats d’ordre socioéconomique, politique, naturel ou social.

3.2.2. Explorer un champ de connaissance

  • Donner à voir des images totalement inédites du peuplement de l’Égypte par une cartographie exhaustive des données locales.

  • Valoriser les nouveaux supports technologiques pour la connaissance de l’espace grâce à la dimension nationale et exhaustive de la base et à son haut degré de résolution spatiale (5300 unités locales). Le cédérom ‘’un siècle de recensements » permet aux institutions de recherche égyptiennes d’appréhender l’étude de leur propre territoire par les technologies les plus récentes.

  • Placer la géographie en position de carrefour des sciences qui lui sont connexes (histoire, démographie, économie, sciences politiques…) en proposant de nouveaux matériaux intégrant la dimension spatiale des phénomènes ou des objets étudiés (distances, surface, densité, accessibilité…).

3.2.3. Conceptualiser les résultats

  • Optimiser les possibilités de prendre en compte différents échelles d’observation dans l’étude de tout problème (du micro-régional à l’international).

  • Renforcer les moyens de la recherche fondamentale dans le domaine des sciences humaines en proposant un matériau adapté à la fois aux exigences de l’approche quantitative à la réalité empirique d’objets construits spécifiquement pour la recherche en sciences sociales.

  • Stimuler la formulation de modèles théoriques inductifs privilégiant les réalités et les contraintes empiriques de l’espace.

3.3. Objectifs de développement

3.3.1. Un patrimoine à valoriser

7L’Égypte bénéficie d’une tradition en matière de recensements : l’importance et la qualité de la production des institutions dont le CAPMAS est aujourd’hui l’héritier est tout à fait comparable aux pays d’Europe les plus développés.

8L’organisation, le financement et la publication de 12 recensements mis bout à bout, représentent aujourd’hui un véritable patrimoine national à conserver, à valoriser et à poursuivre dans une perspective de développement durable.

3.3.2. La vitalité de la recherche en Égypte

9En développement une archive nationale sur son propre sol à parti d’une technologie électronique, l’Égypte affirme la vitalité de la recherche, à l’instar des grands pays modernes (Japon, États-Unis, France…).

3.3.3. Une ouverture sur le monde de l’entreprise

10Le cédérom répond à la demande sociale sur des grands thèmes tels que : l’urbanisation, la littoralisation, le desserrement urbain, la métropolisation, la régionalisation… Il participe du développement actuel de l’utilisation des SIG dans les milieux professionnels publics (ministères, muhâfaza, agences…) et privés (marketing, information, etc.). Le cédérom Un siècle de recensements constitue un pont entre les milieux de la recherche (géographes, historiens démographes, cartographes) et de l’action (institutions nationales, ONG, etc.).

3.3.4. Un outil de coopération

11Le cédérom est par excellence l’exemple de l’aboutissement d’un programme de coopération internationale entre la France (CEDEJ) et l’Égypte (CAPMAS/GIS DEPARTEMENT).

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search