Version classiqueVersion mobile

Un siècle de recensements en Égypte (1882-1996)

 | 
François Moriconi-Ébrard
, 
Hala Bayoumi

Un siècle de recensements en Égypte (1882-1996)

2. Méthodologie

Texte intégral

2.1. Méthodologie générale

1Le cédérom « Un siècle de recensements » représente la compilation de trois types d’informations issues de sources initialement indépendantes :

  1. Les publications statistiques des recensements égyptiens de la population.

  2. La cartographie administrative.

  3. Les répertoires administratifs géographiques et historiques.

a) Les recensements

2Douze recensements de la population ont été effectués entre 1882 et 1996 (voir sources).

3Chaque volume a fait l’objet d’une saisie des toponymes tels qu’ils figuraient dans la publication originale du recensement.

4Les listes ont été codées spécifiquement à cette occasion afin d’obtenir un état réel de l’organisation géo-administrative du territoire au jour de ce recensement. Les données statistiques ont été saisies sous tableur.

5Afin de pouvoir comparer les données dans le temps, chaque recensement a été ensuite recodé en fonction de l’état du découpage du territoire en 1996. Dès lors, trois types de problèmes pouvaient apparaître :

  1. La suppression de l’entité spatiale.
    Lorsqu’une entité a été supprimée, son territoire a été rattaché à une autre entité. Dans ce cas, le code actuel renvoie à celui de cette nouvelle entité.

  2. Un changement de toponyme (nom de l’entité spatiale).
    Lorsque seul le toponyme officiel a changé, la localité conserve son code.

  3. Un changement de statut légal (ville, village …).
    La version actuelle répertorie le statut administratif légal de chaque localité en vigueur à la date de chaque recensement. L’information dynamique concernant les éventuels changements de statut entre deux recensements n’est pas visualisable dans la présente version. L’utilisateur peut connaître le statut de chaque entité spatiale à chaque époque en se référant à chaque recensement.

6L’ensemble des documents a été transféré sous un système de gestion de bases de données.

b) La cartographie administrative

7En 1993, aucune publication ni aucune carte ne permettaient de localiser l’information statistique dans l’espace géographique : les publications officielles du CAPMAS se présentent sous forme de listes de localités organisées par ordre alphabétique, selon le markaz ou le qism auxquelles elles sont rattachées.

8En ce qui concerne les limites des nâhya (villages), le CEDEJ a acquis auprès du Military Survey en janvier 1994, la seule série de cartes géo-administratives qui était à cette époque disponible pour l’ensemble de l’égypte. Il s’agissait des 26 cartes des muhâfaza.

9Cependant, les échelles étaient différentes et les cartes ne comportaient ni points de références, ni coordonnées géographiques terrestres. Chaque carte a été redressée puis numérisée sous un système d’information géographique (SIG). Enfin, l’ensemble des cartes a été fusionnée dans un seul fond géoréférencé.

10En ce qui concerne les shiyâkha (subdivisions internes des villes), les fonds cartographiques proviennent du CAPMAS. Ils ont été également redressés et fusionnés avec le fond général.

11Les localités situées dans les muhâfaza désertiques (mer Rouge, Nouvelle Vallée, Matrûh, Nord et Sud Sinaï) posent quant à elles un problème particulier dans la mesure où elles n’ont pas de limites administratives définies. Elles sont repérées officiellement par un point correspondant aux coordonnées géographiques de leur centre. Dans le cédérom, nous avons créé artificiellement des polygones symboliques qui permettent de les localiser sur la carte mais dont les limites n’ont aucune valeur juridique.

12Finalement, chaque entité a été codée sur la base du recensement de 1996, puis le fond cartographique a été fusionné avec le fond statistique. Nous attirons l’attention des utilisateurs sur le fait que le fond publié dans le cédérom correspond à l’état des limites en 1996.

c) Les répertoires administratifs géographiques et historiques

13Les publications des recensements ne fournissent aucune information sur les changements géo-spatiaux. Seules quelques indications sont parfois données en note de bas de page dans les volumes de certains recensements (par exemple, 1960), mais de manière incomplète. De toute façon, de nombreuses publications ne donnent aucune indication sur l’apparition ou la disparition des villages et des shiyâkha.

14Dans ce domaine, trois types de sources ont permis de résoudre les problèmes de changements :

  • Le Dictionnaire géographique de l’Égypte depuis les anciens égyptiens jusqu’en 1945, de Mohammed Ramzi.

  • Les Journaux Officiels.

  • Les cartes topographiques (séries 1917, 1952, 1976…).

15Malgré les efforts de l’équipe de recherche historique, il a cependant parfois été impossible de retrouver toute trace de certaines entités géo-administratives, ou au contraire aucune explication sur la disparition de certaines autres.

16Certaines localités ont toutefois réellement disparu, abandonnées par toute population : il s’agit par exemple de cités minières dans le désert, de regroupements de tribus de bédouins, de stations, de ponts, de gares, de phares, etc. De même, de nombreuses localités ont été réellement créées à partir de rien, soit dans le désert, soit dans les marais du delta du Nil : il s’agit par exemple des villes nouvelles, des stations balnéaires, des villages fondés sur les terres bonifiées du delta.

17On peut accéder aux données du recensement des entités non localisées, mais le cédérom ne permet pas de les localiser, puisque la cartographie restitue l’état de 1996. Très peu de localités sont toutefois dans ce cas, et la plupart d’entre elles sont situées dans les déserts. Les problèmes principaux sont listés ci-dessous dans la section 2.4.

2.2. La nomenclature des unités administratives

18Le cédérom rassemble les statistiques concernant des unités administratives locales qui correspondent au niveau de découpage le plus fin du territoire égyptien. Pour différentes raisons (et notamment de protection de la vie privée), les résultats des recensements ne sont pas publiés à un niveau géographique plus petit.

19Ces unités administratives locales, au nombre de 5 300 environ, sont de plusieurs types :

  • Les shiyâkha sont des districts urbains.

  • Les qarya sont des villages, jusqu’en 1947, ces entités étaient appelées nâhya.

  • Les madîna sont des villes ; toutefois, ce termine désigne deux, voire trois situations administratives distinctes :

  • Certaines madîna sont des unités locales, au même titre que les qarya, dont elles se distinguent seulement par leur statut « urbain ». Les madîna sont généralement chef-lieu de markaz, mais certains markaz en possèdent deux, tandis que d’autres n’en ont aucune.

  • Le nom de madîna apparaît également au niveau intermédiaire de découpage territorial, au même titre que les markaz ou les qism : elles sont alors subdivisées en shiyâkha et ne peuvent donc être considérées comme des unités locales au sens strict, puisqu’elles ne représentent pas le maillon le plus petit du découpage administratif.

  • Enfin, peuvent être considérées comme madîna au sens générique du terme, les muhâfaza urbaines (Le Caire, Alexandrie, Port-Saïd, Suez et, depuis 1994, Louxor) ; ces dernières sont divisées en qism, eux-mêmes subdivisés à leur tour en shiyâkha.

Figure 1 : Organigramme du découpage administratif de l’Égypte

Figure 1 : Organigramme du découpage administratif de l’Égypte

20Cependant, il existe des exceptions ainsi, un qism de la muhâfaza d’Alexandrie comprend trois qura (pluriel de qarya) : il s’agit donc de « villages » appartenant à une muhâfaza urbaine. Il est également vain de chercher à s’appuyer sur la toponymie, car elle ne reflète pas toujours le statut administratif ainsi, par exemple, la madîna de Damiette est divisée en districts, qui en dépit de leur nom (qism1, qism2, etc.) ont le statut de shiyâkha.

21Enfin, la partition de certaines grandes villes en qism indépendantes fait que certaines villes n’apparaissent pas en tant qu’entité administrative. Ainsi, en 1986, al-Gîza était divisée en 6 qism contigus (Imbâba, al-`Agûza, al-Duqqî, al-Gîza, Bûlâq al-Dakrûr, al-Ahrâm) formant ce que l’on appelle parfois la « ville » de Gîza (1 870 508 habitants en 1986), mais qui ne couvre pas la totalité de l’urbain de la muhâfaza de al-Gîza (il faudrait ajouter le qism de al-Hawâmdiyya, et diverses madîna). De même, la plupart des grandes villes sont divisées administrativement en deux qism, telles Shubrâ al-Khayma ou Tantâ. Par exemple, la ville de Tantâ n’a aucune existence légale : les statistiques concernant cette « ville » ne peuvent être restituées que par l’addition des qism de « Tantâ qism 1 » et « Tantâ qism 2 », lesquels sont subdivisés en 16 shiyâkha.

22En milieu dit « rural », on ne trouve que des subdivisions de type nâhya. Ces dernières sont des entités administratives regroupant généralement un village et ses dépendances (hameaux, détachements, fermes, etc.). Dans la plupart des cas, la nâhya administrative porte le nom du village le plus important (qarya). Toutefois il arrive également que le village éponyme d’une nâhya ne soit pas le plus peuplé, ou que le nom de l’ensemble d’une nâhya désigne seulement un regroupement de hameaux dont aucun n’est éponyme – par exemple dans la muhâfaza du Kafr al-Shaykh, où le peuplement est le plus dispersé. Les hameaux étant au nombre de 8 000 environ, il est rare qu’une nâhya coïncide avec un seul village (qarya). En revanche, dans la plupart des cas, le bourg principal (qarya) regroupe la plus grande partie de la population.

2.3. Inventaire historique des variables disponibles à l’échelon local 1882 à 1996

23Le CEDEJ a entrepris dès 1993 un dépouillement exhaustif des tableaux publiés à chaque recensement à l’échelon local du découpage administratif.

24Ce chapitre résume le résultat de ces recherches documentaires originales, en s’intéressant en particulier aux possibilités d’analyses diachroniques à partir de chacune des variables.

25Il va sans dire que les recherches qui pourront être menées en sciences sociales à partir de cette gigantesque base de données ne sauraient se limiter ni aux seules variables publiées par la Direction des statistiques égyptiennes (DS, puis DSR, puis CAPMAS), ni même à chacune des variables « élémentaires » considérées indépendamment.

26La saisie de plusieurs dizaines de variables à chaque recensement implique une multitude de possibilités de croisements entre elles (variables « dérivées »), qui ne sont pour ainsi dire limitées que par la seule imagination des futurs utilisateurs de la Base, ou par les moyens financiers ou humains des programmes de recherche. Cette présentation, nécessairement courte, se veut exhaustive, mais seulement dans la limite des variables « élémentaires », car la création de toute variable « dérivée » entraîne à son tour de nouveaux problèmes d’ordre technique qui imposent à leur tour de nouvelles précautions.

27Par exemple, connaissant la « population » et la « superficie » d’une localité, on peut calculer sa densité. Cependant, il est alors nécessaire de s’interroger sur la portée et les limites de cette nouvelle variable : ainsi, les shiyâkha orientales limitrophes de la partie urbanisée de la muhâfaza du Caire s’étendent en partie sur le désert, couvrant parfois plusieurs centaines de kilomètres carrés totalement inhabités. Il est certes possible de calculer la superficie réellement occupée de leur territoire, et donc une autre valeur de leur densité, mais faut-il comparer cette valeur avec la densité d’une unité administrative locale qui, elle aussi, comprendrait à la fois une agglomération et des terres indemnes d’urbanisation, mais affectées à l’agriculture ? Dans cet espace à trois modalités d’occupation (villes-terres agricoles-désert), ce type de question, somme toute classique en sciences sociales, illustre bien la difficulté de dissocier les problématiques de recherche et leurs enjeux, de l’utilisation des outils d’analyse.

28Cette présentation se situe davantage dans une position géographique qu’historique. En d’autres termes, la question est ici de savoir comment des séries de statistiques plus ou moins longues peuvent éclairer une situation présente, plutôt que de s’interroger sur les motifs et les enjeux qui ont conduit les autorités égyptiennes ou coloniales à privilégier tel ou tel type de variable, ou tel ou tel mode de classification.

29Enfin, il est utile de rappeler que cette présentation ne donne que les résultats de notre enquête sur les variables disponibles au niveau « local ». à chaque recensement est publié un grand nombre de tableaux donnant des résultats spatialement agrégés à quatre autres niveaux possibles :

  • Le niveau national.

  • Le niveau muhâfaza avec une éventuelle subdivision interne urbain/rural.

  • Le niveau markaz (markaz, madîna ou qism).

  • Le niveau qarya et shiyâkha.

30Un inventaire de ces statistiques a d’ailleurs déjà été publié dans un recueil concernant tous les pays de l’ECWA : Sources for Research on Population and Development in ECWA Region (United Nations Economic Commission for Western Asia, Beirut, 1979, pp. 10-15).

31Pour l’égypte, cette publication donne le contenu détaillé de toutes les publications disponibles pour chaque recensement de 1937 à 1976 : le problème est qu’elle donne le titre des tableaux mais non le niveau de découpage territorial auquel les chiffres sont publiés, de sorte que ce document était de peu d’utilité pour notre problématique. Cet ouvrage donne également l’inventaire des annuaires statistiques, des enquêtes démographiques et 20 pages de bibliographie d’études démographiques ou socio-économiques sur le pays. Pour la période récente, le Handbook of National Population Censuses (Greenwood Press 1986, pp. 131-142) offre également une synthèse de l’ensemble des publications des quatre recensements de la période 1947-1976, variable par variable.

Les variables et l’évolution des classifications

A) Population et ménages

Distribution par sexe

32Elle est considérée comme une variable fondamentale, la série est continue de 1882 à 1996.

Distribution selon le sexe et l’âge par tranches de 5 ans

33Cette série est disponible de 0 à 75 ans dans les recensements de 1960, 1976, 1986 et 1996. Les recensements de 1927, 1937, 1947 donnent la répartition par tranches d’âge de 6 ans entre 0 et 30 ans, puis selon deux tranches : de 30 à 60 ans et plus de 60 ans. Tous les tableaux ont une modalité « âge inconnu », représentant une proportion variable mais toutefois très faible de l’ensemble de la variable « âge ».

34Pour la période 1927-1996, soit pour près de sept décennies, il est possible d’analyser l’évolution de la répartition spatiale :

  • De la distribution par âge des tranches données en 1927.

  • De la proportion des moins de 5 ans dans la population totale, ce qui, selon les démographes est un bon indicateur de l’évolution de la fécondité.

Distribution selon le sexe et l’âge par tranches de 6 à 12 ans

35Cette série n’est donnée qu’en 1986 et 1996. On peut toutefois connaître l’effectif des « 6 ans et plus » en 1976 en se référant aux totaux « activités » (Tableaux 3 ou 6), ainsi qu’en 1960 (Tableaux 13 ou 14).

36Notons que cette information est essentiellement utilisée comme référence pour l’effectif de la population active.

La religion

37C’est l’une des questions fondamentales des recensements de la population égyptienne. La série est continue de 1897 à 1986. Elle est distribuée par sexe de 1907 à 1986, sauf en 1897, 1907 et 1966.

38Les modalités sont données avec une précision variable.

39De 1897 à 1917, la distinction est donnée entre chrétiens protestants, catholiques, orthodoxes et coptes. Le maximum de précision est donné en 1907, où l’on trouve 13 modalités pour un recensement par ailleurs assez pauvre pour les autres types d’informations :

  • Musulmans

  • Coptes orthodoxes

  • Coptes catholiques

  • Coptes protestants

  • Total des coptes

  • Chrétiens catholiques

  • Chrétiens protestants

  • Chrétiens orthodoxes

  • Grecs orthodoxes

  • Chrétiens orientaux

  • Total des chrétiens

  • Israélites

  • Autre religion

40Sur l’ensemble de la période, on ne trouve que les trois grandes catégories « musulmans », « chrétiens », et « autres religions ». En 1927 et 1937, la modalité « chrétiens » est remplacée par « copte », et n’est donc pas exactement comparable aux autres recensements.

41L’effectif des populations de religion « juive » ou « israélite » est donné de 1897 à 1917 puis de 1960 à 1986.

Statut d’activité

42En 1897, 1927 et 1937, seule la répartition actifs/inactifs peut être calculée. En 1947, l’information est amalgamée avec la branche d’activité selon une classification confuse (voir ci-dessous : « branche d’activité »). Dans ces 4 recensements, les informations sont données selon le sexe.

43Cette série n’est détaillée que pour 4 recensements : 1960, 1976, 1986 et 1996, mais les modalités de la classification ont évolué.

44En 1986 et 1996, les modalités sont réparties en actifs/inactifs.

45Actifs :

  • Profession indépendante

  • Employeur

  • Salarié

  • Employé non salarié

  • Chômeur ayant travaillé

  • À la recherche d’un premier emploi

46Total Inactifs :

  • Étudiants à plein temps

  • Au foyer

  • Non en recherche d’emploi

  • Retraité

  • Non retraité inactif à cause de l’âge

  • Incapable de travailler

47Non défini En 1976, on avait distingué deux catégories d’employés non salariés :

  • Non salarié employé par un parent

  • Non salarié employé par autrui

48En 1960, la classification était moins détaillée, en particulier pour les inactifs, mais elle peut être comparée à celle des recensements suivants par agrégation des modalités de ces derniers :

  • Propriétaire et dirigeant d’entreprise

  • Travaille à son compte et n’a pas d’employé

  • Salarié

  • Non salarié employé par un parent

  • Non salarié employé par autrui

  • Chômeur à la recherche d’un travail

  • Incapable de travailler

  • Ne travaille pas et ne cherche pas de travail

  • Non défini

La branche d’activité économique

49Entre 1927 et 1996, la classification s’est considérablement enrichie. Elle n’est véritablement détaillée qu’en 1960, 1976, 1986 et 1996, et n’est pas disponible en 1966.

50En 1976, 1986 et 1996, les systèmes de classification sont strictement identiques :

  • Agriculture, pêche et chasse

  • Exploitations des carrières et des mines

  • Industrie de transformation

  • Électricité, gaz et eau

  • Construction et bâtiment

  • Commerce, restauration et hôtellerie

  • Transport, stockage et logistique

  • Finance, assurance, immobilier et affaires

  • Service public, communal, social, personnel et service de réparation

  • Activité non définie

51En 1960, les pénultièmes et antépénultièmes catégories étaient regroupées sous une seule catégorie « services ». En outre, il existait deux autres catégories « pas d’activité », et –littéralement – « activité pas claire ».

52Cette dernière catégorie était héritée du recensement de 1947, dans lequel on trouve la répartition suivante :

  • Agriculture, pêche et chasse

  • Industries de transformation et exploitation des mines et carrières

  • Construction

  • Transport et poste

  • Commerce

  • Services personnels

  • Administration publique et services sociaux

  • Travaux non productifs et pas clairs

  • Sans

53En 1937, la répartition donnée était encore plus simplifiée et amalgamait les notions de « profession » et « d’activité » :

  • Agriculture, pêche et chasse

  • Exploitation des carrières et des mines

  • Transport et postes

  • Commerce

  • Autre

  • Sans profession

54En 1927, on ne retrouve plus que les trois grandes branches d’activités classiques (primaire, secondaire et tertiaire) :

  • Agriculture

  • Industrie

  • Commerce

  • Autre profession

  • Sans profession, y compris les femmes au foyer

55Au total, pour les 7 recensements, on peut analyser l’évolution de cette variable sur la base rudimentaire du recensement de 1927 et selon le sexe. Une étude plus fine des dynamiques de l’évolution par branche d’activité n’est envisageable que pour la période 1960-1996.

Le niveau d’instruction

56Il est possible de suivre les progrès de l’alphabétisation sur le territoire égyptien, selon le sexe, et décennie par décennie depuis 1987, à l’exception des années 1960 - la variable étant absente en 1966.

57Cependant, c’est seulement à partir de 1960 que le niveau d’instruction est donné de manière plus détaillée, en particulier pour les niveaux universitaires :

  • Analphabète

  • Sait lire et écrire

  • Niveau primaire acquis

  • Cycle préparatoire non terminé

  • Niveau préparatoire

  • Supérieur à préparatoire

  • Premier et second cycles universitaires

  • Diplôme universitaire de second cycle

  • Troisième cycle

  • Doctorat

  • Niveau d’instruction non défini

Les catégories socioprofessionnelles

58Cette variable n’est disponible qu’en 1960, 1976, 1986 et 1996 avec les modalités suivantes :

  • Professions techniques et scientifiques

  • Cadre supérieur d’entreprise

  • Cadre moyen

  • Commerçant

  • Personnel de service

  • Agriculture, pêcheur, chasseur et éleveur

  • Ouvriers et manutentionnaires

  • Catégorie non définie

  • Total

59L’intérêt sociologique de cette variable demeure faible dans la mesure où toutes les statistiques ont été données à l’échelon individuel et non pas à celui de ménages. En l’absence de répartition de ces catégories à l’intérieur des couples, il est donc difficile de dégager des types de ménages (par exemple : ménage d’ouvriers, de commerçants, etc.).

Le statut matrimonial

60Cette variable est disponible de 1917 à 1996, à l’exception des recensements de 1927 et 1966. Elle est toujours distribuée selon le sexe. Elle s’appuie sur les grandes catégories classiques :

  • Célibataire

  • Marié

  • Divorcé

  • Veuf

  • Statut matrimonial non défini

  • Célibataire ayant été marié

  • Célibataire pré-nubile

61Du fait des changements de classifications, les statistiques des célibataires sont peu comparables sur l’ensemble de la période.

62Avant 1937, la modalité s’appliquait à l’ensemble de la population, mais en 1947 elle ne concerne que les personnes ayant 16 ans et plus, c’est-à-dire, ayant atteint l’âge légal du mariage. Cependant, l’état-civil étant peu rigoureux à cette époque, il semble que de nombreuses filles pouvaient être mariées avant d’avoir atteint cet âge. De nombreuses études ont montré que les parents avaient parfois recours à un médecin qui pouvait certifier que la personne à marier avait l’âge légal.

63En 1986, une catégorie supplémentaire est apparue : ‘Aqd al-Qarân. Cette expression intraduisible en français désigne les couples qui ont signé un contrat de mariage mais ne vivent pas ensemble, généralement pour des raisons d’ordre financier : pas de logement, pas de mobilier, homme travaillant dans un pays étranger, etc.

La nationalité

64Cette variable n’est représentée au niveau des localités qu’en 1897, 1907 et 1966.

65En 1897, la distribution des étrangers, donnée par opposition aux « égyptiens », est particulièrement détaillée :

  • Grecs

  • Italiens

  • Français

  • Britanniques

  • Allemands

  • Russes

  • Austro-hongrois

  • Autres

66Le recensement de 1907 ne donne plus que le nombre « d’arabes ». En 1966, les nationaux sont appelés « arabes égyptiens » (en référence à la République arabe unie).

67Au niveau local, il n’est donc guère possible d’exploiter cette variable dans une perspective diachronique.

Le nombre de ménages

68à l’échelon local, les statistiques disponibles sur les ménages sont extrêmement pauvres. La seule modalité disponible est le nombre de ménage (à partir de laquelle on peut calculer leur taille). Sur un siècle de recensements, on dispose de cinq repères chronologiques pour cette variable : 1882, 1960, 1966, 1986 et 1996.

Les handicaps de la population

69Durant 43 ans (1917-1960), une variable « handicaps » est donnée de manière suivie et distribuée selon le sexe.

70De 1917 à 1937, il s’agit des handicaps de la vue (borgne-aveugle).

71En 1947, les handicaps sont répartis en deux groupes : « handicaps » et « malformations », ce qui donne 11 modalités :

  • Aveugles

  • Borgnes

  • Sourds-muets

  • Handicapés mentaux

  • Autres handicaps

  • Total des personnes souffrant de handicaps

  • Paralysés

  • Impotents

  • Manchots ou unijambistes

  • Autre information

  • Total des personnes souffrant de malformation

72En 1960, les tableaux ne donnent plus que les handicaps de la vue (aveugles et borgnes), de l’audition (sourds-muets) et des membres (antérieurs et postérieurs).

Sédentaires et nomades

73Les deux premiers recensements comptabilisent avec une très grande précision le nombre de sédentaires et de nomades. Cette variable est croisée en 1897 avec la variable « population agglomérée/population dispersée/campements ».

La situation familiale des moins de 16 ans

74Seul le recensement de 1947 donne la situation familiale des moins de 16 ans : décès d’un ou des deux parents.

B) Le logement (variables non publiées dans la version 1)

75La base des données EGIPTE comprend le volet « logement » des recensements de la population et du logement. Toutefois la version 1 du cédérom ne comprend aucune donnée sur le logement. Les données concernant le logement seront incorporées dès la prochaine version.

76Concernant le logement, les recensements de 1986 et de 1996 ont fait l’objet de publications très riches : 20 tableaux sont publiés dans les tomes 4 de chaque muhâfaza.

77Cependant, ces résultats ne sont pas dispatchés à l’échelon local en 1976 : les statistiques ne sont données que pour les markaz et les qism.

78Dans une perspective chronologique longue, il n’est donc possible d’exploiter que trois variables : le nombre de bâtiments, de logements, et de pièces d’habitation.

Les bâtiments

79Ces chiffres sont publiés en 1907, 1960, 1966, 1986 et 1996. En 1907, il s’agit du « nombre de bâtiments occupés ».

80En 1986 et en 1996, les statistiques sont particulièrement détaillées. Les bâtiments sont répartis en 4 grandes catégories croisées selon qu’ils sont bâtiments « de logement » ou « d’activité » et « ordinaires » ou « précaires ». En outre, six variables permettent de préciser :

  • L’affectation (secteur)

  • La date de construction (bâtiments achevés et non achevés),

  • Le nombre d’étages

  • L’accès à l’eau, l’électricité et le drainage

  • La présence d’ascenseur, de pompes, de magasins

  • La technique de construction

Les logements

81Cette variable est disponible en 1882, 1966, 1986 et 1996. En 1897, 1917 et 1927, les tableaux donnent seulement le nombre de logements « occupés » ou « habités » lors du recensement : les chiffres ne sont donc pas comparables.

82En 1986 et 1996, on dispose du type de logement :

  • Appartement, villa ou maison rurale

  • Chambre ou chambres individuelles

  • Autres

83Chacun de ces types est distribué dans les catégories « précaires » ou « ordinaires », et croisé avec le type de bâtiment (logement ou activité).

Le nombre de pièces d’habitation

84Cette variable est disponible en 1947, 1960 et 1996 uniquement. Elle n’est pas donnée à l’échelon des unités administratives locales en 1986.

C) Le territoire

Agglomération/dispersion du peuplement (variables non publiées dans la version 1)

85Le nombre d’habitants des agglomérations et des hameaux de chaque village est donné à recensement, sauf en 1966.

86Le concept d’agglomération est en référence aux traditions locales, d’après les réponses de certains notables (Shaykh, ‘Umda…) ou, à défaut, de personnes âgées habitant sur place. Le problème est que, d’un recensement à l’autre, les réponses varient dans des propositions très importantes : de nombreux hameaux apparaissent, disparaissent, réapparaissent car, selon les époques, les questions ne sont évidemment pas posées aux mêmes individus. Certains hameaux changent simplement de nom, tandis que d’autres sont rattachés, subdivisés, élargis ou amputés d’une partie de leur territoire. Seule une enquête détaillée sur le terrain permettrait de restituer des données diachroniquement homogènes.

87La notion d’agglomération ne peut pas être assimilée à celle de continuité du bâti (agglomération morphologique) : certains hameaux jouxtent complètement une agglomération d’un point de vue morphologique, mais en sont distincts selon la tradition locale. Seul un travail fin à partir de cartes mises à jour l’année du recensement (par exemple, la couverture au 1/50 000 de la Vallée), d’images satellitaires, voire des enquêtes de terrain, permettrait de reconstituer la morphologie des noyaux de peuplement.

Superficie

88Les superficies cadastrées des villages et des villes sont données de 1917 à 1947. Pour 1986 puis 1996, elles sont calculées automatiquement à partir du fond digitalisé.

Accessibilité

89Le recensement de 1897 donne une variable originale : il s’agit de la distance de chaque village au chef-lieu de district donnée selon trois modalités : « nombre d’heures de marche à pied », « temps de passage en barque (Nil ou canaux) » et « longueur totale ». Un siècle plus tard, grâce à la technologie SIG, il est tout à fait possible de mesurer l’accessibilité de chaque village en temps de transport, et de comparer ces résultats à un siècle d’intervalle.

Conclusion

90La synthèse des variables disponibles à l’échelon local sur un siècle de recensements donne des résultats divers selon les séries (Tableau 1).

Recensements de population

Variables

code

1882

1897

1907

1917

1927

1937

1947

1960

1966

1976

1986
1996

POPULATION

4

Distribution par sexe

41

x

x

x

x

x

x

x

x

x

x

x

Âge (tranches de 5 ans)

42

(a)

(a)

(a)

x

x

x

Âge (tranches de 6-12 ans)

42

x

Religion

43

x

x

x

x

x

x

x

x

x

x

Statut d’activité

44

(e)

(c)

x

x

x

Branche d’activité économique

45

(c)

(c)

(c)

x

x

x

Niveau d’instruction

46

(b)

(b)

(b)

(b)

(b)

(b)

x

x

x

Catégories socio-professionelles

47

x

x

x

Statut matrimonial

48

x

x

x

x

x

x

Nationalité

49

x

x

x

Ménages

Nombre de ménages

5

x

x

x

x

POPULATION,
Divers

Handicapés

81

x

x

x

x

x

Sédentaire/nomade

82

x

x

Situation familiale

83

x

LOGEMENT

6

Nombre de bâtiments

61

(d)

x

x

x

Nombre de logements

62

x

(d)

(d)

(d)

x

x

Nombre de pièces d’habitation

63

x

x

TERRITOIRE

7

Agglomération/dispersion

72

x

x

x

x

x

Surfaces

71

x

x

x

x

Accessibilité

73

x

(a) complète jusqu’à 30 ans
(b) alphabétisation seulement
(c) classification simplifiée
(d) habités ou occupés
(e) actifs/inactifs seulement
*1986 seulement
Seules, la distribution par sexe, par religion et le niveau d’alphabétisation sont exploitables sur un siècle. Des variables détaillées (distribution par âge, activités, statut matrimonial) sont disponibles seulement pour la période contemporaine, mais parfois avec un manque d’homogénéité dans les classifications, ce qui nécessitera un certain nombre de précautions dans leur utilisation. Enfin d’autres séries sont interrompues temporairement ou définitivement à des périodes diverses. L’utilisation de cette masse d’information, compte tenu des précautions et des limites exposées ici, nécessite donc une approche prudente, mais avec près de 1 600 séries de données (soit environ 8,5 millions d’informations), la base de données du CEDEJ offre des perspectives nouvelles pour la recherche et l’aide à la décision. La plupart de ces données sont d’ores et déjà disponibles sur la version 1 du cédérom.

2.4. Principaux problèmes rencontrés

91Les publications originales du recensement présentent un certain nombre d’erreurs, d’omissions, d’incohérences qui ont si possible été corrigées lorsque nous avons construit la base de données électronique.

92Par exemple, certains totaux généraux imprimés dans les publications originales étaient erronés : ils ont été corrigés dans la version électronique.

93En revanche, certains problèmes n’ont pas pu être résolus. En voici un échantillon.

a) Recensement de 1882

94à cette époque, le territoire de l’égypte s’étendait jusqu’à Halfâ (aujourd’hui au Soudan). Les données de cette région sont incluses dans le cédérom mais non sur les cartes.

95La Zone du Canal de Suez formait une seule mudîriyya, qui sera appelée al-Qanâl (Le Canal) jusqu’en 1917. Celle-ci correspond approximativement aux actuelles muhâfaza de Ismâ`îliyya, Port-Saïd et Suez.

96Al-`Arîsh, al-Qusayr et al-Wahât (Les Oasis) étaient des mudîriyya, ainsi que Rashîd (Rosette).

b) Recensement de 1897

97De nombreuses localités ont le statut de « pont » (Kubrî), « phare » (Fanâr), « bédouins » (‘Urbân) etc. il est impossible d’affecter un code à ces localités en 1996.

c) Recensement de 1907

98Tûr Sinâ’ devient une mudîriyya

99Les grandes villes apparaissent sous le statut de « Bandar ». Ce statut existe jusqu’en 1907. Les « Bandar » étaient divisés en deux zones appelées Dâkhil (« en dedans ») et Khârig (« en dehors ») al-kurdûn (le « Cordon »), cette limite administrative correspondant à celle de l’espace bâti. La zone appelée khârig al-kurdûn correspond à la « périphérie ». Dans le cédérom, nous avons agrégé les données entités (Dâkhil et khârig al-kurdûn) : chaque « Bandar » est considéré comme une seule et même entité.

d) Recensement de 1917

100L’est de la vallée du Nil et les oasis étaient confondus dans une seule mudîriyya appelée « al-Saharâ’ al-Sharqiyya wa-l-Wâhât ». Par la suite, cette entité est inaccessible par l’interface cartographique. De même pour l’Ouest qui est appelé al-Saharâ’ al-Gharbiyya, et le Sinaï (Saynâ’).

e) Recensement de 1927

101al-Saharâ’ al-Gharbiyya est conservé, mais une nouvelle mudîriyya apparaît sous le nom de Saharâ’ al-Ganûbiyya (Désert du Sud). Le Sinaï reste inchangé.

f) Recensement de 1937

102Pas de changement

g) Recensement de 1947

103La mudîriyya de la mer Rouge (al-Bahr al-Ahmer) est créée. Le code 1996 peut ainsi être attribué.

104La ville du Suez est divisée en 7 qism, qui correspondent à ceux de la muhâfaza actuelle : on a donc affecté les codes de 1996 à ces entités.

105Une zone appelée mantiqa al-Wustâ (« région médiane ») apparaît dans la mudîriyya de la mer Rouge. Elle correspond à des campements de bédouins (‘urbân) dont on ne connaît pas la localisation exacte, ni le code de 1996.

106La mudîriyya Saharâ’ al-Ganûbiyya correspond à l’actuelle muhâfaza de Wâdi al-Gâdid (Nouvelle-Vallée) mais inclut les oasis d’al-Bahriyya qui font aujourd’hui partie de la mûhafaza d’al-Gîza. De ce fait, on ne peut pas attribuer le code de 1996 à Saharâ’ al-Ganûbiyya.

107Al-Bahriyya est devenue un simple markaz de Saharâ al-Ganûbiyya.

h) Recensement de 1960

108Le terme muhâfaza apparaît et remplace les mudîriyya.

109La mer Rouge devient une muhâfaza, ainsi que al-Wâdi al-Gâdid : les codes 1996 peuvent être attribués.

110Le statut de Bandar disparaît : toutes les » villes » deviennent des madîna. Certaines sont subdivisées en plusieurs qism (2, 3 ou plus).

111Afin d’obtenir les comparaisons, le cédérom propose un niveau d’agrégation appelé « madîna ». Ce niveau agrège les données de tous les qism qui forment la même madîna.

112Cependant, il s’agit d’une agrégation purement statistique et non pas d’une entité administrative.

113Le niveau qism a également été conservé dans la base de données.

i) Recensement de 1966

114Il s’agit non pas d’un recensement complet mais d’un simple comptage de la population. Les seules variables retenues dans le cédérom sont : population totale masculine et féminine.

j) Recensement de 1976

115Pas de changements

k) Recensement de 1986

116Un certain nombre de contradictions apparaissent entre deux sources officielles : les volumes de publication du recensement (PRR) et le volume des codes des divisions administratives (CDA) :

117Le qism al-Shat de Suez est recensé avec le qism al-Ganâyin d’après le (PRR), bien qu’il soit codé séparément dans le CDA.

118Markaz Disûq : une manshiyya recensée dans le markaz Disûq (PRR) est codée comme appartement au markaz de Fuwwa (CDA).

119Buhayra : `Izbat Murqus est appelée `Izbat al-Magd dans le CDA, tandis que `Izbat al-Magd est appelée `Izbat Murqus dans les PRR.

120Mer Rouge : les qism Qusayr el-Hudûd Aswân (« Frontières d’Assouan ») sont confondus dans le CDA et les PRR.

121Markaz Aswân : il y a 12 nâhya dans le recensement mais 14 dans le CDA.

122Qism al-Ghardaqa (mer Rouge) : Gimsa ne figure pas dans les PRR, mais existe dans le CDA.

123Markaz al-Dab`a (Sinaî) existe dans le CDA mais pas dans les PRR.

124Markaz Sîwa : Zaytûn ne figure pas dans les PRR.

125Qism Abû Zunayma : Umm Bagma ne figure pas dans les PRR.

l) Recensement 1996

126Les accords signés entre le CEDEJ et le CAPMAS ont permis de disposer de données pour des entités territoriales qui ne figurent dans aucune publication imprimée. Il s’agit notamment de :

127Madîna al-Shurûq et madîna al-Amal (muhâfaza du Caire).

128Urbân al-Ambaqiyya, al-Manâyif, al-Huwaytât dans les qism de `Atâqa (muhâfaza de Suez).

129Madîna Damiette-Nouvelle (Dumyât al-Gadida).

130Qaryat `Adnân Madanî dans markaz Wâdi al-Natrûn, Qurâ al-Khirrîgîn dans madînat al-Nûbariyya al-Gadîda (muhâfaza de Buhayra).

13117 qarya dans le markaz de al-Qantara Sharq (muhâfaza al-Isma`îliyya) contre 4 dans les publications imprimées.

132Qaryat Wasat dans Nuwayba`, Ganûb Saynâ’ (Sinaï).

2.5. Les sources utilisées

133Sources statistiques

134Sources cartographiques

135Sources administratives, historiques et diverses

2.5.1. Les sources statistiques

1361882 : égypte. Ministère de l’Intérieur, Direction du recensement.
Recensement général de l’égypte, 15 Gamal Âkhbar 1299 – 3 mai 1882, Le Caire, Imprimerie nationale de Bûlâq, 1884-1885, Volumes I et II.

1371897 : égypte Direction du recensement
Recensement général de l’égypte, 1 juin 1897 - 1er Muharram 1315, Imprimerie nationale, Le Caire 1898.
I. Résultats généraux du recensement : Basse-Égypte, gouvernorats et Provinces, 1897.
II. Haute-égypte, Province, 1898
III. Bédouins, Basse-Égypte et Haute-égypte 1898.

1381907 : الحكومة المصرية نظارة المالية
تعداد سكان القطر المصري في سنة 1325 هجرية - سنة 1907 ميلادية، بإدارة المسنر لويس مدير عموم مصلحة التعداد، (و هو من رجال الخدمة الملكية بالهند) المطبعة الأميرية بمصر، القاهرة 1909م.

1391917 : Gouvernement égyptien.
Ministre des Finances
Département statistique
Le recensement de l’Égypte en 1917
Volume I : Retours au village
Il montre la zone, la densité, le nombre de logements occupés, le sexe, la religion, le statut matrimonial, l’instruction et la cécité (Presse gouvernementale, Le Caire, 1920).

1401917 : الحكومة المصرية. وزارة المالية. مصلحة عموم الإحصاء والتعداد
تعداد سكان القطر المصرى لسنة 1917، الجزء الأول :
جداول القرى تبين المساحة وعدد السكان بكل كيلومتر مربع وعدد المساكن المأهولة والجنس والديانة والحالة المدنية والإلمام بالقراءة والكتابة وفقد البصر، وطبعت بالمطبعة الأميرية بالقاهرة، 1920.

1411927 : المملكة المصرية. وزارة المالية. مصلحة عموم الإحصاء والتعداد
المطبعة الأميرية بالقاهرة، 1929.
كراسة تعداد سكان محافظة القاهرة لسنة 1927.
كراسة تعداد سكان محافظة الإسكندرية لسنة 1927.
كراسة تعداد سكان محافظات القنال والسويس ودمياط لسنة 1927.
كراسة تعداد سكان مديرية الدقهلية لسنة 1927.
كراسة تعداد سكان مديرية الشرقية لسنة 1927.
كراسة تعداد سكان مديرية القليوبية لسنة 1927.
كراسة تعداد سكان مديرية الغربية لسنة 1927.
كراسة تعداد سكان مديرية المنوفية لسنة 1927.
كراسة تعداد سكان مديرية البحيرة لسنة 1927.
كراسة تعداد سكان مديرية الجيزة لسنة 1927.
كراسة تعداد سكان مديرية بنى سويف لسنة 1927.
كراسة تعداد سكان مديرية الفيوم لسنة 1927.
كراسة تعداد سكان مديرية المنيا لسنة 1927.
كراسة تعداد سكان مديرية اسيوط لسنة 1927.
كراسة تعداد سكان مديرية جرجا لسنة 1927.
كراسة تعداد سكان مديرية قنا لسنة 1927.
كراسة تعداد سكان مديرية أسوان لسنة 1927.
كراسة تعداد سكان محافظات الحدود لسنة 1927.

1421937 : المملكة المصرية. وزارة المالية. مصلحة عموم الإحصاء والتعداد
تعداد سكان القطر المصرى لسنة 1937.
الجزء الأول من كتاب تعداد السكان لسنة 1937، طبعت بالمطبعة الأميرية بالقاهرة، 1940.
كراسة رقم 1- مديرية أسوان لسنة 1937.
كراسة رقم 2- مديرية قنا لسنة 1937.
كراسة رقم 3- مديرية جرجا لسنة 1937.
كراسة رقم 4- مديرية أسيوط لسنة 1937.
كراسة رقم 5- مديرية المنيا لسنة 1937.
كراسة رقم 6- مديرية بنى سويف لسنة 1937.
كراسة رقم 7- مديرية الفيوم لسنة 1937.
كراسة رقم 8- مديرية الجيزة لسنة 1937.
كراسة رقم 9- محافظة القاهرة لسنة 1937.
كراسة رقم 10- محافظة الإسكندرية لسنة 1937.
كراسة رقم 11- محافظات القنال والسويس ودمياط لسنة 1937.
كراسة رقم 12- مديرية البحيرة لسنة 1937.
كراسة رقم 13- مديرية القليوبية لسنة 1937.
كراسة رقم 14- مديرية الشرقية لسنة 1937.
كراسة رقم 15- مديرية الدقهلية لسنة 1937.
كراسة رقم 16- مديرية المنوفية لسنة 1937.
كراسة رقم 17- مديرية الغربية لسنة 1937.
كراسة رقم 18- محافظات الحدود لسنة 1937.

1431947 : المملكة المصرية. وزارة المالية والإقتصاد. مصلحة الإحصاء والتعداد
تعداد سكان المملكة المصرى لسنة 1947، الجزء الأول، المطبعة الأميرية بالقاهرة، 1952، 1953.
كراسة رقم 1- مديرية أسوان لسنة 1947.
كراسة رقم 2- مديرية قنا لسنة 1947.
كراسة رقم 3- مديرية جرجا لسنة 1947.
كراسة رقم 4- مديرية أسيوط لسنة 1947.
كراسة رقم 5- مديرية المنيا لسنة 1947.
كراسة رقم 6- مديرية بنى سويف لسنة 1947.
كراسة رقم 7- مديرية الفيوم لسنة 1947.
كراسة رقم 8- مديرية الجيزة لسنة 1947.
كراسة رقم 9- مديرية البحيرة لسنة 1947.
كراسة رقم 10 مديرية الدقهلية لسنة 1947.
كراسة رقم 11 مديرية الشرقية لسنة 1947.
كراسة رقم 12 مديرية الغربية لسنة 1947.
كراسة رقم 13 مديرية القليوبية لسنة 1947.
كراسة رقم 14 مديرية المنوفية لسنة 1947.
كراسة رقم 15 محافظة القاهرة لسنة 1947.
كراسة رقم 16 محافظة الإسكندرية لسنة 1947.
كراسة رقم 17 محافظات القنال والسويس ودمياط لسنة 1947.

144جمهورية مصر
وزارة المالية والإقتصاد - مصلحة الإحصاء والتعداد
التعداد العام للسكان لسنة 1947- الجزء الأول - المطبعة الأميرية بالقاهرة، 1954.
18- كراسة رقم 18- محافظات الحدود.

145الجمهورية العربية المتحدة
مصلحة الإحصاء والتعداد
التعداد العام للسكان 1960.
الجزء الأول.
الهيئة العامة لشئون المطابع الأميرية، القاهرة، 1382هـ - 1962 م.
محافظة القاهرة.
محافظة الإسكندرية.
محافظة بورسعيد.
محافظة السويس.
محافظة دمياط.
محافظة الدقهلية.
محافظة الشرقية.
محافظة القليوبية.
محافظة كفر الشيخ.
محافظة الغربية.
محافظة المنوفية.
محافظة البحيرة.
محافظة الإسماعيلية.
محافظة الجيزة.
محافظة بنى سويف.
محافظة الفيوم.
محافظة المنيا (مطبعة الإستقلال الكبرى).
محافظة أسيوط.
محافظة سوهاج.
محافظة قنا.
محافظة أسوان.
محافظات البحر الأحمر - الوادى الجديد - مطروح - سيناء.

1461966 : جمهورية مصر العربية. رئاسة الجمهورية
الجهاز المركزى للتعبئة العامة والإحصاء
النتائج العامة لتعداد السكان بالعينة سنة 1966.
المجلد الثانى : الجداول الإجمالية والمحافظات الحضرية.
المجلد الثالث : محافظات الوجه البحرى.
المجلد الرابع : محافظات الوجه القبلى.
المجلد الخامس : محافظات الحدود.

1471976 : جمهورية مصر العربية
الجهاز المركزى للتعبئة العامة والإحصاء
التعداد العام للسكان والإسكان 1976.
تعداد السكان - النتائج التفصيلية، القاهرة، سبتمبر 1978.
المجلد الأول :
محافظة القاهرة.
محافظة الإسكندرية.
محافظة بورسعيد.
محافظة السويس.
محافظة دمياط.
محافظة الدقهلية.
محافظة الشرقية.
محافظة القليوبية.
محافظة كفرالشيخ.
محافظة الغربية.
محافظة المنوفية.
محافظة البحيرة.
محافظة الإسماعيلية.
محافظة الجيزة.
محافظة بنى سويف.
محافظة الفيوم.
محافظة المنيا.
محافظة أسيوط.
محافظة سوهاج.
محافظة قنا.
محافظة أسوان.
محافظة البحر الأحمر.
محافظة الوادى الجديد.
محافظة مطروح.
محافظة سيناء (مناطق محررة).

1481986 : جمهورية مصر العربية
الجهاز المركزى للتعبئة العامة والإحصاء
التعداد العام للسكان لسنة 1986.
تعداد السكان - المجلد الثانى :
النتائج النهائية، مطابع الجهاز، القاهرة.
محافظة القاهرة.
محافظة الإسكندرية.
محافظة بورسعيد.
محافظة السويس.
محافظة دمياط.
محافظة الدقهلية.
محافظة الشرقية.
محافظة القليوبية.
محافظة كفرالشيخ.
محافظة الغربية.
محافظة المنوفية.
محافظة البحيرة.
محافظة الإسماعيلية.
محافظة الجيزة.
محافظة بنى سويف.
محافظة الفيوم.
محافظة المنيا.
محافظة أسيوط.
محافظة سوهاج.
محافظة قنا.
محافظة أسوان.
محافظة البحر الأحمر.
محافظة الوادى الجديد.
محافظة مطروح.
محافظة شمال سيناء.
محافظة جنوب سيناء.

1491996 : جمهورية مصر العربية
الجهاز المركزى للتعبئة العامة والإحصاء
التعداد العام للسكان لسنة 1996.
النتائج النهائية، لتعداد السكان، القاهرة، ديسمبر 1998.
محافظة القاهرة.
محافظة الإسكندرية.
محافظة السويس.
محافظة بورسعيد.
محافظة دمياط.
محافظة الدقهلية.
محافظة الشرقية.
محافظة القليوبية.
محافظة كفرالشيخ.
محافظة الغربية.
محافظة المنوفية.
محافظة البحيرة.
محافظة الإسماعيلية.
محافطة الجيزة.
محافظة بنى سويف.
محافظة الفيوم.
محافظة المنيا.
محافظة أسيوط.
محافظة سوهاج.
محافظة قنا.
محافظة أسوان.
محافظة الأقصر.
محافظة البحر الأحمر.
محافظة الوادى الجديد.
محافظة مطروح.
محافظة شمال سيناء.
محافظة جنوب سيناء.

2.5.2. Les sources cartographiques

  1. Ministry of Finance, Egypt. Survey of Egypt. Index of place names appearing at normal 1:100,000 scale map series of Egypt, Cairo, Government Press, 1932.

  2. Séries des cartes militaires, 1993, échelles variées [26 muhâfaza].

  3. Divers. La bibliothèque du CEDEJ possède un fond unique au monde sur l’égypte, qui comprend environ 6000 cartes de diverses époques, séries, ou échelles. Lorsqu’il était nécessaire, c’est à partir de ce fond que les informations manquantes ont été complétées, les erreurs ou les omissions corrigées, etc. sur ce sujet, l’utilisateur est invité à se référer à l’ouvrage de Jean-Luc Arnaud : Cartographie de l’égypte, CEDEJ, 1994.

2.5.3. Les sources administratives

  1. محمد رمزى، القاموس الجغرافى للبلاد المصرية من عهد قدماء المصريين إلى سنة 1945، مطبعة دار الكتب والوثائق القومية، القاهرة، 1968.

  2. الجهاز المركزى للتعبئة العامة والإحصاء، دليل الوحدات الإدارية بجمهورية مصر العربية، ديسمبر 1991.

  3. الجهاز المركزى للتعبئة العامة والإحصاء، دليل الوحدات الإدارية بجمهورية مصر العربية، يناير 1996.

2.6. Les règles de translittération

150La plupart des recensements n’ont été publiés qu’en arabe. Le cédérom présente pour la première fois une liste exhaustive des villes, villages et shiyâkha égyptiens transcrite en caractères latins. La translittération arabe-latin pose traditionnellement deux types de problèmes :

a) la translittération elle-même

151Le tableau ci-dessous restitue les règles adoptées.

أ) مقابل الحروف

أ

a

ر

r

ف

f

إ

i

ز

z

ق

q

أُ

u

س

s

ك

k

ب

b

ش

sh

ل

l

ت

t

ص

s

م

m

ث

th

ض

d

ن

n

ح

h

ط

t

ه

h

خ

kh

ظ

z

و

w

د

d

ع/ء

c/’

ى

y

ذ

dh

ب) تشكيل الحروف واستخدام الشدّة والحروف الممدودة... الخ :

التشكيل :

قَريَة

قِ سم

مُدُن

مصرْ

qarya

qism

mudun

Misr

Voyelles brèves :

a

i

u

-

الفتحة -

الكسرة -

الضمّة -

السكون -

الحروف الممدودة :

ش ارع --

الكبرى

طري ق -

حروف -

shâric -

al-kubrâ

tarîq

hurûf

Voyelles longues :

â

î

û

ا - ىَ -

ي -

و -

الشدّة

المنوف يّ ة

Al- minûfiyya

 Lettres doubles

حرف الواو :

أنور

قرون

 

Anwar

qurûn

Le “و” :

- semi-voyelle

- élément d’accentuation

- حرف منطوق

- حرف مدّ

حرف “ى” :

مدير ي ة

مدي رية

 

mudîriyya

mudîriyya

Le “ي”

- semi-voyelle

- élément d’accentuation

حرف منطوق

حرف مدّ

أسماء المدن والقرى

والأحياء والشوارع...
فى حالة وجودها فى
القاموس الفرنسى
تكتب كما هى

Port-Saïd

Bilbîs

Toponymes :

- Orthographe utilisée dans le dictionnaire

- sinon

Translittération

b) La vocalisation

152Pour certains toponymes, il existe parfois différentes possibilités de vocalisation. La référence adoptée dans le cédérom est l’ouvrage : Le Dictionnaire géographique de I’égypte depuis les anciens égyptiens jusqu’en 1945, de Mohammed Ramzi.

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Organigramme du découpage administratif de l’Égypte
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/1812/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 52k

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search